Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Liban : de la responsabilité des médias dans la crise politique

Liban : de la responsabilité des médias dans la crise politique

La crise que connaît le Liban ne devrait pas faire oublier la part de responsabilité de chacun des acteurs.
On peut s’interroger non seulement sur la responsabilité d’une classe politicienne qui interagit en fonction d’influences extérieures, mais également des médias.

Ainsi, il serait judicieux de se demander si les médias libanais n’ont pas participé à l’aggravation de cette crise qui aurait dû se cantonner au domaine politique, mais qui s’exprime aujourd’hui à travers de tensions entre partis au mieux communautaires, sectaires au pire.

En 2005 déjà, une ONG américaine mettait en garde contre la diffusion d’éditos partisans par les télévisions et les journaux libanais, appelant à une information rigoureuse et non partisane.

Nous pouvons aujourd’hui remarquer que plus que jamais en général, nos chers médias nous informaient des faits et des gestes de chacun manipulant d’une certaine manière leur information et ainsi manipulant les Libanais.
Aujourd’hui, les médias audiovisuels, radiophoniques et la presse écrite en générale obéit aux mêmes césures, celles d’une ligne politique partisane aux dépens même de l’éthique journalistique propre qui est enseignée aux apprentis journalistes. Cette césure s’exprime également au niveau de l’audience de chacun, justement faite sur ces mêmes bases partisanes au mieux, sectaires et communautaires au pire. Sans chercher loin, citons notamment le cas d’Al Manar, principalement vue par la communauté chiite, de la Future TV avec une audience plus sunnite et les cas particuliers de la LBC ou de l’OTV, organes exprimant plus ou moins de leurs actionnaires-partis. Idem dans le domaine de la presse écrite où des éditorialistes s’affrontent, où des actionnaires-politiciens des uns portent plainte contre les autres et ainsi de suite.

Idem pour terminer au niveau des journalistes eux-mêmes qui laissent transpirer leur propre interprétation des événements au lieu d’apporter à leur lecteur l’information la plus rigoureuse et cela dans leur émission devenue plus show médiatiques ou leur manière d’interviewer leurs invités selon qu’ils conviennent à leur vision étriquée ou non.

L’escalade de la scène politique se faisait donc de pair avec celle des médias.

Les médias libanais semblent donc vouloir mâcher le boulot à leurs lecteurs, exprimer leurs propres visions de la situation politique conforment à ce qu’ils pensent être politiquement correct sans jamais expliquer ce que pense l’autre, aboutissant en cela à la marginalisation de la modération et des dialogues interlibanais possibles et à l’extrémisme de leur audience réciproque, alors que la dynamique journalistique actuelle dans le monde est plus du côté d’une information brute et rigoureuse amenant à la réflexion et au dialogue et non à l’affrontement.

En cela, nos chers médias et journaux sont à l’image de notre classe politique dans l’impossibilité de conduire notre société dans le dialogue et la compréhension mutuelle et ne jetons pas la pierre seulement sur notre classe politique, mais avant tout sur ce vecteur de l’audience. Tout comme nous ne méritons pas nos politiciens, nous ne méritons pas non plus nos canards et le plus ironique dans cette histoire est d’entendre les mêmes accusations jaillir de chaque côté par édito interposé, chacun oubliant d’abord au demeurant de se jeter une première pierre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Céphale Céphale 13 février 2008 15:58

    Article qui mérite d’être lu. Les médias libanais ont les mêmes défauts que les médias français.

     

    Dommage que le seul à vous répondre soit le sioniste JACOB, pour qui tous les prétextes sont bons pour affaiblir les voisins d’Israël.


    • Céphale Céphale 13 février 2008 17:47

      Monsieur JACOB, je vous prie de ne pas me tutoyer.


      • Céphale Céphale 13 février 2008 17:48

        Monsieur JACOB, je vous prie de ne pas me tutoyer.


        • Céphale Céphale 13 février 2008 17:50

          @Thierry JACOB

           

          Je vous prie de ne pas me tutoyer


          • Céphale Céphale 13 février 2008 17:51

            Répétition involontaire


          • Céphale Céphale 13 février 2008 18:46

            Vous êtes lourd, monsieur JACOB !


            • Céphale Céphale 14 février 2008 08:21

              @L’auteur

               

              Ce sujet ne semble pas intéresser les lecteurs d’AV. Vous auriez plus de succès si vous parliez par exemple des sous-munitions dont le sol du Sud Liban est truffé depuis l’attaque israélienne.


              • Algow 14 février 2008 18:03

                M. Jacob, trouvez vous la riposte Israelienne proportionnel à l’enlèvement des soldats lors de la 2ème guerre du Liban ? N’avez vous pas honte de comparer l’attaque du Hezbollah sur le groupe de soldats ayant été repris par Israel comme un prétexte pour dévaster le Liban et les sous mutions n’ayant pas encore explosé et représentant de dangereuses mines pour les habitants de la région ?

                Et lorsque vous parlez de la force de la Syrie et de l’Iran, qui a mis un bandeau devant vos yeux ? A moins que vous viviez dans un monde parrallèlle au notre peut-être ? Dans le monde dans lequel je vis, Israel et les Etats-Unis ont toutes les carractéristiques pour être considérés comme forts et agressifs et c’est aussi à cause de ce type de pays là que le Liban souffre d’un blocage depuis plusieurs années et principalement pour l’élection d’un nouveau président. Mais je concède tout à fait qu’il ne sont pas les seuls en jeu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès