Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Médias / Politique – La vague de l’actualité Japonaise a (...)

Médias / Politique – La vague de l’actualité Japonaise a vraiment tout emporté

Vendredi 11/03/11 à 7h, heure française, les rédactions du monde entier se sont réveillées. Le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon ont tout emporté. Tirés de leur lit, où ronronne l’actualité ordinaire, par la vague de catastrophes, les journalistes ont braqué instantanément leurs yeux et leurs oreilles, leurs caméras et leurs micros sur le pays du nucléaire terrifiant, sans plus aucune considération pour l’actualité de la veille.

Aux oubliettes le débat sur la laïcité, les sondages de Marine Le Pen, les atermoiements de la candidature DSK, le divorce cocasse des Karembeu ou les jérémiades de Michel Polnareff ! Et la liste des sujets passés à la trappe est aussi longue que l’inquiétude qui ronge l’humanité ces derniers jours. C’est connu, une actualité chasse l’autre. Mais cet emballement médiatique bouscule et déstabilise surtout le tempo de la communication.

Ce qui constitue aussi bien une aubaine pour certains qui désirent minorer ou taire une nouvelle que la guigne pour d’autres qui souhaitent mettre une information en valeur. Et inversement. En clair, c’est le moment rêvé et inattendu pour Carlos Ghosn et Renault de laver leur linge sale en famille mais pas la période propice au lancement d’un nouveau véhicule au salon de l’automobile de Genève qui a fermé ses portes dans l’indifférence générale le week-end dernier.

A qui profite la crise ?

L’apocalypse au Japon permet surtout d’éclipser de l’actualité des faits et des situations gênantes, et pour les politiques c’est la panacée. Un formidable remède aux polémiques stériles et aux déclarations stupides mais aussi hélas aux discours préoccupants. Et tandis que certains se font oublier et en profitent pour reprendre leur souffle en toute discrétion avant de nouveaux coups d’éclat, d’autres retrouvent des couleurs. Par exemple, la députée UMP Chantal Brunel, doit être soulagée de ne plus être sous les feux des projecteurs après avoir suggéré de « remettre dans les bateaux » les immigrés « qui viendraient de la Méditerranée ». Tout comme Dominique Strauss-Kahn, pas mécontent à mon avis qu’il y ait désormais plus grave que la vexation des Grecs qui se sont sentis insultés par les déclarations du président du FMI sur la faillite de leur état. A l’inverse la couleur verte revient en force et à la mode. Le malheur des pro-nucléaires fait le bonheur des écologistes qui commençaient à dépérir dans un climat de guerre froide entre les 2 clans, les Verts et Europe Ecologie, depuis leur fusion en vue de la présidentielle de 2012.

Certains gouvernants et élus de tout bord se noient donc avec délectation dans la vague de l’actualité Japonaise, tandis que d’autres s’en emparent et la surfent pour soigner leur communication dans les studios des radios et sur les plateaux de télévision avec l’assentiment de leurs hôtes, les journalistes. Jusqu’à la prochaine vague…

« Un bateau n’est pas plus grand ou plus petit, selon qu’il se trouve au creux ou au sommet de la vague. » – Proverbe Breton


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • easy easy 17 mars 2011 09:39

    Tout être vivant est stratège et l’Homme en est le paradigme. Quelle que soit la situation à laquelle il est confronté l’Homme cherche le meilleur moyen de s’en tirer voire d’en profiter. C’est la libido vitalis qui oblige à cette performance.


    • Kalevala 17 mars 2011 12:11

      Merci pour votre article. Malheureusement c’est une constance de l’information de vivre de l’émotionnel. Les Mendias vont nous poussez jusqu’à la nausée d’information sur évènements, au point que cette surinformation va s’arrêter brutalement, car il sera couvert par un autre sujet plus juteux médiatiquement. Il suffit d’attendre que la veine émotionnelle s’épuise pour se rendre compte comment la nuit médiatique va se couché sur le drame que vivent les Japonais. Dans ce trainement, ce que l’on appel les décideurs et leurs valets ( les médias) profitent de l’aubaine pour agir en toutes discrétions, à l’abri des attentions du publics tétaniser par la charge émotionnelle de l’événement.
      Ce détournent que vous dénoncez du traitement des événements par les médias en réalité, je peu constater à mon corps défendant sur l’instant je tombe dans le panneau. Il y une telle force qui se dégage de l’unisson des médias presse écrite, radio, télévision à traiter tous du même sujet, que j’ai constater que garder la lucidité face à se déluge d’information entame mon discernement, m’endort sur ce qui se passe devant ma porte, dans la commue, dans la région, dans le pays, dans le monde. Je constate aussi que cela entraime une passivité de faite, l’attention que je consacre à cette information, me donne l’illusion d’’agir. Car en réalité, je vie la confusion de l’émotionnelle qui se contente d’être à l’unisson de la souffrance du drame, masque en réalité l’impuissance et le désarroi devant l’évènement en l’occurrence devant l’énormité des élèvements du Japon. Crées en réalité une passivité dont les décideurs et leurs valets tirent le plus grands profits pour agir. Cela leur permet d’imposé sans coup férir les mesures qui vont les renforces dans leurs dictats, sans il y ai une réaction de masse de désapprobation, et de fait se qui est illicite est accepter comme salvateur.
       En clair le renversement des valeurs.

       
        .  


      • MySatellite MySatellite 17 mars 2011 20:36

        Je trouve que plus grave que d’occulter l’actualité de notre pays, les médias, en se focalisant sur la crise japonaise qui mérite bien sûr notre attention et notre compassion, nous détournent des questions fondamentales quant à une éventuelle intervention en Libye. Ce sujet d’actualité brulant et sensible semble bien mal envisagé par nos politiques qui y préfèrent le silence et l’inactivité. Cette crise ne pourra se résoudre que dans le sang ou l’asservissement, si l’UE, les USA ou l’ONU ne prennent pas des mesures. Et celles-ci sont deux issues inacceptables !


        • yvesduc 19 mars 2011 09:14

          Ah bon ? Parce que la question du nucléaire civil n’est pas une « situation gênante » ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès