Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Lettre à Monsieur Edwy Plenel

Lettre à Monsieur Edwy Plenel

A la suite de la publication du dernier livre de l’ex-rédacteur en chef du Monde, Edwy Plenel, voici la critique du rat des champs.

Cher compatriote (j’ai lu quelque part que votre famille était d’origine bretonne),
votre livre, Procès, se veut donc une "déposition dont le lecteur est le seul juge" (p.148). Soit. Puisque me voici transformé en "juge", permettez-moi de regretter l’absence de chapitre bien charpenté consacré à la situation dans laquelle vous avez trouvé Le Monde lorsque vous êtes devenu directeur de la rédaction.
Un second chapitre portant sur l’art et la manière de faire Le Monde - vu par Edwy Plenel - eût été également le bienvenu. Comment Edwy Plenel procédait-il pour accoucher d’un journal percutant et attractif, ce qui nous changeait de la platitude et de la monotonie dont souffrent les quotidiens nationaux et régionaux ?
Nous aurions adoré qu’Edwy Plenel répondît à la grande question, la seule qui vaille au fond : comment Edwy Plenel s’y est-il pris pour remonter les ventes ? Nous étions en attente d’une leçon de journalisme, pas style ESJ ou Lille, non, du réel, du concret, du sérieux.
Les ventes, passage obligé de ce capital symbolique, difficilement conquis et chèrement préservé, "l’indépendance", il n’y a que cela de vrai. Voilà ce qu’un lecteur, bombardé "accidentellement" juge, souhaitait vous dire. Mais le petit juge n’oublie pas qu’avec Edwy Plenel, Le Monde créait l’événement, mieux que cela Le Monde était le journal dont on parlait. Bref, chaque jour, vous faisiez la course en tête.
Le Figaro (4 janvier 2006) nous annonce que vous souhaitez lancer un quotidien "réellement indépendant" (sic). Il m’est évidemment facile de vous renvoyer à une phrase de Robert Hersant, qui demeure plus que jamais d’actualité : " La liberté de la presse débute et s’arrête au tiroir-caisse ". Pourtant, il y a certainement une place pour une "feuille" à la pagination modeste mais aux vues pénétrantes, qui nous surprendrait chaque jour. Et donc nous donnerait envie de l’acheter.
Au fait, vous auriez pu consacrer un troisième chapitre à cette énigme, qui n’en est pas une : pourquoi les gens n’ont-ils plus envie d’acheter Le Monde, Le Figaro et compagnie ?
Vous permettrez aussi au "juge" de relever une contradiction - de taille, à ses yeux - dans vos propos, et de vous chercher querelle à ce sujet :
"Au Monde , je ne m’occupais que de la marche rédactionnelle du seul quotidien, tâche qui suffisait amplement à remplir mes journées", écrivez-vous page 141. Ceci va totalement à l’encontre de ce qu’on peut lire page 97 : "J’écrivais des livres, j’animais une émission de télévision". Une certitude : le rédacteur en chef d’un quotidien aussi lourd à fabriquer que Le Monde qui trouve le temps d’écrire des livres et de faire don de sa personne à la pieuvre audiovisuelle ne dort pas.
Voilà qui aurait pu déboucher sur un autre chapitre tout aussi passionnant : comment Edwy Plenel parvenait-il à faire trois métiers à la fois (journal, livre, télévision) ? Chez les politiciens, on appelle cela le cumul. Mais eux, c’est bien connu, disposent d’une armée de petites mains et de plumes diverses et variées. Tandis que le travail d’Edwy Plenel relève de l’artisanat à l’état pur. La prose Edwy Plenel ne peut être que le fait d’Edwy Plenel. Le talent, ça ne se délègue pas.
Amitiés.
Le rat des champs.

Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Daniel Milan (---.---.168.153) 15 mai 2006 21:49

    Monsieur Edwy Plenel d’origine Bretonne, vous ne manquez pas d’humour ! Je me souviens de lui quand il était très en cour dans les Palais de justice !..


    • Eric (---.---.138.114) 19 mai 2006 20:07

      Votre questionnement est intéressant.

      Il est vrai que la réussite de Plenel aura été, en grand chef cuisinier, de rehausser la sauce Monde. Ce journal, ennuyeux par vocation (c’était la devise du Temps, son prédécesseur, je crois ?), est devenu passionnant. Il a même acquis le statut de drogue en vente libre...

      J’ai eu l’opportunité de rencontrer Edwy Plenel (j’en parle ici : http://crisedanslesmedias.hautetfort.com/archive/2006/03/13/edwy-plenel-re-devenu-journaliste.html).

      Ce que je retiens de cette rencontre, c’est avant tout des impressions. Des impressions quasi physiques. Le personnage m’a impressionné, pour tout dire. Il est concentré, presque tendu. Il parle beaucoup mais vous écoute (il vous écoute pendant qu’il parle, dirait-on). C’est donc un journaliste, un interviewer : quelqu’un qui capte ce qu’il entend et ce qu’il voit. Mais c’est aussi quelqu’un de tendu vers un but, une idée, presque une obsession. Et c’est en cela qu’il devient plus complexe, presque ambigü.

      Cela dit, une chose est claire : s’il a régné sur Le Monde en augmentant les ventes, c’est aussi parce que les ventes ont baissé qu’il est parti. Son éviction est politique en un sens (il explique que Le Monde roule aujourd’hui pour M. Sarkozy, dont Alain Minc et Jean-Marie Colombani sont des « amis ») mais elle est surtout économique (Plenel ne se reconnaissait plus dans le projet du groupe Le Monde). Donc,comme vous le disiez, la vérité d’un journal, c’est bien les ventes...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès