Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Médias > Mort de Ben Laden : Tous conspirationnistes ? Non, tous citoyens (...)

Mort de Ben Laden : Tous conspirationnistes ? Non, tous citoyens !

Oussama Ben Laden était le fondateur d'Al Qaïda, une organisation terroriste à laquelle fut attribuée la réalisation des attentats du 11 septembre 2001. Depuis 2002, la Qaïda n'était plus opérationnelle, selon Alain Chouet, chef du service de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002, et Ben Laden avait disparu. Durant près d'une décennie, des apparitions vidéo et audio suggérèrent, sans absolument convaincre, qu'il était encore vivant. Pendant ce temps, les Etats-Unis menèrent leur "guerre contre le terrorisme" en délaissant la traque de Ben Laden. Soutenu dans les années 1980 par les Américains dans son combat contre les Soviétiques en Afghanistan, Ben Laden continua jusqu'en 2001 à être utilisé - indirectement - par les Etats-Unis pour des opérations de déstabilisation en Asie centrale. Suite au 11-Septembre, les Américains - en quête d'un nouvel ennemi depuis la fin de la Guerre froide - gonflèrent la menace d'Al Qaïda, selon Richard Labévière, afin de justifier le plus grand redéploiement militaire depuis la Seconde Guerre mondiale dans des zones stratégiques du Moyen-Orient.

Le 2 mai 2011, Barack Obama annonce la mort d'Oussama Ben Laden à Abbottabad au Pakistan, lors d'un raid, la veille, des Neavy Seals. On ne tarde pas à nous apprendre que "l'ennemi public numéro un", pourtant inactif depuis une décennie, préparait des attentats aux Etats-Unis pour le dixième anniversaire du 11-Septembre. L'extrême confusion de la communication américaine sur le déroulement de l'assaut contre Ben Laden, comme l'annonce de l'immersion rapide de son corps dans la mer, prolongée par celle qu'aucune photo du cadavre ne serait diffusée, ont nourri un fort sentiment de défiance dans l'opinion publique, qui a pu s'exprimer massivement sur Internet. La plupart de nos médias ont immédiatement diagnostiqué une épidémie de conspirationnite aiguë. Tout occupés à jouer les médecins de l'âme, ils en ont parfois oublié de jouer les journalistes, omettant même de poser sur Ben Laden une question essentielle...

La chasse aux "complotistes" est donc lancée dans les médias, comme le remarquait très pertinemment Hicham Hamza dès le 3 mai : quiconque ose publiquement se poser des questions sur l'assassinat annoncé d'Oussama Ben Laden par les forces spéciales américaines est désormais qualifié de "théoricien du complot". Véronique Sanson en a fait les frais, en affichant ses doutes sur le plateau du Grand Journal, l'un des centres les plus réputés de l'Inquisition médiatique. Tariq Ramadan a également eu le mauvais goût de se questionner sur i>Télé devant Jean-Charles Brisard. Ce sont là des choses qui ne se font pas. La sanction fut immédiate...

Mais, à leur suite, ce sont tous les internautes qui ont osé émettre le moindre soupçon qui ont subi le même sort (ils commencent à en avoir l'habitude, remarquez...). Les médias, comme un seul homme, y sont allés de leur ironie habituelle et méprisante. Si quelques analyses remontent parfois le niveau (le journaliste Bruno Fay, auteur de Complocratie, est régulièrement convoqué), on en reste le plus souvent au stade de la moquerie, dans des articles qui semblent avoir tous été fabriqués dans le même moule, le même prêt-à-penser. Petit florilège :

- Le Monde : La mort d'Oussama Ben Laden relance les thèses conspirationnistes

- Le Figaro : Ben Laden : Obama face à la théorie du complot

- Le Nouvel Observateur : Mort de Ben Laden : "les théories du complot vont exploser"

- TF1 : Ben Laden n'est pas mort : les théories du complot abondent

- Slate : Le jour où Ben Laden n'est pas mort

- Le Post  : Mort de Ben Laden : complotistes de tous les pays, unissez-vous !

- France 24 : Ben Laden, Roswell et Elvis

- Libération : Ben Laden rejoint Roswell et Elvis

- Libération : "L'image ne peut pas arrêter le doute"

- L'Express : "On nous ment" sur la mort de Ben Laden

- Marianne 2 : Plus complotiste que moi, tu meurs !

- Affaires stratégiques : Mort de Ben Laden : « Tous les ingrédients sont réunis pour que les citoyens doutent de la version officielle. »

Le paradoxe, dans ces tentatives d'analyses du soi-disant phénomène "conspirationniste", c'est que, si tous nos médias le raillent et le condamnent, ils le justifient aussi bien souvent, en invoquant plusieurs facteurs : 1° de vrais complots ont bel et bien existé ; 2° les politiques mentent (trop) souvent ; et 3° la circulation de plus en plus rapide des informations (notamment avec Internet) empêche les médias de toutes les vérifier et de les creuser. Autant de facteurs qui créent un doute légitime chez les citoyens.

Ainsi, Régis Soubrouillard, dans Marianne 2, cite l’anthropologue Georges Marcus, selon lequel "plusieurs décennies de mauvaises habitudes gouvernementales et le climat paranoïaque rendent aujourd’hui « raisonnable » une lecture conspirationniste du monde". Selon Soubrouillard, "c’est toute la perversité du système. La théorie du complot trouve son assise sur l’existence de complots réels, fomentés dans le plus grand secret des opinions publiques. Dès lors, le complot devient la vérité rationnelle." Les gouvernements seraient donc en partie responsables du mal qu'ils dénoncent... mais aussi les médias, comme le dit bien Bruno Fay au Nouvel Obs :

"C'est toute cette société de désinformation et de mal information, d'où qu'elle vienne, des milieux privés, politiques, médiatiques, qui nourrit cette crise de confiance. C'est le problème de notre époque, dans laquelle l'information circule rapidement et où les médias n'ont plus le temps de vérifier et de creuser. Cela laisse la place à toutes les interprétations, d'autant plus que le temps de la justice ne correspond plus au temps de l'information. Impatients, les citoyens vont donc chercher la vérité ailleurs. On est tous un peu "conspirationniste" dans un sens. [...] Les seuls qui pourraient corriger le tir, outre les médias, ce sont les autorités politiques, économiques et spirituelles qui doivent éviter de prêter le flanc à des interprétations multiples en dissimulant des vérités, voire en manipulant les faits."

Tous conspirationnistes ? Non, tous citoyens !

Si les médias se moquent des "Sherlock Holmes du Web" (ou "Sherlock 2.0") que nous sommes, c'est peut-être pour ne pas se remettre eux-mêmes en question (ce qu'ils répugnent à faire), car, comme nous l'avons vu, l'une des causes majeures du doute, c'est la circulation rapide de quantité d'informations (souvent contradictoires) que les médias ne vérifient jamais. L'implication de l'ISI dans le 11-Septembre, affirmée de manière tout à fait catégorique par certains médias de renom dans le monde, dont France Inter, mais ignorée totalement par la grande majorité des autres, en est un exemple parfait - qui laisse les journalistes citoyens dans l'embarras, sans en faire des "conspirationnistes".

Car, contrairement à ce que Taverne proclamait dans un très bon article publié le 5 mai sur AgoraVox et à ce que certains pseudo journalistes voudraient lui faire croire, il n'est pas un "complotiste", seulement un citoyen qui daigne encore raisonner, refuse l'infantilisation devenue coutumière dans les médias, et même la psychiatrisation du débat avec cette utilisation de plus en plus systématique du néologisme "conspirationniste" (qui bien souvent conduit les gens au silence). Il le dit d'ailleurs lui-même très bien en conclusion de son article : "Je suis un citoyen pensant qui réclame simplement la transparence et la vérité. Je veux qu'on l'on s'adresse à mon intelligence et à ma bonne volonté. Pas à ma foi de crédule." Les journalistes-inqusiteurs demandent aux petits enfants que nous sommes à leurs yeux de croire, en effet, d'avoir la foi - foi dans les gouvernements, le messie Obama, et eux-mêmes bien sûr. Mais leurs injonctions n'y changeront rien : nous n'avons plus la foi, et n'avons pas vocation à la retrouver.

Internet change la donne, il aiguise l'esprit critique, plonge les médias traditionnels dans un grand bain d'acide, sous le regard de milliers de citoyens en éveil (plus ou moins capables, plus ou moins raisonnables), qui aspirent à prendre en commun le contrôle de l'information qui modèlera de manière décisive leur conscience. Sans sombrer dans le doute hyperbolique et fou, chaque journaliste citoyen reçoit désormais, comme il se doit, toute information avec méfiance et, par le travail collaboratif - dans lequel, tôt ou tard, les médias devront rentrer (sous peine d'être disqualifiés) - tente d'y voir plus clair. L'ère médiatique que nous quittons était celle de la croyance et de la simplicité (trompeuse), celle qui s'est ouverte avec le Web 2.0 est celle du raisonnement collectif et d'une incertitude certes accrue, mais consciente d'elle-même, et qui ouvre la voie, on peut l'espérer, à une démocratie adulte.

Nous renouons ici avec de grands idéaux de la période révolutionnaire. Ainsi, le Cercle social, un club autour duquel gravitent en 1790-1791 des figures comme Brissot, Condorcet ou Lanthenas, se propose d'être l'agent d'une "vigilance inquiète et journalière". Dans un de ses premiers manifestes, le Cercle social écrit : "Le pouvoir de surveillance et d'opinion (quatrième pouvoir censorial, dont on ne parle point) en ce qu'il appartient également à tous les individus, en ce que tous les individus peuvent l'exercer eux-mêmes, sans représentation, et sans danger pour le corps politique, constitue essentiellement la souveraineté nationale". Pierre Rosanvallon, dans La contre-démocratie, écrit à ce titre : "Veiller, être en état d'alerte, être sur ses gardes sont des attributs essentiels de la citoyenneté" (p. 39). Et le philosophe Alain, dans ses Propos sur les pouvoirs, ne proposait-il pas cet idéal d'un citoyen méfiant ? "Je voudrais que le citoyen restât inflexible de son côté, inflexible d'esprit, armé de défiance, et toujours se tenant dans le doute quant aux projets et aux raisons du chef" (Alain, Propos sur les pouvoirs, Paris, Gallimard, "Folio", 1985, p. 161). Alain eut-il été traité de "conspirationniste" aujourd'hui ?

Les médias, relais aveugles de la propagande

Nos médias sont incorrigibles, ils n'apprennent pas de leurs erreurs passées. Trompés régulièrement par les gouvernements, ils continuent sans moufter de relayer leur propagande... avant, au bout de quelques années, de faire parfois leur mea culpa. Chacun a en mémoire la campagne inouïe de propagande au sujet des armes de destruction massives irakiennes, dont quasi tous les médias se sont faits les complices, avant de reconnaître leur aveuglement.



On se souvient que Tony Blair avait accusé de "conspirationnisme" tous ceux qui prétendaient que la guerre en Irak avait le moindre rapport avec la volonté de tirer profit du pétrole de ce pays ; les médias se rangeaient majoritairement derrière le Premier ministre britannique... jusqu'à ce que, très récemment, ne sortent les preuves irréfutables qui conduisirent certains médias à réajuster leur discours. Ainsi, Slate se faisait-il, le 19 avril 2011, le relai des révélations du quotidien britannique The Independent :

"Une « guerre pour du pétrole », pour les deuxièmes plus grosses réserves d’or noir au monde : cette image à laquelle est associée l’invasion alliée en Irak en 2003 se révèle partiellement confirmée par le quotidien britannique The Independent, qui dévoile des documents gouvernementaux selon lesquels Londres a discuté les sujets énergétiques avec les majors du secteur avant l’opération. Des pièces obtenues grâce à une demande faite au nom du Freedom of Information Act par l'activiste Greg Muttitt. [...] The Independent rappelle que Shell avait décrit en 2003 des informations faisant état de discussions avec le gouvernement de « hautement erronées », que BP avait démenti tout « intérêt stratégique » en Irak et que Tony Blair avait estimé que la « théorie du complot pétrolier » était « la plus absurde qui soit ». Le quotidien évalue aujourd’hui à plus de 400 millions de livres sterling (450 millions d’euros) le profit annuel réalisé dans le champ pétrolier de Rumaila par BP et le chinois CNPC, qui y ont une entreprise commune."

L'histoire de ces manipulations, complaisamment relayées par les médias, serait trop longue à faire ici, et nous renvoyons à l'excellent article d'Ignacio Ramonet "Mensonges d'Etat", publié en juillet 2003 dans Le Monde diplomatique (j'en recommande fortement la lecture). S'y trouve évoquée l'officine secrète au sein du Pentagone, le Bureau des plans spéciaux (Office of Special Plans, OSP), qui joua un rôle déterminant dans la "gigantesque manipulation" précédant la guerre en Irak. Ramonet insiste bien sur la responsabilité écrasante des médias dans la réussite de cette opération. L'ancien directeur du Monde Diplo met bien en évidence que la manipulation de l'opinion publique fait partie intégrante de la politique américaine :

Depuis la victoire controversée de M. Bush à l’élection présidentielle de novembre 2000, la manipulation de l’opinion publique est devenue une préoccupation centrale de la nouvelle administration. Après les odieux attentats du 11 septembre 2001, cela s’est transformé en véritable obsession. M. Michael K. Deaver, ami de M. Rumsfeld et spécialiste de la psy-war, la « guerre psychologique », résume ainsi le nouvel objectif : « La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »

Dès le début de la guerre contre l’Afghanistan, en coordination avec le gouvernement britannique, des centres d’information sur la coalition furent donc créés à Islamabad, Londres et Washington. Authentiques officines de propagande, elles ont été imaginées par Karen Hugues, conseillère médias de M. Bush, et surtout par Alistair Campbell, le très puissant gourou de M. Blair pour tout ce qui concerne l’image politique. Un porte-parole de la Maison Blanche expliquait ainsi leur fonction : « Les chaînes en continu diffusent des informations 24 heures sur 24 ; eh bien, ces centres leur fourniront des informations 24 heures par jour, tous les jours... »

Le 20 février 2002, le New York Times dévoilait le plus pharamineux projet de manipulation des esprits. Pour conduire la « guerre de l’information », le Pentagone, obéissant à des consignes de M. Rumsfeld et du sous-secrétaire d’Etat à la défense, M. Douglas Feith, avait créé secrètement et placé sous la direction d’un général de l’armée de l’air, Simon Worden, un ténébreux Office de l’influence stratégique (OIS), avec pour mission de diffuser de fausses informations servant la cause des Etats-Unis. L’OIS était autorisé à pratiquer la désinformation, en particulier à l’égard des médias étrangers. Le quotidien new-yorkais précisait que l’OIS avait passé un contrat de 100 000 dollars par mois avec un cabinet de communication, Rendon Group, déjà employé en 1990 dans la préparation de la guerre du Golfe et qui avait mis au point la fausse déclaration de l’« infirmière » koweïtienne affirmant avoir vu les soldats irakiens piller la maternité de l’hôpital de Koweït et « arracher les nourrissons des couveuses et les tuer sans pitié en les jetant par terre  ». Ce témoignage avait été décisif pour convaincre les membres du Congrès de voter en faveur de la guerre...

Officiellement dissous après les révélations de la presse, l’OIS est certainement demeuré actif. 

A l'heure qu'il est, aucune information digne de ce nom, c'est-à-dire vérifiée, n'a pu être apportée qui prouverait que Ben Laden a bel et bien été tué le 1er mai 2011 par les Navy Seals. Et, à défaut d'information, on offre du spectacle, qui vient recouvrir l'absence d'information. Régis Soubrouillard déplore "cette tendance à produire de la communication (mort annoncée de la femme de Ben Laden, photo de Ben Laden, disparition du cadavre, superficie et valeur de sa maison, interview des voisins, etc. ), du spectacle avant d’avoir accès à de « véritables » informations, vérifiées, recoupées, validées. Qui seront elles aussi d’ailleurs toujours sujettes à caution. Faute d'informer on amuse la galerie". Et le journaliste de Marianne de citer Guy Debord dans La société du spectacle : « Le secret généralisé se tient derrière le spectacle, comme le complément décisif de ce qu’il montre. Le gouvernement du spectacle, qui à présent détient tous les moyens de falsifier l’ensemble de la production aussi bien que de la perception, est maître absolu des souvenirs ».

Pour rappel, voici ce que relatait Ron Suskind, ancien éditorialiste au Wall Street Journal et auteur de plusieurs enquêtes sur la communication de la Maison Blanche, d’une conversation qu'il avait eue en 2002 avec un responsable politique américain de haut niveau, probablement Karl Rove :

« Il m’a dit que les gens comme moi faisaient partie de ces types “appartenant à ce que nous appelons la communauté réalité” [the reality-based community] : “Vous croyez que les solutions émergent de votre judicieuse analyse de la réalité observable.” J’ai acquiescé et murmuré quelque chose sur les principes des Lumières et l’empirisme. Il me coupa : “Ce n’est plus de cette manière que le monde marche réellement. Nous sommes un empire maintenant, poursuivit-il, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire. (...) Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons”. »

Christian Salmon, auteur de Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, commente ces propos sidérants : "Ils affichent une nouvelle conception des rapports entre la politique et la réalité. Les dirigeants de la première puissance mondiale se détournent non seulement de la realpolitik, mais aussi du simple réalisme, pour devenir créateurs de leur propre réalité, maîtres des apparences, revendiquant ce qu’on pourrait appeler une realpolitik de la fiction."

La dernière réécriture de l'histoire sera la bonne...

Ne tirant pas les leçons du passé, et sans la moindre information authentifiée, les médias du monde entier se sont pourtant amusés ces derniers jours à produire des reconstitutions de l'assaut contre Ben Laden en images de synthèse, en bons petits soldats de la propagande qu'ils ont toujours été :

Comme différentes versions de l'assaut ont été données, on trouve logiquement différentes versions de ces petits films animés : certains montrent Oussama Ben Laden tirant sur les soldats américains avant de se faire refroidir, d'autres le montrent planqué derrière sa femme, qui se fait trucider à cause de lui... Les versions de la presse les plus actualisées, le décrivant désarmé, n'ont bizarrement pas donné lieu à des jeux vidéos... La toute dernière, émanant de sa fille de 12 ans, ventriloquée par un agent des services de sécurité pakistanais, fait même un peu désordre, puisqu'elle affirme que Ben Laden aurait été capturé vivant, fait prisonnier, avant d'être liquidé froidement. Pire : "Un responsable pakistanais a rejeté la version américaine décrivant un combat sanglant : « Pas une seule balle n'a été tirée de la résidence en direction des forces américaines. Leur hélicoptère a rencontré une panne technique, s'est écrasé et l'appareil a été laissé sur place ». [...] L'armée américaine a reconnu ne pas avoir trouvé d'armes dans la résidence". Cette dernière version (avant la prochaine) est surréaliste : elle indique que les soldats américains auraient commis un massacre, face à des hommes sans défense. Il est vrai que sur les seules photographies du carnage rendues publiques par Reuters, on n'aperçoit qu'un pistolet à eau orange et vert... 

Une telle cacophonie dans les versions de l'assaut est peu compréhensible si l'on se souvient que le président des Etats-Unis était censé le regarder en direct, et que les combattants au sol étaient censés filmer leurs actions avec des caméras fixées sur leurs casques ; mais cette version initiale est (on pouvait s'y attendre) en train de changer : le directeur de la CIA Leon Panetta a en effet révélé, le 6 mai, que les caméras qui filmaient toute la scène ont été coupées durant les 25 minutes du raid à l'intérieur de la maison de Ben Laden. C'est vraiment pas de bol...

Le Monde prend acte des variations déroutantes dans le discours des autorités américaines...

Lundi, version 1 : Ben Laden vivait dans une luxueuse villa évaluée à 1 million de dollars. Il aurait été tué lors d'un échange de tirs nourris, et il aurait utilisé une femme, la sienne, comme bouclier humain, qui aurait également été tuée. Mardi, version 2 : Ben Laden n'était pas armé, et n'a pas utilisé sa femme comme bouclier : elle s'est jetée au devant des assaillants. Elle n'est pas morte mais blessée à la jambe. Mercredi, version 3 : il n'y a pas eu d'échange de tirs. Seul un des messagers de Ben Laden, qui vivait dans la villa, a ouvert le feu dans les premières minutes de l'attaque et a été rapidement abattu. Il est le seul résident à avoir tiré sur les commandos.

... mais c'est pour mieux stigmatiser ces fameux "conspirationnistes", autrement dit, nous tous, dans la mesure où nous n'avons n'a pas encore complètement renoncé à utiliser notre cerveau : "la mémoire collective oublie, la plupart du temps, les cafouillages initiaux pour ne retenir que l'ultime version officielle. Sauf bien sûr chez les adeptes des théories du complot". Bel éloge de l'oubli collectif, qu'Internet rend heureusement obsolète... Pour Le Monde, les versions successives d'un événement relèvent nécessairement du cafouillage - naïveté confondante - et la version ultime donnée par les autorités est toujours la bonne ; il n'y a donc qu'à attendre sagement (sans enquêter), et la lumière céleste finira par descendre sur terre, par la grâce des storytellers de la Maison Blanche. Amen. 

Pourtant, rien n'est moins sûr. Ainsi, la version officielle - qui ne varie pas pour le moment et que tous les médias répercutent - concernant la façon dont les Américains seraient remontés jusqu'à Ben Laden, nous parle d'un "messager" du chef d'Al Qaïda qui aurait été repéré par les Américains, suite aux révélations d'un détenu de Guantanamo (la prison et ses interrogatoires musclés se trouvant de la sorte justifiés). Or, pas plus tard que le 3 mai, sur le plateau de C dans l'air, trois spécialistes, Alexandre Adler, Gérard Chaliand et Frédéric Pons, affirment que, de toute évidence, cette version relève de la "légende", c'est-à-dire qu'il s'agirait d'un mensonge, certes pas très éloigné de la vérité, mais qui permettrait de cacher une réalité qu'on ne souhaite pas dévoiler ; en l'occurrence, d'après nos trois observateurs, que ce sont les Pakistanais qui auraient accepté de livrer Ben Laden aux Américains, en échange de garanties concernant l'avenir de l'Afghanistan. Si Le Monde nous incite à croire la dernière parole officielle, d'autres préfèrent tout de même nous mettre en garde.

L'information manquante

Depuis l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden le 2 mai, je me pose une question, et une seule en vérité, qu'aucun média ne semble se poser. Elle est pourtant évidente, et pourrait bien briser la "légende" qu'on est en train de nous concocter. Comment diable Ben Laden a-t-il pu survivre durant presque dix ans dans la clandestinité en devant, chaque semaine, subir plusieurs dialyses ? Cherchez bien ce qu'en disent les médias : rien, nada, que dalle. 20 Minutes consacre bien un article à la manière dont Ben Laden vivait dans sa résidence d'Abbottabad ; mais si l'on nous parle bien de ses shampoings, de ses sodas américains ou de ses ordures ménagères, pas un mot sur un quelconque appareil de dialyse retrouvé dans l'enceinte de sa vaste demeure.

Seul le journaliste Richard Labévière a évoqué ce problème, mais sans aller au bout de la réflexion qu'il doit susciter :

Labévière nous apprend que Ben Laden n'avait plus qu'un rein et était sous dialyse depuis 1985. Ses problèmes de santé, notamment rénaux, sont connus depuis longtemps : alors qu'en janvier 2002, le président pakistanais Pervez Musharraf avait annoncé la mort probable du chef d'Al Qaïda, un membre de l’administration Bush avait renchéri en confiant qu'il avait besoin d’une dialyse tous les trois jours (même si d’autres officiels américains ne voyaient dans ces problèmes rénaux qu’une "rumeur récurrente"). Le 28 janvier 2002, CBS avait rapporté que, le 10 septembre 2001, Ben Laden se faisait soigner dans un hôpital militaire à Rawalpindi pour une dialyse des reins, escorté par l’armée pakistanaise. Le 2 juillet 2001, un quotidien indien affirmait que "Ben Laden, qui souffre de déficience rénale, a régulièrement été placé sous dialyse dans un hôpital militaire de Peshawar alors que l’Inter-Services-Intelligence (ISI) en avait connaissance et l’approuvait, voire avec l’accord [du président pakistanais] Musharraf lui-même". La lettre d’information Jane’s Intelligence Digest du 20 septembre 2001 allait dans le même sens : "Les autorités pakistanaises ont apporté des soins médicaux au souffrant Ben Laden, notamment des dialyses rénales, dans un hôpital militaire de Peshawar." Et l’on se souvient du fameux séjour de Ben Laden à l’hôpital américain de Dubaï, du 4 au 14 juillet 2001, dans le département d’urologie du Dr Terry Callaway, spécialiste des calculs rénaux, où il avait reçu la visite, le 12 juillet, du chef d’antenne locale de la CIA, Larry Mitchell (Le Figaro, RFI).

"Réfléchissez-y un peu, nous demande Paul Craig Roberts, sous-secrétaire au Trésor dans l'administration Reagan. Quelles sont les chances qu’une personne souffrant d’une maladie des reins demandant une dialyse quotidienne, étant de plus affligée de diabète et d’une basse tension artérielle, puisse survivre dans des cachettes montagneuses pendant une décennie ?" Et si Ben Laden a bel et bien vécu à Abbottabad durant cinq ans jusqu'au 1er mai 2011, comment a-t-il bien pu suivre des soins aussi astreignants ? Le site Doctissimo nous éclaire quelque peu sur le caractère contraignant d'une dialyse :

On distingue deux grands types de dialyse.

L’hémodialyse ou filtration externe

Si l'hémodialyse est choisie, le patient doit se rendre trois fois par semaine dans un établissement de soins public ou privé (le plus souvent), ou dans une unité de dialyse médicalisée, ou encore une unité d'autodialyse ou d'autodialyse assistée (pour des malades plus autonomes et formés à la technique). Plus rarement certains patients suivront leur traitement à son domicile. Cette technique impose un "accès vasculaire permanent" ou fistule artéro-veineuse, généralement au niveau du bras. Elle est créée chirurgicalement en connectant une artère et une veine du bras. [...]

La dialyse péritonéale

Contrairement à l’hémodialyse, la dialyse péritonéale est pratiquée le plus souvent par le patient lui-même à son domicile. Elle ne nécessite pas d’appareillage très sophistiqué mais un apprentissage cependant rigoureux. Elle utilise les capacités naturelles de filtration du péritoine (une membrane qui enveloppe l’intérieur de la cavité abdominale et le tube digestif). Une intervention chirurgicale est nécessaire afin de mettre en place un cathéter en plastique souple dans l’abdomen. Lors de la dialyse, c’est via ce cathéter que le liquide de dialyse (ou solution fraîche) est injecté dans la cavité péritonéale. C’est par là ensuite que le liquide chargé de déchets (ou dialysat) et la surcharge en eau sera drainée hors de l’organisme.

La première technique "nécessite de passer 4 à 6 heures plusieurs fois par semaine dans un centre de dialyse" ; "les malades consacrent près d’un tiers de leur temps d’éveil à leur traitement". Concernant la deuxième technique, elle "nécessite chez soi un emplacement suffisant pour stocker le matériel et les solutés nécessaires." "Certaines personnes supportent mal l’idée d’un tuyau qui sort de leur ventre mais qui est nécessaire pour cette technique", précise encore Doctissimo.

Ben Laden avait-il un tuyau qui sortait de son ventre ? C'eut été facile à vérifier si le corps avait été rendu disponible. Sa maison abritait-elle un appareil de dialyse ? Ce ne semble pas difficile à vérifier, et personne, pour l'heure, n'en a fait état. Il est probable donc que la réponse soit non. D'ailleurs, à en croire le témoignage d'un habitant du quartier de Bilal Town, aucun médecin ne venait jamais dans cette maison : "Aucun médecin ne leur rendait visite, selon lui, alors que l'on disait Ben Laden malade des reins au point d'être sous dialyse", remarque-t-on dans Le Parisien. Autant dire que la probabilité que Ben Laden ait effectué ses soins à domicile apparaît pour le moment faible.

S'est-il donc rendu plusieurs fois par semaine dans un hôpital pour y être traité ? A en croire l'une des femmes de Ben Laden, Amal al-Sadah, qui se serait confiée aux enquêteurs pakistanais, "le chef d’Al-Qaïda n’avait pas quitté sa dernière résidence pakistanaise une seule fois au cours des cinq dernières années". Elle précise même qu'il aurait vécu uniquement dans deux pièces (sur six) de la maison, situées au même étage. Ce témoignage est évidemment sujet à caution, mais si on le prend un instant au sérieux, il faudrait exclure l'idée que Ben Laden soit très régulièrement sorti à l'extérieur pour se faire soigner, alors même que sa survie l'exigeait.

Si l'on récapitule : Ben Laden est sous dialyse depuis 1985, il vit dans la clandestinité depuis dix ans (poursuivi, nous dit-on, par la plus puissante armée du monde) ; depuis cinq ans il vivait enfermé dans deux pièces d'une maison quasiment vide, d'où il ne sortait jamais, et où aucun médecin ne rentrait non plus. Question : comment s'est-il soigné ? comment a-t-il pratiqué ses deux ou trois dialyses hebdomadaires ?

Quatre possibilités : 1° Ben Laden bénéficiait d'un matériel dans sa maison dont personne n'a encore parlé ; 2° il était très régulièrement escorté par les services secrets pakistanais dans un hôpital pour bénéficier de ses soins éprouvants ; 3° il est mort depuis déjà bien longtemps, comme l'ont prétendu diverses sources : le FBI (qui, en juillet 2002, ne parlait certes que de mort "probable"), le journaliste iranien Amir Taheri dans le New York Times, plus catégorique, qui précisait que la mort remontait à décembre 2001 et que le chef d'Al-Qaïda était enterré dans les montagnes du sud-est de l'Afghanistan, Steve R. Pieczenik, vice-assistant au secrétaire d’Etat américain sous les administrations Nixon, Ford et Carter, qui prétend que Ben Laden est mort du syndrome de Marfan peu après le 11-Septembre à Tora Bora, ou encore un important officiel taliban, qui affirmait, le 26 décembre 2001, que le Saoudien était mort, naturellement et calmement, dix jours auparavant, des suites de graves problèmes pulmonaires (compatibles avec le syndrome de Marfan), ajoutant même qu'il avait assisté à ses funérailles ; 4° Ben Laden n'a jamais été malade des reins et n'a jamais eu besoin de dialyse - tout ceci n'était qu'une rumeur.

Nous attendons avec impatience que cette question fondamentale soit enfin soulevée, une semaine après l'annonce de la mort de "l'homme le plus recherché du monde", et de préférence avant que le flot impétueux de l'information n'emporte définitivement le fantôme Ben Laden dans l'oubli collectif dont certains rêvent... mais qui, à l'heure d'Internet et des citoyens vigilants, n'est plus qu'un vain espoir. Nous n'oublierons rien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (160 votes)




Réagissez à l'article

269 réactions à cet article    


  • Gonzague Gonzague 7 mai 2011 13:15

    Une chose à retenir de cet article, c’est le génie humain. Il est impressionant de voir à quel point « rien du tout » (le grrrrand complot du 11 septembre qui repose sur du vent nanothermité) est à l’origine de tant de littérature, d’articles si structurés, si fournis, si longs.


    Merci pour cette contribution. Ah, et un cadeau pour vous et vos camarades

    • Hadj Ahmed 7 mai 2011 13:50

      « d’articles si structurés, si fournis »

      100% d’accord avec le Christ... excellent article.

      Une seule réserve sur « conspirationnite aigûe », la mienne est chronique depuis au moins Allende...


    • joelim joelim 7 mai 2011 16:11

      J’aime bien, le cadeau c’est sa prose (absconse et grandiloquente à souhait smiley ).


    • platon613 8 mai 2011 11:20

      Écoutez cette interview ! Une bombe !!

      Ben Laden : quand le doute devient officiel

      Voici une interview avec le Dr Steve Pieczenik qui a été, dans sa longue carrière au gouvernement américain, adjoint de Henry Kissinger, James Baker, George Schulz, et Cyrus Vance. Il a également créé le "Bureau de combat du terrorisme« . Dans la très populaire émission de radio américaine  »Alex Jones Show« il décrit la prise de Ben Laden comme »un théâtre américain de l’absurde". Écoutez vous-même...

      http://www.news-26.com/politique/48...


    • slipenL’air 8 mai 2011 14:42

      Bidonnage mondial – La Preuve évidente que le vieux Monsieur assis parterre
       et regardant la télévision n’est PAS Ben Laden
      Re-voici la vidéo actuellement présentée par les collabos du NWO et autres
       médias alignés, qui sans avoir fait aucune enquête indépendante relaient
      de manière tendancieuse et aveugle la propagande du Pentagone :

      ..............VIDEO........... : Intox officielle – Un vieux Monsieur a priori musulman, présenté comme étant Ben Laden regarde la télévision dans sa modeste demeure, et zappe de la main droite alors que le vrai Ben Laden est gaucher

      Bien évidemment, on ne voit jamais le visage du vieux Monsieur assis parterre, sous une couverture et coiffé d’un bonnet, qui ressemble presqu’à un vieillard alors que le Milliardaire Ben Laden aurait seulement 54 ans s’il n’était mort en 2001.

      Mais la preuve absolue que cette vidéo officielle est une fois de plus un FAKE, c’est tout simplement que Ben Laden est GAUCHER, comme le rappelle la fiche officielle du FBI sur Oussama Ben Laden, fiche officielle remise à jour depuis qu’il est officiellement décédé :

      Dans cette fiche, il est rappelé en toute lettre qu’Oussama Ben Laden est gaucher, et qu’il marche avec une cane !

      Or, la vidéo montrant le vieux monsieur barbu devant la télé, zappant entre un Ben Laden marchant en Afganistan, entre des images d’Obama et des images du 11 Septembre, ce vieux Monsieur tient sa télécommande de la main… droite !!

      Ce simple élément aurait du éveiller la suspicion des médias alignés et garantir leur prudence, mais ce n’est pas le cas : De Rue89 au Figaro en passant par Le Monde, Canal+, France Télévision, RTL ou TF1, tous les médias alignés collaborent sans réflexion à la propagande des Etats-Unis et relaient cette vidéo comme une vidéo authentique qui prouverait définitivement que la fable officielle de Ben Laden est une réalité.

      SUITE.http://911nwo.info/


    • slipenL’air 8 mai 2011 14:47

      .....Confirmation – Le certificat de naissance d’Obama est un faux grossier

      Afin de se représenter aux Présidentielles étasuniennes de 2012, Barack Obama, mis en doute par une part de plus en plus importante de la population américaine jusqu’à l’affaire salvatrice de l’assassinat de Ben Laden le 1er Mai 2011, a présenté à la fin avril un certificat de naissance censé faire taire à jamais les accusations des Membres du Mouvement pour la Vérité.

      Malheureusement pour lui, et malheureusement pour la Vérité, le document s’avère être un faux grossier, comme le souligne le Réseau indépendant Voltaire, qui possède un exemplaire original de ce document, téléchargé en .PDF sur le site de la Maison Blanche.

      Malheureusement pour lui, et malheureusement pour la Vérité, le document s’avère être un faux grossier, comme le souligne le Réseau indépendant Voltaire, qui possède un exemplaire original de ce document, téléchargé en .PDF sur le site de la Maison Blanche

      VIDEO..Alex Jones démontre que le certificat de naissance d’Obama est un faux

      C’est un Membre citoyen du Mouvement pour la Vérité qui a rapidement alerté la communauté internet sur le fait que le document, téléchargé avec Adobe Reader, montrait une série de calques additionnels sur lesquel différentes mentions ont été effacées et rajoutées pour falsifier totalement l’acte de naissance !

      Cette affaire de falsification d’un acte aussi important, qui pourrait priver Obama d’un second mandat, voire le jeter en prison pour son premier mandat, a été totalement étouffée par l’assassinat providentiel du mythe Ben Laden, qui a immédiatement retourné l’opinion publique étasunienne au moment crucial…

      En exécutant sans aucune forme de procès la marionnette fantomatique et insaisissable Ben Laden, ex-agent de la CIA décédé en 2001, Obama s’est attirer la sympathie des couches extrémistes et nationalistes qui remettaient en cause sa légalité et sa légitimité à diriger le pays.

      On comprend alors beaucoup mieux pourquoi les story tellers (raconteurs d’Hsitoire(s)) du Pentagone ont opté pour le scénario le plus extrémiste d’un assassinat de sang froid revendiqué par Obama, en dehors de toute légalité et bafouant les plus élémentaires droits de l’Homme et tous les traités internationaux, concernant la fable du 1er Mai 2011 !

      http://911nwo.info/


    • bigglop bigglop 8 mai 2011 15:42

      Cela est totalement vrai. Pour confirmation, il suffit de visualiser la vidéo le montrant tirant avec une AK47 en Afghanistan où l’on peut constater qu’il est gaucher. Cette vidéo a été publiée après l’attentat du 11/09 et rediffusée après l’annonce de sa mort (de sa liquidation ciblée) sur pratiquement toutes les chaînes d’information et émissions spéciales dédiées.


    • xray 8 mai 2011 23:01


      Il faut vraiment être le dernier des crétins pour accepter se laisser manipuler par quelque chose qui n’existe pas. 

      Ben Laden est un mythe mythique à caractère mythique. (Un piège à cons) 
      Un mythe est un instrument entièrement voué à la manipulation. 

      Pour fonctionner, cet instrument n’a pas besoin d’existence réelle. 
      Cet instrument n’existe que dans l’imaginaire fertile des individus maintenus dans l’ignorance (L’imaginaire des crétins). 
      Et,  des individus vendus aux intérêts de la version officielle. 

      Ben Laden n’a été vu que dans les images fournies par l’axe CIA-VATICAN. 


      Ben Laden n’a d’existence que dans la poubelle médiatique. 

      Le 9 11
      Une opération menée par l’armée américaine
      http://mondehypocrite501.hautetfort.com/archive/2006/10/05/un-certain-11-septembre.html 

      Le bilan du 11 septembre 2001 (Que du positif) 
      http://mondehypocrite501.hautetfort.com/archive/2010/05/18/le-bilan-du-11-septembre-2001.html 

      Commentaires interdits 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2011/05/07/le-post-commentaires-interdits.html 

      Axe CIA-VATICAN 
      http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/29/axe-cia-vatican.html 



    • T.REX T.REX 9 mai 2011 10:06

      à l’auteur ,

      S’interroger c’est bien,
      (d’ailleurs les questions sont souvent plus intéressantes que leurs réponses !) 

      Apporter soi-même les réponses à ses propres questions, l’est déjà beaucoup moins
       (on ne pose pas de question dont on connait la réponse !),
       
      Mais refuser aux autres le droit de ne pas trouver vos réponses fondées et les traiter de moutons de panurges décérébrés par les infos officiels, c’est carrément très mal !

      Brovo l’artiste, il est impressionnant cet article long comme un jour sans pain bâti sur du vent avec un peu de levin, c’est vain mais croustillant, on s’est fait rouler dans la farine l’ami ! 


    • Julius Julius 7 mai 2011 13:18

      Amusant, tous ceux génies, qui savent que Ben Laden
      1. est mort depuis longtemps
      2. n’est pas mort
      3. n’a jamais existé
      4. est un agent de la CIA
      5. n’était pas important
      6. n’a jamais tué personne
      7. a fait du bon travail en tuant des Américains
      8. est plus dangereux mort que vivant
      9. aurait dû être traité avec respect dû à un cheikh
      10...


      • Hadj Ahmed 7 mai 2011 13:53

        Non l’auteur n’en sait pas plus que vous, en revanche il pose les bonnes questions et à vous lire, vous allez le moucher vite fait bien fait avec LES bonnes réponses, j’ai bon ?


      • Ariane Walter Ariane Walter 7 mai 2011 14:23

        Julius, tu as fait ton boulot, c’est bien, tu peux partir à la plage.


      • Valas Valas 7 mai 2011 18:59

        Julius, c’est pour quand la charade ? Pas aujourd’hui bien sur... Votre cerveau doit etre vidé...


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 mai 2011 09:49

        Julius : tout le monde salue cet article magistral de Taïké Eilée - que je considère personnellement comme le meilleur blogueur sur ce site. Tout le monde sauf vous. Vous êtes la petite tache sombre qui met en évidence la lumière. Je ne perdrai plus une minute à vous lire et je pense que l’on devrait totalement vous ignorer, ce que je ferai dorénavant. Vous êtes simplement TROP bête.


        Pierre JC Allard

      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 mai 2011 10:14

        Julius : tout le monde salue cet article magistral de Taïké Eilée - que je considère personnellement comme le meilleur blogueur sur ce site. Tout le monde sauf vous. Vous êtes la petite tache sombre qui met en évidence la lumière. Je ne perdrai plus une minute à vous lire et je pense que l’on devrait totalement vous ignorer, ce que je ferai dorénavant. Vous êtes simplement TROP bête.


        Pierre JC Allard

      • ang 7 mai 2011 14:00

        @l’auteur : vous êtes formidable, merci !


        • oncle archibald 8 mai 2011 15:58

          « Du latin formidabilis (« formidable, terrible »), de formīdō (« peurterreureffroi ») »

          Ben Laden était formidable stricto sensu : qui inspire la terreur ... et même en étant farouchement contre toute peine de mort, je n’arrive pas à regretter qu’il soit mort .. Politiquement parlant je pense que son exécution immédiate « en opération » était non seulement la meilleure mais la seule solution ... Les hommes qui prêchent la haine, qui exaltent la mort et inspirent des attentats « à l’aveugle » frappant des personnes qui ne sont complètement étrangères à la problématique qu’ils prétendent traiter en les sacrifiant sont des nuisibles, et quand on supprime un nuisible je ne m’en plains pas.

        • Ariane Walter Ariane Walter 7 mai 2011 14:21

          Quel admirable article Taikée.
          Oui, la presse d’internet est une grande presse et de plus en plus.
          par ses liens, en particulier, ce que vous démontrez ici, mais aussi et surtout par sa liberté d’analyse.

          les médias mainstream reproduisent Reuters ou AFP. Point barre. On retrouve partout les mêmes développements superficiels.
          Être journaliste, ce beau métier, mon père l’était , est à présent un job de perroquet déplumé.

          Mais internet, grâce à des articles comme le vôtre console ce sens de l’honneur qui est en nous, ce besoin de nous dépêtrer de mensonges tellement grossiers qu’ils en sont d’autant plus humiliants.
           L’humanité a franchi tant obstacles, elle a donné naissance à tant de grandes pensées, elle a porté si haut les valeurs et les vertus pour se faire moucher par une mafia militaire et bancaire internationale ?
          C’est cela le bilan de 2000 ans d’histoire ?

          Je finis sur un détail. Je ne connaissais pas le sletch de Dieudonné qui est une merveille de justesse. Merci de le communiquer.


          • Giordano Bruno 7 mai 2011 16:44

            Excellent article en effet. Bravo ! On en redemande de cette trempe.


          • Taïké Eilée Taïké Eilée 8 mai 2011 00:22

            @ TOUS : Merci pour tous vos commentaires agréables  smiley


          • robespierre55 robespierre55 8 mai 2011 03:36

            Ariane, je vous aime.


          • Taïké Eilée Taïké Eilée 8 mai 2011 12:02

            Le New York Times du 7 mai évoque le problème de la dialyse. Selon la plus jeune femme de Ben Laden, son mari était en parfaite santé, il s’était bien remis de deux opérations des reins pratiquées au moins dix ans auparavant dans le sud de l’Afghanistan, en partie grâce à des remèdes fait maison, et notamment... de la pastèque ! 

            "Contrary to a widely held belief that Bin Laden was on dialysis to treat a kidney ailment, Pakistani investigators said last week that his youngest wife told them he was healthy. “He was neither weak nor frail,” one of the investigator quoted the wife as saying. She told them, they said, that Bin Laden had recovered from two kidney operations a decade or more ago in southern Afghanistan, in part by using homemade remedies, including watermelon."


          • Ariane Walter Ariane Walter 8 mai 2011 13:16

            Wouah ! ca tombe bien parce que j’adore les autruches , comme la vôtre, qui gardent la tête bien haute !


          • platon613 8 mai 2011 13:56

            Immersion du corps de Ben Laden : enfin les images

            Signe des temps : la mort de Ben Laden est déjà utilisée dans la publicité américaine. N’oubliez pas de boucler votre ceinture !
            A mourir de rire...
            http://www.news-26.com/cosmopolite/485-immersion-du-corps-de-ben-laden-enfin-les-images.html


          • Taïké Eilée Taïké Eilée 8 mai 2011 14:51

            Des informations de nouveau contradictoires sur la santé de Ben Laden :

            "Selon une source d’Abbottabad, « on savait qu’un homme qui habitait dans cette maison était très malade depuis longtemps et qu’un médecin particulier le suivait  ».« (La Croix, 2/05/2011)

             »Selon certaines sources familières des réseaux jihadistes, Ben Laden était très malade des reins, et devait recevoir une aide médicale lourde. Or sa villa n’accueillait aucun visiteur régulier, selon les voisins. Face aux enquêteurs, Amal Ahmed Abdulfattah, citée par la presse locale, aurait, elle, assuré que son mari, de 25 ans son aîné, n’était dernièrement « ni faible, ni fragile ». Au milieu de son potager d’Abbottabad, le chef d’Al-Qaïda se soignait selon elle « avec succès » avec ses propres remèdes naturels, « notamment la pastèque ».« (La Tribune de Genève, 8/05/2011)

            Certaines sources nous disent donc qu’il était très malade et était suivi par un médecin, d’autres qu’il allait plutôt bien, ne recevait personne et se soignait à la pastèque.

            Sur les bienfaits de la pastèque, voir ici : »Durant l’été, la pastèque est le remède miracle des plus appropriés pour nettoyer les reins. Procéder à cette cure relève d’un jeu d’enfant. Chaque jour entre 5 et 7 heures de l’après-midi – lorsque l’activité de sécrétion d’urine de l’organisme est la plus intense – consommez autant de pastèque que vous le pouvez. Ensuite, installez-vous dans un bain de siège rempli d’eau chaude et restez-y jusqu’à ce que vous ayez envie d’aller aux toilettes. La pastèque est un excellent diurétique, tandis que l’eau chaude non seulement dilate les voies urinaires, mais favorise aussi le rejet de sable ou de petits calculs rénaux. Pendant l’hiver, on peut utiliser du thé diurétique, dont la recette figure quelques pages plus loin, au chapitre des recommandations de cures à base de plantes médicinales.« 

            Les deux journaux précités se contredisent aussi sur le caractère luxueux de la villa de Ben Laden, mais cette contradiction là s’explique : l’article de la Tribune de Genève est sorti une semaine après celui de La Croix et la première version (américaine) a pu être démentie par la réalité vérifiée :

             »Il vivait dans une résidence massive et luxueuse ultra-sécurisée, construite il y a près de six ans, donc assez peu discrète.« (La Croix)

             »Contrairement à ce qui a été affirmé par les Américains, la bâtisse de trois étages n’était pas luxueuse. Carrée, privée de balcons, elle a plus l’allure d’une petite clinique un rien sinistre que d’une villa de campagne. L’intérieur est spartiate : dalles de carrelage gris, murs et escalier de béton, mobilier simple en bois, matelas de mousse, vieux postes de télévision. La chambre du chef d’Al-Qaïda, dont la famille occupait les deux derniers étages, n’échappe pas à la règle." (La Tribune de Genève)


          • Taïké Eilée Taïké Eilée 11 mai 2011 00:24

            MSNBC du 6 mai 2011 nous décrit le contenu de l’armoire à pharmacie de la maison de Ben Laden : aucun médicament n’indique que quiconque dans la demeure ne souffrait de problèmes rénaux : "The medications provide some insight into ailments of the people living at the compound, but show no evidence of serious health conditions, such as the kidney failure rumored to afflict bin Laden.« Rien qui n’indique même un quelconque traitement chronique : »“Quite honestly, there’s nothing here that indicates a long-term, chronic condition,” Reilly said.« Certains médicaments retrouvés sont même incompatibles avec une insuffisance rénale : »Natrilix, a drug used to treat high blood pressure and congestive heart failure, also was on the list. Notably, that drug should not be used by people with kidney failure, Reilly said.« 

            Le Daily News du 8 mai 2011 consacre un article précisément à la question de la dialyse ; selon cet article, Ben Laden n’avait pas besoin de dialyse, contrairement à ce qui a longtemps été cru par la communauté du renseignement (ou par Musharraf qui affirmait que Ben Laden avait besoin de deux machines à dialyse pour voyager), il avait été opéré à deux reprises il y a une dizaine d’année, il se portait depuis très bien et était un adepte de la médecine naturelle (en particulier des pastèques) ; on nous apporte un élément nouveau quant à l’origine des problèmes rénaux de Ben Laden : contrairement à ce qu’affirme Richard Labévière, qui parle d’éclats d’obus reçus en 1985, on nous parle ici d’une tentative d’assassinat par empoisonnement en 1999 par les Saoudiens, qui aurait eu comme conséquence d’endommager les reins de Ben Laden :

             »Osama Bin Laden wasn’t on kidney dialysis - but he did need an herbal impotence drug.

            « He believed in his own medication, » said his youngest widow, Amal al-Sadeh, who was shot in the leg when SEALs burst into their bedroom and killed the terror leader.

            The health of the shadowy terror leader had long been a bone of contention in intelligence circles.

            Now evidence from the medicine cabinet in Bin Laden’s hideout and quotes from one of his six wives paint a picture of a 54-year-old devotee of natural remedies who was in much better shape than previously thought.

            « He was neither weak nor frail, » Sadeh, 29, told Pakistani investigators, according to the Dawn newspaper in Karachi, Pakistan.

            NBC News obtained a list of medications found in Bin Laden’s compound and none are used to treat long-term chronic illness.

            Instead, the Pakistanis found drugs to treat shingles, ulcers, nerve pain, high blood pressure, common children’s ailments - and Avena syrup, an extract of wild oats that is marketed as a natural « Viagra. »

            A Yemeni who was just 17 when she was wed to a middle-aged Bin Laden, Sadeh said the 9/11 mastermind had recovered fully from two kidney surgeries a decade ago, Dawn reported.

            Back in 1999, the Saudis reportedly hired an assassin to poison Bin Laden, and the toxin gave him kidney failure.

            For years, there have been persistent reports that he was on the brink of death.

            In January 2002, then-Pakistani President Pervez Musharraf told CNN that Bin Laden had probably already died of kidney failure, and that he needed to travel with two dialysis machines.

            But Bin Laden’s wife said he needed no dialysis. Instead, she said, he cured himself with his own regimen, which included watermelons."

            Autre source abordant la question : le Denver Post du 4 mai 2011, qui évoque l’hypothèse de la dialyse péritonéale, pouvant être effectuée à domicile.

            Tout reste donc à éclaircir entre ces versions contradictoires. Il conviendra de réinterroger tous ceux qui ont affirmé - catégoriquement - que Ben Laden était sous dialyse pour leur demander d’évaluer ces nouvelles informations.


          • morice morice 7 mai 2011 14:30

            excellent de bout en bout ! félicitations !


            • platon613 8 mai 2011 11:18

              Écoutez cette interview ! Une bombe !!

              Ben Laden : quand le doute devient officiel

              Voici une interview avec le Dr Steve Pieczenik qui a été, dans sa longue carrière au gouvernement américain, adjoint de Henry Kissinger, James Baker, George Schulz, et Cyrus Vance. Il a également créé le "Bureau de combat du terrorisme« . Dans la très populaire émission de radio américaine  »Alex Jones Show« il décrit la prise de Ben Laden comme »un théâtre américain de l’absurde". Écoutez vous-même...

              http://www.news-26.com/politique/48...


            • morice morice 7 mai 2011 14:31

              Je finis sur un détail. Je ne connaissais pas le sletch de Dieudonné qui est une merveille de justesse. Merci de le communiquer.


              Evitez donc de faire de la pub à ce personnage. Ou regardez qui il fréquente, plutôt.

              • Ariane Walter Ariane Walter 7 mai 2011 15:37

                Je le sais, Morice , je le sais. je sais qui il est et qui il fréquente, mais son sketch est excellent. tellement vrai.


              • spartacus le vrai pas l'autres !!! spartacus 7 mai 2011 14:41

                je vois que depuis le 2 mai on a laché les roquets de l’inquisition sur avox qui est en train de devenir un dangereux repère de gens qui pensent, réfléchissent par eux mêmes, on un esprit critiqueet osent remettre en cause le pansée unique nauséabonde des média inféodés au NWO !!
                Pour ce qui est la suite des opération, ils nous annoncent que al quaida va faire des attantats contre la France mais en Afrique, c’est trop fort, celà va permettre de déployer l’armée de l’OTAN sur tout le continent africain et enfin concrétiser l’Opération « Dawn Odyssé » !!!!


                • JMK66 JMK66 8 mai 2011 00:28

                  @spartacus

                  Ton analyse est fondée.

                  Les partisans d’une théorie du complot sont souvent appelés péjorativement  Conspirationnistes, conplotistes, voir même négationnistes.

                  Sur le forum de C dans l’air et suite ma réponse concernant la question du jour, un certain corrector1 m’a identifié comme « complotologiste » ???

                  http://forums.france5.fr/cdanslair/Terrorisme/laden-jour-sujet_192_2.htm

                   Je n’aime pas les mots en ...isme et ...iste.

                   Je crains que dans un avenir proche, les partisans d’une théorie du complot se fassent ficher comme insurgés. Et alors là, nous aurons encore franchi un pas dans la dégringolade.

                  A tous les Conspirationnistes, conplotistes, négationnistes, complotologistes...

                  Je vous dis et je vous redis ;

                  Paix sur Vous.

                   


                • patroc 7 mai 2011 14:56

                   Un article d’un vrai journaliste !.. Merci..

                   Comme en 2001, la propagande bat son plein, mais le complotiste ne doute plus, il a eu ses preuves et le service propagande des médias le fait sourire : Les perroquets sont de sortie !..

                   Ben laden est mort depuis longtemps d’un manque de soin pour sa faiblesse rénale, sans doute en 2002.. Les afghans le savent.. Pire, on nous fait croire qu’al qaida a confirmé la mort de ben laden, ce qui prouve que même al qaida obéit aux ordres des ricains.. De là à dire qu’al qaida est une création des ricains, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement et sans aucun doute !.. C’est comme l’aqmi, un gropuscule terroriste qui arrange bien la france, non ?..

                   Les politiques de tout bord acceptent ces mensonges et carressent la bien pensance dans le sens du poil.. La peur de perdre la place en or sans doute.. Quelle bande de nazes..

                   Les pires, les journalistes institutionnels qui ne posent même plus de question dérangeante, tout est lissé et policé.. Et après, ils vont pleurer des subventions à sarko car plus personne n’achète leur torchon de propagande.. Tu m’étonnes : mieux vaut pas de journaux du tout que leur mensonges répétés sans réfléchir !

                  DES MEDIAS PERROQUETS.. 


                  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 7 mai 2011 15:05

                    Sacré bon article ! A lire la presse officielle (ou seulement ses titres) on se sent cerné par les gardiens de la pensée morte. Votre article fout la honte à tous ces scribouillards officiels et autres journaleux professionnels dont le travail bien payé ne sert qu’à empêcher de penser et à dissimuler les évidences indésirables.


                    L’abîme qui sépare les informations que l’on trouve sur Internet et les manipulations des grands médias de propagande devient vertigineux. 

                    • SamAgora95 SAMAGORA95 7 mai 2011 15:13

                      Très bon article, merci à l’auteur.

                      En passant, merci Dieudonné dont je salut le courage.



                      • Cochonou 7 mai 2011 15:21

                        Ouais , pas mal....ca serait donc les médias et les gouvernements les complotistes ?
                        Vengeance j achète plus de journaux et je paye plus mes impots !!!


                        • le journal de personne le journal de personne 7 mai 2011 15:53

                          Kill Bin 3 : le trauma d’Obama

                          Regardez-le bien, il réfléchit…
                          Et pourtant il a tout fait pour en arriver là !
                          Mais on dirait qu’il hésite… on dirait qu’il doute…
                          On dirait qu’il redoute…
                          Quoi ? Qui ?
                          Obama a peur de Dieu … et ça crève les yeux…
                          Il n’a qu’un mot à dire, mais il ne le dira pas avant de réunir ses témoins de Jéhovah…
                          pour ne pas être le seul à le dire, pour ne pas être le seul… à prononcer la terrible sentence…
                          Le bourreau pèse soudain plus lourd que ses trois mille victimes.
                          Mais il sent bien que les faits ne sont pas interchangeables, ni les raisons comparables, ni les hommes semblables…
                          il veut l’achever parce qu’il a été élu pour assumer ce genre de guerre mais… il va hésiter encore…
                          un instant, parce que le Nobel de la paix vient de s’apercevoir qu’il n’a pas le droit de se substituer à Dieu !
                          La justice a un sens… pas la vengeance…
                          Adieu Oussama… mais si Dieu existe… on peut se dire aussi  : adieu Obama !
                          http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/kill-bin-3/


                          • Hijack Hijack 7 mai 2011 15:58

                            Comme tjrs de cet auteur, excellent article !

                            Dommage que la majorité des français ne se posent aucune question ... encore plus dommage, s’ils se doutent qu’il y ait anguille sous roche ... mais font semblant de rien ...

                            Je ne parle bien sûr pas de ceux qui approuvent la version ... tout aussi rigolote que celle « dite officielle » du 911.


                            • Jean Lannes Christopher Lings 7 mai 2011 16:00

                              Le mensonge devient de plus en plus grotesque, ce qui n’empêche pas les manipulateurs de traiter tous ceux qui douteux de conspirationnistes

                              > Le bréviaire des patriotes


                              • Rapaces Rapaces 7 mai 2011 16:40

                                Juste un conseil : ne cliquez pas sur les liens donnés par ce genre de zigoto, qui colle des liens vers leur site perso à chaque commentaire posté. AgoraVox n’est pas là pour faire la pub de ces arrivistes à 2 balles. Et cerise sur la gâteau, en plus de leur amener du trafic sur leur site, vous leur donnez vos adresses IP... 

                                Surtout quand les zigotos sont des propagandistes zélés : extrême droite, vendus roulant pour l’Oncle Sam ou Tel Aviv, etc (voir le 1er commentaire posté sous l’article...).
                                 
                                Faites passer le message. 
                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles







Palmarès