Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Mais où est passée Ingrid Bétancourt ?

Mais où est passée Ingrid Bétancourt ?

Silence radio... Les JO et le Tibet, la Birmanie, l’anniversaire de la gouvernance Sarkozy ; les primaires démocrates... Mais pas un mot sur l’otage des Farc...

Eh oui, l’actualité évolue. Le téléspectateur se lasse un peu. Et un dossier qui était devenu une cause nationale n’est même plus évoqué dans les journaux. Ingrid Bétancourt aurait-elle été libérée ou bien serait-elle morte ? Ni l’un, ni l’autre. Elle a vécu médiatiquement et a disparu des ondes et des écrans. Certainement reviendra-t-elle quand Robert Ménard et ses copains fanfarons de RSF en auront terminé avec le Dalaï-Lama. Et les médias referont de cette femme une héroïne démocrate, une mère courage qui fera vendre à nouveau.

Cette surmédiatisation suivie d’un oubli surprenant nous oblige à réfléchir aux choix des médias sous deux axes : le clientélisme du téléspectateur ou du lecteur et le pouvoir politique des rédactions.

Le clientélisme

Ingrid Bétancourt est un personnage émouvant. Cette photographie, tête basse, les joues creuses, les mains en croix, a touché les Français. L’idée qu’elle puisse être malade, les entretiens offerts à ses enfants, les affiches déployées dans Paris ont donné l’impression aux citoyens qu’ils avaient les moyens de faire vaciller les Farc, à tort ou à raison. Mais cet espoir déçu, plutôt que de raviver la flamme de la lutte, a enterré la vigueur de la contestation.

Puis les lecteurs et téléspectateurs, face à cette "Ingridomania" se sont lassés de voir les mêmes images. Le traitement des informations par les médias, particulièrement inspirés par l’industrie du spectacle, avec sa multitude de rebondissements, ses contrevérités, a grandement participé au final désintérêt de la masse populaire. A trop traiter une information comme un feuilleton télévisé et non pas comme un fait de société avec ses complexités, on le banalise. Regarder le journal télévisé de France 2 revient à suivre un épisode de Plus belle la vie. Lire Le Parisien, c’est comme avaler un roman-photo. Que ces deux rédactions ne m’en veuillent pas, elles ne sont pas les seules à agir ainsi et à décrédibiliser le journalisme...

Peut-être devraient-elles réfléchir plus consciencieusement au sujet qu’elle traite sans penser à l’audimat ou au nombre de journaux vendus. Mais le peuvent-elles ?

Le pouvoir politique des rédactions

Bizarrement, l’effet Ingrid Bétancourt est retombé avec l’essoufflement des négociations. Ainsi, alors que les présidents Chavez et Sarkozy avaient promis de tout faire pour sauver le franco-colombienne, ils se sont heurtés aux résistances conjointes d’Alvaro Uribe et des révolutionnaires Farc. Il est dommage que les rédactions et notamment celles des journaux télévisés n’aient pas mis en avant cet échec et, au contraire, aient décidé à cet instant de ne plus parler d’Ingrid Bétancourt. Une fois de plus, les rédactions ont montré leur servilité face au pouvoir.

Autre signe inquiétant, c’est que ce sont bel et bien les rédactions qui font l’actualité et non pas l’actualité des rédactions. Ingrid Bétancourt est certainement encore plus maigre et plus malade qu’il y a un mois. Ses enfants sont certainement plus inquiets et les conditions de détention tout aussi dures. Le fait que l’on ne parle plus d’Ingrid Bétancourt aujourd’hui démontre, s’il est nécessaire de le faire, que ce sont les grands journaux qui décident de ce que les Français doivent savoir. Quand on connaît les liens étroits qui les unissent avec le pouvoir, on peut être inquiet... Mais cela n’a pas l’air de les inquiéter, pas plus que le sort de l’otage des Farc !


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Sébastien Sébastien 9 mai 2008 12:57

    Je ne sais pas quelle presse vous lisez mais la mienne a clairement parle d’un fiasco pour Betancourt.

    On en parle moins auourd’hui peut-etre parce qu’il y a moins a dire. Peut-etre aussi parce que le gouvernement a commence a comprendre qu’il fallait un peu la mettre en veilleuse si on voulait aboutir.

    En tous cas on disait il y a quelques temps que l’on en faisait trop pour Betancourt, que ca commencait a devenir saoulant. Et maintenant on en reclame plus et pourtant il y en a deja. Bref, amis girouettes, tournez !


    • Frédo45 Frédo45 9 mai 2008 13:07

      Je me suis permis de poster cet article parce que justement je n’ai jamais compris l’importance qu’on donnait à cette affaire et je peux donc m’étonner encore plus du silence désormais de rigueur. Elle est pourtant toujours autant captive, toujours aussi malade semble-t-il. Alors pourquoi en avoir tant parlé et aujourd’hui être muet ?

      Et quand vous dîtes que le gouvernement la met en veilleuse pour mieux aboutir, je crois que vous êtes un peu idéaliste de croire qu’il ne s’agit pas là de taire une impuissance totale sur le dossier. Le volontarisme affiché il y a quelques semaines a fait place à une torpeur coupable.


    • Sébastien Sébastien 9 mai 2008 13:36

      Vous savez ce que c’est des negociations ? Sans meme parler avec des terroristes mais avec un client par exemple ? Vous discutez tous les jours ? Des faits nouveaux tous les jours ? Chaque minute ? Chaque seconde ?

      Non ?! Ben c’est pareil avec des terroristes. On propose et on laisse le temps de reflechir. Une liberation ca s’organise et sans prendre grand risque en disant ca, j’imagine que c’est pas facile a organiser.

      Ca fait environ 2 semaines qu’on en parle moins et c’est la raison pour laquelle je trouve que votre article est beaucoup trop premature.

      En 6 ans de captivite, on n’a jamais eu autant de nouvelles que depuis Sarko. Je n’encense pas l’homme mais je reconnais un fait indiscutable. Apres il n’allait pas la faire liberer en 1 an alors qu’elle etait deja prisonniere depuis 5 ans. Il ne faut pas demander l’impossible quand meme, vous n’allez pas faire semblant d’etre decu qu’elle n’ait pas ete liberee en 1 an a moins d’etre d’une naivete confondante.


    • Frédo45 Frédo45 9 mai 2008 15:56

      Comparer le travail de VRP avec celui de diplomate, on ne me l’avait jamais fait... Vous faîtes du sarkozysme là !


    • Sébastien Sébastien 9 mai 2008 22:49

      Et bien figurez-vous que les techniques de negociations ont beaucoup plus de similitudes que vous ne le pensez.


    • Frédo45 Frédo45 10 mai 2008 11:25

      Donc, ne disons rien et laissons faire !


    • faxtronic faxtronic 9 mai 2008 13:34

      Ou est passé Betancourt ? Dans ton cul ! selon la celebre exepression. Car tous ce raffut pour Betencourt est une diversion mediatico-emotionnelle pour que les francais sont mis en diversion. Cela n’a rien de serieux. Fais le resumé de toutes les conneries idiotes qui furent jeter en pature du citoyen pour qu’il utlise ses meninges et evitent de protester et penser trop fortement.

      Donc en effet, dans ton cul est la parfaite reponse a ta question.

       

       


      • Sébastien Sébastien 9 mai 2008 14:37

        Si vous trouvez les FARC en Bolivie vous nous appelez, on viendra vous secourir...


      • Frédo45 Frédo45 9 mai 2008 15:59

        Je n’ai jamais dit ue je m’intéressais particulièrement au sort d’Ingrid Bétancourt. Des otages, il y en a plein les jungles mais je remarque juste que les médias, les politiques manipulent l’opinion et que l’opinion n’aime que le spectaculaire. Une dérive holywoodienne ? Peut-être...


      • MagicBuster 9 mai 2008 13:38

        Pour ne pas que les médias parlent toujours des mêmes problèmes qui s’accumulent et s’aggravent ... notre république bananière bling bling fournit des sujets d’actualités jetables.

        Ainsi, on ne s’attarde pas sur la véritable actualité des Français.... et c’est pareil dans tous les pays du monde.

        Lire Point 2 et 3 :http://www.syti.net/Topics2.html

        (Bon week-end quand même)


        • geko 9 mai 2008 13:53

          De buzz en buzz mediatique la frénésie se porte aujourd’hui sur la Birmanie !

          Concernant Ingrid Betancourt, d’après le Canard Enchaîné, "Bush est sans doute le seul à obtenir d’Uribe qu’il facilite les négociations avec les FARC .........l’ambassadeur de France à Washington vient d’avertir la l’Elysée que la Maison Blanche ne lèvera pas le petit doigt !"


          • tvargentine.com lerma 9 mai 2008 14:40

            La peopolisation de cette affaire n’a fait que bloquer le processus de libéralisation en augmentant les encheres à la libération de Ingrid Bétancourt

            Soyez certain que la France fait le necessaire pour la libération d’Ingrid Bétancourt et soyez certain que tout le mérite reviendra au Président Nicolas Sarkozy que vous ne semblez pas aimer

            Que cela ne vous améne pas à penser au pire uniquement par TSS

            Je reste confiance et au succès de cette prochaine libération

             

             


            • Sébastien Sébastien 9 mai 2008 15:34

              On a quand meme eu une preuve de vie malgre la pipolisation que vous evoquez, alors que l’on n’avait rien obtenu en 5 ans de silence... L’effet pervers de cette mediatisation est plutot sur Sarkozy puisque l’on attendait une liberation miraculeuse en quelques mois...

              La pipolisation fait peut-etre monter les encheres mais oblige les FARC a negocier.


            • Yifu66 9 mai 2008 17:18

              @Lerma

              Notre vibrionnant président a raté la libération d’Ingrid Bétancourt. Elle ne l’intéresse donc plus.

              Ingrid Bétancourt était un produit jetable, elle a servi.

              Ingrid Bétancourt peut mourir tranquillement, la France l’a déjà oublié.

               


            • marc 10 mai 2008 21:43

              sébastien

               

              vous voulez dire que cela a poussé Uribe à faire semblant de négocier, je suppose !!


            • MagicBuster 9 mai 2008 17:40

              Ingrid Betancourt n’est même pas Française.

              Íngrid Betancourt Pulecio, née à Bogotá le 25 décembre 1961, est une personnalité politique colombienne. Elle est enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) le 23 février 2002. Ayant acquis la nationalité française par mariage, son enlèvement bénéficie d’une importante médiatisation et sa libération est demandée par de nombreux comités de soutien en France.

               


              • Sébastien Sébastien 10 mai 2008 08:40

                Si elle est francaise... Vous le dites a la fin de votre commentaire.


              • Annie 9 mai 2008 19:10

                Non pour répondre à Geko, la frénésie ne se porte pas sur la Birmanie, ou du moins pas comme vous l’entendez. Ce qui intéresse aujourd’hui les médias, c’est le manque d’accès aux populations sinistrées. Ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux, par le fait des médias, est la condamnation à l’indifférence. Circonstances très similaires à celles du tsunami, traitement différent des médias, après tout ce n’est pas Noël, il n’y a pas beaucoup de touristes en Birmanie et encore moins d’images et de reportages. Revenez dans une semaine ou deux pour comparer les sommes mobilisées par le tsunami et la Birmanie. Les uns sont-ils plus méritoires que d’autres ? Pas vraiment, mais dans l’ordre des choses aujourd’hui, cela n’a vraiment plus d’importance car ce qui compte c’est la perception. Cela rejoint un article sur AV qui traitait de la compassion. Compassion ponctuellement ravivée pour Ingrid Bettancourt pour des raisons politiques, compassion pour des birmans qu’il est impossible d’aider, et donc l’investissement émotionnel est moindre et va s’amenuiser. Triste monde ! 


                • Frédo45 Frédo45 10 mai 2008 11:30

                  Compassion ponctuellement ravivée pour Ingrid Bettancourt pour des raisons politiques, compassion pour des birmans qu’il est impossible d’aider, et donc l’investissement émotionnel est moindre et va s’amenuiser. Triste monde !

                  Le travail d’un journaliste est-il de véhiculer de l’émotion ou de pauser les bonnes questions, celles qui font progresser la société ? ce que je reproche aux médias, c’est de faire de l’info-spectacle, de l’info-business Bien sûr qu’il faut parler de cette catastrophe birmane mais il faudra aussi en parler dans quelques semaines et montrer l’évolution des choses. De même, on ne peut tolérer qu’il faille que des moines se fassent massacrer ou qu’un cyclone vienne tout dévaster pour parler de ce régime. Il faut traiter ce sujet régulièrement pour que les Occidentaux n’oublient pas.

                   


                • marc 10 mai 2008 21:48

                  Annie

                  Pour ête clair, la France a débloqué 200000€ ( la valeur de ma maison HLM) et les USA 150000 dollars ( encore moins) ; la presse compense par l’abondance des commentaires sur le manque d’humanité des généraux birmans.


                • Bulgroz 9 mai 2008 19:27

                  Les enfants qui meurent de faim au Darfour, c’est fini.

                  Betancourt, c’est fini.

                  Le Tibet, c’est fini.

                  Maintenant, c’est la Bimanie, faut suivre, je sais c’est dificile : à cause de la junte Birmane, les zozos associatifs ne peuvent sauver des millions de gens qui souffrent.

                  Demain, ce sera le tour au Liban ou la Somalie, peut être un volcan au Chili, une famine au Bangladesh ?

                  Qui sait ?

                   


                  • Annie 9 mai 2008 20:18

                    Non Bulgroz, ce n’est pas fini ; les zozos associatifs dont vous parlez et que je suis la première à critiquer si je trouve qu’ils manquent à leur mission, sont toujours au Darfour, en Somalie, au Tchad ou au Bangladesh à se faire tirer dessus la plupart du temps en sachant très bien qu’ils ne peuvent pas sauver tout le monde. Mais du moins ils essayent. Pour le cirque du tsunami et peut-être de la Birmanie si l’accès est autorisé, combien d’autres pays dont on ne parle jamais, et combien de gens à essayer de soulager un peu les souffrances, loin des feux médiatiques en sachant pertinemment bien que ce sera juste un sparadrap sur une jambe de bois. Le cynisme est une terrible gangrène si l’on ne peut pas reconnaître chez les autres un sentiment qui nous a animé lorsque nous avions encore des illusions. 


                    • Nemorensis 9 mai 2008 21:04

                      Je suis d’accord avec le contenu de l’article.

                      Ceci étant, je vais peut-être choquer, mais personnellement ce qui m’a agacé le plus, c’est qu’on se soit intéressé au cas Ingrid Bétancourt. Je ne vois pas comment le français devant sa téloche peut s’intéresser autant à une seule personne ; s’intéresser au voyage du président alors que d’autres problèmes plus graves ne font pas la une de l’actualité !!

                      Attention, je ne dis pas non plus de s’en foutre ! Cette pauvre femme est souffrante, privée de sa famiile, de sa vie et en cela, c’est un drame, voir une tragédie et je maudis la violence humaine quand elle ne mène à rien. Mais avouez que s’il y a un audimat pour de tels feuilletons avec la place qu’elle accapare dans le JT, alors la France d’aujourd’hui a vraiment ce qu’elle mérite !


                      • Nemorensis 10 mai 2008 17:36

                        bonjour ernst,

                         

                        tu pourrais développer stp ? :)

                         

                        Merci


                      • ernst 9 mai 2008 22:19

                        L’histoire aurait pu être celle que vous évoquez : « splendeur et misère des icones ». L’ingrat public se lasse, enterre de nuit ce qu’il a adoré.

                        La vérité, celle que tout le monde a pu voir et entendre comme moi, est que l’affaire a tourné au fiasco.

                        Non, Ingrid n’est pas malade. Non elle n’a pas attrapé la chtouille, le choléra, la peste.Ah bon ?... elle s’est fait soigner son rhume à L’höpital ?... et elle n’a pas tenté de se faire repérer ?... Ah bon ?... elle y est resté huit jours ?...

                        Oui son mari (l’ex-mari, le nouveau étant remarquablement discret), l’ex-mari donc, a cru bon de forcer la main d’Urribe afin de laisser une zone franche pour le commerce de la coke. Fanfares internationales. Aidé par les trémolos Sarko (Marulanda, si Ingrid meurt, vous en serez responsable !...) on a plongé en plein délire et sombré dans le ridicule de « l’avion de l’ultime négociation... ».Jusqu’à se faire traiter d’« ingénu » par le traficant.

                        Mon avis ?...Un petit syndrome de Stokholm ne me parait pas exclu. Payé en narcodollars.

                        Finalement, il valait mieux laisser tomber.

                        Mais j’ai sans doute tort.


                        • Huan 12 mai 2008 08:48

                          Comparer Ingrid Bétancourt, le Tibet et la Birmanie démontre une seule chose. L’esprit humain a la faculté de tordre, malaxer toute les réalités afin de dresser les plus improbables équations. Nous sommes tout simplement incapables de mener des combats au long cours et faisons commodément cohabiter tout et son contraire. Cela fait longtemps que l’individu a renoncé à utiliser ses propres ressources et les a confiées à des tiers. On préfère la dissertation à l’action !

                          Certains d’entre vous ont parlé de diversion concernant cette affaire... Que ce soit voulu ou non, il est bien évident que l’on ne peut décemment déployer autant de moyens pour une seule personne. C’est une pure insulte à l’entendement mais bon, tout le monde y a trouvé son compte, notamment les municipalités qui ont fait imprimé ce bien joli kakémono avec cette chère Ingrid. C’est bien pratique car on ne peut pas dire qu’on n’y pense pas. Bref, l’affaire Bétancourt n’est qu’une anecdote qui a mobilisé sans doute plus de ressources médiatiques que plusieurs dizaines de birmans pourrissant à l’air libre et leur famille désespérée. 

                          Parfois, j’ai la nausée rien que d’y penser ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès