Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Margin call : le dernier navet anti-capitaliste

Margin call : le dernier navet anti-capitaliste

Je me méfie toujours des films qui proposent une tête d'affiche de rêve, j'ai souvent l'impression, que pour compenser des cachets trop élevés accordés aux acteurs principaux, la production a rogné sur les dépenses de scénario. Je me méfie aussi des films portés aux nues par la presse militante de gauche (Marianne, Télérama, Libé etc.) incapable de porter un jugement critique et équilibré sur une œuvre ayant pour thème la politique ou l'économie. Margin call, le dernier brûlot anti-capitaliste vient malheureusement me confirmer dans mes préjugés.

- Attention les lignes qui suivent vont dévoiler une partie de l’intrigue du film. Je déconseille donc la lecture de cet article aux personnes qui ont l'intention de voir cette œuvre -

Techniquement Margin-call est à ranger dans la catégorie du théatre-filmé ; unité de temps, de lieu et d'action. Malheureusement on est très loin d'un chef-d’œuvre d'un 12 hommes en colère. Ce type de réalisation, qui a l'avantage de ne pas demander un budget énorme, implique en contrepartie pour être un succès des dialogues et une intrigue de haut niveau. J.C. Chandor a encore du chemin à faire pour atteindre le niveau de Sydney Lumet. Le film est assez long, 2 heures, pas grand chose ne se passe mais, paradoxalement, on ne voit pas passer le temps puisque jusqu'au bout on attend un rebondissement qui ne viendra jamais. Le nombre élevé de personnages principaux (regardez comment ils sont tous serrés sur l'affiche officielle du film !) aide aussi à digérer ce long film et donne même un certain rythme - un faux plat diraient les cyclistes -

L'histoire est simple : les dernières 24 heures d'une firme de Wall street avant un crash boursier. Un mélange de Lehman Brother, pour la fin tragique, la ville de New York, les noms des PDG qui se ressemblent et les Subprimes et de (un peu) Société Générale pour la rapidité et la confidentialité avec laquelle la banque a réagit entre le moment où elle a découvert ses pertes potentielles colossales et celui où les positions de marché ont été débouclé.
 
Un scénario non crédible et inachevé, un manque de suspens et une histoire simpliste.
 
Quand Hollywoood s’intéresse à l’hôpital, on fait appel à des médecins ou à des infirmières en support technique, pareil quand le sujet est les aciéries de Cleveland, on fait venir des sidérurgistes. Pourquoi J.C. Chandor n'a-t-il pas contacté des traders pour l'aider à construire son scénario ? Trop cher peut-être ou alors le réalisateur a des idées bien ancrées dans le crâne concernant le milieu de la finance et il ne veut pas courir le risque de se faire "retourner le cerveau" par un petit génie de la finance.

J'ai relevé quelques incohérences flagrantes, à force de les accumuler on ne peut pas rentrer plus dans le film. J'en ai sélectionné cinq.

1- Le film commence par le licenciement d'Eric Dale, le responsable des risques aux faux airex de Peppe Gaurdiola. Dale est convoqué par deux femmes qu'il ne connait pas et qui vont lui signifier son licencient. Première faute de scénario ; tous ceux qui bossent ou ont bossé dans la finance (et je suppose que c'est aussi le cas dans la plupart des entreprises employant des personnes avec d'assez hautes qualifications) savent qu'un responsable opérationnel est toujours présent au coté d'un représentant des ressources humaines dans une telle situation. Pour en avoir fait l'expérience, je peux vous dire que généralement les rôles sont distribués comme lors d'un interrogatoire de police avec le flic sympa et l'ordure (souvent joué par une femme).

2- En quittant la "firme", Dale file à son adjoint, Peter Sullivan, une mystérieuse clé usb en lui disant "jette un œil la dessus, soit prudent" alors qu'un agent de la sécurité, chargé de l’escorter jusqu’à la sortie, est à moins d'un mètre d'eux ; moins discret tu meurs. Deuxième grosse incohérence du scenario, Sullivan est trader alors que Dale est chargé du suivi du risque ; trading et risk management sont deux métiers différents, le second devant contrôler les risques pris par le premier, il n'y a jamais donc de rapport hiérarchique entre eux.

3- La scène de debriefing, Sam Rogers (joué par un Kévin Spacey peu crédible dans ce film) y félicite ceux qui vont rester, est irréaliste. D'abord elle a lieu en milieu de journée ; les réunions impliquant des traders ont lieu avant l'ouverture des marchés ou à leur fermeture, jamais pendant, car le marché n'attend personne. Ensuite même si la finance est remplie d'enfants de salop, j'imagine mal des traders applaudir après un speech où on vient de leur confirmer le départ de nombreux collègues. Enfin il n'y a jamais de réunion dans la Dealing room, il suffit d'un seul téléphone mal raccroché et le marché entier est au courant de ce qui s'est dit.

4- La réunion de crise est irréaliste. Sarah Robertson (jouée par le toujours canon Demi Moore qui passe son temps à montrer qu'elle a encore de jolies jambes malgré les années qui passent) demande à Peter Sullivan son cv, celui-ci répond qu'il a un doctorat en ingénierie spécialisé en propulsion, on le félicite et bla bla bla ...alors qu'il vient de découvrir grâce à la fameuse clé usb que la banque est en faillite virtuelle et qu'une décision doit être prise rapidement.

5- La réunion du comité exécutifs réunis en moins de deux heures avec le Pdg (Jeremy iron) et 15 personnes au moins autour de la table ! Du grand n'importe quoi. Pour reprendre une phrase de Hugues le Bret, directeur des relations publiques de la Société Générale, "quand il y a plus de 10 personnes au courant c'est public". Dans le cas d'une découverte d'une position de marché qui pourrait faire tomber une banque, on liquide les positions de marché et on informe les membres de conseil d’administration juste après.
 
Au delà des incohérences des éléments du scénario qui le rend peu crédible aux yeux d'un spectateur au fait de ce qui se passe dans une salle de marché mais qui ne pose pas de problème aux yeux d'un public lambda, il demeure le handicap d'un manque de suspens et d'intrigue. Le film fait ouvertement référence à la banque d'affaire Lehman Brother qui a fait faillite, l'issue du film de fait pas mystère. Il n'y a même l’espoir fou que le marché se retourne dans le bon sens. A force de coller à son modèle le film en devient une reconstitution télé.

Le réalisateur est très critique sur le monde de la finance mais pêche par des arguments simplistes. Chandor reprend le principe de Peter appliqué à la finance ; les salles de marchés sont, selon son film, remplies de petits génies dirigés par des buses. C'est Peter Sullivan, le trader "de base" qui découvre la position de marché cachée, son supérieur direct (n+1) lui demande de lui expliquer la situation avec des "mots simples", Sam Rodgers (le n+2) ne bite rien au chiffres et il le reconnait. Jared Cohen (le n+3) ne fait pas mieux et enfin John Tuld demande, face à des chiffres compliqués, à ses collaborateurs de lui parler "en anglais". A se demander si les formules mathématiques des algorithmes qui commandent les options ne devraient pas être vérifiées par la femme de ménage vu que la hiérarchie des compétences semblent inversées par rapport à l’échelle des salaires. On est bien loin de la réalité même si des neuneus peuvent toujours se retrouver à des postes à hautes responsabilité.

Le film ne pose pas les vrais problèmes et manque de hauteur. A aucune moment on ne s'interroge sur l'origine des subprimes et les raisons qui ont poussé le gouvernement Carter à les créer (et oui, les subprimes c'est ni Reagan ni aucun des Bush mais un président démocrate) et les gouvernements qui lui ont succédé à ne pas les avoir mieux encadrés.
Le scénariste fait aussi l'impasse sur la relation du politique et du financier dans un tel moment de crise. N'importe quelle grande institution qui connait ce type de crise avec la même ampleur contacte son autorité de tutelle pour qu'on lui vienne en aide (même si le discours de ses dirigeants est "l'Etat n'est pas la solution mais le problème")
 
Ma scène favorite : Le monologue de Dale qui raconte à Will Emerson, le trader qui a touché 2,5 millions de dollars de bonus l'année précédente, que dans une autre vie il était ingénieur et qu'il a construit un pont qui a permis de sauver des milliers de vie (enfin des centaines de milliers d'heures perdues par les automobilistes dans des embouteillages...) ; un grand moment de pathos. Tous les personnages du film sont de cet acabit, de bons gars au fond d'eux-même mais c'est la société qui les a rendu mauvais (un peu comme les racailles de cité). D'ailleurs quand ils font quelque chose de mal ils vont toujours à confesse avant de le faire.

Margin call oscille entre le film de fiction (à l'insu de son plein gré tellement il y a d’invraisemblances) et le film-reportage (là cause d'une référence à Lehman Brother trop évidente), finalement il ne réussit n'y l'un ni l'autre.

Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Inquiet 10 mai 2012 10:37

    Merci beaucoup, je vais donc aller voir le film.


    Ne serait-ce que parce que j’y vois une tentative de démolition systématique des oeuvres qui semblent de près ou de loin un tantinet critiques envers le système.

    Cerise sur le gâteau, je conseillerai à des amis d’aller le voir.

    Même si le film ne tient pas toutes ses promesses, il est souvent plus facile d’adhérer à une opinion à gros renfort de pub que de la mienne, même si elle peut être meilleure sur certains aspects.

    Lorsqu’on visionne un film, on est « bercé » et donc plus réceptif. Pour faire un peu contrepoids à la tentative de réhabilitation honteuse de la dame de fer.

    En conclusion, plus vous serez nombreux à massacrer ce genre de films, plus on sera intéressé d’aller les voir, car ils correspondent parfaitement à ce genre de questionnement et d’auto-critique sur le système que beaucoup de gens ont envie de voir aujourd’hui.

    P.S. Merci encore, je n’étais pas au courant qu’un tel film était à l’affiche, merci du relais smiley

    • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 18:50

      « Cerise sur le gâteau, je conseillerai à des amis d’aller le voir. »

      Je te le déconseille, tu n’as déjà pas beaucoup d’amis.


    • emphyrio 10 mai 2012 11:22

      Peut-on être à la fois contestataire et aimer les pop-corn ? Pour moi la réponse est non. D’ailleurs je pense que ce film fera un bide à Athènes.


      • Fergus Fergus 10 mai 2012 11:31

        Bonjour, Le Taulier.

        J’ai vu ce film et je l’ai trouvé bon. Qu’il y ait quelques entorses avec la réalité est probable, mais le film se devait d’aller au plus simple dans son propos. Or, celui-ci n’était pas, à mon point de vue, de disséquer l’origine des produits dérivés ni de montrer les conséquences sur la société car tout cela a déjà été fait très largement durant des mois dans les médias.

        Margin Call ne montre jamais de gens jetés à la rue, une tentation qu’auraient pourtant saisie nombre de cinéastes en recherche de spectaculaire pour conclure le film. Et pour cause : le but était, à mon avis, de montrer à quel point la plupart des gens qui contribuent à provoquer les pires catastrophes économiques sont des personnes terriblement normales. En cela, ce film est réussi, mais aussi inquiétant car il montre que dans la finance, comme dans la guerre, des gens normaux peuvent engendrer des conséquences terriblement anormales.


        • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 13:07

          Si l’objectif du realisateur est de montrer que « la plupart des gens qui contribuent à provoquer les pires catastrophes économiques sont des personnes terriblement normales ». La prochaine fois il devrait faire des film sur les accidents de la route ou sur les espaces verts qui sont jonchés des détritus, c’est aussi des « personnes normales » qui en sont à l’origine.

          Quand on fait un film de ce type on explique le contexte sinon cela n’a pas vraiment de sens.


        • heliogabale boug14 10 mai 2012 11:59

          Je ne trouve pas étonnant qu’à un certain niveau de hiérarchie on ne comprenne rien à des algorithmes et des formules imbuvables. Au niveau du n+1 et n+2, ça peut paraître très très surprenant. Mais à un certain niveau hiérarchique où il y a de nombreux avocats d’affaire, ça ne l’est pas du tout.


          • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 19:04

            Cite moi une banque dirigée par un avocat d’affaire à l’exception de Dexia.


          • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 18:57

            Au hasard « Soleil vert » ou « A nation is born »ou les films de Moore même si c’est du documentaire.


          • Scual 10 mai 2012 14:32

            Je n’ai pas vu le film mais j’ai appris beaucoup de choses sur l’auteur de l’article... je crois que je vais aller voir ce film, il doit être pas mal du tout.


            • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 15:59

              Pense a prendre un oreillier.



            • L'enfoiré L’enfoiré 10 mai 2012 17:46

              @L’auteur,
              Faudra que vous alliez en parler sur ce billet.
              Moi, je n’ai pas vu le film et je n’ai pas l’intention d’aller le voir


              • L'enfoiré L’enfoiré 10 mai 2012 17:48

                Perso, je ne peux pas. Personna non gratta sur ce blog. smiley


              • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 18:59

                Qu’est-ce que tu as fais ? tu t’es mouché dans les rideaux ?


              • L'enfoiré L’enfoiré 10 mai 2012 19:01

                Non, on n’y aime pas les contestations.


              • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 21:30

                Viens sur mon blog. J’adore les contestataires.


              • tf1Goupie 10 mai 2012 18:30

                Critiquer un discours anti-capitaliste ... sur Avox  smiley

                Vous n’y pensez pas mon brave !!

                Donc même si ce film est une pur merde il sera ici soutenu jusqu’au ridicule si c’est nécessaire.


                • JL JL1 10 mai 2012 18:53

                  TF1Goupie, vous l’avez vu ?

                  Qu’est-ce qui vous fait dire que ce film est anticapitaliste ?

                  Moi je l’ai vu , et j’affirme le contraire : c’est tout ce qu’on veut sauf un film anticapitaliste !

                  Vous voilà, TF1G, l’arroseur arrosé !

                   smiley


                • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 19:00

                  C’est pas un film sur le régime carcéral des prisonniers politiques à Cuba !


                • JL JL1 10 mai 2012 18:37

                  J’ai vu le film, et je dois dire que j’ai bien aimé : pas à dire, la technique (cinématographique) est au point.

                  Je ne connais pas ce milieu, et je ne saurai dire si j’appouve ou non les critiques de l’auteur ici : mais c’est du cinéma, et le réalisme, là comme dans d’autres domaines, laisse toujouyrs à désirer, c’est la loi du genre. Si on n’est pas content, autant demander à un peintre de faire de la photo.

                  La seule chose qui m’ait fait tiquer est relative à cette scène citée par Le taulier : « Le monologue de Dale qui raconte à Will Emerson, le trader qui a touché 2,5 millions de dollars de bonus l’année précédente. » Dale raconte comment au fond, sur ces 2.5 millions de $ ne sont pas grand chose, notamment parce que, dit-il, la moitié part en impôts ! Et je me suis dit : ça c’est pour justifier ces gros salaires ; dit autrement : « ne vous plaignez pas le pauvres, ces types remplissent les caisses de l’Etat » !

                  Et comme j’avais entendu beaucoup de bien de ce film dans l’émission de FQ ou pérore l’inénarrable Olivier Pastret qui cite toujours son titre de professeur d’économie mais jamais sa casquette de cadre dirigeant de banque (ou membre du CA, je ne sais plus), je me suis fait la réflexion que ceci (entre autres) explique peut-être cela.


                  • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 19:03

                    Qu’est-ce que tu entend par « la technique (cinématographique) est au point. » ? Tu parles de la lumières, des travellings ?


                  • JL JL1 10 mai 2012 19:11

                    Je crois que ce que j’ai dit est suffisamment explicite.


                  • JL JL1 10 mai 2012 19:54

                    Je doute que les traders paeint 50% d’impôtrs sur keurs bonus. Auc US, c’est 15% je crois !

                    Par ailleurs, le taulier : j’ai dit « tout ce qu’on veut, sauf un film anticapitaliste ».

                    Tout ce qu’on veut ! C’est clair ? Vous connaissez quelqu’un qui voudrait que ce soit un film sur les choux fleurs dans le midi, peut-être ?


                  • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 20:21

                    Les bonus sont traités comme les salaires. Rien à voir avec la participation au bénéfice de l’entreprise.

                    Le taux d’imposition maximal pour une personne vivant à New York est de 48,5%.


                  • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 21:36

                    Il n’y a pas de capitalisme sans finance. le capitalisme c’est la mutualisation de moyens financiers pour réaliser de grands projets. Sans financier pas de mutualisation et donc pas de capitalisme.

                    Par ailleurs même si finance et capitalisme c’est pas la même chose, on sait que ceux qui combattent la première combattent généralement le second et vice versa.


                  • Le taulier Le taulier 10 mai 2012 22:56

                    La faute a qui ? Peut aux Etats qui garantissent les pertes des banques.


                  • JP94 11 mai 2012 00:07

                    Je n’ai pas vu ce film mais la critique laisse à penser que c’est typiquement dans la veine états-unienne
                    Sur un sujet connexe , je conseille fortement le remarquable film de Fernando Solanas , Argentine , chronique d’un saccage
                    Là c’est documenté , on apprend les mécanismes de fabrication de la Dette , ses effets plus que dramatiques : 35 000 morts par an de dénutrition ... il faut bien payer la dette !

                    A la fin , toutes les sources statistiques sont citées et les choses les plus complexes sont exposées de façon pédagogique .

                    C’est du grand cinéma , on y appelle les choses et les gens par leur nom , et on n’en ressort pas indemne . Et on se dit qu’en Grèce , la soi-disant dette procède du même stratagème ... il n’y a aucune limite aux crimes engendrés par le système libéral , exceptées celles que nous lui imposerons en changeant de société .

                    Que tous ceux qui sont intervenus ici aillent le voir et peut-être jugeront-ils autrement le film états-unien .


                    • Jean-paul 11 mai 2012 02:59

                      JP94
                      Vous dites en parlant du cinema americain « un film etats -uniens » ,donc si je suis votre logique pour un cinema francais je dirai un film republicain . ;)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès