Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > People, politiques et journalistes ? Marre du cirque médiatique (...)

People, politiques et journalistes ? Marre du cirque médiatique !

Comme tout le monde, j’écoute la radio et je regarde la télévision française surtout et belge.

Mais quel idiome parlent nos journalistes ?
De quelle banlieue exotique proviennent-ils ?
Ont-ils fait leur école de journalisme dans un établissement technique parmi les élèves les plus analphabètes ?

Une expression à la mode et qui me hérisse est "people". Le roi d’Espagne, le président de France, Johnny Hallyday et Steevie, Justine Henin et Zidane font partie de ces people.

C’est d’ailleurs une expression bizarre pour qualifier les tenants d’un microcosme argenté auquel s’intéressent les concierges, les ménagères de 50 ans et les adolescents en mal de modèle ! People signifie en anglais, le peuple (d’une nation) ou tout simplement "les gens". Or, l’expression signifie dans la bouche journalistique les personnages qui sont tout, sauf le peuple. Ce sont les privilégiés, les vedettes, les puissants, les riches, tout... sauf les gens qui, d’une manière voulue ou non, ne participent pas au scandale public.
Même Yves Leterme, notre soi-disant Premier ministre d’un royaume où le souverain est de plus en plus aux abonnés absents, joue maintenant le rôle de Tintin, ce jeune reporter belge au « Pays de la Longue Marche vers la Démocratie ».
Pourquoi ? Parce qu’il s’y connaît mieux en sport qu’en politique, comme il l‘a déjà affirmé ? Ou simplement pour se créer une image de « people » capable d’émouvoir tous les lecteurs de la rubrique sport du groupe Sud-Presse ?
Et notre souverain ? A ce qu’il paraît, il paie sa tournée comme tout le monde lors de ses vacances aux îles grecques ! Pourquoi ? Pour attendrir "nosse minisse" Daerden et tous les piliers de comptoir de nos estaminets ?
Je me demande en quoi d’ailleurs il est souverain. Certainement pas en remède pour la restauration de la paix civile entre les communautés vivant sur le territoire national, pardon fédéral.
Et notre Joëlle Milquet, celle qui annonce de son lieu de détente estival qu’en six mois, elle a vieilli de dix ans ? People aussi ? Elle veut faire pleurer toutes les féministes humanistes sur la dure tâche d’une femme en politique, d’une poupée qui fait non, non et non ?

Mais le terme "people", au-delà de la mise en avant des bruits et chuchotements à destination des concierges, révèle surtout la volonté de détruire la langue française et par conséquent l’identité profonde des peuples qui y sont attachés.

L’usage de termes impropres venant d’une langue étrangère se généralise, peut-être simplement par manque de culture et de possibilité d’expression verbale, mais aussi par la volonté de se montrer proche du citoyen lambda, pensant ainsi se mettre à son niveau et le séduire.
Ce matin, j’entendais un mannequin déclarer que, si elle était entrée dans une émission de télé-réalité, c’était grâce à sa "relookeuse" qui l’avait recommandée à un "caster" de TF1. Et un interlocuteur de 56 ans, voulant montrer toute sa richesse intellectuelle, affirmait qu’il la kiffait graaave (prononcé comme il l’a dit, l’accent circonflexe n’est pas suffisant !) en l’entendant dans l’émission.

Vers quel siècle des ténèbres nous dirigeons-nous ? Quand mettra-t-on fin à cette forme de "jeunisme bobo" mâtiné de borborygmes sortis tout droit de la bouche de "rebeus" des cités qui détruit une des plus belles langues du monde pour en faire un mélange de barbarismes qui n’ont même plus le sens du mot dont ils pourraient dériver ?
Mais il faut avouer que les médias, aussi ignares soient-ils, ne pourraient nous conduire à cette nouvelle tour de Babel du XXIe siècle, sans l’aide précieuse et la collaboration de l’école et de ses enseignants, enseignants copains, mais aussi complices de ce laisser-aller culturel. Même Ségolène y participe avec sa bravitude.

Mais rendons à César ce qui lui appartient et à nos journalistes régionaux les expressions tellement « in » telles que le kern, le ring, le premier et autres utilisations de mots flamands pour parler le « flamafranc », spécialité typique des intellectuels « belches ».
Et cela, c’est censé être top et méga-génial ! Allez soyons définitivement un bon sujet de sa majesté, nous dirons plutôt que c’est tof, une fois !

Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • geo63 25 août 2008 13:01

    Merci pour cet article.
    Je partage avec vous un prodigieux agacement lorsque j’entends l’utilisation de ce terme "people" par les médias. Cela fait partie de cette décadence verbale vers toutes les conneries que nous sommes obligés d’ingurgiter de force, quelle m.... !.
    Par un réflexe sans doute une peu négatif, je déteste viscéralement toutes ces personnes dès lors qu’on les présente comme des "pipels". 


    • René G. Thirion René G. Thirion 25 août 2008 13:46

      Merci geo63,
      Tous les jours, il y a de nouveaux pipels et je dois dire que j’ai la même réaction épidermique. Sont-ils comme Jacky, le héros de notre regretté Jacques Brel. " Beau, beau ... beau et con à la fois ".Beau, pas nécessairement mais con sûrement !


      • Internaute Internaute 25 août 2008 21:40

        Bien d’accord avec vous. Il y a aussi une nouvelle mode qui me rapelle l’époque des précieux-ridicules sous Louis 14. Au lieu de dire une phrase en français que tout le monde comprend, le journaliste utilise des formules savantes et pointues pour faire cultivé. Il en va ainsi de « dangerosité » qui remplace partout le mot « danger ». Le terme « dysfonctionnement » bien que français est utilisé à répétition pour n’importe quoi. Il n’y a plus de panne ni de défaut ni d’incident, il n’y a que des dysfonctionnements. Les incendies ne sont plus éteints, ils sont fixés, parceque les "firemen" américains les "fix".

        J’ai même vu une école où sur le fronton d’un bâtiment était écrit « Espace enfants ». J’ai mis du temps à comprendre que cela voulait dire « Ecole maternelle ». Puis je me suis dit que dans le milieu de bien-pensants nauséabonds où mijotent les décideurs de l’Education Nationale ils ont dû avoir de longue discussions sur l’aspect discriminatoire de « Ecole maternelle » en pensant à l’égalité des sexes qui, dans leur esprit borné, ne saurait souffir la moindre exception. Ils n’ont pas voulu l’appeler « Ecole paternelle » et se sont rendu à « Espace enfant ». Lorsqu’on n’ose plus appeler les choses par leur nom, on perd tout, jusqu’à sa raison d’être.
         Le temps s’approche où l’on recevra une amende pour avoir osé parlé d’un homme ou d’une femme.


        • jak2pad 26 août 2008 00:09

          Article bla-bla, totalement inintéressant, et qui a provoqué très peu de réactionc


          • iris 27 août 2008 15:39

            ils feraient miux d’interwiever des chercheurs-artistes-écrivains- chanteurs qui ont reelement qq chose à dires à enseigner-bcp de gens gagnent à etre connu-
            la télévision et moins la radio ne les font pas connaitre et se contente paresseusement de contenter les masses-ou très tard le soir lorque tout le monde dort-
            le travailleur doit etre très fatigué et ne peut les entendre à 20h ???La routine s’est plus facile- 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès