Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Qu’est-ce qui attire le plus et coûte le moins cher ?

Qu’est-ce qui attire le plus et coûte le moins cher ?

Cette question fut sûrement celle que le groupe de travail réuni autour du quotidien « Direct Soir » du groupe Bolloré assisté de Jacques Séguéla a dû se poser au début de l’année 2006 comme en... 1833 pour le « New York Sun » aux Etats-Unis.

Ce titre proposait pour la première fois aux lecteurs un quotidien pour 1 cent au lieu de 6 et se fit une spécialité des faits divers sensationnels, moins onéreux à l’époque que l’information proprement dite. Qu’on se le dise, le sensationnel a toujours, même si 160 ans d’Histoire l’ont modernisé, cette caractéristique d’être moins onéreux que l’information d’actualité politique et générale. Un certain type de presse gratuite, par sa nécessité à devoir capter les foules les plus vastes, est-elle condamnée à verser dans le sensationnalisme, le people ou le sport ?

Ce qui peut paraître effrayant, c’est que l’information la moins onéreuse soit celle qui attire le plus les lecteurs et, a fortiori, l’éditeur qui souhaite le plus attirer des lecteurs à moindre frais. Aux Etats-Unis, il existe une presse culturelle gratuite qui s’est transformée au fil des années en presse gratuite d’opinion. C’est tout du moins devenu aujourd’hui une presse « qui l’ouvre » (pour reprendre le slogan d’une publicité affichage 4 par 3 de "France-Soir"). C’est dans la ville où le libéralisme économique est le plus exacerbé qu’une presse gratuite est progressivement passée d’une thématique culturelle à des thématiques sociales, économiques et politiques au fur et à mesure de la conquête de leur lectorat.

Peut être qu’il faut voir là deux concepts qui s’opposent : celui qui grille les étapes de la conquête d’un lectorat en s’achetant une audience par des investissements publicitaires considérables et le modèle qui, progressivement, gagne petit à petit la confiance d’un lectorat qui avalise l’élargissement graduel des thèmes abordés.

Il y a deux ans, The Village Voice fetait son 50e anniversaire outre-Atlantique. Certes, cette presse alternative, locale, est aussi sujette à des questionnements, mais elle a le mérite d’exister et son site Internet est un véritable succès.

En France aussi, une presse gratuite d’opinion existe et l’explosion des gratuits généralistes a le mérite de susciter des projets, certes parfois un peu confidentiels mais où de jeunes journalistes se prêtent au jeu d’écrire librement sans contrainte majeure de la part des annonceurs. La « presse culturelle gratuite d’opinion » pour reprendre l’expression de Pierre Leroux* est cependant une micropresse, par le nombre de ses titres, son tirage et les zones géographiques de sa diffusion. La spécificité de cette presse gratuite d’opinion consisterait à forcer le trait de ce qui fait sa différence avec la presse gratuite marchande et passe par une affirmation identitaire forte et une liberté rédactionnelle nouvelle, une réelle ouverture des possibles pour le lecteur qui se saisit du journal, un air frais, non vicié, en dehors des produits lyophilisés, marketés et aseptisés de ses concurrents, un choix qui se situerait, pour le lecteur, entre le brie
industriel et le roquefort artisanal. Cette presse dont la vocation est purement culturelle est néanmoins très fragile.

*Mémoire DESS « développement culturel et direction de projet ». - Université Lumière Lyon II - ARSEC / Formation en Alternance 2001/2002. - Soutenu par Pierre LEROUX sous la direction de Michel RAUTENBERG


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 12 juin 2007 23:34

    La presse écrite US est financée à 90% par la pub, contre 50% pour la presse française avant les gratuits.

    Dans le cas de Direct Soir et des autres journaux du groupe Bolloré, ça gagne sur tous les tableaux, puisque Bolloré est le principal actionnaire des groupes de pub Havas et Aegis. Ce sont de simples brochures publicitaires vaguement décorées de quelques dépêches d’agence et un ou deux papiers du Monde, et qui font aussi la pub de Direct 8, la chaîne Bolloré.

    Plus d’infos sur « la forêt des médias » :

    http://forestent.free.fr/


    • JA_FS jackFischlum 14 juin 2007 11:53

      En fait, c’est un nouveau canal de communication ? Ce serait un peu comme un site web que l’on a en version imprimée, et que l’on choisit de prendre (ou pas ) pendant un trajet ? Vous réagissez ainsi par rapport à l’information d’actualité générale et politique à laquelle certains gratuits veulent se faire assimiler ou par rapport aux nouveaux canaux diffusion en général (TV num, PodCast, Mobile) ? N’est-ce pas la nature de l’information qui compte plutôt que son support ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès