Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Peut-on se passer d’une loi ?

Peut-on se passer d’une loi ?

Imaginez un monde...

Imaginez un monde... Un monde virtuel certes, mais un monde vaste, vivant, créatif, sans DRM, sans rempart ni frontière, et surtout sans parti politique, sans intérêts financiers ni industriels à défendre, et où la substance culturelle médiatisée ne serait pas imposée d’en haut par des industries exploitantes-euses, mais proposée d’en bas par les créateurs eux-mêmes... Un monde où les artistes pourraient non seulement montrer et promouvoir leur travail, mais aussi en tirer de quoi continuer à créer... Un monde où les visiteurs de sites ne seraient plus sur la défensive, où les P2Pistes pourraient continuer d’échanger en toute sérénité leurs fichiers, en parfait accord avec la loi et sans léser personne... Un monde où les programmeurs n’auraient plus besoin de trouver des moyens de contournement des dispositifs de DRM puisqu’il n’y aurait plus... Imaginez !...

STOP ! N’imaginons plus ! Faisons-le !

Ce monde existe ! Il s’appelle Internet.

Il suffit de l’organiser avant que ses adversaires acharnés n’en prennent le contrôle...

Car nous sommes en guerre ! L’ennemi a avancé son pion et gagné la première bataille. N’attendons pas qu’il gagne la guerre. Pressons-nous, car ce jour menace et ce jour-là, il sera trop tard.

Faut-il encore lutter contre DADVSI ?

Inutile ! Cette loi a une guerre de retard !

Décidément, les élus se suivent et se ressemblent... Incapables de comprendre le sens de l’évolution, pas seulement les nouvelles technologies mais la dynamique nouvelle apportée par l’accès libre aux connaissances ou à la culture. Ils ne savent que blinder les positions acquises pour préserver les seuls aspects financiers et économiques du seul monde qu’ils connaissent. Mais l’évolution ? La nécessaire accommodation au futur ? Les voient-ils ?

Ce sont pourtant les mêmes qui, de droite comme de gauche, organisent la mondialisation. On aurait pu croire qu’ils avaient un plan... Mais non, il faut se rendre à l’évidence : ils ne savent pas ce qu’ils font.
Noyés dans le conditionnement mental d’une économie mondiale, entièrement sous la dépendance de l’argent (du roi-dollar plus particulièrement), ils font ce qu’on leur dit et comme on leur dit ! (Si seulement les chiens dans la rue étaient aussi disciplinés !)

Le système législatif a définitivement fait la preuve de son incapacité à gérer le monde réel.

On pourra toujours changer les têtes aux prochaines élections, mais il faudra bien s’assurer avant que les nouveaux venus seront « dans le coup » de l’évolution, et non pas dans le coup de force culturo-médiatique. Ça risque d’être difficile car les politiques, quels qu’ils (ou elles) soient, auront toujours besoin des médias, et les médias sont eux aussi sous dépendance... N’espérons donc pas trop de ces futurs changements. Ne rêvons plus, l’heure est passée ! DADVSI est votée. Sauf surprise de dernière minute venant du Conseil constitutionnel, elle sera bel et bien appliquée.

Il est désormais clair pour tout le monde qu’elle n’apporte aux créateurs aucune garantie réelle supplémentaire par rapport au Code de la propriété intellectuelle, voire plutôt moins, tout en fragilisant le Net et le logiciel libre, et en suspectant chaque internaute d’être un pirate en puissance.
Cette loi est érigée comme un rempart, pour protéger le système établi, autrement dit les intérêts industriels des exploitants-eurs d’artistes du monde réel. Et même si ces défenses sont illusoires, il n’en reste pas moins que le flicage sera réel, et l’ambiance bien plombée.

Alors ? Quoi ? Sommes-nous condamnés à être condamnés pour téléchargements illégaux, pour contournement des DRM et autres délicieuses routines intrusives ?

On peut le craindre si on se contente d’attendre une hypothétique abrogation de la loi.

En attendant cette incertaine et lointaine délivrance, les artistes n’auront en effet d’autre choix que de :

1) « travailler pour rien » en mettant leurs œuvres gratuitement à disposition du public 

ou :

2) « enrichir les majors » en entrant dans le seul système légal.

Ils seront conduits à passer obligatoirement par une « major » pour espérer avoir accès aux médias dont ils dépendent pour la diffusion de leurs oeuvres, tandis que le public d’internautes se verra menacé en permanence des foudres de l’in-Justice s’il partage les œuvres protégées, supprimant par là-même toute possibilité de promotion d’artistes non diffusés par les majors.

Le piège est parfait. C’est un monopole de fait accordé aux industriels de la culture. Tout conduit et canalise les bénéfices de la création - et de la seule création estampillée « majors » - tout droit dans l’entonnoir industriel. Aucune échappatoire !

Aucune échappatoire, vraiment ?... Hum, en apparence seulement, car chaque médaille a son revers...

Au lieu de contourner les DRM... si on contournait DADVSI ?

Si l’on ne peut pas « enfreindre » la loi, on peut en revanche la rendre « caduque » en la vidant de sa substance !... Et qui plus est, en utilisant les armes mêmes de l’adversaire.

Dans un monde entièrement voué à l’ultralibéralisme et au capital, la chose la plus positive qui reste est la « liberté d’entreprendre » et de « contracter ».

En matière juridique, tant qu’il ne contrevient pas aux dispositions législatives, le contrat est la seule loi entre les parties.

Or, si DADVSI interdit la copie des œuvres protégées, il n’est dit nulle part dans la loi que les créateurs doivent passer par une major pour « protéger » leurs oeuvres. Il se trouve que dans le système actuellement en place, les principaux organismes de répartition (Sacem et autres) sont phagocytés par les majors, mais nul créateur n’est obligé de passer par un de ces intermédiaires tout-puissants, pas plus qu’il n’est obligé de faire cadeau de son travail.

Il suffit de s’entendre.

Rien n’empêche en effet les internautes et les créateurs d’oeuvres numériques de poursuivre un peu plus loin la démarche entreprise par Alliance public-artistes et par Creative Commons. Il n’y manque que très peu de choses pour mettre en place une véritable licence publique (*).

Une licence « ouverte mais rémunératrice » peut-elle voir le jour « en se passant de la loi » ?

Que pouvons-nous faire ?

Tout d’abord, contrairement à ce que font les majors, ne pas se cramponner aux avantages acquis ou aux habitudes. - Les majors en sont déjà mortes, et elles ne le savent pas ! - Ce sont toujours les « habitudes » qui tuent. Surtout les mauvaises ! Elles peuvent effectivement tuer les réseaux, les forums, et jusqu’à la création elle-même si personne ne se bouge...
Mais elles peuvent aussi tuer à la place les entreprises sclérosées du monde réel, malgré toutes les lignes Maginot qu’on pourra disposer en travers de la vague virtuelle.

Faire preuve en permanence d’imagination et adapter sa réponse au nouveau contexte. C’est ça, le secret de la vie.

Imaginons donc :

Imaginons un vaste réseau d’échange peer-to-peer de produits culturels non protégés - et donc échappant à DADVSI - mais pour autant pas gratuits, qui permette une véritable rémunération des créateurs et non plus des majors exploiteuses.

La première chose que nécessite la mise en place d’une telle organisation est le marquage individuel de chaque oeuvre, un tatouage indélébile permettant de comptabiliser la circulation des œuvres à l’intérieur des flux - et uniquement les œuvres, de manière parfaitement anonyme pour les internautes, sans aucune nécessité de repérage des échangeurs eux-mêmes -.

Le marquage en lui-même (tatouage indélébile) n’est pas une protection contre la copie privée. Il n’empêche aucunement de réaliser des copies, ni qu’elles fonctionnent sur n’importe quel lecteur, ni de les faire circuler et de les partager. Aucun DRM n’a besoin d’être « contourné », puisque par destination, ces œuvres simplement tatouées n’en comportent pas.

Le marquage est juste une « identification » propre à chaque œuvre et donc à chaque créateur.

Ce marquage n’étant pas une protection au sens de DADVSI, les œuvres ainsi marquées ne sont pas réputées « protégées » par la Loi DADVSI, elles relèvent simplement du Code de la propriété intellectuelle et des contrats privés qui leur sont propres.

Les créateurs peuvent ainsi les mettre à disposition du public sous licence Creative Commons à titre gratuit s’ils le souhaitent, ou sous une autre licence à titre onéreux (*voir plus loin), sans passer obligatoirement par la Sacem ou la SACD pour en toucher la rémunération dont il sera question plus loin.

La seconde nécessité est la création d’un registre universel de toutes les œuvres proposées, afin que chaque tatouage porte un numéro unique d’identification, à l’instar des N° ISBN en librairie, et d’un programme de sondages permanents sur tous les réseaux d’échanges.

Étant donné que les œuvres seront uniquement tatouées pour en faciliter le comptage directement dans les flux mais pas « DRMisées » pour repérer les machines, il n’y a aucune raison que des internautes cherchent à faire sauter ces tatouages. Personne ne s’amuse à gratter les N° ISBN sur les ouvrages de bibliothèques, pourtant toutes les statistiques sont basées dessus. Il n’y a donc aucune raison pour que les statistiques d’échanges, ou les comptages, réalisés à partir de ces tatouages ne soient pas le fidèle reflet du succès particulier de chaque œuvre, et la répartition sera incontestablement plus « juste » que l’actuelle répartition Sacem.

La troisième nécessité est l’adhésion volontaire des artistes et des internautes à ce nouveau système que, pour la bonne compréhension de cet exposé, on appellera : Garantie de diffusion numérique légale ou GDDL — General Digital Diffusion Licence, GDDL en anglais - (ou quelque chose d’approchant, ce n’est qu’un exemple).

Diverses enquêtes montrent que 75% à 82% des internautes sont prêts à payer quelques euros par mois pour une juste rémunération des créateurs, à condition que ce ne soit pas une « taxe ». Une taxe est obligatoire par définition, et donc injuste.

Nous ne sommes pas dans ce cas. L’adhésion à ce système sous GDDL resterait un acte volontaire, tant de la part des créateurs que de celle des internautes. Comme l’adhésion à une vaste bibliothèque mondiale.

La masse d’argent collectée par les adhésions volontaires serait répartie ensuite entre les créateurs, en fonction de divers paramètres de répartition au moyen de coefficients.

Il est évident que la copie et l’échange d’un film portent davantage à conséquence pour le réalisateur et la production que la copie et l’échange d’un seul titre de chanson ou même d’un album de douze titres. Le coût de réalisation d’un film est sans comparaison avec celui d’un album de chansons que beaucoup de musiciens indépendants peuvent maintenant produire chez eux, ou encore avec celui d’un livre ou d’œuvres picturales.

Des coefficients de répartition sont donc à définir, prenant en compte le prix moyen des choses et les usages. En comparaison d’un album de chansons qu’on écoute souvent en boucle, on ne va voir un film qu’une ou deux fois en salle. Idem pour un livre : on ne le lit entièrement qu’une fois par personne avant de le prêter autour de soi.

Cela, les artistes eux-mêmes n’ont pas besoin de la loi pour l’établir. Une « Assemblée générale des créateurs d’oeuvres numériques » peut très bien le faire ! Et en toute transparence, avec des délégués du « public » d’internautes.

Il est donc tout à fait possible de mettre en œuvre un système nouveau, innovant et dynamique, bien plus « juste » que la répartition actuelle de la Sacem, qui préserve à la fois les intérêts des créateurs, petits et grands, et la liberté des internautes, sans déroger à la Loi DADVSI (ni à aucune autre étrangère) mais en se positionnant hors de son champ d’application.

Et cette opportunité nouvelle offre de nombreux avantages...

- Tout d’abord, elle libère l’internaute de la menace permanente du flicage.

- Elle supprime de fait la justification de quelconques DRM, et du même coup leur éventuel « contournement » pour copier et faire jouer les œuvres sur tous lecteurs.

- Ensuite, elle booste la création, en permettant aux créateurs, petits et grands, de publier leurs œuvres sans risque ni manque à gagner, elle leur permet d’en vivre si le public lui-même les consacre. Ce qui ne peut qu’encourager la création et du même coup, par effet de compétition, l’améliorer sans cesse en qualité.

- Enfin, elle a un très faible coût. C’est du direct « producteur au consommateur ».

Les deux seules choses coûteuses sont les aspects administratifs du système :
- la tenue d’un répertoire universel des œuvres avec attribution gratuite de lots de n° de tatouages aux créateurs ou à leurs mandataires (les créateurs restant maîtres d’œuvre et en pleine possession de leurs droits d’auteur)
- la systématisation des sondages à la volée sur le réseau.

Sur le même principe que les organismes de répartition existants, un certain pourcentage (lui aussi à définir par l’AG des créateurs numériques) devra être budgétisé pour le bon fonctionnement du système - de la collecte des adhésions, de ces comptages et de la répartition.

Mais ça ne s’arrête pas là !

En effet, pour l’instant, parmi les adhérents de la Sacem et autres, les artistes qui le voudraient ne peuvent pas distribuer leurs œuvres sur le réseau, même gratuitement. Les intérêts des industriels (les fameux droits voisins) les en empêchent.

Mais si ce nouveau système baptisé ici GDDL fonctionne pour tous les artistes indépendants, nous verrons très bientôt y venir les artistes consacrés, les mêmes qui défendaient âprement sur le site de RDDV les thèses du lobby des majors !

Ce jour-là, DADVSI sera proprement enterrée !

Quand est-ce qu’on commence ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (92 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Anna (---.---.188.225) 23 mai 2006 12:37

    Que racontez-vous là ??? L’auteur de l’article est lui-même auteur et éditeur !


  • minijack minijack 23 mai 2006 18:05

    Cher Demian West,

    En effet, je n’ai pas l’outrecuidance de m’intituler « artiste » comme vous semblez le faire pour vous-même avec une grande aisance. Je ne suis qu’un « auteur », mais ce modeste titre suffit à me classer parmi les créateurs culturels, et particulièrement parmi les créateurs d’oeuvres numériques. Je peux donc parler de ce que je connais sans vergogne ni retenue, car il n’est nulle part question dans la Loi DADvSI du droit des « artistes », mais bien du « Droit d’Auteur » face au numérique... Enfin, en principe, parce que cette loi défend en réalité les seuls « droits voisins » relatifs aux intérêts des majors et des quelques interprètes starisé(e)s soigneusement mis(es) en avant afin de justifier dans le débat l’appellation « d’artistes ». En faites-vous partie ? Contrairement à vous je ne m’attribue pas le droit d’en juger. Si c’est le cas, vous avez bien de la chance... économiquement parlant bien entendu, parce que la notoriété médiatique ne s’accompagne pas toujours nécessairement du talent souhaitable.

    Quant à mes affaires, je vous prie de les laisser en dehors du débat, ce ne sont effectivement pas les vôtres ! (Et quand je dis « les vôtres », encore faut-il comprendre la manière dont vous les entendez vous-même. Le mot « affaire » s’accordant à mon sens très mal avec le mot « artiste »)

    Vous défendez avec acharnement un « système d’affaires » parfaitement rôdé et monopolisé, qui vous paraît correspondre au mieux de VOS intérêts. Rassurez-vous donc, je ne veux rien avoir « affaire » avec ce système. C’est bien pourquoi j’en propose un autre, auquel vous n’aurez aucune obligation d’adhérer, un système qui regrouperait des créateurs indépendants et pas nécessairement des « artistes » estampillés majors. Un système où ce serait enfin le « public » qui vous accorderait la qualité d’artiste et non un système d’affairistes. Vous défendez la loi du marché ? Moi aussi ! Mais celle d’un vrai marché ouvert à tous, pas d’un marché truqué d’un bout à l’autre !

    A bon entendeur...


  • minijack minijack 23 mai 2006 19:27

    S’enrichir... Oui, quel rêve... Mais s’enrichir culturellement, c’est pas mal non plus ?

    Mon cher Debian, voilà 8 ans que je suis webmestre et éditeur virtuel pour d’autres auteurs qui n’ont pas la chance de maîtriser l’informatique. Vous étiez sans doute encore en culottes courtes à l’époque. Si j’avais voulu m’enrichir financièrement, je n’aurais pas laissé ces oeuvres en accès libre dans leur intégralité. Votre reproche est donc clairement injustifié. J’aurais souhaité il est vrai un peu plus de reconnaissance de la part du public à qui j’offre ces lectures sans aucun DRM... Aucun système n’étant vraiment adapté à la protection « économique » d’oeuvres en ligne, j’ai toujours préféré privilégier la publication à la rentabilité. L’argent est un simple outil facilitant l’échange de marchandises, au même titre que le web est un outil pour l’information et le dialogue. Je n’ai aucun préjugé ni à son encontre, ni en sa faveur. C’est sans doute ce qui me différencie de vous et de la vision que vous en avez.

    L’argent est nécessaire à tout le monde. Il n’est pas « sale » en soi. Même celui de la drogue ou des armes. Il n’y a pas d’argent sale, ça n’existe pas... Il n’y a que de sales manières de le gagner ! Et je trouve que participer au rapt de la Culture par une bande de malfaiteurs organisée en oligopole médiatique, c’est effectivement une « sale manière de faire du fric »... Libre à vous de vous y complaire !

    Quant à La Fontaine, voici ce que j’en pensais déjà en 2002.

    La Fontaine au zoo trouble

    N’étant que rarement bon poète moi-même Je n’ai aucun scrupule à taxer La Fontaine De n’être qu’un faiseur de rimes et de morale Sous prétexte d’histoires et fâbles animales. Je n’aurai donc, ici, fait d’affront à personne En disant que le trop fabuliste bonhomme N’avait cure de conter des histoires de rats D’âne ou de chien errant... C’était bien de son roi Et de ses courtisans que se moquait le pître Partout au fil de vers barbelant ses épîtres.

    Pourtant, j’en ferais bien mon maître en la matière, Si le monde aujourd’hui était celui d’hier... Las, ce n’est pas le cas... Car il faut de nos jours Outre de politique, savoir parler d’humour... Comme à part soi disait un humoriste sage : Les grands de notre époque ne sont plus de lignage ! Si la Cour est bien lieu de scandaleuses frasques, C’est aussi du Showbiz qu’il faut tomber le masque. Car c’est le populot qui fait la République. La satire aujourd’hui doit être... médiatique !

    Je ne fais rien de plus, rien de moins que cela. Quand je trousse à mon tour des mots, ici ou là, Sans m’encombrer de bêtes, c’est parce que les hommes Le sont assez comme ça, sans qu’en plus, on les nomme. Si c’est l’animalier qui doit jouer au poète, Ça se fera sans moi. J’aime bien trop les bêtes !..

    © 2002 Beauparlant


  • termitor (---.---.109.37) 24 mai 2006 10:18

    Etes vous oblige de reagir partout a tous les articles ?

    Vous me gavez, Mais vous me gavez serieusement , non seulement avec votre prose, mais aussi par sa teneur.

    J’en ai plus que mare de vous lire. Vous resemble de plus en plus a un epouvantail bavard et impetueux.

    Au lieux de critique a tous va, proposer donc, sinon f...e la.

    Que l’on jete un fromage a ce corbeau que l’on ne l’entende plus, s’il vous plais.


  • termitor (---.---.109.37) 24 mai 2006 10:51

    Le but des commentaire est d’aporter de la matiere a la question posée, non pas a faire la publicite de votre prose, cette vous etez libre de repondre, Mais (je m’excuse pour les personne qui vont lire la suite, car je n’ai nullement envie de limite la parole a quiconque) ... Mais je disais, vous me semblez etres un sacre casse c.....s.

    Arrete de vous cache sous votres prose ou votre culture, Personnelement a force de vous lire, j’ai envie de vous mettre dans le meme sac qu’un lepen.

    Pitie pour les autres, utilise votre droit a reagir sans obligatoirement nous assomer de votre prose divine continuelle, dite les choses simple simplement.

    Bordel, grace a vous Agoravox, va finir par me sortir pars les trous de nez.

    J’allais dire que vous devrier arrete de nous souler, mais voila , il n’y aucun systeme de vote sur ce site, en faite tous ces debats sont sterile si l’on peut vote sa confiance ou sa defiance dans une idée.

    AgoraVox, ne deviens plus qu’une longue litanie de point de vue, et des contre point de vue, et de commentaire soit lasant ou plaisant, mais rien pour pointer ici ou la les accords et desaccord.

    Je ne te demande qu’un choses, dit nous des choses intelligente simplement, arrete de te palabrer, et de te complaire dans ton exercice verbal journalier.

    TU ME SOULE


  • termitor (---.---.109.37) 24 mai 2006 11:07

    Votre vitesse de reaction, montre bien le niveau de votre ego, de la fois en vos paroles. Bin tant pis, je n’en jeterais plus, je vais ignore systematiquement vos commentaire.

    a bon entendeur


  • termitor (---.---.109.37) 24 mai 2006 12:28

    Raison : Contenue a caractere commercial.

    Message :

    En effect Monsieur Demain West modifie tous le titres avec son pseudo , et ajoute une lien, cela n’a qu’un but augmente sont referencement, en tous cas, cela semble une derive (forme de publicite).

    Neammoins, ce n’est pas la seule raison qui me pousse a me plaindre. Ce monsieur m’exaspere au plus haut point. Je souhaite vivement, que vous moderez sa prose (je n’ai pas d’adjectif pour la qualifie, ni en bien ni en mal).

    Certe vous pouvez y voir un acces de colere, ou plutot de ras le bol.

    Je m’excuse a l’avance des propos que je te tien sur lui, mais je n’agis pas par mechancete, mais bien par depit La qualite de l’idée AGORAVOX, ma attire au premier abord, mais les luttes partisanes ou retorique qui y regne le pourisse de fond en comble. J’avais mis tellement d’espoir en un vrai media citoyen, Soit c’est le media qui est pouris, soit les citoyens.

    Je vous en pris, agissez pour la sauvegarde de tous l’espoir que peut representer ce media pour tous les gens qui en attendent des voix salutaires et odacieuses.

    Peut t’on donner une opinion, sans la mettre a l’appreciation des personne ? quelle en ai l’utilité ?

    Certe le vote sur les articles ne definie que « l’interet » que l’on lui porte, mais il ne tranche nullement dans les questions posées.

    Peut t’on vote sans debattre ? Peut t’on debattre sans vote ? Je ne crois pas. Car l’opinion est bien a la base du debat ? donc de l’espression de l’interet general. Je m’excuse encore, pour ce disgressions dans ce simple courrier.

    avec toutes mes salutations respectueuse.

    PS : les fautes de francais sont de moi, et malgres mes qualitees, les langues en general sont mon defaut.


  • Re : Demian West (---.---.234.4) 23 mai 2006 12:16

    Cher M. Demian West,

    Pourriez-vous vous taire plutôt que de raconter des idioties à longueur de temps. Vous êtes imcompréhensible dans vos propos et dans vos opinions. Essayez de relever la tête et de regarder le monde sans lui porter tout de suite de jugement. Vous êtes certainement super-intelligent, super-beau, super-doué, super-cequevousvoulez, mais laissez chacun juger de cela au lieu de vouloir à tout pris nous en persuader.

    Je n’aime pas vos propos. Je pense qu’il s’agit que d’un personnage que vous vous plaisez à jouer ici. Je pense que vous êtes plus interessant que cela. Je pense que l’on pourrais apprendre beaucoup de vous. Malheureusement, votre discour ne passe pas et à chaque fois que je vous lis vous m’aggacer prodigieusement.

    Au plaisir de pouvoir sourire un jour en vous lisant.

    Xavier.


    • Isa (---.---.141.33) 23 mai 2006 13:07

      Excellent article.

      Nos gouvernants - de droite comme de gauche - sont sur un nuage, coupé des réalités et légiférent sur monde imaginaire.


      • t-h (---.---.247.25) 23 mai 2006 13:23

        A mon avis trouver un autre système n’est pas inutile. A priori la loi DADVSI n’apporte rien au système du fait que n’importe qui peut toujours télécharger sans se faire prendre (avec plus ou moins de risques qu’avant la loi). Donc il y a toujours des « tricheurs ». Ce qui serait bien serait de les amener dans les bornes de la loi de leur plein gré. En celà je rejoint l’auteur de l’article.

        Par contre, le problème de ce genre de système c’est qu’il y aurait toujours des resquilleurs (pourquoi payer pour ce qu’on peut avoir gratuit ?), même si on peut penser qu’une majorité de gens se joignent au système pour avoir bonne conscience.

        Sinon, si vous voulez rester dans le cadre de la loi tout en téléchargeant gratuitement, je ne peux que vous conseiller des sites comme musique-libre.org (plus de 5000 titres, en augmentation.) ou Gallica.bnf.fr (pour des heures... que dis-je... Des années de lecture !)


        • Jack Minier (---.---.80.91) 6 juin 2006 16:44

          Je connais les sites où l’on peut effectivement télécharger gratuitement en restant dans la cadre le la loi. Mais ça n’est pas le sujet. Je souhaite que les créateurs de produits culturels soient rémunérés à juste proportion de leurs efforts et de leurs talents. Ni trop, ni trop peu.

          Pour cela, étant donné que les créateurs offrent leurs travaux au public, et qu’en fn de compte c’est toujours le public qui paie d’une manière ou d’une autre, j’imagine une forme de reconnaissance mutuelle entre le public et les créateurs.

          La gratuité pour tout n’est qu’une douce illusion passagère. Elle ne peut aboutir à terme qu’à une culture à deux vitesses.

          A vouloir toujours télécharger gratuitement les produits culturels il faudra bien se rendre à l’évidence, on ne trouvera bientôt plus que des travaux de débutants, des oeuvres pas forcément inintéressantes en elles-mêmes, parfois même avec du talent, mais nécessairement limitées en nombre ou en qualité. Tout le monde ayant besoin d’argent (certains en ce monde en ont même une soif inextinguible), aucun artiste ne résistera longtemps à une proposition alléchante pour une oeuvre plus rare. L’exception, le must, dans quelque domaine de création que ce soit, restera toujours objet d’une recherche d’exclusivité de la part de collectionneurs et d’amateurs passionnés, et certaines oeuvres ne deviendront donc plus accessibles qu’à une classe privilégiée comme l’opéra le fut en son temps, tandis que le commun des mortels continuera de télécharger gratuitement son insipide brouet quotidien. Si c’est ce qu’on veut alors, continuons comme ça et vive DADvSI.

          Pour ma part, je considère que la Culture, de la plus élémentaire à la plus achevée, doit être accessible à tous, tout en rémunérant les créateurs selon le succès réel de leurs oeuvres (et pas de manière égalitaire comme le ferait un art officiel d’état financé par une taxe).

          Pour cela, il n’y a que deux méthodes :
          - une « taxe » imposée d’en haut et généralisée façon Licence Globale (obligatoire et non pas optionnelle) mais c’est parfaitement injuste par nature car il y a des gens qui ne téléchargent jamais ;
          - ou une forme d’adhésion volontaire du public à un système de DIFFUSION CULTURELLE NON PROPRIETAIRE, ne dépendant ni des majors ni des médias.

          Pour cela, le Net est l’instrument idéal, et particulièrement le P2P, précisément combattu avec tant d’acharnement par les majors parce qu’elles ont bien senti la menace qu’il représente pour elles. D’où le recours à une loi batarde pour tenter de protéger ce qui peut l’être encore. Mais rien n’empêchera le Net d’avancer plus vite qu’elles. La démocratie participative, nous la démontrons tous les jours ici même. La communication public-artistes peut désormais se faire en direct, sans intermédiaire. Le monopole de la diffusion est un statut du passé et comme aurait dit Pierre Dac : les majors, leur avenir... elles l’ont dans le dos !


        • éric (---.---.166.26) 23 mai 2006 13:27

          L’individu autonome est perçu comme un danger par une société qui a besoin d’ordre.


          • Le porc clandestin (---.---.9.84) 23 mai 2006 17:12

            Merci pour ce lien.


          • snapshot (---.---.127.113) 23 mai 2006 14:06

            Allez faire un tour sur http://www.jamendo.com. Il y a des centaines, ou plutout des milliers d’artistes (des vrais, pas les vedettes médiatiques DRMisées) qui publient leur création gratuitement, ou sous forme d’une rétribution libre. Il n’y a pas de DRM, les fichiers sont librement téléchargeables en MP3 ou mieux, en OGG, directement on via bitorrent. On essaye tout ce qu’on veut, on découvre, et on est souvent agréablement surpris pas des styles non formatés. C’est le bonheur, et une fois que l’on a essayé, pour rien au monde on ne voudrait revenir à de la musique prisonnière des DRMs. Avec ce genre de site, on ne peut plus supporter de se sentir épié / surveillé / suspecté / entravé sur un acte aussi anodin que l’écoute de la musique.

            La DADVSI est déjà caduque. Elle vient trop tard. La victoire des majors est une victoire à la pyrrhus. Ils se croient protégés ? Très bien, la chute de ces parasites ne sera que plus haute.


            • Aymeric (---.---.100.34) 23 mai 2006 16:17

              Mais oui au fait, quand est-ce qu’on commence ?

              En plus celà semble plus simple de s’essayer à être artiste avec ce système.

              J’ecris des histoires de temps en temps, uniquement pour mon plaisir, même si elle ne sont lues que par 3 ou 4 personnes.

              Avec un tel système je ferais peut-être l’effort de les rendre présentable, et de les publier, avec un peu de chance si jamais je peux gagner un peu d’argent grace à mes loisirs, pourquoi pas, je ne risque rien à essayer.

              Evidemment en tant que « consommateur », qui écoute de la musique, regarde des films et lit des livres, je suis bien sur prêt à donner de l’argent à un tel système, j’ai envie de donner un peu aux artistes, mais pas aux majors....


              • Daniel Milan (---.---.168.91) 23 mai 2006 16:20

                Pour moi la loi, doit être le respect des autres et des simples règles de bon sens !


                • BarryAllen (---.---.17.100) 23 mai 2006 16:21

                  D’évidence, Mr Dément complètement à l’West pense que les maisons de disque sont le meilleur des mondes, et que nous devons arrêter d’essayer de manipuler les artistes pour essayer de leur faire gagner plus d’argent.


                  • norton2a (---.---.85.187) 23 mai 2006 19:29

                    Jack tu viens peut-être de trouver le contre-poison ! et, grâce à toi, on a la prose de mini-demian west qui a une très haute opinion de lui-même et de ses idées. que du bonheur ;)


                    • Forest Ent Forest Ent 23 mai 2006 20:01

                      L’idée me semble seyante, mais je ne suis pas convaincu qu’il y ait vraiment besoin de tatouage. En effet, c’est bien compliqué, et ce qui fait foi pour l’utilisateur qui recherche un fichier, c’est tout simplement son nom. Il serait à mon avis suffisant de compter les requêtes sur un nom de fichier donné, ce qui n’implique aucune analyse de flux.


                      • fredleborgne (---.---.43.115) 23 mai 2006 20:38

                        Cher Demian West Depuis le temps que vous tentez d’instruire auteurs d’ « essais » et internautes très ternes, j’admire l’expression persistante de votre art du coté « critiques ». Vous plaçant avec votre aisance naturelle au dessus de tous, vous pouvez vous permettre de passer à coté des arguments les plus élémentaires de vos détracteurs. Maniant l’élocution et le vocabulaire avec la maestria des meilleurs flûtistes, je pense que vous pouvez aujourd’hui vous libérer des contingences socialement contraignantes qui voudraient que vous répondassiez à la critique de n’importe qui. Vous pourriez même vous abstenir d’attendre un article polémique pour pouvoir libérer votre souffle vaporeux qui transmet si bien la transparence et les volutes raffinées de votre pensée éthéréenne. L’Artistie existe . J’en suis sûr depuis que j’ai pu lire entre vos lignes. Vous me faites penser à ces ballons si colorés qui s’envolent gracieusement vers les cieux lointains avec une étiquette blanche pour que celui qui trouve le message retombé des nues sache que rien ne vaut la peine d’être débattu alors que la vérité est à la portée de celui qui sait s élever. Demian, vous êtes de ces amis que vent emporte et qu’on ne se demande pas ce qu’ils sont devenus. Entre Lune et Bételgeuse, vous croisez certainement les esprits les plus subtils et les plus sublimés de l’univers


                        • fredleborgne (---.---.43.115) 23 mai 2006 23:47

                          Un autre, pour Jack

                          Je puise ma source d’inspiration dans le milieu ambiant. Elle me pénètre et je me redresse grâce à elle. Je prolonge alors l’acte au-delà du nécessaire. In petto, je deviens plus fort. Ma tête commence à pencher à arrière et mon regard porte plus haut. Je suspends ensuite l’effort pour prolonger la contemplation et, au lieu de laisser fuir ensuite ce fluide vital en vain, j’articule enfin les ondes qui vont ébranler au-delà de leurs tympans les esprits de mes contemporains. Je n’ai pas peur de manquer d’air, car si on peut toujours avoir l’air de rien, l’ère du numérique est arrivée. Le virtuel autrefois si plaisant se résume aujourd’hui en une suite de zéro et de hein. Une onomatopée en guise de question existentielle, pour suite d’un départ à partir du néant. Et malheureusement plus aucun progrès n’est possible dans ce monde binaire, où le choix ne sert même plus d’axe à suivre puisque il est amendé pour devenir négationniste. L’article 1 supprimé, les suivants n’avaient aucun sens. L’article 1 ressuscité puis amendé restaurait le sens unique de la pensée d’un seul camp. Les articles indéfinis de la loi DADvSI in fine introduisirent le dernier article : l’article de la mort, pour la liberté, pour la création, pour l’inspiration. Voici venu le temps de l’expiration, de la tête qui s’incline vers l’avant, des épaules qui se voûtent, du repli sur soi. Est-ce mon dernier souffle qui va me quitter ? Au perchoir, les vautours attendent que je tombe pour me dépecer. D’autres que moi dans cette atmosphère sont-ils assez inspirés pour éviter que l’air ne s’échappe à jamais ? Je ne vois pas bien, mais je sais que si nous nous courbons tous en même temps ils auront gagné.


                          • minijack minijack 24 mai 2006 00:52

                            Je trouve que tu révèles de plus en plus et de mieux en mieux le talent qui dormait en toi mon cher fred. Tu vois, s’il y a des gens qui posent au-dessus de leurs moyens, il y a aussi des gens à qui il suffit d’oser...


                          • minijack minijack 24 mai 2006 19:02

                            Et allez donc ! me voilà grenouille à présent... Mais c’est bien vous, mon cher Demian, qui tentez de « faire le boeuf » ici même en accrochant tous les partenaires potentiels... Désolé mais vous ne jouez ni dans ma tonalité ni au bon rythme. J’ai connu des jams pleines d’allégresse mais Vous, vous me rendez allergique !

                            Pfff !! Quelqu’un aurait-il une épingle pour dégonfler les baudruches autocollantes ?


                          • gauloise82 24 mai 2006 09:09

                            C’est une excellente idee.Je prefere payer les auteurs que les majors.La loi dadsvi c’est quoi:enrichir les majors alors que les artistes sont les dindons de la farce ainsi que les internautes.Tant qu’on peut grapiller de l’argent a tour de manivelle....


                            • Totopipo (---.---.7.139) 24 mai 2006 10:11

                              Les internautes ont le droit moral de rétribuer les créateurs qui leur plaisent. Ils n’auront plus le devoir absolu de débourser aux seuls exploitants (qui rétribuent les créateurs selon leur volonté) pour découvrir de nouvelles choses et de s’en servir pour promouvoir une partie des créations de plus en plus petite pour maximiser leur ROI.

                              De plus diverses licences existent (je pense aux CC) pour assurer un revenus lors de l’utilisation commerciale de créations. Elles se passent alors de réseaux/sociétés de gestion de droits et de distribution complexes et avides. Il est pratiquement question d’un lien direct créateur<=>utilisateur.

                              Il est temps en effet, Jack, de passer à la vitesse supérieure, de forcer la promotion de ces nouveaux systèmes offrant plus de liberté pour chacun et de faire clairement un pied de nez aux dinosaures de l’industrie culturelle. On n’enchaine pas la culture à du capital, on se doit de l’y affranchir. Un droit ne doit pas sacrifier des libertés sur l’autel des profits. Même si cela fait peur à des « demian west » qui s’imaginent avoir gros à perdre.


                              • minijack minijack 24 mai 2006 19:46

                                « On n’enchaîne pas la culture au capital, on se doit de l’en affranchir »... Voilà bien résumé toute la problématique actuelle.

                                Nos sociétés commerciales savent vendre mais, hormis quelques agences de pub qui sont payées pour ça, on n’en a jamais vu aucune CREER des oeuvres culturelles ! Par définition, la CREATION sort toujours de l’imaginaire D’INDIVIDUS qu’on appelle des créateurs.

                                Notre société supralibérale (en fait capitaliste à outrance) ne sait que gérer — souvent fort mal d’ailleurs — les retombées économiques de la culture. Et du coup elle a tenté — et réussi jusqu’à maintenant — de transformer cette Culture en Marchandise en la formatant comme on vendrait des légos en kits.

                                Je vous en mets combien M’dame ? pour 2’25" ?... Voilà, et avec ça ?... Elle existe en blonde oui... Faut-il vous l’envelopper ou c’est pour consommer tout de suite ?...

                                S’il ne fait aucun doute pour moi que le travail des créateurs DOIVE ËTRE REMUNERE par le CONSOMMATEUR — (option qui manque à Creative Commons) et peut parfaitement l’être en proportion du succès individuel de chaque oeuvre, ce qui me paraît tout à fait naturel — il m’apparait tout aussi important que le choix des oeuvres diffusées ne soit pas le domaine réservé de quelques « directeurs artistiques » au service de monopoles de diffusion.

                                Les oeuvres sont destinées au PUBLIC, c’est toujours le PUBLIC qui paie au bout du compte que ce soit sous forme volontaire ou imposée, il est donc logique que ce soit le PUBLIC qui sélectionne LUI-MÊME parmi les propositions des milliers de créateurs existants, et non de quelques poignées de stars artificielles. Que ces créateurs soient parfois anonymes, parfois plus célèbres, qu’importe, l’aspect médiatique de la question ne devant être que la résultante du succès et non sa cause ! C’est-à-dire l’inverse de ce qui se passe actuellement !

                                Il est temps de remettre la hiérarchie des valeurs dans le bon ordre.


                              • vince (---.---.47.83) 2 juin 2006 18:18

                                « Les oeuvres sont destinées au PUBLIC, c’est toujours le PUBLIC qui paie au bout du compte que ce soit sous forme volontaire ou imposée, il est donc logique que ce soit le PUBLIC qui sélectionne LUI-MÊME parmi les propositions des milliers de créateurs existants, et non de quelques poignées de stars artificielles. Que ces créateurs soient parfois anonymes, parfois plus célèbres, qu’importe, l’aspect médiatique de la question ne devant être que la résultante du succès et non sa cause ! C’est-à-dire l’inverse de ce qui se passe actuellement ! »

                                Vous résumez simplement mon opinion à la perfection, et en plus, vous apportez la preuve que, sur internet, on se fait mieux comprendre si on évite le piège de la grandiloquence.


                              • norton2a (---.---.85.187) 25 mai 2006 19:30

                                on dirait que le sieur demian west sait se faire aimer :D

                                http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=7407587374


                                • Passe par là (---.---.208.33) 25 mai 2006 22:23

                                  Simplement un mot aux modérateurs : quelle différence entre agoravox et un vulgaire forum si l’on retrouve à chaque fois le même genre de commentaires qui vire au conflit de personnes ? Personnellement, cela me fatigue de plus en plus... n’y aurait-il pas une forme de déontologie mettant en avant la reflexion constructive plutôt que des commentaires qui tournent en boucle et ne font pas avancer le débat.


                                  • bobil78 (---.---.169.5) 26 mai 2006 12:24

                                    Bonjour,

                                    est-il possible de supprimer automatiquement les messages d’une personne précise sur ce site ? Certaines proses sont passablement indigestes et n’est pas poète qui veut... Merci de m’indiquer comment faire pour alléger mes lectures sur agoravox.

                                    Cordialement


                                    • Francis (---.---.36.193) 28 mai 2006 16:22

                                      Où est le problème ?

                                      Minijack fait un bon article, vous l’attaquez sans arguments constructifs et en victimisant encore plus les artistes qu’il n’en faut. Et pour couronner le tout, vous vous faites passer pour une victime.

                                      Que dire de plus. C’est le retour du baton.

                                      Vous faites pourtant de bons articles sur la crise US et IRAN. Mais là, vous vous faites passer pour un gosse gaté.


                                    • Alf (---.---.7.139) 29 mai 2006 02:08

                                      Et découvrez que notre demian west, star internationâââle, est une bombe de sexe. Car tout est freudien dans la vie, même pour sa success (toy)story.

                                      Petit condensé de cette étoile naine au milieu de la galaxie à voir en exclu’. Tu n’es rien DW, du blablablog et un égo.

                                      Le système de diffusion gangrèné par le sur-investissement d’une poignée de multinationale fait déjà partir le droit d’auteur dans les abysses de la rentabilité. La part de rêve propre et laissée à chaque artiste comme tu le dis, ça ne les fait pas manger, la réalité en général leur a déjà remis les pieds sur terre depuis un petit moment.

                                      Tu veux aller au bout de cette logique de guerre kapitâââlistik probablement. Grand bien te fasse, mais dis-toi bien que d’autres n’adopteront pas cette attitude et préfèreront se battre autrement avant l’arrivée du grand soir qui tardera bien à venir.


                                    • Alf (---.---.7.139) 28 mai 2006 16:12

                                      Merci pour la pub Demian (et la tienne).


                                      • gem (---.---.117.249) 29 mai 2006 18:03

                                        Dans notre monde de copier-coller, la « propriété intellectuelle », est et reste une absurdité inutile (puisque sans rareté, pas besoin de propriété) quelque soit le système qui prétend la faire exister. Y compris votre système, aussi ingénieux soit-il.

                                        En outre, je ne paye pas pour me faire infecter par un virus : je ne vois pas pourquoi je payerais pour une « oeuvre » qui ne fait que parasiter mon esprit, à grand coup (et coût !) de pub. C’est déjà assez cher payé (en temps) que de me mettre un minimum en phase culturelle avec mes concitoyens ...

                                        Néanmoins, je vous souhaite bon courage : au mieux vous réussissez, au pire il ne se passe rien de grave.


                                        • Fredouille (---.---.71.14) 30 mai 2006 20:58

                                          Moi, je n’ai qu’une seule question à poser : que fait demian west sur cette page ? Le sujet du départ, en soi est plutôt intéressant et la démarche proposée mériterait un autre débat. Dommage que la liberté d’expression ait aussi certains travers.


                                          • Gary Gaignon Gary Gaignon 31 mai 2006 18:39

                                            Monsieur Minier,

                                            Vous dressez là une table bien garnie pour la suite des choses commerciales en édition numérique. Je ressens En Amérique du Nord le même besoin que vous en Europe.

                                            Pour ma part, j’ai opté entre-temps, chez nous, pour l’ESN (de Numly Numbers) : le numéro de série électronique avec code barre, unique, dédié à ma plate-forme d’auteur, à tout le contenu de mon site-blogue pour Gary Gaignon. C’est gratuit pour 30 numéros par mois.

                                            Il existe aussi l’IDDN quelque part chez vous, mais ce n’est gratuit que pour une seule inscription : http://www.iddn.org/fr/accueil.htm ! Ils prétendent pouvoir en assurer la traçabilité totale, tous supports confondus. Je n’ai pas trop compris comment ils peuvent y parvenir sur le plan technique !

                                            Il est évident que nous espérons la venue depuis trop longtemps d’un ISBN numérique, gratuit, interopérable entre toutes les bibliothèques nationales, en particulier francophones, qui soit retraçable partout sur le Net, en toute transparence pour l’internaute. Il constituerait un excellent tatouage indélibile. C’est déjà une première étape à franchir ! Or, c’est même l’immobilisme à ce simple niveau tout symbolique ! Car cela touche au STATUT étatique de l’Auteur, hé !

                                            Je réclame tout cela depuis 1995, déjà, à l’initiative collective d’editel.com, à l’époque. Le pionnier absolu de l’édition en ligne naissante. Aujourd’hui, l’on sait que de l’édition, c’est de l’édition tout court, quel que soit le support d’édition, de diffusion ou de distribution ou de lecture, au final.

                                            Je crois que vous décrivez en filigrane la future mission d’une Bibliothèque internationale de langue française qui pourrait servir d’entrepôt de données géant, à l’échelle de la francophonie mondiale, où tous les auteurs devraient inscrire leurs oeuvres, obligatoirement, lesquelles se trouveraient marquées par leur ISBN numérique. Ainsi, les droits moraux seraient-ils au moins protégés !

                                            À partir de là, il s’agit de concevoir un modèle d’affaires viable et qui reste ouvert à toutes les initiatives privées d’édition numérique. Déjà, briser d’office, par une Loi, tous les monopoles mondiaux à la verticale qui s’arogent les contenus numériques en refusant l’interopérabilité des supports matériels, c’est un pas dans la bonne et nécessaire direction. Je crois que votre gouvernement français en a pris l’initiative de quelque façon, sauf erreur, n’est-ce pas ?

                                            Qu’il y ait une pluralité de supports tous compatibles, voilà une bonne chose. Élémentaire. Il faut d’abord s’en assurer sur toute la planète. Il faut faire en sorte, par les lois de nos pays respectifs, prétendus souverains de nos jours, que les transnationales du contenu roi et maître ne peuvent pas les faire chanter entre eux, à tout le moins !

                                            Maintenant, quand logiquement, en doit en revenir toujours à des SACEM, même revues et corrigées, démocratisées, pour soi-disant assurer réellement une juste et équitable répartition, enfin, entre tous les auteurs et ayants droits des retombées financières générées par de mythiques flux monétaires de droits saisis on ne pas trop comment au vol, comme si leur traçabilité était chose possible, en vrai, de bout en bout, sur le plan informatique, sans sombrer dans un autre genre de système DMR aussi subtil soit-il, là je me sens confus et perdu, je ne vous suis plus, si tant est que c’est là une contradiction interne à votre point de vue que par ailleurs je partage tout à fait.

                                            Car c’est évident que, en tant qu’auteur, je tiens à ma rémunération, aussi modeste puisse-t-elle être en tout dernier ressort ! Là est toute la question ! Ouvrir toute grande la machine, mais rétribuer l’auteur sur une base INDIVIDUELLE, sans aucune instance gouvernementale qui agirait comme une intermédiaire obligée, donc manipulable par les pouvoirs publics sont on sait bien qu’ils sont sous le contrôles, aujourd’hui, des transnationales. Il y a toute une révolution à mener pour reprendre possession de l’État au nom des classes moyennes qui en ont été spoliées dans leur dos !... Classes dont font partie désormais la plupart des auteurs... du moins est-ce le cas au Québec.


                                            • Demian Ne Meurt Jamais (---.---.91.38) 6 juin 2006 10:34

                                              Demian , mon inutile , me voilà passer par là et trouver ton facies et ta réthorique de « sert à rien ». Mais Demian , penses au gars qui a fait cet article , qui s’est donné du mal , ce long article .

                                              Est ce pour voir ta photo et entendre la progression quotidienne de la thérapie que tu menes aux frais de mille patiences bienveillantes d’héroïques internautes ? ... , frauduleusement , sans te payer de psy alors que tu commentes si ... mégalocentriquement ( néologisme rural , ne cherches pas à comprendre tu n’aimes pas trop les habitudes des rustres de province si je me souviens bien ... kss ) les prétendues perversions du droit , et notament celui des auteurs , et patati et moimoimoi ...

                                              Hein Demian , c’est pour çà que t’es mon inutile , tu es partout , et tu n’apportes rien que ta gueule en photo , de la pub pour ton site , et un interminable monologue tellement autocentré que , même si on te paye pour troller AV , même si on t’accordais des talents de comédien , tu serais quand même dans une attitude patho qu’un psy aurait le bonheur de traiter si tu acceptais d’assumer , et de payer ton DROIT AUX SOINS , comme les autres gens qui en ont tres tres besoin ... Ce n’est pas une honte Demian , et même si je comprends ton désir de te guérir par les autres , je ne te crois toujours pas en volonté de les rencontrer honnetement avec leur avis , et surtout ( et c’est là ta substantifique nourriture ) Tu trolles les sujets et AV en général , tu trolles quasiment tout le temps .

                                              Non , Demian , ne fais pas le vilain petit canard , je t’entends d’ici , tût tût , tu ne parles que ... de ... toi , si .... siii ...... siiiii je te dis ... nn ... nan , je te dis que si ... oui , voiiiilà , .......... quoi ? ttt çà suffit , voillllàlàlà ... c’est bien . Bisou et au lit mon inutile , tu serviras mieux ton lit qu’agoravox ... boooonnne nuiiiiiiit !

                                              DNMJ .


                                              • DNMJ (---.---.91.38) 6 juin 2006 11:56

                                                Mais oui , mon cher machin , proches des âmes abîmées , comme l’est la tienne , mais pour une raison bien simple . Je n’aime pas t’ecrire comme çà , à savoir , ce n’est pas tres gentil de ma part , mais tu vides tes « poubelles mentales » sur ce site que je respecte et dont je respecte les participants qui aimeraient débattre autrement , qui te le disent et le redisent , chacun avec leurs moyens et leurs convictions , et qui font de toi le centre de quelquechose qui ne devrait pas t’avoir comme centre .

                                                Habilement , avec la ferveur pathologique qui convient , tu te déverses encore et encore , comme les gens répondent et sans te detester, te repoussent. Le tableau « je conchie DW » en vente sur Ebay , c’est de la pure bombe , mais cher inutile , ce n’est pas que qqn qui a passé du temps à penser à toi , maso , ce n’est PAS de l’amour DW , c’est aussi qqn qui en a marre de ton attitude et qui en vient à le communiquer d’une maniere desespérée , arg ! Pense à elle ou lui , je ne sais , c’est vraiment çà que tu veux sur AV ?

                                                Ta ligne masochiste entretient de plus un courant qui consiste à se défouler sur les gens , Chose que j’ai faite à regret une ou deux fois pour toi et que je réprouve , mais enfin , c’est cette France là que tu as envie de voir , celle qui trouve son bouc emissaire ? Et qui le démonte , le frappe ? Ou bien une France qui réflechit aux sujets et tente de construire peu à peu son esprit collectif ?

                                                Reflechis bien , sans t’enerver stp ... N’y a t il pas du mépris pour les gens , pour l’agora , dans ton attitude ? Tu n’y crois pas aux gens toi DW ? Tu preferes les voir dans leurs bas instincts à se défouler sur toi , te répondre , alors que le site est là pour que l’on reflechisse un peu , quelque soit notre situation / condition / éducation / origine .

                                                Tu veux montrer que tu peux emmener les gens sur cette route ? T’es content quand on est quinze sur toi ? T’es au centre ? Ca y est , ta famille s’occupe de toi , meme si çà fait mal , des fois , t’as appri à prendre les coups ? Tu les rends , comme tu peux , à dix personnes à là fois ? .... Comme avant ? Une illusion de contrôle DW ? Ta seule façon de tenir les rennes d’une agora devenue ta famille de tous les jours ? Et toi , tu te voudrais chef de famille ? Toujours différent , langage démarqué , photo de toi partout , esprit de contradiction et declencheurs de verbiabges ?

                                                pfff , eh , t’as vu , t’as une petite montée , là maintenant , tu lis , mais tu sais , tous les autres , ben y lisent aussi , eh . Une petite montée , ah ben elle fait un peu mal c’est sur , mais elle fait du bien aussi , pas vrai ? je suis sur que tu le sais , çà .

                                                Allez , je vais pas te demander trente euros aussi naturellement qu tu prétends à des droits d’auteurs. Je ne sais pas si tu es vraiment un artiste et je m’en fous , à vrai dire , moi , je ne suis pas un psy , c’est sur , par contre , je te vois DW , et je vois où tu entraines les gens . A vrai dire , je n’aime pas çà alors , clairement , en m’expliquant le mieux possible , je te demande d’arreter ce cirque.

                                                Ou alors ...

                                                Bon , hmm , ou alors t’es payé ? eh , DW , t’es payé pour troller ? Y ’en a tu le sais des payés , c’est les partis politiques çà , c’est autre chose , disons , un boulot de maquereau . A droite on dit qu’ AV est un repère de sots , tu le sais çà ? Il y en a des milieux ou on a peur de l’opinion et ou on cassera les espaces de reflexion. Av est dans la mire de pas mal de gens je crois .

                                                Et que tu le veuilles ou non ,c’est ce que tu fais ici , tu détournes la relexion , au profit de ton problème général ... qu’il est facile de détruire ... et tu casses ... et celà nous est ... inutile , mon inutile , c’est bien là ce que je veux que tu comprennes.

                                                ... mais j’en doutes un peu .

                                                Allez , je t’ai écrit un peu violemment pour avoir ton attention , maintenant que je l’ai , j’espere que tu vois la dimension que l’on rencontre sur ce site face à un gars comme toi et sa problématique ... si commune en societé , au demeurant . L’expression libre est si fragile DW , tu es une vraie brute aux sens que je viens de t’exprimer , une chose sans ethique, un gouffre affectif toujours en manque , la plus absorbante des couches Demian , si tu te croyais vraiment délicat et fin , dis toi que c’est pas avec du verbiage que tu vas m’enfumer , mon garçon , même si ce n’est pas ton intention , t’y arriveras pas. Pense à çà .

                                                Apres , vois tu , trop de gens voudraient voir nos espaces couler , se réjouissent de nous voir nous y battre sans plus y débattre. Et tu es un formidable moteur de bataille , et donc de bassesse , DW . Penses y aussi , personne ne t’en voudra apres , je te l’assure , mais au moins , quelqu’un aura pris la peine de te le dire de façon à ce que tu ne puisses plus nier la nature de ta nuisance.

                                                Allez , merci de t’en occuper , pour toi en premier , et pour nous , vraiment pour nous , pour cet espace tres interessant qu’est AV.

                                                DNMJ.


                                                • geo (---.---.91.38) 6 juin 2006 14:20

                                                  en tous cas j’en connais un qui marche à tous les coups ! et ça galope et ça galope ..

                                                  (encore un post qui n’apporte rien, mais ça me fait bien rire, dsl )


                                                  • DNMJ (---.---.91.38) 6 juin 2006 14:59

                                                    Je t’exprime ma gène , sert à rien , mon désaccord , car à l’inverse de toi , je ne passe pas mes journées sur AV pour me soigner la tronche , juste quelques minutes pour m’informer, prendre la température d’une certaine agora dans mon pays. Citoyen moyen, en fait, mais pas « pour te servir » , tu comprends çà ?

                                                    Mais lorsque je veux lire les réactions des gens, et c’est çà le plus important , cher inutile , je suis obligé de me taper ta branlette sur 200 commentaires avant d’en avoir un qui tourne autour du sujet , çà te parle çà ? Est ce que çà te parle ?

                                                    C’est long , çà pousse à zapper , alors qu’à la base , çà m’interesse , donc à la fin , ta pollution me gonfle comme çà gonfle une certaine quantité de gens qui en font régulierement la remarque. T’es sur que t’as les yeux ouverts là ? Parce que là tu saisis ou bien t’es con !

                                                    TU LA POLLUES , ET TOUS LES JOURS , L’EXPRESSION , ... mon gros sert à rien TOUS LES JOURS !!

                                                    Et pas la peine d’essayer de me la faire avec tes réponses à la con , je simplifie , çà ne prendra ... jamais.

                                                    Je répete donc l’objet de mon intervention :

                                                    Arrete ta pollution quotidienne , pour le site ,pour la qualité des débats, pour nous tous, ... c’est là , ma seule demande. Compris ?

                                                    DNMJ

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès