Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Plumitifs affidés

Plumitifs affidés

Malgré son apparente phobie des journalistes, qui à ses dires, sont tous de gauche et hostiles à son auguste personne, le président-sortant s'affaire régulièrement à séduire certains "bons" éléments de la profession et à les brosser dans le sens du poil. Et ceux-là le lui rendent au centuple ! Le vaniteux n'aime rien de plus qu'on le vénère et qu'on lui passe de la pommade là où ça fait du bien. D'aucuns s'y emploient sans vergogne et n'y vont pas avec le dos de la petite cuillère. Ces passe-plats de la plume n'hésitent pas même à employer la louche...

Des noms, me direz-vous ? On n'a que l'embarras du choix. Quoiqu'en pense sa femme (jadis) fatale reconvertie fan au foyer, les laquais du pouvoir sont nombreux et pas seulement au Figaro, la Pravda sarkozyste. A tout saigneur, tout honneur, citons d'entrée Étienne Mougeotte, patron du baveux de la maison Dassault, marchand d'armes de son état : "On aura de la peine à contester au chef de l'État une audace visionnaire et mobilisatrice". Ou encore : "Il a dessiné avec une indéniable hauteur de vue le monde nouveau qui sortira d'un tsunami économique, écologique et social aussi barbare qu'inédit".
 
Chez "frère" Lagardère, ils ne sont pas en reste et ne donnent pas non plus leur part au chien en matière de flagornerie. Ainsi Jean-Pierre Elkabbach, l'interviewer à la pugnacité à géométrie variable, a mis au point une autre taquetaquetique pour insuffler la bonne parole sarkozyste. Il en vient parfois à souffler les réponses aux questions qu'il pose à son ami de quarante ans, ce pour ne pas le déstabiliser voire pour l'aider à réciter son laïus. Catherine Nay, sa collègue à Europe 1, va jusqu'à pondre un bouquin à charge contre Cécilia pour tenter de sauver l'image de l'immature chef de l'état. "On dirait une mère qui défend son fils" se gausse Ardisson. Ce qui n'empêche pas l'ancienne Chalandonnette d'affirmer sans rougir : "Nicolas Sarkozy est enfermé à l’Élysée et ne cesse de travailler. Il se différencie donc de ses prédécesseurs car il est en vérité moins « bling bling » qu’eux". A ce stade de la partie, ce n'est plus de l'amour, c'est de la rage !

MediaBeNews
Du côté du service public, Yves Calvi, le chouchou de Carlita, passe pour un journaliste indépendant et objectif. Si on gratte un peu, on s'aperçoit très vite que la réalité est tout autre. Il a inventé une forme plus pernicieuse de propagande que les autres précités mais tout aussi redoutable. Quotidiennement, il reçoit des invités en boucle qui martèlent des messages consensuels visant à promouvoir pêle-mêle TINA, la mondialisation, le capitalisme et dans la foulée, une de leur figure de proue, Nicolas Sarkozy. Plus que tout commentaire, le graphique ci-joint révèle la toute relative "impartialité" de ses émissions.

 
Chez RMC, Éric Brunet, polémiste auto-proclamé, se montre moins subtil et se vautre plus souvent qu'à son tour dans la cavalerie lourde pour vanter les mérites de son chef d'escadron préféré. Décoré récemment de la légion d'honneur pour Sarkophilie émérite, il ne cesse de lui passer la brosse à reluire à longueur d'antennes et de lui servir la soupe à coup de publications idolâtres. "Il faudrait que Nicolas Sarkozy parvienne à montrer qu’il a été, lors de ce quinquennat, un président réformateur qui a dû faire face à un mur de conservatisme et qui a essayé de réformer comme il a pu. Il faut qu’il réussisse à raconter le roman de son quinquennat. J’en veux à la droite pour ça : jamais personne chez eux n’a réussi à le raconter alors que c’est une belle histoire". Hongrois rêver, comme disait ma grand-mère, fleuriste au Havre...


Passons rapidement sur le tandem de RTL qui aime à nous faire croire à son côté rebelle. Ainsi Jean-Michel Aphatie ose affirmer sans pouffer de rire : "Sarkozy me perçoit comme un gauchiste". Le poujadiste béarnais oublie qu'à chaque entretien avec le locataire élyséen, il fait plutôt figure de petit garçon sage écoutant la leçon du maître que de véritable débatteur coriace. Et quand son complice en complaisance, Alain Duhamel, émet un insolent "Sarkozy, il lui manque une case", c'est pour vite ajouter "c'est la case auto-critique". Ouf, on respire, on a cru un moment que l'homme au solex avait dérapé enfin...

 

La troïka Pernaut-Pujadas-Ferrari, récurrents personnages tronc de la petite lucarne, ne mérite pas qu'on s'attarde sur son cas très longuement. Face au petit Prince, le "gentil" Pernaut excelle dans la flatterie populiste tandis que les deux autres ont perdu avec le temps et les sunlights, le sens de la répartie et de la critique. Tous en sont réduits à acquiescer en hochant la tête à chaque saillie du fils de Pal, un peu comme ces toutous en peluche à l'arrière des berlines... 

"Ils sont très à charge contre mon mari... Vous en connaissez, vous, des journalistes qui sont pour mon mari ou même juste neutres ? Le taux de critiques a atteint un niveau incroyable. Et de mauvaise foi, et de mensonges". Ainsi parlait Carla Bruni-Sarkozy. L'amour rend aveugle ou un tantinet partisane ? 

Ruminances


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Lediazec Lediazec 9 avril 2012 10:38

    Ah, la balade camrguaise ! A part ça, le néo-prolétaire, n’a de pauvre que le tracteur qui charrie la faune rampante d’un quinquennat qui restera dans l’histoire comme une tumeur maligne. 


    • b.mode b.mode 9 avril 2012 11:41

      Question pour un champion. Sur les canassons blancs (photo de campagne 2007) , NKM (déjà) et Sarkozy rivalisent de prouesse. Mais qui est le troisième homme aux lunettes noires à droite ? J’avoue ne pas savoir...


      • paul 9 avril 2012 13:47

        Les journalistes « embedded » dans la charrette derrière sarko en Camargue : tout un symbole .
        Pour paraphraser Coluche, il veut récompenser l’honneur, mais il n’a même pas un échantillon sur lui !


        • COVADONGA722 COVADONGA722 9 avril 2012 13:50

          tsss l’auteur :affidés comme vous y allez tsss stipendiés tout au plus !


          asinus


          • b.mode b.mode 9 avril 2012 13:59

            Stipendiés va bien !!! Mais affidés n’est pas mal non plus !


          • b.mode b.mode 9 avril 2012 13:56

            Y’aurait beaucoup à dire sur l’utilisation abusive de la légion d’honneur par Sarkozy. Il a même été épinglé la juriste de son divorce avec Cécilia, juste car elle avait fermé sa gueule vis à vis de la presse. Un jour, un garde de l’Elysée l’aura juste car il a pas dénoncé p’tit Louis et ses billes...


            • b.mode b.mode 9 avril 2012 15:22

              Le plus à gauche des émissions de Calvi est Renaud Dély, c’est dire ! Et que penser du politologue pro-UMP Dominiqué Reynié  ?


            • Dzan 9 avril 2012 17:29

              Ah Calvi et sa meute de cireurs de pompes. Cohen, l« ecocomique », Barbier dont seule l’echarpe est rouge, Reynié le « politologue » Threard du Figprvada etc...
              Calvi qui a réussi le tour de force, lors d’un C dans l’air sur Mélenchon, que pas un représentant du courant de celui-ci ne soit présent.

              Allez, petit jeu, trouvez les autres abonnés perpétuels.

              Rien que pour ça il faut virer Naboléon, et laisser la TV publique INDEPENDANTE.
              Des journalistes de renom, il y en a !


              • b.mode b.mode 9 avril 2012 17:41

                Chaque jour, Calvi pervertit un peu plus la supposée objectivité du service public. La récurrence de ses invités tous mondialistes vise une manipulation de l’opinion... Pas bien !


              • colza 9 avril 2012 19:09

                Vous avez raison et en même temps, personne n’est obligé de regarder la TV.

                Il y a bien longtemps que j’ai mis la mienne à la benne.
                Pour les quelques émissions qui valent la peine, il y a les « replay » sur toutes les chaines.

              • Rensk Rensk 11 avril 2012 15:21

                C’est la mode... mais a force de forcer le trait (comme l’autre de Dior ?) il arrive que des institutions réagissent smiley

                L’ONG française Reporters Sans Frontières (RSF), subventionnée par des agences du Département d’État nord-américain et dont les liens avec l’intelligence nord-américaine ont été démontrés, vient d’être exclue de la liste d’Organisations Non Gouvernementales associées à l’UNESCO.
                Le Conseil Exécutif de l’organisme international a validé ce 8 mars la décision du Comité sur les Associés Non Gouvernementaux qui a retiré à RSF son statut d’organisation associée.

                Au cours des débats de l’UNESCO, quelques pays ont dénoncé les méthodes controversées de travail employées par l’ONG « qui ne sont pas compatibles avec les valeurs de l’UNESCO dans le domaine du journalisme » et a décidé de l’exclure de la catégorie d’association.
                http://www.michelcollon.info/L-UNESCO-prend-ses-distances-avec.html

                Rendez-vous compte : le CHEF des syndicats de journalistes internationaux est mis à la porte pour... tricherie ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès