Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Pouvoir, police et médias

Pouvoir, police et médias

« La police vous parle tous les soirs à 20 heures » : Ce slogan de mai 1968 qui agrémentait un dessin où l’on voyait un policier en uniforme devant le micro de l’ORTF était destiné à mettre en lumière l’emprise du pouvoir politique sur les médias de l’époque. Le gouvernement faisait alors pression sur les patrons de presse (écrite et audio visuelle) pour minimiser les « évènements » et distiller au bon peuple une information aseptisée.

Plus de ça aujourd’hui ! La presse est libre, officiellement au moins.

Les choses se passent de manière plus feutrée : en haut de l’édifice, il y a le pouvoir qui nomme désormais les présidents de chaînes publiques et pour les chaînes privées ou pour la presse écrite, il n’y a pas trop de problème surtout lorsque l’on constate que beaucoup de titres sont entre les mains d’amis bienveillants.

Lorsque l’on décline les choses au niveau des rédactions, force est de constater que les trublions, les enquêteurs maladroits (ceux qui mettent en cause le pouvoir), ou tout simplement ceux qui souhaitent exercer leur métier correctement doivent avant tout se conformer aux lignes éditoriales s’ils veulent conserver leur gagne pain. La clause de conscience n’est ainsi que peu utilisée.

La télévision est en première ligne de ce système de soumission, de prudence, voire d’anticipation, et les journaux télévisés des chaînes publiques de 13 ou 20 heures, entre un sujet sur la crise, un autre sur le triple A, ne manquent jamais de parler longuement des fait divers.

Crimes, délinquance, agressions de toutes sortes tiennent une place importante dans les journaux télévisés et obéissent à un scénario bien rodé :

1 – L’exposé des faits par le présentateur du journal avec la gravité qui convient

2 – L’envoyé spécial sur le terrain qui rappelle les mêmes faits, ne sait pas grand-chose et brode (sur fond de gyrophares et d’images pas toujours en rapport avec l’évènement).

3 – L’interview d’un voisin ou d’une voisine qui n’a pas vu, ou entendu grand chose, mais qui avec une émotion palpable et compréhensible, ajoute souvent à la dramaturgie.

4 - L’interview d’une « autorité » (procureur, officier de sapeur pompier, capitaine de police ou de gendarmerie) qui rappelle les mêmes faits en langage administratif et technique froid, n’apporte rien de plus, mais montre que les pouvoirs publics prennent les choses en mains.

5 – Souvent, désormais, nous avons également droit à une intervention d’un représentant d’un syndicat de policiers qui donne la version de son syndicat, pas toujours mieux informé. A ce stade on ne sait toujours rien de plus sur les circonstances d’un fait divers, dont l’enquête, qui débute à peine, est normalement tenue secrète. 

6 – Enfin, pour les évènements les plus dramatiques, nous avons droit à la visite sur place du Ministre de l’Intérieur, voire du Président de la République en personne, qui annonce généralement le renforcement du dispositif répressif par le vote prochain d’une nouvelle loi en omettant de parler de celles qui existent déjà et qui ne sont pas appliquées faute de moyens ou de décrets signés.

C’est ainsi, les journaux télévisés se contentent de renouveler paresseusement à chaque fois ce type de mise en scène bien rodée.

Comment refuser, par ailleurs, une belle image à un ministre de l’intérieur qui se déplace spécialement sur le terrain ? On ne donnerait pas cher de la peau d’un rédacteur en chef qui refuserait de mettre à l’antenne l’intervention dudit Ministre.

Ainsi cadrés et scénarisés, les faits divers entretiennent le fameux sentiment d’insécurité et permettent de conforter le discours officiel sur la délinquance, sa répression et la faiblesse de la réponse judiciaire.

Pour ceux qui n’auraient pas envie de s’endormir immédiatement et qui voudraient voir et revoir de belles images de la police, de gyrophares, de descentes musclées dans les banlieues ou de poursuites de délinquants sur les autoroutes, il y a aussi des chaînes privées de télé qui se sont fait une spécialité de la diffusion et de la rediffusion à 20 h 30 d’images, généralement tournées la nuit, et où il n’est pas possible de distinguer grand-chose à cause du floutage (des policiers, des délinquants présumés, des plaques d’immatriculation et des façades d’habitation, des témoins,…) .

Qu’importe, dans ces cas là un bon commentaire vaut toutes les images et cela conforte le citoyen dans l’idée qu’il est bien protégé, même si, RGPP oblige, les moyens attribuées à la police et à la gendarmerie diminuent chaque année.

Cette situation est-elle nouvelle, et le pouvoir en place est-il le premier à vouloir instrumentaliser les médias et les forces de l’ordre à son profit ?

Certes non, et ce serait manquer d’objectivité que de dire que cela n’existait pas auparavant, sous des formes diverses. Un exemple célèbre d’escamotage, d’autocensure médiatique et d’utilisation de moyens policiers pour son profit privé, cette fois (masquer sa double vie), nous a été donné sous le règne de F. Mitterand et d’autres dérives ont certainement existé sous les autres présidences.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 20 décembre 2011 10:26

    Le discours sécuritaire permet, aux classes dominantes, de mener une politique d’agression inouïe contre les classes populaires, en se présentant sous un visage protecteur et universaliste. Parler de lutte contre l’insécurité, c’est construire une représentation rassurante du pouvoir en place et  justifier toutes les régressions sociales......
    http://2ccr.unblog.fr/2011/05/05/le-discourt-securitaire/


    • redredsir 20 décembre 2011 11:11

      Tout cela est connu et reconnu,mais vous faites sans doute bien de le redire.
      Le problème je crois,c’est que la clientèle à l’écoute de cette abrutissement de masse,est volontaire !
      Cette clientèle se voit ainsi confortée dans sa vision des choses,habituée qu’elle est a regarder par le petit bout de la lorgnette.
      Je me garde toujours de blâmer ces « victimes » de ce que certains qualifient de « merdias »,car c’est toute une éducation qui leur fait défaut,et « on » s’y entend pour les en éloigner tout en veillant les abreuver de distractions imbéciles...

      Si les choses évoluent dans le bon sens,l’info et la contre-info circulant et explosant tous azimuts bien mieux que par le passé, la naïveté populaire devrait donc diminuer ?
      Mais les techniques d’abrutissement s’améliorent,y compris par la pléthorisation de l’info elle-même,et là c’est tout le monde qui se noie...

      J’y vois l’eternel recommencement de la lutte entre le bien et le mal. (sans mysticisme !)



       


      • clostra 20 décembre 2011 11:53

        En mer, il y a des types de pèche qui sont interdits car aucun poisson ne peut en échapper. Pour autant, ils ne sont pas tous consommables. Dévastation d’un écosystème.

        En chimie, en biochimie, il existe un moyen de ne retenir que les petites molécules dans un filet.

        Voilà, il y a des gens très sympathiques en uniforme ou non qui se baladent dans des filets qui prennent tout et n’importe quoi. Pourquoi alors ne pas poser la question, simplement, comme ça pour savoir ce qu’on veut savoir.

        De petits exemples comme ça au hasard.
        Au début de la vie de ma société, j’utilisais ma carte bleue pour règler les achats jusqu’au jour où j’ai disposé d’une carte bleue pour ma société (je vous donne une visa puisque vous avez une mastercard pour votre compte perso, m’avait dit mon banquier)

        Ce jour-là, en papeterie, je songe que j’ai ma carte de crédit de société pour payer les achats lui référant. Et je la sors. Et, impossible de retrouver le mot de passe. J’essaie une fois, une deuxième et la vendeuse me regarde et me dit de ne pas insister. Je sors ma carte perso et paie.

        C’est rigolo non ?

        Oui ben c’est pas marrant du tout cette histoire !

        (en effet si vous voulez un garde de corps gratuit, faites comme moi, oubliez votre mot de passe !)

        Dans les grands centres commerciaux, à Noël, avec toutes ces boutiques éphémères, vous ne reconnaissez plus rien et vous tournez parfois des heures avant de retrouver votre boutique habituelle. Pour faire réparer une belle montre que vous a prêté votre vieil ex mari avant vos fiançailles et que vous voulez lui rendre en bon état (au cas où il déciderait de vous la laisser).

        Vous y allez une fois. ON vous la prend. On vous la rend. Elle retarde. Vous la rapportez (en tournant dans le centre bourré de caméras de surveillance). On vous la rend. Elle retarde toujours, vous la rapportez et on vous dit que le nouveau ressort est difficile à remonter et que c’est parce que vous ne l’aviez pas bien remontée. Le lendemain, vous la rapportez car elle retarde toujours.

        Il se passe quelque chose de curieux.

        3 mots eurent suffi pour permettre à certains d’avoir des RTT pour Noël !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès