Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Morts des blogs ou annonce d’une censure ?

Morts des blogs ou annonce d’une censure ?

Depuis quelque temps, on entend parler de la « mort des blogs ». Comme dans cet article du New York Observer. Mais la réalité paraît très différente. En témoigne, par exemple, la censure de l’internet en Egypte en réponse au mouvement social. Cette censure est-elle fondamentalement différente d’une certaine propagande qui vise les blogs depuis quelque temps ? Les blogs véhiculent des informations. Ils contiennent également de nombreuses réflexions originales et intéressantes de citoyens qui ne sont pas dans la « bonne ligne » des lobbies, partis politiques, « bonnes associations » et assimilés... mécénisés et moulés dans le système. C’est par les blogs que s’expriment souvent la société réelle et le rejet de la « pensée unique transversale », ne pouvant pas communiquer publiquement par d’autres moyens. Et c’est précisément ce qui dérange, par exemple, à la veille de chaque échéance électorale. Que nous prépare-t-on en France pour 2011, à l’approche des élections de 2012 ?

 

LOGIQUE D'EMBRIGADEMENT
 

A strictement parler, dans de nombreuses activités professionnelles, la constitution d'équipes très structurées n'est pas vraiment nécessaire ou les modalités pourraient en être assouplies.

Mais les "grands chefs" du secteur privé poussent à la "managérisation" afin de mieux contrôler et endoctriner les personnes. On nomme les "chefs" pour qu'ils "tiennent les gens", même si leur présence et leurs prérogatives ne sont pas vraiment nécessaires du point de vue de l'efficacité du travail. Cela fait partie du prétendu "esprit d'entreprise".

Depuis les années 1980, le secteur public emprunte progressivement le même mode de fonctionnement. Même dans des activités comme la recherche, les coupoles tiennent à ce qu'il y ait partout des "groupes" avec des "chefs", car une telle structure constitue un "excellent" moyen de pression sur les individus, de promotion des "bien-pensants" et de propagation d'un "esprit maison".

Or, la même logique d'embrigadement se manifeste de plus en plus ouvertement dans la vie civile, et tout particulièrement en ce qui concerne l'accès à des moyens d'expression d'une certaine efficacité. Le blog est un outil individuel et collectif qui peut permettre à tout citoyen, groupe, courant d'opinion... d'écrire et diffuser ce qu'il pense vraiment. Même si ce n'est pas conforme à la "pensée unique" concoctée et imposée par "nos élites", et c'est là que le bat blesse.

Comment permettre une liberté de pensée, d'opinion et d'expression réelles du plus grand nombre, alors que de nombreux indices mettent en évidence une défiance croissante à l'égard d'un système en place dont la crise est évidente ?

 

ELIMINER LA DISSIDENCE
 

Et le blog est d'autant plus "dangereux", que l'Histoire a bien montré que les idées novatrices, les mises en cause cohérentes du pouvoir ou des préjugés, les appels à la révolte ou à la brisure des carcans idéologiques... sont au départ minoritaires. Le "problème", c'est que les "mauvaises pensées", voire même des informations qui dérangent, finissent par se propager.

Déjà au Moyen-Age, l'Inquisition, Inquisitio Haereticae Pravitatis (enquête sur la perversité hérétique), visait avant tout la pensée et son expression. La logique étant que ceux qui pêchent par la pensée et la parole cessent à terme d'obéir et répandent la désobéissance. Déjà dans sa bulle des Ides de mars de 1208 décretant la Croisade Albigeoise, le Pape Innocent III avait écrit  : "Selon la parole de vérité, il ne faut pas craindre ceux qui tuent le corps, mais bien celui qui peut envoyer le corps et l'âme en enfer".

Ce raisonnement des pouvoirs en place a-t-il vraiment changé en la matière ? Dans sa lettre du 1er avril 1766 à Etienne-Noël Damilaville, Voltaire écrit : "Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu". La liberté de pensée, c'était bien pour une minorité éclairée. Or, Voltaire reste à ce jour une référence pour "nos décideurs". Le "philosophe des lumières" ajoute d'ailleurs dans la même lettre à Damilaville : "Si vous faisiez valoir, comme moi, une terre, et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis". En clair : si vous étiez patron comme moi... Voir notre article :

La lettre de Voltaire à Damilaville du 1er avril 1766

Alors, oui, les blogs dérangent. Car on peut, par exemple, accorder des avantages matériels à quelques milliers de parlementaires et de politiciens professionnels, mais pas à tous les citoyens qui ont quelque chose à dire. Lorsqu'une petite minorité "pense", décide et s'exprime "au nom du peuple", les choses deviennent plus faciles pour le pouvoir économique. A fortiori, vu que d'après la Constitution (article 27), un parlementaire ne doit aucune explication à ses électeurs, pas plus qu'à la base de son propre parti politique. Alors que le "mécénat", les réseaux et think tanks, les "alternances" de façade... se portent très bien. Le peuple n'ayant d'ailleurs pas, pour "nos élites", vocation à "tout savoir".

Il en est de même en ce qui concerne la presse professionnelle, dans une période où les médias tombent les uns après les autres sous le contrôle des oligarchies industrielles et financières. Un journaliste peut être licencié ou privé de demande d'articles, et se retrouver à terme sans revenus. Trop souvent, pour survivre professionnellement, il devra se rapprocher d'un courant plus ou moins influent ou, du moins, être accepté par une partie du monde politique. S'il dérange untel ou untel, il peut être soutenu par d'autres. Mais s'il "embête tout le monde", il est fait d'avance. Avec un blogueur bénévole et autonome qui ne roule pas pour un courant du système, c'est plus compliqué. Or, le système n'aime pas qu'on l'empêche de tourner en rond.

 

OBEIS ET TAIS-TOI
 

 Vous comprenez, le système en place est déjà, le pauvre, "trop fragile". Que deviendrait-il si, instigués par des "inconscients" ou des "malveillants", les gens se mettaient à suivre un "mauvais exemple" ? Alors, attention à cette "source d'idées absurdes et irresponsables" que peut être, semble-t-il, l'internet. Voltaire est toujours bien présent : la liberté d'expression et de communication n'est pas faite pour le "bas peuple". Ce dernier doit regarder la télé, voter pour les candidats qu'on voudra bien lui proposer, et surtout... se taire et obéir.

L'exemple de l'Egypte est d'ailleurs là pour nous rappeler une simple réalité : le contrôle de la Toile ne se trouve pas dans les mains des citoyens, mais dans celles des Etats et des multinationales qui en détiennent les moyens de base. Pour la plupart des blogs, il appartient également aux détenteurs des médias. Avant les élections françaises de 2002, les listes de discussion étaient passablement censurées. A l'approche de celles de 2007, les mauvaises surprises dans des médias théoriquement "ouverts" n'ont pas manqué. Que deviendront les blogs, en France ou ailleurs, avec l'aggravation des tensions sociales et les nouvelles échéances électorales ?

Quant aux moteurs de recherche, qui les contrôle ? A nouveau, pas le "petit citoyen".

 

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


    • Citoyen 8 février 2011 13:33

      A propos de Denis Robert, dont il ne s’agit pas de nier le mérite, vous avez raison de rappeler que des fonctionnaires, salariés, consommateurs, usagers... en litige avec des entités privées ou publiques influentes vivent au quotidien des situations encore plus infernales sans disposer d’un comité de soutien, ni de ressources comparables, ni de la même publicité.

      En réalité, l’affaire de Denis Robert n’est qu’une illustration des procédés du système et, de façon générale, les gens s’en tirent beaucoup moins bien. Heureux Denis Robert, qui a eu la chance de pouvoir faire connaître son cas avec l’aide de centaines de collègues de la presse.

      C’est également une raison pour que les blogs dérangent, d’ailleurs. Pas question de « trop » montrer la réalité du « côté cour » de notre société prétendument démocratique.


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 8 février 2011 14:30

      Le courage, la qualité professionnelle et le mérite de Denis Robert sont indiscutables. En même temps, sa saga permet de comprendre ce que peut être le sort de beaucoup de « petits citoyens » tout aussi méritants et courageux, confrontés à des machines à broyer de cette nature mais qui ne disposent de la notoriété et des ressources de Denis Robert, pas plus que d’un important comité de soutien.

      Le comité de soutien à Denis Robert vient d’écrire sur son blog :

      http://lesoutien.blogspot.com/

      Après 10 ans de procédure, quatre ans de comité de soutien, des centaines de dons, un concert et une vente aux enchères à son bénéfice, plus de 100 000 euros de frais de justice, 500 Journalistes affichant leur carte de presse en signe de soutien... Denis Robert a définitivement gagné.

      (fin de citation)

      Au moins, Denis Robert a pu disposer de ces moyens, à différence d’un « petit citoyen » fonctionnaire, salarié, usager, consommateur... Or, ces « inconnus » sont plus nombreux qu’on ne le pense.

      Pourtant, en juin 2008, Denis Robert écrivait :

      http://www.ladominationdumonde.blogspot.com/

      10.6.08

      Jet de l’éponge au seizième round.

      Ce texte est ma dernière intervention publique à propos de Clearstream. J’ai pris la décision de refuser toute interview liée à la chambre de compensation luxembourgeoise et de ne plus l’évoquer sur Internet, dans les journaux, à la radio, à la télévision.

      Cette décision est douloureuse mais réfléchie. Je la prends après ma lourde et incroyable condamnation pour diffamation (pour un montant de 12500 euros)...

      (fin de l’extrait)

      Nous connaissons des cas de pénalités financières plus lourdes, par rapport aux revenus et moyens des personnes concernées, rien qu’en amendes pour « requête abusive » et frais d’avocat des parties adverses.

      Et si un journaliste influent comme Denis Robert a vécu un tel cauchemar, que pourrait attendre un « petit blogueur » pris dans le collimateur d’une multinationale ? En réalité, le blog serait supprimé par l’hébergeur avant d’en arriver là.

      La liberté d’expression réelle pour la grande majorité des citoyens reste à conquérir.

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/
      http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia



    • Droits de l’Homme 8 février 2011 17:03

      En clair, tout est mis en place pour qu’un citoyen « ordinaire » ne puisse pas tenir tête à quelqu’un de riche et influent. Qui peut dépenser 100.000 euros dans un litige ?

      L’Europe, qui est pleine de monarchies, a profondément dénaturé la notion de droits de l’homme, les réduisant à des droits plus ou moins formels sans aucune clause sociale, à différence de la déclaration des droits de l’homme de l’ONU.

      De même, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 proclamait :

      http://www.legifrance.gouv.fr/html/constitution/const01.htm

      Les représentants du Peuple français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés  ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution et au bonheur de tous.

      En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen.

      Article premier.
      Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

      (...)

      (fin de l’extrait)

      A présent, dans la pratique des institutions, les notions sociales, de droits de l’homme et relatives à la corruption apparaissent de plus en plus découplées.


    • Belibaste 8 février 2011 22:32

      100.000 euros, c’est une somme importante. Mais malgré tout, c’est nettement inférieur aux conséquences de dix ou vingt ans de blocage de carrière et d’autres représailles que des salariés et des fonctionnaires peuvent subir pour avoir osé tenir tête à des pouvoirs en place.


    • Droits de l’Homme 8 février 2011 22:57

      C’est l’un des dangers des blogs : les représailles professionnelles, en général très difficiles à démontrer mais avec des conséquences potentiellement très lourdes. Surtout, avec les méthodes actuelles de « gestion des personnels ».


    • Belibaste 9 février 2011 10:58

      Dans la situation actuelle, certaines professions ont davantage de moyens pour faire pression sur le pouvoir ou alerter l’opinion publique que d’autres. Félicitons-nous pour elles, mais n’oublions pas les licenciements, blocages de carrière, mises au placard... que subissent dans toutes les professions des citoyens honnêtes qui n’acceptent pas de rentrer dans le moule du système.

      Quant aux blogs, leur fragilité est évidente : dépendance par rapport à l’hébergeur, auteurs peu influents, propagande des « élites » contre le « populisme » (lire : la défense des droits des citoyens devant l’argent et l’influence)... A noter que le mot « populisme » a été complètement dénaturé par rapport à ses origines historiques. Le seul fait de présenter de manière péjorative une référence au peuple en dit long sur ce qu’est le monde des « élites » qui nous gouvernent, à Neuilly comme à Bruxelles ou ailleurs.
       


    • Gourmet 2012 8 février 2011 12:21

      En effet, comme l’indique votre titre, il y a plusieurs morts annoncées des blogs, avec des arguments différents :

      - ils ne servent qu’à faire du copinage, et à ce titre ils seront remplacés par d’autres engins ;
      - ce type d’internet est « dangereux », car on peut mettre n’importe quoi ;
      - les blogs se veulent des médias, mais ils ne véhiculent pas des informations originales et leurs analyses ne sont pas sérieuses ;
      - c’est un instrument au service du « populisme » ;
      - le business des blogs n’est pas rentable ;

      etc...

      Mais je suis bien d’accord sur le fait qu’à la fin des courses, ce dont il s’agit, c’est d’une censure annoncée. Les « arguments » importent peu.

      Il faudra en tout cas réfléchir dès à présent à la suite à donner...


      • Droits de l’Homme 8 février 2011 23:01

        On annonce beaucoup de scénarios de « mort des blogs », mais la réalité est que les lobbies voudraient les tuer tous, en dehors de ceux déclarés purement de copinage, de famille, etc... Surtout pas, que les blogs puissent servir à transmettre des informations et des idées.


      • Usager - administré 11 février 2011 22:11

        Les « morts commerciales » et assimilées des blogs ne sont pas très crédibles. En revanche, le contenu de beaucoup de blogs dérange, et les pouvoirs en place voudraient qu’il en reste seulement quelques-uns militant pour la « bonne cause » sous l’une des modalités acceptées.

        Les « grandes gueules militantes », si elles vont dans le « bon sens » ou si on peut les retourner, ça va. C’est lorsque des gens commencent à vouloir penser et s’exprimer de manière indépendante, et que les lobbies ne peuvent pas les contrôler, qu’il y a un « problème ». Les blogs sont jugés « dangereux » parce que chacun peut y mettre ce qu’il veut et ce qu’il pense vraiment.


      • non666 non666 8 février 2011 12:25

        1) Les moteurs de recherche hierarchisent les contenus en placant au sommet ce qui doit etre lu et en « oubliant » ce qui ne dois pas l’etre.
        Cherchez donc le passage d’ezer Weizmann au senat Français venu quemander l’entrée de son pays dans l’UE : disparu des sites du senat, disparu des moteurs de recherche (meme du cache google...) depuis le referendum de 2005

        Ils sont TOUS sous controle des etats unis et sont un des elements determinants du controle du net avec :
        _le controle des « reseaux sociaux » qui permettent de referencer les « nodes » , les liens entre individus
        _ le controle de l’architecture des serveurs racines qui permettent aux etats unis, unilateralement de « debrancher des etats (ce qui a deja ete le cas de la Lybie et de l’Irak, sans mandat international, par le passé...

        2) La democratie suppose une information libre, contradictoire et objective.
        Tant qu’une minorité d’interet controle cette information, tout va bien (pour eux...)
        En France 90% de l’information »doanload« est sous le controle de Bouyghes , Bolloré, Arnault, Dassault, Lagardere, Beterlsmann et quelques autres.
        Ces memes groupes controlent aussi l’information »upload«  : les instituts de sondages
        Ils controlent egalement les agences de pub et les agences et thi,k tank de communication et de manipulation de foule.
        jusqu’ici , tout allait bien pour eux.

        Mas l’effondrement du systeme qu’il avait mis en place de controle de l’information (pour cause d’abus...) a permis l’envolée spectaculaire d’internet.
        Mieux vaut une information partiale, partiele mais divergence et concurrentielle qu’une information infeodée a des interets specifiques.
        Hadopi, Davdi ne sont que les preliminaires d’un controle du net qui avance a pas feutré.
        Dja la sanction de »debranchage«  a été instaurée en lieu et palce de la prison et des amendes.
        Petit a petit, par la stratégie des »petits pas« chère a noam Chomski , ils etendront le delit des crimes pedophiles aux crimes »racistes« puis au revisionnisme , puis etendront le revisionniosme a ce qu’ils ont decidé entre eux...

        Leur point faible est qu’ils sont peu nombreux, ultra minoritaire meme.
        Leur point fort est que meme en cas de revolte, nous sommes supposés nous massacrer entre nous »droite contre « gauche » alors qu’en les egorgeant eux, tout irait tellement plus vite...
        Les scenarios à la tunisienne sont quand meme des avertissements graves pour les manipulateurs de l’ombre.
        Quels que soient les auteurs et les forces sous-jacentes qui oeuvrent dessous, la contamination et la propagation de ce genre d’evenement n’est pas a exclure , meme chez nous....

        Or si Ben Ali a des amis qui ont de beaux avions privés pour MAM, nous nous avons des Sarkozy avec des amis ayant de beaux yachts...
        Bien sur la Tv est sous leurs ordres.
        mais quand cela pete, seuls les cadres de contact font la difference et ils sont peu nombreux ceux qui savent vraiment controler une foule en colere.




        • Citoyen 8 février 2011 13:39

          Quel moteur de recherche n’a pas des « solutions d’entreprise » payantes ? On a affaire à des multinationales censées gagner de l’argent avec l’internet, avec une priorité pour les clients payants.


        • Usager - administré 11 février 2011 22:14

          C’est le problème de la marchandisation des moteurs de recherche qui, de fait, exercent une mission de service public mais...


        • FKdz-25 13 février 2011 15:32

          AgoraVox est un média organisé, et avec des modérateurs. C’est donc un type de structure que des partis politiques peuvent rêver de contrôler en tout ou en partie. Espérons que tel ne sera pas le cas à l’approche des élections de 2012.

          Aujourd’hui, les principales cibles de censures et marginalisations sont le blog et le site individuel que personne ne « modère » ni ne contrôle, en dehors de l’auteur.


        • Citoyen 8 février 2011 13:17

          Vous écrivez :

          "Le blog est un outil individuel et collectif qui peut permettre à tout citoyen, groupe, courant d’opinion... d’écrire et diffuser ce qu’il pense vraiment. Même si ce n’est pas conforme à la « pensée unique » concoctée et imposée par « nos élites », et c’est là que le bât blesse".

          A ce sujet, force est de constater le caractère de plus en plus creux des campagnes électorales.

          On ne voit plus passer une propagande électorale motivée et digne de ce nom. C’est la course aux numéros médiatiques sans contenu. On dirait qu’on nous prend pour des ignares et des sots, et que les auteurs de ces propagandes voudraient qu’on le reste. Voltaire reste à ce jour un maître à penser.

          Alors, en effet, les blogs qui tentent de construire des raisonnements cohérents et indépendants, ou de rappeler des informations enterrées, dérangent de plus en plus.


          • FKdz-25 8 février 2011 23:45

            Avec l’approche des élections de 2012, le premier impératif pour le monde politique sera d’amener un maximum d’électeurs aux urnes au premier tour. Pas question de laisser la place à quelque chose qui puisse apparaître comme un rejet de la classe politique par les citoyens.

            Les blogs qui ne se trouveront pas sous contrôle seront considérés comme des dangers certains ou potentiels. Il y aura de la censure, des tentatives de noyautage des modérations et de suppression de facilités théoriquement « ouvertes », etc...

            D’autant plus, que les candidats les plus influents n’auront aucune envie de fournir aux citoyens des explications trop précises quant à ce qu’ils comptent vraiment faire si jamais ils sont élus. On a déjà vu ce genre de cirque en 2007.


          • slipenfer 8 février 2011 18:51

            Bon article
            La répression continue tranquillement

            Le dossier eMule-Paradise renvoyé à l’instruction
            Une opération policière internationale a frappé plusieurs groupes de distribution
             de films et de logiciels copiés. Menée par le FBI américain avec l’aide des
            forces de l’ordre dans dix pays, dont la France, l’opération a permis l’arrestation
             de quatre personnes, le démantèlement de plusieurs sites de warez et la saisie de
             centaines d’ordinateurs personnels.

            Justice
            Baptisé « Operation Site Down », le coup de filet mené par le FBI et les polices de
             dix pays est un coup dur pour le warez, en tout cas à cours terme : l’opération
            a permis d’identifier 120 personnes clés du monde du warez réparties dans vingt-deux
            groupes parmi les plus connus, quatre mises en examen (pour l’instant...),
            la saisie de plusieurs centaines d’ordinateurs
             personnels et la fermeture de plusieurs sites de distribution illégaux. Au total,
            les autorités estiment avoir saisi pour cinquante millions de dollars d’oeuvres piratées,
             bien que ce genre d’affirmation soit généralement à prendre avec précaution,
            car souvent largement exagérée.
            L’opération d’hier a visé des groupes célèbres dans le milieu du warez, tels
            que TUN, Centropy ou Wasted Time (distribution de films, dont le dernier Star Wars),
             ou encore Myth, TDA, HellBound, NOX ou Goodfellaz.

            Ces groupes n’ont rien à voir avec le P2P : ce sont ceux qui, les premiers, cassent
            les protections des logiciels ou qui obtiennent les films à leur sortie en salle
            (ou même avant !), qui les présentent en ajoutant leur logo et leurs slogans
            (le warez n’est généralement pas motivé par l’appât du gain mais par la popularité),
             et enfin les mettent en forme afin de faciliter leur distribution. Ils les publient
             ensuite sur des serveurs de téléchargement fermés (les « topsites »), dont l’accès est
            réservé à une communauté restreinte. Ce n’est qu’ensuite, lorsque le logiciel ou
             l’oeuvre aura circulé dans la communauté warez, qu’il se retrouvera éventuellement
             diffusé par l’un des membres sur les réseaux P2P publics où il sera alors disponible
            au plus grand nombre.
            L’opération « Site Down » a ainsi visé la source des copies illégales plutôt que les
            consommateurs ou les distributeurs sur les réseaux Peer-to-Peer. Il reste cependant
             à voir son impact sur le terrain : d’autres opérations de ce type ont déjà eu lieu,
             et d’autres serveurs warez ont déjà fermés, et cela n’a fait jusqu’à présent que calmer
             le jeu pendant quelques semaines.


            • slipenfer 8 février 2011 18:52

              oups


              Operation Site Down du 24 Juin 2005

              • Belibaste 8 février 2011 21:31

                A première vue, comparer Voltaire à Innocent III peut choquer, mais c’est vrai que les deux ont été des représentants des classes sociales dominantes de leurs époques respectives. Innocent III en tant que représentant de l’oligarchie féodale chrétienne, et Voltaire en tant que conseiller reconnu des grands aristocrates embourgeoisés et despotes éclairés.

                C’est d’ailleurs pourquoi Voltaire reste à ce jour une référence pour les idéologues du système. Personne, dans les coupoles, ne souhaite que nous puissions dire haut et fort ce que nous pensons. La Révolution Française de 1789, ils n’en veulent pas, non plus. 
                 


                • FKdz-25 8 février 2011 23:48

                  Ils ne veulent entendre parler, ni de la révolution de 1789, ni des blogs qui ne se trouveront pas sous contrôle à l’approche des élections.


                • Citoyen 13 février 2011 10:04

                  Oui, Voltaire représentait les intérêts de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie « éclairée » de son époque. Dans une Europe des grandes multinationales où de surcroît les monarchies restent très influentes, il garde toute sa place en tant que maître à penser.

                  Sa logique : « bas peuple, tais-toi, laisse les élites diriger le monde ». Comment voulez-vous que ça ne leur convienne pas ?


                • dawei dawei 9 février 2011 11:02

                  Qu’ils verouillent le net et les blogs, je pense que c’est ce qu’il sont de mieux a faire pour montrer leur vrai visage et prouver à la face du monde qu’on est pas mieux que les regimes Ben Ali, Moubarak ou nord correens. La plupart des français sont trop bien nourris pour sortir dans la rue chasser les faussoyeurs de la democratie à la tete de la ripoublique française.

                  Donc, pour ceux qui mange encore trop bien à leur faim, connecté à internet H24, ce sera surement l’element declencheur pour enfin mettre tout le monde d’accord et nettoyer au karsher l’Elysee.
                  MORALITE : Faites vos Hadoppi, vos Loppsi de merde, et faites le bien profond, au maximum de vos intentions, qu’enfin on retrouve la chésion perdue du peuple français !! 


                  • Gourmet 2012 9 février 2011 11:42

                    Malheureusement, beaucoup de gens qui « mangent encore à leur faim » pensent qu’ils n’ont rien à cirer des autres. C’est de cette façon, que les pires politiques antisociales passent progressivement depuis une vingtaine d’années.

                    Lorsque les privatisations ont commencé en 1986, il aurait dû y avoir des vagues de manifestations comme maintenant en Afrique du Nord, mais à la place les gens sont restés confortablement assis. Ils venaient même de voter pour ceux qui ont lancé les privatisations. On leur a dit que c’était très bon pour l’économie, et ils l’ont avalé.

                    Par la suite, il y a eu les délocalisations. Les bénéfices des acheteurs du patrimoine public bradé ont commencé à émigrer vers des pays avec une main d’oeuvre moins chère. Non seulement personne n’a bougé, mais les politiques ont fait l’éloge des délocalisations, qu’il s’agisse de chiraquiens et assimilés ou de proches de Rocard, Jospin et consorts.

                    A présent, on nos dit que les blogs « c’est du populisme », ou encore qu’ils ne sont pas « rentables », etc... Beaucoup sont prêts à avaler la potion, hélas !


                  • dawei dawei 9 février 2011 13:40

                    oui mais justement, le blog et internet est au centre des preoccupations collectives ET individuelles de chacun. Donc, si Internet est sauvagement attaqué, même les plus individualistes se sentiront eux même attaqué ... les privatisation des biens publiques etaient trop eloignée des preoccupations individualiste de chacun, c’est pour cela que personne n’a bougé.

                    C’est pourquoi mon raisonnement parrait peut etre paradoxale, mais ce que je prone, c’est de ne surtout pas resister et de laisser faire au maximum le sabotage qu’ils entreprennent depuis quelques decennie, comme ça ; le loup sera sorti plus vite de sa forêt, il aura montré jusqu’ou il pouvait allé et aura montré à quel point il est nuisible, et sera tellement nu face aux villageois qu’il n’entreprendra plus rien et repartira de lui meme la queue entre les jambes par peur de se faire lyncher ... et aussi parcequ’il n’aura plus rien à se mettre sous la dent et plus d’idée destructrice.

                    Des fois je me dis, peut etre que pour en finir avec la bêtise neoconservatrice-sioniste-faschiste-materialiste-ultraliberal, le meilleur moyen c’est de lui donner tout les pouvoirs ... et d’ailleur c’est ce qu’on fait depuis plus de 20 ans.
                    Ils n’ont maintenant aucune excuse pour se blanchir de leur nuisance.
                    De temps en temps des bouc emissaires sont lychés d’un coté tout est de la faute des musulmans, de l’autre coté tout est de la faute du complot judeomaconnique et d’un autre côté c’est de la faute des traders et du patronat, mais au bout du compte, il n’ont plus aucune cartouche dans leur fusil ... la partie est terminée, car tous les billet de monopoly sont dans la même main ... et ils ne peuvent toujours pas en jouir, ils se rendent compte petit à petit qu’ils ont juste été les esclaves de leur Dieu Mamon et tenté de nous rendre esclave aussi, mais qu’ils n’en sont pas plus heureux car encore moins libres !! Quand Jésus disait que les premiers seront les derniers y a un peu de ça.
                    Je ne suis pas adepte des croyances new age, mais je suis persuadé qu’on rentre dans une nouvelle ere beaucoup plus centrée sur la Raison , l’harmonie, le vivre ensemble, l’empathie, la connaissance, le respect, la vérite et l’amour !! You may say I m a dreamer ...


                  • Citoyen 9 février 2011 22:22

                    Méfiez-vous ! Si on laisse les capitalistes faire ce qu’ils veulent, ça se termine par une dictature. On l’a vu en Europe au XX siècle. Une dictature, c’est quelque chose de très difficile à renverser, et ça peu très mal finir.

                    La réalité est que dans un pays comme la France, les générations de l’après-guerre ont beaucoup vécu des acquis sociaux et démocratiques de la Libération. Mais les rapports des forces sociaux ont évolué avec le temps et la situation est devenue très différente.

                    Il est grand temps de se réveiller.


                  • epapel epapel 9 février 2011 18:11

                    A fortiori, vu que d’après la Constitution (article 27), un parlementaire ne doit aucune explication à ses électeurs, pas plus qu’à la base de son propre parti politique.

                    C’est mauvaise interprétation de la constitution qui ne dit pas du tout qu’un parlementaire n’a de compte à rendre, mais plutôt qu’on ne peut pas contraindre son vote.

                    Article 27
                    Tout mandat impératif est nul
                     : comment ferait-on avec les promesses contradictoires ou infaisables ?
                    Le droit de vote des membres du Parlement est personnel :
                    c’est malheureusement rarement le cas en pratique, dans les faits ils sont aux ordres de leur parti
                    La loi organique peut autoriser exceptionnellement la délégation de vote. Dans ce cas, nul ne peut recevoir délégation de plus d’un mandat :
                    pourtant jusqu’à une période récente ce n’était pas le cas 


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


  • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 10 février 2011 14:34

    Encore deux coquilles : « le politique », « la gouvernement ». Décidément...

    Mais la question de savoir s’il ne faudrait pas une dose de mandat impératif dans la politique actuelle paraît d’autant plus pertinente, que l’on voit mal comment le Traité de Lisbonne aurait-il pu être adopté dans un tel cadre après le résultat du référendum de mai 2005. Ou comment Jospin aurait pu battre un record de privatisations en 1997-2002, etc...

    Quant aux coupoles syndicales, leur crise est évidente. Mais cette situation de conflit permanent avec la base n’empêche pas le proche conseiller du monde politique (Sarkozy compris) qu’est Alain Minc de saluer ouvertement leur comportement. Justement, pendant les mobilisations sur les retraites, nous avions écrit :

    http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/09/20/retrait es-un-projet-de-loi-accelere-v.html

    En décembre 2009, Alain Minc déclarait au Parisien Dimanche :

    http://www.leparisien.fr/politique/il-ne-faut-surtout-pas-augmenter-les-impots-27-12-2009-757362.php

    (...)

    Il y aura des tensions avec les syndicats, c’est normal. Je constate qu’au printemps, leur sens de l’intérêt général a été impressionnant pour canaliser le mécontentement. L’automne a été d’un calme absolu. Je dis chapeau bas aux syndicats ! Ils ont cogéré cette crise avec l’Etat. (...) S’il y avait un dixième du talent de l’état-major de la CGT au Medef, les choses iraient déjà mieux…

    (...)

    (fin de citation)

    En septembre 2010, Minc persiste et signe (LCI, repris par l’AFP) :

    http://videos.tf1.fr/infos/invite-politique-barbier/lci-alain-minc-est-l-invite-politique-de-christophe-barbier-6063771.html.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5imvzr8x7uXAEkBqlYbVNbGgM h6WA

    Je pense qu’on est dans une chorégraphie où chacun joue son rôle avec beaucoup de responsabilité parce que les syndicats sont en France admirablement responsables.

    (fin de citation)

    Une dizaine de jours plus tard, François Hollande déclare au Monde :

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/09/18/francois-hollande-la-decomposition-de-la-majorite-oblige-la-gauche-a-elever-le-niveau_1412871_823448_1.html

    Je salue la responsabilité des syndicats qui, dans les manifestations, n’appellent pas au refus de toute réforme mais défendent une approche juste et pérenne. L’emploi des seniors est la question centrale.

    (fin de citation)

    Peut-on être plus clair ?

    Un piège se referme : celui de l’illusion, entretenue depuis la Libération, d’une participation des citoyens au pouvoir réel. Lequel, dans la réalité, se trouve très éloigné de la politique de façade que l’on nous «  sert  ».

    (fin de l’extrait)

    A quels intérêts répondent des milieux politiques de plus en plus mécénisés et des coupoles syndicales de plus en plus proches du pouvoir économique ? Il est édifiant de faire le tour du site du « lobby d’intérêt général » Confrontations Europe :

    http://www.confrontations.org/
    http://www.confrontations.org/spip.php?rubrique19
    http://www.confrontations.org/spip.php?rubrique18
    http://www.confrontations.org/spip.php?rubrique33

    Après l’adoption du Traité de Lisbonne par les parlementaires français, passant outre au vote populaire de 2005, on comprend mieux ce que représente l’article 89 de la Constitution :

    http://www.legifrance.gouv.fr/html/constitution/constitution2.htm#titre16

    Art. 89. - L’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République sur proposition du Premier Ministre et aux membres du Parlement.

    Le projet ou la proposition de révision doit être examiné dans les conditions de délai fixées au troisième alinéa de l’article 42 et voté par les deux assemblées en termes identiques. La révision est définitive après avoir été approuvée par référendum.

    Toutefois, le projet de révision n’est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement convoqué en Congrès ; dans ce cas, le projet de révision n’est approuvé que s’il réunit la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés. Le bureau du Congrès est celui de l’Assemblée Nationale.

    (...)

    (fin de l’extrait)

    En clair : si vous pensez devoir gagner, organisez un référendum. Autrement, le Parlement est là pour vous dépanner...


    Cordialement

    Le Collectif Indépendance des Chercheurs
    http://science21.blogs.courrierinternational.com/
    http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia



  • FKdz-25 10 février 2011 21:45

    A en juger par la manière dont l’affaire des traités européens a été « expédiée » en évitant de consulter les citoyens dont on pouvait penser qu’ils voteraient à nouveau contre, on dirait que le seul « mandat impératif » qui compte pour les politiques est celui des milieux d’affaires. C’est lamentable.

    Et Accoyer est encore venu nous raconter que la France avait « mis l’Europe en panne » avec son vote de 2005. Une belle mentalité, surtout si on pense à ce qui nous vient de Bruxelles depuis quelque temps.


  • epapel epapel 9 février 2011 18:14

    Tant qu’on est encore là à pouvoir en discuter, c’est que tout va bien.


    • Citoyen 9 février 2011 22:32

      Le fonctionnement d’Agoravox n’est plus le même qu’en 2007, et on peut espérer qu’aucune censure partisane ne viendra s’installer à l’approche des élections de 2012. Mais dans d’autres médias à étiquette citoyenne, la situation est différente. Certains ont même une réputation de censure.

      Quant aux blogs et sites, on en a vu disparaître un certain nombre ces derniers temps. Pour tous les médias et hébergeurs, ce sera un test.
       


    • Universitaire 1995 12 février 2011 10:06

      C’est vrai qu’en tant que « propriétaire » d’un blog disparu il n’y a pas si longtemps, je me suis demandé pour quelle raison l’hébergeur devait absolument supprimer son service de blogs,. Comme il a juste après supprimé les sites personnels.

      Et que deviennent les blogs des personnes décédées ? Il y a là une question de mémoire par rapport à laquelle les riches sont fravorisés. Va-t-on vers une mémoire à sens unique ?


      • Citoyen 13 février 2011 09:59

        On se fait souvent des fausses illusions à propos de la liberté de la Toile comme moyen d’expression. La réalité est que les ressources de base se trouvent bien sous contrôle.


      • FKdz-25 13 février 2011 15:35

        Comme la « dissidence » commence toujours par un petit nombre qui ose s’exprimer, le blog et le site individuel dérangent de plus en plus dans la situation actuelle de crise du système.


      • godvicien 5 juillet 2011 13:30

        Mouef, c’est un peut tiré par les cheveux...

        Car il y a bien une chose qui est totalement controlée par les Citoyens sur Internet : le Peer-to-Peer (P2P) !

        Et quand il est crypté je vois pas comment il pourrait être censuré.

        Tiens si vous avez peur, maintenant y a même le Web 3.0 par P2P crypté :
        http://3Webee.net
        Totalement incontrolable !
        Et paf ! smiley

  • Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    FAIRE UN DON

    Auteur de l'article

    Indépendance des Chercheurs

    Indépendance des Chercheurs

    Collectif de chercheurs pour la défense de l’indépendance des scientifiques au service de l’intérêt général. http://science21.blogs.courrierinternational.com Photo : Illustration d’un livre de Giordano Bruno sur la Mnémotechnique (source : Wikipédia).


    Voir ses articles

    Inscrivez-vous pour participer à AgoraVox

    Derniers articles de l'auteur

    Tous les articles de cet auteur


    A lire dans la même rubrique

    Médias
    Voir tous les articles de la rubrique


    Les thématiques de l'article


    Palmarès

    3 derniers jours

    Articles les plus lus

    1. Pas de prime de Noël ? Le gouvernement n’a toujours pas annoncé la reconduction de la prime de Noël
    2. Fin de la séparation des pouvoirs en France
    3. L’erreur fatale de Mélenchon
    4. En Syrie, la fête est finie pour les charlatans
    5. Dimanche 7 mai 2017 : Marine Le Pen vs Jean-Luc Mélenchon au second tour des présidentielles en France
    6. Embauché par la société qu’il avait fait subventionner.....
    7. Entretien avec Aude Lancelin, prix Renaudot de l’essai - De la servitude des médias
    8. Les gens du voyage, des citoyens d’exception encore et encore …
    9. Emmanuel Macron, ramasse-miettes du système politique français
    10. Faut-il douter de Marine Le Pen ?

    Derniers commentaires