Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Patrons et politiques peuvent museler les médias, l’information (...)

Patrons et politiques peuvent museler les médias, l’information restera en ligne

Guillon, Porte, et sans doute quelques autres qui ne font pas dans la dentelle. En les virant, les patrons de radios espèrent mettre un couvercle sur leur humour corrosif, heureux de défendre les modestes vertus de leurs redactions.
Il y a, dans ces décisions, une dimension que ces patrons et les éventuels politiques impliqués oublient totalement. Ces humoristes n’ont absolument pas besoin de radio, de télé ou de tribune dans les journaux pour répandre leurs éditos.

Une bonne présence en ligne, entre des vidéos sur dailymotion ou YouTube, un éventuel blog bien foutu et des relais faciles via les réseaux sociaux, et voilà que la diffusion de leurs idées, ô combien subversives selon certains, est assurée.
Certes, ils ne vont pas en vivre. Mais l’esprit sera respecté, et la liberté d’expression garantie.

Il est d’ailleurs amusant de constater qu’aujourd’hui, la vraie liberté d’expression se trouve en ligne et non plus dans les médias. Sont-ils définitivement devenus des institutions sans intérêt ? Fin d’une époque ? 

On ne dira pas ici que les prochaines élections se joueront sur le web, ce serait largement exagéré.
Par contre, on affirme sans trop de difficulté que le paysage médiatique français sera radicalement différent dans 3 ans de ce qu’il était en 2007.

Evidemment, le web apporte son lot de nouveaux usages, mais il est loin d’être l’unique changement en cours. Plusieurs constatations contredisent les stratégies (réelles ou supposées) du gouvernement et de Nicolas Sarkozy.

  • Certains annonceurs sont en train d’éclater totalement leurs achats d’espace. Le principe : passer de 100 supports à 10.000 à budget constant. Ces 10.000 supports sont autant de lieux d’informations qu’il devient impossible de contrôler politiquement parlant. Pourtant, ils répondent aux besoins d’exposition des annonceurs.
  • TF1 et M6 voient leurs revenus publicitaires s’écrouler : -27% pour TF1, -11% pour M6 (2009). Des chiffres contraires à la supposée machiavélique manoeuvre qui consistait à supprimer la pub sur France Télévisions pour engraisser ses copains.
  • Les anti-hadopi, et plus largement ceux qui ont compris que le gouvernement fait fausse route sur internet, se font entendre physiquement dans la rue. De gadget pour adolescents internet est devenu un thème politique, fédérateur. Certes, le mouvement est relativement modeste. Ceci dit ils maîtrisent les réseaux d’informations en ligne, non par leur nombre, mais par leur raisonnement juste.
  • L’éclosion des partis pirates - qui réalisent des scores tout à fait honorables - sont une preuve "in vivo" de l’émergence d’une façon de vivre inspirée du "digital".
  • Quand des personnes déménagent, l’une de leur première question est "Et ici, niveau débit internet, c’est comment ?". Certains intègrent la proximité d’un NRA comme l’un des critères de sélection d’un logement.
  • Le parlement européen, par opposition à Sarkozy ou par compréhension de l’enjeu, ne se laisse pas totalement entraîner dans un aberrant contrôle du net.
  • Free, dont le chiffre d’affaire a augmenté de 44% l’an dernier, est l’une des sociétés les plus puissantes en France, en terme de notoriété et de lobbying. L’innovation "disruptive" - c’est à dire qui casse tout un marché - montre à quel point nous sommes sensibles à ceux qui sont capables de renverser une situation sclérosée.
  • Google, première entreprise au monde, réalise la majeure partie de son chiffre d’affaire sans rien vendre.

Un dernier élément vient clore et conclure cette liste. Frédéric Filloux a raison (même si son titre est un peu survendu...) quand il écrit que Sarkozy a acheté la presse. Mais ce que ne soulève pas Frédéric, c’est qu’acheter la presse, ce n’est plus acheter "toute" l’influence. La presse d’informations est confrontée à une montée en puissance de mouvements d’idées bien plus libres et agiles, notamment grâce à leur utilisation du web.

La sensation - parce que cela reste une sensation pour le moment - qui monte doucement est que les média sont devenus des institutions fragilisées. Partant, ceux qui considèrent qu’elles sont les uniques relais d’opinions se trompent sur les lieux de partage de l’information.


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • sonearlia sonearlia 29 juin 2010 12:37

    Faut pas ce croire a l’abri de la censure sur le net...
    Lien1 Lien2
    En gros le DSLAM avec DPI, ou qui redirige le paquets suspect vers les serveurs de kindsight...


    • Emile Red Emile Red 29 juin 2010 13:14

      « Il est d’ailleurs amusant de constater qu’aujourd’hui, la vraie liberté d’expression se trouve en ligne et non plus dans les médias. »

      Ah bon !

      Je connais pourtant des gens qui ne sont pas à l’abri de la censure sur le net...

      Qu’il y a de la saque sur le net comme il y en a sur France Inter et que les victimes n’en sont pas moins défendables parcequ’elles seraient moins connues ou moins médiatiques...


      • sisyphe sisyphe 29 juin 2010 13:30

         
        Par Emile Red (xxx.xxx.xxx.86) 29 juin 13:14

        « Il est d’ailleurs amusant de constater qu’aujourd’hui, la vraie liberté d’expression se trouve en ligne et non plus dans les médias. »

        Ah bon !


        Je connais pourtant des gens qui ne sont pas à l’abri de la censure sur le net...



        Exact, Emile !

        Même sur des blogs de « censurés », où on peut mettre en cause quelqu’un, mentir à son sujet, l’affubler d’un tas d’injures et d’insultes........... et censurer son droit de réponse, en en faisant une interprétation malhonnête et mensongère...

        Finalement, la censure, ce serait comme la maltraitance des enfants ; on a toujours tendance à la reproduire, quand on en a été victime... smiley


      • Hermetique 29 juin 2010 14:20

        Sisyphe, porte-parole d’Agoravox.


      • potatoes potatoes 29 juin 2010 14:32

        La censure existe bien, et pourquoi donc ne puis-je me connecter à Agoravox avec Tor actif ?
        Si je ne peux me protéger comment dire CE que je SAIS ?


        • Kalki Kalki 29 juin 2010 16:07

          Morice, si tu me lis, qui se souvient des vieux dossier coluche et balavoine ( et autres ) : sous la « gauche »


          • Kalki Kalki 29 juin 2010 16:08

            A tous les gauchistes : c’est de bon coeur ! comme les restos.

            http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12033


          • foufouille foufouille 29 juin 2010 17:39

            on s’en doutait depuis longtemps


          • asterix asterix 29 juin 2010 19:58

            Certes, ils ne vont pas en vivre... Vous croyez vraiment que ce n’est pas les museler, ça ?
            Entre Internet, la télé et la radio, ces deux dernières ont encore et de loin le plus d’audience. On les rattrape, d’accord. Mais il faudra encore du temps.
            La liberté d’expression, personne n’en vit. Le contrôle de la liberté d’expression rapporte.
            Adieu Guillon. Je t’aimais bien, tu sais !


            • colza 30 juin 2010 07:48
              Bonjour,
              « On ne dira pas ici que les prochaines élections se joueront sur le web, ce serait largement exagéré. »
              Mais si elles se joueront sur le Web. Le scrutin à la française (deux candidats au 2ème tour) fait que chaque élection se joue sur quelques % et ceux-ci se trouveront sur le web. Il n’y a qu’à voir comment et pourquoi les politiques n’ont rien vu venir lors du référendum sur le TCE en 2005.

              • goc goc 30 juin 2010 10:06

                @l’auteur

                Certes, ils ne vont pas en vivre. Mais l’esprit sera respecté, et la liberté d’expression garantie.

                il est bien là le problème, la liberté a ses limites, celles de devoir faire vivre toute une famille, et quand on connait celle de Guillon, ca revient cher !!

                vous dites
                Google, première entreprise au monde, réalise la majeure partie de son chiffre d’affaire sans rien vendre.

                c’est totalement faux, ils vendent le droit d’être en tête de liste dans son moteur de recherche, c’est leur source de revenue la plus importante

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès