Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Objet : Lettre ouverte suite au reportage « supporters, ultras, hooligans : (...)

Objet : Lettre ouverte suite au reportage « supporters, ultras, hooligans : carton rouge à la violence dans le foot » sur TMC

Mesdames, Messieurs,

C’est suite à la diffusion du reportage « Supporters, ultras, hooligans : carton rouge à la violence dans le foot » dans l’émission « 90 minutes d’enquêtes » sur la chaîne TMC, mardi 25 février, que nous vous écrivons.
 

Ce documentaire se propose d’étudier les ressorts de la violence existant dans le monde des supportes en France, et de la politique de « tolérance zéro » qui y a répondu.

A l’opposé du devoir de recherche permanente d’objectivité du journalisme, votre reportage adopte une vision subjective et partiale de la situation étudiée. Il dramatise, surévalue l’importance de la violence au sein du football français. Il semble ainsi nécessaire de rappeler que lors de la saison 2010-2011 les forces de l’ordre ont effectué 914 interpellations lors des 780 matchs organisés pour le compte des championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 et ayant rassemblé un peu plus de 10 millions de personnes (source : Direction Nationale de Lutte contre le Hooliganisme). Cela n’empêche pas le documentaire de parler de violence « omniprésente ». Nous constatons également l’absence de témoignage relativisant la situation catastrophiste que vous vous employez de décrire.

Comment expliquer que vous ne donniez la parole à aucun chercheur, président de club, chargé de la sécurité de club, supporters non violents, personnes pourtant à même de juger de la situation ?
Comment expliquer que votre reportage ne soit qu’une compilation d’images, de violences et de témoignages provocants ?
Comment expliquer qu’aucun des problèmes liés à cette politique de tolérance zéro, comme la mise en demeure du Paris-Saint-Germain par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, ne soit évoquée ? Comment expliquer la présence de vidéos venant de Russie ou d’Allemagne, pour illustrer un reportage censé décrire la situation française ?
Comment expliquer la corrélation faite entre les violences dans le football professionnel et celles, pourtant bien différentes, qui émaillent les championnats amateurs (« Une violence qui déteint même sur le football amateur, supporters qui envahissent les terrains, public qui insulte ou pire qui frappe les arbitres ») ?

Une telle prise de position au sein du débat public contrevient au rôle premier du journaliste qui est de trier, d’analyser et de présenter des éléments d’information dans un souci maximal d’objectivité. Il manque de respect au pluralisme de l’information en offrant une vision biaisée de la situation qu’il prétend exposer.

L’intérêt porté à la violence dans le football et à sa réponse politique n’est pourtant pas dénué de sens. Il paraît d’ailleurs nécessaire d’avoir aujourd’hui un débat apaisé sur les réussites mais aussi les échecs et abus, que vous passez sous silence, de la gestion policière du supporterisme en France. Il est malheureusement évident que votre reportage vise à légitimer cette politique comme cela est explicitement exprimé durant la première minute : « Interpellations des supporters les plus violents même à l’étranger, caméras de surveillance, dissolution de groupes radicaux, depuis quatre ans la politique de tolérance zéro a porté ses fruits ».

La diffusion d’un tel reportage va au-delà d’un simple manque à la déontologie journalistique. Dans sa recherche permanente de sensationnalisme, il nuit sciemment à l’image du football. Il manque profondément de respect aux femmes et aux hommes qui se mobilisent autour du sport le plus populaire de France, qui s’activent chaque jour pour promouvoir son caractère festif et convivial.

C’est pourquoi nous souhaitons engager un dialogue avec vous, en responsabilité, pour recueillir vos explications, prévenir ce type de dérives, réparer ce qui peut l’être. Nous informons de cette démarche le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.

En vous remerciant de l'attention que vous porterez à ce courrier, et dans l'attente du dialogue indispensable que nous souhaitons engager avec vous, soyez assuré, Mesdames, Messieurs, de notre parfaite considération.

Cordialement,

Des amateurs et supporters de football.

 

Lien pour signer la pétition :

http://www.mesopinions.com/petition/medias/lettre-ouverte-suite-reportage-supporters-ultras/11639


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Txotxock Txotxock 20 mars 2014 11:39

    Il y en a qui découvrent que la télévision de merde ne peut faire que des émissions de merde. Ils pensaient peut-être que ces chaînes avaient été crées pour informer et cultiver…

    Il faut sortir de son stade. En plus, pour donner une mauvaise image, le fotbal n’a besoin de personne.


    • jymb 20 mars 2014 13:30

      Le seul scandale est que des forces de l’ordre soient détournées de leur utilité pour cet abîme de stupidité et de néant qu’est le football. Laissez les « supporters » se battre entre eux dans les gradins, en même temps que d’autres super héros courent après une ba-balle sur la pelouse. A chacun ses plaisirs.
       Si on peut au passage récupérer les montagnes indécentes de fric qui seraient utiles pour donner aux enfants le goût de la lecture, de l’intelligence et de l’indépendance intellectuelle ce sera tout bénéfice.


      • Ruut Ruut 20 mars 2014 17:26

        Les match de Foot doivent avoir une sécurité privée pour garantir l’ordre dans et aux abords des Stades.

        La Police n’as pas a assurer le service d’ordre de ce type d’événement.
        Pourquoi pas l’armée pendant que nous y somment ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

citoyenengage


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès