Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Malédiction du journaliste à devenir un collabo

Malédiction du journaliste à devenir un collabo

L'actualité est décidément très riche en ce moment. Gilles Jacquier n'est finalement pas mort d'un complot du gouvernement syrien. Le président syrien El Assad envoie des mails salaces et conspirationnistes. Et comme d'habitude les journalistes français n'ont pas plus de mémoire que de vergogne.

Gilles Jacquier, tué par un tir de mortier des rebelles. L'info est toute fraîche puisqu'elle est tombée hier (mardi 17 juillet) sur le site du Figaro. Mais c'est quoi déjà cette histoire de Gilles Jacquier ? C'est pas ce journaliste français mort en Syrie et qui avait été tué volontairement par le gouvernement de El assad selon la presse française de l'époque ?
 
A propos, l'info est sur le Réseau Voltaire depuis le 11 janvier... Six jours plus tard on a toute l'histoire sur le site du "conspirationniste infâme" Meyssan. Six mois après, le Figaro réinvente le fil à couper le beurre... Heureusement, les journalistes français n'ont pas beaucoup de mémoire et ne se souviennent plus des conneries qu'ils écrivaient six mois plus tôt.
 
Aujourd'hui (18 juillet) on a du plus croustillant encore. Bachar El Assad, "président-dictateur de Syrie" envoie des mails salaces et conspirationnistes (les deux valant à peu près la même chose, il faut le savoir).
 
Wikileaks (en échange de l'abandon des poursuites contre Assange ?) dévoile en effet des mails où El Assad fait des blagues douteuses (comme 100% des humains sur internet) et, plus embêtant, un mail qui est, selon l'inestimable journal gratuit Vingt minutes, « un copier-coller d’un article de Wayne Madsen, ancien militaire américain, devenu journaliste spécialiste des services de renseignement, proche du Réseau Voltaire et conspirationniste [je souligne]. Cet article de Wayne Madsen affirme ainsi que l’ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie a été chargé, au nom de la CIA et avec l’aide des services israéliens du Mossad de recruter des « escadrons de la mort » auprès de terroristes d’Al-Qaida et de les envoyer se battre contre les forces fidèles au régime syrien." Sans blague !

Je reprends juste ce passage : "l’ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie a été chargé, au nom de la CIA et avec l’aide des services israéliens du Mossad de recruter des « escadrons de la mort » auprès de terroristes d’Al-Qaida et de les envoyer se battre contre les forces fidèles au régime syrien". On doit pas être très loin de la vérité... Mais... Saloperie de conspirationnistes quand même ! A l'égal de tous ces universitaires américains, ces familles de victimes, ces pilotes d'avions, ces architectes etc pour qui l'effondrement d'une tour non touchée par un avion en six secondes a quelque chose de problématique. Quel bande d'ahuris ! Heureusement que Vingt Minutes est là pour dire la vérité. Avec tous ces extrémistes qui courent les rues, pas totalement convaincus par le joli conte pas complotiste pour un sou de Ben Laden organisant le 11 septembre dans ses grottes high-tech en Afghanistan qui n'existent pas (comme les Armes de Destruction Massive ?) ! Ouf ! Vingt Minutes est là envers et contre tout pour défendre le droit d'informer correctement les citoyens et leur sortir les plus belles balivernes comme des vérités inestimables quoique indémontrables (indémontrables donc inestimables comme les vérités de Notre Sainte Eglise des Mères de Charité Toute Entière ?).

Question du bac de philo 2013 : le journaliste, comme le démontre toute l'Histoire, n'est-il pas l'individu ayant la plus grande propension à devenir un collabo ? Vous expliquerez pourquoi en argumentant votre propos (le fait d'utiliser le passé estudiantin dudit journaliste à SciencesPo ou Harvard sera considéré comme une thèse néo-conspirationniste tendance négationniste et entraînera l'élimination du candidat).

Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • joelim joelim 19 juillet 2012 17:24

    « l’ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie a été chargé, au nom de la CIA et avec l’aide des services israéliens du Mossad de recruter des « escadrons de la mort » auprès de terroristes d’Al-Qaida et de les envoyer se battre contre les forces fidèles au régime syrien ». On doit pas être très loin de la vérité... 


    En tout cas on atteint le summum de l’hypocrisie (Syrie : l’appareil sécuritaire frappé au coeur par un attentat à Damas) :

    Alors que l’Iran et la Russie, fidèles alliés de Damas, ont condamné l’attentat, les ministres américain et britannique de la Défense, Leon Panetta et Philip Hammond, ont mis en garde contre une situation qui devient « incontrôlable ». Un haut responsable américain a en outre exprimé sa crainte que le conflit ne « contamine les voisins ».

    Washington a ensuite estimé que M. Assad était en train de « perdre le contrôle de la Syrie » tandis que Paris a jugé que sa lutte pour conserver le pouvoir était « vaine » et appelé les soutiens du régime « à se dissocier de la répression ».

    Bref, ils sont du côté des kamikazes. Par humanitarisme, bien sûr.

    A noter aussi, les petits bisous de Peres, président d’Israël, à Hillary Clinton (L’Egypte, la paix et l’Iran au menu des entretiens Netanyahu-Clinton). Nulle trace qu’ils aient parlé de Syrie, sans doute parce que la stratégie à ce sujet est déjà bien réglée... Quels chantres de la paix, ces deux-là. smiley 

    • byle 19 juillet 2012 17:58

      Demain, je me fais sauter en plein milieu de la file d’attente de space mountain. J’attend un total soutien de la part de londres, washington et paris. 


      • Anaxandre Anaxandre 19 juillet 2012 20:42

         « Le journalisme est l’activité qui consiste à collecter, rassembler, vérifier et commenter des faits pour les porter à l’attention du public » (wikipédia)

         Passons maintenant à la réalité factuelle :

         « Le journalisme est l’activité qui consiste à collecter, rassembler, trier et commenter certains faits pour les porter à l’attention du public et à occulter ou travestir systématiquement ceux qui iraient à l’encontre de l’idéologie dominante et des intérêts des puissants ».
         (Cette définition ne vaut que pour les « vrais » journalistes des grands médias.)


        • weshn 20 juillet 2012 01:25

          pas mieux !


        • JL JL 20 juillet 2012 08:42

          « C’est la forme la plus exquise du comportement politicien, qui consiste à utiliser un fait vrai pour en faire un mensonge. » René Barjavel

          Les journalistes ? Ils sont de deux sortes : le collabos et les autres, payés pour ...

          « ... A l’instabilité économique et au dispositif de soumission sociale de l’évaluation généralisée s’ajoute la fabrique de l’opinion par des médias qui perdent toujours plus le sens de l’analyse critique et politique propre au journalisme pour se rapprocher davantage de l’exploitation des faits divers et des émotions collectives qu’ils mobilisent. Le »fait divers fait diversion" disait Pierre Bourdieu. »


        • CHIMERE 19 juillet 2012 21:03

          On observe,ces jours ci,et c’est tout en nuances,quelques précautions,qui pourraient préfigurer un retournement sur les « MERDIAS » sur la situation Syrienne,« presse » aux ordres, tels que France 24 ou bien Marianne.


          Que se passe t il réellement en Syrie ?

          N’espérons pas l’apprendre au travers des oeuvres « journalistiques » de ces « MERDIAS ».

          Mais il est possible de les lire « en creux ».

          Ils parlent ( surtout BFM et France 24,les seules chaines que je peux capter par satellite du pays dans lequel j’habite) d’un « point de bascule » dans l’évolution de la situation Syrienne.

          S’agirait il des prémices d’un prochain renoncement du bloc atlantico/occidental, face à ,d’une part,une farouche résistance du gouvernement Syrien ,mais également de la population Syrienne à l’agression terroriste salafiste,associée à ,d’autre part,une détermination sans failles de la part du président Russe et de son homologue Chinois ?

          N’oublions pas que les armées « alliées » sont totalement dépendantes de Vladimir POUTINE pour rappatrier leurs troupes d’Afghanistan...

          Et que,en cas d’engagement direct des armées « alliées » (OTAN) dans un nouveau théatre de guerre en Syrie,il serait extremement simple pour les Chinois et les Russes,en alliés « objectifs »,de compliquer à outrance la situation de leurs corps expéditionnaires en Afghanistan ?
          Ne l’oublions pas,les Russes sont champions d’échecs et les Chinois jouent au GO,tandis que les état-uniens n’en sont encore qu’au POKER...

          Il est certain que si les Syriens,leurs alliés Russes et Chinois,sortent vainqueurs de ce bras de fer,
          il restera peu de choses de ces MERDIAS en termes de crédibilité...

          « JOURNALISTE » est devenu en France un terme très péjoratif.

          Les « journalistes » ne le doivent qu’à leur lâcheté.

          C’est peut être ce qui les motive,ces jours ci,à envisager un retournement de veste.

          • bernard bernard 20 juillet 2012 15:50

            Le pire ennemi du journaliste, c’est l’information.


          • Croa Croa 19 juillet 2012 23:23

            Est-on vraiment sûrs qu’il s’agit d’un attentat suicide ? En savoir plus serait certainement intéressant et on aimerait en particulier savoir quels services ou organisations sont là derrière.


            • slipenfer 19 juillet 2012 23:38

              L’information télévisée a depuis longtemps changé de nature. Place désormais au « story telling ». Il s’agit de raconter une histoire, sans aucune analyse, en mettant en avant l’anecdotique et l’insignifiant, tout en utilisant des formules bien rodées pour faire croire à un public infantilisé que ce qu’on lui raconte est digne d’intérêt...

              Le ton journalistique : petite leçon de formatage

              • chmoll chmoll 20 juillet 2012 08:08

                le journaliste frenchie , dit ce qu’on lui dit de dire


                • alinea Alinea 20 juillet 2012 14:24

                  Il n’y a pas que le « frenchy » ; c’est bien là le malheur ! Avez-vous vu le lien avec Chesney ?
                  Avez-vous lu les livres de Chomsky ? ce sont, à n’’en pas douter, les amerloques qui ont donné le ton ! Comme d’habitude !


                • chmoll chmoll 23 juillet 2012 09:58

                  si c’était les amerloques chirac,la mythe, balladur ect ect ect..................
                  aurait déjà passer a la barre

                  et non se faire passer une bonne couche de pommade


                • robin 20 juillet 2012 08:58

                   À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :

                   « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

                  Ca n’a pas pris une ride...au contraire !


                  • citoyenrené citoyenrené 20 juillet 2012 10:53

                    bon et court article qui lève un coin du voile,

                    qu’attendre des médias privés, si ce n’est qu’ils soient le bars armé de puissances économiques ?

                    il semble que nous soyons « victimes » d’une "guerre de l’information’


                    • katakakito 20 juillet 2012 13:42

                      Pas mal le bars au lieu du bras ! Tous des ivrognes !


                    • interlibre 20 juillet 2012 15:34

                      Les politiciens et les journalistes dans leur immense majorité ont trahis leur fonction (de fusible) et leur congénéres. Par leur inaction, leur servitude volontaire ou carrement la collaboration directe avec des gens qu’ils auraient du dénoncer/emprisoner. Qu’on nous dises pas qu’ils n’avaient pas le choix. Des exemples de journalistes et politiciens démissionaires et qui se battent contre les injustices on peux heureusement en trouver encore quelques uns. Aprés c’est certain, c’est beaucoup moins facile pour eux de trouver du travail et leurs comptes en banque ont beaucoup moins de 0 que les collabos qui leur servent de « collégues ».


                      • henry_jacques henry_jacques 21 juillet 2012 00:19

                        On est aux antipodes de Kessel, Albert Londres, et Jaurès.

                        Pour ceux qui voudraient vouloir entendre un son de cloche plus clair :

                        http://www.silviacattori.net/?lang=fr

                        http://restrictednews.com/2012/07/19/nato-carrying-out-vast-syria-disinformation-campaign/

                        Et bien sûr Voltaire (A ce propos, pendant la »guerre de pacification de Libye", j’ai contacté Thierry Meyssan que je connais afin de le rencontrer pour échanger quelques visions sur les mascarades organisées par Bilderberg , cela fut impossible, car accrochez-vous : il est interdit de territoires OTAN, sa tête étant mise à prix). En tant que photojournaliste indépendant, je tire une petite fierté d’avoir une carte de presse non valide depuis 2003. Le journalisme n’existe plus. 

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès