Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Omertà médiatique sur les émeutes de clandestins à Bari (Italie)

Omertà médiatique sur les émeutes de clandestins à Bari (Italie)

Le sud de l'Italie, et plus particulièrement la ville de Bari, est le théatre de graves émeutes d'immigrés clandestins sur lesquelles le silence de la presse officielle semble total. A titre d'exemple, voici le résultat que m'offre Google en réponse à une recherche sur les mots "Emeutes" et "Bari". Les articles de la grande presse sont introuvables. Les réponses concernent toutes soit des sites de la réinfosphère (Oh ! les vilains fachos), ou encore des messages de particuliers. On note quand même un reportage de BFM TV, et des reportages dans la presse italienne.

C'est l'agence Novopress, considérée comme proche de la sensibilité identitaire, qui, en France, annonça la nouvelle le 1er août :

" Scènes d’émeute depuis ce matin à Bari, en Italie dans les Pouilles. Plusieurs centaines d’immigrés clandestins du Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile (Cara) de la ville bloquent depuis ce matin la route nationale 16 bis ainsi que la voie de chemin de fer. Ils ont mis le feu à des bidons et à des couvertures. Ils réclament leur régularisation et le statut de réfugiés politiques."

Les violences furent importantes, puisqu'on dénombrait une trentaine de blessés parmi les policiers et les passants. Autobus et ligne ferroviaire furent bloqués. Plusieurs trains subirent des retards. Le Centre d'accueil fut incendié.

Le blog Le Gaulois remarqua le drapeau islamique au sein de l'émeute, et en donna une photo (celle que nous reproduisons).

Plus grave encore : l'émeute paie, le gouvernement accepte de négocier avec les casseurs et, fort logiquement, l'émeute s'étend (à la Calabre).

Novopress, toujours elle, nous décrit ces développements :

" Les immigrés clandestins qui ont paralysé et ravagé ce matin la ville de Bari, dans les Pouilles, ont finalement accepté de rentrer dans leur Centre d’accueil en début d’après-midi, à la suite d’une « médiation » avec la préfecture, conduite par l’assesseur régional aux politiques de l’immigration, Nicola Fratoianni, l’adjoint à l’accueil de la ville de Bari, Fabio Losito, et le curé « ami des migrants », comme on l’appelle, Angelo Cassano, de la paroisse de San Sabino.

Les immigrés ont accepté « d’interrompre les hostilités » (c’est le terme employé !) contre promesse qu’une réunion se tiendrait mercredi à la préfecture de Bari, sous la présidence du sous-secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Alfredo Mantovano, avec le Préfet Angela Pria, chef du Département des libertés civiles et de l’immigration au Ministère de l’Intérieur, et le président de la Commission pour le droit d’asile de Bari, réunion au cours de laquelle on chercherait une solution à leurs problèmes. Les clandestins ont exigé et obtenu un engagement écrit. Ils ont fait savoir que, s’ils n’obtenaient pas satisfaction mercredi, ils reprendraient leurs actions violentes."

Des troubles similaires se produisirent à Crotone, en Calabre, immédiatement minimisés en ces termes par le Préfet :

 « il s’agit seulement d’une imitation de la protestation faite à Bari ». 

"Seulement ..."

Dans cette dépêche, Novopress note déjà le niveau important d'organisation des émeutiers :

"L’émeute a été lancée par des immigrés de nationalité somalienne, pressés d’obtenir le statut de réfugiés politiques, et qui ont eu des échanges téléphoniques, au moyen de leurs téléphones portables (car ces pauvres gens sont équipés de téléphones portables), avec les immigrés de Bari. "

Le professionnalisme des émeutiers est à nouveau souligné par Novopress dans une dépêche du 3 août. L'agence révêle le nouveau bilan des victimes : 98 blessés, dont 42 policiers, 40 carabiniers et 16 particuliers, caillassés dans leurs voitures ou dans l’autobus des transports en commun pris d’assaut. A première vue pas une égratignure du côté des émeutiers.

Sans doute la police aurait-elle été traitée de fasciste si elle avait tapé plus fort. Mais qu'on se rassure : il n'y a eu que des Italiens de blessés ! 

Les suites judiciaires contre les émeutiers sont en préparation, nous assure-t-on, ce qui n'empêche pas les dossiers de demande d'asile politique de progresser également.

La justice avance à son pas, avec précautions, en respectant la présomption d'innocence, en veillant à ne pas appliquer une responsabilité collective. Mais elle s'attache vraiment à identifier les responsables, nous assure-t-on :

" Le parquet s’est mis au travail mais ne sait pas encore comment procéder. 28 clandestins (sur plusieurs centaines d’émeutiers) ont été arrêtés en flagrant délit mais il faut désormais établir avec certitude qui a fait quoi (en langage juridique, « attribuer des conduites spécifiques à chaque inculpé ») et c’est, semble-t-il, très compliqué. Comme l’ont expliqué les enquêteurs de la police judiciaire à La Gazzetta del Mezzogiorno, « celui qui a occupé la voie de chemin de fer n’a pas occupé la route nationale et vice-versa. Celui qui a cassé les dents à un policier ou rompu les côtes à un carabinier n’a peut-être allumé aucun incendie ». Pour arriver à la certitude, les enquêteurs sont en train d’analyser les photos et les films pris durant l’émeute, surtout les films pris depuis l’hélicoptère de la police. Les reportages de la télévision ont également été acquis. Rien ne sera négligé, on nous l’assure, « pour trouver de possibles éléments de preuve à l’appui de l’hypothèse des enquêteurs », à savoir que les 28 personnes arrêtées lundi (et bien sûr présumées innocentes) ont effectivement commis les délits en question."

D'après la police, relayée en premier lieu par la Gazetta del Mezzogiorno, puis par Novopress, que nous citons, les émeutiers sont très organisés et obéissent à des plans précis :

"Les enquêteurs de Bari disent n’avoir jamais été confrontés à rien de semblable jusqu’ici. Les émeutiers ont agi selon un plan soigneusement étudié. « Leur stratégie prévoyait le déploiement de petits groupes, avec des objectifs fixés à l’avance. Un groupe sur la voie ferrée, l’autre sur la route nationale 16. Des pierres enveloppées dans des chiffons, qu’ils faisaient tournoyer et qu’ils lançaient à toute force pour avoir une plus longue portée et pour augmenter l’effet destructeur. Chaque fois que les forces de l’ordre s’approchaient d’un groupe d’immigrés, un autre groupe, moins nombreux mais toujours aguerri, surgissait d’un autre côté. Il était impossible de combattre sur deux fronts ». « Dans leurs yeux, témoigne un policier, il y avait la haine ».

Des vidéos des émeutes (dont un reportage de BFM TV) ont été mis en ligne par Fdesouche.com.

(Note : Novopress autorise la reproduction de ses dépêches sous réserve d'en indiquer la source ; nous avons profité de cette permission et veillé à remplir la condition posée)


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Annie 5 août 2011 10:09

    Il n’est bien entendu pas question de justifier ces émeutes, mais ce que l’article oublie de dire est que ces demandeurs d’asile (et non immigrés clandestins) attendent depuis 7 mois dans un camp de « filtration » de Bari que leur demande d’asile soit examinée. http://www.presseurop.eu/en/content/news-brief-cover/825581-tragedy-sea-and-riots-onshore


    • Annie 5 août 2011 17:22

      « il existait un bon accord avec la Libye, aux termes duquel les barcasses de clandestins étaient arraisonnées en haute mer, puis remorquées jusqu’à leur point de départ »
       
      Pas tout à fait exact. La Libye a été chargée dans son accord avec l’Italie non pas du remorquage des bateaux jusqu’à leur point de départ, mais du traitement des demandes d’asile dans un pays (la Libye) qui n’a pas signé la convention de Genève sur les réfugiés. 


    • Croa Croa 5 août 2011 17:31

      Notons aussi que dans les meneurs de la rebellion libyenne se trouve la mafia des passeurs, lesquels trouvaient certainement leur commerce trop entravé ! (La rebellion ce n’est pas qu’eux mais ce point mérite d’être noté !)


    • Annie 5 août 2011 18:20

      On chipote là, parce que les immigrés étaient ramenés vers la Libye quel que soit leur pays d’origine. C’était la Libye qui était chargée d’examiner les demandes d’asile à la place de l’Italie, quelle que soit la nationalité des émigrants. Je n’ai pas réussi à mettre un lien auparavant, je vais essayer de le faire : http://www.gisti.org/doc/presse/2005/ferre/


    • Annie 5 août 2011 20:48

      Les pays européens, dont la France et l’Italie, étant incapables administrativement de traiter toutes les demandes d’asile après avoir signé toutes les conventions en vertu desquelles elles s’engageaient à le faire, ont décidé de passer des accords bilatéraux pour se décharger de cette responsabilité sur d’autres pays comme la Libye. La France n’est-elle pas actuellement en train de bombarder la Libye parce qu’elle vient de découvrir qu’il s’agit d’une didacture ?
      Pourquoi croyez-vous que Kaddafi ait été accueili en grande pompe à l’Élysée ?


    • James James 5 août 2011 11:56

      Attention, les islamistes sont à nos portes .
      Article pitoyable, niveau certificat d’ études primaires .
      Qui pensez-vous effrayer avec vos multiples torchons ?
      Ce spectacle est le résultat de la collaboration de nos bons démocrates d’occident, qui pendant plus de vingt années ont noué des amitiés avec de vulgaires autocrates, on nomme cela le retour de bâton.


      • Scual 5 août 2011 14:28

        J’ai failli lire plusieurs paragraphes mais quand j’ai lu « drapeau islamique » pour parler du drapeau Tunisien, j’ai d’abord rigolé un peu et immédiatement compris le niveau lamentable du truc.

        Allez, on passe à la suite...


        • Annie 5 août 2011 14:30

          Bien vu !!


        • Catherine Segurane Catherine Segurane 5 août 2011 17:25

          Voici, sur Wikipedia, plusieurs drapeaux musulmans 


          Plusieurs associent le croissant et l’étoile sur fond rouge, dont celui de Nation of islam.

          Mon article ne comporte aucune erreur sur ce point.




        • Scual 5 août 2011 18:24

          Merci pour ce lien qui non seulement démontre que j’ai raison, mais en plus que vous n’avez pas les yeux en face des trous.

          1 C’est le drapeau de la Tunisie et de rien d’autre.

          2 Il n’existe pas de « drapeau islamique » de toute façon.

          3 Franchement c’est du même niveau que de dire que le drapeau de la Suisse serait le « drapeau christianiste », une absurdité ahurissante.


        • Annie 5 août 2011 18:29

          Le titre du Gaulois est le suivant :

          Italie : drapeau islamique en tête, les immigrés clandestins attaquent les forces de l’ordre

          Hé bien non, il ne s’agit pas du drapeau islamique mais de celui de la Tunisie.
          Vous auriez dû vérifier Catherine

        • Jacorius 5 août 2011 20:48

          J’me suis arrêté au même endroit puis j’ai vus la photo avec le drapeau tunisien. Ensuite j’ai lus le premier post et j’ai bien rigolé aussi... Lamentable.


        • Catherine Segurane Catherine Segurane 5 août 2011 21:45

          @ Scual, Annie,


          Si, comme vous dites, le drapeau est tunisien, alors je ne comprends plus.

          Pourquoi cette façon de brandir son drapeau de façon conquérante alors même que ces clandestins demandent l’asile politique, c’est à dire sont en principe victimes de menaces graves de la part de leur pays d’origine.

          Ces clandestins se vivent-ils comme des conquérants (qui brandissent leur drapeau) ou comme des fuyards persécutés (qui ont besoin de demander l’asile) ?

          Il faudrait savoir.

          Je n’ose faire l’hypothèse qu’il puisse s’agir de faux demandeurs d’asile.


        • Annie 5 août 2011 22:01

          N’osez pas Catherine, parce qu’il est difficile de préjuger des gens.
          J’ai émigré en 1984 en Grande Bretagne, en toute bonne foi et je suis tombée en pleine « europhobie ».
          J’aurai brandi le drapeau de la France à n’importe quelle occasion. C’est lorsque j’ai commencé à être acceptée par ce pays, que j’ai aussi accepté le pays qui m’avait accueili. Et à priori, j’étais plutôt bien disposée à son égard.


        • Scual 6 août 2011 01:34

          Ils brandissent le drapeau Tunisien pour bien faire comprendre d’où ils viennent. Ce sont des Tunisiens ! Nos amis ! Nos frères ! Nos cousins ! Ceux qui sont en crise uniquement à cause de l’anarchie due à leur combat pour la liberté et la démocratie. Les grands combattants des droits de l’homme du monde arabe !

          Ceux qui en plus ont été soumis par la tyrannie d’un régime que NOUS avons soutenu, après les avoir colonisé peu de temps avant au passage...

          Mais bien sur, c’est surtout évidement pour pas qu’on les confonde avec les Libyens qui fuient la guerre, et qui pourraient être des Kadhafistes. Enfin tout ça dans le cas ou cette photo est non détournée, ce qui est très très loin d’être certain vu l’origine de l’information (à lire le lien de la photo avec des commentaires pleins d’appels à la violence...) et le fait qu’il semblerait que finalement les manifestant soient des Somaliens bref, on est baladé dans une construction propagandiste dons seule la vérité semble absente.

          J’ai fini de lire l’article finalement, et il m’a presque donné envie de vomir par son racisme et sa xénophobie maladive. Il n’y a pas la moindre once de mise en perspective là-dedans. Pas de point de vue des manifestants, d’ailleurs tous mis dans le même sac. Rien que de la peur, de la haine, de l’alarmisme et des amalgames. Pas la moindre compassion pour des personnes qui ont probablement souffert comme personne et qui sont déshumanisés comme du bétail, et même pire comme une espèce nuisible dont il faudrait se débarrasser.

          De la propagande raciste comme j’en avais jamais vu. C’est monstrueux.


        • sylvie 5 août 2011 17:13

          Excellente nouvelle, merci ! le temps des moutons semble fini, los indignados créent des émules.


          • Croa Croa 5 août 2011 17:14

            On peut ne pas être d’accord avec les intentions de l’auteur mais l’être tout à fait sur le titre !

            Autrement dit, nous pouvons voir ces évènements différemment, nous tomberons tout de même d’accord sur le fait que les médias évitent d’en parler, c’est grave ! smiley


            • sylvie 5 août 2011 18:28

              sur votre post Croa je suis d’accord, il y tant de sujet à évoquer... dont la météo ou mieux la baisse miraculeuse de la liste « mort sur la route » qui correspond , oh miracle ! à la baisse de la visite touristique.............


            • legrind legrind 5 août 2011 21:27

              Si les médias n’en parlent pas c’est qu’il ne faut pas stigmatiser ni faire le jeu du fn, tant pis pour la vérité, bref on s« ’enrichit », ça s’est pas assez : 


              • Lorelei Lorelei 9 août 2011 03:47

                le croissant est le symbole de l’islam donc de ce point de vue en effet il y a la symbolique islam, il en est de même avec la croix chrétienne il existe encore des pays en occident qui ont cette symbolique chrétienne...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès