Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les journalistes sont-ils indépendants ?

Les journalistes sont-ils indépendants ?

Plusieurs quotidiens ont publié une pub de la Société des journalistes des Echos, contre le rachat éventuel du journal par le groupe LVMH. « L’indépendance, ce n’est pas du luxe », affirment les journalistes du quotidien économique « menacé d’être racheté » par le groupe de luxe dirigé par Bernard Arnault. La SDJ interpelle ironiquement différents PDG pour savoir s’ils continueraient de lire un quotidien économique racheté par leur principal concurrent et à lui accorder du crédit en ce qui concerne leur propre secteur d’activité.

Alors que devraient penser les patrons (et les citoyens) sur les conditions d’indépendance des autres groupes de presse ? Les journalistes de TF1 sont-ils crédibles quand ils parlent de leur propriétaire (Bouygues) qui détient aussi Bouygues construction (BTP), Axione (constructeur et opérateur de réseaux), Colas (routes), Bouygues immobilier ? Sont-ils crédibles quand ils n’enquêtent pas sur Bouygues alors qu’ils évoquent les travailleurs au noir dont on sait que le secteur de la construction est le principal utilisateur ? Ou quand ils évitent d’évoquer les bonnes affaires de leur patron dans les pays sous dictature comme en Turkménistan ?

Les journalistes du Figaro, du Journal du dimanche, de LCI, TF6, TV Breizh, TMC, de Métro, du Journal des finances, Valeurs actuelles, Spectacle du monde, sont-ils crédibles quand ils parlent (ou évitent de parler) de leur propriétaire - majoritaire ou minoritaire - (groupe Dassault) qui détient aussi Dassault aviation, Dassault Falcon Jet, Dassault Falcon Service, SABCA, Sogitec, Dassault systèmes, Société de véhicules électriques, Immobilière Dassault, Artcurial, Dassault aviation - ou de leurs concurrents ?

Les journalistes du Journal du dimanche, Paris Match, Elle, Première, Corse matin, La Provence, Nice-Matin et Var-Matin, L’Alsace, La Dépêche du Midi, Le Monde, Le Parisien, L’Équipe, le groupe Marie Claire, sont-ils crédibles quand ils parlent (ou évitent de parler) de leur propriétaire - majoritaire ou minoritaire - (Lagardère) et de ses filiales EADS (Eurofighter, Ariane, Airbus, Eurocopter...) - ou de leurs concurrents ?

Quelles garanties d’indépendance sont données aux journalistes de Libération quand ils parlent (ou évitent de parler) de leurs propriétaires Edouard de Rothschild, Carlo Caracciolo, Pathé, Suez ?

 

Les journalistes du Point, de L’Agefi et d’Actifs sont-ils crédibles quand ils parlent (ou évitent de parler) de leur propriétaire - majoritaire ou minoritaire - (groupe Pinault) et de ses filiales Fnac, Conforama, Redcats, La Redoute, Yves-Saint-Laurent, Gucci, Boucheron, Balenciaga - ou de leurs concurrents ?

Les journalistes Canal+, i-Télé, et des 17 chaînes thématiques du groupe sont-ils totalement libres d’enquêter et de dire toutes vérités sur leur patron Vivendi et ses filiales Universal Music, SFR, Vivendi Games - ou de leurs concurrents ?

Et les journalistes du groupe Bolloré (Matin Plus, Direct Soir, Direct 8) : quelles garanties ont-ils pour enquêter librement sur Gaumont, Havas, AGF Vie, Groupama qui le détiennent en partie ou en sont des filiales ?

Et les chaînes et les radios publiques par rapport à l’Etat ?

Tous ces journalistes ont-ils des garanties semblables à celles que réclament aujourd’hui ceux des Echos ? Ne courent-ils pas le risque pourtant, eux aussi, d’être en conflit d’intérêt en permanence sur de multiples sujets du fait qu’ils appartiennent à ces grandes entreprises ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 juillet 2007 12:18

    on m’a rapporté qu’on les retrouve dans les lits des hommes politiques smiley


    • Universitaire 1995 4 juillet 2007 18:34

      Si les problèmes d’indépendance, de neutralité et d’impartialité se réduisaient à quelques flirts de journalistes et de politiques ! Mais les choses vont beaucoup plus loin. Elles touchent, à la fois, des intérêts beaucoup plus profonds et des secteurs beaucoup plus vastes. Des domaines plus importants, d’ailleurs, que la presse elle-même.

      Peut-on demander aux journalistes d’être indépendants si déjà l’Etat, les ministres, les politiques... ne le sont pas ? Les médias ne font que suivre la tendance. Pas seulement ceux qu’évoque l’article, mais même ceux qui se disent « citoyens » ou « alternatifs ».

      En ce moment, il y a une réforme des universités en perspective. Qui la mène ? Une dame qui est à la fois mariée avec un directeur général adjoint d’Imerys et fille du président de Bolloré Télécom. Deux groupes très directement concernés par la haute technologie et qui, de ce fait, ont certainement des intérêts stratégiques dans le domaine de la recherche et des universités. Valérie Pécresse a été nommée juste après le scandale du voyage de Sarkozy à Malte aux frais de Bolloré et de son groupe.

      Qui a parlé, en mai dernier, des liens entre Pécresse et Bolloré, dans le but de dénoncer les risques de confusion d’intérêts ? A l’époque, personne. La presse a gardé le silence, bien sûr. Mais la « gauche », qui aurait pu capitaliser l’affaire avant le premier tour des législatives, s’est tue et à la place a été voir Sarkozy. Côté directions syndicales, pareil. Il y a eu un grand silence jusqu’à la semaine dernière, où on a vu passer ces deux articles :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=189 L’opposition de Monsieur le Président et la loi d’autonomie des universités

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=196 Valérie Pécresse devrait démissionner du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

      Les deux articles ont été censurés par un site dit « gauche de la gauche » comme Bellaciao. Pourquoi ? Et le deuxième a eu droit à des attaques très virulentes de la part d’un internaute qui se dit cégétiste et proche du PCF. Comprenne qui pourra, ou alors on ne nous dit pas tout. Mais vous voiyez que je n’ai pas eu besoin d’aller chercher comme exemple la presse à Bolloré.

      En tout cas, les têtes visibles des médias, du monde politique, des banques et des multinationales, de la coupole de l’Etat... se retrouvent tous dans une série de cercles de « rencontres transversales ». Par exemple, le Siècle dont parlait un article de lundi :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=26454

      Pour le Siècle, il y a ce lien :

      http://www.strategies.fr/archives/1365/136504901/management_14_le_pouvoir_a _la_table_du_siecle.html


    • Universitaire 1995 4 juillet 2007 18:59

      J’avais oublié : le PCF et la CGT ne sont pas absents des réseaux et « think tank ». Voir le site de Confrontations Europe :

      http://www.confrontations.org/


    • ExSam 4 juillet 2007 21:26

      Universitaire

      Effectivement, je crois qu’on peut envoyer à P.Herzog les paroles de la chanson célèbre à juste titre de Dutronc :

      Il y en a qui contestent

      Qui revendiquent et qui protestent

      Moi je ne fais qu’un seul geste

      Je retourne ma veste, je retourne ma veste

      Toujours du bon côté

      Ca s’appelle « L’opportuniste », naturellement.


    • ExSam 4 juillet 2007 21:28

      A distinguer quand même groupes et patrons de presse, bel et bien inféodés, du journaliste lambda qui n’en peut mais, même s’il n’épouse pas la ligne...


    • ingrid 5 juillet 2007 13:22

      Dans le privé, celui qui « ne marche pas droit » se fait virer. C’est ce qui arrive au journaliste qui « n’écrit pas dans le bon sens » ou qui aborde des sujets « qu’il ne faut pas ».

      C’est ce qu’adviendra de la « liberté académique » si les universités sont privatisées ou, tout simplement, rendues plus « autonomes ».

      En réalité, on cherche à faire taire, dans tous les domaines, tous ceux qui pourraient dire quelque chose. Le privé et les « coupoles autonomes » sont le meilleur gendarme du système.

      Quant à la Justice, on a bien étouffé l’affaire d’Outreau au cours de la campagne présidentielle et depuis. C’est que les politiques aussi, on sait les faire taire.


    • nipalm nipalm 7 juillet 2007 15:16

      Pour l’affaire d’outreau la presse a au moin au temps de responsabilité que la justice.


    • Bouli Bouli 4 juillet 2007 12:18

      Il est bon de rappeler tout ça... La presse française est de moins en moins indépendante mais ça ne semble déranger que très peu de monde dans ce pays. Les journalistes des Echos médiatisent le sujet mais pourquoi tous les journalistes de ces groupes de presse ne font-ils pas une véritable action ? Comment a-t-on pu en arriver là ?


      • Atlantis Atlantis 5 juillet 2007 12:58

        « Comment a-t-on pu en arriver là ? » Comment en sont-ils arrivés là vous voullez dire ? à force de ne pas chercher à comprendre, ils n’ont pas compris ce qu’il leur est arrivé ...


      • Forest Ent Forest Ent 4 juillet 2007 12:58

        Non, bien sûr, les médias français ne sont pas indépendants. Le site de l’ESJ est très bien, mais je me permets toujours de conseiller à ce sujet « la forêt des médias » :

        http://forestent.free.fr/

        La presse française n’est pas indépendante, mais elle est encore libre. Encore que ... Des abus récents du « recel de viol de secret d’instruction » montrent que l’on peut en finir avec cette liberté génante.


        • Céline Ertalif Céline Ertalif 4 juillet 2007 23:21

          Libre ? Voir l’oeuvre d’Henri Laborit, chapitre inhibition.


        • ddacoudre ddacoudre 4 juillet 2007 23:56

          Bonjour.

          Ta réflexion est pertinente entre indépendance et liberté. Il y a un certain nombre de mots que j’ai rayé de mon vocabulaire, car ils datent d’une époque où les hommes se croyaient maitre de leur destin. La connaissance des mécanismes biologiques nous démontre même que nous ne disposons pas du libre arbitre, mais c’est une autre affaire. Je crois effectivement que l’indépendance journalistique n’existe pas plus que l’objectivité. Ce que nous qualifions d’indépendance n’est que le pourcentage plus ou moins marqué de la tolérance de celui qui les (emplois), des convictions propres à chaque journaliste et rédaction et la faculté de se vendre.

          L’aptitude à émettre un commentaire sur un événement est bien naturellement subordonné à sa propre histoire, elle-même issus d’un mode de pensé culturel. Ceci n’empêche pas la capacité à l’auto critique et à l’analyse pertinente, ni aux commentaires engagés lorsque l’on dispose de convictions affichées. L’essentiel est de ne pas tromper le lecteur ou l’auditeur.

          Il y a encore un espace de liberté qui permet de faire dire à d’autres tout le mal que l’on peut penser de celui qui vous muselle parce qu’il vous emploi. Mais dans la lutte pour la diffusion de l’information qui est l’outil par lequel l’on façonne le comportement et les idées des individus, il n’y a que chez les modernes chansonniers sous le couvert de la satire que l’espace de liberté est le plus large, malgrés quelques avatars.

          Le contrôle de l’information à toujours fait partie de la convoitise des dirigeants, et ne pas museler les journalistes en dehors de leur propre auto censure est une éthique en voix de disparition pour raison de scoops financiers et d’intérêts dogmatiques.

          il faut se rappeller que lors de l’ivention de l’imprimerie c’est la bible qui à été édité en premier. Ne pas oublier que Lénine est à l’origine de la désinformation, blanche, rouge, noire. Se rappeller que le mensonge du Pésident Bush a été relayer par bien des journalistes.

          mais qu’il existe aussi des journalistes sans frontière.

          Cordialement.


        • m3uch4 m3uch4 4 juillet 2007 14:53

          Les journalistes ne sont pas indépendants, vu qu’ils sont à 95% de gauche... smiley


          • patrick patrick 4 juillet 2007 16:01

            je partage tout à fait ! mais ce n’est pas bien vu de dire cela n’est ce pas !


          • ZEN ZEN 4 juillet 2007 17:59

            « Les journalistes ne sont pas indépendants, vu qu’ils sont à 95% de gauche. »

            C’est Bush qui vous le dit (bouche cousue..), qui n’a jamais lu le Figaro, le Point, etc...


          • Universitaire 1995 4 juillet 2007 18:46

            « Gauche » « droite »... Voir plus haut mon commentaire de 18H34 .

            Le monde politique forme une corporation solidaire qui se rencontre, ensemble avec des PDGs, hauts fonctionnaires, patrons de la presse, etc... dans toute une série de cercles transversaux.


          • Reflex Reflex 4 juillet 2007 20:51

            Voilà qui ne manque pas de piquant ! Les journalistes, « à 95% de gauche », alimenteraient de leurs plumes des journaux à 95% de droite si l’on en juge par la diffusion OJD des PQN et PQR ainsi que des hebdomadaires d’information. C’est là une triste méconnaissance de la condition des journalistes, soutiers de l’information, salariés de base lorsqu’ils ne sont pas réduits à la peu enviable condition de prétendus indépendants. Il fait peu de doute que, jouissant d’une formation intellectuelle généralement supérieure, les journalistes comme leurs semblables avocats, cadres bancaires, médecins, consutants..., professent généralement des idées dites « avancées ». Il n’empêche que pas plus que ces semblables - j’omettais bien involontairement les enseignants - ils ne détiennent les rênes de leur entreprise. A-t-on oublié aux « Echos » cette tradition de la presse financière qui voulaient que les plumes soient rémunérées de discrètes enveloppes lors des assemblées générales ? Fondateurs des AGEFI - il en subsiste encore deux aujourd’hui - les frères Bolleck ont acquis leur respectabilité à force de servilité ! Voudrait-on aujourd’hui que l’histoire bégaie ? Si, et seulement si, les patrons de presse sont des hommes de plume nous disposerons de journaux de qualité. Tel « Le Monde » des origines. Ou, exemple unique en Europe, qu’on l’aime ou l’abhorre, « Le Canard Enchaîné ». Enfin que les lecteurs cessent de se lamenter, les auditeurs de pleurnicher, les téléspectateurs de pester contre l’ineptie de la soupe médiatique qu’on leur réchauffe. Aujourd’hui, compte avant la pertinence, l’audience.


          • pixel pixel 4 juillet 2007 22:11

            Le journalisme en France à montré son visage lors du référendum sur le TCE.Le redoutable unanimisme sans fard à été à la hauteur de la demande des commanditaires et il me semble curieux que les mêmes journalistes aient peur de perdre une liberté qu’il aurait du utiliser hier.


          • vivelecentre 4 juillet 2007 22:19

            faut il encore le rappeler ? oui effectivement, les journalistes sont à 95% à gauche !

            en cela effectivement on peut conclure sans contestation possible, qu’ils ne sont pas objectifs, fortement influençés, donc au bout du compte , dependant de cette idéologie !


          • JPL 6 juillet 2007 01:01

            Répéter 1000 fois que 95% des journalistes sont de gauche devrait transformer cette assertion fumeuse en une vérité établie ????

            Ca ressemble furieusement aux techniques de propagande de Goebbels....

            Ca sort d’où que 95% seraient de gauche ? Ils seraient tenus de déclarer leur choix politiques et cela serait dûment consigné dans un grand registre national ??

            Arlette Chabot, Patrice Duhamel, Jean-Pierre Elkabbach, Claire Chazal, Jean-Pierre Pernaud etc. seraient de gauche ? Et aussi Michel Drucker grand ami de M Sarkozy et compagnon de ses balades à vélo ? et aussi David Pujadas ? Et aussi Marie Drucker et Béatrice Schoenberg ? Et aussi les journalistes du Figaro, du Point, etc. ?


          • ju ju 4 juillet 2007 15:30

            « Ne courent-ils pas le risque pourtant, eux aussi, d’être en conflit d’intérêt en permanence sur de multiples sujets du fait qu’ils appartiennent à ces grandes entreprises ? »

            Effectivement, ils courent ce risque, mais cela n’explique pas tout quant à l’indépendance des journalistes.

            Bien entendu, il existe des censures politiques et économiques, mais ce serait très insuffisant que de dire que la télévision est manipulée par ses annonceurs et ses actionnaires. Ce sont là des choses si grosses que même la critique la plus élémentaire les perçoit. Ce dont il est question ici, c’est de choses plus subtiles, et, par la force des choses, beaucoup plus dangereuses.

            Extrait d’une reprise détaillée du contenu de l’ouvrage Sur la télévision de Pierre Bourdieu, la suite : http://meshumeurs.blog.20minutes.fr/archive/2006/03/26/sur-la-television-par-pierre-bourdieu.html


            • Yvance77 4 juillet 2007 15:32

              C’est pour cela qu’il est conseillé de se rabattre sur une saine lecture à savoir « Le canard enchainé ».

              Unique journal au monde à ne jamais avoir eu d’annonceurs dans ses feuilles et ce depuis plus de 90 ans.

              Hormis la période d’occupation ou ils n’ont pu exercer ce métier, les journalistes de cet hebdo, même s’ils ne sont pas parfaits, méritent respect pour la mise en lumière de nombreuses affaires et touchant tous les bords politiques et économiques.

              A mettre entre les mains des plus jeunes ; en rendant sa lecture obligatoire, dans les cours d’éducation civique réactivés, dès la 6eme.

              Quitte à rêver ...

              Excellent article


              • Anto 4 juillet 2007 16:01

                Sans compter que la presse ecrite en France est subventionnee

                Les aides directes de l’Etat

                Depuis 2001, l’Etat intervient en faveur de la presse dans quatre domaines (39 millions d’Euros en 2002) :

                * L’aide à la diffusion afin de diversifier le circuit de distribution (portage) et de le moderniser (subvention à l’aménagement des magasins)

                * L’aide à la presse à faibles ressources publcitaires (comme La Croix ou L’Humanité)

                * Les fonds de modernisation de la presse quotidienne et assimilée, destiné aux entreprises éditant au moins un quotidien ou un hebdomadaire régional d’information politique et générale. Cette subvention est financée par un compte d’affectation spéciale au budget (taxe sur hors média)

                * Fonds spécial destiné à aider la presse dans sa diversification multimédia sous forme d’avances remboursables ou de subventions plafonnées.

                Rappel : Classement mondial de la France au palmares de Reporter Sans Frontiere pour la liberte de la Presse : 30eme


                • Bulgroz 4 juillet 2007 16:49

                  +

                  La presse bénéficie d’un taux réduit de TVA de 2,10 %

                  +

                  Les messageries de presse, les dépositaires, les diffuseurs et les vendeurs colporteurs sont dispensés de TVA.


                • JL ML Mangouste 4 juillet 2007 16:57

                  Les aides à la presse (aides directes et indirectes, si l’on y compte par exemple l’abonnement de l’Etat à l’AFP) se montent aujourd’hui à plus de 1,5 milliards d’euros.


                • ZEN ZEN 4 juillet 2007 18:02

                  Bulgroz

                  Si la presse n’était pas ainsi soutenue, vous ne pourriez pas lire Le Point chaque semaine. La Presse n’existerait plus depuis longtemps...


                • ZEN ZEN 4 juillet 2007 18:07

                  Un seul conseil : tenir compte de celui que vous donne Forest Ent plus haut...


                • Bulgroz 4 juillet 2007 19:54

                  Zen,

                  Vous êtes effarant, je ne fais que dire la réalité fiscale et vous me tombez dessus avec des procès d’intention.

                  Ai je dit qu’il fallait stopper les aides à la presse ? Non.

                  Vous ai je dit que j’ai lu, une seule fois, le Point ? Non, mais vous l’affirmez, vous savez sans doute mieux que moi.

                  Sachez Zen que je ne lis aucun magazine hebdomadaire tel le Point, L’express, Obs...

                  Mais je lis beaucoup et j’achète beaucoup quotidiennement, j’aime toucher le papier, je ne sais si c’est votre cas.

                  Pouvez vous, Zen, fonctionner sans faire de procès d’intention ?


                • Gilles Gilles 5 juillet 2007 09:13

                  Anto... le classement de la France est 35m pour la liberté de la presse, en chute libre depuis 2002 (de la 11em a la 35em place), plus pour l’activité de la justice contre els journaliste que la collusion politicards/journaliste-patron de presse Faudra suivre son évolution entre 2007 et 2012

                  ET je crois en effet que le monde s’en fiche un peu...

                  http://www.rsf.org/rubrique.php3?id_rubrique=638

                  Extrait :

                  « La France (35e) perd cinq places depuis l’année dernière et vingt-quatre places en cinq ans. La multiplication des perquisitions au sein de médias et des mises en examen de journalistes est un réel sujet de préoccupation pour les organisations professionnelles et les syndicats. Par ailleurs, l’automne 2005 a été particulièrement difficile pour les journalistes français. Plusieurs d’entre eux ont été agressés ou menacés lors du conflit syndical né de la privatisation de la SNCM, en Corse, et pendant les violentes manifestations dans les banlieues françaises, en novembre. »


                • Le Panda Le Panda 4 juillet 2007 16:28

                  @ Furtif,

                  non c’est de la mauvaise foi que d’écrire qu’il y a de la censure sur AGV, que le droit de réponse n’existe pas peut-être...Quoi que pour certains cela passe...

                  Quand à la transparence on baigne en eau trouble pas souvent mais cela arrive. Où est passée Mirza ?

                  Le Panda.

                  Patrick Juan.

                   smiley


                • Le Panda Le Panda 4 juillet 2007 17:28

                  par Le furtif (IP:xxx.x21.38.9) le 4 juillet 2007 à 17H02

                  Gonflé le Panda Comment ça mauvaise foi !!

                  Vous faut-il la liste précise des posts supprimés sans raison aucune ou pour de mauvaises raisons....

                  Faut-il vous rappeler votre question ahurissante à Bilger lui demandant s’il était modérateur alors que vous l’êtes ,vous,

                  Faut-il vous rappeler la série entière de commentaires supprimés sous Valles ? sous Demian West ? Le choix improbable de ce qui est permis et de ce qui ne l’est pas.

                  Faut-il vous rappeler la partialité à geométrie variable des interventions de cette censure sous Dominique Ambiel...

                  Que s’est-il passé sur le titre de Cosmic hier soir....Vous paraissez bien peu renseigné.

                  Mais tout cela n’est rien

                  Faut-il vous rappeler comment vous avez accédé à ce rang de modérateur , cooptation sans contrôle ,pensez-vous que dans une telle position vous pouvez venir parler de ma mauvaise foi ?

                  Bravo vous avez réussi à me faire rater une respiration. Ma mauvaise foi. !!!!

                  Le furtif Outré.

                  Réagir à l’article | Réagir au commentaire | SIGNALER UN ABUS

                  commentaire constructif ? 1

                  Réponse de l’auteur de cet article

                  > Le 6 juin 1944 : pas d’oubli ! par Le Panda (IP:xxx.x0.212.41) le 4 juillet 2007 à 17H19

                  @Le furtif c’était de l’humour au second degré,merci de le comprendre d’autant que vous êtes quelqu’un que j’aime bien.

                  Je suis désolé que vous soyez outré, là n’était pas du tout mon but, dans la mesure où j’ai mal visé mille excuses.

                  Par ailleurs, petite modification, je ne suis pas modérateur !! Je regrette par moments le manque de tranparence d’AGV, tout comme vous.

                  Merci de votre soutien l’autre jour, il a fini par me répondre sur ma bal perso et je le regrette, bien à vous

                  Trés cordialement,

                  Le Panda

                  Patrick Juan

                  Il me semble que les rédacteurs devraient avoir un espace d’échanges car c’est la richesse d’AGV.

                  http://www.panda-france.fr


                • Le Panda Le Panda 4 juillet 2007 17:34

                  @ Le furtif

                  merci de lire la réponse que je vous ai faite, je ne pensais pas que l’aviez envoyé sur ma bal perso.

                  Je confirme que vous êtes aussi clair que je puis l’être.

                  J’ai simplment essayé d’apporter une note d’humour à Mangouste que j’aime bien aussi en répondant à votre question.

                  Mal dit de ma part ou pas bien interprété je ne sais pas. En ce qui me concerne l’incident est clos et pour ma personne il n’y a pas d’incident tout au plus une question d’interprétation.

                  Cordialement,

                  merci de lire ma réponse à votre intervention.

                  Le Panda

                  Patrick Juan.

                   smiley


                • Gilles Gilles 5 juillet 2007 09:30

                  En effet des posts sont supprimés sans que l’on sache pourquoi pour tous.

                  De plus, ces disparitions rendent parfois difficile la lecture des posts car les réponses aux posts supprimées, elles sont maintenues


                • patrick patrick 4 juillet 2007 16:11

                  Pour être independants, les journalistes devraient , en premier lieu, être libérés des dogmes d’une part et de leur égo d’autre part.

                  Ils pouraient déjà appliquer la vieille régle ; « les faits sont sacrés, le commentaire est libre ».

                  Ensuite, ils pouraient, mais c’est leur faire injure de le dire, éviter de ne juger que par le prisme de leurs opinions politiques.

                  Enfin , il serait interressant qu’ils cessent cette posture de « sachant » et de victime supposée.

                  Les journalistes, a de rares exceptions près, ne sont pas plus des paranguons de vertu que des dépositaires de la Vérité .


                  • Le Panda Le Panda 4 juillet 2007 16:22

                    @Mangouste,

                    les médias pas crédibles que voilà un bon sujet, en régle générale c’est comme les magistrats ils se tentent à la politique et se retrouvent comme des cailles mais cette fois sur canapés.

                    Voir le film : Promotion Canapé et faire la différence avec 100 millions de dollars avec P.Dewaeare.

                    Le journalisme conduit à tout et à rien, sauf pardon pour les miroirs des mangoustes qui se nourrissent de rongeurs, des serpents, donc son côté carnivore, le rend encore plus tendre.

                    D’où peut-être l’expression : Lire sa radio et écoutez son journal.

                    Je ne lis plus que les grands auteurs ou ceux qui construisent leur maison avec leur propre corps comme les castors avec leur queue, en guise de battoir. smiley

                    Les médias sont dévolus aux financiers, comme les scribes à l’homme public, avant que les pharaons ne leur mettent main dessus.

                    Toutes les vérités n’étant pas bonne à dire, la majorité des gens sont persuadés que ce qu’ils lisent dans les quotidiens c’est vrai, vu à télé ca passe encore mieux ? La désinformation, puis cela manque d’humour dans ce monde de brutes, qui ose écrire que 95% des journalistes sont de gauche ? ils ne savent pas en règles générales où se trouvent la droite de leur gauche.

                    Le Panda

                    Patrick Juan.

                     smiley


                    • ander763 ander763 4 juillet 2007 16:32

                      Question de bac philo, votre titre... En plus pragmatique, les journalistes des Echos, pourtant bien renseignés en matière d’organisation économique, ne pourraient-ils pas proposer un CONTRAT à leur éventuel acheteur, qui garantirait explicitement leur intégrité éditoriale ? Bernard Arnaud, qui investit toujours dans des projets à haute valeur ajoutée, doit penser aujourdhui que celle des Echos est à renégocier...


                      • jako jako 4 juillet 2007 19:02

                        exact c’est d’autant plus bizarre que ces « hommes d’affaires » investissent subitement sur une planche pourrie la presse ecrite


                      • caramico 4 juillet 2007 16:43

                        Tous ces gros pontes de la phynance n’ont rien d’altruistes. Alors s’ils investissent dans un secteur à faible rendement, c’est qu’ils veulent, via une presse aux ordres, faire passer les bons messages dans tous les cerveaux disponibles.

                        Le pognon, le fric, le pèze, il n’y a que ça de vrai !


                        • patroc 4 juillet 2007 17:48

                          A part quelques journaux indépendants taxés « extrèmistes » ou « caricaturaux », la presse comme la télé sont à la botte du pouvoir en place. Sarko sait que ces outils de propagande sont indispensables à la mise en place de son programme, d’où les pressions actuelles sur certains journaux et l’arrêt de programmes télé. Les journalistes sont condamnés à l’autocensure pour conserver leur place : C’est la dictature médiatique ! l’épisode de la vidéo de Sarko au G8 non reprise par les télés et les grands médias (ou si peu), alors que son « potentiel marchand » était énorme, ou plus récemment le silence sur la CB « argent public » de Cécilia montrent l’emprise du pouvoir en place sur les médias français. Autocensure et propagande économique et gouvernementale, tel est le destin du média français dans l’ère de Sarko. Le vrai journaliste est indépendant...ou le deviendra.


                          • Don Diego Don Diego 4 juillet 2007 19:10

                            Les journalistes sont independants et si tout se passe comme prevu le Pere Noel viendra fourrer vos pantoufles le 25 decembre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès