Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > « Osez le féminisme » ose tout.....

« Osez le féminisme » ose tout.....

Il y a quelques temps je vous disais tout le bien que je pensais de la dernière réalisation de David Fincher, « Gone Girl », sûrement l’un des films les plus forts que j’ai vu ces dernières années. Et bien il semble que cet avis ne soit pas partagé par tous, ou plutôt par toutes.

En effet, l’association « Osez le féminisme », a cru bon de critiquer le film en titrant son article « « Gone Girl », ou l’argumentaire des masculinistes. »

Pour l’association la première heure est plutôt plaisante, mais c’est dans la seconde partie que cela se gâte. (c’est bien évidemment la plus passionnante).

Pour « Osez le féminisme », l’intrigue vire dans cette seconde partie à l’illustration parfaite des thèses masculinistes et laisse un amer goût de vomi en sortant. Rien que ça.

Il y a un passage très instructif dans l’article de l’association pour comprendre leur mode de fonctionnement, voici l’extrait : « on pourrait prétendre que pour une fois, les femmes ne tiennent pas lieu de victimes passives. Mais on est bien loin d’un portrait de femme forte, héroïque dans l’adversité, modèle à suivre pour les spectatrices. »

Eh oui, on voit ce qui les gêne. Pour l’association une oeuvre ne doit en rien montrer les femmes avec leurs faiblesses et leurs failles, mais avant tout comme ce mouvement voudrait qu’elles soient représentées, comme de bonnes petites militantes féministes qui voient avant tout l’homme comme un adversaire et non comme un partenaire, et surtout pas comme un être que l’on aime par dessus-tout.

Quelle vision d’horreur pour « Osez le féminisme ».

Ces femmes ne voient que dans l’homme le mal (mâle) à combattre.

Pour elles, une oeuvre d’art doit montrer la femme comme « un modèle à suivre pour les spectatrices ».

Quel terrible aveu. Le cinéma au service de la propagande féminisme.

Je passe la suite, mais vous pouvez la lire ici .

Il faut tout de même signaler que le livre dont est tiré le film, tout comme le scénario, est signé par une femme, Gillian Flynn.

Mieux, Ariane Nicolas (encore une femme), journaliste à France tvinfo, répond à « Osez le Féminisme » dans un excellent article intitulé « Pourquoi « Gone Girl » n’est pas un film machiste ».

La journaliste démontre avec intelligence et subtilité que le personnage d’Amy est bien plus complexe que ce voudrait nous faire croire nos chères militantes.

Quant au personnage de Nick, il est loin d’être parfait.

Ariane Nicolas termine son article de façon très brillante :« Une critique féministe du cinéma peut s’avérer pertinente, mais encore faut-il qu’elle explore toutes les facettes d’un film. Celui de David Fincher échappe aux analyses classiques sur la domination masculine, car il vilipende avec malice les standards machistes de l’American Way of Life, tout en se refusant à produire un discours lui-même normatif ou culpabilisateur pour les hommes. », et de conclure « Gone Girl est assurément un film que l’on avait encore jamais vu ».

Heureusement, Ariane Nicolas nous démontre qu’il existe des féministes qui savent encore apprécier une oeuvre-d’art d’une grande qualité sans y voir la moindre perversité masculine. Comme cela fait du bien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • fatizo fatizo 27 octobre 2014 11:21

    Le féminisme peut aussi être intelligent, la preuve avec l’actrice britannique Emma Watson qui déclare ici au siège des Nations unies à New York : « Plus je parle de féminisme, plus je me rends compte que le combat pour les droits des femmes passe trop souvent par une haine des hommes. S’il y a bien une chose dont je suis sûre, c’est que cela doit cesser ».

    Un message pour « Osez le féminisme » et autres..

    • legrind legrind 27 octobre 2014 13:06

      Quand OLF n’est pas grotesque ? 

      Comme vous l’avez signalé, l’auteur de l’histoire est une femme,Gillian Flynn.

      • Crab2 27 octobre 2014 15:48
        Aristophane ou l’homme qui inventa le féminisme

        « Par les déesses, il est bien difficile pour des femmes de dormir toutes seules. Il faut pourtant s’y résoudre ; car la paix doit passer avant tout. »...LAMPITO

        Suites :

        http://laiciteetsociete.hautetfort.com/aristophane-ou-l-homme-qui-inventa-le-feminisme/


        • Crab2 27 octobre 2014 16:59

          Très argumenté - d’un niveau très relevé


        • rocla+ rocla+ 27 octobre 2014 17:15

          Le mieux c ’est quand  les filles sont  des filles et les garçons des garçons .


          • Crab2 27 octobre 2014 17:34

            C’est un scoop ?


          • rocla+ rocla+ 27 octobre 2014 20:14

            Faut rappeler les fondamentaux quand la norme c’ est 

            un pour tous tous pédés 

          • Crab2 27 octobre 2014 17:34

            Victimes, les femmes ? - Seulement victimes...

            Il y a un peu plus d’un an Nadia Zouari déclarait « le Statut femme artiste est le pire des statuts dans la Tunisie actuelle  » !

            °

            Tunisie : l’argent du Qatar ne suffit plus - défaite des islamistes

            Suites

            http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/10/27/seulement-victimes-les-femmes-5477417.html


            • Fergus Fergus 27 octobre 2014 19:58

              Bonsoir, Fatizo.

              Gone Girl est un excellent film dont la première partie est en effet plus réussie que la seconde. Pour autant, impossible de se rallier aux arguments des féministes en question : l’héroïne est en effet une psychopathe qui sort très nettement du profil de l’écrasante majorité des femmes. D’où une argumentation sans intérêt car totalement stupide !


              • fatizo fatizo 27 octobre 2014 20:38

                Bonsoir Fergus,

                La première partie est réussie, mais elle ressemble juste au bon thriller américain habituel, avec en plus une bonne vision de la société américaine. 
                Mais pour moi la seconde partie est encore meilleure. Le personnage d’Amy nous délivre tous ses secrets, et on a le sentiment d’être dans le flm qu’Hitchcock aurait pu faire au XXIèe siècle.
                Voici une critique du film que je trouve assez juste

              • Fergus Fergus 27 octobre 2014 22:28

                @ Fatizo.

                J’ai un peu moins apprécié la 2e partie parce qu’elle est assez nettement moins crédible dans le machiavélisme de l’héroïne.

                Cela dit, le rôle des médias américains, et notamment celui des animateurs et animatrices faiseurs d’opinion est très bien observé et mis en lumière.

                Bonne nuit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès