Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les séries, nouvelle « drogue culturelle »

Les séries, nouvelle « drogue culturelle »

Une tendance notable s’est affirmée au cours des deux dernières années, celle d’un nombre important de personnes suivant avec assiduité des séries américaines. Prison Break, Heroes, Lost, 24 ou encore Dexter sont quelques -ns des programmes entraînant une addiction poussée dans la catégorie des 15-30 ans.

Que deviennent Michael Scofield (Prison Break) ou John Locke (Lost, en aucun cas le fameux philosophe anglais) ? Comment Mohinder Suresh (Heroes) va apporter son aide à l’évolution de la génétique et ainsi sauver le monde ? Tout comme Jack Bauer (24) dont c’est le "job" depuis cinq ans ?

Voilà, le genre de questions présentes dans l’esprit d’un fanatique de série. Ce genre de personnage n’est pas très marginal, tous les soirs des millions de personnes s’installaient face à leur écran pour suivre la saison 1 de Prison Break sur M6. Les diffuseurs français achètent les droits en fonction du succès que les séries engrangent outre-Atlantique. Le nombre de ce genre de "broadcast" (programme tv en anglais) aux Etats-Unis a tellement augmenté durant les dix dernières années qu’on ne peut les compter avec précision. Les objectifs financiers et les investissements sont tels que les productions et les chaînes ont le pouvoir de déprogrammer à tout-va. La rentabilité, objectif majeur des productions comme dans toute entreprise, provient du nombre de téléspectateurs recensés par les chaînes. Ces dernières dépensent sans compter pour recueillir le plus grand nombre.

Avec le retard d’un an, "logique" pour n’importe laquelle des séries. Les Français ont depuis quelques mois, commencé à rechercher les épisodes de leurs programmes favoris par le biais d’Internet. Ainsi durant le mois d’août 2006, le site internet dailymotion diffusait en streaming toute la première saison de Prison Break et le début du 3e opus de Lost. A cause d’une plainte de la chaîne M6 qui se voyait flouée par la diffusion gratuite, le site a été contraint de supprimer toutes les pages où des épisodes entiers étaient visionnables. Cela n’a pas empêché la multiplication des forums de téléchargement d’épisodes où seule une inscription avec une adresse e-mail valide et un nom d’utilisateur sont requis. Les avant-gardistes pour certains ou les suiveurs pour d’autres auront donc pu suivre la totalité de la première saison de Heroes qui n’arrivera sur les écrans de TF1 qu’en septembre 2008. Mais pourquoi autant de personnes interessées par ces superproductions télévisuelles ?
Le secret réside peut-être dans le fait que ces nouvelles séries (Prison Break, Heroes, 24...) sont construites comme des films. Il n’y aucune "routine" inhérente à tous les soaps du passé (Beverly Hills et autres...). Chaque épisode est une nouvelle histoire et aucune action ne sera reproduite dans le suivant. Les rappels du début sont là pour situer le fan dans le déroulement et indiquer certains éléments à venir.

Cette tendance indique bien qu’une révolution est en marche dans le monde de l’audiovisuel et des médias, et qu’Internet, en plus de compléter, remplace petit à petit la télévision à l’instar de la plupart des autres formes d’informations (radio, presse...).


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 24 mai 2007 10:38

    La qualité des series semblent etre meilleures avec l’ouverture de nouveaux moyens de les diffuser.

    En cela ,internet est un véritable levier pour les producteurs de ces nouvelles séries qui correspondent bien à la demande de nouveaux spectateurs.

    C’est une manière d’optimiser la segmentation du marché des series à l’image de la segmentation du marché de la musique que nous avons connu depuis 10 ans

    La qualité de ses nouvelles series démontrent bien que quand les moyens sont présent,le public répond présent (ROME,ROME2...)


    • le mave 24 mai 2007 11:51

      J’avais lu quelque part que la structure du marché américain a provoqué cette explosin des séries ..

      Le public des salles de cine US serait en majorité des ados ,donc les films de ciné sont conçus pour les ados et de nombreuse séries pour les adultes à la maison .

      Vrai ou faux ?

      En regardant la production du cinema Us cela semble être confirmé : majorité de films d’actions gore et violents,tout ce qui plait aux ados et séries plus structurées avec des scénarios de plus en plus aboutis .


    • Leonard 24 mai 2007 11:41

      " Le secret réside peut-être dans le fait que ces nouvelles séries (Prison Break, Heroes, 24...) sont construites comme des films "

      C’est une tres bonne remarque pour creer l’adiction a ces series. Avec le nombre reduit de chaine en France, la tele n’est pas reellement envahie par ces trucs. Par contre en uk/ireland, tout ca passe en continu avec des chaines complement dediees aux series comme feu La5 il y a quelques decenies chez nous. Finallement Mr Bouret avait quelques chose de visionnaire a l’epoque.

      Il y a aussi un autre aspect a cette recrudescence de serie : le phenomene « friends ». La serie culte d’une generation a laisse sa place il y a 2 ans maintenant. Cette fin a cree une forte attraction pour les series et la bataille pour la succession bat son plein.


      • LE CHAT LE CHAT 24 mai 2007 12:03

        j’ai adoré Prison Break , une série vraiment originale . en revanche Lost ,ça me gonfle avec ses renvois incessant dans le passé et un scémario sans queue ni tête .

        Vivement la série de l’été , « la guerre des roses »" sans dany de vito ni mickael Douglas , mais avec Ségolène , DSk ,fabius , hollande et les autres smiley


        • La Taverne des Poètes 24 mai 2007 12:28

          Je suis d’accord avec votre jugement le chat. Prison breaks était nettement meilleur. Ce qui fait la recette de ces séries c’est aussi la logique du huis-clos, de l’enfermement dans un milieu donné : la prison, l’île des rescapés. Et du coup le retour aux moyens basiques de survie. C’est un peu à l’image de notre monde quelque part : l’impératif de survie avec ses sytèmes « D » et les mondes clos. Les moins jeunes se souviennent de la série « Le prisonnier » autrefois aussi et même de « Dallas » (monde clos des familles de milliardaires du pétrole avec ici aussi la notion de survie, plus morale et psychique que physique). Plus récemment « Le Caméléon » avec son « centre » auquel le héros tente d’échapper.


        • La Taverne des Poètes 24 mai 2007 12:31

          C’est un peu le condensé de la condition humaine et de la destinée de l’homme. J’ai acquis tout récemment la série complète de « Au-delà du réel » : révélateur non ? smiley


        • LE CHAT LE CHAT 24 mai 2007 14:20

          @LA TAVERNE

          as tu vu les premiers épisodes de Dexter sur canal , je les ai trouvé pas mal , c’est un plan à la Bronson en plus gore !


        • La Taverne des Poètes 24 mai 2007 15:59

          Le chat : Connais pas Dexter. Mais dans toutes ces histoires à huis clos, on prend la pleine mesure du mot de Sartre : « L’enfer c’est les autres ». C’est ce jeu intense, exacerbé des acteurs dans ces relations sociales particulières, qui fait l’intérêt.


        • LE CHAT LE CHAT 25 mai 2007 10:13

          @la taverne

          c’est l’histoire d’un serial killer dont les proies sont des serial killers .


        • armand armand 24 mai 2007 13:54

          Les séries ne sont autre chose que les romans-feuilletons du XIXe siècle amplifiés par la télé et internet - même identification du public, même engouement - même mélange de facilité et d’authentique création. Ce qui est amusant, c’est l’inversion des rôles entre les USA et la France : effectivement, le cinéma US colle aux obsessions ados et se veut assez consensuel en raison de son public ; à la télé, vu l’explosion du nombre de chaines (et de ’niches’ de consommateurs)il y a bien plus de liberté et de créativité. En France, la télé se doit d’être consensuelle, et c’est le grand écran qui peut (parfois) expérimenter. Au risque de paraître iconoclaste, les grands feuilletons US nous offrent un langue et une thématique de référence qui facilitent la communication entre générations. Etant un fan de ’Desperate Housewives’ comme la plupart de mes étudiants, je peux faire passer une idée en disant ’comme dans DH, voyez...’. Et j’ai récemment demandé à une thésarde, lors de sa soutenance, qui travaillait sur la mythologie arthurienne, si elle voyait Guenièvre comme une ’Desperate Housewife’ !On s’est compris tout de suite.


          • Martin Mystère 24 mai 2007 14:10

            Prison Break, Lost... Bon, c’est très bien, mais d’autres séries moins connues sont également plus « intenses » et intéressantes (à mon avis). Je citerai par exemple Oz, The Wire (« Sur écoute », en français) ou encore, pour la science-fiction, Battlestar Galactica. Egalement Sleeper Cell et Carnivale (« la Caravane de l’Etrange » en français). Autant de séries qui n’ont pas forcément les faveurs de TF1/M6 - il est certain qu’Oz n’est pas grand public - mais qui méritent d’être achetées en coffret DVD (et regardées en VO tant qu’à faire).


            • jak 24 mai 2007 15:03

              Vous oublier The Shield, a ma connaissance OZ existe uniquement en V.O


            • Philippe VIGNEAU 24 mai 2007 14:26

              il faut vraiment s’embeter dans sa vie pour regarder ce genre de serie... mais bon ca fait du temps de cerveau disponible et c’est bon pour l’economie alors regardez... smiley


              • Anto 24 mai 2007 14:50

                et encore, en France on est pas trop à plaindre. Une série de 40 minutes aux US c’est 4 (ou 5 ?) coupures de pubs, dont une juste après le générique (lol).

                Ces séries sont hautement addictives car chaque épisode se conclut par un happening (coup de théatre pour les québequois smiley ), de sorte que l’on regarde tout l’épisode en l’attendant et qu’on attend impatiemment la suite. Après le contenu de l’épisode varie suivant l’inspiration des scénaristes. Une série comme Lost par exemple illustre bien cela. Il ne se passe rien dans l’intervalle [début+5min, Fin-5 min]... La TV et ce n’est pas nouveau supplente le cinéma car elle est bien plus rentable, à la production, en terme de quantité d’espace pub, et à l’exportation.

                Quand au téléchargements, j’ai du mal à comprendre comment dailymotion arrive à diffuser les épisodes toutes les series américaines en streaming dès le lendemain de la diffusion, sans avoir de soucis. J’ai eu des problèmes avec youtube pour moins que ça...


              • Schwarzenegger 24 mai 2007 14:40

                C’est très bien.


                • LE CHAT LE CHAT 24 mai 2007 15:06

                  en ce moment la nouvelle série c’est Sarko life ! un jour sarko dans le maquis , un jour sarko à l’élysée , Sarko yatchman , Sarko joggeur dans le var , Sarko bouffe la choucroute avec angela Merkel , Sarko fait la bise à Cécilia , sarko à bruxelles ...

                  Tous les jours on a un nouvel épisode


                  • LaEr LaEr 24 mai 2007 15:12

                    Il court, il court, le furet Le furet du bois, Mesdames, Il court, il court, le furet, Le furet du bois joli.

                    Il est passé par ici, Il repassera par là.

                    Il court, il court, le furet Le furet du bois, Mesdames, Il court, il court, le furet, Le furet du bois joli.

                    Sarko nous fait retomber en enfance smiley


                  • LE CHAT LE CHAT 24 mai 2007 15:24

                    @LAER

                    c’est forest Gump en version de poche ! smiley


                  • La Taverne des Poètes 24 mai 2007 16:01

                    Sarko, ça r’commence !


                  • Majordome Majordome 25 mai 2007 10:46

                    Moi je verrai bien Sarko dans une vieille série, du style Sarkozy et ses drôles de dames avec la blonde (Michelle Alliot-Marie), la brune (Rachida Dati) et la rousse (Brice Hortefeux.) smiley smiley

                    Ou alors dans l’Agence tous risques, mais il ne fume pas le cigare... smiley


                  • Martin Mystère 24 mai 2007 16:07

                    "par jak (IP:xxx.x98.2.124) le 24 mai 2007 à 15H03 Vous oublier The Shield, a ma connaissance OZ existe uniquement en V.O "

                    Oz est resté très longtemps en Zone 1, oui mais désormais la saison 1 est tout de même disponible en PAL. Et The Shield a aussi très bonne réputation, en effet, mais je ne l’ai pas encore regardé (il se trouve sur ma « to watch » list).


                    • Niamastrachno Niamastrachno 24 mai 2007 16:55

                      Article intéressant d’autant plus que je suis un véritable accroc à ces séries !

                      Mais je trouve qu’il manque quelques aspects fondamentaux au succès de celles-ci et je voudrai vous faire partager mon point de vue à ce sujet.

                      Il y a de gros avantages à les regarder, surtout en les téléchargeant pour pouvoir les suivre en temps réel sur ABC, Fox et autres :

                      L’exemple de prison break est énorme : une musique à chier (versus l’esprit de la série) un doublage dont le budget ne doit pas dépasser les 1% de pub récoltés par épisode avec tout la problématique que cela engendre (bande son pourrie, voies décalées etc...).

                      Le doublage de certains acteurs ne correspond à rien par rapport à l’original, parfois il a une voie plutot douce pour ne pas dire féminine alors qu’il est censé avoir une bonne grosse voie bien ample et sourde ce qui tue le jeu de scène, voire décrédibilise le tout.

                      Enfin et çà c’est pour les english speaking : faites la différence entre « i’m gonna fuck this guy » et « je vais lui en foutre une cui-là » (le tout avec une voie pas forcément hyper convaincante) ou encore le bon vieux « ass hole » en « connard » - gag -.

                      On part donc d’un résultat probant à un herzats de feuilleton francisé à mort qui ne ressemble plus franchement à grand-chose (non « dude » ne veut pas dire « mec »).

                      Faites l’expérience, le contraste est saisissant. De plus, les pubs il n’y en a pas. Les épisodes existent en HD, et il est possible de choisir le moment de visionnage. Pour les quelques personnes équipées d’un minimum de matériel, le bénéfice est énorme.

                      Enfin, ça m’évite de regarder la TV, de donner du crédit à TF1 ou M6, chaînes que j’exècre personnellement (encore plus maintenant que l’autre ouf malade a mis son pote dans la place) et que donc dorénavant je squize avec un e malice sans mélange.

                      Et il y en a tellement ! Avez-vous entendu parler de « surface » série étrange racontant la fin de l’humanité, dont une pétition circulait sur le net pour relancer une seconde saison, ou bien de l’énorme « Galactica » dont j’étais fan tout mino et qui existe aujourd’hui en 3 saisons (la prochaine arriverait à la rentrée - peut-être) ou encore « the lost room », « sleeper cell » etc...

                      Bref, autant de séries qui mettent les « cordier juge et flic » au rencard juste au même endroit que la non moins nullissime « julie lescaud » (je me permets de les critiquer, pour moi c’est la lie de la télévision tout le monde n’est pas forcé d’être d’accord) et les quelques autres séries dont à peine 2% arrivent à la cheville des séries outre-atlantiques les plus mauvaises (je sais je suis dur mais la qualité ne souffre pas les coussi coussa).

                      Si je suis devenu accroc, c’est pour toutes ces raison. Je ne regarde plus patrick sébastien, ni Drucker, je ne vois plus de pubs, je ne vois en fait que le JT (sans parler des Kho lanta et autres lofts qui vont revenir bientôt sur... la une...).

                      Bref je joui d’une liberté qui m’est devenue chère et en regardant bien autour de moi, je me rends compte que c’est une vraie épidémie.


                      • thirqual 24 mai 2007 21:53

                        @ l’auteur : vous retardez sérieusement. La recherche des séries par le biais d’internet, sous-titrées par des fans, est antérieure à l’ADSL (bon sang les épisodes de 40 Mo en 320*200) et l’engouement populaire date justement du tout début des connections haut-débit. Il n’y a pas plus de sources sur un programme tel qu’emule pour le dernier épisode de heroes qu’il y en avait pour les épisodes de charmed il y a bien des années déjà.

                        Et ne parlons même pas des séries autres qu’américaines...


                        • estibe estibe 24 mai 2007 22:11

                          Je vous concède le fait que cela date de plus longtemps, mais je voulais mettre en exergue le fait que la tendance a pris une énorme ampleur ces deux dernières années.


                        • chris 24 mai 2007 23:16

                          les series americaines sont tres formatees. Les series commes heroes les experts sont rythmes par la pub : speed , speed...c est ca la reussite quand a la traduction : c est vrai que ca change totalement. Contrairement a la remarque faite auparavant, je pense que sans les doublages francais avec changement de sens, ces series n auraient pas autant de succes. les experts et compagnies, c est totalement glacial ..la recurrence de la morale americaine et la vision de l armee (voir les pub americaines, C est du premier degre) font fremir. La peine de mort est omnis presente, pour ainsi dire jamais evoque dans les traductions francaises. Le plus inquietant :le bilan de Human right sur les series americaines utilisation de la violence torture : . http://www.humanrightsfirst.org/us_law/etn/primetime/

                          c est de la manipulation et tous ces petits jeunes sautent dedans ...eh oui pour la plupart des series action c est des anciens du pentagone FBI qui s y colle . Aller jack B continue apres tout torturer et tuer pour la cause car on a pas le choix , c est justifier la politique americaine qui Va SAUVER le MONDE Quel est la difference entre FBI CIA DST, .... grace a la com, tout le monde trouve ca top d avoir la casquette du FBI/CIA/NYPD meme en france....tu t imagine avec le symbole DST sur ton TShirt...

                          publie dans liberation:Quand « 24 Heures chrono » donne des cours de torture par V Duriez Jack Bauer n’est pas un tendre. Six ans qu’il torture allégrement en prime time, pour le bien de l’Amérique. Sans lui, les pires complots terroristes auraient décimé ses leaders et tué des milliers de civils. Le héros de 24 Heures chrono, la première série en temps réel, ne s’embarrasse ni de moralité, ni de légalité pour sauver les Etats-Unis. L’agent de la cellule antiterroriste de Los Angeles électrocute et poignarde sans états d’âme. Tire dans le genou d’un suspect pour lui faire avouer la cible d’un attentat. Exécute le fils d’un terroriste sous ses yeux pour savoir où se trouve une bombe (en fait, c’est une mise en scène). Les auteurs de la série le reconnaissent : « ça devient dur de ne pas reprendre tout le temps les mêmes techniques de torture. » L’association Parents Television Council a en effet enregistré 67 scènes de torture pour les cinq premières saisons de 24 Heures chrono . Mais la série préférée des conservateurs de Washington, qui tient en haleine 15 millions de téléspectateurs sur Fox, n’est pas la seule à banaliser la torture : Lost , Alias ou Law and Order s’y sont mis aussi. Le tournant ? Le 11 septembre 2001. De 1996 à 2001, 102 scènes de torture ont été diffusées aux heures de grande écoute, et pas moins de 624 de 2002 à 2005. Les bourreaux ne sont plus les méchants, tueurs en série et trafiquants de drogue, mais les gentils, les héros : les patriotes. Cette banalisation a des conséquences particulièrement perverses. Selon l’association américaine de défense des droits de l’homme Human Rights First, elle ne rend pas seulement la torture plus acceptable aux yeux des téléspectateurs, elle influence aussi jusqu’à ceux qui mènent des interrogatoires sur le terrain : les soldats en Irak. « Nous avons un faisceau de preuves qui montre que les jeunes soldats imitent les techniques d’interrogation vues à la télé », alerte David Danzig, qui dirige la campagne Primetime Torture (1). Abou Ghraib. Outre un rapport du gouvernement américain daté de 2004 notant que les officiers utilisent « des méthodes qu’ils se souviennent avoir vues dans les films », Human Rights First a rassemblé, pour un film qui sera présenté aux soldats en formation, des témoignages d’interrogateurs professionnels. Parmi eux, Tony Lagouranis, un ancien interrogateur militaire qui a travaillé à la prison d’Abou Ghraib. Il a dû s’interposer, un jour, lorsque des soldats ont demandé à leur traducteur de hurler comme s’il était torturé pour terroriser les prisonniers : ils venaient de voir la même scène dans 24 Heures chrono en DVD. Certains enseignants de l’académie militaire de West Point considèrent même Jack Bauer comme l’un de leurs principaux problèmes. Les cadets leur disent : « Je l’ai vu dans 24 Heures chrono . Jack Bauer tire dans les jambes du gars, et il craque immédiatement. » « Les instructeurs doivent répéter non seulement que ce n’est pas légal, mais qu’en plus ce n’est pas efficace, explique David Danzig. La série est remarquablement réaliste, mais ce n’est pas la réalité. Dans la réalité, la torture ne marche pas. » Souffrance. C’est ce qu’un petit groupe de vétérans de l’interrogatoire, issus de l’armée et du FBI, ainsi que le doyen de l’académie de West Point, est allé expliquer aux auteurs de 24 Heures chrono . La rencontre inhabituelle a eu lieu sur le plateau, à Hollywood. « Nous leur avons expliqué que les meilleures techniques demandent du temps et de la patience, par exemple, établir une relation personnelle avec l’interrogé, raconte Joe Navarro, un agent du FBI retraité qui a conduit des milliers d’interrogatoires. La torture n’a jamais conduit à la vérité, seulement à la souffrance. Au mieux, l’interrogé vous dira ce que vous voulez entendre. Au pire, vous n’obtiendrez rien. » Les scénaristes ont pris des notes, posé des questions sur les méthodes « douces ». Et argumenté que ce n’est que de la fiction et que les téléspectateurs le savent. « Ils ont été surpris par l’impact de leur série sur les soldats », souligne Joe Navarro. Pour autant, recourront-ils moins à la torture ? Danzig est plutôt optimiste : « Nous espérons les convaincre qu’il est possible de maintenir la même tension dramatique sans. » L’agent du FBI est plus pessimiste : « Nos techniques n’ont rien de spectaculaire. Mais le public veut de l’action. »


                          • arturh 25 mai 2007 07:25

                            C’est séries sont aussi le symbole de notre acculturation par les USA. Les diffuseurs français, qui achètent ces séries, refuseraient qu’un producteur français leur propose une histoire de type qui organise une évasion dans une prison. On nous éduque à penser que nous sommes trop ringards et qu’il faut laisser tomber et regarder ce que font les américains.


                            • arturh 25 mai 2007 20:35

                              L’auteur a raison sur un point. Il y a eu un engouement ancien pour les séries américaines ancienne manière, qui a culminé jusqu’au milieu des années 80 avec dans le désordre, Starsky et Hutch, Miami Vive, Dallas, Dynastie, etc.

                              Ces séries de « producteurs » ont ensuite été supplantées en France par des productions françaises qui sont devenues extrêmement populaires, occupant le haut du tableau des meilleurs audiences.

                              Mais à la fin des années 90, il y a eu un fort renouvellement des productions américaines, avec des séries « d’auteurs » comme le célèbre Friends plus tard ces nouvelles séries comme Lost, ou 24 heures et surtout Les experts qui, de nouveau, supplantent les productions française en termes de qualités et d’audience parce qu’elles n’ont pas su s’adapter et évoluer.


                            • vercueres 25 mai 2007 09:54

                              Un article anachronique. Ecrire que le phénomène ne date que de quelques mois (pour le téléchargement) ou de deux ans (pour l’engouement) montre tout simplement que l’auteur a une connaissance assez sommaire du sujet. C’est d’ailleurs le cas pour l’essentiel des commentateurs.

                              Les séries actuelles, la suite de Friends ? Elles ont commencé bien avant et n’ont justement rien à voir, à commencer par le format (40 mns hors pubs, vs moitié moins pour Friends).

                              Les séries actuelles, basées sur le huis clos ? C’est en effet assez facile de prendre deux exemples pour écrire une généralité (la saison 2 de Prison Break ne se passe plus dans la prison...).

                              Les séries actuelles, de la manipulation ? De la même façon, c’est réduire l’ensemble des séries à deux exemples.


                              • estibe estibe 25 mai 2007 10:20

                                Une critique acerbe, qui peut néanmoins être considéré comme constructive.Même si , il est vrai que « l’addiction » aux séries americaines n’est pas toute récente. J’aimerais toutefois ajouter que tout le monde n’est pas aussi avancé que vous dans la connaissance de cette tendance et de plus Prison Break etait l’exemple le plus concret et révélateur du phénomène. Enfin à ma connaissance, à l’époque de Friend , peu de gens téléchargeaient les épisodes où les regardaient en streaming. La problématique de l’article n’etait pas d’étaler tout l’historique des séries et de leurs fans en France avec des chiffres,ni de dater le 1er téléchargement p2p de l’ère du web, mais de signifier un véritable engouement présent avec l’appui d’Internet.


                              • Majordome Majordome 25 mai 2007 11:13

                                Ma série préférée reste « 24 », dont les scénarios sont assez croustillants. Evidemment je n’approuve pas toutes ces scènes de tortures, et le côté parfois flagrant du reflet de Bush et ses amis, mais cela reste un bon cliché de la politique actuelle des U.S.A., et le rythme de la série est incroyable...

                                Je suis actuellement sur la dernière saison, pas mal, mais voici ce que j’avais noté sur la saison 4, assez dingue quand même... :

                                > le fils du Ministre de la défense des USA est accusé dès le départ car, en gros, il a l’habitude de faire partie des manifestations avec les potes de Mickael Moore (M.Moore est cité, véridique), donc peut être une menace éventuelle pour le gouvernement américain, et donc il est torturé...

                                > on passe juste à côté d’un drame nucléaire (une ogive qui se balade au-dessus de L.A.) à cause de qui ? : un avocat d’Amnesty Global (vous remarquerez la finesse pour remplacer Amnesty International) qui refuse que son client soit torturé, heureusement Jack Bauer trouve un autre moyen pour le torturer plus discrètement sans avoir sur le dos cette « menace » d’Amnesty Global... Jack Bauer n’oublie pas d’ailleurs d’être étonné que la loi Patriot (véridique) ne lui donne pas ce pouvoir plus facilement...

                                > On retrouve le fils du ministre vers la fin, où, MON DIEU, on apprend une chose « terrible » pour son père, sa soeur et nous, public, il est homosexuel ! Mon dieu... Déjà qu’il y a des terroristes, mais en plus le fils du Ministre est homo...

                                Ce lien vers un article sur la pub diffusée en 2005 dans 24 aux U.S.A... smiley

                                Mais pour bien se marrer, il reste WEEDS ! smiley


                              • ka 25 mai 2007 14:10

                                Putain même dans un fil sur les séries américaines on trouve le moyen de parler du people Sarko.

                                Sinon je suis d’accord avec Le Chat « Prison Break » c’est de la balle, par contre « Lost » ça commence à me saouler aussi, en plus les créateurs de la série ne savent pas vraiment où ils vont et n’ont pas de réponses aux nombreux secrets de la série, ça peut être cool quelque part mais ça peut aussi être dangereux et rendre la suite insuivable et abracadabrantesque.

                                Il paraît que « Heroes » c’est aussi très bien vu l’audience que cette série génère aux States. On verra bien.


                                • ageur 30 mai 2007 15:21

                                  Il faut voir que la culture américaine concernant les series est tres differentes de la notre. Il arrive souvent que le prochain épisode ne soit pas encore tourné, ou qu’il hésite encore sur la fin. On ne parle pas des series foirées ou inachevée. La fin d’une serie depend directement du taux d’audiance !

                                  Alors lorsqu’une serie arrive en france (sur les ecrans dumoins) c’est forcement deja un succes outre-atlantique. La large pre-diffusion des nouveaux medias ne fait qu’accentuer la vague populaire... regarder le succes de Heroes, c’est flatteur pour son égo aussi de crier a qui veut l’entendre qu’on la deja vu... mais que ca ne sortira qu’au mois de septembre en france.

                                  A ce propos, il me semble que la saison n’est pas fini, le dernier épisode « disponible » n’est pas le 22 ou 23 ? L’auteur prétend que des personnes ont deja vu l’integralité... je me trompe peut-etre...


                                  • nausicaa 7 juin 2007 16:55

                                    Le phénomène des séries TV est très ancien, à peu près depuis que la télévision existe. Les accrocs aux séries ont toujours existé. Il ne s’agit pas d’une drogue plus que de connaître la suite de Harry Potter ou les aventures d’un personnage récurrent de roman. C’est le principe même de la série, ou du roman feuilleton, apparu en France en 1836. Ce qui change, c’est la disponibilité. On peut le voir sur le Net, alors on en profite. Mais beaucoup sont quand meme heureux de se retrouver devant le petit écran avec leurs amis. Alors ce n’est pas nouveau, ce n’est pas une drogue puisqu’on ne décide pas de sa disponibilité, nous n’avons aucun contrôle là dessus. Je pense que l’auteur n’a pas réalisé que ce n’est pas parce qu’il découvrait les séries que tout le monde le faisait. Le support peut changer, le phénomène reste le même.


                                    • Lisa SION 2 Lisa SION 16 décembre 2007 18:34

                                      J’ai envoyé un mail à TF1 savoir s’ils pouvaient repasser les neuf cent quatre vingt dix neuf épisodes de la série dont j’ai oublié le nom ( ? ) car je n’ai regardé que les deux premiers épisodes...

                                      Au début, je me disais que Dallas n’était que de la connerie quotidienne, et avec le temps, j’ai fini par comprendre que ce monde impitoyablement profiteur existe. Je m’en excuse auprès de ces comédiens qui ont courageusement dénonçé le monde vu du Texas, mais rien n’y fait, ces horribles personnages sont puissants et de plus en plus nombreux.

                                      Nous sommes devenus les milliards de témoins quotidiens du manège médiatique, nous avons oublié Dieu et nous soumettons devant ce monde audiovisuel et virtuel, et cela rythme nos journées mornes en attendant le soir l’heure de la série...Passionnante vie !


                                    • blog iiit 25 juillet 2009 08:58

                                      Le trailer de la saison 4 de Dexter est disponible http://blogiiit.wordpress.com/2009/07/25/trailer-dexter-saison-4-video/&nbsp ;
                                      Cette saison sera sans doute un bon exercice de style d’évolution de personnage de série TV : quand le serial killer dénué d’émotion devient papa...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès