Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Nadine Morano sauvée par le Net ?

Nadine Morano sauvée par le Net ?

Hier, Nadine Morano était dans la tourmente. Ses propos tenus lundi soir lors d’un débat sur l’identité nationale avaient créé un tollé dans la classe politique. La secrétaire d’Etat à la famille avait en effet assimilé la mauvaise intégration de certains musulmans à leur port de la casquette à l’envers et à leur pratique du verlan. Clichés intolérables, stigmatisation honteuse, bêtise crasse ! Que n’a-t-on pas entendu pour tenter de déstabiliser la grande gueule de l’UMP, jusqu’aux jeunes socialistes, à l’indignation facile, qui réclamèrent sa tête et sa démission immédiate.
 
Ce matin, la situation semble se retourner. Grâce à Internet... que nos politiques, en particulier lorsqu’ils sont proches de la majorité présidentielle, ont pourtant tendance à qualifier d’invention du Diable. Une vidéo vient en effet d’être mise en ligne par Nadine Morano, qui nous permet de visionner son intervention complète, longue de près de 10 minutes, suite à la question d’un jeune homme. Les propos controversés sont soudain replacés dans leur contexte.
 
 
On constate que, sur le moment, personne n’est indigné par les propos de Miss Morano. D’ailleurs, hier déjà, Amed Bellal, membre du Conseil régional du culte musulman de Lorraine, présent lundi soir au débat, déclarait que Nadine Morano n’avait "absolument pas stigmatisé la religion musulmane". "Si elle l’avait fait, croyez-moi j’étais là et j’aurai réagi tout de suite", avait-il confié à l’AFP.
 
Il ne s’agit pas ici pour moi de décider si la mise en contexte des propos de Morano leur retire leur caractère choquant. L’important est plutôt dans l’attitude de Morano, qui a anticipé la possible polémique et décidé de filmer toute la réunion pour parer à toute manipulation de la part des médias. "J’avais pris la précaution de faire filmer tout ce débat, qui a duré 3 heures, qui sera intégralement en ligne", a-t-elle dit ce matin sur Europe 1. Nadine Morano a même déclaré qu’elle attendait les excuses de la correspondante de l’AFP qui a, selon elle, dénaturé ses propos, et dont elle a dénoncé la "malhonnêteté intellectuelle".
 
 
Cette défiance envers les médias était déjà connue chez les citoyens lambda, comme par exemple les membres du collectif ReOpen911, qui avaient filmé l’intégralité de leur rencontre avec l’équipe de Complément d’enquête, et qui avaient publié ce film sur le Net suite à la diffusion de l’émission sur France 2, où ils avaient découvert, effarés, un montage profondément manipulateur. Ce n’est qu’un exemple, il y en a d’autres. Désormais, les politiques eux-mêmes se protègent d’éventuelles manipulations, de raccourcis trompeurs.
 
Guy Birenbaum, ce matin sur le Post, a bien résumé la situation, suite à la parution de cette vidéo : "À observer la scène, il me semble donc - mais ce n’est que mon avis - que si la vidéo était sortie, la polémique n’aurait probablement pas pris cette ampleur, ni enflé, ni flambé. Nous verrons bien si la diffusion de cette vidéo éteint le "débat" ou le ranime. (...) La captation et la diffusion sur le web des images ’brutes" de ce genre de réunions pourrait bien devenir LA solution pour les politiques qui craignent, de plus en plus, que ne fuitent, ensuite, des petites phrases "hors contexte". En particulier, lorsqu’ils s’expriment loin des médias traditionnels et, surtout, sur une durée que les journaux télévisés ne peuvent absolument pas "assimiler". Une analyse qu’il faut, cependant, pondérer, parce que si, hier soir, les chaînes d’information en continu et les journaux télévisés ont bien "récupéré" la vidéo, en ne diffusant que l’extrait qui fait polémique, lémédias© n’ont pas particulièrement contribué à éclairer le débat. Bref, ce que montre cette séquence "brute", c’est que rien ne remplace un document complet pour que chacun se forge une opinion en son âme et conscience. Et l’excellente nouvelle c’est que seul internet autorise et autorisera la diffusion de ce genre de formats ! Il y a peut-être là de quoi faire - enfin ! - réfléchir les politiques, si portés à vilipender le net, ses buzz, ses raccourcis et ses dérives. Et si plutôt que de craindre le web, les politiques comprenaient enfin qu’il peuvent aussi l’utiliser (au sens noble du terme) ?"
 
L’an passé, Nadine Morano lançait à un journaliste de Rue89 : « Ah, Internet, je déteste, c’est le temple des rumeurs et de la caricature. » Aujourd’hui, Internet va peut-être l’aider à sortir de la caricature des médias traditionnels... Celle qui s’était faite une spécialité de parler d’Internet comme d’un outil dangereux pourrait bien être sauvée par lui à présent. Ironique, non ?
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 16 décembre 2009 13:14

    personne n’a reagi car ils sont tous du meme bord


    • joelim joelim 16 décembre 2009 13:17

      D’autant que ce tollé est ridicule. Il n’y a rien de choquant dans ce qu’elle a dit puisque ce n’est pas une déclaration sentencieuse et isolée qui lui donnerait un air d’exigence.

      Je n’ai aucune affinité avec Nadine Morano mais le genre de préciosité moliéresque et stupide qui consiste à être choqué de sa propre interprétation des propos de quelqu’un d’autre ne sert pas la démocratie et les justes combats.


      • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2009 14:13

        Le choc vient surtout du fait qu’un(e) député(e) soit si éloigné(e) de la vie de la plèbe qu’il ou elle en arrive à associer forcément musulman avec casquette et verlan.
        Heureusement, si les démentis sont exacts, il n’en est rien.

        Cependant, s’imaginer que le chômage des jeunes est du au fait qu’ils vont en entretien d’embauche avec casquette-jogging et parlent verlan à leur futur employeur, on se dit qu’on n’est pas si loin de la connerie suprême.

        Elle est tout de même à 4000 années lumière de la réalité cette pauvre femme. Je dis ça pour elle car elle va prendre une sacrée claque une fois qu’elle aura ouvert les portes dorées qui donnent sur la rue. Cependant, elle a de la marge, vu les posts d’hier qui ont embrayé sur les propos faussement attribués.

        Cdlmt


      • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2009 14:31

        Ouais bon, je viens de lire la phrase « dans son contexte », on s’aperçoit que l’AFP a changé une virgule par rapport à ce qu’a dit Nadine Morano.
        En effet, ça change tout...

        Cdlmt


      • Yann Amare 20 décembre 2009 13:44

        Morano, une pétasse stupide, typique de la racaille UMPiste...Rien dans la tête sinon une haine viscérale de tout ce qui n’est pas franchouillard style super ducon la baguette sous le bras gauche et l’autre levé bien raide pour saluer le grand phare de la pensée et guide suprême de la nation j’ai nommé Sarko la frime... "J’ai une belle montre, une belle chaine en or autour du cou, une belle femme bien chaude, et je vous emmerde connards de français"...Un vrai Gino quoi !...



      • chrac31 chrac31 16 décembre 2009 13:24

        en bref regardez a partir de 7minutes 50 la video


        • Sébastien Sébastien 16 décembre 2009 13:31

          Oui mais en écoutant la question dans les premières secondes...


        • Voris 16 décembre 2009 14:18

          Jourbon ! Nadine Morano pourrait dire « cimer » au Net.

          N’empêche qu’elle a quand même opéré une classification entre les bons et les mauvais français, les seconds étant les jeunes musulmans qui ne travaillent pas, qui parlent verlan et mettent leur casquette à l’envers.

          Alors, madame la ministre, trouvez donc des emplois pour tous ces jeunes plus durement frappés par le chômage que la moyenne !

          Et que les politiques cessent de retourner leur veste ! Après seulement on verra pour les casquettes.


          • BA 16 décembre 2009 14:19

            Nadine Morano parle d’un jeune Musulman.

            « On ne fait pas le procès d’un jeune musulman. Sa situation, moi je la respecte. Ce que je veux, c’est qu’il se sente Français lorsqu’il est Français. Ce que je veux, c’est qu’il aime la France quand il vit dans ce pays. C’est qu’il trouve un travail. C’est qu’il ne parle pas le verlan. C’est qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers. C’est qu’il essaie de trouver un boulot. C’est qu’on l’accompagne dans sa formation ».

            Une version finalement assez proche des propos retranscrits par l’AFP...

            http://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-defense-en-ligne-de-nadine-morano_836472.html

            Que va faire Nadine Morano maintenant ?

            Elle va faire un projet de loi pour interdire aux jeunes Musulmans de parler le verlan ?

            Elle va faire un projet de loi pour interdire aux jeunes Musulmans de porter la casquette à l’envers ?


            • Voris 16 décembre 2009 14:24

              Relisez ce passage « C’est qu’il trouve un travail. C’est qu’il ne parle pas le verlan. C’est qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers. » On voit bien que pour elle « trouver un travail » ne dépend que de la volonté comme le choix de parler verlan et de tourner sa casquette. Comme si le chômage ne frappait pas plus fortement certaines catégories de Français et comme si on était en période de plein emploi. Son idéologie ressort donc bien nettement : les jeunes musulmans sont tous des fainéants qui ne trouvent pas de travail parce qu’ils le veulent bien.


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 décembre 2009 14:36

              Le propos de N. Moreno sont typiques d’une réaction de mépris quasi insultant à l’égard des jeunes de banlieues, assez stupides, selon elle, pour ne pas distinguer entre s’habiller et parler pour s’intégrer à la bande de copains et pour se présenter à un employeur.

              Le contexte de ses propos ne fait que déplacer ses propos d’un racisme anti-immigrés supposé à une aversion anti-jeunes des quartiers populaires avérée. Qu’est ce qu’elle sait de la manière dont ces jeunes se conduisent dans une entreprise , sinon de croire qu’il suffit de les voir dans la rue pour les apprécier dans leur aptitudes professionnelles ? Et, du reste, on peut être un excellent vendeur ou mécanicien ou rappeur et se promener dans la rue avec un casquette à l’envers comme les basketteurs .

              Parler verlan ne signifie en rien que l’on soit incapable de parler un français conventionnel , bien au contraire.

              Son attitude n’ est rien d’autre que celle du mépris de classe. Est-ce cela être sauvée ?


              • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2009 14:49

                Qu’est ce qu’elle sait de la manière dont ces jeunes se conduisent dans une entreprise , sinon de croire qu’il suffit de les voir dans la rue pour les apprécier dans leur aptitudes professionnelles ?

                J’affirmerais bien qu’on peut apprécier les aptitudes professionnelles de N. Morano en la voyant dans la rue, mais ça risque d’être fort dégradant pour elle...

                Ça montre également le détachement et l’écart abyssal qu’il y a entre nos députés, sénateurs, présidents, ministres, et les gens, les vrais citoyens lambdas. C’est pas nouveau, c’est pas une surprise, mais ils me surprennent à chaque fois par leur stupidité et leurs 100 ans de retard.

                Revoyez les prises de bec, dans le zapping par exemple, entre NTM et Alliot-Marie ainsi que d’autres parlementaires de l’époque - qui doivent dater de 15 ans.
                Ça va vous foutre un sacré coup de vieux, vous verrez. Et vous verrez aussi que rien n’a évolué jusqu’à maintenant.

                Une manière également de se dédouaner de responsabilités : le jeune qui ne trouve pas de boulot aujourd’hui, c’est parce qu’il le veut bien.

                Cdlmt


              • Gavroche Gavroche 16 décembre 2009 16:52

                @Sylvain : C’est la 1ère fois que je vous vois avec un discours intelligent, ça fait plaisir. Le vaccin n’a pas encore fait son effet IoI
                Demandons à Dinena si on peut téjac l’argot et si on peut encore dire « casses toi pôv con »


              • peace06 16 décembre 2009 21:49

                Pour Monsieur Sylvain Reboul ...vous dites que « les jeunes ne sont pas assez stupides,  pour ne pas distinguer entre s’habiller et parler pour s’intégrer à la bande de copains et pour se présenter à un employeur. »
                Hélas, c’est pourtant la réalité !!
                De part ma fonction, je recrute du personnel très régulièrement et nous faisons face a un fléau... faire comprendre à certains jeunes que sur le lieu de travail le « parlé banlieu » et la tenue « rappeur » n’est pas toujours idéale !! Bien souvent habitués à parler avec leurs amis, ils n’arrivent plus à aligner deux phrases correctes lors d’un entretien d’embauche... et pire encore, meme quant ils sont embauchés !!!
                nous sommes bien souvent obligés de leurs faire passer des stages pour apprendre a avoir un language correct , tant à l’oral qu’à l’écrit.
                Par ailleurs, il est également extremement difficile de leurs faire comprendre que les insultes ne sont pas un language courant - pour beaucoup, certains mots sont devenus tellement intégrés dans leurs habitudes verbales, qu’ils n’arrivent meme pas à se controler face à leurs collègues de travail ou leurs employeurs.


              • Yohan Yohan 16 décembre 2009 14:43

                Euh Sylvain Reboul

                M’occupant de ces jeunes là, je peux témoigner qu’ils viennent aux recrutements le plus souvent avec la casquette sur la tête, l’oreille vissée aux portable et avec le MP3 ouvert à fond dans les oreilles. Je ne sais pas ce qu’on leur apprend à l’école, mais apparemment ça n’imprime pas ;

                Je ne vois pas de mépris à rappeler aux jeunes certains usages auxquels même le récalcitrant que j’étais à leur âge, se conformait pour trouver du boulot.

                C’est plutôt votre discours, neu neu, mou du gland, qui est consternant.


                • Voris 16 décembre 2009 14:48

                  Etes-vous prêt à affirmer ici « les yeux dans les yeux » que ces jeunes s’asseoient en face du recruteur « l’oreille vissée aux portable et avec le MP3 ouvert à fond dans les oreilles » ?


                • Axior 16 décembre 2009 15:41

                  Je pense que le problème est justement là, dans les « usages ».
                  Qui décide de ces fameux usages ?
                  Depuis des décennies cet esprit réactionnaire profondément ancré dans notre pays a pourri la vie de ceux qui n’aspirent qu’à y vivre paisiblement et en liberté. Ce fut la mini jupe, puis les cheveux longs pour les hommes, les blousons de cuir noirs, les chemises à fleurs et j’en passe, autant de broutilles dérisoires inacceptables pour ceux qui ne tolèrent aucune fantaisie. Aujourd’hui ce sont le verlan et la façon de porter la casquette qui sont mis sur la sellette, et quand on admettra enfin que ça ne dérange personne, ce sera autre chose. La vérité c’est que le réactionnaire a un besoin vital de trouver coute que coute des motifs de haine.
                  Dois-je rppeler qu’il n’y a pas si longtemps il était impossible de trouver un emploi ou même obtenir un prêt bancaire si on ne se présentait pas avec une cravate bien nouée et dont la taille du noeud correspondait à un standard bien défini ?
                  Pour ce qui est de Nadine Morano, dont j’ai toujours détesté les propos, je pense que cette femme est sincère et qu’elle a les capacités d’évoluer dans le bon sens ; enfin, ce qui à mon avis est le bon sens. Laissons lui le temps ...


                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 décembre 2009 16:16

                  Je m’occupe moi-même d’une entreprise en Allemagne, pays où les manières des jeunes ne sont si différentes qu’en France, je n’ai jamais vu un jeune prétendant (ein Bewerber) se conduire avec moi comme s’il était avec des copains. Il faut dire qu’en Allemagne les convenances vestimentaires sont largement plus souples qu’en France et la distance sociale symbolique bien moindre.

                  De plus et surtout il y a, dans les entreprises allemandes, un tout autre esprit en vue de l’intégration des jeunes : les employeurs savent qu’ils ont à les former y compris dans leur manière de se présenter aux clients et les jeunes se mettent très vite au pli.

                  Vouloir qu’un jeune soit immédiatement adapté à un comportement type est absurde comme l’est celui de vouloir qu’un jeune sorti de l’école soit déjà expérimenté. Ce n’est pas principalement le rôle de l’école d’apprendre aux jeunes à s’intégrer dans telle ou telle entreprise. Chacun sont rôle et le rôle de l’entreprise est aussi de former chacun à son rôle.


                • drourim drourim 16 décembre 2009 16:45

                  Oui Yohan,
                  Votre réaction pourrait être convaincante si elle se voulait parler de tous les jeunes sans distinction de religion de critère sociaux de milieu ou que sais-je encore…,

                  Ceci ne s’adresse pas seulement aux jeunes issus de l’immigration mais à tous les jeunes.

                  Quand à dire, je cite : “je ne sais pas ce qu’on leur apprend à l’école“, il me semble que les premières personnes concernées sont les parents, les associations d’animation de quartier, l’état dans son rôle régalien etc, il est trop simple de réduire l’éducation à la seule éducation nationale.

                  Une petite précision : Les français de Guyanne étaient Français avant les Savoyard, les lorrains (comme Morano) Français en 1766 etc…

                  Yoham, vous mélangez tout : problèmes de banlieues, problème de la jeunesse en général ?

                  Monsieur BESSON à ouvert une boite de pandore qui fait, fera le lit de l’extrême,
                  C’est ainsi qu’il à pu expulser hier encore quelques Afgans,
                  Portaient-ils la casquette à l’envers ???


                • Gavroche Gavroche 16 décembre 2009 16:57

                  @Sylvain : Sylvain vois tu l’effet que ça fait d’avoir un mec comme yohan qui n’entrave que dalle.
                  Tu as pris aujourd’hui la place de John.


                • Axior 16 décembre 2009 15:48

                  Je me sens plus en harmonie avec quelqu’un qui porte la casquette à l’envers et qui parle verlan : pour moi il est plus français que celui qui compare la France à un poulailler.


                • Axior 28 décembre 2009 17:37

                  Qui a dit le contraire ? Je donne mon opinion, donnez la votre. Moi j’aime la France, j’aime bien aussi les poulaillers mais je n’assimile pas les deux. Je pense que mon pays mérite mieux que cette comparaison, pas vous apparemment.


                • fwed fwed 16 décembre 2009 15:09

                  J’ai des questions simples :

                  Quelle est précisément la mise en contexte qu’apporte l’intégralité du débat ?
                  Cette mise en contexte modifie t’elle vraiment l’amalgame choquant énoncé par Morano ?
                  Vous pensiez vraiment débattre intelligemment avec Morano ?


                  • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2009 15:18

                    Je regarderai tout de même ce soir pour avoir une idée claire et personnelle sur ce « débat ». Youtube et compagnie sont relativement « kéblo » ( smiley ) sur le réseau de ma boîte ( smiley ).
                    Mais, vu les retranscriptions de la vidéo, je n’ai pas vraiment l’impression que ça change grand chose à ce qu’elle disait, à qqs virgules prêt...

                    Pour elle, apparemment, un jeune musulman naît avec une casquette sur la tête (qu’il ne peut enlever même devant un recruteur) et parle uniquement dans un dialecte étrange appelé « verlan » (qu’il utilise également pendant les entretiens d’embauche).
                    C’est d’ailleurs à cause de cela - ainsi que de sa paresse héréditaire - qu’il ne trouve pas de travail et que le taux de chômage chez les jeunes dans les banlieues est si élevé...

                    Je ne répondrai pas à votre troisième interrogation dont la réponse est contenue dans la question...
                     smiley

                    Cdlmt


                  • drourim drourim 16 décembre 2009 15:30

                    Le contexte dont on nous dit qu’il explique la position de Nadine Morano est un leurre.
                    Je suis Français non issus de l’immigration, rien ne m’empêche de parler verlan, mettre ma casquette à l’envers et personne, en me regardant (faciès) ne mettra en doute mon identité nationale.
                    Un Français d’origine étrangère doit-il être plus français ou franchouillard que moi ?
                    Doit-il tous les matins se prosterner face à l’Élysée et faire acte d’allégeance, et faire ce que je ne suis pas obligé de faire ?.
                    Doit-on lui en demander plus qu’à moi qui ne risque pas l’extradition ?
                    Oui la France est en train de fabriquer des sous Français.
                    Reviendra-t-on aux sinistres heures des “dénationalisation“ ?
                    Oui Madame Morano vous avez tenu des propos qui, comme français me désolent.


                    • M.Junior Junior M 16 décembre 2009 15:45

                      Quand les ministres de la République se montreront des défenseurs de la laïcité, ils arrêteront de parler de français musulmans, catholiques ou juifs, ils parleront de comportements professionnels attendus ou de comportements citoyens.

                      Cette phrase « sortie » hors contexte est particulièrement révélateur de la vision de la France de Nadine Morano.

                      Quand les détracteurs du gouvernement sont considérés comme des menteurs ou des personnes de mauvaise foi, la république cède sa place.

                      Si la secrétaire d’état de la famille et des solidarités estime que la priorité est au port d’une casquette à l’endroit ou à l’envers alors qu’un million de demandeurs d’emploi arrivent en fin de droit. Elle peut continuer à jouer avec ses enfants à des jeux interdits pour faire la Une des médias. Nous pouvons légitimement nous interroger sur son sens des priorités.


                      • Max 16 décembre 2009 16:04

                        De belles réactions de bobo gaucho smiley ici.

                        Toute une partie des jeunes se parent du statut de victime, que leur offre les gaucho bobos.

                        Des jeunes qui n’ont rien foutou à l’école,- primaire, collège, lycée, 12 ans d’étude tout de même-, qui parle mal le français, qui s’ils peuvent s’habiller comme bon leur semble dans le privé se doivent de s’habiller avec un minimum de correction pour rechercher un emploi, etc.

                        Recruteur, je vois ça tous les jours, que ces jeunes arrêtent de pleurnicher, et se mettent au boulot, il y a tous les jours des formations qui ne se font pas faute de candidat, ou tourne presque à vide pour les même cause, etc.

                        Faut passer un peu de temps ds une agence d’intérim par exemple, pour comprendre, écouter une heure la façons dont ces jeunes entre en communication avec autrui...

                        @ Sylvain Reboul je cite : « Le propos de N. Moreno sont typiques d’une réaction de mépris quasi insultant à l’égard des jeunes de banlieues, assez stupides, selon elle, pour ne pas distinguer entre s’habiller et parler pour s’intégrer à la bande de copains et pour se présenter à un employeur. » = venez un peu voir la France d’en bas, des quartiers, moi je bosse avec tous les jours, et oui il y a un énorme problème de stupidité, lié à une absence de -presque- toute éducation. Et non, il ne font pas pour la plupart la différence entre un employeur et le copain de la bande, vous sortez d’où vous ? Vous faites des recrutement stous les jours dans les quartiers ? Moi oui.

                        A ces jeunes, le plus beau cadeau qu’on puisse leur faire, c’est de leur dire d’arrêter d’accepter d’être victimiser, de se prendre en main, et de se mettre au travail (reprendre des études, bouger, apprendre à parler correctement, les normes sociales en matière d’habillement, s’intéresser à des métiers qui recrutent, etc.) je le fais tous les jours et ils me remercie, une question de respect, personne ne s’adresse à eux avec franchise et honnéteté, et en croyant en eux, car tous comprennent que je croie en leur capacités à devenir quelqu’un, à accéder à un emploi en se bougeant, en travaillant, contrairement à tous les rigolos qui les rabaissent toujours au statut de victime.



                        • M.Junior Junior M 16 décembre 2009 16:17

                          Max quand les recruteurs seront des professionnels éthiques, acteur d’une performance durable, nous n’aurons plus besoin d’écrire ceci ou cela.

                          Chaque nous devons former des chargés de recherche et de recrutement à leur métier tellement ils ont la tête dans la guidon. Il faut avoir la partition dans la tête et non la tête dans la partition. Une dernière lecture pour savoir quelle formation de recrutement il te faut.


                        • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2009 16:37

                          Des jeunes qui n’ont rien foutou à l’école,- primaire, collège, lycée

                          Z’êtes pas au courant ? Paraîtrait que certains ne foutaient rien même dans le ventre de leur mère !! Scandaleux, non ?? Ils passent leur temps à se sucer le doigt ces branlouzes !!

                          On entre avec un gros auto-croc-en-jambe dans « l’aire Huxley » où chaque homme ou femme devra avoir sa fonction, son utilité, de la naissance à la mort.

                          Cdlmt


                        • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2009 16:40

                          De belles réactions de bobo gaucho

                          Vous êtes venu sur le fil pour vous faire des amis vous, je le sens.
                          Et enfoncer des portes ouvertes aussi.


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 décembre 2009 16:49

                          Vous faites votre travail d’éducateur comme nous tous, et je vous félicite, mais ce que mon expérience en Allemagne m’apprend c’est que les stages en entreprises devraient être, comme dans ce pays, généralisés ; à la condition que les employeurs prennent leur mission d’éducateur au sérieux, les comportements disons inadaptés sont vite corrigés dans la plupart des cas.

                          L’entreprise peut être un excellent lieu d’intégration à condition qu’elle accepte le rôle d’éducateur professionnel et qu’elle ne fasse pas du mépris de telle ou telle manière d’être un critère a priori de recrutement .

                          Dans notre entreprise en Allemagne nous embauchons 3 apprentis par an sur trois ans (9 apprentis en tout sur 80 personnes), nous les formons dans tous les secteurs d’activité et parlons avec eux très franchement de leur manière de se comporter quand il y a un problème d’inadaptation.C’est à l’expérience que nous nous formons tous et celle de l’entreprise est primordiale.

                          N. Moreno voudrait que les jeunes se forment tout seuls hors tout contexte familial et social favorable et soient tout de suite opérationnels dans une entreprise, c’est à dire conformes ou pré-formatés . C’est cela le mépris social : croire que chacun de nous est immédiatement conforme ou non à ce qu’on attend de lui, quelles que soient ses conditions de vie antérieures et penser qu’il doit tout savoir avant même d’avoir eu le temps et les conditions nécessaires pour (bien) apprendre

                          La plupart des jeunes sont prêts à se couler dans le moule, à condition qu’on ne leur tienne pas rigueur de ne pas y être déjà, alors qu’ils n’ont jamais eu l’occasion d’y être.


                        • Gavroche Gavroche 16 décembre 2009 17:02

                          @ Max : Ta mère.


                        • Gavroche Gavroche 16 décembre 2009 17:09

                          @ Sylvain : Ok Sylvain . par pitié ne fait pas la 2ème injection, ce serai dommage de détruite tes talents IoI


                        • peace06 26 décembre 2009 18:01

                          « J’avais par exemple trouvé l’utilisation qui y est faite des ’boites à idées’ particulièrement révélatrice : les bonnes idées, ou remarques, étaient systématiquement prises en considération et mises en oeuvre, ceci quel qu’en soit l’auteur. Un type de considération qui n’existe que bien rarement en France. »
                          Vous avez de la chance, moi, dans la boite à idée qui a été mise en place dans la société, on n’y trouve rien...sauf des insultes ou des capotes !!!


                        • Voris 16 décembre 2009 16:13

                          Chansons :

                          Je suis tombée parterre,
                          C’est la faute du contexte.
                          Le nez dans mon caca,
                          La faute des médias.
                          Ou bien alors dit Brice,
                          La faute des Auvergnats.

                          ***************

                          C’est le vilain berbère
                          Qui porte sa casquette à l’envers.
                          Le grand Chanoine lui dit : « Oh racaille,
                          Je te trouve bien mal coiffé »
                          « C’est vrai, lui dit le jeune, Je vais la remettre à l’endroit ».


                          • Voris 16 décembre 2009 16:22

                            Une petite dernière ?

                            Quand la planche est glissante,
                            On joue les dilettantes
                            Quand elle est savonneuse,
                            On accuse la gueuse.

                            Mais quand la pente glisse,
                            C’est pas la faute de la police.
                            C’est bien parce que Besson
                            Y met tout son savon !


                          • Gavroche Gavroche 16 décembre 2009 17:06

                            @Voris : salut frèro


                          • Lorenzo extremeño 16 décembre 2009 17:22

                            @l’auteur

                            Excellent article !... Nadine Morano veut se prémunir de la « désinformation » du Net 
                            en faisant enregistrer son débat en intégralité, c’est donc jouer la tranparence !
                            ...celle la même dont Henri Guaino assure sur « parlons Net » de David Abiker que :
                            « la transparence absolue c’est le début du totalitarisme »  ! ! !

                             
                            Alors comme le dit si bien Guy Birenbaum, la diffusion sur le net de l’intégralité
                            des propos tenus serait LA solution pour comprendre de quoi il en retourne.
                            Merci á lui au passage, qui anime des emissions sur @si qui démontrent á
                            l’envie, ce que peut être un débat ni tronqué, ni orienté qui cherche á éclairer
                            l’internaute et non á l’endoctriner.

                            La TV ne refletera jamais que 20 secondes de prêt á penser alors que le Net,
                            permet á chacun sur l’intégralité d’un discours de se faire une opinion par soi
                            même.

                            Comme l’a bien souligné Médiapart « ce débat n’est ni libre,ni pluraliste,ni utile »
                            écran de fumée d’un parti qui veut occulter les VRAIS problémes...et çá
                            fonctionne ! ! !....la preuve ! ! !

                            Cordialement.





                            • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2009 17:36

                              La TV ne refletera jamais que 20 secondes de prêt á penser alors que le Net,
                              permet á chacun sur l’intégralité d’un discours de se faire une opinion par soi
                              même.

                              Je vous rejoins tout à fait sur cet avis. Je me suis souvent demandé comment un reportage de qqs minutes avec des images n’ayant souvent aucun intérêt pouvait servir aux téléspectateurs (les gosses devant les vitrines à Noël pour la promo des soldes, G20 où on ne voit rien sauf les invités sortir du jacuzzi, Sarkozy arriver « pas bourré » à la conférence de presse, images de tirs de missiles lors de reportages sur l’Iran, ...).
                              J’en venais même à me demander si le journaliste n’aurait pas mieux fait de dire son info sans image... Ou mieux, dans le cas des soldes, de ne rien dire du tout.
                              Pour finalement éteindre ma télé...
                               smiley

                              Cdlmt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès