Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Mardi soir, les femmes prennent le pouvoir

Mardi soir, les femmes prennent le pouvoir

Ségolène Royal n’a qu’à bien se tenir. Mardi soir, France 2 et M6 confronteront en effet des femmes de caractère, et cela dans des registres bien différents. 8 femmes face aux Desperate housewives. Voilà qui risque d’être savoureux.

Beautés désespérées, c’est la traduction qu’ont choisie nos cousins québécois pour la série événement que M6 s’apprête à diffuser mardi soir. Il faut dire que la traduction littérale, « ménagères désespérées », était moins aguichante. En France, le distributeur a décidé de garder le titre original. L’Académie française appréciera. Mais là n’est pas le propos.

Face aux cinq héroïnes de Desperate housewives, France 2 nous rediffuse le film de François Ozon : 8 femmes. Très bien accueilli par la critique et le public, ce film est pourtant loin d’être le meilleur du réalisateur. Les chansons qui émaillent cette comédie musicale tombent comme un cheveu sur la soupe, pas vraiment à propos, et l’intrigue tient par un bout de ficelle. Restent les actrices, magnifiques : Isabelle Huppert, Emmanuelle Béart, Catherine Deneuve, Virginie Ledoyen ou Fanny Ardent sont toutes formidables.

Meurtre, disputes, trahisons, révélations... Ce qui caractérise le film de François Ozon est tout aussi parfait pour décrire Desperate housewives, la série déjà diffusée sur Canal Plus et qui débarque sur la sixième chaîne. Riche en intrigues et en rebondissements, cette fiction télévisée saura autant captiver les femmes que les hommes. Car nos beautés désespérées n’ont vraiment pas une vie de tout repos. Il y a Bree (Marcia Cross), la ménagère maniaque dont le mari est adepte de relations SM, Susan (Teri Hatcher, vue dans Le monde ne suffit pas) qui se crêpe éternellement le chignon avec sa voisine Eddie (Nicolette Sheridan), Lynette (Felicity Huffman), qui n’arrive pas à gérer ses affreux garçons, ou enfin Gabrielle (Eva Longoria), pulpeuse Latino qui se tape son (très) jeune jardinier à la barbe et au nez de son mari. Ajoutez à cela le suicide mystérieux de Mary Alice, dont le fils possède assurément une case en moins et dont le mari ne semble pas exempt de tout reproche, sur fond de meurtre et de cadavre enfermé dans une malle... Desperate housewives, dont les personnages sont tous plus tarés les uns que les autres, ne manque pas de piment ni de situations abracadabrantesques. Les dialogues ciselés, truffés de petites vacheries et de vengeances personnelles, ont été particulièrement soignés.

Certes, cette série reprend la tradition de celles, un peu déjantées, des années 1990, comme Melrose Place (deux des actrices y ont fait un passage), mais en beaucoup, beaucoup mieux. Déjà une série culte, à ne pas manquer.


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • ka (---.---.30.12) 23 mai 2006 23:24

    J’ai voulu regarder par curiosité et franchement j’adore, c’est excellent.

    PS : je parlais de desperate housewives.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès