Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les nouveaux pirates

Les nouveaux pirates

JPEG - 116.4 ko
Les nouveaux pirates, linogravure de Benjamin Baret

Beaucoup d'Etats viennent de déclarer une guerre sans merci contre les hackers, représentés par les Anonymous. Ainsi, de nombreux cyber-pirates se sont faits arrêter et condamner à de lourdes sanctions. Mais quels actes atroces qu'ils ont bien pu accomplir pour être considérés comme des voleurs barbares ?

Internet, un nouveau monde en construction

  Internet était jusqu’alors un continent très nouveau, donc peu censuré, majoritairement utilisé par les jeunes, contrairement à la politique. Les grands oligarques sexagénaires du globe ont voulu utiliser le pouvoir d’internet : ils ont fait des sites d’« utilité publique », des magasins virtuels, contenant des données très importantes. Malheureusement, la jeunesse anonyme contrôle mieux qu’eux ce nouveau monde ! Elle a cartographié son territoire, créé de nouvelles embarcations plus solides, plus rapides et moins détectables. Cette jeunesse a su tisser sa propre toile, fabriquer son propre monde. Et puis elle s’est constituée une véritable bibliothèque d’Alexandrie gratuite nommée Megaupload, gratuite et gigantesque. N’ayant pas les moyens d’accéder à la culture bien trop chère présentée dans le monde réel (comprenez financier) dans lequel elle vit, elle a étanché sa curiosité par les moyens qu’elle a trouvé.
 
 Oui mais ce nouvel espace virtuel n’appartient pas vraiment à quelqu’un. Il se situe en marge du monde réel. Certains hackers connaissent très bien le fonctionnement de cet univers, ils peuvent contrôler ce qu’il s’y passe, transformer ce qu’il s’y trouve, etc… Et les gouvernements n’ont pas le pouvoir absolu sur ce nouveau média. Les idées subversives peuvent y être diffusées librement, ce qui a entrainé le « printemps arabe », « l’été espagnol », « l’automne américain ».
 
Les bateaux-pirates des Anonymous
 
 Certains pirates se sont rassemblés, organisés, politisés. Ils se sont appelés Anonymous, et ont démontré leur puissance grâce à des actes virtuels incroyables : ils ont détourné de l’argent du ministère de la défense américaine au profit d’associations caritatives, ils ont diffusé des données strictement confidentielles de certains des plus grands oligarques, etc...
 
  Hackers signifie pirates. Les pirates peuvent être définis comme volant aux riches pour se donner à eux-mêmes. Mais les Anonymous ne sont pas intéressés par les richesses personnelles ! Ce sont des robin-des-bois ! Ils volent aux riches pour donner aux pauvres, ils transgressent les règles pour faire passer un message.
 
 Malheureusement, le monde réel les a rattrapé. Les états ont déclaré la guerre aux téléchargements, ils ont fermé et brûlé la grande bibliothéque du web. Ils ont enfermé quelques cyber-activistes (dont un gamin de 15 ans en France). Ils ont voulu faire passer des lois tyranniques obligeant les fournisseurs internet à bloquer les sites ne respectant pas les « droits d’auteur » (Google, Youtube, Facebook, etc.). Ces lois sont soutenues par les grandes maisons de disques, l’industrie du cinéma, et autres maisons d’édition ou grands distributeurs.
 
Les vrais pirates
 
 Qui sont donc ces pirates ? Regardez un peu mieux ! Qui vole à la fois aux artistes et aux consommateurs ? Qui se fait des marges inadmissibles sur les produits culturels ? Vous y êtes ! Les grandes maisons de disques, l’industrie du cinéma, certaines maisons d’édition ou grands distributeurs. Voici quelques graphiques représentant la répartition de l’argent dépensé par le consommateur pour de la musique ou des livres.
 
 
 
 
  
 
Malgré le peu d’argent gagné par les artistes sur la vente de leurs œuvres, certains amassent tout de même des fortunes considérables grâce aux moutons guidés par les modes. Lady Gaga a ainsi ouvert un supermarché ne contenant que les produits de sa marque.
 
 Il y a également les pirates sévissant sur le marché spéculatif de l’art ou l’industrie du cinéma. Et puis les droits d’auteurs non réclamés à la SACEM (souvent par des artistes peu connus) reversés aux artistes qui gagnent le plus, le problème du statut d’intermittent du spectacle, etc…
 
  Ne venez donc pas nous dire, chers politiciens, que la fermeture de Megaupload ou bien les lois anti-téléchargements ont pour but de protéger les artistes. Croyez-vous que le peuple est assez bête pour ne pas comprendre qui vous protégez en voulant conserver ce système de diffusion de la culture qui remplit beaucoup de poches ?
 
  Certes, le téléchargement gratuit n'est pas normal, car l'oeuvre ainsi récupérée ne rapporte absolument rien à l'artiste qui l'a créé. Mais les parasites qui s'octroient des marges hallucinantes sur la vente finale d'une oeuvre alors qu'ils ne sont que des intermédiaires sont au moins tout aussi blâmables.
 
 Il s'agit pourtant de l’accès à la culture, du droit d'un artiste à jouir pleinement des fruits de son travail, de la libre diffusion des idées. Rien de moins.

Un article de Benjamin Baret

Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • ottomatic 25 janvier 2012 07:16

    Et il en est de même pour la nourriture et le reste...

    Les gens en ont pris conscience pour la musique, les films et les logiciels.
    Vivement que les gens se reveillent pour le reste.

    • Asnieb Asnieb 25 janvier 2012 15:05

      Nourriture dans le sens le monde selon Monsanto...

      Sinon bravo à l’auteur, bel article !


    • Benj Benj 25 janvier 2012 15:45

      merci ! Le combat contre la dictature de l’argent s’étale sur tous les domaines. Les gens se réveillent car le système flanche.


    • appoline appoline 25 janvier 2012 23:14

      J’ai téléchargé quelques musiques aujourd’hui, pourvu que les RG ne me tombent pas dessus ou alors qu’ils soient beaux-riches et intelligent. 


      Merci à l’auteur et surtout longue vie d’internaute à tous. Regardez bien avec la télé numérique, si le coeur leur en dit, il leur suffit d’appuyer sur un bouton et l’information ne circule plus. Je pense qu’il y avait certainement autre chose de plus important à faire en France que de s’attaquer au réseau hertzien en début de mandat. J’espère me tromper.

    • Maurice Maurice 25 janvier 2012 09:26

      Bonjour l’auteur,

      merci pour votre article avec lequel je suis en total accord. Au lieu de taper sur les Anons, nos gouvernements feraient bien de remettre notre pays sur pied. Oui mais voila, ils ne veulent pas, ils savent pertinemment qu’ils ont eu une gestion catastrophique, ils savent pertinemment que la contestation (pour l’instant pacifique) est en train de naitre sur internet, ils veulent donc étouffer ce mouvement naissant. Ce n’est pas de droit d’auteur dont il s’agit, mais de nos droits tout court.
       
      Bien evidemment le téléchargement est illégal. Mais ne serait il pas plus intéressant de profiter de l’action des Anons pour débattre dans le fond sur l’opportunité du système des droits d’auteurs actuels.
      Ne faudrait il pas laisser le téléchargement libre, est rémunérer les artistes en ponctionnant les FAI, les maisons de disque, etc...

      Et puis je ne vois pas en quoi les maisons de disque devrait donner des leçons de morales à quiconque. Figurez vous que les Anons ont mis en ligne hier matin des documents (rapports annuel, rapports d’AG...) appartenant à Universal, et j’ai entendu dire que cette dernière avait pas mal de filiale dans le Delawarre, paradis fiscal notoirement connu. Donc messieurs des maisons disques, vos revendications je n’en ai que faire. Ils tapent dans votre gros gateau, boulimiques que vous êtes. La branche sur laquelle vous êtes confortablement assis est en train d’être sciée devant vous, c’est con, le crime était presque parfait...


      • Benj Benj 25 janvier 2012 15:56

        Les maisons de disque and co ne sont certainement pas des modèles de vertus. Merci beaucoup pour : «  Donc messieurs des maisons disques, vos revendications je n’en ai que faire. Ils tapent dans votre gros gateau, boulimiques que vous êtes. La branche sur laquelle vous êtes confortablement assis est en train d’être sciée devant vous, c’est con, le crime était presque parfait... ». C’est trés bien dit !


      • fredleborgne fredleborgne 26 janvier 2012 00:32

        Nos gouvernements sont composés de traitres qui bossent au profit de leur caste uniquement. Ils ont pour charge de nous controler pour que les autres puissent nous exploiter.
        Comme certains réfléchissent trop, il faut faire travailler plus tout le monde, soit pour qu’on revienne chez soi complètement abruti pour ne plus écrire sur internet, soi pour ne pas avoir le temps de lire/surfer...


      • Galekal 25 janvier 2012 09:51

        L’assimilation de Megaupload à la bibliothèque d’Alexandrie me semble assez cavalière.
        Je ne suis pas certain qu’Hipathie d’Alexandrie aurait apprécié. Elle avait déjà été malmenée par les religieux de son temps, et il ne manquerait plus que ceux de Megaupload viennent lui faire des misères. smiley


        • Galekal 25 janvier 2012 10:02

          ... Megaupload se faisait du beurre avec des gens qui payaient pour pirater. Alors désolé, mais comme symbole de la connaissance universelle, on peut mieux faire. Ceci dit, ce système a des défenseurs qui sont des groupies et des croyants. smiley


          • Galekal 25 janvier 2012 17:04

            Pour ma part, je ne soutiens ni les majors, ni les plans de type Megaupload que je perçois en définitive comme une fumeuse histoire d’enrichissement limite mafieux.

            Pour ma part, je soutiens volontiers les démarches constructives et légales qui permettront peut être à terme à dégager une alternative à la mainmise des majors.


          • symbiosis symbiosis 25 janvier 2012 11:12

            Pour qui n’ont pas connaissance de l’existence d’une réalité indépendante du système des droits d’auteurs et des multinationales de la diffusion culturelle, il existe des licences libres de droits et une communauté d’artistes qui diffusent librement et gratuitement leurs créations.

            Voici quelques liens pour familiariser ceux d’entre vous qui n’ont pas connaissance de ce phénomène en plein développement soigneusement occulté par les médias :

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Creative_Commons
            http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
            http://creativecommons.fr/
            http://openaccess.inist.fr/
            http://www.jamendo.com/fr/
            http://www.auboutdufil.com/
            http://www.dogmazic.net/index.php?op=edito
            http://freemusicarchive.org/
            http://www.opsound.org/pool/artist/
            http://www.archive.org/details/netlabels
            http://soundcloud.com/
            http://artlibre.org/
            http://libreacces.org/?+-art-libre-+

            Etc...

            Il existe des centaines de sites faisant la promotion des licences libres... art libre, copyleft, creative commons, gpl.....

            Des sites où l’on peut éditer ses propres créations musicales, cinématographiques, les faire connaître et les diffuser gratuitement.

            Les grands éditeurs avec la Sacem veulent casser cette logique de la licence libre soutenus par les lois liberticides.

            Donc, à vos téléchargements, c’est gratuit.... et en toute impunité avant que la liberté de télécharger ne soit restreinte... 


            • Galekal 25 janvier 2012 11:37

              Très bonne idée que d’indiquer ces sites. Là, il s’agit effectivement de choses constructives qui laissent de l’espoir. smiley


            • Benj Benj 25 janvier 2012 16:36

              Bonjour symbiosis.


              Je rebondis juste sur : « il existe des licences libres de droits et une communauté d’artistes qui diffusent librement et gratuitement leurs créations. » Rien à voir avec les creative commons, qui sont des licences qui définissent les libertés d’une oeuvre envers son auteur. Mais comment font donc ces artistes pour vivre ? Vente d’originaux ? concerts ? Subventions du CNC ? Ça m’intéresse, car je diffuse également des gravures qui illustrent mes articles, sans rien toucher, bien sûr, et j’en autorise la diffusion sur le web SI il y est mention de mon nom avec lien vers mon blog, et SI le but n’en est pas la commercialisation (License BY-NC pour les creative commons). Mais en fait, je ne contrôle rien du tout. 
              Cela fait déjà pas de temps que ce système existe, étant principalement réservé aux artistes qui veulent se faire reconnaître (c’est le meilleur moyen). Donc ce phénomène n’est pas du tout nouveau, mais dire qu’il est en plein développement montre que de plus en plus d’artistes ne s’en sortent pas, et sont prêts à faire du gratuit dans l’espoir d’être un peu plus reconnu. Dans mon cas, j’en viens même à écrire des articles pour pouvoir diffuser mes images.
              Ces licences « libres » sont avant tout des publicités gratuites pour les artistes. 
              Vivre de son art est réservée à l’« élite ». Pour les autres, il y a la galère.

              En tant qu’auteur, je suis contre le téléchargement, mais étant donné le prix de la culture, je comprends qu’on y ait recours. De même que je comprends que l’on puisse voler physiquement des livres dans des grandes surfaces de la culture. Dans le second cas, il vaut mieux ne voler qu’à ce supermarché que je considère bien plus voleur, étant donnés ses chiffres d’affaires.
              Je suis pour un accès plus facile, et moins coûteux à la culture, contre le vol par téléchargement . Mais mes faibles moyens m’obligent à y avoir recours.

            • Galekal 25 janvier 2012 17:19

              A cogno3. Il est vrai aussi que les « gros téléchargeurs » se gavent effectivement à tout va de nanars et de séries à la con, sans oublier toutes sortes de conneries pseudo musicales formatées très à la mode. Comme plaidoyer pour un meilleur accès à la culture, je trouve ce type d’attitude peu convaincante. :)

              En somme, il s’agit d’accumuler du gras et du sucre, comme au mac do, mais sans payer.

              Parmi tous ces addictes de la défonce au téléchargement, combien n’ont jamais été faire un tour sur Jamendo, pour ne citer que cela ? smiley


            • lulupipistrelle 25 janvier 2012 17:42

              Oui, mais moi je ne téléchargeais que des séries anglo-saxonne de SF...et des docus.Parce que je n’ai pas de télé.


            • fredleborgne fredleborgne 26 janvier 2012 00:35

              Il existe aussi des sites d’écriiture libre
              http://www.inlibroveritas.net
              http://www.atramenta.net

              lecture intégrale, gratuite avec très souvent (choix de l’auteur) gratuité du téléchargement en pdf ou ipub (même en .odt pour les oeuvres en art libre)

              Il existe aussi d’excellents sites qui mettent en ligne des textes du domaine public


            • patricia 9 août 2013 18:36

              Vous pouvez même ajouter ce nouvel acteur http://www.audiobank.fr à votre liste :)


            • Yurf_coco Yurf_coco 25 janvier 2012 11:54

              Merci de cet article. 


              Je ne me lasse jamais d’entendre la réalité.

              • agathe agathe 25 janvier 2012 15:40

                @l’auteur
                 
                « Hackers signifie pirates. »
                Certainement pas : " Le terme hacker, comme indiqué dans le Jargon File ou par la RFC1392 - Internet Users’ Glossary, désigne une personne qui montre une véritable passion pour la compréhension du fonctionnement intime des systèmes, ordinateurs et réseaux informatiques en particulier. Une confusion courante consiste à désigner un pirate informatique par le terme hacker, alors qu’on devrait utiliser le terme cracker" ©
                Je vous renvoie chez Sid lequel je crois sait se quoi il parle.
                Parmi les Anons il existe des hackers et des crackers : on peut considérer que les anonymous se conduisent en crackers mais c’est une question de point de vue.
                Pas le mien.


                • jordanne jordanne 25 janvier 2012 15:56

                  Je suis bien contente que quelqu’un ait indiqué la différence : Et oui un hacker n’est pas un cracker !
                  Dommage pour l’article qui malgré tout reste intéressant

                  jordanne

                  Л


                • Benj Benj 25 janvier 2012 16:03

                  Oups... Je ne le savais pas. Merci de préciser. L’amalgamme est si courant qu’il est passé dans le langage usuel.


                • symbiosis symbiosis 25 janvier 2012 17:11

                  Bonjour Benj,
                  Il y a deux sortes d’artistes, et comme vous dites ceux qui vivent bien et ceux qui vivent mal et qui sont la quasi totalité d’entre nous.
                  Pour les autres, ils naviguent dans le sérail de l’oligarchie. Cela ne voulant pas dire qu’ils soient meilleurs, plus virtuoses, mais seulement plus opportunistes et plus arrivistes.

                  Il va de soi que les plus avides ne diffusent pas leurs créations librement et gratuitement. Librement signifie que l’objet crée peut être réutilisé, réaproprié pour autant que le fondateur soit mentionné comme tel. C’est la condition de ce type de licences en autres conditionnalités. La libre diffusion n’étant pas la gratuité, on peut vendre sa création tout en permettant sa réappropriation. Cela gène considérablement la Sacem. Ce qui gène les grands éditeur est que les artistes ont maintenant la possibilité de s’autoproduire et de contourner les « majors ».

                  Beaucoup d’artistes commerciaux offrent sur leurs sites des musiques à titre promotionnel dans le but de vendre. Cela fonctionne très bien.

                  D’autres diffusent gratuitement leur création musicale : Dogmazic, Jamendo, Soundcloud...

                  Concernant les émoluments des artistes, je crois que nous sommes tous logés à la même enseigne quand nous ne sommes pas l’élite. C’est à dire, subventions, cours particuliers, professorat, diffusion de multiples..... et de tant à autre un concert rémunéré (cachetons) ou une exposition pour les plasticiens.

                  Il n’y a pas de secret. Quand on crée, on ne le fait en général pas pour l’argent mais par sacerdoce.

                  Tout cela pour dire que le boucan médiatique autour de l’anonymous est un faux semblant, une supercherie pour neutraliser le téléchargement, l’échange de données qui parasite considérablement le capitalisme, d’abord par que c’est un manque à gagner et ensuite parce que cela devient éveilleur de consciences.

                  La connaissance, le savoir et la culture ne pouvant pas, pour l’oligarchie être libres d’accès et gratuis, cela est trop menaçant pour la domination et le pouvoir qu’ils exercent sur le peuple. Le peuple devant autant que faire se peut rester le plus ignare possible.

                  Bon courage et bonne chance


                  • Benj Benj 25 janvier 2012 17:41

                    Je suis bien d’accord ! L’art se fait par amour de l’art, pas par cupidité. Mais il faut bien manger ! D’où les concerts, les expos, les cours, etc... C’est normal ! Tous les artistes ne sont pas forcément bons, ou bien ne s’adressent pas à un public large.


                    Par contre, voir ses créations réutilisées et rapporter de l’argent à des arrivistes, c’est assez dégoûtant. 
                    Choisir de rendre ses oeuvres accessibles gratuitement à tout le monde, d’accord. Mais voir des intermédiaires se remplir les poches avec sans rien faire, non.

                  • ykpaiha ykpaiha 25 janvier 2012 18:12

                    Voila pourquoi Megaupload a été « tué » :

                    Leur projet « megakey » et son modele économique qui les a fait basculer .
                    En mutualisant les échanges gratuitement au travers une plateforme ouverte (qui a été testé sur 1 million de personnes) on pouvait remunerer les auteurs a hauteur 90% .
                    Ceci a fait bondir les virgin, itune, vibandi, negre et autres voleurs qui leur octoie vertement ce qui est défini dans ce post.

                    Pirates ? Voleurs ? tricheurs ? sangsues ? Profiteurs ? ...mais qui sont ils ? A mes yeux pas ceux qui dénoncent...


                    • Benj Benj 25 janvier 2012 18:50

                      Si c’est bien vrai, c’est atroce ! Révoltant ! Il faut les faire péter, ces  virgin, itune, vibandi, negre et autres voleurs ! Révolution !


                    • Benj Benj 25 janvier 2012 19:41

                      Megaupload permettait de télécharger des fichiers inférieurs à 1 Gb de manière gratuite, moyennant une fenêtre pop-up qui s’ouvrait. Désolé, mais c’était gratuit. C’était un vidéo-club, mouaif, avec un gros rayon porno, peut-être. Mais saurais-tu trouver Le Marquis, de Roland Topor, dans un quelconque vidéo-club ? Bonne chance !


                      Pour ce qui est de la musique, le problème n’est pas la générosité d’un label envers ses artistes. Là ou ça pêche, c’est quand on considére que reverser le juste salaire à l’artiste est de la générosité. Ce n’est rien de plus que de la justice !

                    • lulupipistrelle 25 janvier 2012 21:42

                      @ Benj : dans ma grande naïveté j’ai même cru longtemps que c’était gratuit parce que rétribué par la pub... et je croyais ça légal.

                      Autrement dit, c’est ce type de rétribution qu’il faut légalement instaurer pour un téléchargement gratuit (et modéré ? ).


                    • wesson wesson 25 janvier 2012 20:04

                      Bonjour l’auteur,
                      tiens donc, une petite rumeur commence à bien circuler concernant l’affaire Megaupload.

                      Il semblerait que la vrai cause qui aurait amené à la perte de Megaupload ai consisté en un projet que ni les éditeurs, ni les plateformes légales ne voulaient voir arriver.

                      Le patron de Megaupload a donné une interview sur TorrentFreak en décembre dernier, ou il évoque un projet de plateforme d’achat légale au concept révolutionnaire.
                      Aux artistes, ils leur promettait une marge sans égal, et aux utilisateurs ils pouvaient soit télécharger à l’aide d’un abonnement, soit à l’aide d’un logiciel qui aurait remplacé les publicité du navigateur par celles de la régie publicitaire de Mega.

                      Autrement dit, il comptait légaliser son offre tout en fusillant les majors et vampirisant le marché publicitaire d’internet. De quoi à se mettre à dos non seulement tout hollywood, mais aussi la silicon valley ...

                      Sans pouvoir statuer sur l’exactitude de ce scénario, il est toutefois cohérent, surtout - comme j’ai pu le mentionner auparavant - que d’autres hypermarchés du piratage établis depuis plus longtemps que megaupload et de plus grande importance ont été laissé tranquille.


                      • aspic aspic 25 janvier 2012 20:06

                        Personnellement,
                        je retiens surtout une chose : le bla bla du cloud computing est mort !
                        Mettre ces dossiers perso sur un site (externaliser) sera maintenant vu (par ceux qui réfléchissent un peu) comme un risque majeur : le site pourra être fermé sans préavis comme celui de Megaupload, consultable par le FBI ou d’autres régimes. Nous donnons déjà assez de renseignements à chaque fois que nous nous servons d’internet, mais de là à donner nos fiches perso...
                        Donc un retour au bac-up chez soi uniquement.
                        Ensuite le problème des DNS : les Etats Unis devenus un régime ne respectant plus sa propre constitution et qui vient de décider d’en finir avec les droits de l’homme, peuvent fermer n’importe quel site.
                        Comment contourner ceci, existe-il des alternatives ne passant pas par ce système ? (je me souviens vaguement de quelques discussions techniques allant dans ce sens).
                        Quelqu’un d’anonyme pourrait-il me renseigner ?

                         smiley


                        • Nina888 25 janvier 2012 20:13

                          Il faut abandonner le systeme pour un autre ...
                          Pour commencer, créeont nous même notre argent et n’uttilisons que celui là petit à petit ...
                          Le systeme est son pire enemi et ils ne le savent même pas .... ou ne le veulent même pas l’admettre ...Il ne regarde que en dessous mais pas au dessus , nous qui somme au dessous ne pouvont voir que le dessus ...
                          Illuminati je m’adresse à vous , pensez vous vraiment que votre roi veux votre bien ? Pensez à réfléchire ... En vérifiant pourquoi vous faite certaine action ... et testez ou regardez les choses qu’on vous interdit à faire ... cela pourrait vous instruire ... Car les pires crimes contre la vie seront fait par vous et vous ne le saurez même pas ...
                          Seul votre ingnorance vous détruira car vous pensez tout savoir mais vous n’immaginez même pas l’impossible , vous n’immaginez que ce qui vous arrange ou du moin ce que votre maitre vous promet sans etre vraiment sur d’etre du bon coté ... Et à toi Roi idiot je te dit ceci : Tu est ton pire enemis et tu le sais même pas !!!


                          • lulupipistrelle 26 janvier 2012 00:02

                            Bon, le mot de la fin : j’espère que Megaupload va renaître de ses cendres, que le projet meagkey va voir le jour ... avant l’été, parce que j’aimerais bien voir la saison 2 de Games of Thrones ! légalement.


                            • Christoff_M Christoff_M 26 janvier 2012 00:58

                              Quand la culture est gérée par des comptables et nos amis mondialistes...

                              Elle devient juste un produit référencé avec une étiquette et une marge à faire !! inutile de dire que comme sur les canaux de télé ou de radio, la quantité a fait place à la qualité !!

                              si vous laissez faire les marchands du temple, vous aurez le choix entre beaucoup de choses en apparence peu chère mais vendues trois fois leur prix, produite dans des pays ou on fait travailler des esclaves tres jeunes... tout ceci pour accroitre encore les marges et faire du fric sur tout ce qui est possible, le net et la culture n’échappent pas aux architectes de ce nouveau monde...

                              Le net qui était source d’échange de culture n’échappe pas non plus à la marchandisation mondialiste, les frontières se restreignent, la censure gagne du terrain et de nombreux sites deviennent payants après avoir rendu les gens accrocs gratuitement pendant un temps bien établi par des experts en com et en ventes...

                              Nous sommes a une période charnière qui a commencé par les grandes surfaces en France, si vous laissez faire les majors et les marchands sur e net, dans peu de temps la culture et le net ressembleront à des rayons de grandes surfaces !! beaucoup de produits insipides et standardisés accompagnés d’un beau packaging...

                              Ce qui se passe n’est pas anodin, comme sur les espaces mediatiques, les canaux disponibles pour la radio et les télés, le net est en train d’être envahi par les majors et les marques, la liberté de l’internaute et les sites non alignés fondent à vue d’œil...
                              Ce qui se passe sur la toile n’est autre que la matérialisation de la mondialisation actuelle et finira par des sites culturels ou des forums sponsorisés par coca ou Fleury Michon...

                              Inutiles de vous dire que les contenus ne seront plus les mêmes et que la liberté des internautes fondra comme neige au soleil, d’ailleurs la page d’Agoravox truffée de pubs, n’échappe pas aux règles dictées par les grands acteurs et les financiers de la mondialisation !!!

                              Alors imaginez ce qui se passe actuellement dans les majors des medias et les maisons d’éditions et de disques qui ne sont plus que des filiales de grands groupes gérés par des actionnaires pour qui le CD et le support média, ne sont que des produits manufacturés comme les autres ( la preuve la part réservées à l’auteur !!)...


                                • thomthom 30 janvier 2012 07:30

                                  on ne rappellera jamais assez certaines vérités dérangeantes
                                  merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès