Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Quand le spiritueux embrume l’esprit... critique

Quand le spiritueux embrume l’esprit... critique

Le vin fait tellement partie de la culture de notre pays qu’il a même été déclaré élément constitutif de l’identité nationale. Le picrate, qui a fait « la grandeur de la France », finit par ôter tout esprit critique à nos journalistes. Au grand dam d’un confrère québécois qui stigmatise l’amalgame fait par ses confrères français entre information et publicité…
 
Malgré les ravages qu’il cause dans la population (plusieurs dizaines de milliers de décès chaque année et des centaines de milliers de malades), il est toujours très bienvenu d’encenser le sang de Bacchus.
 
 Les journalistes ne dérogent pas à ce dogme cocardier. La "grande" presse publie plusieurs fois par an de riches cahiers spéciaux, amplement financés par la publicité, consacrés aux beaujolais nouveaux et autres champagnes. Les articles qui accompagnent les encarts sont de pures publicités, sans jamais la moindre distance. Sans que cela n’émeuve le moins du monde les consciences professionnelles, adoratrices, pour la plupart, du "divin" breuvage.
 
 Cette confusion hexagonale étonne à l’étranger.
 
 Pour preuve, cette réaction d’un journaliste blogueur québécois, Marc-André Gagnon, rédacteur en chef de Vin Québec et collaborateur à la revue Cellier. Il s’indigne dans un (rare) éditorial, titré « Honte à la presse du vin en France », d’apprendre que l’Association de la presse du vin ait récemment remis au Sénat de ce pays les Grands prix de la presse du vin : « On dit qu´on donne ces prix à ceux qui ont contribué à "promouvoir le vin de qualité". Étrange ! Est-ce que le rôle de la presse est de promouvoir ? Je croyais et crois encore que le rôle de la presse est d´informer. Dans le site de l´Association de la presse du vin de France, on lit que "L´Afjev/Apv réunit 250 membres adhérents journalistes, chroniqueurs et écrivains du Vin et des Spiritueux, ainsi que 110 membres associés, attachés de presse et chargés de relations publiques." Comment voulez-vous avoir confiance en ces gens de la presse du vin de France s´ils font de la promotion au lieu du travail d´information journalistique ? », s’interroge perfidement le journaliste d’outre-atlantique.
 
 Et de conclure : « Est-ce que les membres de la presse du vin devraient travailler pour les producteurs ou pour les consommateurs ? Qui est notre client ? Le projet de code de déontologie des journalistes de France dit bien que le journaliste "refuse toute confusion entre information et promotion ou publicité." À moins que je me trompe, ce code n´a pas encore été adopté ». 
 
En revanche, le Guide de déontologie des journalistes du Québec existe bien, lui qui stipule : « Le rôle essentiel des journalistes est de rapporter fidèlement, d´analyser et de commenter le cas échéant les faits qui permettent à leurs concitoyens de mieux connaître et de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent. »
 
 Promouvoir au lieu d’informer, l’habitude est tellement ancrée dans nos mœurs journalistiques que non seulement elle ne heurte personne chez nous mais qu’en outre, elle est encensée au sein des plus hautes sphères de notre appareil démocratique. Avec la bénédiction de nos élus…
 
>> Article paru une première fois sur jlml. 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.74/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 février 2010 11:24

    Bonjour JLML,

    le vin est un peu comme la musique. Il en est à fort tirage, qui ne sont formées que d’accords majeurs et d’instruments synthétiques artificiellement dopées par des montagnes de watts. Il en est composées d’accords complexes, dissonants, qui déclenchent des harmoniques imprévues, surprenantes et bénéfiques, qui se bonifient avec le temps. Le bon cru d’une bonne année ne se savoure enfin que vingt cinq ans plus tard, quand tous les autres sont déjà partis à l’égoût et oubliés. Les journalistes sont les micros tendus pour amplifier les facultés des breuvages divins, mais la publicité est l’art de maquiller en vieilles putes à fort tirage les femmes du monde vierges. Les abusagers des premiers se tuent sur la route au moment où les seconds jouissent et exultent sous la table. Il faut choisir son camps mais aussi se demander pourquoi ne produit-on pas que du bon vin ?


    • Lorenzo extremeño 16 février 2010 11:48

      @ Papy

      Excellent le lien, j’en ris encore , merci !


    • brieli67 16 février 2010 13:20

      Le site du vin inclassable et iconoclaste

      http://www.vins-etonnants.com/


    • ZEN ZEN 16 février 2010 12:11

      Et si on parlait des pesticides dans le pinard... ?
      Cela me paraîtrait plus urgent

      Vous reprendrez bien un coup de rouge ? smiley
      « Si je meure, je veux qu’on m’enterre... »


      • ZEN ZEN 16 février 2010 14:12

        Il n’y a que le Gewûrz de B******** qu’on peut boire les yeux fermés.. et à genoux !


      • brieli67 16 février 2010 15:44


        bientôt la TRAMINETTE des USA
        http://www.20dalsace.com/pages/dossier_gewurztraminer.htm

        cépage « interspécifique » _hybride_
        résistant
        pas besoin de produits phytosanitaires


      • ZEN ZEN 16 février 2010 12:15

        Omerta sur les pesticides et le reste... smiley


        • JL JL 16 février 2010 12:20

          Il n’est peut-être pas superflu de remarquer que ce sont les Britanniques qui dénoncent les pesticides dans les vins français !? Guerre économique ? Avec ces pratiques, tout et n’importe quoi est dit, et il n’y a plus d’informations : que de la com et des rumeurs !

          Vous avez dit complotistes ?


        • ZEN ZEN 16 février 2010 12:26

          JL
          Exact
          Mais les British, avec leurs quelques yards de vigne qui leur restent,trace de l’occupation romaine, ne nous voient pas comme concurrents, tout contents de boire leur bordeaux... après le repas ! Shocking !
          Les pesticides : un vrai problème !


        • brieli67 16 février 2010 13:00

          C’est par là le sain des saints

          http://www.ecolevinterroir.org/index.php


          Margarethe CHAPELLE travaille dans l’œnologie depuis 25 ans. Elle est responsable technique du laboratoire Thiollet Œnologie (Lot). Depuis 16 ans, elle est spécialiste en cristallisation sensible. Cette technique permet d’évaluer la qualité d’un produit vivant, la où les simples analyses quantitatives de sa composition chimique atteignent leur limite.

          Stage : Qualité énergétique du vin : la cristallisation sensible


        • Emile Red Emile Red 16 février 2010 17:22

          Zen,

          Méfie toi, les british faisaient certainement du vin avant les fr...gaulois, et le pire, pour la nique des anti réchauffement, ils se mettent à en refaire avec quelques réussites impossibles il y a encore 20 ans, cependant que nos vins les plus exposés souffrent de plus en plus...

          Pour les pesticides, tu te trompes d’adresse, il faut aller taper vers la Napa et le Monsantisme amer. Ici, exceptée la bonne bouillie bien de chez nous, peu sont ceux qui risquent de détruire la récolte avec ce genre de merde, seul demeure et encore parcimonieusement le soufrage qui tend à disparaître.

          On va pas empoisonner nos clients, qui qui nous achèterait notre nectar...

          Mais lire que le vin serait dangereux, j’hallucine, comme n’importe quel produit ingéré, l’excés implique des risques, seul le consommateur est dangereux de par son irresponsabilité.

          Par contre M. l’auteur vous oubliez de parler des nombreux bienfaits des composés polyphénoliques :

          « Le French Paradox = constat américain de l’allongement de l’espérance de vie chez les français qui consomment du vin de façon raisonnable dès 1975, 40 pays participent à l’étude »MONICA« , afin d’étudier les facteurs intervenant dans les maladies cardio- vasculaires.

          L’expérience : 34 000 hommes, âgés de 40 à 60 ans, buvant 2 à 5 verres de vin par jour pendant 12 ans.
          Les conclusions :
          une réduction de 30 à 40 % de la mortalité cardiovasculaire
          une réduction de 25 à 30% de la mortalité totale (toutes causes confondues)
          un effet protecteur possible contre certains cancers »

          « En 1991, le professeur Serge Renaud met en évidence ce que les Américains appelle le :
          « French Paradox »
          Les Français, bien qu’ayant une alimentation riche en graisse et un taux de cholestérol élevé, ont une incidence moindre des maladies cardiovasculaires.
          Renaud établit qu’un régime alimentaire riche en polyphénols ( 1 verre de vin par jour, huiles végétales, fruits et légumes ) diminue de 50% le risque de maladies cardiovasculaires ou neurodégénérative.
          Depuis, des études réalisées in-vitro sur des extraits isolés d’aliments, dont le vin,
          démontrent qu’ils sont :
          - antiagrégant plaquettaires : par diminution du taux de plaquettes activées
          - anti-inflammatoires : ils freinent l’oxydation des lipoprotéines LDL qui véhiculent le cholestérol et limitent en même temps la formation de plaques d’athérome qui peuvent provoquer l’athérosclérose
          - anticancéreux : notamment le resvératol qui a la capacité d’inhiber la formation et la progression des tumeurs cancéreuses = molécule préventive »

          Mais vous pouvez vous empoisonnez à l’eau et sans plaisir..........


        • Emile Red Emile Red 16 février 2010 17:34

          Pour les bons vins Papy.... smiley

          Mais je ne connais que ceux-là.


        • brieli67 16 février 2010 18:52

          c celà l’Emile continue ton marketing pressoir_maison !


          49 chambres et suites luxueuses vous inviteront à vous ressourcer au cœur du french paradox.

          A Martillac, La source Caudalie 
          ses spas vinothérapie au merlot 
          ses gommages cabernet pas franc

          très glamour

          TANINS pas la panacée 
           Y A DES DANGERS

          Diverses opinions sur le french paradox

          Le french physician n’aime pas trop les statistiques....
          La « chasse » au pourpier sauvage et consommé en salades, vu ses oméga, fait des miracles sur les artères des petits vieux. 

          sur le révéstarol... que des résultats chez les animaux
          on attend le passage à l’homme. Quand ?
          Pinot noir, Syrah, Malbec ... pas les vins de Bordôôôô

        • snoopy86 16 février 2010 19:08

          @ Bribri

          Deux choses

          Même si Caudalie est probablement un luxueux piège à gogos il faut reconnaître que les Cathiard on fait faire à Smith-Haut-Lafitte ( qui était autrefois un domaine du négoce où l’on faisait pisser la vigne ) des progrés considérables. C’est aujourd’hui un trés bon Pessac-Léognan
          L’endroit est superbe, idéal pour un week-end avec une ou deux de tes nombreuses maitresses smiley

          Bien avant qu’on parle du french paradox deux bordelais illustres mettaient en avant les vertus du bordeaux pour tout le monde mais pour les convalescents en particulier : Georges et Michel Portmann

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Portmann

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Portmann

          Grande famille de médecins puisque le grand-père maternel , Jules-Emile Moure était le père de l’ORL

          http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mile-Jules_Moure

          On disait aussi qu’ils avaient quelques rangs de vignes smiley


        • tchoo 16 février 2010 12:21

          Vous n’avez que ça à faire, relayer un information sélective d’un journaliste québécois, qui n’a trouvé que cela à reprocher aux journalisme français.

          Il a du goutter un breuvage qui lui laissé quelques aigreurs.

          Dérisoire !


          • brieli67 16 février 2010 13:32

            même les garagistes s’y mettent à Ottawa
            http://www.wineterroirs.com/2006/06/ottawa_garagist.html


          • jymb 16 février 2010 12:34

            mmm.....

            n’y a t-il pas au Québec un monopole d’état sur la vente des vins, monopole qui en explose les prix et remplit les caisses...faute de producteurs locaux ?

            Un expert pourrait-il nous éclairer la dessus ?


            • brieli67 16 février 2010 13:17

              c’est que ça bouge au Quebec
              http://www.francoischartier.ca/sommellerie-moleculaire

              c’est autre chose que

              les intervenants de http://www.ecolevinterroir.org/index.php

              http://www.biodynamie-services.fr/

              William BERTON http://www.langagedescouleurs.net/index.php?action=transition

              William BERTON est un explorateur de l’aventure intérieure. Formé à l’acupuncture, et à l’ostéopathie, il a mis en lumière un langage nouveau, celui des couleurs de l’arc-en-ciel et ses déclinaisons en 45 tons. Depuis près de vingt ans, il explore le monde des couleurs et leurs relations avec la vie et la santé.
              Ses découvertes portent essentiellement sur la similitude entre une couleur et un sentiment. Il donne aux couleurs une âme et, du coup, il leur donne la parole. Il est l’auteur d’ouvrages sur la couleur, conférencier et créateur de l’école des couleurs.

              Stage : Couleurs de vignes et de terroirs


              • brieli67 16 février 2010 14:03

                passez du bon temps avec Gary

                http://tv.winelibrary.com/archive/

                à l’oeuvre à Paris
                http://tv.winelibrary.com/2009/12/


              • brieli67 16 février 2010 14:38

                no problem le bourguignon !

                http://www.youtube.com/watch?v=EISyv7oGmRw

                à la place de l’eau plate tu nous conseilles ?


              • Emile Red Emile Red 16 février 2010 17:26

                Un Pomerol............  smiley


              • brieli67 16 février 2010 21:48

                deux ou trois Cornas c’est bon l’Emile ?


              • snoopy86 16 février 2010 21:54

                Ah Bribri le Cornas smiley

                Merveille peu connue des vins du Rhône

                Le meilleur , Clape, introuvable.... il a tellement besoin de clients qu’il ne met même pas son nom sur la boîte aux lettres...

                L’autre bonne adresse Colombo ( comme l’inspecteur )


              • brieli67 17 février 2010 11:26

                Suis un inconditionnel de Robert Michel. Tant qu’il reste de ses bouteilles...
                Sa violette ! Sa syrah reste jeune au-delà des 5_7 ans... Ses vinifications simples permettent de suivre ses « terroirs » et son encépagement de clones. Il y a de grosses variations dans les millésimes.
                L’oeno plus moderne a trop de paramètres à contrôler et s’est fourvoyé dans une série de CDR à boire jeune et de préférence lors d’un repas. Le cornas, cette syrah devrait se boire au verre à la limite avec des copeaux de Beaufort.
                Pourquoi faire compliqué et rejoindre les Côtes Rôties ou les Fitou/ Corbières qui tiennent mieux au gibier, aux pièces du boucher, _ à sauce acidulée airelles, canneberges, groseilles.

                Ps Vino_Lock sur les vins du Sud_Ouest ?
                http://www.chateauloisel.com/etude/bouchon-verre.htm
                Ma gestion quotidienne de la « cave » en blanc et « rosés » est facilitée.


              • Salsabil 16 février 2010 14:18

                Passer par le vin pour engendrer une discussion sur la probité du journalisme n’était pas forcément la meilleure des idées dans notre bonne vieille Gaule...

                Tchin ! smiley


                • BABAYAYA BABAYAYA 16 février 2010 14:38

                  moi je vous dit on va finir à 6h00 du mat avec les liqueurs des grands parents, vous savez, celles qu’on n’ose présenter qu’a 5h00 ou plus du mat, celles qui sont au dela de la normale.....

                  la prune du pépère !!!

                  à la votre !


                • Emile Red Emile Red 16 février 2010 17:28

                  Un vieux Maillac, l’Armagnac des anges.......

                  Yaing !!! Fait soif.


                • Emile Red Emile Red 16 février 2010 17:38

                  Ben c’est le principal..... Une chose que personne ne nous volera au risque de mourir trucidé sur le champs.


                • BABAYAYA BABAYAYA 16 février 2010 18:24

                  Et une bonne vieille prune de souillac ?

                  hein z’en dites quoi ?


                • Salsabil 16 février 2010 18:59

                  Salut Papy,

                  Pour les dames, je propose des Montmorency à l’eau de vie, maison, bien entendu ! smiley


                • BABAYAYA BABAYAYA 16 février 2010 14:35

                  Bonjour à tous :

                  Deux choses sur cet article :
                  1/ sur le journalisme promoteur plutot qu’informateur.......

                  vous me voyez désolé de m’apercevoir qu’en france comme ailleurs le journalisme est de moins en moins informatif mais plutot orienté, partial, promoteur surtout outre atlantique ou outre manche...
                  et ce depuis la première guerre du golfe.

                  2/je suis désolé d’être en désaccord complet avec vous, ce n’est pas le « bon » vin qui fait des ravages, plutot l’alcool en général, je dirais même que les problèmes d’alcoolémie mènent à une dégradation du palais qui fait que l’alcool pour l’alcool n’amène plus d’autre plaisir que celui de l’ébriété et cet état second qui fait un temps soit peu oublier les problèmes qui ont mené à cet état.
                  vous ne verrez que rarement un alcoolique avancé savourer ne serait-ce qu’un bon petit moulin à vent 1989.... la caliçou 12° fera aussi bien l’affaire......

                  sur ce une bonne tite prune de souillac !!!
                  à la votre !


                  • italiasempre 16 février 2010 14:59

                    Hé le bri !

                    Ne fais pas semblant d’oublier le fragolino !

                  • brieli67 16 février 2010 16:24

                    bien sûr Râ-garce
                    pas l’original au raisin de Noah/Isabella, le foxé_fraisé
                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fragolino

                    mais la version Kir-Royal du Grand-Hôtel/Casino de Baden_Baden

                    les fraises du somptueux Fragolino di Nemi
                    http://www.wildstrawberryliqueur.com/

                    effarouchées par les perles d’un Crémant d’Alsace rosé, « La Nymphe Rose » par exemple
                    http://www.domainebrand.fr/nosvins_cremants_fr.html

                    Divin disent elles toutes !
                    Grazie mille... infinite.

                    nb :
                     A une dame qui lui demandait pourquoi il la dévisageait avec insistance :
                     « Madame, je ne vous dévisage pas, je vous envisage... » Edgar Faure.


                  • italiasempre 16 février 2010 16:44

                    Râ-garce ? Excellent ! smiley

                    Allez, tu bois une bière ? Ou dix ?

                  • Emile Red Emile Red 16 février 2010 17:33

                    Puisque dans la botte, quelques effervescences et Lambrusco tout en bulle de vent frais...


                  • Emile Red Emile Red 16 février 2010 17:46

                    Au Canada, sont bien gentils mais de là à nous convertir à leur truc à haut risque chimique et toxique une fois sur deux..... beurkkkkkk !!!


                    • Vipère Vipère 16 février 2010 18:44

                      Bonjout à tous

                      Le jus de treille, d’accord, mais pas en solitaire. Et du bon, tant qu’à faire, sinon rien !

                      Boire un petit c’est agréable
                      Boire un petit coup c’est doux
                      Mais, il ne faut pas rouler dessous la table.
                      La, la, la,

                      Santé !!!



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès