Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Qu’est-ce qu’il y a à la télé ce soir ? (suite)

Qu’est-ce qu’il y a à la télé ce soir ? (suite)

Dans un précédent article je m’étais intéressé - avec espièglerie - à plusieurs programmes de « télé-réalité » diffusés durant les vacances de l’été 2007 : « Secret Story », « L’Île de la tentation », « Koh-Lanta »... je pensais avoir touché le fond... je me trompais.

A l’époque, oh ! pauvre innocent que j’étais encore, je ne recevais que les six chaînes hertziennes... mais depuis quelques mois, grâce à mon fournisseur d’accès à internet, j’ai accès à un bouquet de nouvelles chaînes de télévision, issues du câble et de la TNT... et j’ai pu découvrir tout un univers de programmes encore plus visqueux, débiles et avilissants, que je ne pouvais sincèrement pas m’imaginer. La première réaction (le mépris), face à ces nouveaux shows de télé-réalité trash, serait de retourner la télé contre le mur, comme le portrait de la belle-mère, et de se plonger dans un bon bouquin. La seconde réaction (la colère) serait d’écrire aux dirigeants des chaînes que ce n’est pas du boulot, quand même, de la part de gens aussi instruits qu’eux. La troisième réaction (la mienne) a été de prendre quelques notes sur ces nouveaux programmes, afin de tenter de comprendre ce qu’ils peuvent nous apprendre sur notre société contemporaine. Nous allons donc passer en revue plusieurs de ces shows TV.

La plupart de ces programmes sont diffusés par des chaînes de la TNT (télévision numérique terrestre). Si toutes ces chaînes de télévision sont soutenues par de grands groupes industriels, elles reposent souvent sur une économie sans commune comparaison avec les chaînes hertziennes (TF1, France 2, M6, etc.). La manne publicitaire est beaucoup plus faible pour ces petites chaînes, qui recueillent souvent une audience modeste (mais en développement constant, cependant.). Ce qui conduit les patrons de ces chaînes à mettre à l’antenne des émissions à faible coût de production, qui seront susceptibles de capter une large audience. Les programmes de télé-réalité et tous les programmes de dating (de rencontres) répondent idéalement à cette équation : ils occasionnent peu de frais de production (participants peu ou pas rémunérés, décors minimaux, réalisation reposant sur un modèle très structuré et répétitif, etc.), et de par leur thématique (centré, nous allons le voir, sur la sexualité) ont l’objectif de ratisser très large en termes d’audience - avec les adolescents, ces éternels consommateurs de télévision, en ligne de mire.

« Next » / « Next made in France » (Virgin 17, groupe Lagardère). Il s’agit d’un ahurissant programme de 25 minutes, issu de la station de télévision américaine MTV. Virgin 17 diffuse à la fois des épisodes américains (doublés en français), et des épisodes « made in France » produit par la société Coyotte de Christophe Dechavanne. La version française reprend strictement les mêmes codes que la version américaine. Le plus simple est de se délecter de l’introduction, scandée par une voix-off féminine volontaire : « Les rencards pourris qui s’éternisent ? C’est fini ! Tu as cinq rendez-vous ! Si le premier est nul, tu peux lui dire "suivant" ! Arrête le cauchemar et recommence avec quelqu’un d’autre ! Ne t’inquiète pas pour ceux que tu élimines ! Ils toucheront de l’argent pour chaque minute passée avec toi ! » Ouch. Il s’agit donc d’un programme mêlant télé-réalité (on filme de « vrais gens ») et speed-dating (rencontres-éclairs). Le principe est simple : une brochette de candidats doivent séduire une charmante créature se distinguant la plupart du temps par ses impressionnants atouts les plus subtiles (poitrine ou pectoraux). Les candidats, du genre « as de la déconne », joyeux drilles, extravertis professionnels, attendent leur tour dans un gigantesque auto-car frappé du logo « Next », et sortent les uns après les autres pour aller à la rencontre de la jeune fille ou du jeune garçon à séduire. Ce dernier, entraîne alors ses prétendantes dans des « activités » censées révéler leur attirance. Evidemment on pourrait dire : c’est un programme amusant, destiné à un public d’adolescents décérébrés, c’est un programme pour le fun, pour le second degrés. Certes, ces arguments sont parfaitement recevables. Et le visionnage d’épisodes de « Next » ne donne pas la nausée. Mais il faut regarder ce qui se dégage de cette émission de télé. D’abord la jeunesse est systématiquement réduite à un « certain type » de jeunes : souvent très sportifs, déconneurs, extravertis (s’inscrire à un programme de ce genre n’est pas un mince signe...), parfois vulgaires (dans leur langage, leurs attitudes, leur relation au sexe opposé, etc.). Ne prenons qu’un exemple de descriptif : « Je m’appelle Anthony, j’ai 22 ans, je suis sauveteur en mer. Si t’as envie de passer un moment chaud avec moi, y a pas de soucis je te passe de la crème partout sur ton petit corps ; par contre si t’es gamine et t’es frigide je te nexte (sic) de suite ! ». Ensuite cette émission est une glorification de la rencontre amoureuse « kleenex » : si ta copine ne fait plus l’affaire, jette-la ! Si ton copain ne te plaît plus : séduit son petit frère ou son meilleur ami ! On savait déjà que la société de consommation avait exacerbé le libéralisme jusque dans les relations amoureuses (Michel Houellebecq a bien souligné cela, notamment dans L’Extension du domaine de la lutte), mais cette émission fait une apologie (fun, je sais...) de la rencontre sans lendemain. Enfin, ce programme s’amuse à réduire la vie des jeunes à une longue succession d’« activités » festives. On sent poindre l’obsession du plaisir et de l’amusement, la vénération du ludique... les jeunes candidats passent leur temps à faire des activités sportives ou passablement crétines, façon « centres aérés ». Ca se mange de la crème chantilly sur le corps du partenaire, ça barbotte dans une piscine de boules (comme au Mc Do !), ça s’exerce à différents sports amusants, ça flirte avec le jonglage et les arts de la rue. Dans l’univers de la TNT, où la zappette est reine (je serai incapable de dire combien de chaînes de TV sont à ma disposition actuellement), un programme qui traite les humains par le zapping était tristement prévisible...

« Dismissed » (MTV / MTV France). Dismissed est l’émission de « rencontres » qui a précédé « Next » sur l’antenne de MTV. Les épisodes, tournés de 2001 à 2005, sont cependant toujours rediffusés par la célèbre chaîne musicale. Dans chaque épisode, un garçon ou une fille a rendez-vous avec deux prétendants, qui s’opposent pour réussir à le/la séduire. Pour cela, ils proposent chacun une activité pour partager un moment et faire connaissance. Proche de « Next » dans sa facture et son (mauvais) esprit, ce programme américain paraît outrageusement caricatural et « Côte Ouest ». Ce que MTV a cherché à faire, à travers cette émission, c’est l’apologie du modèle californien cool, branché, sportif, etc. La plupart des épisodes font la part belle au surf (mais si, ce sport qui a accouché des Beach boys et n’a plus jamais fait parler de lui...) et à l’éclatant soleil de Los Angeles, qui fait les filles bronzées et les garçons torses nus. On notera, au passage, que l’émission « Next made in France » a transposé comme elle a pu ce cachet californien, en faisant émerger des candidats aux accents du sud de la France... Dans le même esprit que « Dismissed », il faut évoquer rapidement « Total in love » diffusé par la chaîne NRJ 12, qui fonctionne sur le même principe et les mêmes codes : plein soleil, couleurs pastelles, décors méridionaux (cette Californie de la Méditerranée), lutte darwinienne pour l’être aimé, etc.

« 12 cœurs » (NRJ 12). Il s’agit d’un jeu, tourné en plateau et en public, où douze célibataires (six garçons et six filles), cherchent à trouver l’âme sœur sur la base de leur signe astrologique, à travers une série d’« activités » ludiques. (Ah l’ « activité »... ce nouveau concept de l’occupation codifiée... quand on est en « activité » on ne va pas voter ou penser, hein...). Adapté d’une émission américaine, ce programme tout en lumières agressives, en musiques tonitruantes et en couleurs flashy fait la part belle aux « jeunes » les plus abêtis de l’Hexagone. C’est une succession continue de strip-tease (et que c’est laid un strip-tease dans ce contexte...), de danses érotiques, de baisers concédés à des inconnus pour le succès du show et des armes de NRJ 12. La « love-machine » va-t-elle obliger les candidats à l’activité « Vérité », « Défilé de mode », « Massage » ou « Love Dance » ? Suspense. Et qu’en pense « Miss Astrolove », la créature blonde furieusement « Pythie » ? Piteuse. Alors « kiff ou pas kiff ? » comme dit la bande annonce ? Pas kiff. Mais c’est fun, je sais.

« Catch me si tu peux » (Virgin 17, groupe Lagardère). Il s’agit à nouveau d’un programme de « rencontres », proche de la télé-réalité dans son dispositif et son univers. Cinq jeunes femmes célibataires, outrageusement stéréotypées (la gogo danseuse blonde très branchée « sexe », la fille sérieuse à lunettes qui veut devenir DRH, la petite poupée rock qui fait un stage dans une maison de disque - de loin ma préférée, etc.) tentent de trouver l’âme sœur à travers l’émission. Et nous suivons, d’épisode en épisode, les rencontres de ces jeunes femmes avec des prétendants très divers. Inspiré du succès de sites de rencontres tels que Meetic.fr (l’habillage de l’émission fait des références incessantes à internet, et les prétendants envoient leurs messages d’amour par mail...), ce programme repose aussi sur cette idée si tristement moderne que l’amour est un bien de consommation... (Reconnaissons, tout de même, que ce programme se détache des autres, tant sur le plan de la qualité de la réalisation - il s’agit de petits reportages très bien faits sur chacune des jeunes femmes, que sur le plan « moral » : elles cherchent l’âme sœur, ces nanas... à ce qu’il paraît).

Arrêtons là. La liste serait encore longue, notamment sur MTV... épuisant pourvoyeur de programmes de télé-réalité (« Parental control », « Kiff ma mère », etc.). Mais notons que ses programmes sont toujours très politiquement corrects (il y a toujours une place, dans toutes ces productions, pour le bon « minoritaire », le gentil « black », le « latino » sympa, le joyeux « gay », etc. et toujours dans la plus subtile des représentations... le black avec le rythme dans la peau, le gay efféminé et la lesbienne outrageusement « camionneuse »). Ces programmes sont donc parfaitement formatés pour la modernité.

Passés sur la « TNT », ils sont toujours aussi froids et enlacés, ces « reptiles » de la néo-télévision. Mais où sont les vrais gens ? Maman, dois-je mettre mon poste de télévision au clou ou le jeter par la fenêtre ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • gecko gecko 17 mars 2008 12:31

    « A l’époque, oh ! pauvre innocent que j’étais encore, je ne recevais que les six chaînes hertziennes... mais depuis quelques mois, grâce à mon fournisseur d’accès à Internet, j’ai accès à un bouquet de nouvelles chaînes de télévision, issues du câble et de la TNT... » ouch le réveil a du etre dur ! parce qu on a pas mal de retard ça c’est certain !

    Bon la vraie question est, pourquoi les chaines que vous présentez diffusent ces programmes et pourquoi marchent t ils ? (au regard des audience manifestement destinés aux jeunes et qui ne touchent pas du tout la fameuse « ménagère de moins de 50ans »)

    et surtout pourquoi TMC(rediffusion de tous les programmes de TF1 il y a 20ans) est en tete des audiences des chaines de la TNT (papyboom oblige ?) on ne parlera pas non plus de la chaine parlementaire ni de I tele qui font des scores a ras les paquerettes...

    Bon vivement qu on nous diffuse un peu de jackass, de dirty sanchez, que mes soirées « bières/pizzas entre copains » puissent être vraiment intéressantes ! non parce que j en ai un peu marre du catch sur NT1, de simple life sur europe 2 et des simpsons sur W9...


    • biztoback 17 mars 2008 12:39

      C’est un bon resumé de ce qu’on peut voir sur ces chaînes.

       


      • philippedepoitiers 17 mars 2008 13:20

        demain grace à la télé chacun aura son quart d’heure de gloire !!

        on pourrais detourner cette phrase célébre en grace à la télé demain chacun pourra subir des gens qui se croient droles, talentueux etc.... ces émissions emblématiques d’un nouveau mode de pensée et de vie ne sont que la partie visible de l’iceberg ! le problême soulevé par ces pseudos téléréalités (le mot en lui même est drôle puisque ces programmes sont à des années lumières de la réalité) est bien le besoin de recconnaissance publique !

        un candidat zappé avec perte & fracas de la nouvelle star à déclaré, quand on lui demandait pourquoi il avait autorisé la diffusion de sa piêtre prestation, que cela faisait parler de lui !! on en est la ! que l’on se moque de moi, que l’on me glorifie ou que l’on m’humilie tant que l’on parle de moi !!

        les sites de partage de vidéo perso en ligne sont pires, sur une section des propriétaires de la freebox, sévissent des gens (bobi, goussedaille et autres pseudos animateurs) qui animent des programmes bricolés maison centrés sur leur petite vie et leur capacité (bien limitées certes) à divertir leurs auditeurs !

        certes, la télé à évolué et doit poursuivre son évolution, mais je revendique de droit d’avoir un choix autre que les conneries ineptes de certaines téléréalités (next en tête mais aussi star academy et autres..) et les soirées théma d’Arte !

         


        • Spyder974 Spyder974 17 mars 2008 13:30

          il y a l’oublis des programmes les plus trash comme Jerry Springer ..... no comment

          A croire que la culture et l’information/decouverte n’existe plus, ou sont passés les reportages, documentaires, jeux intelligents, à croire que dans l’evolution de la TV, l’utilisation du muscle "cerveau" a été oublié.


          • Vilain petit canard Vilain petit canard 17 mars 2008 13:38

            A propos de Next !, j’ai remarqué un truc très bizarre : si on regarde la version US, on trouve ça débile, mais plutôt rigolo, finalement. Si on voit la version française (entendez : avec des Français), on est atterré par leur vulgarité et leur bêtise, on a plutôt envie de pleurer. Comment se fait-ce ? Ma fille cadette (15 ans) me suggère qu’avec les Américains, on est moins étonné de leur bêtise, parce qu’on peut se dire que chez nous on n’est pas comme ça, tandis qu’avec les Français, c’est plus douloureux, parce qu’on est vexé d’être du même pays. Qu’en pensez-vous ?


            • Spyc 17 mars 2008 17:09

              Tout à fait d’accord.

              On peut aussi que pour l’affligeante transposition de l’émission Next, ils ont oublié de traduire le "next" des participants, qui seraient moins ridicule avec "suivant".

              L’avantage de ce type d’émission est de remettre en cause la haute estime que nous avons de nous-mêmes (j’entends le peuple français).

              Notons enfin que pour l’instant la version française est plus politiquement correcte i.e. pas de bataille de neige / course sur glaçons en plein été ou de bataille/gachis de nourriture


            • Charles Ingalls Charles Ingalls 17 mars 2008 14:47

              (L’auteur) "serait de retourner la télé contre le mur, comme le portrait de la belle-mère"

              Arf, vous aussi vous faites ça ?

              Trés bon article...


              • foufouille foufouille 17 mars 2008 15:04

                @ l’auteur

                je trouve tres courageux d’avoir osez regarder ces horreurs. le risque d’abetissement etait tres grand

                moi 2s et je zappe.

                toutefois, il diffuse (rarement) des vieux reportages quand meme. et voir en couleur un vieux film ca change du souvenir de l’epoque N&B 36cm.

                sur 18 chaines peu sont quand meme interessante. arte ou france5 ont des bons reportages

                la tele realite sert juste a "liberer du temps de cerveau disponible pour coca-cola"


                • Dalziel 17 mars 2008 15:05

                  Si on ne savait pas que les Protocoles des Sages de Sion ont été fabriqués pour la police secrète du tsar, par un faussaire du nom de Mathieu Golowinski, installé à Paris, on jurerait qu’on assiste à leur mise en oeuvre...

                  Il était peut-être génial, dans ce genre, ce type...


                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 17 mars 2008 15:29

                    Bonjour,

                    Moi plus rien ne m’étonne, et encore moins cette course vers la trashitude vu que l’on s’habitue de plus en plus rapidement au pire, alors il faut sans cesse repousser les limites du bon goût et de la décence.

                    Non ce n’est pas un vieux con qui écrit cela, juste un homme qui regrette que l’on bazarde les sentiments comme un bien de consommation comme les autres. Du reste, le net n’est pas en retard sur le sujet : qu’est-ce que Meetic & co. si ce n’est des supermarchés du coeur (et du sexe) virtuels ?

                    Cordialement


                    • roOl roOl 17 mars 2008 15:45

                      Pas de tele depuis 98...

                      Vous n’imaginez meme pas le temps gagné...

                      De meme pour la lecture de l’article, je me suis arreté au 1er paragraphe smiley


                      • denis84 17 mars 2008 17:15

                        @ l’auteur

                        Je suis bien d’accord avec vous,la qualité de toutes ces nouvelles chaines est déplorable

                        Pour ma part,je préfère désormais,et de loin,lire un bon livre

                        C’est pour ça que je me suis abonné à Gala,Closer et Voici,et que j’achete aussi depuis quelque temps l’Express et le Nouvel Obs

                         


                        • roOl roOl 17 mars 2008 17:19

                          Haaaaaaa les classiques !


                        • fern 17 mars 2008 17:41

                          à l’auteur ; article intéressant qui révèle malheureusement la dérive qui existe au niveau des programmes télé et notamment de la télé dite "réalité".

                          D’ailleurs j’ai récemment été étonnée, amusée et attristée je l"avoue par un programme diffusé sur W9 je crois.

                          Ce programme s’intitule "Miss Swan"( littéralement Melle Cygne) . Des femmes au physique difficile et très peu sûres d’elles sont prises en charge par une équipe (chirurgiens plastiques, dentistes, coach, psy...), et sont entièrement "retapées" de la tête au pied. Pendant trois mois, sans voir leurs proches, sans autorisation de se ragarder dans un mirroir, elles subissent des dizaines d’interventions (une boucherie !), des entrainements sportifs et un suivi "psy".

                          Au final, elles découvrent leur nouvelle apparence. A la fin de l’année, un grand show a lieu dans lequel Miss Swan est élue et gagne de l’argent.

                          Cette émission me choque beaucoup. Elle met en exergue la souffrance d’êtres humains pour la manipuler et la marchander. Le femme est ici réduite à un objet, une chose, un produit.

                          Que pensez vous de ce genre de dérive ?

                          Fern


                          • Pierredantan Pierredantan 17 mars 2008 17:44

                            Mais ! Alors là, pas d’accord du tout avec certains des commentaires et une partie de l’article !

                            Ce n’est pas parce que certains musées sont remplis d’oeuvres qui ne sont pas de l’art à mes yeux que je vais me lamenter sur le triste sort de l’art contemporain. Et alors ? Si certains aiment ça ? Vive la liberté !

                            Ce n’est pas parce que la plupart des radios FM débitent ce qui à mes oreilles sonne comme du bruit plutot que de la musique que là aussi je dois me lamenter du triste état de la musique à la radio. Si je n’aime pas ça je passe, je zappe comme dit un des commentateurs. C’est pareil avec la télé ! Si cela ne vous plait pas, passez votre chemin, lisez un bon vieux Simenon ou écoutez du Brahms. C’est pourtant pas compliqué.

                            La plupart des auteurs des commentaires à cet article réagissent comme des préfets des moeurs qui de manière induite semblent savoir ce qui est bon pour nous et ce qui ne l’est pas. Un peu facile, non ? Nous sommes en démocratie : si un programme plait, son audience sera importante, tant mieux pour lui. Si il déplait, le manque d’audience le fera disparaitre, tant pis.

                            Qui êtes vous donc pour critiquer et plus tard décider ce que mes chastes yeux auraient le droit de voir, lire ou mes oreilles d’entendre ? Vous ? Certainement pas. On a déjà vu où ce genre d’attitude pouvait mener.

                            Maintenant, que tout ceci vous paraisse totalement débile, soit , je le pense aussi ("panem et circenses" disait Juvenal), comptez cependant sur moi pour que je mette toute mon énergie pour que la liberté d’expression demeure. Et si vos enfants passent trop de temps devant ces émissions, demandez-vous comment vous auriez pu passer plus de temps avec eux en tant que parents pour ne pas en arriver là, plutot que de gémir et de blamer la lucarne.


                            • denis84 17 mars 2008 18:04

                              En réaction à la fin de votre commentaire

                              Ce n’est pas gentil de généraliser

                              Je suis sur que certains enfants ne subissent pas la téléréalité débile par manque d’intéret et d’affection de leur parents,mais seulement parce que ces derniers sont crevés de travailler plus (trop ?) pour (pas) gagner plus,voire de travailler de nuit ou en horaires décalés pour (essayer) de gagner "assez",et laissent donc leur progéniture livrée aux assauts du libéralisme commercial pendant qu’eux-memes l’enrichissent !

                              Juste pour dire que tous les parents ne sont pas des fainéants délibérément "laxistes"


                            • Dalziel 17 mars 2008 19:48

                              La plupart des auteurs des commentaires à cet article réagissent comme des préfets des moeurs qui de manière induite semblent savoir ce qui est bon pour nous et ce qui ne l’est pas.

                              Il y a tout de même, dans les phénomènes observés, une corruption du goût, que seuls les parents les mieux armés intellectuellement et culturellement peuvent contrebalancer, et ce n’est pas à la portée des premiers venus, que d’élever leur progéniture dans le rejet des modes en tous genres.


                            • Yohan Yohan 17 mars 2008 17:52

                              Pour être franc, il m’arrive de regarder Next quand je tombe dessus par hasard. C’est con mais ça détend.

                              Next c’est un genre de Tournez manège en plus trash, . Plus c’est con, plus c’est bon


                              • Lisa SION 2 Lisa SION 17 mars 2008 17:56

                                Bonjour,

                                Depuis Aout 2006, date d’arrivée de l’adsl dans mon village, je ne regarde plus que trois émissions de reportages. M’en étant écarté, je réalise aujourd’hui, avec le recul, de cet effluent de passivité que produit cette lucarne, étrangère désormais, à ma vie. La télé, c’est regarder les autres vivre...pendant qu’on vieillit, passifs. Plus on payera cher pour les voir, plus is vivront intensément sur notre dos.

                                L’intérêt d’Internet, c’est l’interactivité, la participation au débat public, l’échange des informations alternatives, et l’équilibre du rapport. D’ailleurs, et la radio, et la télé s’y réfèrent à longueur de journée, bien que cela nuise terriblement à leur courbe d’audimat. la photo a tué la peinture, le numérique a tué l’argentique, Internet tuera la t&l&, et le projecteur vidéo tuera l’écran plat. On en reparlera !

                                 

                                 


                                • fafou0 18 mars 2008 10:35

                                  @ l’auteur

                                  Article malheureusement très réaliste !

                                  Il faut savoir que c’est la même chose partout en Europe ! Alors qui est le décideur à grande échelle de l’infantilisation des peuples d’Europe, j’ajouterais même du monde ? J’ai bien ma petite idée là dessus à force d’avoir consulté les sites sur la géopolitique mais n’en dirais pas plus, prudence oblige....

                                  S’il n’y avait que la télé on peut toujours la "tourner contre le mur" ...mais nos vies aussi sont régies dans ce sens et pour mieux s’imprégner ce que que l’on nous fait subir tous les jours, il faut impérativement lire ce livre en vente publique :

                                  "La Société infantile" d’Alexandra Viatteau

                                   

                                   


                                  • Le nanaconda 18 mars 2008 11:11

                                    A propos de 12 Cœurs, j’avais pondu une chronique sur mon collectif bloguant, dans un accès de mauvaise humeur après être tombé par hasard sur cette émission lors d’une après-midi d’arrêt maladie.

                                    Ce qui m’avait énervé, au-delà du concept débilisant, mais commun à toutes ces émissions type Tournez Ménages en trash, c’était le crédit qu’on donnait à l’astrologie à travers le vernis conceptuel de l’émission, et les débilités éructées par le « spécialiste » des astres du haut de sa science infinie.
                                    Ni une ni deux, on s’est fait menacer par l’astrologue (là c’était un mec en l’occurrence) et la clique d’avocats de la chaîne et on a retiré l’article. Trop d’emmerdes en prévision pour si peu.

                                    • JL JL 18 mars 2008 11:49

                                      Debord ou Baudrillard disait : "celui qui regarde pour connaître la suite n’agira jamais".

                                      Et Lisa SION ci-dessus : ""La télé, c’est regarder les autres vivre...pendant qu’on vieillit, passifs. Plus on payera cher pour les voir, plus is vivront intensément sur notre dos"".

                                      C’est toujours le même pb de la poule et de l’oeuf : les spectateurs-consommeteurs et la société de consommation-spectacle se formattent mutuellement.

                                      A quoi bon se plaindre de la qualité des programmes ? J’ai envie de dire : "la télé c’est de la daube ou c’est pauvre de chez pauvre". Dites-moi seulement qui est prêt à payer pour la qualité de ce truc ?


                                      • Lisa SION 2 Lisa SION 20 mars 2008 02:02

                                        Exact, mais,

                                        Si l’on regarde le formidable outil qu’est cette lucarne, et l’on compte le temps que chacun y consacre, peut on imaginer le degré de connaissance de chacun et le gain d’intelligence en déficit...C’est vrai, tous les cours de toutes les classes en ligne, une chaine par classe, toutes les matières sur chacune son canal...toutes les questions que se posent les enfants, tous les sujets d’encyclopédies du savoir...Sans la pub les séries clichés et le cul bidon...ça serait pas plus difficile !

                                        Et l’ensemble gratuit . Paf ! Et pas de mafia mondiale abrutissant la masse, ni plus de réseau mondial de diffusion de drogue visuelle..


                                      • Bella34 15 septembre 2015 12:15

                                        Je suis tout à fait d’accord : les realityshow à la tv sont lamentables. Je préfère choisir mes films , exemples : http://www.idee-film.com smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès