Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les règles de la propagande de guerre

Les règles de la propagande de guerre

Comment les médias occidentaux ont-ils couvert les diverses guerres qui ont suivi la première guerre du Golfe ? Peut-on dresser des constats communs ? Existe-t-il des règles incontournables de la « propagande de guerre » ? Oui.

1. Cacher les intérêts. Nos gouvernements se battent pour les droits de l’homme, la paix ou quelque autre noble idéal. Ne jamais présenter la guerre comme un conflit entre des intérêts économiques et sociaux opposés.
2. Diaboliser. Pour obtenir le soutien de l’opinion, préparer chaque guerre par un grand médiamensonge spectaculaire. Puis continuer à diaboliser l’adversaire particulièrement en ressassant des images d’atrocités.
3. Pas d’Histoire ! Cacher l’histoire et la géographie de la région. Ce qui rend incompréhensibles les conflits locaux attisés, voire provoqués par les grandes puissances elles-mêmes.
4. Organiser l’amnésie. Eviter tout rappel sérieux des précédentes manipulations médiatiques. Cela rendrait le public trop méfiant.


Règle n° 1. Cacher les intérêts.
La règle la plus fondamentale de la propagande de guerre, c’est de cacher que ces guerres sont menées pour des intérêts économiques bien précis, ceux des multinationales. Qu’il s’agisse de contrôler les matières premières stratégiques ou les routes du pétrole et du gaz, qu’il s’agisse d’ouvrir les marchés et de briser les Etats trop indépendants, qu’il s’agisse de détruire tout pays pouvant représenter une alternative au système, les guerres sont toujours économiques en définitive. Jamais humanitaires. Pourtant, à chaque fois, c’est le contraire qu’on raconte à l’opinion.

La première guerre contre l’Irak a été présentée à l’époque comme une guerre pour faire respecter le droit international. Alors que les véritables objectifs, exprimés dans divers documents – même pas internes – du régime US étaient :

1. Abattre un régime qui appelait les pays arabes à s’unir pour résister à Israël et aux Etats-Unis.
2. Garder le contrôle sur l’ensemble du pétrole du Moyen-Orient.
3. Installer des bases militaires dans une Arabie saoudite déjà réticente. Il est très instructif, et cocasse, de relire aujourd’hui les nobles déclarations faites à l’époque par la presse européenne européenne sur les nobles motivations de la première guerre du Golfe.

De tout cela, zéro bilan.

Les diverses guerres contre la Yougoslavie ont été présentées comme des guerres humanitaires. Alors que, selon leurs propres documents, que chacun pouvait consulter, les puissances occidentales avaient décidé d’abattre une économie trop indépendante face aux multinationales, avec d’importants droits sociaux pour les travailleurs. Le vrai but était de contrôler les routes stratégiques des Balkans (le Danube et les pipe-lines en projet), d’installer des bases militaires (donc de soumettre la forte armée yougoslave) et de coloniser économiquement ce pays. Actuellement, de nombreuses informations sur place confirment une colonisation éhontée par les multinationales dont US Steel, le pillage des richesses du pays, la misère croissante qui s’ensuit pour la population. Mais tout cela reste soigneusement caché à l’opinion internationale. Tout comme les souffrances des populations dans les divers autres pays recolonisés.

L’invasion de l’Afghanistan a été présentée comme une lutte anti-terroriste, puis comme une lutte d’émancipation démocratique et sociale. Alors que, là aussi, des documents US parfaitement consultables révélaient de quoi il s’agissait. 1. Construire un pipe-line stratégique permettant de contrôler l’approvisionnement de tout le sud de l’Asie, continent décisif pour la guerre économique du 21ème siècle. 2. Etablir des bases militaires US au centre de l’Asie. 3. Affaiblir tous les « rivaux » possibles sur ce continent - la Russie, l’Iran et surtout la Chine - et les empêcher de s’allier.
On pourrait analyser pareillement comment on nous cache soigneusement les véritables enjeux économiques et stratégiques des guerres en cours ou à venir : Colombie, Congo, Cuba, Corée... Bref, le tabou fondamental des médias, c’est l’interdiction de montrer que chaque guerre sert toujours des multinationales bien précises. Que la guerre est la conséquence d’un système économique qui impose littéralement aux multinationales de dominer le monde et de le piller pour empêcher ses rivaux de le faire.


Règle N°2. Diaboliser.
Chaque grande guerre commence par un grand médiamensonge qui sert à faire basculer l’opinion pour qu’elle se range derrière ses gouvernants.

- En 1965, les Etats-Unis déclenchent la guerre du Vietnam en inventant de toutes pièces une attaque vietnamienne contre deux de leurs navires (incident « de la baie du Tonkin »).

- Contre Grenade, en 83, ils inventent une menace terroriste (déjà !) qui viserait les USA.

- La première agression contre l’Irak, en 1991, est « justifiée » par un prétendu vol de couveuses dans une maternité de Koweït City. Médiamensonge fabriqué de toutes pièces par la firme US de relations publiques Hill & Knowlton.

- De même, l’intervention de l’Otan en Bosnie (95) sera « justifiée » par des récits truqués de « camps d’extermination » et des bombardements de civils à Sarajevo, attribués aux Serbes. Les enquêtes ultérieures (tenues secrètes) montreront pourtant que les auteurs étaient en fait les propres alliés de l’Otan.

- Début 99, l’attaque contre la Yougoslavie sera « justifiée » par une autre mise en scène : un prétendu « massacre de civils » à Racak (Kosovo). En réalité, un combat entre deux armées, provoqué par les séparatistes de l’UCK. Ceux que les responsables US qualifiaient de « terroristes » au début 98 et de « combattants de la liberté » quelques mois plus tard.

- La guerre contre l’Afghanistan ? Plus fort encore, avec les attentats du 11 septembre. Sur lesquels toute enquête sérieuse et indépendante sera étouffée, pendant que les faucons de l’administration Bush se précipiteront pour faire passer des plans d’agression, préparés depuis longtemps, contre l’Afghanistan, l’Irak et quelques autres.

Chaque grande guerre commence par un médiamensonge de ce type : des images atroces prouvant que l’adversaire est un monstre et que nous devons intervenir pour une « juste cause ».
Pour qu’un tel médiamensonge fonctionne bien, plusieurs conditions sont nécessaires : 1. Des images épouvantables. Truquées si nécessaire. 2. Les marteler plusieurs jours, puis prolonger par des rappels fréquents. 3. Monopoliser les médias, exclure la version de l’autre camp. 4. Ecarter les critiques, en tout cas jusqu’au moment où il sera trop tard. 5. Qualifier de « complices », voire de « révisionnistes » ceux qui mettent en doute ces médiamensonges.


Règle N° 3. Pas d’Histoire !
Dans tous les grands conflits de ces dernières années, les médias occidentaux ont caché à l’opinion les données historiques et géographiques essentielles pour comprendre la situation des régions stratégiques concernées.

En 1990, on nous présente l’occupation du Koweït par l’Irak (qu’il ne s’agit pas ici de justifier ou d’analyser) comme une « invasion étrangère ». On « oublie » de dire que le Koweït avait toujours été une province de l’Irak, qu’il en a été séparé en 1916 seulement par les colonialistes britanniques dans le but explicite d’affaiblir l’Irak et de garder le contrôle de la région, qu’aucun pays arabe n’a jamais reconnu cette « indépendance », et enfin que le Koweït est juste une marionnette permettant aux Etats-Unis de confisquer les revenus du pétrole.

En 1991, en Yougoslavie, on nous présente comme de gentils démocrates « victimes » deux dirigeants extrémistes, racistes et provocateurs, que l’Allemagne a armés avant la guerre : le Croate Franjo Tudjman et le Bosniaque Alia Izetbegovic. En cachant qu’ils renouent avec le plus sinistre passé de la Yougoslavie : le génocide anti-serbe, anti-juif et anti-rom de 41-45. On présente aussi les populations serbes de Bosnie comme des envahisseurs alors qu’elles y vivaient depuis des siècles.

En 1993, on nous présente l’intervention occidentale en Somalie comme « humanitaire » en cachant soigneusement que des sociétés US ont acheté le sous-sol pétrolifère de ce pays. Et que Washington entend contrôler cette région stratégique de la « Corne de l’Afrique » ainsi que les routes de l’Océan Indien.

En 1994, on nous présente le génocide rwandais en faisant silence sur l’histoire de la colonisation belge et française. Laquelle avait délibérément organisé le racisme entre Hutus et Tutsis pour mieux les diviser.

En 1999, on nous présente le Kosovo comme une terre envahie par les Serbes. On nous parle de « 90% d’Albanais, 10% de Serbes ». Passant sous silence la forte diminution du nombre des Serbes lors du génocide commis dans cette province durant la Seconde Guerre mondiale, puis durant l’administration albanaise de la province (années 80). On escamote aussi l’existence au Kosovo de nombreuses minorités (Roms, Juifs, Turcs, Musulmans, Gorans, etc...). Minorités dont « nos amis » de l’UCK avaient programmé le nettoyage ethnique, qu’ils réalisent aujourd’hui sous les yeux et avec la bénédiction de l’Otan.

En 2001, on crie haro sur les talibans, régime certes peu défendable. Mais qui les a amenés au pouvoir ? Qui les a protégés des critiques des organisations des droits de l’homme afin de pouvoir construire avec eux un juteux pipeline transcontinental ? Et surtout, au départ, qui a utilisé le terrorisme de Ben Laden pour renverser le seul gouvernement progressiste qui avait émancipé la paysannerie et les femmes ? Qui a ainsi rétabli la pire terreur fanatique en Afghanistan ? Qui, sinon les Etats-Unis ? De tout ceci, le public ne sera guère informé. Ou trop tard.

La règle est simple. Occulter le passé permet d’empêcher le public de comprendre l’histoire des problèmes locaux. Et permet de diaboliser à sa guise un des protagonistes. Comme par hasard, toujours celui qui résiste aux visées néocoloniales des grandes puissances.


Règle N° 4. Organiser l’amnésie.

Lorsqu’une grande puissance occidentale prépare ou déclenche une guerre, ne serait-ce pas le moment de rappeler les grands médiamensonges des guerres précédentes ? D’apprendre à déchiffrer les informations transmises par des états-majors ô combien intéressés ? Cela s’est-il produit à l’occasion des diverses guerres des années 90 ? Jamais. A chaque fois, la nouvelle guerre devient la « guerre juste », plus blanche encore que les précédentes, et ce n’est pas le moment de semer le doute.

Les débats seront pour plus tard. Ou jamais ? Un cas flagrant : récemment, un super-menteur a été pris la main dans le sac, en flagrant délit de médiamensonge. Alastair Campbell, chef de la « communication » de Tony Blair, a dû démissionner quand la BBC a révélé qu’il avait truqué les informations sur les prétendues armes de destruction massive. Ceci a-t-il provoqué un débat sur les précédents exploits du dit Campbell ? N’aurait-il pas été intéressant d’expliquer que toute notre information sur le Kosovo avait été concoctée par ce même Campbell ? Que cela méritait certainement un bilan et une réévaluation de l’information donnée sur la guerre contre la Yougoslavie ? Il n’en a rien été.


michelcollon.info


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 24 mars 2011 08:08

    un dictateur, ce n’est pas quelqu’un qui maltraite son peule, l’occident soutient et arme de nombreuses dictature dans le monde. Non un dictateur c’est quelqu’un qui n’est pas aux ordres et qui ne livre pas ses ressousreces aux multinationales.....

    http://2ccr.unblog.fr/2011/03/23/en-lybie-sauvons-le-petrole/


    • Taverne Taverne 24 mars 2011 09:11

      Cet article est intéressant d’un point de vue historique (Irak , Afghanistan, Grenade, Balkans, etc) mais il est totalement vide d’arguments et de preuves concernant la Libye. Pour ce dernier cas, il reste pure théorie. Dommage.


      • Amelia Amelia 24 mars 2011 09:49

        Où avez-vous vu que l’article tentait de donner des preuves et des arguments concernant la Libye ? La Libye n’est même pas citée une seule fois dans le texte... L’article traite uniquement de la propagande qui a été mise en place au cours des « grands conflits de ces dernières années », du Vietnam à l’Irak, non ? 
         

      • Taverne Taverne 24 mars 2011 10:32

        Comment ne pas voir que cet article est le prolongement de la thèse de l’article précédent de l’auteur qui d’ailleurs n’intervient sur Agoravox que depuis l’intervention en Libye.


      • Cocasse cocasse 24 mars 2011 10:56

        Taverne, je vous confirme qu’il s’agit d’un article généraliste, et des plus intéressants.
        Je l’avais déjà lu (ou une version approximative) il y a plusieurs mois.
        Allez sur le site à M. Collon pour savoir ce qu’il pense de la Lybie.


      • Taverne Taverne 24 mars 2011 10:57

        Quand on manque d’argument, on prouve la force des arguments de son adversaire en votant rageusement contre son commentaire utile...Je me vois donc conforté dans mon opinion. Merci.


      • Michel Maugis Michel Maugis 27 mars 2011 04:46

        @Taverne

        Quand on a rien à dire, on la ferme.

        L´auteur a déjà donné ses arguments sur la Libye dans son article précédent. cela vous le saviez. Votre commentaire n´est juste qu´une tentative de dénigrement de l´auteur.

        On en déduit facilement votre opinion sur cette guerre impérialiste


      • Leviathan Leviathan 24 mars 2011 10:52

        Article publié sur « Le Monde », le 16/02/2011.

        Guerre - ’Invasion de l’Irak : un transfuge dit avoir « fabriqué » des informations’
        http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/16/invasion-de-l-irak-un-transfuge-dit-avoir-fabrique-des-informations_1480719_3218.html


        • L'enfoiré L’enfoiré 24 mars 2011 11:12

          Il suffit d’extraire de Wiki ce qu’on en dit de la guerre par l’anthropologie :

          « Selon Marvin Harris, au sujet de la guerre, il s’agirait d’un point de vue simple et simpliste qui nous lave de toute responsabilité dans notre conduite envers autrui. Si la guerre était naturelle, il n’y aurait pas besoin de tant d’efforts de propagande pour dresser les uns et les autres à s’entretuer. Le dressage ici se rapporte à ce que l’Anglais nomme par « basic training » dès l’enfance dans la famille, la parenté, l’école, le milieu social et à travers les jeux et les divertissements apparemment les plus inoffensifs, le rejet et le déni de l’autre, la compétition et la coopération.
          Il répertorie quatre théories, selon lui les plus communes sur l’origine de la guerre :
           la guerre comme solidarité,
           la guerre comme jeu,
           la guerre comme nature humaine
           la guerre comme continuation de la politique .
          Dans cette perspective et en couvrant à la fois les sociétés non-étatiques et les sociétés étatiques, la guerre apparaît comme la forme et le moment de violence extrême d’un vol organisé dont l’objet peut être physique, imaginaire ou symbolique. »

          La propagande est une des formes passage du « message ».
          L’intérêt personnel existe dans toutes entreprises humaines comme chez tous les êtres vivants. C’est une règle du vivant.


          • bernard29 bernard29 24 mars 2011 15:02

            Monsieur Collon ne parle pas d’une amnésie encore plus grave que toutes. C’est celle de nos révolutionnaires de chez nous qui ont perdu la bataille contre les multinationales, (années 60-80) ici en Occident , il y a bien longtemps, et qui maintenant travaillent dans et pour ces multinationales ou pour le bien être occidental qu’elles leur apportent. 

            Alors ils viennent maintenant nous expliquer que ce combat est mené par les dictateurs des pays « émergents » qui sont devenus leurs « révolutionnaires supplétifs » même s’ils brutalisent leur peuple. C’est pas le problème, ces peuples assujettis et écrasés, servent une cause qu’ils ne peuvent pas comprendre, mais que les révolutionnaires d’ici mènent pour eux. 

            D’ailleurs l’extrême gauche a exactement la même position que l’extrême droite sur ces questions. C’est assez troublant. N’y aurait ’il pas une sorte de « colonialisme idéologique » qui utilise les souffrances des uns pour une revanche hypothétique qu’on n’arrive pas à assouvir chez soi ? par exemple Monsieur Brauman avec son ONG, fait ’il de l’ingérence ou pas ?

            En fait, réellement on ne veut pas que les gens se révoltent dans le sud parce qu’ils n’ont pas les révoltes que l’on veut. Donc on soutient les autocrates présentés comme des anti-multinationales, et on soigne et alimentent les populations populaires pour retarder les révoltes.

            Ah !! cynisme et cynisme et demi.


            • jaja jaja 24 mars 2011 15:37

              Positions de l’extrême gauche identique à celle de l’extrême droite ? Il serait temps de vous renseigner avant de dire des âneries... : Voici celle du NPA :

              Contre Kadhafi ! Contre la guerre impérialiste ! Solidarité avec les révolutions arabes !

              mercredi 23 mars 2011



              Comme pour l’Irak ou l’Afghanistan, les puissances impérialistes prennent prétexte d’objectifs humanitaires pour intervenir en Libye. Pour autant, il est impossible de leur faire confiance et seuls les peuples pourront se débarrasser du tyran Kadhafi.

              C’est bien une guerre que la coalition internationale a engagée en Libye après le vote par le Conseil de sécurité de l’ONU, le 17 mars, de la résolution 1973 qui autorise «  une zone d’exclusion aérienne  ». En clair, l’ONU a donné son feu vert à l’intervention militaire des grandes puissances qui ont toute latitude pour bombarder le pays. Juppé plastronne, ce serait un «  succès  » qui aurait permis d’éviter «  un bain de sang  » à Benghazi. «  Nous intervenons pour permettre au peuple libyen de choisir lui-même son destin  », prétendait Sarkozy. Il ne se soucie guère du sort du peuple libyen lui qui, il y a peu, recevait en grande pompe Kadhafi, qui se déclare son ami. Il prend la pose du démocrate soucieux du droit des peuples dans le seul but de redorer son blason terni alors que la France a été pendant des années un des principaux vendeurs d’armes au dictateur. 

              Comment croire ces déclarations d’intentions hypocrites comme celles de l’ONU  ? Comment faire confiance, pour garantir le droit des peuples, aux vieilles puissances coloniales, à celles qui ont soutenu pendant des années le dictateur  ? Comment les croire quand elles invoquent la démocratie et le droit des peuples  ? N’est-ce pas le même discours qui a justifié la guerre contre l’Irak ou en Afghanistan  ? Le mensonge est usé jusqu’à la corde. Même au sein du Conseil de sécurité, il n’y a pas eu l’unanimité. L’Allemagne, le Brésil, la Russie, la Chine, l’Inde, ont refusé de soutenir la résolution défendue par la France et l’Angleterre. La Turquie a protesté, la Ligue arabe, appelée à donner sa caution, traîne des pieds. 

              Pendant des semaines, les grandes puissances ont laissé les mains libres à Kadhafi pour réprimer, massacrer alors qu’il aurait fallu donner des armes aux insurgés, leur donner les moyens de résister, de renverser le dictateur. Mais ce n’est qu’après que ce dernier a repris l’initiative que la France, l’Angleterre, les USA ont décidé d’intervenir. Le général Carter Ham, commandant des forces américaines pour l’Afrique, a précisé  : «  Nous n’avons pas pour mission de soutenir les forces d’opposition si celles-ci s’engagent dans des opérations offensives.  » Le soutien aux insurgés n’est pas leur but. Les USA dont la France joue les zélés petits soldats ont saisi l’opportunité ouverte par la guerre civile déclenchée par Kadhafi pour tenter de reprendre la main sur la Libye comme sur l’ensemble de la région où sont concentrées les plus grandes réserves pétrolières du monde. D’ailleurs, ni les grandes puissances ni l’ONU n’ont eu le moindre mot de protestation quand les troupes de la monarchie moyenâgeuse d’Arabie saoudite sont entrées au Bahreïn pour venir au secours du roi face à la contestation populaire. Il y a bien une offensive globale pour sauvegarder la stabilité de la région, canaliser, maîtriser le processus révolutionnaire, préserver les intérêts des groupes pétroliers et de ceux qui les servent, une offensive contre la révolte des travailleurs et des peuples. 

              À l’annonce de l’intervention militaire, les insurgés de Benghazi se sont réjouis. Cette dernière contraignait les mercenaires de Kadhafi à relâcher leur pression, elle était pour eux un soulagement attendu. Un soulagement mais pour combien de temps et à quel prix  ? Il y a tout lieu de penser que la guerre va durer. Juppé annonçait lundi que l’Otan était «  disposée à venir en soutien  » de la coalition internationale dans «  quelques jours  ». Les grandes puissances sont engagées dans une fuite en avant qu’elles ne contrôlent même pas. L’intervention en Libye est un moment d’une guerre globale, celle des USA et de leurs alliés pour la domination du monde, le contrôle des richesses énergétiques, une bataille dont les peuples sont les fantassins et les victimes.

              Solidarité internationaliste
              La réponse, c’est celles des insurgés eux-mêmes, c’est la révolte des travailleurs et des peuples du monde arabe, c’est notre solidarité internationaliste contre le dictateur, contre notre propre impérialisme. Le fait que le Parti socialiste comme les Verts se soient ralliés sans hésitation à Sarkozy n’est qu’une lamentable démonstration de plus qu’ils ne sont en rien des opposants à la politique de la droite. Tout aussi lamentable est le ralliement à l’ONU de Jean-Luc Mélenchon au nom du «  devoir de protéger  »  !

              Non, cette guerre n’est pas la nôtre, ni celle du peuple libyen, loin de défendre le droit des peuples, elle le brise. L’avenir, ce sont les révolutions en cours qui le portent, les seules réponses concrètes aux conséquences dramatiques de la domination des classes impérialistes comme des dictateurs.
              Yvan Lemaitre


            • bernard29 bernard29 24 mars 2011 15:44


              Vous dites « ... alors qu’il aurait fallu donner des armes aux insurgés, leur donner les moyens de résister, de renverser le dictateur... »


              vous voulez faire une ingérence pour donner des lance-pierres aux insurgés ??? ou bien vous voulez leur vendre des armes que vous possédez ??? 


            • ELCHETORIX 24 mars 2011 16:11

              tss tss , arrête de soutenir l’Empire impérialiste , il est indéfendable même si l’ONU a pondu sa résolution !
              est-ce que les dizaines de résolutions contre la « démocratie » d’israèl les bafouent depuis plus de 40 ans , non la position de la « coalition » ne tient pas , encore moins si l’OTAN prend la direction de cette agression !
              D’ailleurs , au passage , cette entité militaire l’OTAN devra être dissoute car sa création a été réalisée en raison de le « guerre froide » qui n’existe plus depuis la chute de l’URSS en 1989 !
              La LIBYE est un état souverain , si un satrape est à sa tête c’est au peuple Libyen de régler le problème , problème qui a été soutenu par l’impérialisme occidental pendant quatre décennies !
              Oui , l’Empire bafoue le droit international , ses responsables devront rendre des comptes devant la justice internationales !
              @ L’auteur très bon article et merci !
              RA .


            • bernard29 bernard29 24 mars 2011 16:28

              Ah !! « l’Empire impérialiste » , Qu’est-ce qu’on ne fait pas avec cette empire. Même des jeux vidéos et des films. ; ’L’Empire contre attaque’ .... etc..

              Vous dites ; « La LIBYE est un état souverain , si un satrape est à sa tête c’est au peuple Libyen de régler le problème , »

              Ben oui , mais c’est nous qui avons fourni des armes lourdes et des avions à ce satrape pour faire en sorte qu’il puisse mater les révoltes et révolutions de son peuple, parce qu’en fait , notre empire sait trés bien travailler avec des Satrapes. ( il y a moins de monde à corrompre. et ces satrapes font le travail et trés bien ..) . A moins que vous pensiez que les peuples doivent aller se suicider contre les tanks et autres avions. ???

              En plus, nous armons trés bien les dictateurs. Alors nous avons une responsabilité. Et nous, les démocrates, avons donc la responsabilité d’aider les peuples qui tentent de se soulever, avec courage, malgré la disproportion des forces. Notre travail est aussi de dénoncer et de pousser à l’interdiction de vente d’ armes aux pouvoirs dictatoriaux. (c’est un minimum).


            • ELCHETORIX 24 mars 2011 17:12

              bien sûr que non , moi je ne me sens pas concerné lorsque nos « guides » de la nation ont soutenu ces dictateurs , ils ne m’ont pas demandé mon avis pour vendre des armes à leurs « tonton - macoutes » , non ils soutiennent toujours les dictateurs Africains en AFRIQUE- Sub-Saharienne soit en AFRIQUE NOIRE , tiens , en CI pourquoi n’interviennent-ils pas , cette « communauté internationale » qui se résume aux EUA , UE et GB et ses vassaux du commonwelth .
              Donc arrête de nous faire passer pour des « gauchistes » au mieux irresponsables , au pire débiles ! les dégénérés sont ceux qui tirent les ficelles du grand échiquier mondial , qui provoquent la crise financière et économique , qui promeuvent les interventions militaires sous couvert de l’humanitaire , ces « dégénérés » disais-je sont les fascistes modernes avec le totalitarisme économique des multinationales qui ravagent les peuples et la planète , le meilleur exemple du capitalisme économique et financier est le résultat actuel de la catastrophe au JAPON sans oublier celle de BP au golfe du MEXIQUE avec la catastrophe de la plate-forme pétrolière et la pollution de l’Océan aux CARAÏBES !
              pour moi , tout est lié , l’EMPIRE des multinationales et des Banksters sera vaincu par la résistance des peuples .
              L’impérialisme n’a pas d’avenir , il est sur le déclin quoique prêt à déclencher une 3ème guerre mondiale pour continuer son « hégémonie ».
              Arrête de me prendre pour un gamin sans cervelle , je viens d’avoir plus de 6 décennies , cabron !
              RA .


            • jaja jaja 24 mars 2011 16:07

              Le soutien internationaliste aux Révolutions passe par l’armement des peuples en lutte qui est leur premier souci. On ne combat pas front contre front avec des kalachnikov et des RPG contre des tanks et de l’artillerie.

              Oui il aurait fallu armer le peuple comme cela aurait été fait s’il existait d’authentiques pouvoirs populaires dans ce monde.

              L’intervention impérialiste n’a comme but que le pillage et la domination et pour cela il lui faudra trouver des traitres qui se prétendront issus des insurgés et travailleront à détourner la révolution de ses objectifs initiaux.


              • bernard29 bernard29 24 mars 2011 16:35

                a jaja.

                « Le soutien internationaliste aux Révolutions passe par l’armement des peuples en lutte qui est leur premier souci. On ne combat pas front contre front avec des kalachnikov et des RPG contre des tanks et de l’artillerie. »

                attention, !! vous allez vous faire attaquer pour ingérence. ? je croyais que les peuples devaient se libérer tout seuls, à mains nues ..et cheveux au vent...

                Vous possédez des tanks, des canons ou des avions, qu’il serait possible d’envoyer là bas  ??

                Vous pensez peute être à Chavez, qui devrait nous acheter des leclercs ou des rafales pour les donner aux insurgés ??


                • agent orange agent orange 24 mars 2011 17:17

                  NATO per uccidere.


                  • latortue latortue 24 mars 2011 20:16

                    arrêtez donc de vous prendre le choux nos dirigeants nous prennent pour des enfants de cœur, mais leur médias mensonges ne tiennent pas grâce a internet, tout se sait, tout se transmet ,tout se débat, merci internet ,faisons en sorte qu’il ne nous le vole pas c’est le seul espace libre au monde

                    http://www.voltairenet.org/article1...

                    ÉDIFIANT lire le lien ci dessus la France préparait depuis novembre 2010 son intervention en Libye et le renversement de Kadahfi


                    • Marc DELON 24 mars 2011 20:41

                      L’auteur semble réserver l’appellation : Média-mensonge à l’occident en « oubliant » que tous les régimes autoritaires l’utilisent pour propager l’idéologie et la guerre en cours aux palais.
                      De la Chine communiste au Maghreb islamique en passant par la Syrie ou l’Iran... radios, TV, journaux, internet sont contrôlés, la, ou en occident, ils jouissent d’une liberté sinon absolue du moins réelle.  
                      En ce sens l’auteur emploi le : Média-mensonge.


                      • Bovinus Bovinus 24 mars 2011 22:04

                        En fait, la seule différence entre les régimes autoritaires et nos régimes occidentaux, c’est que chez nous, lobotomise les gens pour leur faire gober notre propagande. Ainsi, la liberté réelle dont jouissent chez nous les médias ne profite qu’à quelques marginaux idéalistes. La vaste majorité des gens s’en fout, ou bien n’a pas les moyens intellectuels d’appréhender tout cela. Ça coûte un peu plus cher, mais ça sauve les apparences. C’est peut-être qu’on est simplement des régimes autoritaires un peu plus évolués ?


                      • Michel Maugis Michel Maugis 27 mars 2011 04:57

                        @Marc Delon

                        La Chine n´a encore envahi aucun pays, et peut être qu´elle contrôle internet pour se protéger de vos média mensonges, pas pour déclencher des guerres.

                        apparemment vous les acceptez ces médias mensonges car ils permettent de déclencher vos guerres de rapines.

                        Michel Maugis


                      • Deneb Deneb 26 avril 2011 09:38

                        Michel Maugis est un spammeur et un tricheur aux votes qui vient de se faire prendre la main dans le sac. J’aurais aimé que l’on eut laisse son message sur ce fil, la rédaction a préféré l’enlever, ce que je comprends. Que c’est confortable de spammer, tricher et d’insulter sur les forums français quand on se trouve à Santiago de Chili ...


                        • JL JL 26 avril 2011 09:56

                          Deneb, excusez moi de vous le dire, vous délirez. Les spams auquel vous faites allusion ont été postés sur tous les articles et cela dure depuis plusieurs jours. L’auteur qui est probablement viré systématiquement recommence à chaque fois avec un pseudo différent.

                          Il n’y a aucun rapport avec Michel Maugis, et ce n’est pas parce que vous en avez fait votre bête noire que vous faites preuve de bon sens en lui attribuant ces pollutions, bien au contraire.


                        • Deneb Deneb 26 avril 2011 10:01

                          Tiens donc, alors comment ça se fait que l’on a supprimé son commentaire plussé 6 fois en 10 minutes à 4h30 du matin, et du coup ma dénonciation en reponse. Curieusement, le spam est arrivé en même moment que le plussage.


                        • Deneb Deneb 26 avril 2011 13:58

                          JL : de plus, vous le défendez bec et ongle, en m’accusant du délire, en disant que je vais contre bon sens, alors que le moins que l’on puisse dire c’est qu’il insulte deux fois plus que Morice, pour dire. Vous me décevez amerement avec votre mauvaise foi, et je suis sur le point de me demander si vous n’êtes pas de mèche avec ce spammeur et tricheur chilien (le courageux de Santiago, confortablement à l’abri des poursuites en France), finalement.


                        • JL JL 26 avril 2011 20:48

                          Deneb,

                          vous rigolez, j’espère, quand vous dites que je défends Michel Maugis « bec et ongles » !?

                          Je vous déçois amèrement ? J’en suis chagriné ! Si si !

                           smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès