Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Mélenchon, les médias et nous (suite)

Mélenchon, les médias et nous (suite)

Il y a un an, l’auteur de cet article s’était déjà attaché à expliciter le travail de sape des « experts » contre Jean-Luc Mélenchon et le front de gauche. Trois axes étaient alors privilégiés : une tentative d’amalgame avec Marine le Pen au moyen de la notion générique, lapidaire, et en réalité dénuée de sens de « populisme », un procès en irréalisme, véritable antienne de l’idéologie néolibérale, qui s’évertue à faire passer toute alternative pour utopiste, ou bien encore une extrême individualisation du front de gauche autour de la personne de Jean-Luc Mélenchon, dès lors repeint en « rock star ».

Un an après, évidemment, rien n’a changé. Au contraire, la propagande à l’encontre du leader du front de gauche s’est encore amplifiée, et cela pour deux raisons majeures.

Premièrement parce que la tournure des événements depuis la présidentielle confirme les thèses du front de gauche. En effet, sur le plan économique, même si les politiques d’austérité, décriées depuis le début par le front de gauche, continuent pour l’instant d’être appliquées, elles n’ont jamais été théoriquement aussi contestées. De nombreux économistes, même orthodoxes, se sont en effet ralliés à l’idée que l’austérité généralisée en Europe ne pouvait qu’engendrer une contraction significative de l’activité, synonyme de récession, y compris en Allemagne (du moins au 4ème trimestre 2012 avec une baisse de 0,5 % du PIB). Les révélations d’une sous-évaluation par le FMI de l’impact récessif de la politique de rigueur d’une part, et d’une erreur dans les calculs de deux économistes dont le travail avait contribué à justifier celle-ci d’autre part expliquent en effet la palinodie de certains économistes. De même, la crise chypriote a témoigné une nouvelle fois de la dérive autoritaire de l’Union Européenne. Enfin, l’affaire Cahuzac et la crise qui a suivi renforcent l’exigence d’un renouvellement des institutions et légitiment le projet de 6ème République du front de gauche. 

Deuxièmement parce que le PS, mesurant l’impopularité de sa politique, voit dans le front de gauche un danger potentiel majeur pour les échéances électorales à venir. Dès lors, tous les coups sont permis, y compris les odieuses accusations d’antisémitisme à l’égard de Jean-Luc-Mélenchon sur la base d’une dépêche AFP tronquée, ou bien encore les procédés peu reluisants du journal Libération (caricatures, amalgames, jeu de mot du plus mauvais goût ou encore une interview falsifiée).

Intéressons-nous maintenant à l’émission « Des Paroles et des Actes », où Jean Luc Mélenchon fut récemment invité, car elle fut en de nombreux points très intéressante et révélatrice.

  1. Du coté des journalistes et des contradicteurs.

Quasiment toutes les tentatives de déstabilisation habituelles ont été utilisées. Nathalie Saint-Cricq a démarré en trombe en essayant de montrer que Mélenchon était, dans l’ordre, grossier, populiste (le fameux « coup de balai »), faussement indigné (le off dans les coulisses de France inter), et « en plein dans le système » (dixit David Pujadas, à propos de sa présence aux récompenses du magazine GQ). Ensuite, Jacques Attali, premier contradicteur, après avoir qualifié Mélenchon de républicain et de démocrate au début de son intervention, et malgré certains points d’accord (par exemple le fait que jamais la dette ne pourra être remboursée), dans une chute pour le moins grotesque, n’a pu s’empêcher de faire allusion à la Corée du Nord.

Enfin, Jeff Wittenberg a malicieusement profité de la visite de François Hollande en Chine pour dévier sur la question des droits de l’Homme, puis sur la problématique tibétaine qui est un angle d’attaque classique contre Jean-Luc Mélenchon. 

  1. Du coté de Mélenchon.

Ce que Mélenchon essaye de faire lors de toute cette émission est très intéressant. Cela aurait sans doute passionné un sociologue comme Bourdieu, qui ne portait pas non plus le système médiatique dans son cœur. Il essaye en effet de mettre à nu la stratégie des médias, de la dévoiler, de la rendre flagrante. Mais au lieu de se contenter de la décrier dans un livre ou dans un écrit, il la combat en direct, dans l’arène même ! Pour cela, il use de différents stratagèmes : il n’hésite pas à démasquer ses interlocuteurs (David Pujadas comme étant membre du Siècle), à mettre en abime son rapport avec les médias dans l’émission, à utiliser l’humour et même l’auto-dérision pour ridiculiser les tentatives de déstabilisation, à répondre sans aucune gêne à une vidéo qui avait justement pour but de le confondre, ou bien encore à ne pas répondre volontairement à des questions dont il a parfaitement compris l’objectif pour déjouer un piège. Pour ce dernier point, le passage sur le Mali avec Jeff Wittenberg est parlant. Ce dernier veut faire dire à Mélenchon qu’il s’est fourvoyé sur le Mali, les opérations militaires s’étant déroulées convenablement, alors qu’en réalité les critiques de Mélenchon portent sur la légitimité de l’intervention, et non sur son exécution technique, et sont toujours d’actualité. Mélenchon met donc en scène sa rivalité avec les médias pour mieux dénoncer leurs procédés. Et l’exprime ainsi sur son blog : «  Je construis en clivant. L’opinion des indifférents ne m’importe pas. M’importe ceux qui apprennent d’une émission à l’autre. Ils apprennent non seulement nos raisonnements mais à déconstruire la technique du système médiatique. Je ne m’en suis jamais caché, si le message c’est le médium selon la formule de Mac Luan, détruire le médium, c’est-à-dire sa crédibilité, fait partie du message et de sa pédagogie. »

  1. Du coté des spectateurs.

Si le spectateur ne comprend pas le caractère foncièrement théâtral et surfait du déroulement de cette émission, s’il ne voit pas dès la première seconde que Pujadas ne dirige pas un débat, mais orchestre une tentative de lynchage médiatique (« il tonne, il éructe… », tels sont en effet les premiers mots de David Pujadas), alors c’est la stratégie des médias qui prend le dessus. Le spectateur aura dès lors sous ses yeux un individu dangereux et agressif (effet amplifié par l’abus de gros plan), bref, le Jean-Luc Mélenchon des caricatures.

Si en revanche la stratégie de Mélenchon réussit, alors le spectateur prend conscience du guet-apens que constitue cette émission, et de la perfidie du système médiatique. Mélenchon n’a pas été invité pour développer ses idées. Il a été invité pour être caricaturé, pour faire de l’audience, et comme le fait remarquer l’intéressé au cours même de l’émission, pour que « ça saigne ». Jean-Luc Mélenchon encaisse mais n’abdique pas ; il réplique et se bat. C’est cette image d’un homme aux prises avec l’hydre médiatique que Mélenchon veut à juste titre mettre en exergue, au-delà des autres idées qu’il a pu réussir à développer. 

Intéressons-nous enfin à cette fameuse expression de « coup de balai sur le système » qui semble effrayer au plus haut point les « belles personnes ». Comment expliquer une telle levée de bouclier devant cette expression qui a déjà été maintes fois employée et qui n’est vraiment pas des plus choquantes. Il s’agit seulement de discréditer un adversaire politique en s’abritant derrière des bienséances, et derrière un certain puritanisme lexical, et d’établir les limites du politiquement correct. Le langage parfois fleuri de Mélenchon ne plaît pas, car il est hautement subversif. Jean-Luc Mélenchon a un vocabulaire riche, une syntaxe soignée, mais il a l’outrecuidance d’utiliser au milieu d’une phrase complexe un terme qui ne rentre pas dans les codes. Car les belles personnes, si grossières puissent elles être dans la sphère privée (pensons à Cahuzac dans la bande sonore diffusée par Médiapart), ne doivent pas jurer ou utiliser certaines expressions en public. Le langage châtié (en apparence) des belles personnes est un instrument de classe qui permet de se donner une légitimité, et de justifier leur domination. En reprochant à Mélenchon d’utiliser des expressions jugées politiquement incorrectes, ces « belles personnes » pratiquent donc la lutte des classes, consciemment ou inconsciemment.


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 29 avril 2013 10:40

    avoir un maitre c’est comme croire en dieu


    • Tall 29 avril 2013 10:49

      Oui mais chaque français ne peut pas être président de la France. Il faut en choisir un.


    • Ariane Walter Ariane Walter 29 avril 2013 11:05

      Mélenchon n’est le maître de personne.

      Il est le porte-parole du FDG.

      Et un homme généreux et de talent ce qui ne gâche rien, surtout à côté des autres.


    • latortue latortue 29 avril 2013 11:45

      on m’a toujours dit que pour vendre un mauvais produit il fallait beaucoup de pub en ce moment la pub fleurit pour ’Mosieur’’ Mélenchon sur Agora serait il mauvais ??????????
      en tout cas ça commence a lasser et je ne suis pas le seul a le dire le trop c’est comme le pas assez .


    • foufouille foufouille 29 avril 2013 12:38

      « Mélenchon n’est le maître de personne. »

      mais si
      le « chien » choisit son maitre
      comme le miltant
      cela se voit encore plus a l’UMPS


    • Traroth Traroth 29 avril 2013 14:57

      « pour vendre un mauvais produit il fallait beaucoup de pub » : Par rapport au PS, à l’UMP ou au FN, Mélenchon est absent des médias.


    • frugeky 29 avril 2013 16:17

      Par rapport au FN, à l’UMP, au PS, ce n’est pas Mélenchon qui est sous-représenté, c’est le FdG ! Certes il a du talent, mais un Delapierre, qui est l’auteur du « salopard » en direction de Moscovici, semble ne pas manquer de talent non-plus.


    • Traroth Traroth 30 avril 2013 12:51

      Et le libéralisme, on lui impute combien de morts ? Les victimes de guerre, les affamés, les chassés de leur terre ?


    • alinea Alinea 29 avril 2013 10:50

      C’est très juste ce que vous écrivez, mais pensez-vous qu’ils soient nombreux ceux qui font de même ?
      Il n’y a pas trente-six solutions, soit il accepte ce jeu au risque de coller à l’image qu’on veut donner de lui, soit il n’accepte que des interviews intimistes sur des chaînes sans audience !
      Moi je crois qu’il se régale ! Le pire est bien qu’on fasse de lui un homme qui « clive la France » ! ; l’écoute étant devenue ce qu’elle est ( c’est-à-dire inattentive), beaucoup je pense, n’entendent pas les choses importantes, sensées ( de bon sens aussi) qui semblent étouffées par le reste ! C’est bien dommage... il n’est qu’à lire ici même, sur d’autres articles, ce que les gens retiennent ( il est raciste anti-blonds, il veut faire venir tout le Maghreb en France et les reste !)


      • Ariane Walter Ariane Walter 29 avril 2013 11:04

        Bon article. Merci.

        En ce qui concerne la situation actuelle, je peux la comparer à ceci.

        La maison brûle, les pompiers disent de rester dedans, que l’incendie va s’arrêter et seul un voisin, dont on se méfie, vient à la fenêtre avec une échelle.

        On va voir jusqu’à quand les gens s’étouffent...


        • Gabriel Gabriel 29 avril 2013 11:34

          A tempérer ses ardeurs, il en deviendrait plus audible. Ses propositions sont dans l’ensemble bonnes (Quoi que quelques unes me choque (exemple : sa prise de position vis-à-vis du Tibet…)) mais la France n’est pas un pays qu’on conquière à la hussarde. Etre posé et s’exprimer avec sérénité et mesure permet de mieux faire passer ses idées sans pour autant les renier. 


          • doslu doslu 29 avril 2013 11:46

            Renseigne toi sur le fonctionnement de la théocratie Tibétaine et tu changera d’avis


          • Gollum Gollum 29 avril 2013 11:56

            (exemple : sa prise de position vis-à-vis du Tibet…))


            Cela vient simplement de sa part de sa haine envers tout ce qui est religieux.. C’est un digne Fils des Lumières, un vrai fils de Marx, raison pour laquelle il n’aura jamais mon soutien...

          • doslu doslu 29 avril 2013 12:01

            @gollum
            retourne dans ta chapelle et fait pas chier


          • Fergus Fergus 29 avril 2013 12:54

            Bonjour, Gabriel.

            Je soutiens sans la moindre réserve votre commentaire. Il rejoint ce que je ne cesse de dire depuis des mois.


          • Gabriel Gabriel 29 avril 2013 15:55
             Monsieur doslu,

            Concernant le Tibet, pays dont je suis l’histoire et m’intéresse depuis maintenant une vingtaine d’années, je vous passe mon implication dans l’association A.E.T, je ne pense pas que vos renseignements me soient d’une très grande utilité. La théocratie Tibétaine, bien qu’imparfaite et je le conçois, a fait moins de victime que la révolution Chinoise ou le capitaliste débridé qu’actuellement nous subissons. Alors les leçons lorsque l’on veut en donner, il faut être propre sur soi. Pour finir, je vous encourage (Remarquez le non emploi du tutoiement contrairement à vous) a aller sur le terrain et à dialoguer avec les autochtones avant de vous faire des idées bien arrêtées et vous verrez peut-être que la vérité n’est pas aussi vindicative et tranchées que vous semblez le penser. 


          • amipb amipb 30 avril 2013 10:05

            Vous faites partie de l’Aide à l’Enfance Tibétaine, Gabriel ? Avez-vous un(e) filleul(e) ?

            Laissez donc les nostalgiques d’une idéologie bien moribonde parler sans savoir, ils préfèrent sacrifier les peuples pour garder leur idéologie bien vivante.

            On appelle cela une idéologie totalitaire, de celles qui n’ont plus pour but le bien de l’humanité mais leur propre existence.


          • Inquiet 29 avril 2013 11:52

            Néron composait des chants lumineux et des poèmes homériques ...... quand il mettait le feu à Rome.


            Que du beau, du poétique, du lyrisme dans ses mots, mais que de drames inhumains en réalité.

            Néron était l’anti-parlé cru et dru de Mélenchon. Sympathique ce type n’est-il pas ?

            J’aurais pu parler à la place Néron, des guerres humanitaires de l’occident, ou des licenciements massifs qui conduisent à la rue des millions de personnes en Europe.

            Tout ça en précisant à chaque fois la maîtrise oratoire dépassionnée, quasi monotone et décomplexée de ceux qui « communiquent ».

            C’est marrant de vouloir instrumentaliser la peur envers ceux qui sont passionnés par leur discours à un point où ils sont parfois amenés à parler cru et dru, alors que n’importe quel « psy » un tant soit peu au fait de la sociopathie ou du manque d’empathie nous fera relever que le pire des individus est celui qui commet des actes odieux ou prend des décisions désastreuses envers autrui ....... avec le plus grand calme.
            Que je sache Hannibal Lecter est la personnification même de la maîtrise de sois n’est-ce pas ? :->

            • alinea Alinea 29 avril 2013 12:44

              Néron n’a jamais mis le feu à Rome !


            • amipb amipb 30 avril 2013 10:09

              @Inquiet : la philosophie d’Hannibal Lecter n’est pas la compassion et le don de soi, que je sache.

              Regardez donc les tibétains, ces horribles revenants d’un régime féodal : leur religion, leur RAISON D’ÊTRE, est de ne faire de mal à personne, alors à qui s’en prennent-ils pour montrer leur désarroi ? A eux-mêmes !

              On aurait aimé que les communistes aient le même genre de respect de la vie. Idem pour les nazis, d’ailleurs, ou les fous capitalistes qui nous gouvernent.


            • COVADONGA722 COVADONGA722 29 avril 2013 11:56

              yep



               Dieu voulait créer l’univers en 10 jours. Mélanchon lui en a donné 6.


              Asinus : ne varietur





              • walden walden 5 mai 2013 13:10

                Mélenchon s’écrit avec un e, je sais que c’est difficile à assimiler mais c’est comme ça.


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 avril 2013 11:57

                Voter Edgar Faure est le seul choix possible .


                Mort depuis longtemps il ne peut commettre aucune erreur .

                • leypanou 29 avril 2013 11:58

                  Le plus important est de convaincre une majorité de Français tout en ne reniant pas ses idées, peu importe la manière dont c’est fait.

                  J’ai trouvé JL Mélenchon moyen lors de cette émission lors du passage avec N Saint-Cricq. Pour le reste, il ne faut pas s’attendre à autre chose de la part des médiacrates, car les personnalités politiques qui ne leur « plaisent » pas sont traités pareils et je pense qu’il s’en est très bien sorti.

                  Heureusement d’ailleurs qu’il y a des gens comme JL Mélenchon sinon on n’entendrait que les mêmes platitudes et autres contre-vérités comme quoi il faut plus de flexibilité, rembourser la dette, réduire les dépenses publiques, etc, etc.


                  • PrNIC PrNIC 29 avril 2013 12:14

                    Citation -Heureusement d’ailleurs qu’il y a des gens comme JL Mélenchon....

                    A se demander pourquoi , il est si seul à déconstruire les coups de dents des chiens de garde ?

                    Ne peut on pas imaginer que chaque spectateur dégouté par ces clebards , se charge aussi de leur remonter les bretelles .... ?

                    modeste proposition ...(peut être à réorienter )
                    http://chevaliersduguet.free.fr/


                  • subliminette subliminette 29 avril 2013 12:15

                    Mélenchon est coupable du crime le plus abject qui soit aux yeux des « belles personnes » : il n’aime pas les journalistes !!!!

                    Pensez-donc ma brave dame, il n’aime pas ces garants absolus de la démocratie, de la vérité, de la transparence.

                    Cet homme est donc bien un dictateur nord-coréen, un suppôt de l’enfer, de l’obcurantisme, pire, en ces temps troublé : peut-être un menteur ! Il refuse même de se laisser manipuler. C’est pas une preuve, ça ? Si jamais il parvenait au pouvoir, adieu les petits avantages accordés aux journaleux contre un pacte de non agression. Il faut tout faire pour l’abattre avant.
                    Ils n’ont quand même pas léché les bottes et les postérieurs de l’UMPS depuis des lustres pour rien !


                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 29 avril 2013 12:24

                      Pour le « coup de balai », seules les ordures s’en offusquent !
                      Quand je pense qu’ils ont glorifié le nettoyage au nettoyeur haute pression !


                      • babeuf babeuf 29 avril 2013 12:31

                        mais le parler de mélanchon cru est dru qui sert t il ? l austérité, est le terreau 
                        plus ils nous ferrons les poches, plus le commun des mortel jurera ce genre
                        de propos , plus la bonne société s en offusquera , plus le message accrochera


                        • paul 29 avril 2013 12:42

                          L’émission « Des paroles et des actes », un traquenard organisé pour piéger certains Politiques , comme pour la présidentielle 2012 où ce petit tribunal médiatique a jugé que seules deux candidatures étaient recevables, avec dans le rôle de procureur général, le déjanté Giesbert .
                          Le format empesé de l’émission théâtralise ce barnum médiatique qui est en fait le reflet d’une domination de classe : une caste médiatique au service des pouvoirs économiques et politiques.
                           Le passage de JLM dans cette émission, qu’on l’apprécie ou non, est révélateur des procédés malhonnêtes employés : un tir de DCA avec les munitions utilisées par les médias dominants pour diaboliser la gauche dite radicale. Inutile d’en faire la liste, mais on note le passage attendu sur Bepe Grillo, et par contre l’absence des épouvantails Chavez-Castro . Ça manquait !
                          Nathalie St Cricq de la Praline, est chef du service politique de la chaine publique : à ce titre, elle se réserve particulièrement les questions sournoises et superficielles . Cette prude journaliste qui s’offusque d’horribles mots comme « salopards », emploie des méthodes de voyou, comme elle avait qualifié Peillon (14-01-10), en utilisant une séquence volée et putassière du Petit Journal de C+ . Bref, la routine ..

                          Quant à Attali qui balance sa petite crapulerie en quittant le débat, il illustre bien :
                          « in cauda venenum », ou « le coup de pied de l’âne » .

                           


                          • Inquiet 29 avril 2013 13:34

                            C’est marrant, avant que Mélenchon parle de Chavez, et malgré le fait que je restais prudent envers l’information « officielle », j’étais persuadés que Chavez était bel et bien un dictateur (on ne fait pas de fumée sans feu ?).


                            D’avoir une personne affichant tant de conviction et maintenant son cap, quoi qu’on lui oppose comme contradiction, m’a incité à vérifier l’information comme quoi Chavez était un dictateur. Bien m’en a fait car je fus stupéfait de la propagande anti-Chavez qui avait était faite.

                            Rien que pour cela, que pour cette honnêteté intellectuelle d’absorber les coups les plus dur malgré une propagande difficile à son encontre, je vous tire mon chapeau Monsieur Mélenchon.


                          • escoe 29 avril 2013 18:58

                            avec dans le rôle de procureur général, le déjanté Giesbert


                            Giesbert n’est pas déjanté. C’est un agent de l’étranger violemment ennemi du peuple français. J’en ai eu la preuve en assistant il y a longtemps et malgré eux à une réunion de la direction du Nouvel Obs. Il ne serait pas inutile d’embarquer toute cette racaille dans un container pour un voyage sans retour vers une petite entité agressive de Mediterranée orientale (non, il ne s’agit ni de Chypre ni du Liban).

                          • Le printemps arrive Le printemps arrive 29 avril 2013 19:28

                            Dans le style traquenard, avez-vous remarqué la séquence « l’interview de 3 députés de gauche qui critiquent Mélenchon » ?
                            Séquences coupées à la hache, questions inexistantes, ainsi ces députés ont dû répondre à une toute autre question et le montage à fait le reste, Goebbels doit être fier de ses héritiers (je parle des monteurs et de ceux qui ont osé être aussi médiocres).

                            Je ne sais pas si, sur le coup, JLM s’en est aperçu, il n’a cependant pas relevé est c’était mieux ainsi.


                          • 6ber 6ber 29 avril 2013 12:48

                            Nous sommes à l’aube de changements sociaux irréversibles.
                            Cette dette inique ne sera jamais remboursée, il n’y aura plus de travail, au sens classique du terme, le pouvoir d’achat et la consommation des ménages (50% du PIB) chutent de jour en jour, le nombre des laissés pour compte augmente quotidiennement (15 M au bas mot , 1000 chômeurs de plus journellement depuis plus d’un an) délocalisations, fermetures d’usines, précarité, mouvements sociaux pseudo-populaires sans grand intérêt sur le fond mais qui dénotent un certain affolement, politiciens pourris et révélés, système économique proche de l’asphyxie, etc, etc...
                            Cette liste n’est pas exhaustive, hélas.
                            Viens vite Jean Luc et balaie nous toute cette merde, on en a marre de ces mecs.


                            • tf1Goupie 29 avril 2013 14:45

                              Les mêmes arguments ont été utilisés pour dénoncer la « diabolisation » du FN.

                              Décidément Mélenchon et LePen : même combat.

                              Sauf que Mélenchon passe beaucoup plus à la télé (une certaine complicité avec les merdias ?).


                              • Trashon Trashon 29 avril 2013 21:04

                                Temps de parole pour les présidentielle 2012 :

                                le pen : 153H22
                                Mélenchon : 100H43

                                Aller coucouche à la niche


                              • Onecinikiou 30 avril 2013 04:11

                                Vous voulez dire qu’avec 53% de temps d’antennes en plus (dans quelles conditions...) par rapport à Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen a réalisé un score électoral 62% supérieur au sien ? 


                                Merci de démontrer que l’efficacité électorale est de côté du Front national !



                              • Inquiet 30 avril 2013 08:51

                                Onecinikiou :


                                A votre tour vous démontrez bien que lorsqu’il y a un temps de parole supplémentaire il y a des votes supplémentaires. Vous ne pouvez le niez, vous venez de la faire en défendant votre championne.

                                On a donc raison de pointer la différence de traitement médiatique, CQFD smiley


                              • Onecinikiou 30 avril 2013 19:20

                                « vous démontrez bien que lorsqu’il y a un temps de parole supplémentaire il y a des votes supplémentaires »



                                Votre assertion est doublement erronée.

                                Si vous regardiez seulement le lien posté par votre coreligionnaires, vous y verriez que 

                                1/ Hormis Le Pen, Mélenchon et Dupont-Aignan, TOUS les candidats sans exceptions réalisent un score électoral proportionnellement inférieur à leur pourcentage de temps d’antenne.

                                2/ Aussi pour cette raison, Mélenchon par exemple qui a eu moins de temps d’antennes, réalise un score pourtant supérieur à Bayrou.

                                Donc il est démontré qu’il n’y a pas nécessairement corrélation. 

                                Maintenant chacun comprend bien que, par exemple, entre une Marine Le Pen qui disposa de 12% du temps d’antennes et réalisa un score 50% plus élevé (18%), et un Sarközy qui disposa de 30,5% du temps d’antenne et réalisa un score 12% inférieur (27,2%), si celle-ci avait disposé d’un temps d’antenne sensiblement équivalent, son « potentiel » électoral étant d’emblée bien supérieur, il y a aurait eu risque certain qu’elle évinça ce dernier. 

                                Remarquons enfin que comparativement à leur temps d’antenne respectif, Marine Le Pen creuse électoralement la différence en proportion avec Mélenchon (50 et 40% d’augmentation respective).

                                CQFD.



                              • Le Grunge Le Grunge 29 avril 2013 17:39

                                je suis de ceux qui pensent que le camarade, aux vues de ses fréquentations, est un agent double mais je dois reconnaitre qu’il s’est bien défendu face à playmobil et crane d’œuf...


                                • Jean-Louis CHARPAL 29 avril 2013 18:22

                                  Article fort pertinent !

                                  Le régime que nous subissons n’a plus rien à voir avec une démocratie.

                                  La dictature médiatique et la dictature des marchés ont fait leur jonction.

                                  Blottie dans la coquille vide de la démocratie, prospère bien à l’abri, un système totalitaire mortifère.

                                  Tous dans la rue le 5 mai pour une nouvelle République ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Korg


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès