Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Quelle image de la jeunesse sur nos écrans ?

Quelle image de la jeunesse sur nos écrans ?

Un groupe de jeune du Texas, voulant imiter le film "Projet X" a causé la mort d'un étudiant et occasionné des tonnes de dégats. L'occasion de revenir sur l'image de la jeunesse et des jeunes en général sur nos écrans.

Est-ce que vous connaissez le film "Projet X" ? 
Séance de rattrapage si ce n'est pas le cas.


Ce film américain sorti le 14 Mars raconte comment trois loosers décident d’organiser la meilleure fête de tous les temps. Sauf que la fiesta se transforme rapidement en situation chaotique… . Une sorte de « Very Bad Trip puissance 1000 » à la limite du possible.
 
Pourtant, c'est en voulant imité ce film que début mars la soirée d'un groupe d'ami de Houston au Texas, a viré au drame. Ce que rapporte le site Première, c'est qu'après avoir saccagé une maison dans laquelle ils sont entrés par effraction, les jeunes fêtard ont fini, Texas oblige, en se tirer dessus à balle réelle, laissant une jeune étudiant sur le carreau.
 
Jusqu'où doit-on aller avant de faire attention à l'image du monde étudiant à la TV, au cinéma que l'on fait passer ?

Initiés par l'auberge espagnole et plus tard les American Pie, les écrans proposent une image bien extrême et décalée, où la débauche est reine, et que les vrais étudiants aiment malgré tout adopter et ériger en « modèle » d'une soirée réussie.
 
Dans sa chronique culture, Noémie Luciani du monde.fr s'agace : « Dans ce film, les rues prenne des allures de guerre civile, sans que personne ne cesse de rire. La jeunesse américaine en gloire, telle que l'Amérique aime à en rire, telle que l'Amérique l'aime » 
 
Il faut bien avouer qu' ormis quelques films qui osent tenter une approche différente de la vie étudiants et de se sexualité par exemple, comme l'a fait récemment le film « Elles », rarent sont les visions hétéroclites du monde étudiant données sur nos écrans. L'étudiant est souvent condamné à son image de jeune partouseur, défoncé à l'alcool et au crack, ¾ soirs par semaine, tandis que l'étudiante est bien souvent une gogo danseuse ou bimbo en bikini, finissant ou dans le lit du dit-étudiant, ou entre les mâchoires de l'animal qui finira par les pourchasser.
 
Car c'est la triste réalité. Il suffit de regarder la bande annonce des films à hémoglobine qui envahissent chaque été nos salles pour se rendre compte que les jeunes n'y sont représentés qu'en corps sexy, en blondes stupides ou en gigantesque réservoir pour bestiole et autre tueur en série... : 
Shark 3D, Pirahnna, Scream...j'en passe...

Sexe, sang et fête, voilà un cocktail détonnant. Le problème est que ces films cartonnent, et attirent principalement les consommateurs jeunes, de plus en plus jeunes. Inutile alors de chercher à donner une autre image de la jeunesse puisque ces productions jouissent d'un nombre de spectateur conséquents, sur tous les écrans.
 
C'est ainsi que l'on s'enferme dans un cercle vicieux, avec une image de la jeunesse loin d'être glorifiante sur le petit écran, et que les jeunes, habitués et nourris à ces images, redemandent encore et encore, tout en s'abrutissant.
 
Mais jusqu'où peut-on aller ? On peut se poser la question.
La série « Skins » de la chaine MTV, mettant en scène des ados durant leurs soirées d'orgies alcoolique et sexuelles, a fait couler beaucoup d'encre. Déjà en Angleterre, pays duquel la série est issu mais également aux USA, qui devant le succès de la série british, a décidé de tourner un remake.
 
Si tôt le premier épisode diffusé à la fin du mois de Janvier, le « Parents télévision Council », genre de Conseil supérieur de l'audiovisuel présidé par des parents, a décidé de porter plainte contre les producteurs de la série. Les parents sont en effet convaincus qu'elle viole plusieurs lois fédérales, à commencer par celle concernant la pornographique infantile. Car les acteurs eux-mêmes, âgés de 15 à 20 ans, se retrouvent souvent à jouer des scènes de sexe très explicites, parfois dans le plus simple appareil.
 
Même les publicitaires dont les productions ont alimenté la pause pub lors de l'épisode ont décidé un à un de se retirer de ce créneau, jugeant la série trop hard et « explicite », surtout pour le public à laquelle elle s'adresse.
 
Enfin une réaction...
 
Malgré tout, je dis « Trop tard ». Cette génération, à laquelle échappe à peine les plus de 20 ans, élevée au MTV et à Secret Story, ne pourra plus reculer ; et sa vision du monde, bien que « acceptable » mériterait que l'on s'inquiète un peu plus del'image de la jeunesse que l'on souhaite donner, transmettre ; sous peine de voir des événements comme celui de Houston se reproduire et notre douce jeunesse se dégrader.
 
Il faut se re-cultiver et arrêter les stéréotypes.

Discours nécessairement moralisant d'un jeune qui n'a définitivement pas envie de se faire bouffer.

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 23 mars 2012 07:22

    Ces films sont a l’image du monde qui s’offre a eux.
    Un monde décadent sans repaires moraux.
    Un monde où le seul espace de liberté reste les orgies ou la drogue.


    • roro46 23 mars 2012 10:32

      « L’Auberge Espagnole », un lieu « où la débauche est reine »... !?!
      C’est un peu abusif quand même concernant précisément ce film...


      • c.d.g. 23 mars 2012 10:59

        d un autre cote, c est pas nouveaux. Il y a 20 ans, je ne rappelle avoir vu des nanard ou les etudiantes/lycennes n attendaient que de se faire sauter
        Mias il semble qu on a mit maintenant le paquet


        • onetwo onetwo 23 mars 2012 23:28

          Cronos a dévoré ses enfants. Plus tard, des grabataires envoyèrent des hommes jeunes se faire tuer à la guerre. Rien n’a changé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès