Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Manifestations anti-CPE : le service public audiovisuel a-t-il un parti (...)

Manifestations anti-CPE : le service public audiovisuel a-t-il un parti pris ?

CPE démocratie liberté d’expression, droit à l’information et service public de l’audiovisuel... Travaux pratiques à la portée de tous.

Un article sur le CPE évoque l’idée que de petites minorités activistes, intermittents du spectacle, fonctionnaires ou néo-fonctionnaires, etc., mobilisent des étudiants et lycéens toujours prêts à se promener au lieu d’aller en cours.

Nous le ressentons tous intuitivement. Il suffit de suivre une de ces manifestations.

Quand on se demande qui paie les tracts, les billets de trains, la logistique, il est assez facile de remonter à la source. Par exemple, les photocopieuses de la CFDT tournent à plein régime, quand ce ne sont pas celles des services publics.

Mais tout cela resterait de l’ordre de la rumeur. Il existe un moyen simple de découvrir la réalité des prétendus mouvement sociaux. On peut facilement regarder les journaux télévisés du service public, sur Internet, partout dans le monde. La joie des journalistes au décompte des manifestants, leurs partis pris évidents, sont traditionnels et ne nous surprennent plus.

Mais il y a pire. On ne nous explique jamais qui organise, qui paie, qui est derrière.

En revanche, on a toujours droit à des interviews de « jeunes », de parents d’élèves », manifestants de base justement indignés par la politique rétrograde du gouvernement.

Vous avez sans doute remarqué que, depuis Isabelle Thomas, on choisi en général des filles, jolies, toujours très branchées, et avec des discours remarquablement balisés. Des vrais pro.

On ne nous dit pas d’où elles sortent, qui elles sont, ce qu’elles représentent.

Alors voici l’exercice pratique : vous prenez les noms des « interviewés de base » et vous faites une recherche sur Internet.

Exemple concret : Journal de 20h du 18 mars 2006 France 2, interview au hasard dans la rue dans une manifestation à Bordeaux :

Nadine Villiers : présentée comme une parent d’élève, est en réalité conseillère municipale non loin de Sainte-Foy-La-Grande... fonctionnaire et active politiquement !

Bon pourquoi pas, après tout, ce sont les gens engagés qui s’expriment.

Ensuite, toujours à Bordeaux : « une lycéenne », Pauline Moszkowski ; sur le Net, on la retrouve sur différents sites depuis quelques années, signant par exemple la pétition pour l’abrogation de la loi du 4 février 2005, etc., ou l’appel sur les événements du 8 mars

Ce n’est pas "une" lycéenne, c’est une militante politique engagée, formée, qui n’a aucune inquiétude à avoir en matière de CPE, vu ses relations politiques. A nouveau, pourquoi pas.

Manifestation à Paris, « un étudiant » : Brice Tabeling. A voir les mentions de son nom, il apparaît plus comme un intermittent du spectacle de l’Université que comme un étudiant de base. Mais ce n’est pas le plus intéressant

Après tout, le journaliste n’a pas nécessairement Internet sous la main pour savoir à qui il parle.

Mais on retrouve Brice, aux côtés de Pauline, comme signataire de l’appel sur les événements du 8 mars 2005, etc., sur le même site Internet.

Il manquerait le nom des deux journalistes qui ont fait les reportages à Paris et à Bordeaux. On les retrouverait sans doute également sur la liste, j’imagine.

Il est difficile de croire qu’il n’y a qu’un hasard dans ce type de coïncidence.

Il est difficile de ne pas se demander si les journalistes du service public ne tomberaient pas sous le coup de leur déontologie professionnelle pour désinformation, mensonge par omission, si nous étions dans un Etat démocratique, par exemple aux Etats-Unis où la presse est tenue à quelques règles d’honnêteté.

Si notre service public travaille la main dans la main avec certains organisateurs de certaines manifs, il serait souhaitable qu’ils nous en informent, par souci d’objectivité.

Qui fait quoi, qui paie quoi, qui est copain avec qui, quels sont les buts des uns et des autres ? Si nos médias ne nous informent pas, il reste possible de s’informer par soi-même.

Je serais vivement intéressé par les trouvailles du même ordre que pourraient faire les uns et les autres et par la possibilité de diffuser largement ces informations dans un but de « transparence démocratique et citoyenne. »


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (362 votes)




Réagissez à l'article

220 réactions à cet article    


  • thomcom (---.---.108.193) 20 mars 2006 13:43

    Merci pour ce travail d’enquête éclairant.


    • l’homme dans la lune (---.---.2.223) 23 mars 2006 23:10

      Suaf que Daniel Schneidermann sur France 5 a un peu oublié de dire dimanche dernier que la jeune, sincère et jolie conseillère ANPE qui parle de précarité est syndicaliste SUD (extrême gauche) et que le statisticien est très lié à alternatives économiques (socialiste) Plus de renseignements et des liens sur mon blog >>>


    • Tom (---.---.215.169) 7 avril 2006 22:16

      Non, ces informations étaient exprimées dans l’émission que j’ai regardé


    • Gio (---.---.91.178) 20 mars 2006 13:53

      BRAVO et merci.

      Il y a vraiment de quoi douter de la soit disant objectivité de la presse télévisée tant il y a un décalage entre la réalité et ce qu’elle nous sert, sous un couvert affirmé péremptoirement d’impartialité.

      Le cas des chaines TV et radios du service dit public est affligeant. Elles sont en fait au service, à la botte, des parties de gauche : PARTIALITE permanente, insinuations continuelles,sélection éhontées dans les interviews, les micros trottoir,.... bref DESINFORMATION, et non information.

      L’ Agitprop marxiste persiste avec un culot étonnant. Mais comme le faisait le superbe Marchais, plus c’est gros, plus ça passe et ça marche ;

      Enfin, doit on croire comme le disait de Gaulle que : « les français sont des veaux » ?.

      Effectivement, il y a de quoi être inquiets de la façon dont beaucoup avalent ces « informations » tout aussi finement et avec autant de délectation que les superbes émissions truquées dites de « télé réalité ». La fiction en la matièe dépasse la réalité, de très loin.


      • Olivier Bonnet (---.---.22.223) 25 avril 2006 00:17

        Le culot étonnant, c’est le vôtre ! Ca me surprend toujours, tous ces gens de droite qui crient au loup quand les ondes leur sont manifestement ouvertes en priorité. Mais peut-être trouvez-vous les Le Lay, Carolis, Schönberg, Elkabbach et autres trop gauchistes ? Vivement National TV ! Une chaîne où serait relayée comme elle le doit la dernière sortie médiatique du ministre de l’intérieur-président de l’UMP-candidat aux présidentielles (et le cumul des mandats ?), qui dit : « si certains n’aiment pas la France, qu’ils ne se gênent surtout pas pour la quitter ». Mais ça nous mène où ? Pétain président ! Oups, on m’apprend qu’il est mort...


      • fletch (---.---.247.5) 20 mars 2006 14:28

        le service public a pourtant organisé un débat assez correct la semaine dernière sur F2 à l’occasion duquel le président de l’unef est apparu clairement tel qu’il est, coincé sur des positions idéologiques et en partance sur une belle carrière dans la fonction publique grâce à laquelle il poursuivra sans aucun souci de cpe ni d’autre forme de précarité sa carrière de militant subventionné


        • Thomas (---.---.86.18) 20 mars 2006 15:01

          Tout à fait d’accord, mais je pense que le débat télévisé avait plus la forme d’une mascarade que d’un réel débat : beaucoup de pertinence de part et d’autre gaché par la volonté de chacun de « ramener sa fraise ». Une représentante des lycéens aux bords des larmes dont personne sait pourquoi elle était la tellement elle n’a pas enrichi la discussion, un Julliard plus soucieux de son image (un Cohn-Bendit version moderne en moins séducteur), Martine Aubry (d’où elle sort celle la ?).

          En revanche, j’ai été séduit par les arguments de la jeune parisienne, qui a fait une intervention forte gachée par tout les autres qui ont voulu prendre la parole alors qu’elle ouvrait le sujet essentiel du débat. Le patron de The Phone House bien connu dans le milieu des affaires françaises, à qui ont a voulu faire porté le chapeau du méchant entrepreneur ce que j’ai trouvé fort regrettable et l’intervention pleine de bon sens du jeune français d’origine maghrébine travaillant à traversd l’Europe.

          Bref, France 2 qui à voulu clairement se positionner en médiateur de la crise et qui à largement relayé tout les mouvements anti-CPE dans ses éditions du journal télévisé.

          Bravo en tout cas pour votre article, qui a le mérite d’enrayer le mouvement de gobeurs d’informations.


        • eric (---.---.252.20) 20 mars 2006 14:34

          MErci pour vos encouragements. Cherhcez, cherchez, il y a beaucoup d’enseignements a en tirer. Par exemple, l’actuel president de l’Unef est le fils de Jacques Julliard qui fut vice president de la meme unef dans les annees 50, Le feodalisme stade ultime du socialisme....


          • (---.---.115.117) 20 mars 2006 14:42

            Non non et non.

            Question : Bonjour. Etes vous en famille avec Jacques Julliard ? Réponse : Je sais que cela a été dit dans la presse.

            Après enquête, je confirme que non. De même que David Julliard n’est pas mon frère. http://www.nouvelobs.com/forum/archives/forum_491.html


          • eric (---.---.252.20) 20 mars 2006 14:44

            Julliard (suite)si il continue sur sa lancee, il finira plus probablement au nouvel Obs a la place de son papa que dans la fonction publique...


          • (---.---.115.117) 20 mars 2006 14:55

            BRUNO JULLIARD N’EST PAS LE FILS DE JACQUES JULLIARD. Il le déclare noir sur blanc dans le forum du nouvel obs. http://www.nouvelobs.com/forum/archives/forum_491.html Arrétez de dire n’importe quoi ! SVP


          • Aston (---.---.97.129) 20 mars 2006 15:03

            Il est le fils de qui il voudra. Ceci étant dit c’est déjà un pro de la politique genre Besancenot. Gueule de petit gendre de Français moyen et professionnel de l’agitprop. Il fera sinon des études au moins carrière dans la politique. Voilà comment la France forge ses élites de demain. Enfin celles de gauche.


          • bozzz (---.---.74.32) 23 mars 2006 18:45

            ce n’est peut-être pas le fils de Jacques mais en tout cas celui d’une femme socialiste maire d’une ville de 22 000 habitants (pas rien quand même !) le puy-en velay ensuite c’est surtout un militant socialiste (depuis 2001) malgré ce qu’il peut dire sur sa neutralité cf l’article du figaro du 7/03 dans lequel il dit rencontrer régulièrement les instances du PS et entretenir des rapports cordiaux !!! il faudrait quand même que les journalistes fassent un minimum leur travail en disant que l’UNEF est très politisé à gauche (ce qui est parfaitement leur droit)


          • maizouvaton (---.---.248.102) 24 mars 2006 11:44

            Mon dieu, mais tout le monde le sait que l’UNEF est à gauche, non ?!!! Il faut le rappeler dans chaque reportage ??


          • bozzz (---.---.74.43) 24 mars 2006 16:01

            manifestement non puisque les journaux parlent de syndicat étudiant et non de syndicat étudiant de mouvance socialiste


          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 20 mars 2006 14:39

            Vous omettez la complaisance avec laquelle on nous présente en les interviewant les étudiants anti-blocage, « pris en otage » et prétendant que « il y a d’autres moyens ».


            • Romain (---.---.121.167) 20 mars 2006 14:40

              Le service public affilié avec les manifestants ? Je ne nie pas le fait qu’il y ait des sympatisants par endroit à des postes stratégiques. Mais les manifs étant présentées à la télé comme violentes (casseurs, débordements, etc.) alors que globalement la quasi-totalité des participants sont pacifiques, il me semble que si parti pris il y a, c’est plutôt dans le sens du gouvernement.

              Ensuite, vous reprochez que les interviewés soient des militants, mais c’est d’une logique implacable : pour que l’interview soit intéressante il faut, d’une part que la personne soit concernée et motivée par la question et d’autre part, il faut que celle-ci ait une rethorique efficace. Or, quelle meilleure école que la politique pour cela ?


              • Eric mouron (---.---.150.68) 20 mars 2006 14:42

                Eric voit la main de l’extrème gauche dans les manif et sa parano le pousse jusqu’a croire les médias eux aussi instrumentalisées Questions :
                - Qui est éric ? militant de l’UMP ou militant du FN ? sa prose est mot près proche de leur propagande.

                Les médias ne sont-ils pas au contraire instrumentalisées par la droite (qui contrôle l’A2 et FR3) et les grands groupes (TF1 et m6)


                • Gio (---.---.162.36) 20 mars 2006 14:59

                  Etre de droite serait il une tare ?


                • okapi (---.---.107.64) 20 mars 2006 16:00

                  Un peu, oui.


                • Fred (---.---.155.75) 20 mars 2006 16:09

                  et un poste inutile, un.


                • RAMSAY (---.---.202.160) 20 mars 2006 16:33

                  Voici un article bien anachronique..

                  La question « qui paye les syndicats ? » et le soupçon en filigrane d’une sorte de puissance occulte (dans cet article apparemment plutôt marquée à gauche) aurait peut-être eu sa pertinence à l’époque de la Guerre Froide quand certains voyaient « l’argent de Moscou » derrière tout mouvement de contestation organisé.

                  Les media dont il est question sont contrôlés :
                  - par l’Etat (A2 et France 3)
                  - par des grands groupes (TF1 et M6)

                  S’il existe un « complot » dans ce traitement inégalitaire de l’actualité, le seul qui pourrait peut-être en récolter les fruits serait Nicolas Sarkozy que lon ne peut soupçonner d’être un dangereux gauchiste.

                  RAMSAY


                • Gio (---.---.91.178) 20 mars 2006 19:43

                  Pour Eric : bravo pour votre franchise !

                  Pour moi être de gauche n’est pas un tare, mais un défaut de raisonnement.


                • Gio (---.---.162.36) 20 mars 2006 20:43

                  Ramsay, RIDICULE tes pseudo arguments.


                • blondel, pas marc (---.---.168.78) 30 mars 2006 16:23

                  On peut soutenir le CPE, regretter manifs et blocages, remarquer la complaisance des médias ou vouloir suivre les cours sans être un immonde fachiste. C’est d’ailleur particulièrement inquiètant de voir à quel point les racourcis sont vites pris et propos orduriers rapidemment tenus à l’encontre de ce qui conteste quelque peu ce mouvement. Traiter systèmatiquement les opposants de « fachos », « collabos » ou « nazis » et comparer l’UMP au FN c’est ignoble dans le premier cas et au minimum dangereux dans le second.


                • jipi (---.---.172.207) 20 mars 2006 14:48

                  Bravo pour cet article. La situation est d’autant plus grave que, sur pratiquement TOUTES les chaînes de tv ou radios, c’est le même son de cloche. Les millions de gens, d’étudiants, qui n’approuvent pas le mouvement ou pire, qui approuvent le CPE, n’ont systématiquement droit à aucune possibilité d’expression... L’entrée en lice des syndicats en vue d’une « grève générale », sanction d’un « ultimatum » fixé à 48 heures est absolument abjecte. Les règles de la démocratie sont bafouées : facs fermées de force, cours impossibles, parlement ignoré par la « rue », qui pense représenter « LES »jeunes, « LES » futurs salariés, mais qui en fait ne représente qu’elle-même ; ce mouvement est bien guidé, téléguidé par une gauche activiste qui trouve là prétexte à agir.Comme toujours, une minorité active voire violente, supplante une majorité silencieuse et calme qui n’ose s’exprimer.Où va t-on ? On peut être pour ou contre le CPE. Mais une majorité légale l’a voté. Je trouve l’attitude de la gauche parlementaire extrêmement dangereuse...


                  • jean-jacques (---.---.189.194) 20 mars 2006 15:52

                    Bonjour,

                    Quelle majorité légale. Les 15% de l’électorat que représente l’U.M.P. Quand un président et une majorité ont été élus « par défaut » ou « par erreur » il n’est pas étonnant que « la rue » que vous semblez mépriser souverainement finisse par vouloir se faire entendre. Quand à la majorité silencieuse, s’il n’y avait eu qu’elle au long des siècles, nous en serions encore à la monarchie. Mais il est vrai que notre société y ressemble comme deux gouttes d’eau. Une classe de privilégiés qui fait croire à une classe moyenne qu’elle a beaucoup à perdre si on touche aux riches.


                  • capucine (---.---.49.220) 20 mars 2006 17:08

                    Les présidentielles certes ne se sont pas déroulées normalement (enfin comme tu l’aurais souhaité), mais je te rappelle que l’UMP quelques mois plus tard a écrasé la gauche aux législatives... Et ne va pas me dire que c’était à cause du FN. A l’époque les militants de gauche s’étaient réveillés de leur claque historique et s’étaient bougés pour aller voter. Donc oui, la majorité est réelle...


                  • Darius (---.---.101.170) 22 mars 2006 20:22

                    « Une classe de privilégiés qui fait croire à une classe moyenne qu’elle a beaucoup à perdre si on touche aux riches ».

                    Et qui sont les privigiés aujourd’hui ?

                    Ne serait-ce pas le service public avec ses avantages, ses régimes spéciaux, sa sécurité de l’emploi et son « pouvoir d’emprunt » que les banquiers aiment tant ?

                    Ca m’amuse quand je croise des vieux fonctionnaires ou agent EDF qui se prennent pour Gavroche alors qu’ils gagnent 3000€ par mois à rien branler 32h/semaine ;leur engagement politique utopiste et anachronique ne sers qu’à (mal) caché leur position de nouvelle noblesse.


                  • copas (---.---.124.66) 23 mars 2006 23:01

                    Tu devrais aller faire un tour dans un hopital la nuit voir ces infirmières fonctionnaires se regarder les ongles pendant que leur compte en banque monte vers le nirvana !

                    Tu pourras également craché sur ces fonctionnaires profiteurs et fainenants , pompiers de leur état, qui viennent sauver ta vie d’homme courageux....

                    Dans de multiples aspects de la vie , il existe des agents du public qui viennent te dorloter, te proteger, s’occupper de toi et de ton petit confort, ta santé, ta sécurité, jour et nuit, souvent avec courage, amour et abnégation (par exemple quand tu glapiras sur un brancard dans les urgences d’un hopital manquant de personnel à cause d’un certain raisonnement de gens en général très bien fournis en bien) et des fois pour des salaires très justes.

                    Tu pourras également, si tu t’y interesses, mais Persepolis c’est loin, te pencher sur les agents pauvres du service public qui sont très nombreux et rêvent eux de ces 3000 euros fantasmés...

                    La nouvelle cible ce sont les fonctionnaires, les agents du public (des fois ce ne sont même plus des fonctionnaires mais la haine aveuglante de gens souvent bien nantis est sans rivage)....

                    La vraie difference n’est pas avec les agents du public, mais avec les classes sociales riches, et des couches qui leur sont proches, qui ont prospéré sur la société française exagerement depuis 20 ans en pompant nos richesses.

                    Les avantages de ces classes sociales riches sont tout à fait considérables et rendent ridicules à côté les « avantages » des « fonctionnaires ».

                    Mais il semblerait que celà ne soit jamais suffisant et que des riches exagerement riches en veuillent plus encore en precarisant encore plus la jeunesse. pour la rendre encore plus malleable et plus soumise.

                    Et des gens pour essayer de détourner sans cesse sur d’autres les regards qui se pointent sur ceux en France qui n’ont jamais cessé de gagné + ...


                  • Pascal (---.---.252.13) 3 avril 2006 12:38

                    Concernant la « légalité » du gouvernement , il faut se rappeller que si tous ceux qui manifestent (et ceux qui les soutiennent) avait voté pour Jospin au 1er tour en 2002 au lieu de disperser ses voix sur des candidats d’extrème-gauche ou autres.(Ils ont fait la fine gueule sur les 35 H ,n’ont pas encaissé que ALLEGRE remette en cause le Mammouth !!...). Nous avons le President que l’on mérite et qui a été élu. Dans un an nous pourrons sanctionner la politique du gouvernement si ça nous chante mais en respectant les fondements de la Republique. C’est pas plus compliqué que ça !


                  • mada (---.---.10.14) 20 mars 2006 14:52

                    ce qui est plus flagrant sont les prises de position des presidents d’unversité, certains sortent de leur devoir de reserve en prenant partie pour le mouvement ou en donnant des ordres au premier ministre, alors que la logique voudraient qu’ils fassent le necessaire pour que les cours reprennent. Ne feraient ils pas mieux d’optimiser leurs filières de formation et assurer le service public de l’enseignement ? La démocratie des urnes est bafouée, certains auraient ils trop peur que le cpe reussisse à la suite du CNE ? C’est vrai que le chomage baissait, en installant crainte et instabilité, il va remonter !


                    • (---.---.129.40) 20 mars 2006 14:53

                      Bravo et merci pour cet article éclairant. Il faut ajouter que plus les media mettent de l’huile sur le feu et plus ca fait de l’info. Il n’y a qu’à écouter France « Info » pour en être convaincu.


                      • Mathieu (---.---.212.160) 20 mars 2006 14:55

                        Wow ! Tout une belle enquête pour apprendre que parmi ces manifestants, il y a des personnes engagées (à gauche forcément). Qui l’aurait cru ! Merci d’avoir révéler la vérité à la face du monde. J’ai une piste pour votre prochaine enquête. Si vous vous renseignez sur les manifestants anti-blocage des universités, vous retrouverez des militants de droite. Ne me remerciez pas du coup de main...


                        • Redj (---.---.199.108) 20 mars 2006 22:10

                          Excellent...voilà la réaction que j’attendais... L’auteur de l’article oublie au passage que si on ramene au nombre de manifestants, les anti-blocage seraient carrément sur-médiatisés et donc que les médias ont bel et bien un parti pris de droite...


                        • Eric 20 mars 2006 23:54

                          Je crois que j’ais mal explique ma demarche. Je ne doute pas qu’il y ait des militants de droite anti cpe, je pense que le role d’un service public d’information est d’informer. J’ais vu le sitting devant l’hotel de ville, je regrette egalement que les journaliste ne nous en ais pas dit plus sur la nature exacte de ces manifestants. Vivant depuis longtemps a l’etrangersou pour raisons professionnel j’ais lu surtout la presse internationale, j’ais decouvert avec tristesse que les medias francais restaient peu professionnels. MOn article se veut un appel a ce que de bonne volonte sur ce site se donnent la pleine de completer l’info.


                        • adrien (---.---.162.5) 20 mars 2006 14:57

                          Cher « Eric »,

                          Premièrement, et sans vouloir aborder le fond de votre propos, permettez moi d’exprimer ma surprise sur la méthode que vous utilisez pour illustrer vos idées.

                          Ah ? Une conseillère municipale ne peut-elle pas être parent d’élève ? Ah ? Une lycéenne ne peut-elle pas défendre ses convictions en s’engageant politiquement ou en signant une pétition ? Ah ? Les étudiants ne prodiguent-ils aucun cours, ni ne participent à aucun évènement dans le cadre de leurs cursus universitaires ? Ah ? Les manifestants doivent-ils répondre à des critères de sélection drastiques avant de défiler ? Ah ? Avez-vous une telle confiance en « une recherche sur internet » pour prétendre quoique ce soit à partir des résultats obtenus ? Quelle est la relation entre vos pseudos « recherches » et le fond de votre article ?

                          Revenons à votre idée principale, à savoir il me semble, la pertinence d’une information présentant causes, aspects, conséquences et acteurs. Il est évident que bien peu de médias (et surtout pas les grandes messes des JT nationaux) ne s’attachent à décrire cette information autrement que superficiellement, et je suis entièrement de votre avis sur ce point. Pour ma part, je généraliserais même à tous les autres sujets de JT...

                          Mais vous êtes vous-même victime de ce travers de « superficialisation » en tentant d’extrapoler une véritè à partir d’une bien obscure « recherche sur internet »...

                          cordialement.


                          • (---.---.28.242) 20 mars 2006 16:38

                            Autant que l’information soit complete... si on interview une mere de famille - elue politique - engagee syndicale... ce n’est pas une mere de famille lambda comme on voudrait le laisser croire...


                          • Eric 20 mars 2006 23:57

                            Vous avez parfaitement raison. Voyant ces reportage de l’etranger, j’ais juste ete surpris par le cote formatte des microtrottoire et j’ais cherche sur internet les noms des personnes interviewees. J’ais ete supris qu’a paris comme a bordeau ou ailleurs, on retombe sur un tout petit nombre de personne apartenant au meme cercle, c’est a dire a une partie de la gauche seulement qui visiblement entre elles, A nouveau, je souhaite susciter des vocations pour avoir une information plus detaillee


                          • cocorougie (---.---.96.209) 20 mars 2006 14:58

                            SERIEZ VOUS LE FILS DE JEAN FRANCOIS COPPE ? OU DE DOMINIQUE DE VILLEPIN OU VOTRE PERE CRECHE A L UMP

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès