Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les jeux du cirque médiatique

Les jeux du cirque médiatique

Nous y voilà, les jeux arrivent à point nommé pour distraire la bonne populace, la curée médiatique va pouvoir battre son plein, amen.

On va compter les médailles, bonne pioche, bomber le torse, se torcher à la moindre Marseillaise. Et tous les autres contre nous, empêchant le bleu blanc rouge de flamber.

Pendant ce temps, Londres va se refaire une façade, un ravalement gratuit, en catimini, de centre du monde de l’évasion fiscale à cour de récréation pour aficionados en herbe. On donne la parole aux Tony Parker de service, aux Yannick Noah proche du peuple, va nu-pied sans le sou, ou quand les milliardaires ont droit de cité dans l’arène des bons sentiments. 

La reine des courbettes va bouffer son chapeau en attendant l’ultime « God save the queen ». Qui peut encore croire à cette manipulation séculaire, cette mascarade étendue l’instant de trois semaines à l’ensemble de la planète ?

Autour du stade olympique, on respire un air de frontière suisse, les soldats dansent sur l’air de « We found love » de Rihanna. On vous demande vos papiers et d’où vous venez, combien de tablettes de chocolat vous avez avec vous, de pintes de bières vous avez enfilé. A deux blocs de maisons de là, les milliards s’échangent comme des perles de mépris entre gens de bonne fortune pour ne laisser aux esclaves que les fanions du désespoir.

Les affaires continuent, la City à l’abri des flashs va s’en mettre plein les fouilles, tant que les dossards monopoliseront l’antenne, les costards et les mallettes pourront se pavaner. 

La Syrie elle peut attendre, encore un peu, vous me direz, quand tous les rebelles auront été tués, on sera finalement tranquilles et l’on pourra enfin avoir droit à autre chose sur nos médias pleureurs.

Rien que des majorettes, des soubrettes, des formes siliconées, des écrans de fumée… What else ? 

Le tour de vis économique de la rentrée est au bout de la piste, mais qui s’en préoccupe dans cette foire insensée ?

Les grands de ce monde qui en réalité sont tout petits vont remplir les podiums, les audiences au cœur d’un été grillé au carbone vont s’envoler comme une nuée de moustiques sans destination que la lente torpeur démocratique.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • nilasse nilasse 28 juillet 2012 10:37

    primo,la bonne populace n’a plus un rond et ne va nulle part,je suis pressé de savoir ce que les professionnels du secteur touristique et vacancier vont donner comme chiffre en fin de saison,deuxio,c’est justement parce que le populo n’a pas 8 heures de taf merdique a se taper par jour en ce moment,qu’il peut les remplacer par 8 heures de télé et mettre son cerveau a la disposition de coca cola,tertio,l’analyse de l’auteur ne se cantonne pas qu’a la seule mascarade médiatique et symbolique des JO,qui au passage,ne doit intéresser majoritairement que les hommes de plus de 55 ans,aillant ou aillant eu des situations qui font qu’ils n’ont pas grand chose d’autre a penser. le problème des jeux,c’est quant il n’y a pas le pain qui va avec. la télé ne nourrissant pas son homme et ne payant pas les factures qui augmentent de façon exponentiel,on voit la limite de l’intérêt que suscite cette parodie de communion pseudo universaliste télévisée qui se situe entre une pub pour yaourt et une autre pour soda. un monde sans couleurs,sans saveurs,ou tout n’est que toc et paillette,vendant des histoires bidons au plus grand nombre,avec rire en boite incorporé,larmichette de crocodile en option,tout ça généré par des gens au faciès morbide de croque mort,type pujadas. ce cirque médiatique ne pourra pas durer éternellement,c’est un brin de lumière dans un océan d’ennui.


  • citoyenrené citoyenrené 28 juillet 2012 09:42

    « du pain et des jeux »

    les jeux seront de plus en plus présent, euro de foot, tour de France, jeux olympiques, championnat de ligue 1, etc

    le pain, de moins en moins


    • mortelune mortelune 28 juillet 2012 15:39

      Pour éviter toutes les embrouilles j’ai enterré ma télé au fond du jardin avec une croix et une épitaphe « ici repose un objet qui ne sert à rien d’autre qu’à nous faire sier ». J’aurais pu tout aussi bien couper le cable audio mais la vue de certains personnages stars des merdias me donne de l’urticaire. 

      Dommage pour les sportifs qui participent à ce tout ce cirque. Ils sont les gladiateurs des temps modernes sauf que maintenant les lions encaissent les chèques et boivent du champagne sur des yatchs en compagnie d’adolescentes qui leur montrent leurs fessent comme les sportifs nous montrent leurs muscles.
      Ainsi va le monde en 2012. 

      • Ptetmai 28 juillet 2012 20:31

        Alors qu’on sait ou on ne sait pas que la devise des Jeux olympiques « Citius, Altius, Fortius » qui signifient « plus vite, plus haut, plus fort » fut inventée par un prêtre dominicain proviseur de lycée en 1891 et reprise par de Coubertin dont il devint l’ami en 1894, il serait bon de prendre conscience que, dans le genre insensé, cette devise n’est pas mal classée : dopés ou pas, pour beaucoup de disciplines, il y a(ura) forcément une limite physique infranchissable juste avant laquelle, si un paramètre fortuit n’a pas joué, les gains sont insignifiants.

        Ca n’est pas contre les autres qu’il importe de gagner, mais contre ses défauts et son égoïsme et son irréflexion. Si vraiment les JO, sans nuire à leur vie sociale et/ou à leur santé pendant la préparation, font des hommes courageux et intelligents, c’est stérile si ce gain là ils ne l’exploitent pas en donnant de leur personne au service des plus défavorisés. Ce qui est tout aussi valable évidemment pour les femmes.

        Visez un objectif plus haut, en cherchant à l’atteindre plus vite, afin que la solidarité entre les hommes soit plus forte, là, d’accord.

        Car pour le moment , les JO c’est surtout une affaire de fric …. et un déficit finalement payé par les impôts des contribuables du pays d’accueil.

        C’est aussi, comme dit par certains ici, un anesthésiant de plus très utile aux gouvernants . Quand le « panem » pose problème, on offre ou on est content d’avoir sous la main un maximum de « circenses » comme disait Juvenal.

        Alors que, en prime, il se sait de plus en plus, même s’il n’y a pas là de classement et de médailles, que pour ce qui est de la discipline « sport en chambre », il y a beaucoup de compétiteurs inscrits dans le village olympique .

        Alors vivement que ce soit fini et qu’on n’en parle plus

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès