Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Quand le journalisme se fait démolir sur internet : le panurgisme (...)

Quand le journalisme se fait démolir sur internet : le panurgisme rédactionnel

Suite, et fin, de notre série consacrée aux critiques faites au journalisme sur internet (les deux premiers épisodes ici et ). Il est question aujourd’hui du panurgisme rédactionnel, cette tendance qu’ont les journalistes à recopier au lieu d’enquêter.

Cette tendance, expliquée par la précarité économique de la presse comme par des questions culturelles, est pour beaucoup une idée forte, mais intuitive. Elle trouve aujourd’hui une illustration concrète et chiffrée dans l’étude de l’université de Cardiff (pdf) (relayée par l’Observatoire des médias et qui fait l’objet d’une brève sur l’Expansion.com).

Principale conclusion de cette étude : 60 % des articles de presse et 34 % des sujets audiovisuels proviendraient majoritairement ou en totalité de reprise d’information, qu’il s’agisse de dépêches d’agence ou de relations publiques.

« Ne cherchez pas le journalisme dans la presse », conclut Nicolas Kayser-Bril ; « (pour la France) Je crains un score encore meilleur », écrit Julien Jacob... On aurait en effet bien peu de raisons de se réjouir que le journalisme soit devenu un art du copier-coller.

Mais poussons un peu plus loin l’analyse.

D’abord un rappel à propos de cette étude dont on n’a, malheureusement, pas d’équivalent français. L’analyse de la presse écrite a porté sur 5 quotidiens britanniques « de qualité » (par opposition aux tabloïds) : Guardian, Times, Telegraph, Independent, Daily Mail ; l’analyse audiovisuelle ayant porté sur 4 émissions de télévision (BBC, ITV) et de radio (Radio 4)

Si toute la démonstration consiste à pointer le manque d’originalité ou d’indépendance dans les choix éditoriaux et la rédaction des sujets, il me paraît néanmoins important de distinguer les sources « agences de presse » et les sources « RP ».

L’étude est assez claire de ce point de vue :

49 % des articles de presse écrite proviennent en majorité ou en totalité d’autres sources journalistiques, principalement les agences de presse (27 % en ce qui concerne l’audiovisuel).

Sources

Cela confirme le rôle majeur des agences de presse - à l’heure où l’information va plus vite, où les rédactions appauvries n’ont plus les moyens d’investiguer et où les médias « personnels » commentent l’actualité sans la faire, les producteurs d’information que sont les agences de presse jouent un rôle absolument clé.

En revanche, si on isole les RP, ce sont 19 % des sujets de presse écrite qui dépendent en majorité ou en totalité de ces histoires (17% pour l’audiovisuel), soit un peu moins d’un sur cinq.

Depeches

Cela revient à dire que 81% de l’information est faite sans RP ou en croisant les RP avec d’autres sources. Le rôle des RP est-il donc aussi important que les auteurs de l’étude le disent, dans la mesure où il y a, et il y aura toujours des émetteurs d’information (qui ont parfois des choses à dire !) d’un côté et des relais d’information (en l’occurrence, les journalistes) de l’autre ?

Les RP font partie du paysage, c’est clair, mais pour moi le principal enseignement de cette étude est de chiffrer l’importance des agences de presse dans le traitement rédactionnel de la PQN britannique.

Avec un dernier point qui n’a pas fait l’objet de commentaires dans ce que j’ai pu lire sur l’étude : 3 % du contenu de la presse écrite est constitué d’articles d’opinions. A méditer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 18 février 2008 13:24

    Il faut noter aussi que l’essentiel des dépêches d’agence provient en fait de trois agences seulement : AP (filiale collective de la presse US), Reuters partie du groupe d’info financière Thomson) et AFP (établissement semi-public, en pratique dirigé par l’Etat français). On ne peut pas dire qu’il y ait à la base une grande pluralité de points de vue. En plus, ces trois trucs se portent économiquement mal, ce qui ne leur donne pas les moyens de clamer leur indépendance.


    • jer 19 février 2008 03:51

      Pour tous ceux que le sujet interesse, je ne saurai que trop vous conseiller les podcats sur iTunes et sur leurs sites propres (adresses via iTunes), des universites de Stanford, Berkeley, Yale.. entre autres, dedies au journalisme. des dizaines disponibles sur de nombreux sujets lies donc au journalisme. En attendant ceux des ecoles francaises, prevues en 2050.


      • fredleborgne fredleborgne 19 février 2008 11:24

        Cet article parle aussi de "journaux sérieux", et à ce titre, on s’aperçoit que la réflexion et l’avis du journaliste permettent d’obtenir une synthèse de l’information plutôt que la publication d’ un fait brut au cul du fax.

        A part les "infos du jour", il y a aussi les "dossiers permanents", les "récapitulatifs" et le choix du "premier plan" qui peut amener une diversité.

        Or, les "unes" se ressemblent tellement qu’on dirait qu’il y a consensus, voire obligation, sur "le fait à mettre en avant" . L’information est assez riche pour que chacun puisse être original, or ce n’est pas le cas, et des faits "qui ne doivent pas être intéressants" pour le citoyen français, sont carrément occultés.

        Le "panurgisme" est donc bien selon moi plus influencé par le diktat des propriétaires de media que par l’influence des agences de presse qui "parlent de tout" en termes clairs et concis (mais malheureusement parfois avec déjà du parti pris).

        D’où l’intérêt des infos citoyennes, qui lisent ces mêmes articles, mais cette fois proposent des synthèses et suscitent des débats.

        Est-ce seulement une question d’argent ? De temps ? Ou de volonté ?

        Il est vrai que le journaliste citoyen n’est pas payé, ne manque pourtant pas de volonté et y mettra le temps qu’il faudra... le journalisme professionnel ne peut s’aligner que s’il y a de l’argent pour financer le temps et l’indépendance. Tuer le journalisme, c’était donc facile. Il suffisait de lui prendre son argent.

        - dévier les contrats publicitaires vers d’autres supports que les journaux papier

        - financer, dans le cadre de l’audio-visuel, des émissions de variétés plutôt que des reportages

        - saturer les kiosques avec des magazines "légers" du type people...

        Enfin, il reste, "pour les proteger" de l’extinction, le futur "label presse"

        "Dans ses colonnes, ce journal n’utilise que des sources vérifiées et est sans danger pour la santé et le consensus"

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès