Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Medias aux ordres

Medias aux ordres

C’est de notoriété publique, la presse était achetée par Nicolas Sarkozy. C'est même sans doute pour cette raison que les Français, n’acceptant pas cette mainmise de fer sur les medias, se sont révoltés contre une forme larvée de dictature en votant majoritairement contre le potentat. Ces medias à la solde ont été finalement, grâce au sursaut citoyen, une des causes de la défaite du tyran Sarkozy.

La contre-épreuve à cette affirmation est fournie par le retournement complet de ces mêmes medias depuis quelques jours ; tant il est vrai que la « servilité » est mère de servilité. En clair pour se dédouaner de 5 ans d’entière soumission les journalistes de ces différents medias mettent les bouchées doubles pour essayer de « sauver leur peau »

Depuis quelques jours en effet il n’y a pas un geste, une déclaration, même un petit « recul », une hésitation, un mauvais pas sur tapis rouge ou sur perron, qui ne reçoivent une approbation totale et entière ou un revers de main méprisant : "vous n'allez pas vous arrêtez à si peu de chose ..." Le "Peu de chose" qui était tellement important il y a encore 8 jours devient dégradant, futile, ridicule. S’il le faut même, le Mazerolles de service trouvera lui-même les explications, les absolutions, les justifications les plus hautes : "élevons le débat ... Voyons ..."

Il est même possible d'entendre tout et son contraire à quelques minutes d’intervalle au gré d’informations contradictoires, quitte à se contredire de manière grossière. C’est ainsi que pendant cette longue journée de tchatche en attendant la formation du nouveau gouvernement, Laurent Fabius a d’abord été "difficile" pour le Quai d’Orsay, compte tenu de sa position en 2005 sur le referendum. « Pensez ... à un moment ou l’Europe va être au centre de toutes les préoccupations, il apparaît pour le moins délicat de confier la diplomatie à un tel protagoniste du NON … » Mais voilà que la position de Fabius s’affirme pour le Quai, le même sans vergogne affirme avec le même aplomb « Que compte tenu de l’appréciation frileuse des Français vis à vis de la construction européenne telle que nous la connaissons, il serait de bon aloi de voir figurer à la tête de la diplomatie un homme qui a su marquer ses réserves … » Comme dirait l'autre, tout est dans son contraire et vice versa !

Tout est bon, génial, parfait ! Du n’importe quoi, mais toujours avec l'absolue volonté d’expliquer et de trouver des raisons valables, voir l’extrême intelligence de toutes les hésitations, le génie de la nouveauté avec de l’ancien, la vertu de la "rupture nécessaire" à l'inélégance affichée.

Voilà, il va falloir vous y faire, les medias ont tellement soutenu et porté à bout de bras, en vain, Nicolas Sarkozy, qu’il faudra bien que vous acceptiez de les voir essayer de gagner leur pardon.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 17 mai 2012 08:48

    Bonjour à tous.

    En réalité, peu de médias sont aux ordres. Mais beaucoup sont effectivement serviles, toujours prêts à brosser les puissants dans le sens du poil. Une nouvelle démonstration nous en est désormais administrée.


    • Yvance77 17 mai 2012 09:04

      Bonjour

      Fergus, sur TF1 on ne peut pas dire qu’ils étaient adeptes de la critique virulente à l’endroit du Pipole 1er.
      Le PDG Bouygues, parrain d’un des rejetons du nabot, savait veiller au grain, et à placer dans les diverses rédactions politiques, des hommes qui sont tout sauf des suppots du Satan bolchevique.

      Un peu comme Mougeotte qui à la direction du Figaro déclarait en pleine élection : « on n’est pas là pour emmerder la droite ».

      Serviles oui mais aux ordres aussi !

      Bye


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 mai 2012 10:37

      En réalité il existe trois types de médias. D’abord les partisans, comme le Figaro et TF1, qui défendent leurs alliés idéologiques (Balladur 1995, Chirac 2002, Sarkozy 2007-2012).
      Ensuite les opportunistes, qui sont socialistes quand le PS est au pouvoir et de droite quand l’UMP est aux affaires. Parmi eux les chaînes info, comme le rappelle Jlhuss, mais aussi la PQR (presse quotidienne régionale) qui ne veut pas faire de vagues.
      Enfin les vrais médias, indépendants, intransigeants, qui traiteront droite et gauche avec la même sévérité. On peut citer Mediapart, le Canard Enchaîné, www.arretsurimages.net, Marianne.


    • jluc 17 mai 2012 16:04

      @ Yvance et Peachy,

      J’ai constaté, à 13 h, que vous aviez raison au sujet de TF1 : voir mon commentaire plus bas.


    • diogene 18 mai 2012 01:23

      Encore quelques mois et lorsque la vague déferlera, quand la sociale se réveillera nous les tondrons tous.
      Et avec eux les zesperts de c dans l’air, les procs à la Courroye, les bonimenteurs zéconomics.


    • Yohan Yohan 17 mai 2012 09:59

      Rassures toi. Depuis deux mois déjà les médias ont changé de camp. Aux ordres de Flamby maintenant, comme chacun a pu s’en rendre compte


      • Scual 17 mai 2012 09:59

        Je ne suis pas d’accord. A la servilité complaisante, compatissante, servile, manipulatrice et dissimulatrice des médias a succédé, le mépris, lé dérision, la ridiculisation.

        Non les médias n’ont pas changé. Le respect immérité avec lequel ils traitaient de Sarkozy est devenu une arrogance assurée et paternaliste. Comme s’ils étaient au-dessus de ça et qu’ils regardaient le Président aller droit dans le mur non sans le moquer et le rabaisser au passage.

        Avec Sarkozy, ils n’auraient montré aucune image le mettant mal à l’aise ou alors l’auraient traité d’un manière bien différente et bien plus rapide et ils n’auraient pas insisté tout du long sur son éventuelle impuissance à obtenir ce qu’il réclame.

        Rien n’a changé. Les médias sont toujours d’ultra-droite. Espérons qu’au moins le service publique aura bientôt une autre orientation politique. A défaut de neutralité ou de liberté, au moins on assistera au retour de la pluralité. Ça serait déjà un sacré changement.


        • paul 17 mai 2012 10:45

          Mazerolles journaliste objectif de BFM, pour la cérémonie du 8 mai, la larme à l’œil :
           « j’ai envie de dire : merci Nicolas  ».
          C’est vrai, c’était l’anniversaire de l’attentat de Karachi ...


          • Alex Alex 17 mai 2012 10:47

            Avant de déclarer que « les médias » sont de droite (ou de gauche), il serait bon de faire une étude rigoureuse :
            1. estimer la tendance politique globale de chacun des plus importants (par exemple : Le Figaro et Le Point sont classés à droite, Le Monde et Marianne à gauche),
            2. mesurer leur influence en publiant les tirages pour les versions papier et les audiences pour les autres,
            3. indiquer le penchant politique des propriétaires ou des directeurs pour les médias d’État,
            4. et celui des principaux journalistes et éditorialistes.

            Cela permettrait de se baser sur quelques éléments objectifs.

            Ensuite, il faut tenir compte de facteurs moins visibles, comme la censure de la direction (ou l’auto-censure pour ne pas déplaire au patron).
            Ce point est très important car, si les médias étaient pro-Sarkozy alors qu’une grande majorité de journalistes se déclarent de gauche, cela prouve que la censure est extrêmement sévère.

            Enfin, il est clair que les médias doivent entretenir des relations pas trop conflictuelles avec le pouvoir en place de façon à être invités à des réunions, déplacements, sollicités pour des interviews, etc.

            En l’absence d’étude rigoureuse, on reste dans l’appréciation personnelle, chacun jugeant démesurée l’influence des médias qui ne pensent pas comme lui.


            • Cigogne67 17 mai 2012 11:37

              Comme dirait Pierre SALVIAC :« chères consoeurs, baisez utile » en admirant le parcours de celle qui est aujourd’hui Madame la 1é de France


              • eric 17 mai 2012 11:40

                Nos médias d’information ont un problème, leur relation avec l’état.
                Ils sont mauvais : pour la presse écrite cela se voit avec leurs tirages comparés avec leurs homologues étrangers. Ils ne se vendent pas car ils intéressent peu les lecteurs.
                Pour l’audiovisuel, on peut comparer les ventes à l’international et cela suffit a prouver que là aussi, la qualité est très moyenne.
                De ce fait, ils ont peu d’argent, et donc payent mal des journalistes d’un niveau très moyen. Par rapport à d’autres professions intellectuelles et compte tenu de leur influence,les journalistes français sont très peu diplômés. Non seulement ils sont peu payés, mais une partie de leur revenus était assuré par des niches fiscales spécifiques et ruineuses. Celles pour le rétablissement desquelles Madame épouse Trierweiler s’est battue en première ligne.
                En ce qui concerne la presse d’opinion, elle est globalement possédée par des gens dont les carnets de commande dépendent peu ou prou de l’État. C’est parce que la décision de construction d’un pont ou d’un lycée, l’achat d’un rafale, dépendent parfois plus des états d’âme d’un ministre ou d’un député, que des entrepreneurs sont contraint de risquer de l’argent dans un business dans l’ensemble peu profitable.
                SI le type de free a racheté le Monde, ce n’est pas uniquement avec ses copains de Terra Nova, membre du staff de campagne pour faire une campagne systèmatique pour Hollande, c’est surtout ou aussi pour sécuriser ses investissement dans les télécoms. Et si il a fait rentrer les espagnols après avoir promis le contraire, c’est parce qu’il pensait qu’el PAis serait un bon lobby pour obtenir une licence.

                Le résultat global est quand même que la plupart de nos grand médias d’opinion vivent largement au dépend du contribuable. Il n’y a rien de politique ou de servile à ce qu’ils soient en tendance à gauche. Dépendant de la dépense publique pour vivre, ils défendent leur beefsteak et sont naturellement plus favorables aux forces qui veulent augmenter les dépenses publiques.

                Et cela marche : alors que nous avons tous les problèmes que nous savons, une des toutes premières mesure annoncée par Hollande aura été de dire qu’on allait réorienter les aides à la presse en fonction de l’intérêt des titres pour le service du public et la qualité informative....

                C’est sur qu’il y a là une grande urgence sociale...

                Si en plus il rétablis les niches fiscales supprimés par Juppé, à la demande de sa compagne, il me semble que tous sera clair. Pour mémoire, un des argument de madame Treiweiler était que les journalistes avaient de grands frais de maquillage et de vêtement était toujours en représentation. Il est urgent d’augmenter les impôts des autres pour remédier à ce triste état de fait...


                • wesson wesson 20 mai 2012 00:50

                  Bonjour eric, 


                  vous avez à la fois raison et tort. 

                  Raison car effectivement en France, un groupe industriel ou financier achète un média important pour sécuriser ses contrats, licences et relations avec l’état. Et forcément, cela induit chez les journalistes ainsi détenus une forme d’auto-censure. Dans les médias comme partout, on mords difficilement la main qui vous nourrit, et votre fidélité va à celui qui signe le chèque à la fin du mois. Pas besoin d’expliquer à la rédaction de TF1 qu’elle ne doit pas évoquer trop fort les nombreuses malfaçons que l’on constate sur le chantier de l’EPR, ni sur BFM d’évoquer l’épatante gestion du port de Libreville.

                  Mais vous avez tort sur les autres aspects que vous évoquez. Vous liez la qualité du journaliste à son salaire, c’est aussi ridicule que de croire que les gens les plus compétents sont forcément les plus diplômés, vous faites d’ailleurs également cette confusion. Et quand à définir la qualité d’un journal à son tirage, on constate un peu partout que c’est la presse dite de caniveau qui ont les plus grand lectorat, et on peut difficilement soutenir que c’est dû à la qualité intrinsèque de leurs journalistes.

                  Si il n’existe plus ou presque de presse d’investigation, c’est avant tout parce que les groupes possédant ces organes les détiennent précisément pour l’appui politique qu’ils procurent, et non pas par volonté d’informer. C’est donc fort logiquement que tout en conservant intact le pouvoir d’influence des dits médias, ils cherchent à en réduire au maximum les coûts de fonctionnement en les faisant fonctionner à minima. ça passe évidemment par la réduction du salaire des journalistes, la mise en avant de quelques stars inoffensives pour le système, et surtout la mise en place d’un paquet de verrous pour éviter que la moindre chose ne bouge.

                  C’est pourquoi le gouvernement qui est parfaitement profiteur de ce système s’est dépêché de voler au secours de cette presse qui décline, tout simplement pour éviter l’émergence d’une autre presse type mediapart ou fakir, qui serait elle incontrôlable. Voilà donc comment l’état dépense pratiquement 1 milliards d’€ par an pour perfuser une presse qui n’a plus besoin ni de lecteurs, d’auditeurs ou de téléspectateurs, ni même de journalistes (un abonnement à l’AFP suffisant amplement).

                  Pour obtenir une information de qualité, on pourrait par exemple essayer d’exclure de tout marché public tout groupe détenant une participation directe ou indirecte dans tout organe de presse. Ce serait peut-être pas suffisant, mais c’est à mon sens un début indispensable.

                • jef88 jef88 17 mai 2012 12:15

                  Voilà, il va falloir vous y faire, les medias ont tellement soutenu et porté à bout de bras, en vain, Nicolas Sarkozy, qu’il faudra bien que vous acceptiez de les voir essayer de gagner leur pardon.

                  2ème degré ?????


                  • Holyheart 17 mai 2012 12:21

                    Les médias n’étaient pas particulièrement aux ordres de Nicolas Sarkozy.
                    Ils étaient, et ils sont toujours, aux ordres du Système.

                    La nuance ?
                    Ils entretiennent une illusion d’alternance et de différence idéologique, entre deux partis siamois que sont le PS et l’UMP. Regardez les élections présidentielles. Regardez la place accordée à Hollande ou Sarkozy et regardez les traitements qu’ont reçu Dupont-Aignan, Le Pen ou encore Cheminade.
                    Sarkozy président, ils n’allaient pas le descendre, afin de conserver leur fauteuil de chien de garde. Puis, ils ont propulsé leur nouveau poulain Hollande à partir d’automne 2011, en lui déroulant le tapis rouge (ou rose), pour faire croire aux français que le changement passe par cette alternance moisie. Sarkozy étant complètement usé, le système peut également s’essuyer allègrement les pieds sur lui. Personnellement, tirer sur un cadavre ne m’intéresse pas. Maintenant, il va falloir lutter contre le nouveau pion du NWO...


                    • CARAMELOS CARAMELOS 19 mai 2012 21:59

                      Oui entièrement d’accord.
                      Morice ne va pas être content !


                    • arobase 17 mai 2012 13:28

                      regardez les nom des patrons des médias,( excluez le canard enchaîné) la liste sera édifiante. 


                      tous ces patrons sont de la gauche la plus dure et appartiennent à la France d’en bas. c’est pourquoi les médias sont de gauche.
                      comme disait eric brunet, thréart et quelques autres. le meilleur , le plus à gauche d’entre eux c’est philippe tesson.

                      sans oubliez les« politologues » auto-proclamés. vous savez, ceux qui viennent tout de suite après un orateur nous expliquer ce qu’il a dit, dans le cas ou nous serions idiots.

                      • Claire29 Claire29 17 mai 2012 13:41
                        Les médias ont porté à bout de bras N.Sarkozy ?
                        Qui l’a porté à bout de braS ?
                        Quels médias ?Quels journalistes ?Ceux qui l’ont insulté,traité de fou,de voyou,comparé à Pétain,Hitler etc. ?
                        Les journalistes de Marianne, Médiapart,Libération,Le Monde,France inter et d’autres ?
                        A moins que ce soit tous les mélenchonistes,tous les donneurs de leçons de la gauche sectaire et bienpensante qui ont envahi ce site !

                        Je précise que je ne suis pas sarkozyste auquel j’aurais beaucoup de reproches à faire,
                        mais ce n’est pas une raison pour affirmer qu’il a èté porté à bout de bras par les médias alors que c’est FAUX !
                        Ayez le courage et l’intégrité de vous remettre en cause de temps en temps !

                        • joelim joelim 17 mai 2012 13:55

                          Les médias ont servi la soupe à Sarkozy et vous le savez (si vous réfléchissez). 


                          Pas parce que c’était le Président.

                          Mais parce que les leader des mass-medias sont dans la catégorie CSP++, catégorie qui a été la grande privilégiée de son mandat, contrairement à ses promesses malhonnêtes typiques d’un avocat d’affaires.

                        • jlhuss jlhuss 17 mai 2012 16:01

                          AH ! Je vois ! Vous réagissez 1er degré ! LOL !


                        • Claire29 Claire29 17 mai 2012 16:28

                          Bon,d’accord,c’est du second degré,

                          tant pis pour moi,je réagirai moins vite la prochaine fois !

                        • CATP 17 mai 2012 14:38

                          n’en déplaise à beaucoup, j’aime beaucoup mazerolles ou pujadas qui sont de grands professionnels et qui ont su tenir l’antenne pendant de longues heures tout en gardant ce qu’il faut de convivialité souriante

                          j’aimerais y voir beaucoup de ceux qui passent leur temps à critiquer !

                          le problème des médias est beaucoup plus général et peut se résumer à cette seule question : quand verrons nous sur les grandes chaines généralistes des journalistes d’extrême gauche et d’extrême droite ? c’est la seule question qu’il faut poser en terme de pluralité au lieu de demander aux journalistes présents de changer quoi ? leur nature ?


                          • agent orange agent orange 17 mai 2012 15:35

                            Il est naïf de penser que les journalistes ont recouvré leur liberté de ton avec la fin de règne de Sarkozy. Les chiens de garde existaient avant son arrivée et existeront après son départ.

                            Il y a des sujets qui fâche qui restent tabou...


                            • jluc 17 mai 2012 15:38

                              A 13 h, J’ai zappé pour voir les JT à la TV :

                              La passation de pouvoir à fait l’essentiel du JT d’Antenne 2. Normal !

                              Les chaînes d’info, se font un régal de présenter les nouveaux ministres, et d’y aller de leurs commentaires.

                              Au JT de 13 h de TF1 : 7 à 8 mn pour traiter le sujet. Puis, vite retour à des sujets plus subalternes.

                              Donc, vous avez faux, jlhuss : TF1 et JPP ne veulent pas racheter le pardon ;)


                              • jmdest62 jmdest62 17 mai 2012 15:57

                                Je pense qu’une première action de « salubrité médiatique » serait d’assurer un financement indépendant des chaines du service public et de supprimer la publicité .
                                Finies la course à l’audimat et la frénésie du « BUZZ » à tout prix comme c’est actuellement la cas.

                                Je rêve ! et alors ...il faut bien commencer par quelque chose....le reste suivra

                                @+


                                • toor toor 17 mai 2012 16:50

                                  J’ai essayé de vérifier vos dire avec un petit commentaire poli sur lci.tf1.fr et ça n’a pas passé.


                                  • Cigogne67 17 mai 2012 18:22

                                    je me demande qui de PULVAR ou de Montebourg est aux ordres... le journal de Madame la 1é de France, paris-match, propriété de Bolloré nous révèlera sans doute la chose


                                    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 17 mai 2012 19:07

                                      Ah les médiamenteurs...

                                      • CARAMELOS CARAMELOS 19 mai 2012 21:55

                                        Bonsoir
                                        Heureusement qu’il y a le Canard Enchainé, une presse encore très libre, écrite, qui n’est pas sur le net ! Coïncidence ? Pour les deux autres médias cités par l’auteur, j’attends encore. Pour le reste il s’agit d’un soupe abominable.
                                        J’apprécie le terme de « médiamenteurs » employé par Alexis_Barecq
                                         


                                        • Annie 19 mai 2012 22:27

                                          Juste pour vous contredire, la presse Murdoch a toujours soutenu les conservateurs, jusqu’à Blair (la différence entre les deux étant moins une question de politique ou de style, juste une question de terminologie, socialiste étant un repoussoir assuré. Peut-être le vent avait-il tourné ou peut-être la presse ou les médias suivent-ils l’opinion publique et ne les précèdent pas. Si l’on étudie l’évolution du Sun, il semblerait que ce soit la cas. Les médias influents ne sont à quelques exceptions près ni à droite ni à gauche, mais toujours du côté du vainqueur.


                                          • vachefolle vachefolle 20 mai 2012 10:55

                                            Le principe est simple : On lèche, on lache, on Lynche.
                                            Sarko etait arrivé à la troisième étape, d’où l’acharnement final.
                                            Les médias recommencent a la première étape avec Hollande : La leche.
                                            Le lachage arrivera aux premières difficultés réelles dans 1 an, 1 an 1/2
                                            et le Lynchage dans les deux dernieres années de son mandat.
                                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès