Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Pascal Sevran en plein sévice public

Pascal Sevran en plein sévice public

La France et ses ligues protectrices de tout et de n’importe quoi se sont découvertes un nouveau nazi, en la personne de Pascal Sevran, cloué au pilori pour avoir dérapé sur l’Afrique, ses bites et sa misère.

A chaque mois son nazi. A chaque semaine son raciste, son antisémite, son eugéniste. Cette fois ci, c’est le chantre de la chanson française, l’enlumineur du verbe beau et de l’air juste, le gay douce France du service public, Pascal Sevran, qui s’est vu traité de toutes les ignominies par les défenseurs de l’ordre moral qu’en d’autres terres on aurait nommé ayatollahs. L’objet de ce courroux (coucou) ? Une interview donné par l’animateur dans Var Matin, où il était interrogé sur un passage de son dernier ouvrage en date « Le privilège des jonquilles » que voici que voilà : « Le Niger. Safari-photo insoutenable. Des enfants on en ramasse à la pelle dans ce pays (est-ce un pays ou un cimetière ?) où le taux de fécondité des femmes est le plus élevé au monde. Neuf enfants en moyenne par couple. Un carnage. Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout va. La mort est au bout de leur bite. Ils peuvent continuer puisque ça les amuse... » Le journaliste varois s’étant sans doute ému de ce passage « imbitable » il demanda à Sevran quelques explications et celui-ci répliqua : « Et alors ? C’est la vérité ! L’Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire. Il faudrait stériliser la moitié de la planète ! ».

Voilà pour les faits, voilà pour les propos. Pas de quoi fouetter un chat, même noir. « Le privilège des jonquilles » est en librairie depuis presque un an, et personne, ni le CRAN, ni la LICRA ni le DOM ni la Tribu K, ni François Reynaert du Nouvel Observateur, ni Albin Michel, ni le PS, ni SOS Racisme, ni la SPA, ni Greenpeace, ni Que Choisir, ni le Kop de Boulogne, personne ne s’est ému de ces lignes : « La mort est au bout de leur bite. » Ni en janvier, quand le livre est sorti, ni en février, ni jamais. Onze mois plus tard, sur la simple foi d’une interview où pour la première fois un journaliste semble relever cette phrase peu élégante, certes, peut-être choquante, mais rien de plus, juste une impression d’Afrique qui en vaut d’autre, Sevran ne voit pas de raison de s’excuser de l’avoir écrit, et se « justifie » de manière un peu outrancière. Et là, c’est l’avalanche. Comme jaillissant des starting-blocks, les « collectifs » et les « ligues » de toute sorte se précipitent alors sur l’animateur, le prennent à la gorge et ne le lâchent plus. « Eugéniste », « Raciste », « Con », « Abject », « Pauvre mec », les insultes pleuvent sur l’ex mitterrandolâtre devenu récemment ami de Sarkozy. Ce dernier retournement d’ailleurs explique sans aucun doute la virulence des réactions de certains socialistes, qui ne pardonnent pas à Sevran son nouveau choix politique.

Mais l’indignation ne suffit pas : tous vont plus loin et demandent à De Carolis de virer Sevran jugeant ses positions « incompatible avec la notion de service public » ce qui ne veut rien dire, évidemment. C’est quoi, le « service public », une idéologie ? Une secte ? Une religion ? Qui peut encore croire que le service public est « investi d’une mission » ? Le lynchage continue et le collectif DOM (Tom ?) écrit à Chirac pour lui demander de retirer à Sevran son « ordre national de la Légion d’honneur ». D’autres demandent à Sarkozy de se désolidariser de Sevran, et de dire publiquement qu’il ne saurait recevoir le soutien d’un raciste. Plus d’émission, plus de décoration, plus de politique, plus d’amis, une main devant une main derrière, Sevran est prié de s’exiler, en évitant si possible les excités de la Tribu Ka qui ont clairement annoncé qu’ils s’en prendraient à « cette raclure ». On croit rêver. Enfin, rêver...

Il est très instructif en tout cas de remarquer que dans ces concerts d’indignations bien orchestrées on observe très souvent le mariage de la carpe et du lapin, des labradors et des pitbulls, des bonnes âmes et des intégristes, des pudibonds et des inquisiteurs. Tous se retrouvent, pour de plus ou moins bonnes raisons, pour mordre les mollets, ou la gorge, du « scandaleux » qui ne saurait vivre en paix, sinon libre. Quand ils dénichent une proie, ces fanatiques là ne la lâchent plus. Et l’infamie colle à la peau de « l’infamant » plus sûrement que Nessus à sa tunique. La marque est là, sur le front, indélébile, inaltérable, à la vie à la mort. Sevran est condamné, à perpétuité, comme Dieudonné, comme Renaud Camus, comme d’autres, « pointés » eux aussi, pour les mêmes raisons, ou presque, accusés de tout et surtout du pire. Il ne s’en sortira pas. Parce qu’en face de lui, ces communautaristes tarés, ces « communautarés », sont puissants, habiles, procéduriers et influents, et brandissent toutes sortes de cadavres pour révéler l’ignoble. Ils ne s’embarrassant pas de demi mesure, de maîtrise ou de justice, seul compte pour eux l’impact, le symbole, l’effet. Le titre lamentable de France Soir, au lendemain des propos de l’animateur, « Heil, Sevran ! » est une parfaite illustration de ce procédé : on caricature la caricature, on autrancie l’outrance, on force le trait à un point de non retour qui accable sans procès, sans échappatoire la personne visée. Ce n’est pas du journalisme, c’est de la propagande, de la calomnie, qui n’a pour seul objectif que d’empêcher les gens de réfléchir pour les confronter à l’insurpassable, à l’ignoble, à l’impardonnable surtout. Dans cette course à l’indéfendable, l’accusation de « nazisme », ou d’ « antisémite », ce qui revient au même, est insurpassable : c’est le nec plus ultra de l’opprobre, le top du top du bannissement. Celui qui s’aviserait de prendre la défense d’un « nazi » serait à son tour qualifié de nazi. On en sort plus, et l’on rend rigoureusement impossible une éventuelle réhabilitation. « Nazi », « antisémite », « raciste » on l’est pour la vie. Sans appel.

Donc, Pascal Sevran est mort. Flingué (comme Dieudonné depuis Fogiel) par une ribambelle de ligues hétéroclites qui ne servent à rien sauf à ronger, peu à peu, grignoter les libertés individuelles plus sûrement que toutes les politiques dites « sécuritaires » mises en place depuis dix ans. On pourrait allègrement se passer du CRAN, de la Tribu Ka, de la LICRA, et de bien d’autres de ces groupuscules qui depuis quelques années distribuent trop légèrement des bons et surtout des mauvais points aux uns et aux autres. Ils rendront impossible l’humour, ils rendront impossible la parole aussi, sur « certains sujets » comme ils disent : on ne parlera plus d’Israël, de la Palestine, de la Seconde Guerre Mondiale, des Juifs, des Musulmans, des Chrétiens, on ne fera plus d’humour sur ces mêmes thèmes pas plus que sur les handicapés, les mongoliens, les petits, les gros, les maigres, les blondes, les blancs, les noirs, les marrons, on n’aura bientôt plus droit qu’à une parole médiocre, lisse, arrondie, ce que d’aucuns appellent une « vérité officielle ». Tous se dissimulent derrière de nobles causes (l’esclavage, l’exclusion, la lutte contre les discriminations) pour nous imposer leurs vérités, pseudo historiques, qui n’aboutiront qu’à une division irréversible de notre société, en parcelles de haines et de soupçons permanents, infondés, débouchant inévitablement sur des actes violents. Toute pensée sera alors celle d’un clan, d’un groupe, d’un parti ou d’une secte, sûre de son fait et repliée sur elle-même. C’est l’intelligence qu’on assassine, et sans doute demain le Web qu’on attaquera, tant sa parole totalement libre est parfois légère, crue, décalée et non respectueuse des « nouveaux dogmes » en cours d’installations par ces néo-cons moralisateurs.

Sevran n’a rien dit, rien écrit qui ne mérite son exécution. Juste quelques paroles trop libres, trop enlevées...ou trop franches. Rien de plus. Il n’est ni con, ni une raclure, mais un écrivain pas manchot, et un animateur loin d’être bête. Il a présenté ses « excuses ». On devrait en rester là mais il sait très bien que la tâche de s’effacera pas de si tôt, il connaît suffisamment la lâcheté des ses inquisiteurs pour savoir que c’est pas demain qu’il sortira du noir, ni de leur bite.

Sevran est un cas parmi d’autres de ceux qu’on estime « infréquentables » ou « nouveaux réactionnaires » en tout cas présentant « un risque » dans une société que les censeurs souhaitent, dans tous les sens du terme, stériliser.


Moyenne des avis sur cet article :  4.34/5   (808 votes)




Réagissez à l'article

299 réactions à cet article    


  • DEALBATA (---.---.166.140) 11 décembre 2006 13:32

    N’est-ce pas ce genre de vindicte et cette censure reflétant la misère intellectuelle de certains de nos concitoyens qui inclinent à un vote protestataire ... Lepen ? Il aura sans doute une opinion sur les « bites » dangereuses lui qui est né à la Trinité-sur-mer et dont le père était marin.


    • hugh (---.---.247.252) 11 décembre 2006 16:39

      complétement d’accord ! La france va crever par la faute de tous ces intégristes de la bonne pensée unique. Ils tuent notre liberté d’expression mais comment lutter. On peut dire toutes les vérités et toutes les conneries que l’on souhaite, reste à assumer ses propos !

      Sur ce,...

      ouvrons-la et bon vent


    • surfeur (---.---.116.185) 11 décembre 2006 19:06

      Le monsieur sevran il peut dire la même chose sans être insultant.

      Par ailleurs, l’idée qui veut que les pauvres devraient penser qu’en faisant moins d’enfant ils amélioront leur sort n’as pas beaucoup de sens pour eux.

      Ils savent bien qu’un enfant apporte très rapidement sa force de travail et qu’il sera un baton pour la vieillesse.

      Par ailleurs, si l’on fait beaucoup d’enfant en Afrique noire, c’est également pour multiplier les chances d’avoir un héritier/successeur/aide/collaborateur viable ( la plupart des enfants mourront).

      Non seulement Sevran se veut provocateur voire insultant dans sa formulation, mais en plus son raisonement n’est pas infaillible.

      Dans son numéro spécial sur l’inde, courrier internationnal montrait bien que la jeunesse du pays était une chance et non un handicap.


    • roraima (---.---.161.107) 12 décembre 2006 01:55

      Surfeur avance un argument très juste, mais son raisonnement pêche sur la fin, contrairement à l’analyse de Pascal Sevran.

      Il est clair que dans ces pays du Tiers, si ce n’est du Quart Monde, les enfants ont toujours été l’Assurance Vieillesse, car il n’y a pas de Caisses de Retraite dont bénéficieront au passage tous la meute d’Ayatollahs, les LICRA, SOS Racismes et autres pseudo-collectifs plus ou moins auto-proclamés.

      Simplement, quelque chose est intervenu dans le processus, notamment dû au Colonialisme (Ouh ! Le vilain mot !!!). La Médecine et les vaccinations. Auparavant, sur 10 naissances, il mourrait 7 enfants en bas âge et les 3 survivants assuraient à la fois le renouvellement de la population et les soins des vieilles générations (qui vivaient également moins longtemps). Les progrès de la Médecine ont donc rompu ce fragile équilibre et maintenant, sauf catastrophe naturelle et surtout démence humaine comme au Ruanda ou actuellement au Darfour, sur 10 naissances, 8 survivent. Simplement, l’Afrique ne peut pas nourrir ces enfants. Il suffit de regarder une carte et de d’y avoir un peu vécu pour comprendre. Les déserts occupent déjà le quart du continent. Et contrairement à ce que l’imagerie populaire veut nous faire croire, une végétation luxuriante comme les forêts tropicales poussent sur des terres pauvres, non propices aux cultures, tout juste à l’élevage une fois qu’elles ont été incendiées le plus souvent volontairement. A part certaine régions de plaines et de vallées très limitées sur le continent, la majeure partie de l’Afrique Equatoriale n’est que latérite. Essayez de faire pousser quelque chose sur la latérite... Bonne chance !

      De ce fait, ce continent n’a pas les moyens naturels de nourrir une démographie galopante...

      J’ai travaillé en zone sub-sahélique, et après trois années de grande sécheresse, les enfants et les vieillards mourraient à la pelle d’abord de malnutrition, mais évidemment, toute maladie s’accroche plus facilement sur un corps affaibli et sans défense.

      Donc, Pascal Sevran, que je n’apprécie guère, mais qui a le mérite de ne pas avoir une langue de bois, a parfaitement raison dans ces propos. Et Jack Lang, que j’apprécie encore moins, mérite néanmoins toute ma considération pour avoir été l’un des rares à ne pas hurler avec la meute, mais au contraire prendre la défense d’un homme injustement attaqué par des pseudo intellos gavés au caviar dans leurs beaux quartiers et qui pour la plupart n’ont jamais foutu les pieds en Afrique, sauf peut-être dans les ghettos du Club Med !!!


    • Henry Moreigne Henry Moreigne 12 décembre 2006 11:26

      Surprenant aricle qui fait l’apologie de l’irresponsabilité. Nous ne sommes donc pas du tout d’accord ! Chacun de nous est effectivement libre de ses propos mais, doit en assurer toute la responsabilité. Cette régle de base de notre vie en société qui est aujourd’hui remis en cause. Pascal Sevran a déclaré que le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté c’est de STERILISER la moitié de la planète. Les mots ont leur importance tout comme le statut de ceux qui les prononcent. Stériliser c’est quand même fort différend de « contrôler des naissances ». Alors oui ce ne sont que des mots. Comme ceux qui mis bout à bout constituent la déclaration des Droits de l’Homme et qui donne à notre société son vernis démocratique. Que P. Sevran continue à déclarer ce qu’il veut mais nous sommes un certain nombre à penser que ce n’est pas au service public et donc à l’argent public de nourrir ce genre d’individus.


    • parkway (---.---.18.161) 12 décembre 2006 12:24

      grand merci roraima de votre témoignage ainsi que de votre pertinence !

      voilà qui remet les pendules à l’heure.


    • surfeur (---.---.116.185) 12 décembre 2006 16:17

      Tu m’excuseras mais je ne vois pas où est l’analyse de Sevran.

      Comme je le mentionne, Il peut dire la même chose sans être insultant ; des milliers de personne l’ont déja fait.

      Sevran parle de faute.

      Et je mentionne bien que la naissance d’un enfant est perçu comme une chance, surtout lorsqu’on évolue dans un milieu indigent voire hostile. Je ne vois pas où est la faute, l’erreure morale me semble pas trop présente.

      Je trouve également choquant d’entendre un monsieur bien gras avec un rapport occidental à la famille et à la nativité jeter l’opprobre non sur les africains, mais sur les noirs.

      Et je suis également troublé qu’il ressente le besoin d’imputer la faute à la « bite des noirs » plutôt qu’a un groupe d’individus quelconque, aussi imparfait soit il.

      Sevran s’est voulu choquant, voire insultant.

      Et jusqu’a aujourd’hui, je ne percois pas d’autre finalité qu’une agitation médiatique favorable à la vente de son livre.

      De plus, les famine furent bien plus souvent liées à l’instabilité politique qu’au manque de terres arables ou de ressources naturelles.

      Je ne prétends pas que la vaccination n’a pas eu un impact démographique, je dis juste que les propos de Sevran, tel qu’il les a tenu sont insultant.

      Et surtout, la liberté d’espression signifie qu’on peut tout dire, mais certainement pas n’importe comment.

      Il ne viendrait à personne l’idée d’affirmer qu’on a le droit de voler son prochain et qu’il appartient ensuite à chacun d’assumer la responsabilité de son acte.

      Je ne comprends pas pourquoi on aurai un droit à l’insulte ; je comprends d’autant moins que l’insulte raciale cosntitue un délit spécifique.


    • (---.---.229.236) 12 décembre 2006 16:26

      « Et je mentionne bien que la naissance d’un enfant est perçu comme une chance, surtout lorsqu’on évolue dans un milieu indigent voire hostile. Je ne vois pas où est la faute, l’erreure morale me semble pas trop présente. »

      Et oui, le travail des enfants, c’est une chance morale.

      « Je ne comprends pas pourquoi on aurai un droit à l’insulte ; je comprends d’autant moins que l’insulte raciale cosntitue un délit spécifique. »

      Moi, je trouve que la gauche passe son temps à m’insulter. Aprés tout, ce sont les descendants des Nazi et de Lénine. Pourquoi le PS n’est-il pas interdit ?


    • Phil 13 décembre 2006 05:07

      Je ne vois pas la relation entre tout ça : il y a des propos profondément idiots et racistes, mais personne ne nie la liberté d’expression de ce monsieur. Faire ensuite une tirade sur la « pensée unique », c’est du manichéisme stupide. Je trouve cet article insultant. Enfin, c’est ça, la liberté d’expression.


    • (---.---.229.236) 13 décembre 2006 06:33

      La population mondial est passé en 200 ans de 250 million à 6 milliards d’individus, et l’Afrique va doubler sa population dans les années à venir.

      Je ne vois pas ou est le racisme ou l’idiotie dans les propos de Sevran.

      Raciste, ca veut juste dire, comme pour faciste, qu’on n’est pas d’accord avec quelqu’un, rien de plus.


    • Bourriquette (---.---.7.106) 13 décembre 2006 09:20

      oui c’est fort différent ! ...et ce n’est pas la 1ère fois que ce gugus dérape ,il se croit tout permis et ne pense qu’à faire parler de lui !... son copain sarko doit être content de ce soutien encombrant ... qui tombe + bas que la racaille !...

      ce qui est rassurant c’est que France 2 vient de lui adresser un courrier avec AR d’avertissement, lui rappelant que ce genre de propos sont indignes du service public, et lui signifiant que la porte pourrait ,à la moindre nouvelle incartade , lui être grande ouverte !!!... avec un grand coup de pied dans les fesses ça serait encore mieux !!


    • jean (---.---.105.113) 13 décembre 2006 19:35

      surfeur tu est un parasite tu dois surement faire des enfant pour qu il bosse pour toi tellement té faienant


    • jean (---.---.105.113) 13 décembre 2006 19:38

      mr henri travailler est ce que vous le faite ???


    • Phil 14 décembre 2006 03:06

      Pardon ??? Le racisme n’est pas une opinion. Quand on essaie de faire des généralités sur la couleur de la peau, c’est un problème de fond et non de simple forme. C’est malhonnête de me faire dire ce que je n’ai pas dit (sur le fascisme).

      Quant à la polulation mondiale, celui qui oserait dire qu’il y a trop de monde sur terre devrait pousser sa logique et envisager de se supprimer, non ?

      Et ce n’est pas non plus le problème de l’environnement, si c’est votre sous-entendu.


    • dionysos (---.---.232.178) 14 décembre 2006 08:22

      Sevran a raison, il faut STERELISER le tiers monde ! Il y a beaucoup trop de monde sur cette planète.


    • jacqueleod (---.---.168.191) 17 décembre 2006 09:49

      Monsieur, il est fort dommage que vous ne sachiez pas faire la différence entre « raciste » (je suis un être supérieur à toi du fait de mes origines ethniques,et donc,je t’exploite voire je t’élimine sans la moindre hésitation ) et « fasciste » (voir l’Italis de Mussolini ou le Chili de Pinochet :théorie politique de l’hyper droite) et que pour vous « raciste veuille SIMPLEMENT dire »je ne suis pas d’accord avec toi « . Pascal Sevran n’est pas un »raciste", il a dit une part de la vérité sur la détresse de l’Afrique et de ses millions de petites victimes innocentes :à l’heure où grâce aux vaccinations (et c’est tant mieux !)

      les petits Africains ont une plus longue espérence de vie,il est difficilement acceptable et comprehensible que leurs parents continuent , comme par le passé ,de ne pas pratiquer le contrôle des naissances.Un enfant n’est pas un objet ni une « assurance-vie »,c’est un être humain auquel on doit égards et amour ;or qu’en est -il ? Misère,maladies,famine ,guerres. Est-il raisonnable ,dans de telles conditions, de continuer aveuglément et impitoyablement à donner la vie à des enfants condamnés d’avance ?? Non, Pascal Sevran n’a pas tenu des propos racistes,il a dit maladroitement-certes- dans une formule à l’emporte-pièce ,ce que des millions de personnes de par le monde pensent,(toutes couleurs politiques et toutes hypocrisies mélangées).

      Commentaire du message de Phil .


    • vincent (---.---.215.251) 9 janvier 2007 16:03

      commençons alors à se demander pourquoi le pape ne se prononce pas sur la contraception, la diminution de la natalité ne passe pas par l’abstinence (en tout cas pas chez nous !!), alors je ne comprends pas le soutien à sevran dans ce forum... personne ne réfléchit ici ??


    • A. des Cassoirs (---.---.47.144) 11 décembre 2006 13:39

      Laissez penser en paix Pascal Sevran, tout comme Pinochet (paix à son âme), Saddam Hussein , j’en passe et des meilleurs. C’est avec de tels propos qu’Hitler (toute proportion gardée) a rassemblé des foules.


      • Bob (---.---.59.15) 11 décembre 2006 16:44

        Excellent article. Je vomis les hordes d’hystériques lobotomisés qui se sont ruées sur ce pauvre Sevran. Pathétique. On dit le mot « noir », ca yest, on est un sale hitler facho à exterminer. smiley Il n’y a absolument rien de raciste, juste un fait : c’est stupide de faire 10 enfants si on a pas de quoi les nourrir.


      • Bob (---.---.59.15) 11 décembre 2006 16:48

        Excellent article. Je vomis les hordes d’hystériques lobotomisés qui se sont ruées sur ce pauvre Sevran. Pathétique. On dit le mot « noir », ca yest, on est un sale hitler facho à exterminer. smiley Il n’y a absolument rien de raciste, juste un fait : c’est stupide de faire 10 enfants si on a pas de quoi les nourrir.


      • (---.---.165.58) 21 décembre 2006 12:17

        Dans « Le Privilège des jonquilles », la phrase « la bite des Noirs est responsable de la famine en Afrique » ne se trouve pas (c’est une invention de journaliste).

        Page 214 :

        « Des tombereaux d’enfants morts de faim, de soif, desséchés au soleil, des enfants ou ce qu’il en reste : quelques os oubliés des vautours que des tracteurs et des bennes à ordures enseveliront sous le sable en feu. Le Niger. Safari-photo insoutenable. Des enfants on en ramasse à la pelle dans ce pays (est-ce un pays ou un cimetière ?) où le taux de fécondité des femmes est le plus élevé au monde. Neuf enfants en moyenne par couple. Un carnage.

        Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout-va. La mort est au bout de leur bite. Ils peuvent continuer puisque ça les amuse. Personne jamais n’osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l’humanité : faire des enfants, le seul crime impuni. On enverra même de l’argent pour qu’ils puissent continuer à répandre, à semer la mort. Nous devrions avoir honte de nos larmes de crocodile sur les cadavres de ces anges noirs qui régalent les mouches ».


      • (---.---.27.181) 11 décembre 2006 13:40

        Mais non mais non ohlala, Sevran n’est pas raciste, vous ne regardez pas avec votre coeur, voilà pourquoi vous ne comprenez pas.

        Pascal Sevran n’a pas d’enfant, donc il a été pris d’un amour déraisonné pour ses gosses en Afrique. et c’est bien.

        Et quand il a vu leur misère il s’est retourné contre les pères qui semblaient ne pas s’occuper d’eux.

        Et comme les pères étaient noirs et que Pascal Sevran est homo évidemment son animosité affichée contre les pères s’est trouvé en contradiction avec son amour profond pour le « charme » de ces blacks. D’où le dérapage.

        Rien à voir avec du racisme donc, BIEN AU CONTRAIRE. Un étudiant en première année de psychologie comprendrait cela. smiley


        • DEALBATA (---.---.166.140) 11 décembre 2006 13:43

          La première peut-être ... la dernière sûrement !


        • (---.---.43.87) 11 décembre 2006 13:44

          « Il n’y a point d’hypocrites en Angleterre. Qui ne craint rien ne déguise rien ; qui peut penser librement ne pense point en esclave ; qui n’est point courbé sous le joug despotique séculier ou régulier marche droit et la tête levée. N’ôtez pas au seul peuple de la Terre qui jouit des droits de l’humanité ce droit précieux envié par les autres nations. Il a été autrefois fanatique et superstitieux, mais il s’est guéri de ces horribles maladies ; il se porte bien, ne lui contestez pas la santé. Comme les Français ne sont qu’à demi libres, ils ne sont hardis qu’à demi.

          Il est vrai que Buffon, Montesquieu, Helvétius, etc., ont donné des rétractations ; mais il est encore plus vrai qu’ils y ont été forcés, et que ces rétractations n’ont été regardées que comme des condescendances qu’on a pour des frénétiques. Le public sait à quoi s’en tenir : tout le monde n’a pas le même goût pour être brûlé que Jean Hus et Jérôme de Prague.

          Les sages, en Angleterre, ne sont point persécutés ; et les sages, en France, éludent la persécution. » Voltaire, lettre à S. Bettinelli, 24 mars 1760.


          • fillaam (---.---.110.154) 21 décembre 2006 12:11

            Très constructif comme propos, le mien l’est un peu moins smiley !!!


          • Bill Bill 11 décembre 2006 13:54

            Bravo Lilian, cet article est très bien écrit et très juste quant au fond.

            Bill


            • Pete Bondurant Pete Bondurant 11 décembre 2006 13:55

              Excellent article sur la pseudo-liberté d’expression dans le pays des Droits de l’Homme en lente voie de disparition.

              Sevran est l’exemple parfait de la déliquescence de nos libertés fondamentales qui débouchera inévitablement sur des antagonismes véhéments.

              Après les baillons, les oeillères ?


              • (---.---.43.87) 11 décembre 2006 14:04

                La liberté d’expression n’est pas seulement politiquement nécessaire à notre démocratie, elle est indispensable à la vie intellectuelle et scientifique d’une société ouverte.

                "Il y a trente ans, avant que la vie des idées, en France, ne devienne hystérique, quand on ne partageait pas l’avis de son adversaire, on s’écriait ’Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites’. Désormais on lui répond qu’il n’a pas le droit de le dire. Si personne ne voit où est l’anomalie, c’est qu’elle est devenue irréversible. Il est encore permis d’espérer le contraire et de l’écrire, mais jusqu’à quand ? » écrivait Christian Combaz (L’Anomalie, avril 2000).

                http://perso.orange.fr/Connaissance.ouverte/LIBEX.doc


              • Anto (---.---.178.10) 14 décembre 2006 14:43

                n’importe quoi vraiment...

                « Sevran est l’exemple parfait de la déliquescence de nos libertés fondamentales »

                1) personne ne l’a empéché de sortir son livre malgré ce contenu, donc sa liberté d’opinion et d’expression n’ont pas été remises en cause.

                2) il n’a pas été sanctionné, au contraire, beaucoup prennent sa défense aujourd’hui (jacques Lang etj’en passe).

                3) la liberté d’expression est garantie par la loi et n’est donc pas absolue car elle doit s’y soumettre (cf (ddh et constitution française)

                On lui a laissé dire ce qu’il avait à dire. Le traiter de connard est notre droit le plus stricte. Il utilise des mots violent pour tenir un discours humaniste ? Pas à moi ! Il voulait choquer, c’est fait. Il n’est pas venu pleurer mais beaucoup de blaireaux pleurent pour lui.

                Vous pensez vraiment qu’en prenant sa défense, vous passez pour des intellectuels marginaux ? quelle blague.


              • (---.---.165.58) 21 décembre 2006 12:21

                @ Anto

                « On lui a laissé dire ce qu’il avait à dire »

                Disons plutôt qu’on lui a fait dire ce qu’il n’avait pas écrit ...

                C’est le procédé qui avait déjà fonctionné avec Renaud Camus, auquel on faisait alors dire « Trop de juifs », ce que, bien sûr, il n’avait jamais écrit.


              • Yann (---.---.97.20) 11 décembre 2006 14:03

                Il faut reconnaitre qu’il n’a pas tout a fait tort, même si sa façon de resoudre le probleme est un peu radicale.


                • le morange le morange 11 décembre 2006 16:39

                  Pas d’accord. C’est la pauvreté qui est à l’origine de la surnatalité et non l’inverse (prenez l’exemple de l’évolution de nos sociétés occidentales) Quant à la pauvreté elle est d’origine politique et structurelle (corruption, institutions non démocratiques, la PAC chere à Sego et Sarko etc)

                  Même si Sevran se trompe sur le fond et la forme, il s’agit effectivement de respecter la liberté d’expression.


                • mamie 2000 (---.---.162.216) 11 décembre 2006 18:03

                  Je ne suis pas tout à fait d’accord avec la personne qui dit que c’est la pauvreté qui engendre la surnatalité. Les hommes dans ces pays ne pensent qu’au sexe. leurs femmes ne sont que des objets à faire des gosses. Par contre c’est exact, tous ces pays dits civilisés qui envoient constamment de l’argent pour soi-disant aider ces pauvres gens, où va t’il si ce n’est dans les poches des gouvernants. Si c’était surveillé par les donateurs ( qui sont eux-memes des corrompus)peut etre qu’il y aurait des constructions d’écoles, hopitaux etc/ Bravo à Pascal Sevran qui dit tout haut ce que la majorité des gens pensent. Arreter d’être des hypocrites. Dés que l’on parle de gens de couleurs , nous sommes des racistes. Beaucoup d’associations devraient être radiées et peut être qu’il y aurait plus d’entente entre les peuples !!!


                • Lethiais 12 décembre 2006 16:54

                  je suis entiérement de votre avis et les réseaux Focard et le conseillers de feu notre président DIEU ont contribué et continuent d’entretenir cette engence de roitelets gouvernants, qui mettent dans les paradis fiscaux l’argent destiné à l’amélioration des conditions de vie de la population déshéritée.


                • recok (---.---.254.8) 13 décembre 2006 13:00

                  En réaction a mamy2000 : On devrait stériliser les vieux aussi pour qu’il arretent de se reproduire et de dire des imbécilité... lol. Tout le monde ne pense pas comme Sevran. D’ailleur, je doute qu’il ait vraiment réfléchit avant d’ecrire ça, et si c’est le cas, il est vraiment grave. En revanche, la réaction provoquée par ces quelques lignes est encore plus alarmante pour la liberté d’expression, effectivement. La liberté d’expression , c’est aussi la liberté de dire d’énormes conneries et de les défendre.


                • Ike (---.---.20.32) 17 décembre 2006 20:18

                  D’abord, où étiez-vous pour défendre Dieudonné au nom de liberté d’opinion ? Je suis sidéré par la communion entre européens quand il s’agit de s’attaquer à l’Afrique. Le plus grand malheur de ce continent c’est d’avoir subi la colonisation et l’exploitation de ses richesses. Cette exploitation qui continue à travers la mise en place par les gouvernements des pays occidentaux des dirigeants africains à leur solde. Tous les leaders africains nationalistes ont été soit assassinés (Lumumba, Kabila, Sankara,...), soit marginalisés (Mugabe, Gbabo...)Le message est donc clair ou tu sers les intérêts de l’occident (à travers des contrats léonins)ou tu meurs (un coup d’état ou une rébellion est vite monté par l’occident) VOICI LA VRAIE CAUSE DE LA PAUVRETE EN AFRIQUE. LES AFRICAINS N’ONT JAMAIS PU ELIRE LES VRAIS DIRIGEANTS CAPABLES DE DEVELOPPER LEUR PAYS ET QUAND ILS Y ARRIVENT, ILS SE FONT ASSASSINER CAR PEU ENCLINS A DEFENDRE LES INTERETS DE L’OCCIDENT. L’Afrique a assez des moyens pour nourrir tous ses enfants. Plus que ça, l’Afrique est un continent sous-peuplé ; il y a plus d’indiens que d’africains. Pourtant, en Inde la famine et la pauvreté sont aussi présentes. Certains disent que même en Chine, en dehors de villes, il existe une grande misère mais personne ne parle de stériliser les indiens ou les chinois. C’EST LE MEPRIS DE L’OCCIDENT ENVERS LE NOIR QUI CONTINUE, ce mépris qui refuse par ailleurs de voir que le noir est héritier des grandes civilisations comme l’Egypte antique, Méroë, le Zimbabwé...Pour moi ceux qui soutiennent Pascal Sevran sont soit ignorants soit racistes, ce qui en définitive revient au même.


                • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 11 décembre 2006 14:09

                  Je ne vois pas où est le racisme là dedans. Sevran cite un exemple africain, mais il parle de la moitié de la planète entière, il n’y aucune distinction de race ou même de religion la dedans.

                  A croire que les associations qui veulent que « l’on soit tous des racistes » est trouvé un nouvel os à ronger.

                  J’attends avec impatience, la réponse des associations « vous êtes tous des homophobes » qui ne devraient pas tarder à réagir, car bien entendu, Sevran est victime d’une cabale homophobe.

                  Le plus affligeant la dedans, est de savoir si Sevran n’aurait pas raison quelque part, non pas dans le fait de couper les ... à la moitié de la population mondiale, mais dans le fait d’appliquer des mesures « différentes » pour régler certains problèmes planétaires.

                  PS : Amies bonnes âmes qui allé me traiter de nazis pour cette dernière phrase, si vous pouviez regrouper vos messages, pour que cela reste lisible. Merci.


                  • cedricgodart cedricgodart 11 décembre 2006 14:23

                    Bravo c’est un article qui me réconcilie avec le reste de la planète, enfin ceux qui évitent de tomber dans le panneau (des) collectif(s). smiley


                    • nicolas (---.---.25.9) 11 décembre 2006 20:25

                      Si je fais la liste des collectifs que j’ai pu voir : . jeunes . etudiants . chomeurs . scientifiques

                      J’ai été tout cela à la fois, et je n’ai jamais vu une fois un seul ’collectif’ qui ne fut exclusivement tourné vers le noyautage et la manipulation. (de gauche evidemment)

                      Etrangement, c’etait ceux la meme qui reclamaient de la « democratie » qui la torpillaient à dose massive.


                    • patrick (---.---.232.82) 11 décembre 2006 14:27

                      Bon !

                      Je n’aime pas sevran ! Il m’exaspère même avec ses manières et ses colères.

                      Mais enfin dans quel monde vivons nous ?

                      On ne peut plus rien dire , plus rien écrire hors la pensée unique sans se faire etriller par les gardien de la vérité et de la bienseience !

                      Là j’en ai assez de cette mascarade. Sevran est peut être un con suffisant et nombrilique mais il a l droit de dire ce qu’il veut . point final .

                      Qu’on me permette une comparaison qui va me valoir un tollé mais tans pis !

                      Ou sont les defenseurs de Redecker ? Ah pardon je suis un cuistre , j’ai l’outrequidence de comparer un philisophe et un saltimbanque !

                      defendre la liberté de parole est un devoir.

                      « Je ne suis pas de votre avis, mais je me battrais pour que vous puissiez defendre vos conviction » Voltaire ou presque !

                      Censeurs de toutes races quel que soit la couleur de vos bites , unissez vous , le conformisme est en route !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès