Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Progression des faits divers en 10 ans : une diversion ?

Progression des faits divers en 10 ans : une diversion ?

Depuis quelques années désormais, les faits divers deviennent incontournables sur le petit écran en France. Allant de l’œuvre d’un criminel à un terrible accident d’avion ou de train, il s’avère que le nombre de sujets de ce genre s’accroît sans cesse, notamment depuis une dizaine d’années.

Une hausse de 73% :

L’Institut National Audiovisuel observe que les grandes chaînes généralistes françaises sont de plus en plus touchées par une augmentation du nombre de faits divers présentés lors des journaux aux heures de forte audience. En dix ans, entre 2002 et 2012, une hausse de 73% du nombre de sujets consacrés aux faits divers est constatée, passant de 1191 sujets par an à 2062, tournant en moyenne autour de cinq sujets par jour. Parmi les principaux sujets traités, les actes de délinquance, les accidents et le grand banditisme constituent l’essentiel de l’information de cette catégorie.

Cependant, les chaînes n’accordent pas toutes la même importance et donc le même temps aux sujets de ce genre. Ainsi, en première place du podium se trouve M6 avec 165 sujets au dernier trimestre 2012, contre 145 pour France 2 et 128 sujets pour TF1. Cependant, France 2 est en première position du temps consacré, avec 3h30 durant ce trimestre, contre 3h16 pour M6 et 3h11 pour TF1.

Conséquences potentielles :

Il est important de souligner que les faits divers, parfois d’une ampleur dramatique, subissent pour certains une forme de mise en scène comparable à un spectacle télévisuel. Ainsi, au gré des découvertes et rebondissements dans une affaire quelconque, le suivi opéré par les médias s’apparente à l’intrigue d’une série policière, n’hésitant pas à faire intervenir intensivement (selon la gravité de l’évènement) des personnalités considérées comme expertes dans le domaine ciblé.

L’une des conséquences inévitables de cette pratique est que le temps consacré aux autres sujets se voit diminué. Ainsi, des sujets traitant de l’économie, de la politique ou de l’international se voient parfois relayés au second plan. Cela s’explique par le fait que le fait divers peut servir (tout comme le « marronnier » ou le « serpent de mer ») à meubler l’actualité.

Une autre conséquence, potentiellement néfaste, repose sur l’excessive théâtralisation d’un crime. Ainsi, une affaire de cambriolage et d'homicide devient une question de société d'ampleur nationale, qui peut se traduit en sentiment d’insécurité. L’affaire du bijoutier de Nice est ainsi un exemple concret d’une excessive attention portée aux actes délictueux, créant des mouvements spontanés de soutien au bijoutier et appelant à une plus grande sévérité dans le traitement de la criminalité, malgré une réalité bien plus complexe.

Les faits divers, une place secondaire dans les médias

Il faut cependant relativiser le poids de ces sujets dans l’ensemble des thèmes traités par les grands médias. Même si le temps d’antenne consacré est plus important, il reste cependant secondaire à d’autres thèmes.

Ainsi, les sujets de société constituent la principale source d’information avec 46h50 de temps d’antenne pour le dernier trimestre 2012 sur les principales chaînes, avec notamment les questions traitant du « mariage pour tous », de l’éducation ou encore de la laïcité. En seconde place se trouve l’international avec 29h40 de temps d’antenne, suivi de l’économie avec 27h23 et de la culture avec 20h44. Ainsi, durant ce trimestre, les faits divers occupent la 6ème place du temps d’antenne, avec 13h23 de temps de diffusion.

Il faut donc relativiser le poids du fait divers dans les médias. Mais son développement doit faire l’objet d’une attention particulière car, comme le disait le sociologue Pierre Bourdieu « Les faits divers font diversion » et conduisent finalement les lecteurs et téléspectateurs à se détourner de problématiques plus importantes.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 5 mars 2014 17:53

    « ...comme le disait le sociologue Pierre Bourdieu « Les faits divers font diversion »... »


    Peut-être, mais ils font aussi de l’audience, et l’audience, elle, elle fait du carbure...

    • Alex Alex 5 mars 2014 23:04

      « les médias s’apparente à l’intrigue d’une série policière, n’hésitant pas à faire intervenir intensivement des personnalités considérées comme expertes dans le domaine ciblé. »

      Faux ! Monsieur M., notre enquêteur vedette agoravoxien, reconnu comme expert dans tous les domaines – en particulier le comique –, n’a jamais été convié, ce qui est une honte.


      • paul 6 mars 2014 09:32

        L’étude citée de l’INA ne donne qu’un résultat partiel de l’importance des faits divers dans les JT, car l’augmentation de 73 % en 10 ans est relative au nombre de ces faits, évalué à 6 % en temps global pour les 6 chaines étudiées .
        Acrimed a centré une étude sur le 20 h de France 2, le vaisseau amiral du service public de l’info, entre le 8 et le 22 janvier. Il en résulte que faits divers + sports + sujets magazine représentent plus du tiers des JT de cette chaine .

        Pourquoi cette hiérarchisation, alors que de l’économie, l’international le social et le vrai débat politique, conditionnent nos vies quotidiennes ?
        1ère réponse, la course à l’audience dans laquelle le service public s’est bêtement lancé, si bien que l’on peut zapper sur toutes les chaines avec le même résultat .
        Ensuite, l’apparent consensus sur les sujets importants cités, est très très différent d’autres sources d’information, par exemple internet . Donc de l’info sans info, une censure sans censure : faits divers= diversion, dormez tranquilles !
         http://www.acrimed.org/article4265.html


        • AstreLune AstreLune 6 mars 2014 11:13

          J’irais même plus loin.

          Les « sujets de société » traités ne sont qu’en fait du brassage de vent detinés à entretenir le statu quo., encourager les gens à aimer leur condition merdique et à s’abandonner à l’immobilisme idéologique et la paresse peureuse.

          Je suis étonné de voir que des sujets bateaux brassés ces vingts dernières années marchent encore et peuvent influencer l’avis et la perception des gens.

          Ce site en est une preuve concrète. Il suffit d’un fichu scandale sur un énième détournement de fond par un homme politique pour qu’on nous ponde mille articles stériles sur le sujet. Du blabla de râleur. Du tourner en rond.

          Du « constater le consternant ».
          De l’exposition du fatalisme, le tout largement agrémenté de désinformation et de « regardons chez le voisin avant de balayer devant notre porte » (coucou Ukraine)

          Chômage/emploi, pouvoir d’achat, inégalités et privilèges du voisin, croissance, notoriété des chefs de l’état basé sur des sondages bidons, division ethno-sociale par l’évocation de conflits dans le tiers-monde, l’islamophobie, la délocalisation.

          Et tout ce genre de conneries, s’ajoutant aux faits divers mentionnés dans l’article et aux émissions outrancièrement diffusée sur la criminalité (envoyé spécial, zone interdite) dans le but de faire commerce de systèmes de sécurité par le biais de la peur et accorder en consensus les esprits sur la répression des conséquences de la délinquence plutôt qu’aux causes profondes de celle-ci, comme les inégalités sociales et l’esclavage morderne, destinées à renfocer le sentiment d’appartenance de chaque égo à une classe sociale ou un milieu culturel qui divise les humains entre eux, pour qu’on soit certains que ceux qui s’en mettent pleins les fouilles dans notre dos, selon l’idéologie primitive et cynique qu’est l’argent, qui nous tuera tous isolément à moins de l’abolir.

          Les faits divers renforcent le sentiment d’insécurité et permet de générer un climat social de tension au quotidien. De préoccuper les gens avec leur propre survie, leur préservation. Bien plus que de l’individualisme, on parle ici d’esseulement.

          J’irais même plus loin et j’ai pas peur de parler franchement, même si j’abuse un peu sous le coup de l’émotion : Le JT est un crime contre l’humanité.


          • César Castique César Castique 6 mars 2014 12:08

            « Les faits divers renforcent le sentiment d’insécurité... »


            Ce qui renforce le sentiment d’insécurité, c’est la proximité du faits divers. Je connais au moins six personnes qui, dans un rayon de 500 m autour de chez moi ont été cambriolées depuis le début de 2013 et j’en connais deux autres qui ont été agressées physiquement par des racailles. 

            Dans ces conditions, le téléjournal n’inquiète pas davantage lorsqu’il rapporte d’autres faits divers qu’il ne rassure en répercutant des baisses  statistiques de la délinquance. Dans ces domaines aussi, le bouche à oreille à plus d’influence que toutes les propagandes du monde. 

          • zygzornifle zygzornifle 6 mars 2014 15:38

            Faut bien justifier les salaires bien confortables et les avantages de certains journalistes .....


            • eugene eugene 6 mars 2014 21:16

              Si c’était seulement des faits d’hiver, mais c’est toute l’année. 

              Même à Plouezet, y a des voyous qui m’ont piqué mon scooter
              Mon chien Labrador ne vaut rien, j’ai un chien qu’est un chat. 

              Le chat Marmouz est plus vigilant, mais on ne fera pas aboyer un chat. 
              C’est dans la nature des choses. 
              Quant à la nature humaine, tout comme la nature elle se dégrade tous les jours. 
              Comment peut on rester chrétien en ces temps d’infidèles ?

              Pas étonnant qu’il pleuve tous les jours. 
              C’est un grand dépit qui règne, même au sein de la nature. 
              Tout se tient, comme dit l’ecclésiaste. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès