• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Polonium radioactif dans les cigarettes : les mass media savaient

Polonium radioactif dans les cigarettes : les mass media savaient

Le 27 août 2008, Le Figaro « découvre » le « secret du polonium-210 », élément hautement radioactif contenu dans les cigarettes ; « les industriels savaient tout et n’ont rien dit »

Le Nouvel Observateur titre : « Du polonium 210 dans les cigarettes : les industriels savaient » en mettant l’information au conditionnel (le Nouvel Observateur ne vérifie donc pas ses informations avant de les rendre publiques).

L’Express, comme Europe 1 et la RTBF assurent, eux aussi, qu’il s’agit d’une « révélation ». Europe 1 déclare que « le secret a été si bien gardé ». 20 Minutes reprend : « Du polonium dans les cigarettes : comment le grand secret des fabricants a été dévoilé ».

Etant co-auteur de l’ouvrage « Le Rideau de fumée – les méthodes secrètes de l’industrie du tabac » avec le professeur Gérard Dubois, je m’étonne que les journalistes aient la mémoire si courte. Publié en 2003, aux éditions du Seuil, « Le Rideau de fumée » annonçait dans la liste des composantes du tabac : « le polonium-210 (élément hautement radioactif) » (p.83). Même en 2003, il ne s’agissait pas d’une révélation de notre livre.

Nous évoquions une réunion de scientifiques de l’industrie du tabac, en janvier 1974, à Floriday Keys, lors de laquelle un chercheur de Philip Morris, William Farone, évoquait les moyens de réduire cette radioactivité. Nous résumions : « Contre la présence de polonium radioactif, il est possible de dépister les métaux lourds dans les récoltes et de rejeter les chargements aux niveaux trop importants. » (p. 129).

La recherche publiée par Monique Smuggli dans l’American Journal of Public Health de septembre 2008 a le mérite d’approfondir la question. Néanmoins, comment expliquer que les journalistes attendent 2008 pour révéler une information disponible dès 2003 et qui n’a jamais été contestée par l’industrie du tabac ?

Comment expliquer la stratégie des mass médias qui a consisté pendant cinq ans à taire cette information ?

Comment expliquer le traitement médiatique qui a été, plus généralement, réservé au « Rideau de fumée », fruit de plus de dix années d’archives personnelles, de deux années d’enquête, contenant plus de 370 pages et 640 sources référencées ? Entre le boycott pur et simple par certains « journaux de référence » et les éloges de façade qui servaient d’alibi à des résumés tronqués, entre d’une part les contrefaçons consistant à recopier l’ouvrage pour en falsifier les informations et en détourner le lectorat et, d’autre part, le sabotage minutieux de son exploitation par notre éditeur, les éditions du Seuil, nous n’avons pas trouvé une seule recension exacte et conséquente de l’ouvrage dans aucun des médias de masse.

Pendant combien de temps encore les journalistes vont-il faire semblant de découvrir des informations déjà disponibles et jamais démenties par l’industrie du tabac ?

A qui profite cette inertie et cette naïveté feinte ?

Charles-Eric Dubois
co-auteur du « Rideau de fumée – les méthodes secrètes de l’industrie du tabac »


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (146 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • Ronny Ronny 30 août 2008 13:01

    Bien vu !

    Effectivement cela fait des années que ces données sont disponibles...

    Mais voilà, les journaux sont soumis à des pressions économiques fortes et bien que la publicité pour le tabac soit maintenant très severement limitée, cela n’a pas toujours été le cas dans la presse. Il ne fallait à l’époque pas déplaire aux annonceurs. 

    De tels cas de censure sont très fréquents dans la presse écrite ou TV. Les responsables s’autocensurent, ou dans certains cas sont censurés. On se rappellera le limogeage de Winkler sur France inter pour avoir enoncé à l’antenne quelques vérités sur des médicaments ou sur l’industrie pharmaceutique qui ont eu le défaut de déplaire à un important responsable de cette radio. Ce dernier responsable n’hésitait pas à "faire des ménages", c’est à dire à intervenir moyennant rétribution, comme modérateur de débats lors de conférences organisées par les industriels de la pharmacie.

    On se rappellera aussi la campagne de contre pub qui suggérait à nos concitoyens d’adopter un comportement éco-responsable : préférer l’eau du robinet à l’eau en bouteille, le café en grains aux dosettes moulues, l’éponge aux lingettes... Le tout a été interdit par le BVP, pourtant pas du tout regardant lorsque les publicités émanent des industriels, et n’hésitant pas à se vanter quelques mois plus tard dans la presse de promouvoir ces mêmes comportements éco responsables.

    Le fric, toujours le fric, comme seul moteur...




    • Abolab 30 août 2008 13:05

      Nous sommes à l’évidence dans un système hautement corrompu et immoral, ce n’est pas non plus nouveau et ne date pas d’hier : comment allez-vous donc réagir à cela ?


      • sandro 30 août 2008 14:03

        A qui profite l’ignorance ?

        Substance radioactive dans cigarette - stop. Centrales atomiques ici et là - stop - mais tout va bien - stop - l’air est respirable y’a qu’à voir la TV, ils le disent - et les centrales sont garantis hautes sécurités - stop - et la sécurité est sûre et saine et sauve (à quelles conditions ? stop)

        ai arrêté de fumer, je vois ce qui est attaché à ce geste à ce produit à cette industrie, individuellement et collectivement - la mort dans le désir de ne pas voir les conséquences de nos gestes - stop - je persevere et j’y arrive, car marre marre marre d’être complice du non dit par de simples petits gestes que je suis seul à voir - stop
        il n’y a pas de vie privée, l’individu EST le collectif - stop

        arrêter de fumer aujourd’hui c’est consentir à sauver notre planète, c’est un geste parmi multitude, hors manufacture, hors industrie, je le dis pour que ce soit dit -
        auto responsable, voilà la politique d’uaujourd’hui, seul responsable de la vie sur la planète ? heureusement qu’il ne reste que ça, car collectivement, via l’industrie c’est foutu, alors que vive l’individus parlantis - stop ti tap salut à toi frère


        • appoline appoline 30 août 2008 14:05

          Il y a bien longtemps que les "américaines" n’ont plus cette odeur de miel qui était la leur dans ma jeunesse. Il y a bien longtemps aussi que les responsables de santé sont informés des saloperies que les fabricants mettent dans leurs clopes. Quant aux journaux, cela fait belle lurette qu’ils ont perdu leur indépendance.


          • Marilou 30 août 2008 14:46

            Les fumeurs savent bien qu’à partir du moment où ils décident de fumer (car il me semble que c’est malgré tout, un choix qu’on fait à un moment donné) contribuent à entrenir les profits de l’industrie du tabac !
            Et ils savent pertinemment , en toute conscience, qu’ils peuvent s’attendre à des séquelles sur leur propre santé. Ils assument.
            La santé publique, de toute façon, est vraiment la cinquième roue du char au XXIe siècle !
            Le profit, toujours le profit, et les répercutions sur la santé....les investisseurs s’en contrefichent !
            Il aurait suffit de laver les feuilles de tabac pour que le taux de polonium diminue considérablement....mais....ce n’était pas prévu dans le maillon de la châine d’expolitation et de production. Alors, pourquoi se compliquer la vie ! ?
            Et puis, cette étape aurait diminué les saveurs et parfums des feuilles de tabac...donc provoqué l’insatisfaction des clients.... donc,moins de profits....etc...
            Le choix est vite fait...entre, d’un côté, prévoir les installations matérielles et le personnel nécéssaires dans le but de protéger davantage la santé des fumeurs, et les profits des ventes , de l’autre.

            Autrement dit, que le nez et la bouche se régalent de ces saveurs et odeurs, et...tant pis pour les poumons !!

            Mais, rassurez-moi, les fumeurs ne sont pas dupes, tout de même ?! Ils prennent des risques et ils le savent.
            Il n’y a pas de "coupable"....Chacun sait à quoi il s’expose ...Et tout le monde est complice !
            La capacité qu’à l’Homme à engendrer sa propre destruction...pour du fric....me constèrne !! et le mot est faible !

            Alors, il n’y a plus qu’à espérer que les fumeurs réagissent un peu plus après avoir pris connaissance de cette "nouvelle" vieille de plusieurs décénnies...


            • kolymine 31 août 2008 14:34

              Hum oui et non, fumeur, je sais très bien que c’est mauvais pour ma santé.
              mais y a un monde entre le fonctionnement normal de substance cancerigene, type roulette russe, et une intoxication par ingestion de produit hautement radioactif !!!!!!
              pour un ordre d’idée, un milligramme de polonium est autant radioactif que 13 tonnes d’uranium !

              Conséquence, j’ai jeté la clope que j’etais entrain de fumer, j’arette definitivement.


            • Tarouilan Tarouilan 30 août 2008 14:56

              On rêve........... les fumeurs se détruisent volontairement leur santé......... et celle de leur entourage...... 25 ans dans des bureaux entouré de fumeurs, et je tousse encore........ c’est une très bonne chose du polonium dans les cigarettes...... Merci aux cigarettiers......

              P.S. Pourrait-on augmenter la dose, pour réduire encore plus vite les fumeurs velléitaires qui nous entourent...


              • Abolab 30 août 2008 18:14

                D’après le Figaro :

                "Si le 210Po est présent dans la fumée, c’est à cause des engrais riches en phosphates que l’on utilise pour cultiver le tabac. Ils sont extraits de mines d’apatites, une roche qui contient du radium et du polonium.

                Cela veut dire qu’une grande part des aliments conventionnels de l’agriculture chimique en contiennent aussi !

                Quel journaliste fera le lien avec l’agriculture alimentaire ? Voyez-vous la situation déplorable et catastrophique de la presse aujourd’hui ?


              • Abolab 30 août 2008 18:18

                Qui a dit déjà que les cancers, maladies modernes, pouvaient être liées à l’agriculture intenisve et chimique ?

                Nous avons maintenant un élément de preuve : des éléments radioactifs sont présents dans les cultures agricoles conventionnelles.


              • kolymine 31 août 2008 14:36

                en meme temps le polonium est présent dans l’ecorce terrestre aussi hein. la nature EST radioactive, vous êtes radioactif aussi :)
                il faut garder la mesure en toute chose :)


              • HELIOS HELIOS 30 août 2008 15:52

                Cette infpormation est passée a la télé ce vendredi...

                Le message etait un peu plus complet puiqu’il attribuait l’origine du polonium aux engrais apportés lors de la culture du tabac.

                La question que je me suis posée à ce moment là n’etait pas suffisante pour en faire une article, même d’été, sur Agoravox, mais puique d’autres l’ont fait, merci... je la pose !

                Ces engrais,là, ce sont bien les mêmes que ceux qu’ont met dans toutes les autres cultures, notament le phosphate, hein ????

                Pourquoi, mes pommes, mes courgettes et le blé qui a fait ma baguette de pain n’en contiendraient ils pas, de ce fameux polonium, comme pour le tabac ?

                Qui pourrait répondre a ma question, avant que quelqu’un "decouvre" ce qu’on nous avait caché a tous ?


                • Abolab 30 août 2008 18:15

                  Bien sûr qu’ils doivent en contenir aussi ! 


                • Abolab 30 août 2008 18:20

                   C’est une information énorme en fait. Les éléments radioactifs se cumulent dans les organes et il a été prouvé que les faibles doses ont des incidences sur la santé.

                  Si vous mangez des aliments conventionnels toute votre vie, cultivés avec des engrais chimiques + pesticides, vous devez en accumuler une sacré quantité.


                • 3°oeil 30 août 2008 16:17

                  Vous lavez les légumes , le tabac n’est pas lavé a cause d’une perte d’aromes qu’ils disent


                  • HELIOS HELIOS 30 août 2008 16:35

                    ben oui, je lave les legumes... mais j’ai toujours pas compris pourquoi le polonium qui vient par les engrais dans les feuilles du tabac devrait-il partir simplement en les lavant... comme pour mes légumes.


                  • HELIOS HELIOS 30 août 2008 16:37

                    J’oubliais, d’autant plus que le lagage est utilisé pour enlever les poussières radioactives lors de contamination.
                    Est-ce a dire qu’il y a du polonium dans l’air que nous respirons aussi ?... et le patates, ils faut les laver ou pas ?

                    Que de questions...


                  • HELIOS HELIOS 30 août 2008 16:42

                    ah, encore... il y a pire, si je lave mes legumes, toujours ce fameux polonium, il va dans mon evier, puis a l’egout, a la riviere et dans les poissons que je mange aussi... vrai ?

                    J"ai toujours pas tout compris.... laver les feuilles de tabac pour retirer le polonium, cela leur fait perdre l’arôme.... pfff, comme si le polonium etait dans le parfum de la plante....mais au fait, toujours, les lavandes alors, elles ont aussi du polonium ???


                  • Abolab 30 août 2008 18:25

                    Ils parlent bien des engrais phosphatés qui sont absorbés par la plante par les racines.


                  • 3°oeil 30 août 2008 16:49

                    la concentration est supérieur , y’en certainement dans les légumes lavés en quantité moindre
                    peut ètre la fin des engrais


                    • HELIOS HELIOS 30 août 2008 17:03

                      Ok, d’accord... mais sur la quantité de plants de tabacs produits par rapport au nombre de legumes, même a tres faibles doses, le polonium, on doit le trouver n’est-ce pas ?

                      Au fait, pourquoi les -1 sur mes messages ? je n’agresse personne et j’essaie de faire avancer le debat....


                    • thomthom 30 août 2008 17:05

                      y’a k’a pas fumer et comme ca, y’a plus de probleme !


                      • Argentomaouss Argentomaouss 30 août 2008 17:16

                        Tu parles d’un argument ...

                        ...Y aqu’à plus rouler en voiture et y aura moins de tués sur les routes...

                        ...Y a qu’à tuer les vieux et y aura moins de déficit des caisses de retraite

                        Etc etc...



                      • Proudhon Proudhon 30 août 2008 18:02


                        L’intelligence à l’état pur. La Néhendertal intelligence.

                        Et oui, elle existe aussi dans l’AgoraGrotte !


                      • thomthom 30 août 2008 21:24

                        Les comparaisons foireuse sont une spécilaité chez les "fumeurs et fiers de l’etre".

                        Rouler en voiture est pour beaucoup une nécessité. Ca a une vraie utilité.
                        Fumer est juste une action parasite qui bousille la santé, pertube le cerveau (dépendance) et polue les autres... une des facons les plus idiotes qui soit de dépenser son pognon et son temps. Ca donne une illusion de plaisir mais en fait ce plaisir n’est que le fait de combler un manque généré par la consommassion réguliere dece même tabac. un simple cercle viceiux en fait.... couteux et fatal.

                        D’ailleur ca ca aurait pu etrte un argument valable à me renvoyer "c’est pas si simple d’arreter quand on a développé une dépendance"... plutot que de se lancer dans des comparaisons stupides et foireuses.


                      • Cascabel Cascabel 31 août 2008 10:42

                        @ thomthom

                        Exact, dépenser stupidement son argent pour s’offrir du poison est un des actes les plus irrationnels qui soient.
                        Le problème, c’est que même en ne fumant pas on subi la pollution des autres. Sans parler des parents fumeurs (les pires des crétins ceux-là !) !



                      • Avérroès Avérroès 31 août 2008 11:02

                         Bien vu Thomthom
                        Je ne comprend pas comment un commentaire aussi censé recueille un Zéro
                         Que les fumeurs ailent griller une Blonde !


                      • Avérroès Avérroès 31 août 2008 11:55

                        Salut Abolab,

                        Vous n’êtes pas en total contradiction avec Krolik, votre débateur qui lui est resté dans une logique démonstrative qui ne vous contredit pas. Vos deux interventions ont le grand mérite de juguler le débat afin qu’il ne déborde pas.

                        Retenons que le Polonium 210 est soluble, ce qui facilite son lavage à l’eau courante.

                         Par ailleurs, le phosphate est bien utile à l’agriculture intensive sans laquelle l’humanité serait en grand danger d’inanition. L’important est de veiller à ne pas surdoser et surtout à ne pas tromper le consommateur.

                        Interdire le tabac dans les lieux publics OK,

                        interdire le phosphate dans l’agriculture, c’est moins évident.


                      • petite baffe petite baffe 31 août 2008 19:43

                        Sauf que l’agriculture intensive sert davantage à l’élevage bovin (plus de la moitié des terres cultivées au Etats-Unis par exemple), ou aujourd’hui à produire des nécrocarburants qu’à nourrir l’humanité.


                      • Doumé 2 septembre 2008 12:09

                        y’a k’a pas fumer et comme ca, y’a plus de probleme !

                        C’est pas un commentaire "stupide et foireux" , ça !!!

                        Mon PAUVRE !!!


                      • lutinmalin 30 août 2008 18:09

                        je crois que les feuilles de tabac ont des cils et retiennent facilement la pollution ambiante.


                        • JONAS JONAS 30 août 2008 19:50

                          Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Il est vrai que fumer n’est pas bon pour la santé et que chez les pompiers, nous avons parmi nos devises : " Les erreurs ne soustraient pas, elles s’additionnent ! ". La naïveté chez les femmes à son charme, mais vous alors vous battez des records !

                          Si il y a des isotopes radioactifs sur et dans les feuilles de tabac, il y en a évidemment dans les fruits et les légumes ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Et les vaches qui broutent, les moutons, etc. À je suis hilare ! Moi qui avait comme spécialité : NBC.

                          Les centrales nucléaires de la vallée du Rhône et les autres, ont fait doubler en 20 ans les taux de radioactivités, ils vont tripler si nous n’avons pas d’accidents majeurs dans les 10 ans et on accusera la cigarette pour les augmentations de cancer. C’est grotesque, il ne se passe pas une semaine, sans qu’une de nos centrales n’ait pas un problème de fuite, alors on prend les devants, les cancers induits dus à leurs vétustés, seront imputé à la cigarette.

                          Le Polonium 210 est très dangereux, mais il y a mieux, le Plutonium ! Un millionième de gramme inhaler peut provoquer un cancer de n’importe quel type, l’organisme est pratiquement incapable de l’éliminer. Un gramme de Plutonium est potentiellement capable de tuer 1 million de personnes.

                          Bon, je m’arrête là, un pompier n’a pas pour mission de créer la panique.

                           

                          @+


                          • Cascabel Cascabel 31 août 2008 10:32

                            Merci, mais là vous commencez à me faire peur avec vos histoires de centrales nucléaires poubelles.
                            Et vu les charlots qui sont au pouvoir ça ne risque pas de s’arranger !


                          • foufouille foufouille 30 août 2008 20:38

                            je fume du tabac a rouler bio.....
                            donc pas d’engrais


                            • Cascabel Cascabel 31 août 2008 10:23

                              Je ne fume pas du tout. C’est mieux encore !


                            • Pierrot Pierrot 31 août 2008 12:37

                              à @foufouille,

                              Cependant plusieurs dizaines de substances cancérigènes sont présents dans la fumée de tabac qu’il soit bio ou pas ne change rien évidemment.

                              Le mieux : ne pas fumer pour votre santé et celle des autres...


                            • Avérroès Avérroès 2 septembre 2008 02:38

                              j’admire votre naiveté,
                              à moins de le cultiver dans votre serre
                              et vous l’arrosez avec de l’eau bénite ?


                            • krolik krolik 30 août 2008 23:22
                              Tout cela est bien connu depuis extrêmement longtemps. Les journalistes sont en mal de papier alors ils ré-inventent l’eau tiède.

                              Je vais essayer de vous donner quelques explications pour vous aider à vous fixer les idées ; ordres de grandeurs sur un certain nombre de problèmes liés à la radioactivité naturelle. Ca déborde un peu le cadre du tabac en apparence, mais on est au centre du problème.

                              - L’uranium se trouve disséminé à la dose moyenne de 3.4grammes / tonne dans l’écorce terrestre, c’est à dire du sol à une profondeur de 15km. Toutes les roches ordinaires en ont de façon très variable (granites et gneiss 4 à 30g/t, schistes et glaise 10 à 50g/t) sauf les calcaires (5% de l’écorce terrestre) qui en ont dix moins.
                               
                              - L’uranium est insoluble, donc pratiquement immobile, en milieu profond non oxydant, c’est à dire non aéré. Par contre en milieu aéré il en va tout autrement et se solubilise facilement en uranates. Mais dès que les eaux superficielles rencontrent un milieu réducteur (en fait le domaine végétal) il se réduit partiellement et se fixe de façon extrèmement nette sur ces substrats végétaux.
                               
                              - Vous comprendrez donc que les terres naturelle et agricole jouent le rôle d’éponges à uranium dans la Nature. Jusque là tout va bien puisque vous savez aussi que l’uranium n’entre pas dans les végétaux (sauf dans ceux très primitifs comme les lichens, mais ceux-ci ne font pas partie du monde agricole). Donc, jusqu’à présent, la Nature nous préserve des sols riches en uranium (disons 10 à 20 fois plus riches que les schistes qui sont eux le soubassement obligatoire de toute terre agricole acceptable). Nous parlons ici d’un ordre de grandeur de 40kg d’uranium naturellement retenu par hectare dans une tranche de 10cm de sol située à quelques 20-30 cm de profondeur.
                               
                              - Les phosphates (rares dans l’eau naturelle) solubilisent l’uranium dès une concentration d’ion phosphate très basse (1g/litre) et sont mille fois plus efficaces que tout autre agent naturel. L’utilisation massive d’engrais phosphatés en fait remobilise l’uranium stocké naturellement dans les sols et le dirige vers les eaux naturelles de ruissellement qui finissent dans les rivières et fleuves.
                               
                              - On peut simplement tenter de se donner une idée d’ ordre de grandeur de ce lessivage dû aux activités agricoles : Imaginons qu’il faille 40 ans d’engrais pour lessiver les 40kg à l’hectare, soit 1kg/an et par hectare. Dans un bassin agricole de 10000ha, sommes toutes assez modeste, le lessivage annuel y serait de 10000kg/an, dissous dans les eaux de la rivière correspondante soit une moyenne de 27kg par jour. Comme ces débits sont très variables au cours de l’année ainsi un lessivage agricole de 74kg/jour est vite atteint en pointe sur plusieurs semaines.


                              - L’uranium naturel décroit en passant par différentes phases (12 phases), les plus significatives sont le passage au radium puis au gaz très lourd radon pour finalement arriver au polonium 210 et au plomb 210.
                              Avant 1942 dans le minerai on extrayait le radium pour activité médicale, après 1940 c’est l’uranium qui est devenu l’élément intéressant et le radium et ses descendants (radon, polonium, plomb) sont restés sur place.
                              Le radon, sort naturellement de la terre en provenance des derniers 50 cm superficiels de la croûte terrestre. Sa durée de vie est courte, si le chemin est trop lent / difficile ses descendants ne verront jamais la surface terrestre et nous importeront peu. Si on facilite la sorite du radon en broyant la terre, on augmente la pollution radioactive, c’est ce qui se passe lors des exploitations minières d’uranium. Pour résoudre le problème il suffit de mettre une couche de blocage superficielle pour éviter la sortie du radon.
                              Lorsque le radon sort, comme il est lourd il ne va pas très haut en altitude, 4 à 5 mètres, il se décompose en éléments très lourds 210 polonium et 210 plomb. A raison chacun d’environ 10 000 becquerels par m2, en général d’ailleurs on ne compte que le polonium car le 210plomb est moins toxique que le polonium.
                              Le polonium est très toxique, Marie Curie en est morte (elle l’a identifié..) et Litvinenko également à Londres.

                              Donc le polonium retombe en "pluie" sur les légumes. D’où l’intérêt de laver les légumes avant de les manger. Vous divisez environ par 1000 à 10 000 l’activité polonium de votre salade.

                              Dans le cas du tabac c’est encore plus particulier. Si vous avez vu ce que j’ai écrit au départ de ce post, la présence de phosphate entraîne la migration de l’uranium et d’ailleurs sa concentration dans les gisements de phosphates marocains.
                              Pour information : les réserves mondiales actuelles d’uranium facilement extractible sont évaluées à 17 millions de tonnes. Mais les seules réserves d’uranium dans les phosphates marocains s’élèves, sans compter le reste du monde, à 25 millions de tonnes... 

                              A partir de 1930, les planteurs de tabac ont commencé à mettre de l’engrais sur les terrains. Avec le phosphate l’uranium attaché... la chaîne de décomposition de l’uranium et la retombée du polonium sur les feuilles de tabac.
                              Petite différence avec les légumes, il n’y a pas de ménagère pour laver le tabac..
                              Les feuilles sont séchées directement pour une meilleure "qualité".
                              C’est cette présence de polonium qui peut expliquer plus spécialement les cancers des bronches.
                              Lorsqu’une personne passe au "cercueil" (anthropogammamétrie totale du corps humain) dans une boite en plomb à très bas bruit de fond, s’il est un fumeur, ça se voit instantanément.

                              Ceux qui sont arrivés à ce point de la lecture, je les félicite !

                              Pour en revenir à l’objet de l’article, ce qu’il y a de surprenant c’est que plusieurs médias s’enflamment en même temps sur ce sujet.
                              Il serait intéressant d’étudier d’un point de vue thermodynamique le phénomène de la formation du "cyclone" médiatique qui s’emballe maintenant sur un thème archi-connu depuis... Marie Curie..

                              @+

                               


                               

                              • Abolab 30 août 2008 23:42

                                Monsieur, je vous suis bien, mais ici il ne s’agit pas de radioactivité naturelle, mais de radioactivité induite par l’extraction de phosphates dans dans des mines de minerai contenant effectivement des éléments radioactifs, selon le Figaro.

                                Il apparaît donc que l’engrais phosphaté lui-même est radioactif. Celui-ci est alors absorbé par les plantes. corrigez-moi si c’est incorrect.


                              • Abolab 30 août 2008 23:49

                                Ce qu vient contredire vos affirmations que le 210Po tombe en pluie sur le tabac. Au contraire, il est absorbé par le système racinaire avec le phosphate, et se retrouve donc dans la plante.

                                Hussein EM (1994). "Radioactivity of phosphate ore, superphosphate, and phosphogypsum in Abu-zaabal phosphate". Health Physics 67 : 280–282 


                              • Abolab 30 août 2008 23:59

                                Et effectivement, je viens de trouver un document qui me donne raison :

                                Research has shown that tobacco can absorb Po210. Similarly, many plants we commonly use for food can absorb polonium and other radon progeny(5)

                                Merci donc d’indiquer quels intérêts vous défendez ici-même monsieur en propageant de fausses idées sur la question. 


                              • krolik krolik 31 août 2008 00:22

                                Dans la mesure ou actuellement on ne retire pas l’uranium du phosphate utilisé comme engrais, l’engrais phosphaté amène avec lui l’uranium et toute la descendance dont le polonium 210.

                                Le polonium passe très mal dans les plantes, le polonium dans le tabac vient très majoritairement des retombées de la décomposition du radon. Idem pour les légumes.

                                Si vous êtes fumeur et vous voulez augmenter votre espérance de vie, stockez les cigarettes pendant 3 ans (10 périodes du polonium) il aura eu le temps de décroitre.

                                C’est curieux cette manie, lorsque l’on lit quelque chose qui dérange de vouloir accuser le rédacteur de travailler pour un lobby, des intérêts... !!
                                Dans ce cas précis je me demande quel lobby je pourrais soutenir ? Celui des phosphats marocains ? des cigarettiers ? Même en voulant jouer au billard à trois bandes je ne vois pas..

                                La concentration du polonium se fait essentiellement sur la surface et pas dans la terre où il est largement réparti, en surface le radon sort, si le radon sort c’est qu’il ne laissera pas de polonium en terre accessible aux racines du tabac et d’autres plantes. Et le polonium retombe sur les feuilles..
                                Ce n’est pas de la physique nucléaire c’est simplement de la cinématique des gaz..

                                @+


                              • Abolab 31 août 2008 00:33

                                Le polonium est présent dans les fertilisants chimiques utilisés qui sont eux-mêmes radioactifs. Le document plus haut cité relate une étude (Science of the Total Environment. 162(1):19-22, 1995 Jan 20) montrant la contamination des travailleurs manipulant ces fertilisants chimiques comparativement à un groupe témoin.

                                D’autre part, il est clairement aussi indiqué que les plantes peuvent concentrer ces nucléides en les extractant du sol environnant. Aussi, lorsque vous indiquez : "Le polonium passe très mal dans les plantes, le polonium dans le tabac vient très majoritairement des retombées de la décomposition du radon. Idem pour les légumes."

                                Est-ce un argument d’autorité ? Ou est-ce que vous disposez de références claires, et pouvez m’indiquer des études quant à l’extraction par le sol de 210Po comparativement à son éventuel dépôt par retombées ?

                                Cordialement


                              • Abolab 31 août 2008 00:49

                                Un exemple contredisant votre hypothèse :
                                Finally, it has been observed that aquatic plants possessed high levels of the natural radionuclide polonium-210, which seems to be originated mainly from soil rather than from atmospheric supply. 
                                 

                                Kelecom et al., A multidisciplinary approach to the study of the fluminense vegetation, 1 : An Acad Bras Cienc. 2002 Mar ;74(1):171-81.



                              • Pierrot Pierrot 31 août 2008 12:22

                                à @ Krolik et autres,

                                Le long message de Krolik est exact et relativement complet.

                                J’ajouterais sur la base de l’excellent article de la revue de Radioprotection de 2001, vol.3 6,N° 4 pages 401 à 416 de J. Pradel, P. Zettwoog, N. Delleuot et D. Bental :

                                Le polonium 210 naturel, de période relativement courte (138 jours) est issu de la famille de l’uranium 238.
                                En simplifiant un peu :

                                238U>234Pr>234U>226Ra>222Rn>218Po>214Pb>214Bi>214Po>210Pb>210Bi>210Po puis 206Pb stable.

                                Dans la croûte terrestre, l’uranium accompagné de ses descendants a une concentration de 40 000 Becquerel par tonne.

                                La concentration du 210Po dans la croûte terrestre est d’environ 6 g par tonne en moyenne (soit le double de celle de l’uranium 238).

                                Le 210 Po se concentre dans certains produits dont, en particuliers, les produits marins (moules), terrestres (phosphates ...), et alimentaires dont les rennes et le boeuf ...).

                                Ce qui explique que consommer 1 kg de moules de n’importe quel lieu de culture ou sauvage est équivalent, en impact toxicité radioactive, à vivre un an dans l’usine de retraitement du combustible usé à La Hague ... surprenant, n’est-ce-pas ? mais véridique !

                                L’exposition de l’homme au 210Po est notable et permanente est de 30 à 70 fois plus élevée que l’exposition du 137 Césium et des retombées de Tchernobyl.

                                La toxicité par injection du 210Po est 50 000 plus importante que celle des isotopes du plutonium pour un même nombre de Béquerel dépossé sur le sol (voir Directive 96/29 Euratom, 1996).

                                En fin le 210Po a fait l’objet de plusieurs centaines d’articles scientifiques et la pseudo découverte des journalistes, souvent incultes, est dérisoire.

                                Il ne faut pas oublier que si les producteurs supprimaient la présence de 210Po dans les cigarettes, il resterait encore une cinquantaine de produits hautement cancérigènes dans les cigarettes (goudrons, molécules polyaromatiques etc.). Idem dans le café.

                                Le mieux est de s’abstenir de fumer.

                                Bonne journée sans tabac.

                                Pierrot


                              • Bof 31 août 2008 13:21

                                @ : krolik (IP:xxx.x4.142.103) le 30 août 2008 à 23H22.
                                 Juste une erreur de taille dans votre commentaire : Je refuse vos félicitations car on y arrive sans besoin d’aucune récompense et votre phrase surprend !
                                 Par contre, des compléments seraient agréables . Je me pose toujours la question sur le fait que notre radioactivité naturelle doit être pas mal boustée par les essais à l’air libre de nos explosions qualifiées de ’ radioactives’. Il a fallu que ça retombe quand -même . Je pense à nos amis d’ Algérie qui se raillent de nous en nous indiquant que leurs sables où "nos" essais ont été faits retournent chez nous en retombant sur notre sol à chacune de leurs tempetes. Ce serait le sable que l’on voit certains matins sur nos voitures et les nuages seraient vus par les avions tellement ils seraient importants.
                                 En gros, je pense que lorsque vous parlez radioactivité naturelle , il doit s’agir de résidus des nombreux essais d’explosion atomique . Pour les résidus de Tchernobyl, j’ai lu dans agoravox , que des résidus seraient déjà à plus de 30 cm de profondeur dans le sol . L’article précisait bien que l’auteur se basait sur la détection dans les champignons qui puiseraient leur nourriture grâce à un mycellium ( le vrai champignon) qui est plus ou moins profond selon les espèces.
                                				


                              • Abolab 31 août 2008 13:47

                                 Pierrot, non le message de Krolik est certes informatif mais ressemble clairement à une tentative de dissimulation ou de camouflage d’une problématique de santé publique touchée par cette affaire.

                                Ce n’est pas pour rien que l’industrie du tabac a avoué n’avoir rien dit de peur de "réveiller un géant". En effet, la radioactivité des engrais phosphatés a été cachée du grand public et moi-même qui m’intéresse un peu aux questions agricoles n’était pas au courant de cela. 

                                Et cela ne touche pas uniquement le tabac mais toute l’agriculture. Aussi quand Krolik écrit un commentaire aussi long en n’abordant pas le moindre du monde la question et en affirmant haut et fort que les plantes n’absorbent pratiquement pas de polonium via le sol, sans référence aucune, il devient clair qu’il y a un problème de transparence.

                                Le problème tient donc à la quantité de polonium radioactif absorbé par les plantes et donc directement ingurgités par les consommateurs, et aussi la teneur en cet élément radioactif dans l’environnement, et notamment dans les cours d’eaux, par ajout de ces engrais.

                                Des études indiquent clairement que pour certaines plantes l’absorption par les plantes se fait principalement par le sol et non par voie atmosphérique. Et il semble que comme dans les discours des monsantistes en ce qui concerne les OGM, cette problématique a l’air d’être marginalisée et tenue à l’écart des discussions scientifiques et de l’analyse multiple et indépendante.


                              • Abolab 31 août 2008 13:53

                                Cette information vient en effet à questionner toute l’agriculture chimique moderne entièrement basée sur l’ajout de pesticides, mais aussi d’engrais chimiques, dont on vient d’apprendre qu’ils sont en partie radioactifs, et composés d’un élément extrêmement toxique.

                                Pas de quoi s’étonner que la résistance et la volonté de dissimulation de ces questions soient énormes, tant les enjeux s’avèrent importants et dépassant largement les intérêts de l’industrie du tabac. Le public a le droit de savoir ce qu’il mange et ce qu’il y a dans son alimentation.


                              • Pierrot Pierrot 31 août 2008 14:44

                                à @ Abolab,

                                Bien sûr à l’échelle atomique, il y a de tout dans tous les matériaux.

                                Quasiment tous les matériaux qui nous entourent ainsi que les aliments et même notre corps est radioactif (100 Béquerel par Kg, dus principalement au potassium 40, carbone 14 ...).

                                Cependant afin de cibler les risques sanitaires principaux, il faut savoir quantifier, évaluer, classer les risques.
                                Sinon le citoyen ne comprend rien, mélange tout ce qui aboutit à une position "poujadiste" "on nous trompe etc. Les journalistes sont trop souvent incultes et font du papier de caniveau par appat du gain.

                                Les articles scientifiques sont parfois ardus à lire mais représentent la vérité de l’expérimentation menée, encore qu’il faut les lire avec un esprit critique ce qui n’est pas à la portée de nos concitoyens tant que l’éducation scientifique sera aussi délaissée en France (et ailleurs aussi).

                                Concernant les cigarettes (et les moules) le 210Po est le cancérigène prédominent même si les autres substances chimiques (molécules polycycliques aromatiques, goudrons etc.) génèrent aussi le cancer du poumon et autres organes.

                                Pour les substances issus de l’agriculture, malgré l’usage de substances phytosanitaires (appelées parfois pesticides), engrais etc. bien que le 210 Po soit présent, il ne représente pas un risque sanitaire, sauf quelques exceptions moules, lichens, rennes.

                                Par exemple les émissions radioactives naturelles issues du sol , des matériaux du soleil etc. sont annuellement 1 million de fois supérieures à celle de Tchernobyl.
                                Incroyable n’est-de-pas ? mais véridique !
                                Mais seules celles de Tchernobyl font l’intérêt des journalistes de caniveaux.

                                C’est ainsi, peut être dans quelques décennies la raison l’emportera sur l’obscurantiste !

                                Bonne journée.
                                Pierrot


                              • Abolab 31 août 2008 16:32

                                Pierrot attention à ne pas tout mélanger, par exemple radioactivité induite et radioactivité naturelle.

                                Si l’unité concernée est bien le béquerel, la dangerosité du rayonnement est différente selon la nature de la source, et en l’occurence le 210Po est hautement toxique et a d’ailleurs servi de poison lors de l’assassinat d’un ancien agent du KDB à Londres. Qu’il y ait du 210Po dans les plantes cultivées n’est pas anodin. D’autant plus que ces éléments radioactifs sont associés aux fertilisants que vont absorber les plantes.

                                La science contre l’obscurantisme ce n’est pas aussi simple que cela, surtout lorsqu’il s’agit d’intérêts industriels. Et jusqu’à maintenant, on a bien vu que les Monsanto, Philip Morris et Cie sont bien plus du côté des obscurantistes que les citoyens qui s’interrogent et posent des questions légitimes quant aux produits qu’ils consomment.


                              • Abolab 31 août 2008 16:45

                                 En l’occurence le polonium 210 émet des radiations alpha très nocives, pour ensuite se dégrader en plomb206. Lorsque vous ingurgitez même à faible dose du polonium, au bout des 140 jours à peu près de sa durée de vie vous subissez ces rayonnements avant de stocker le plomb stable dans vos organes.

                                Le plomb restant un élément toxique pour les organismes :


                              • Pierrot Pierrot 31 août 2008 17:48

                                à @ Abolab,

                                Des produits de filiation générés par l’238U (voir dans un message précédent), les 3 principaux , au point de vue sanitaire, sont :

                                - le 232 Th

                                - le 210 Pb

                                - le 210 Po
                                tous radioactifs.
                                Ils sont tous en équilibre radioactif.

                                Quand à la toxicité CHIMIQUE dû à la présence du produit stable Pb en fin de chaîne, elle est négligeable.

                                En effet un individu dont le corps contiendrait 1 000 Bq de 210 Po (ce qui est une quantité élevée) aurait au bout d’un certain temps une concentration en plomb infinitésimale et donc avec un effet sanitaire infinitésimal.

                                En effet si vous traduisez 1 000 Bq de 210 Po en masse vous obtenez une masse très inférieure au nanogramme de Po donc de Plomb.
                                Cela provient du fait qu’il s’agit d’un radionucléide à vie courte.

                                Quant au voies d’injection à l’homme d’après les études, en autres, de l’UNSCAR et de l’AIEA en particulier au Canada, en Ukraine etc... elles montrent qu’environ 90 % proviennent d’une origine aérienne (origine radon 222) et environ 10 % d’une origine racinaire.

                                Bien sûr, cela dépend de très nombreux facteurs, la chimie du sol (acides humiques ...) est d’une très grande complexité.
                                Donc Krolik n’a pas tort, bien qu’il soit difficile de généraliser partout et en toutes circonstances dans le monde.

                                Le 210 Po a une grande mobilité dans les sols (très supérieure à celle de l’uranium et plutonium naturels).

                                Bon dimanche.


                              • Abolab 31 août 2008 18:35

                                "L’institut de Recherche sur le Phosphate de Floride a rapporté que les produits laitiers et animaux américains exposent les organes humains à des niveaux de radiation équivalents à l’usage du tabac"

                                Le document en question n’est plus accessible (lien brisé) sur le site officiel. Même si cette information n’est pas précise, elle indique que les niveaux de radiations par le 210Po sont significatifs dans l’alimentation humaine, et d’autant plus que l’usage des engrais phosphatés est généralisé. 

                                -Comment se fait-il que l’on n’est jamais parlé de cette problématique ? Est-ce comme vous semblez le dire parce que les citoyens sont ignares en science ? ce me semble un argument non recevable et impropre.

                                Personnellement, découvrir que les engrais phosphatés contiennent un élément radioactif dangereux, et que les travailleurs longtemps exposés à ces produits sont sujets à des risques de cancer, me fait m’interroger sur la pratique de ces fertilisants chimiques, en connaissant notamment l’existence d’alternatives ne présentant pas ces dangers.

                                Aussi, il ne me semble pas opportun de vouloir fermer le débat comme si de rien n’était et comme si tout cela est connu depuis de nombreuses années. Au contraire, cela pose des questions nouvelles pour quiconque s’intéresse aux questions agricoles, et notamment de sécurité sanitaire et environnementale.

                                Aussi, l’état du Delaware informe dans une brochure sur le 210Po que l’on est exposé au Polonium soit en mangeant, soit en fumant des cigarettes, même s’il insiste sur l’idée de "faibles doses".

                                Cela indique clairement la nature agricole de cette exposition au 210Po, liée aux pratiques de l’agrochimie.



                                 


                              • Abolab 31 août 2008 19:03

                                Pour les personnes désirant aller plus loin, voici en fin de commentaire un lien très instructif mais en anglais sur l’industrie du phosphate aux Etats-Unis et sur le problème également de la pollution au fluor.

                                On y apprend que les quantités d’uranium générées par l’industrie du phosphate sont faramineuses représentant en 1997, 16% de l’uranium domestique produit aux Etats-Unis, et ne cessant d’augmenter depuis.

                                L’industrie du nucléaire et l’industrie agrochimique partage des intérêts communs, et donc a fortiori aussi le complexe militaro-industriel américain.


                              • Pierrot Pierrot 1er septembre 2008 10:18

                                à @ abolab,

                                une fois de plus je redis que cette information est connue depuis plusieurs décennies et a fait l’objet de centaines de publication dans le monde.

                                Il s’agit d’un produit très radioactif toxique naturel issu de la descendance de l’uranium 238 présent dans la croûte terrestre depuis plusieurs milliards d’années.

                                Périodiquement, et encore recemment la société AREVA a signé un contrat avec les phosphates du Maroc en vue d’exploiter, à terme, ce minerais pour en extraire l’uranium.
                                Certains experts affirment que ce type d’exploitation des phosphates permettra de tripler les réserves mondiales d’uranium (actuellement de l’ordre d’un siècle).

                                Bientôt les journalistes vont nous réveller que le DDT, benzène, formaldhéhyde, plomb, arsenic du bouillon de belle mère sont toxiques ! (Marie Bénard savait déjà tout cela !
                                Bonne journée.


                              • Abolab 1er septembre 2008 12:29

                                Non il ne s’agit pas quelque chose de connu. Je ne le connaissais pas, mon entourage ne le savait pas non plus. Si certaines personnes dans leur bulle connaissait cette information et ne réagissait pas, cela dénote d’un grave désengagement citoyen et d’un laisser-faire témoignant d’une non remise en cause et du non questionnement d’un modèle agricole qui à n’en point douter est très polluant. 


                              • krolik krolik 1er septembre 2008 13:58

                                Notre radioactivité naturelle vient esentiellement du :

                                - potassium 40 de nos os.

                                - du carbone 14 qui vient de l’air et qui est présent dans l’atmosphère, du fait des rayons cosmiques et depuis 1945 des tirs atmosphériques. Le 14 C n’est pas présent dans le carbone fossile. Ce qui permet de faire des datations des matériels consommant du CO2 atmophérique.
                                On produit environ nos 100Bq/kg de poids. Pour un homme de 80kg ça donne environ 8000 Bq.

                                Maintenant la radioactivité artificielle présente sur le terrain provient essentiellement des retombées des essais atmosphériques, entre 1945 et 1962 ça représente environ 100 fois Tchernobyl. Mais si l’on considère seulement l’iode 131, les essais atmosphériques représentent 1000 fois le fameux nuage de Tchernobyl.
                                La radioactivité artificielle sur le terrain est essentiellement constituée par du césium 137 qui décroit avec une période de 30 ans. La chance c’est que la radiotoxicité du césium 137 est de 100 fois inférieure à celle du polonium à nombre de becquerels égal ingéré.
                                Je m’explique :

                                - un becquerel c’est un choc, mais il peut y avoir des chocs de "plume" ou des chocs de "marteau pilon", donc parler de becquerels ce n’est pas suffisant du tout.
                                Il faut s’intérroger sur les dégats causés à l’homme. Ces dégats s’expriment en sieverts.
                                Un certain nombre de becquerels absorbés vont générer un certain nombre de sieverts, plutôt des millisieverts ou des micro-sieverts.. Tout cela va dépendre de la nature du becquerel absorbé.
                                Après 60 ans d’études des phénomènes et 10 ans après Tchernobyl , le JO des Communautés Européennes a publié le 29 juin 1996 une directive donnant les valeurs de conversion becquerels ingérés / sieverts générés pour une multitude de radioisotopes. Je vous mets ici ce texte en partage, pdf. Ce texte est devenu la "bible" de la radioprotection et je n’ai jamais vu quelque part que ce texte soit contesté par qui que ce soit..
                                Et l’on voit que le césium 137 est 100 fois moins radiotoxique que le polonium 210.
                                Sur un terrain ordinaire non spécifiquement uranifère comme le bassin parisien on a déjà 10 000Bq/m2 d’activité naturelle.
                                Si l’on rajoute 10 000Bq/m2 de césium 137 , ces 10 000Bq seront équivalents en radiotoxicité à 100Bq de polonium 210 Donc l’activité du terrain passera en équivalent polonium de 10000 à 10100, soit un pourcent de plus en radiotoxicité.
                                Après on peut discuter à l’infini...

                                @+


                              • krolik krolik 1er septembre 2008 15:08

                                @Abolab

                                Mais tout cela a été publié de nombreuses fois... Science et Vie en 1965 (l’année de mon bac..où j’ai commencé de fumer).

                                Maintenant si vous comptez sur les medias "people" pour faire de la vulgarisation scientifique... il y a là une grave erreur sur les missions de chacun.

                                Vous êtes étudiant, peut-être nêtes vous pas arrivé au bout de vos études..

                                @+


                              • Doumé 2 septembre 2008 12:19

                                Bonne journée,,,, sans café ?
                                Ne faut Il pas interdire le café ?



                              • Avérroès Avérroès 31 août 2008 12:12

                                Voici quelques explications prélevées ici : http://www.lenntech.com/fran%E7ais/DATA-PERIO/Po.htm

                                 

                                « Le cancer du poumon parmi les hommes restait rare en 1930 (4/100.000 par an) par rapport cancer numéro 1 qui tue le plus en 1980 (72/100.000) malgré presque 20 pour cent de réduction du tabagisme. Mais pendant la même période, le niveau du polonium 210 dans le tabac américain a triplé. Ceci a coïncidé avec l’augmentation de l’utilisation des engrais de phosphate par des cultivateurs de tabac - le minerai de phosphate de calcium accumule l’uranium et libère lentement le gaz de radon.

                                Pendant que le radon se délabre, ses produits dérivés électriquement chargés s’attachent aux particules de poussière, qui adhèrent aux poils collants sur le dessous du tabac. Ceci laisse un dépôt de polonium radioactif et l’amène aux feuilles. Puis, la chaleur localisée intense dans le bout brûlant d’une cigarette volatilise les métaux radioactifs. Tandis que les filtres de cigarette peuvent emprisonner des carcinogènes chimiques, ils sont inefficaces contre les vapeurs radioactives ».
                                Attention au tabagisme passif à la maison ou dans les lieux publics ;
                                 car si le Polonium210 ne traverse pas la peau, il s’inhale aisémment avec l’air inspiré ou s’ingère avec les aliments. On le retrouvera dans le sang, les organes et les urines !


                                • Georges Yang 31 août 2008 14:13

                                  La question n’est pas la présence de polonium dans les cigarettes mais la quantité. Dans tout produit, alimentaire ou non il y a des traces de radioactivité, dans les matériaux de construction aussi. L’important est le seuil de toxicité. Si la radioactivité d’un produit est équivalente a celle que l’on retrouve dans le sous-sol, alors il n’y a rien a craindre. Je ne vois aucun chiffre et aucune dose toxique dans cet article.

                                  On découvre » le « secret du polonium-210 » Ca fait France Dimanche
                                  élément hautement radioactif contenu dans les cigarettes ; « les industriels savaient tout et n’ont rien dit »
                                  Le ton alarmistes, les industriels, lesquels ?, ils n’ont rien dit, fait trop conversation de bistro


                                  • Pierrot Pierrot 31 août 2008 14:56

                                    à @ Georges Yang,

                                    Vous avez raison.
                                    L’article est pauvre et accrocheur mais peu précis.

                                    Vous trouverez les valeurs de concentration en 210 Po dans l’article que j’ai cité dans un de mes messages en particulier dans la liste des articles scientifiques signalés en annexe.
                                    Je n’ai ni le temps ni l’envie de le faire pour vous.
                                    Désolé.

                                    Bonne journée.


                                  • HELIOS HELIOS 31 août 2008 15:32

                                    Bref, quand on en parle, c’est une conversation de café du commerce et quand on en parle pas, c’est du complot !

                                    Voila, ce que je retire de ce fil. dommage, il me semblait que des messages comme celui de Krolik ’et d’autres) apportait quelque chose au débat, même s’il comporte quelques arrangements... car en fin de compte, ce qu’il apparait c’est que tout ça,... c’est connu et que cela ne depends que de la concentration.


                                    • janequin 31 août 2008 20:30

                                      J’ai peur que cet engouement pour une responsabilité du polonium ou de tout autre élément radioactif dans l’augmentation des cancers du poumon ne serve à cacher la véritable cause de cette augmentation : la nature chimique des substances incorporées au tabac, s’ajoutant à celle bien connue due à la structure même des composés de combustion lente du tabac.

                                      Les arguments de Pierrot me convainquent. Le seul bémol qui m’intrigue, c’est que le polonium est un élément qui a des propriétés chimiques proches de celles du soufre et du sélénium... mais là je m’emballe un peu.


                                      • Pierrot Pierrot 31 août 2008 21:53

                                        à @ jannequin,

                                        merci pour vos commentaires.

                                        Mon message voulait simplement dire que les radionucléides concernés par la chaîne des descendants de l’uranium 238 avaient une radiotoxicité élevée (émetteurs alpha) particulièrement par voie aérienne (poumons) par contre la toxicité chimique comme éléments lourds était négligeable car les masse concernées sont extrêment faibles (moins d’un pico gramme par Becquerel).


                                      • krolik krolik 31 août 2008 22:42

                                        @ Helios,

                                        Effectivement comme disait Paracelse, l’alchimiste : Tout dépend de la dose...

                                        Il semble que la radioprotection soit une science radicalement inconnue de la plupart des participants.
                                        Il faudrait qu’un de ces jours je m’essaie à écrire un article pour expliquer les problèmes de base liés à la radioprotection, ses interprétations, la relation linéaire sans seuil, le principe ALARA....
                                        Mais cela risque d’être un débat bien difficile à contrôler...
                                        @+


                                        • JONAS JONAS 31 août 2008 23:12

                                          JONAS à Krolik et à tous :

                                          Vous avez trouvé un nouvel auditoire ? !

                                          Je ne peux et ne veux rassurer personne, la vérité c’est que nous pompiers, sommes impuissants en cas d’accident majeur. Nous ne pouvons que donner des consignes et guider votre fuite dans la bonne direction, soit, perpendiculairement au vent, en espérant qu’il ne change pas d’orientation.

                                          Un de des deniers messages échangés entre Krolik et moi sur NaturaVox :

                                          JONAS à : KROLIK. Le 31 juillet 2008 à 18 h 43

                                          Comme l’a dit : Winston Churchill, " L’âge de pierre peut revenir sur les ailes brillantes de la science ". C’était un homme pragmatique et objectif. Je dirai aujourd’hui : " L’âge de pierre revient sur les ailes brillantes de la science ".

                                          Vous me dites : " Pourquoi appréciez-vous votre ami qui a été sous directeur d’une installation nucléaire pendant longtemps et pourquoi traitez-vous de guignol toute la profession de gens qui ont travaillé dur pour en apprendre un peu plus sur le sujet ".

                                          Pour une raison très simple que j’ai déjà manifestée, ce sont pour la plupart des pompiers incendiaires, et il y en a eux ! Surtout lorsque les primes de feux pour les Sapeurs étaient consistantes. Elles n’existent plus dans ces proportions, miracle plus de pompiers incendiaires, sauf quelques malades.

                                          Comment voulez-vous que je prenne au sérieux le Pr Pellerin, lorsqu’un de ses confrères chef de département dans un CNRS, au moins autant diplômé que lui, m’a dit : " Ne tenez aucun compte de ses déclarations officielles " ? Lorsque je lui propose de faire une déclaration officielle contradictoire, qu’il répond : " vous voulez que je sois au chômage jusqu’à la fin de mes jours ? ".

                                          Krolik, " L’honneur c’est comme les allumettes, ça ne sert qu’une fois ! " (Pagnol). Dans cette profession, vous avez inventé le briquet ! ! ! Votre argumentation, je la connais par cœur. Le drame pour ceux que vous défendez et je ne parle pas de la base, elle représente des victimes potentielles, mais l’encadrement, la direction, c’est que leurs principales préoccupations sont les profits ! OK ? Cela, aux mépris des règles les plus élémentaires de sécurités.

                                          Vous défendez une multinationale AREVA, je continue de défendre les victimes innocentes, face au mépris de ceux que vous couvrez. Les pompiers ne discriminent pas les victimes pour leur porter secours. Je ne vais pas commencer en étant à la retraite à faire le contraire de ce que j’ai fait pendant des années.

                                          Dites-vous bien, Krolik, que je ne vous juge pas, pas plus que mon ami qui était dans la profession à un haut niveau, je vous critique. Mon ami a plus de 70 ans, je le respecte et nous nous disons face à face des vérités, parfois déplaisantes, mais l’amitié repose sur la franchise. Nous avons des passions communes malgré notre différence d’âge et elles sont plus importantes, que ce sujet. Toutefois, nos conclusions sont identiques, avec ou sans l’électronucléaire, nous allons dans le mur.

                                          Cordialement à vous.

                                           


                                        • Pierrot Pierrot 1er septembre 2008 10:25

                                          à @ Krolik,

                                          Bien sujet mais vaste et complexe, je crais que peu de lecteurs comprennent les bases de la radioprotection, mais peut être suis-je trop pessimiste.

                                          Bon courage.


                                        • brieli67 31 août 2008 23:42

                                          les cigarettes ration TROUPE ont été saucées de dérivés du Chanvre Indien ?
                                          Vous avez des détails ?

                                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Tabac_de_troupe

                                          Ces rations gratuites peu chères au SN sont un des facteurs essentiels du tabagisme en France.


                                          • La Chouette 1er septembre 2008 02:10

                                            Lorsque je suis montée dans la voiture d’une amie et que j’ai vu le paquet rouge et blanc devant le levier de vitesse, je me suis demandé comment c’était, de fumer. J’avais 12 ans et demie, et je ne me posais pas trop de questions à l’époque, comme beaucoup de gamines. Je n’ai pas pensé que je serais vite accroc et que presque 30 ans plus tard, j’aurais dépensé une fortune et que j’hésiterais encore entre le Champix et l’acupuncture pour arrêter. Ceux que certains appellent "les fumeurs", ce sont peut-être leurs propres enfants ou petits-enfants, même si ce sont des gens absolument formidables qui font tout ce qu’il faut contre. Alors, non, "les fumeurs" de demain n’auront peut-être pas conscience du danger. Oui, il y aura toujours des voix venues de je-ne-sais-où pour limiter l’impact d’informations négatives relatives au tabac. J’espère que le mot Polonium fera assez peur pour qu’on arrête tous. 
                                            "Mais non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de Polonium, c’est rien, continuez !! C’est une industrie honnête qui ne cache rien, c’est la faute des fumeurs s’ils fument !!" Est-ce que les voix qui prononcent ce genre de discours ne vont pas toujours être plus nombreuses que toutes les autres ?? Au fond, ça arrange qui, que plus personne ne fume ??
                                            Nous "les fumeurs", puisque c’est de notre faute, puisqu’on le sait très bien, puisque "y a qu’à", puisqu’on devrait, après tout, on devrait remercier les fabricants de tabac de mettre fin tout doucement à notre pitoyable existence de crétins invétérés, non ?? Et dans un sens, quand j’en entends parler de "liberté" parce qu’ils ont bien le droit de claquer tout leur fric dans une saleté qui sent mauvais et qui leur détruit la santé et celle des autres, Polonium ou pas, est-ce que ce n’est pas un peu normal que moi, qui me débats pour me débarrasser de cette drogue légale, je sois traitée comme une quantité négligeable et laissée pour compte ?? Beh non, moi, je ne veux pas me faire tondre avec le reste du troupeau !! S’il y a du Polonium ou quoi que ce soit d’autre dans les clopes, je veux le savoir !! Et s’il y a un moyen de rendre cette pourriture illégale, alors oui, il faut le faire !!
                                            Ce qui me fait de la peine, c’est que 30 ans plus tard, si je pouvais retourner dans le passé avec des informations fiables, des arguments solides, des témoignages sincères sur les dangers du tabac, je n’aurais rien à arguer de plus valable qu’à l’époque à cette gamine de 12 ans et demie et tout ce qu’elle lirait et entendrait ne serait pas plus évolué qu’il y a 30 ans !!


                                            • krolik krolik 1er septembre 2008 10:20

                                              Est-ce que vous aviez déjà la "frousse du polonium" à l’époque ?
                                              Je ne crois pas.
                                              Il a fallu le décès de Litvinenko pour mettre le polonium sur la sellette.

                                              A ma connaissance la radioprotection, la décroissance de l’uranium naturel n’est pas enseignée dans les lycées et collèges. Ce qui constitue d’ailleurs une bonne partie du fond de commerce des anti-nucléaires qui jouent sur cette méconnaissance pour lancer des chiffres à faire peur.

                                              @+


                                            • Pierrot Pierrot 1er septembre 2008 10:34

                                              à @ La chouette,

                                              Bon courage pour arrêter de fumer.

                                              Il y a de nombreux arguments pour arrêter.

                                              Tous les auteurs de ce forum sont en accord pour dire que la fumée de cigarette bio ou pas bio contient de très nombreuses molécules et substances très cancérigènes dont le 210 Polonium.

                                              C’est un fait que personne ne conteste, me semble t-il !

                                              Cependant si on pourrait enlever le 210 Po du tabac, ce poison resterait cancérigène et extrêmement toxique.


                                            • Zalka Zalka 1er septembre 2008 10:22

                                              Ahah ! Vous venez de tomber dans le panneau ! Vous ne voyez pas qu’il s’agit d’un complot des producteurs de tabacs ?

                                              En effet, ce n’est que dans les années 80, que le soupçons de bon sens est devenu réalité scientifique : la clope donne le cancer !

                                              Les producteurs de tabacs ont enfin touver la parade : il y aurait eu du polonium dans les clopes ! Voila ce qui provoquait le cancer ! Fumez jeunes gens, sans polonium, mon herbe à Nicot est aussi inoffensive qu’un gentil chaton tout mignon !

                                              Et vous, bande de naïf, vous y croyez ! Ahah ! Je parie que vous pensez aussi que c’est Oswald qui a tué Kennedy et que le 11 9 n’est pas un complot !

                                              Bon, sur ce je vais m’en griller une, moi.


                                              • Pierrot Pierrot 1er septembre 2008 10:43

                                                à @ Zarka,

                                                Désolé mais je n’ai rien compris à votre message, merci de bien vouloir le reformulez plus clairement.

                                                La cigarette avec ou sans 210 Po, bio ou pas bio ... est cancérigène et extrêment toxique.

                                                Cela est démontré depuis des décennies.

                                                Vous faîtes comme vous voulez, mais préservez la santé de vos voisins qui souhaitent respirer un air pur et sain.


                                              • Zalka Zalka 1er septembre 2008 11:22

                                                Je crois qu’en plus de l’orthographe, il vous faudrait des cours d’ironie et de second degré.

                                                Je parodiais l’idée de complot visant à cacher la présence de polonium dans les clopes.

                                                Mon idée, c’est que pour battre en brèche les démonstrations de la nature cancérigène du tabac, les producteurs lancent l’idée de cigarettes contaminées au polonium afin de dire : " ce n’est pas le tabac, mais le polonium qui donne le cancer : plus de polonium, plus de cancer".

                                                Débile, n’est ce pas ? Normal, c’était l’idée de la blague.

                                                Quant à l’air pur et sain, croyez moi, à moins d’avoir la chance d’être à la campagne, ce n’est pas ma clope qui va vous emmerder le plus.


                                              • Zalka Zalka 1er septembre 2008 11:25

                                                Et puis démontrer depuis des décénies, c’est une affirmation erronées.

                                                Statistiquement, on avait la preuve d’une corrélation forte entre les deux depuis des décénnies effectivement. Par bon sens, on constatait aussi l’effet depuis des siècles. Mais le mécanisme précis qui fait passer de tabac à cancer n’est connu que depuis 20 ans environ.


                                              • Pierrot Pierrot 1er septembre 2008 15:56

                                                à @ Zarka,

                                                je comprend mieux votre message où je n’avais pas décelé l’ironie.

                                                Par contre, je maintiens que la présence de polonium 210 dans le tabac est connue depuis avant 1960. Cela fait l’objet d’articles scientifiques alarmistes à l’époque, mais ces articles scientifiques à publication peu élargie n’ont pas été repris par des journalistes et c’est bien dommage.


                                                Par contre, sur la base de nombreux polluants atmosphériques chimiques, et nucléaire l’air de la campagne n’est pas plus pur qu’en ville.

                                                Certes cela sent moins mauvais, encore que le fumier, j’apprécie très modérement.

                                                Mais plus d’ozone loin des villes ainsi que sur les mers, radon 222 et 226, oxydes nitreux et nitrique, arsenic dans les roches etc.
                                                Encore une légende qui s’écroule, désolé.

                                                Bonne journée.


                                              • La Chouette 1er septembre 2008 20:29

                                                Pour répondre à Krolik, non, justement !! A l’époque, je n’étais pas consciente de grand-chose. La radioactivité, les méfaits de ci ou de cela, c’était le cadet de mes soucis. J’entendais autour de moi que le tabac n’était pas bon pour la santé mais, et à ce niveau-là, rien n’a changé : il y a ceux qui donnent du "tu devrais", "tu devrais pas", ceux qui utilisent la culpabilisation et seraient prêts à lancer un procès en sorcellerie contre les fumeurs, ceux qui parlent du droit de chacun de fumer à sa guise et qui pleurent ensuite parce que la recherche contre le cancer n’avance pas, ceux qui parlent de complots venant de l’industrie du tabac, des gouvernements ou des extraterrestres, ceux qui cherchent la petite bête en essayant de savoir ce qui est mauvais ou non dans la cigarette. A l’adolescence, on s’en bat les côtes, de ces discours de papy !! On fait des trucs bêtes qui ne plaisent pas aux parents et c’est bien sympa !!

                                                Tous ces grands mots bien savants qui font peur, on pourrait tous les réunir sous le terme générique de « grosse daube », ça passerait peut-être mieux. Grosse daube 210, si ça fait mieux à l’heure du repas entre l’apéro et le gros rouge, et avant le cigare. Au moins, ça ferait rire les jeunes.

                                                Bon… je m’emballe… mais cette histoire de Polonium m’a fait comprendre un truc : Alors, quoi ?? On nous colle du Polonium additionné à d’autres substances mortelles et je vais continuer à acheter ça ?? Le fond de cette histoire, ce n’est pas qu’on découvre ce qu’il y a dans les cigarettes, mais qu’on est assez stupides pour acheter un produit sans même savoir ce qu’il y a dedans !! Le gag, c’est que ce n’est pas la présence de Polonium dans les clopes qui va réussir à me faire arrêter la clope, c’est l’idée que je puisse être prise à ce point-là pour une c…… pour une idiote !! ;p


                                              • krolik krolik 1er septembre 2008 22:28

                                                @ La Chouette,

                                                C’est une raison aussi valable qu’une autre...
                                                Bon courage tout de même.

                                                @+


                                              • Pierrot Pierrot 1er septembre 2008 15:59

                                                à @ Julien,

                                                pauvre enfant, pas encor né et déjà andicapée par l’inconscience de son père !

                                                Mais c’était peu être de l’humour au 3 ième degré.


                                              • Labrique Baudouin Labrique Baudouin 21 novembre 2008 13:20
                                                Dans un article (postérieur) que j’ai écrit sur CAREVOX « Le polonium fait un tabac  », j’ai développé l’angle trop peu abordé dans les médias : l’aspect psychobiologique des choses et en fin de compte, ce qui restera déterminant pour la santé, dépassant tous les dogmes scientifiques en vigueur et dont se gagent aveuglément la plupart des médias.
                                                http://www ;psychobiologie.eu

                                                • sarcastelle 4 juin 2017 22:07

                                                  J’ajoute un commentaire sur cet intéressant article pour le remonter. 

                                                  Il ressort en effet que si tout le monde sait depuis son enfance qu’avec deux paquet par jour on a une chance sur deux d’avoir un cancer à peu près incurable, tout le monde ne sait pas qu’une grosse part de ces cancers sont non pas chimiques (goudrons...) mais radio-actifs (polonium). 
                                                  .
                                                  Un esprit cartésien dira : « du moment qu’on sait combien on a de risque, qu’est-ce que ça nous fout que ce soit un cancer chimique ou radioactif ? 
                                                  .
                                                  Oui, mais la majorité des esprits n’étant pas cartésiens, c’est peut-être utile de jouer sur l’irrationnel (oui, j’ai honte...) si cela peut provoquer quelques réactions du genre : »Aaaah ! La radioactivité dans le tabac est la cause d’une grosse part de ses cancers ! Je croyais que c’était le goudron ; j’y étais habitué, mais là je ne fume plus !!!" smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

CED15


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès