Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les journaux télévisés appellent à la haine et c’est honteux

Les journaux télévisés appellent à la haine et c’est honteux

On n’en finit pas avec la désinformation dans les journaux télévisés français. Ce phénomène ne fait d’ailleurs que s’amplifier, les journalistes profèrent de plus en plus d’accusations mensongères, lesquelles ne sont guère que des appels à la haine.

J’ai regardé le JT de France 3 (le 19-20 le 14/09/2009).

C’est honteux : on nous assène longuement que l’avidité des banquiers a provoqué la crise économique.

Cette attitude de la part des journalistes est similaire à celle qui consistait à accuser de tous les maux il y a 80 ans les juifs et il y a 300 ans les sorcières.

Le niveau mental des journalistes et d’une partie du public est toujours aussi bas et la haine aussi forte qu’aux périodes les plus sombres de l’histoire.

Je tiens à rappeler que seuls les journalistes, certains hommes politiques et quelques citoyens prompts à la haine sont prêts à accuser les banquiers de notre crise économique actuelle.

En revanche, aucun économiste ne pourrait cautionner ce mouvement de haine.

Au sujet de la crise économique, les économistes se partagent en deux camps :

- Il y a ceux qui sont convaincus que tout est de la faute des États, rappelant que les activités économiques sont depuis plusieurs décennies de plus en plus réglementées. Ils rappellent d’ailleurs que les premières entreprises à être en difficultés sont précisément celles qui sont les plus contrôlées.

- Et il y a ceux qui sont convaincus que la crise économique est un phénomène naturel, qui n’a été causé par la faute d’aucun homme.

Quoi qu’il en soit, j’observe qu’en France, et notamment parmi les journalistes, il semble de bon ton de désigner des coupables dès qu’il y a le moindre problème. Et quels meilleurs coupable y a-t-il que les gens qui cherchent à faire du profit ?

Enfin il s’agit ici d’une illustration du fait qu’en France les journalistes sont horrifiés à l’idée de faire de l’information. Ils préfèrent de loin se vautrer dans une idéologie malsaine au nom de laquelle ils diffusent un message de haine envers de nombreuses personnes, en l’occurrence ici envers les employés de banques.

Je veux bien accepter que les journalistes continuent à faire de la désinformation. Mais au moins qu’ils arrêtent de diffuser leurs accusations mensongères et leurs messages de haine.


Moyenne des avis sur cet article :  1.61/5   (98 votes)




Réagissez à l'article

161 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 16 septembre 2009 10:30

    J’chuis pas sur... C’est du deuxième degré... troisième... plus ?
    Comment interpréter cette « bouillie d’analyse » socio-politico-économique ?
    L’auteur cherche peut être du boulôt chez Goldman Sachs ?

    Les banksters ont , enfin, trouvé un défenseur. Pas sur que ça leur serve...


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 16 septembre 2009 12:00

      « Bankster » est un terme politiquement conoté  !


    • kalon kalon 16 septembre 2009 13:50

       Que Mr Lallemand écrive des non sens , ma foi, pourquoi pas.
      Mais j’ai la nette impression qu’il y croit, à ses bétises, c’est là que cela devient trés dangereux !


    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 septembre 2009 14:37

      kalon , vous dites « Mr Lallemand écrit des non sens ».

      Mais prenez donc le cas a contrario. Les Etats , TOUS SANS EXCEPTION, ont deversé un argent public sans precedent dans l’economie. Est elle repartie pour autant ?

      La denonciation des traders vient a point nommé pour masquer l’echec des politiques keynesiennes qu on subit depuis 50 ans. Quiconque recoit une fiche de paie et ensuite un avis d’imposition comprend exactement ce qui est dit ici.

      Posez vous la question : la disparition des bonus des traders en 2008 et 2009 a t elle permis de relancer l’economie, de faire baisser le chomage et de redonner du pouvoir d’achat aux francais ?


    • ouallonsnous 16 septembre 2009 15:22

      Ce dont je suis sûr et à tous les degrés, @Alpo, c’est que cet article dénonçe le « systéme », qu’il épargne apparemment les tenants du systéme est troublant, j’en conviens, mais le principal est dit !


    • Emmanuel Goldstein Emmanuel Goldstein 16 septembre 2009 15:59

      Eleusis comment peut on en si peu de mot dire autant de bêtises ?

      D’un part, les politiques keynesiennes permettent de soutenir la demande, et particulièrement la demande des revenus les plus pauvres. Elles injectent de l’argent dasn l’économie et permettent aux entrepreneurs qui veulent investir d’obtenir plus facilement des crédits.

      D’autre part, les bonus n’ont pas disparu en 2008-2009, c’est plutôt le contraire.

      Enfin, les injections de liquidités qu’on a vu, si elles étaient mal orientées, vers les banques, ont néanmoins permis de compenser une disparition de valeur de plusieurs milliers de milliards. J’aurais préféré qu’on fasse une vraie relance keynésienne, orientée sur les plusbas revenus, ça aurait été plus efficace en terme de soutien de la demande.


    • faxtronic faxtronic 16 septembre 2009 17:35

      On reconnait la betise d eleusis au motus de son avatar


    • ffi ffi 17 septembre 2009 01:49

      @ Goldstein,
      je suis de l’avis de Eulesis.
      Les politiques Kéneysiennes sont de toutes évidences cause de la crise.
      En effet, si la politique Keynésienne consiste en une émission monétaire pour relancer l’économie, la politique Keynésienne veut que cette monnaie soit empruntée par les états sur les marchés financier (marchés à obligation), contre taux d’intérêts.
      Ce système s’est mis en place dès l’année 1973 en France (loi 73-7, réforme des statuts de la Banque de France, signée par Pompidou, Giscard et Mesmer).
      Avant cette date, la république pouvait emprunter directement sans intérêt à la Banque de France pour organiser le développement, selon le principe du crédit public. Le crédit public a permis les trentes glorieuses, construction des réseaux d’électricité, d’eau potable, d’assainissement, de gaz, ... sans que la France ne s’endette.

      La méthode Keynésienne n’est qu’une réformette du libéralisme et, dans les faits, subordonne chaque investissement de la nation à payer une taxe aux intérêts privés, c’est-à-dire à ceux qui ont les moyens d’acquérir des obligations d’état.

      Depuis la mise en place des politiques Keynésiennes, donc, la dette des états s’est envolée de manière exponentielle, sans que pourtant il n’y ait de nouvelles infrastructures créées. Face à ce problème de l’endettement, toutes les décisions prônées pour y faire face ont consisté au rationnement des services publiques (rationnement des soins, compression des pension, privatisations des services publics et des infrastructures).

      Mais, ce faisant, en bloquant tout investissement public en faveur de l’intérêt général par son renchérissement effectif, la qualité des infrastructures, leur quantité ont fortement décru.

      L’économie a ainsi perdu une grande partie de son efficacité, compromettant tout retour sur investissement, quand dans le même temps les états s’endettaient de plus en plus et que la manne des intérêts perçus sur les obligations s’orientaient vers la spéculation.

      C’est la conjonction de ces faits - consécutifs de la mise en place d’une politique keynésienne -, qui provoque la crise. La quantité colossale des titres financiers n’a plus aucun rapport avec la richesse physique, tangible issue des outils de production et des infrastructures. Ces titres n’ont plus rien pour assurer leur valeur.

      L’endettement colossal des états les obligent à ponctionner de manière indues leurs populations qui dès lors ne parviennent plus à acheter ce qui est produit et tout le système va donc partir en vrille.

      La solution est donc de quitter les politiques Keynésiennes et de rétablir le Crédit productif public (Roosevelt) de manière à reconstruire les infrastructures et les outils de production. Les états n’ont pas à emprunter sur les marchés !

      C’est la seule solution. La République, c’est la chose publique. En tant que chose publique, elle n’a pas à payer une taxe aux intérêts privés.

      Même si cela déplait aux riches de ce monde.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 septembre 2009 02:27

      @ Alois Frankenberger : Bankster me semble un néologisme bien évocateur. Contrairement à l’auteur, je pense que OUI le système bancaire tel que conçu menait irrémédiablement une fuite en avant. Je pense aussi que la fin du système a été manipulée pour faire porter le poids de la crise à quelques-uns plutôt qu’à d’autres. Je pense enfin que les médias français sont bien timides dans leurs attaques. Aux USA, CNN, en particulier a fait une série dénonçant en les identifiant les principaux responsables de la crise.


      Pour éviter tout malentendu, disons qu’il est clair que les « Banksters » responsables de la crise ne travaillent pas à l’agence près de chez vous. Mais il en est peu qui, y travaillant, n’ont pas fait tout ce qu’ils pouvaient pour en être les complices et en retirer tout ce qu’ils pouvaient. La nature humaine ne ma pas déçu, je n’en attendais pas beaucoup.




      Pierre JC Allard





    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 17 septembre 2009 12:56

      Emmanuel Goldstein , vous etes tres drole


      Je vous cite « D’un part, les politiques keynesiennes permettent de soutenir la demande, et particulièrement la demande des revenus les plus pauvres. Elles injectent de l’argent dasn l’économie et permettent aux entrepreneurs qui veulent investir d’obtenir plus facilement des crédits. »

      ==> Une politique keynesienne, c’est , pour resumer, l’intervention de l’Etat pour ramener la demande reelle au niveau de la demande potentielle, par emprunt ou par deficit (emprunt differé) .
      Mais si vous reflechissez deux minutes, alors vous voyez que ca fait 30 ans que la France est keynesienne. Le budget oublic, utilisé pour verser des salaires et creer des equipements, est SYSTEMATIQUEMENT deficitaire. Est ce que la France a pour autant des performances economiques exceptionnelles, notamment en matiere de croissance, d emploi et chomage et de pouvoir d’achat ?? Reponse : NON, bien sur.


      D’autre part, les bonus n’ont pas disparu en 2008-2009, c’est plutôt le contraire.

      ==> Si vous voulez discuter, renseignez vous. Sinon ne dites rien. http://www.ft.com/cms/s/0/8dfc869a-9caa-11de-ab58-00144feabdc0.html?nclick_check=1 
      Seventy-two City bankers are suing Dresdner Kleinwort and
      Commerzbank for €33m ($47.8m) worth of unpaid bonuses in the biggest case of its kind in the UK

      Bonus en baisse de 50 % chez Merrill Lynch
      http://archives.lesechos.fr/archives/2008/LesEchos/20314-149-ECH.htm

      Les activités aux Pays-Bas de la banque ABN Amro, nationalisées par l’Etat néerlandais en octobre 2008, ont vu leur bénéfice opérationnel baisser de 60% à 471 millions d’euros en 2008, a annoncé le groupe vendredi en précisant qu’il avait réduit ses bonus de 63%.
      http://www.rtlinfo.be/info/archive/229704/abn-amro-aux-pays-bas-benefice-et-bonus-en-baisse-de-plus-de-60-en-2008/?&archiveYear=2009


      Chez Calyon, l’enveloppe moyenne a été réduite de 50% pour le front office et de 30% pour les fonctions supports
      http://www.agefi.fr/articles/Les-banques-appretent-annoncer-bonus-forte-baisse-1061304.html Les bonus individuels ne seront annoncés qu’en mars en interne, une fois mené à bien le plan social qui prévoit la suppression de 250 postes chez Calyon en France. Le terme du plan est prévu le 28 février.



      Enfin, les injections de liquidités qu’on a vu, si elles étaient mal orientées, vers les banques, ont néanmoins permis de compenser une disparition de valeur de plusieurs milliers de milliards.

      ==> L’addition des 10 premières capitalisations atteint seulement 330 milliards d’euros alors qu’à fin 2006, elle frôlait les 900 milliards d’euros. http://www.boursica.com/?/bourse/forum/general/24397 Les prets de l’Etat n’ont rien compensé du tout.



      J’aurais préféré qu’on fasse une vraie relance keynésienne, orientée sur les plusbas revenus, ça aurait été plus efficace en terme de soutien de la demande
      ==> Non, ca n’aurait pas ete efficace. Deja parce que la consomnmation a continue a progresser durant la crise, et en plus qui dit verser des allocs au bas revenus signifie, en temps de crise, exploser le deficit commercial. La relance Mauroy de 1981 est helas LE cas d’ecole.


    • Rounga l’indomptable Roungalashinga 16 septembre 2009 10:35

      Il est évident que ce sont les pauvres qui ont contracté des crédits qui sont responsables de la crise. Salauds de pauvres !


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 septembre 2009 13:57

        la speculation immobiliere en France, aux Etats Unis ou en Espagne ou au Royaume Uni, bref partout, tout le monde (tous les proprietaires pour etre precis) etait content quand les prix montaient, malgre les avertissemsnts de site comme bulle immobiliere org

        Idem pour les retraites bien content de placer leur argent en bourse avec des revenus garantis.

        Que chacun prenne ses responsabilites.


      • Gazi BORAT 16 septembre 2009 10:37

        Il n’y a pas que les banquiers...

        Des parents qui, bouleversés par la mort de leur fille avaient pieusement préservé le corps de leur enfant en le cryogénisant ont été, en tête du JT, livrés à la vindicte des télespectateurs par un récit orienté de leur drame.

        A travers eux, ce sont tous les parents de France aimant leurs enfants qui ont été livrés à une véritable campagne d’incitation à la haine.

        C’est bien simple : les journalistes haïssent tout le monde..

        Même le si doux Mr Hortefeux !

        gAZi bORAt


        • miwari miwari 16 septembre 2009 10:42

          "Je tiens à rappeler que seuls les journalistes, certains hommes politiques et quelques citoyens prompts à la haine sont prêts à accuser les banquiers de notre crise économique actuelle."

          Mais bien sûr ... article minable à la hauteur de son auteur !


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 septembre 2009 13:58

            La crise economique a commence AVANT la crise financiere , mi 2007 quand les ventes de logement omt ralenti.


          • King Al Batar Albatar 16 septembre 2009 10:43

            Déjà utiliser le terme banquier est totalement inaproprié, car il faut bien faire la disticntion entre la banque de détail (celle ou vous avez vos comptes) et la banque d’investissement (celle ou il y a des traders).

            Dire que la crise est de la faute des banquiers (celui qui vous recoit dans son bureau pour vous permettre d’acheter votre maison, ou qui vous appelle quand le solde de votre compte est en l’air) revient à dire que les marées noires sont de la faute des pompistes de chez Total !!!!

            Si l’on veut etre précis, ce sont les filliales d’invetissements de fonds (comem AMS chez BNPPAribas) essentiellement constituée par des cadres surdiplomés (les traders) qui sont à l’origine de ce que l’on appelle « la crise ». Il doivent constituer en tout et pour tout 1% des salariés des banques et en reprensente plus de 65% des revenus du personnel.

            Cette information n’a pas été relayée, mais à l’annonce de la mise en provision du milliard de la BNP, les conseillers en agence on manifesté leur mécontentement, car eux ne touche pas la moindre prime exceptionnelle, en fermant les agences 1h plus tot dans toute la France.

            C’est complétement débile de reporter la faute sur les banquiers, car le terme n’est absolument pas approprié et à cause de cela, les incivilités subies par le personnel des banques de détail et notament les guichetières s’est multiplié par trois.

            Les journalistes qui relaient ce type d’informations sont des irresponsables, qui n’en ont rien a foutre de stigmatiser une tranche de la population....


            • Talion Talion 16 septembre 2009 10:59

              Le banquier de détail qui pratique de la vente suggestive afin de convaincre un client de prendre un chrome sur trente ans pour une baraque qu’il va payer un prix indécent porte sa par de responsabilité...

              Même chose pour celui qui encourage des sociétés partenaires à faire signer à leur client un crédit révolving ou un crédit conso avec des taux d’usure monstrueux pour acheter un équipement pour la maison ou une voiture pour le travail...

              Des exemples comme ça on peut en trouver un maximum... Les banquiers ne sont pas des philanthropes, mais des commerçant passés maitre dans l’art de la vente suggestive auprès d’une population de gens modestes, influençables, qui ont du mal à joindre les deux bouts et qui donc payeront un max en agio et pénalités pour payement en retard.

              Je ne pleurerai pas sur leurs sort si un jour la fureur du peuple se déchainait sur eux.


            • King Al Batar Albatar 16 septembre 2009 11:19

              Je ne tiens pas spécialement à prendre la défense des banquiers (de détails) mais je tiens quand même à apporter quelques précisions suite au poste précedent, pour eviter queles personnes restent ignorante.

              1)° En ce qui concerne les pret immobilier, un banque gagne très peu d’argent, car il faut que vous sachiez que l’argent que la banque prête n’est pas le sien mais celui de ses clients, par conséquent cet argent à un cout. Ce cout se manifeste par la rémunération des comptes epargne. La différence entre les interets d’emprun et les interets reversé par une banque à ses clients s’appelle la marge d’intermédiation.
              Les banques ne gagnent quasiment rien sur un pret immo, comme je le disait précedement puisqu’elle émarge à 0.1 voir 0.2% du montant des interets, en revanche elle se rattrape en gagnant la fidélité du client, et en lui faisant prendre des services annexes (assurances etc....) D’ailleurs, si vous connaissez un tout petit peu le système vous constaterez que les taux d’interets d’emprunt on baissé en même temps que les comptes epargne.

              2°) En ce qui concerne les credits revoving, ils coutent très cher et sont très mauvais pour les consommateurs, néanmoins les principaux revendeur de ce type de credit ne sont pas les banques directement, mais les commercants (Darty, la Fnac, Carrefour etc.....) si l’on suit votre systeme c’est tout le système mercantile qui est responsable de la crise. Il faudrait donc suprimer les commerce et l’argent aussi peut etre.....

              Alors effectivement, les banquiers sont des commerciaux, comme partout, le mec qui vous loue une voiture essayera de vous vendre l’assurance, ou celui qui vous vend des pompes en dain, la petite bombe pour les proteger de la pluie.

              Mais ils ne sont en rien responsables de la crise et votre reponse à mon commentaire, est effectivement le signe d’un abrutissement de la population par les medias, visant à designer en coupable le conseiller de la banque, qui se contente de faire son boulot (qui est jusqu’à aujourd’hui légal)


            • Talion Talion 16 septembre 2009 11:41

              "Désolé Albatar : tu veux faire le distingo entre banquiers et employés de banques , et effectivement ce n’est pas pareil , mais combien d’employés de banque font pression sur toi pour te faire souscrire à un produit à risque qui leur rapportera une belle commission ? Quand aux banques de dépot et banque d’affaire , je pensais justement qu’une révolution de la loi a permis de mélanger les deux , et même de faire de l’assurance !"

              C’est tout à fait ça...


            • King Al Batar Albatar 16 septembre 2009 11:57

              @ Chantecler
              J’estime qu’il est important de faire le distinguo entre les deux pour deux raisons :
              - les employés et conseiller bancaire, ne soutiennent pas les trader, désaprouvent à plus de 90% les actions de leur directions, car il estime que leur investissement professionel est très mal exploité.
              - Pour eviter au citoyens lanbda de lui faire porte la faute à une crise pour laquelle il n’est pas plu responsable en tant qu’employé que toi en tant que client. En effet il est à mille lieu de savoir ce que les trader font avec le fruit de son travail.

              Enfin si effectivement il occupe un fonction qui est criticable, notament a cause du fait que tout le monde doit avoir une banque aujourd’hui, ils ne font juste que leur boulot de commercial, au même titre que n’importequelle autre profession commerciale, comme le vendeur de fenetre qui marge à plus de 15%, ou SFR qui facture des dépassement de forfait à des prix astronomique.

              En ce qui concerne leur répunration et les commissions, ellene sont pas si elevé que ca. La moyenne des salaires des cadres evoluant dans la banque de détail se situe (à la BNP) à 33000 euros l’année, ce qui est pas terrible quand on a bac+5....

              Néanmoins la proffession de conseiller financier est indispensable pour les francais, et ous les propriétaire d’un bien immobilier peuvent en attester.


            • 1984 16 septembre 2009 13:18

              « car il faut que vous sachiez que l’argent que la banque prête n’est pas le sien mais celui de ses clients »

              Quand on y connait rien on évite de l’ouvrir.

              http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_largent-dette-de-paul-grignon-fr-in_news


            • King Al Batar Albatar 16 septembre 2009 13:51

              @1984, je suis sur mon lieu de travail et je peux donc pas voir le lien que vous m’envoyer sur Dayli Motion,

              Mais puisque j’ai l’air de m’y connaitre moins que vous, je suppose que vous pourrez m’expliquer ce que vous voulez dire par vos propres arguments et non par ceux d’un autres.

              Effectivement quand une banque prete de l’argent, elle emprunte elle même l’argent qu’elle prete et le paye, n’importe qui qui a des notions d’économie ou de finance vous l’expliquera..... Il s’agit de mécanismes economiques qui ne datent pas d’hier.

              Lisez plutot que de regarder des vidéo cela vous instruira certainement plus !


            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 septembre 2009 13:59

              1984, « Quand on y connait rien on évite de l’ouvrir. », en effet ...


            • kalon kalon 16 septembre 2009 14:21

              Désolé de te contredire mais ce n’est pas l’argent de ses clients que la banque préte, c’est de l’argent qu’elle crée pour la circonstance et qui s’annule, par compensation, au fur et à mesure des remboursements, seul l’intérèt de cet argent fictif devient réel.
              C’est, par ailleurs, là que se situe le probléme des « subprimes »
              Dés que l’argent fictif n’est plus remboursé, il devient de l’argent réel mais a inscrire au passif de la banque.


            • Internaute Internaute 16 septembre 2009 14:23

              Le Crédit-Agricole, la BNP et la Société-Générales sont toutes à la fois ce qu’on appelle une banque de détail et une banque d’investissement. Où travaillait Kerviel selon vous ?


            • pruliere pruliere 16 septembre 2009 14:52

              @Albatar,

              L’argent que les banques prêtent n’est pas l’argent de leurs clients ! Vous retardez d’une guerre. Depuis 1970, les banques ont le droit de créer de toutes pièces l’argent qu’elles prêtent. Sous l’influence de l’administration Nixon et de la FED, les états ont en effet renoncé à leur droit régalien de créer la monnaie.
              L’argent prêté est dorénavant l’argent-dette. Comme les banques ont le droit de créer jusqu’à neuf fois le montant que le client emprunte, il ne faut pas vous étonner des centaines d’offres de crédit que vous recevez dans votre boite-à-lettres chaque mois !


            • King Al Batar Albatar 16 septembre 2009 15:25

              @ prulière,

              Effectivement j’ai essayé de faire simple pour lui expliquer, il n’empeche que l’argent que la banque prête à un cout, et qu’elle ne gagne quasiement rien sur un pret immobilier, si ce n’est la fidélité de son client et des commission sur des services annexes.

              Mais là n’était pas mon propos de toute facon, moi je ne défend pas les banques(que j’estime responsable de lacrise) mais le personnel des banques de détails, que les médias stigmatisent dans un ensemble que l’on nomme les banquiers. Je met juste un hola en précisant aux lecteurs que leur conseiller dans leur banque n’a rien à voir avec ce qu’il s’est produit, en tout cas qu’il n’en est pas responsable, et que c’est dangereux de laisser l’amalgame se faire.

              D’autre part pour en revenir aux credits d’une manière générale, en France avec les protections de consommateur (type Loi Scrievener concernant les délais de retractation) il n’y pas un commercial qui fait un credit à quequ’un qui n’en veut pas. Et que le mec qui signe, qui bénéficie de 8 jours pour revenir sur son choix et qu’il ne le fait pas, n’a pas à repprocher au banquier (ou à Carrefour) d’avoir fait un credit.
              C’est déresponsabilisé les gens que de prétendre le contraire !!!


            • Antoine Diederick 16 septembre 2009 15:34

              faut-il confier le droit au logement à la banque ?


            • fred 17 septembre 2009 08:07

              Je suis d’accord avec avatar, il y a un distinguo entre les banques d’investissemants et les autres. Le problême aujourd’hui est qu’ils ne sont plus séparés.(c’est une image)
              Cela a commencé au us et europe a suivie. Mais il est vrais que le simple guichetier qui est derriére son contoire n’a rien a voir avec ça. C’est comme si on accuser une caissiére de carrefour de tuer les petites enseigne. Je ne connais pas le monde de la finance, je regarde le peut d’émision qui en débattent, se qui est rare. J’éssais aussi de faire attention au partis pris de certains intervenants, la langue de bois y est fréquente. sur un autre blog, ça discute du trou de la sécu de la privatisation que certain redoute. dans tout les cas de figure, une seul choses revient, qui va payer ? Je crois que la réponse est simple.


            • Talion Talion 16 septembre 2009 10:50

              Désolé mon pote, mais comme tu le sais certainement, face à chaque crise il faut une victime expiatoire qui va payer pour les malheurs de tout le monde...

              Ainsi le veut la nature humaine... Inutile de la surestimer...

              Maintenant, il vaut mieux que la victime expiatoire qui va s’en prendre plein la tronche soit au moins un minimum responsable.

              Personnellement je voterai pour notre élite politique ainsi que l’élite financière et économique.

              Après tout ce sont eux qui étaient au rênes lorsqu’on s’est pris le mur... Il me semble plus juste de les voir brûler sur le bûcher plutôt que de voir les pauvres et les modestes faire les frais de leur inconséquence.

              Maintenant quand tu déclares :
              "Et il y a ceux qui sont convaincus que la crise économique est un phénomène naturel, qui n’a été causé par la faute d’aucun homme.« 

              Donc se serai la faute à pas de chance, c’est ça ?... Ben voyons... C’était bien sûr tellement évident...

              Mais maintenant que j’y pense, c’est quoi tes sources pour affirmer cette idée douteuse ?...

              Pour souvenir, il me semble que nous faisons actuellement les frais d’une politique qui a été promue par la classe des néolibéraux dont Thatcher, Bush père et fils, Sarkozy, Baladur et bien d’autres ont été de dignes représentants...

               »Endettez-vous jusqu’au cou braves gens !... Cela no... Heu... vous enrichira !"

              Il me semble que beaucoup de grands banquier et industriels les ont lourdement appuyé et soutenu durant ces trente dernières années.

              Par conséquent je pense que si la fureur populaire devait exploser et se déchainer sur les banquiers, cela serai probablement un moindre mal... Maintenant, personne n’oblige un banquier à ne pas changer de boulot...

              Mais si il ne le fait pas avant que la pression face tout exploser, alors on pourra dire qu’il aura été soit idiot, soit complice...
              Et comme en général les banquiers sont rarement des idiots...


              • Gazi BORAT 16 septembre 2009 10:54

                @ TALION

                Le site de l’auteur apporte une piste : c’est un ultra libéral convaincu.

                Le coupable est donc la fameuse « Main Invisible » qui régule tout..

                gAZi bORAt


              • Talion Talion 16 septembre 2009 11:18

                Merci pour l’info, ça éclaire d’un jour nouveau cet article !


              • ffi ffi 17 septembre 2009 01:56

                A mon avis cette « main invisible » n’est pas celle d’un manchot, mais celle de ceux qui ont le bras long (comme les copains de l’auteur de l’article j’imagine).


              • abdelkader17 16 septembre 2009 10:56

                encore un adepte de la privatisation des bénéfices et de la socialisation des pertes venant nous exposer ses théories fumeuses.


                • Talion Talion 16 septembre 2009 11:02

                  Je ne l’aurai pas mieux exprimé !


                • abdelkader17 16 septembre 2009 13:32

                  @vilistia
                  bonjour
                  il est facile de reconnaitre les modes de production intellectuelle de ces bandits, tout est de la faute de l’état sauf quand celui -ci vient au secours de ses agents économiques,c’est une constante de l’histoire de capitalisme que de recourrir à l’état,celui ci en freinant les excès et les instincts audestucteurs.
                  D’ailleurs qu’est ce que le libéralisme économique à part le dernier des avatars en date du système capitaliste,mais dans libéralisme il y a le mot liberté, qui est contre la liberté ?


                • King Al Batar Albatar 16 septembre 2009 13:55

                  @ abdel
                  Qui est contre la liberté ?
                  réponse : l’égalité !!!
                  Si tout le monde est égal et obligé de l’être, on est plus libre....
                  Heureusement qu’on a créer la fraternité, la seule notioon capable de concilier les deux autres. Mais comme celle ci n’existe plus, forcément une des deux notion prend le pas sur l’autre..... Devinez laquelle ?????


                • abdelkader17 16 septembre 2009 14:00

                  @Albatar
                  c’est bien vu !


                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 septembre 2009 14:18

                  abdelkader17 , ou voyez vous l’apologie de la privatisation des profits et de la socialisation des pertes chez lees liberaux ?
                  En France on a Sarkozy (UMP) au pouvoir, pasSabine Herold ou Stephane Lallement et Alternative Liberale. Au UK on a Gordon Brown (socialist), pas les LIberal Democrats. En Allemagne on a Merkel (CDU, conservatrice), pas le FDP
                  Freie Demokratische Partei , aux USA on a Obama (democrat), ni Bill Red pah (president du Libertarian Party), ni Ron Paul (deputé libertarien, cad ultra liberal/libertaire) ou Amanda Phillips, Presidente du Free State Project.

                  Touc ces politiciens ont aide ou nationalise des banques. Ils ont pris votre argent pour financer a court ou a moyen terme des entreprises en difficulte.

                  Les liberaux, et notamment Alternative Liberale, eux, disent : il ne fauit pas d’ragent public dans les entreprises. Vous pourrez retrouver leurs propos exacts ici http://www.alternative-liberale.fr/index.php/index.php/passage-media/Page-4.html 


                • abdelkader17 16 septembre 2009 14:33

                  @eleusis
                  prendriez vous les gens pour des imbéciles ?
                  les étiquettes politiques n’ont plus aucune raison d’être,c’est la survivance d’un folklore rien de plus,les orientations polico économiques quelque soit le gouvernement en place en Europe sont toutes ultra libérale.
                  La sociale démocratie à trahie sa matrice intellectuelle pour le festin libéral depuis bien longtemps,on privatise les banques pour les sauver du désastre et d’une banqueroute annoncée.
                  Le propre des libéraux c’est bien leur mauvaise foi à défendre un système qui a largement prouvé sa forte capacité de nuisance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès