Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Quelle place pour les femmes dans les médias ?

Quelle place pour les femmes dans les médias ?

La délégation du Sénat aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes a présenté son rapport d’activité ainsi que ses travaux sur le thème « Femmes et hommes dans les médias ». Elle s’est particulièrement penchée sur l’image des femmes dans les médias et son utilisation, notamment dans la publicité et sur la place et les responsabilités occupées par les femmes dans le secteur des médias.

L’image de la femme dans les médias et plus particulièrement dans la publicité


La délégation se plaint des représentations de la femme attentatoires à sa dignité, avec des images stéréotypées des rôles des femmes et des hommes, ainsi qu’une prédilection pour une apparence physique marquée par le culte de la minceur.

Un contrôle exercé par le Bureau de vérification de la publicité (BVP)

bvp

Malgré un cadre juridique et réglementaire très strict, des manquements aux règles déontologiques de la publicité subsistent toujours dans l’utilisation de l’image de la femme. Si l’on peut noter une diminution régulière de ces manquements, le contrôle reste non exhaustif et d’efficacité variable selon le mode de diffusion.

16 manquements aux règles déontologiques ont été constatés par le BVP en 2005 (69 en 2001), tandis que 89 plaintes de consommateurs ont été déposées en 2006 (472 en 2003). On peut donc noter un ratio général de manquements constatés par le BVP très faible, de l’ordre de 0,02 %.

La profession a fait un énorme effort et l’autorégulation mise en place s’avère plutôt efficace. Cependant, la délégation regrette le caractère non exhaustif du contrôle du BVP qui se porte essentiellement sur les publicités télévisées dont le contrôle est systématique.

En 2006, le BVP a procédé à une étude spécifique des publicités diffusées au plan national par voie d’affichage. Sur un total de 4 288 visuels diffusés en 2006, 8 ont été considérés comme constitutifs de manquements à la déontologie en matière d’image de la personne humaine. Certaines affiches de films ont présenté, selon le rapport d’activité du BVP, « des problèmes persistants ».

Pour la presse, le rapport d’activité de 2006 du BVP a été centré sur les services de "chat", de rencontres ou de téléchargement de logos-sonneries, secteurs présentant un nombre de visuels problématiques supérieur à la moyenne. Après analyse de plus de 800 pages de publicités parues dans des publications grand public, 50 pages ont été retenues en raison de contenus non satisfaisants au regard de l’image de la personne humaine. « Le critère de dignité était au coeur des problèmes relevés : postures dégradantes, références à des stéréotypes sexistes (les blondes), femmes et/ou hommes en tant qu’objet sexuel... ».


Des atteintes persistantes à la dignité humaine
Des associations de lutte contre la publicité sexiste dénoncent une persistance de publicités choquantes et dévalorisantes pour la femme, celles-ci étant plus insidieuses que par le passé. Elles dénoncent en particulier la résurgence du "porno-chic", soutenues par le BVP qui a noté « une amorce de retour de cette tendance mêlant pornographie-violence-soumission, apparue au début des années 2000 ».

La célèbre agence Euro RSCG explique ce phénomène par la logique très particulière et complexe de l’univers du luxe, reliée au désir ainsi qu’à une dimension sexuelle. Elle assimile le monde du luxe à un « monde de construction du désir », analysant le caractère tout à fait irrationnel de l’achat d’un objet extrêmement coûteux.

Les inquiètudes du Conseil de l’éthique publicitaire

avida.jpgCréé à la fin 2005, le Conseil de l’éthique publicitaire, présidé par Dominique Wolton et composé à parité d’experts indépendants (sociologues, philosophes, médecins...) et de professionnels, est chargé d’évaluer de manière impartiale l’activité du BVP.
Le conseil a également noté et s’inquiète du retour du "porno-chic", d’affiches de cinéma pouvant heurter le public, du recours à la représentation de "femme objet", mais aussi "d’homme objet" notamment dans la presse auto-moto.

Partageant les mêmes craintes que le Conseil, le BVP note que l’on est passé au cours des vingt dernières années d’une exigence sociale de décence à une exigence de sécurité pour les femmes. Il s’agit d’éviter qu’une publicité ne puisse être à l’origine d’un passage à l’acte violent, soulignant que c’était là une question de sécurité, et non de morale. Or, la suggestion de relations sexuelles, utilisée de façon insidieuse par certaines publicités comme argument de vente, peut à cet égard poser problème.

Les plaintes du grand public
Des publicités jugées dégradantes et vécues comme une atteinte au respect de la dignité de la personne humaine ont également été dénoncées dans le cadre de l’« espace public de débat » mis en place par le ministère de la Parité.

Plus d’un millier de messages ont été enregistrés entre début février et fin 2004, dont un quart des plaignants était des hommes.

38 % des publicités critiquées le sont pour des motifs de décence (atteinte à la pudeur, hyper sexualisation de la nudité féminine...).

40 % l’ont été pour des motifs de discrimination. C’est moins la vision du corps nu qui choquait que la présentation différenciée des corps de femmes et d’hommes et les références au rapport de domination/soumission.

Enfin, 18 % des publicités critiquées l’ont été pour des problèmes de violence. Il s’agit en général de violence symbolique. Certains messages ont dénoncé la pression psychologique sur les femmes qui se sentent obligées de se conformer à un modèle dominant d’esthétisme.

Surtout, de nombreuses contributions ont souligné que la fréquente représentation par voie d’affichage de femmes dénudées ou hyper sexualisées pouvait être interprétée comme une incitation à un moindre respect des femmes, voire à la violence, notamment sexuelle, à leur égard.

Les publicités dénoncées par les associations de lutte contre la publicité sexiste

Auditionné par la délégation, le réseau « La Meute contre la publicité sexiste », dit La Meute, a mis en ligne, en mars 2007, les publicités particulièrement choquantes classées en trois catégories. Elles se sont vues attribuer le « Prix Macho » de la publicité.

La première catégorie est celle des clichés sexistes, la deuxième est caractérisée par l’utilisation de la nudité et de la sexualité sans aucun rapport avec le produit, la troisième catégorie utilise les thèmes de la violence, de la prostitution et de la pornographie.

Prix Macho 2007 décernés par La Meute


Cliché sexiste
scrabble.jpg " Au scrabble, tout est possible "


Commentaire de La Meute : De belles jeunes femmes sont montrées comme des rivales haineuses et violentes. Prêtes à blesser, à tuer pour l’emporter sur l’autre, à un jeu de société !

Nudité ou sexualité sans rapport avec le produit
virgin.jpg virgin2.jpg
Commentaire de La Meute : Prétendre nous vendre des livres et des disques avec une femme nue dans la neige, c’est d’abord nous inquiéter : elle va prendre froid, la pauvre !
C’est se moquer du monde : nous ne vivons pas tous dans un camp de nudistes, et nous ne faisons pas toutes nos courses à poil.
C’est surtout une façon d’offrir aux voyeurs matière à se rincer l’œil. Encore des publicitaires flemmards qui ont recyclé la vieille recette : « voir femme nue = homme saliver = homme passer à la caisse ».

Sexualité sans rapport avec le produit
Commentaire de La Meute : Pour vanter le volume d’un coffre de voiture, on montre des jouets dans une mise en scène sexuelle.
Transformer un bon gros nounours en un souleveur de robes, c’est laisser ce symbole asexué d’enfance être gagné par la sexualité déjà fortement accentuée de la poupée Barbie.

Quelle hypocrisie de montrer une famille traditionnelle, deux parents, deux enfants, où masculin et féminin sont bien séparés (grand espace entre le conducteur et la passagère, un siège vide entre le garçon et la fille), mais dont les jouets dans le coffre s’apprêtent à copuler !
scenic2.jpg

Violences
dim.jpg
Commentaire de La Meute : Notre capacité d’indignation n’est pas encore complètement émoussée car, au milieu de centaines d’autres, cette image nous a révoltées. Après tant de corps de femme présentés comme des marchandises, voilà d’« appétissantes » jeunes femmes montrées comme bonnes à servir de morceaux de viande à griller en brochette !
Le corps traversé de part en part, cela signifie un corps transpercé par un objet long et pointu, cela signifie une violence intolérable. Tout ça pour vendre des slips et des soutiens-gorge ! Non à la banalisation de la violence !

vichy.jpg
Commentaire de La Meute : En représentant une femme subissant un traitement douloureux (même si la manipulation est faite par ordinateur), en assimilant la peau d’une femme au cuir d’un siège, Vichy utilise la violence sexiste pour vanter un produit. Il l’avait déjà fait dans une campagne qui donnait à voir la même partie d’un corps féminin pincée par des pinces à linge.

Pour vendre des soins pour la peau, l’ensemble de cette campagne utilise des images de violence infligées à des parties du corps. C’est donc bien sur cette tendance générale que cette marque a choisi d’axer sa publicité. Cette banalisation de la violence est inadmissible.

Prostitution
Je n’ai pas retrouvé l’affiche, si quelqu’un tombe dessus... Mais voici sa description :
(Cofidis) Au premier plan, deux longues jambes fines et écartées d’une femme debout délimitent le cadre dans lequel on voit un homme, couché dans un lit, le corps nu découvert jusqu’à la taille. Il sourit en regardant la femme.
Slogan : « Là, j’y vais direct ! 2 mois pour en profiter un max ».

Commentaire de La Meute : On ne comprend pas très bien qui y va ni où ni qui va en profiter (de qui  ? de quoi ?), mais ce qui est clair, c’est qu’une entreprise de crédit joue sur une image mêlant sexualité et argent, comme s’il fallait ancrer dans la tête des spectateurs qu’il faut passer par le lit pour obtenir un crédit.


Pornographie
Commentaire de La Meute : Est-ce une illustration de ce qu’on appelle le chic et le bon goût parisiens que ce grand magasin se targue de représenter ? On ne voit pas bien la différence avec une affiche de revue déshabillée, ou des photos de magazines dits "pour hommes". printemps.jpg

" Hors concours " les publicités de Dolce & Gabbana qui remporte la palme toute catégorie.
dolcegabbanaitalie.jpg


A contrario, La Meute décerne également un prix Femino pour encourager les publicitaires qui donnent une image positive ou valorisante des femmes, des hommes, ou des rapports entre femmes et hommes.

Cette année c’est la publicité AGF qui s’est vue décerner le prix Femino 2007
agf.jpg

Plus récemment, La Meute a dénoncé des publicités pour des soutiens-gorge, diffusées au cours du printemps pendant la campagne électorale présidentielle, utilisant des slogans, tels que « Enfin une candidature bien soutenue ! » ou « Avec moi, pas d’abstention ! ». Selon La Meute, « utiliser (...) le vocabulaire de la politique pour vendre des sous-vêtements... c’est chercher à dévaloriser des femmes qui se présentent à nos suffrages, en les associant à des corps offerts et à des slogans à double sens qui caricaturent le processus électoral ».
triumph.jpg triumph2.jpg

Pour la délégation, ces exemples constituent indiscutablement des représentations dégradantes de l’image de la femme, même si les professionnels de la publicité ont souligné la difficulté de définir avec précision ce qui est dévalorisant ou non, cette appréciation relevant parfois d’une grande subjectivité.

Des représentations encore trop souvent stéréotypées
Une autre dérive concernant l’utilisation de l’image de la femme concerne les stéréotypes véhiculés par les messages publicitaires quant aux rôles respectifs de l’homme et de la femme. Ces stéréotypes représentent la femme au foyer comme un être dépourvu d’intelligence, une "Bécassine" débordée face à des tâches ménagères simples.

Selon le rapport de synthèse, « les sous-entendus véhiculés par les messages publicitaires [...] témoignent de la persistance de stéréotypes quant aux rôles respectifs des femmes et des hommes : la femme est tantôt une séductrice impénitente, tantôt une ignorante des questions mécaniques et techniques, uniquement préoccupée de l’esthétique ou du confort du véhicule... ».

L’agence Euro RSCG affirme pourtant que la représentation traditionnelle de la femme en "ménagère" est désormais rejetée par la plupart des femmes qui ne souhaitent pas être réduites à cette image, même si celle-ci recouvre incontestablement une réalité, la femme continuant d’assurer l’essentiel des tâches domestiques, à hauteur de deux à trois heures par jour. D’après elle, la publicité actuelle fait une large place à deux représentations de la femme : la mère et la séductrice.

L’apparition de nouvelles dérives préoccupantes sur internet
Le réseau La Meute estime que la situation sur internet est « extrêmement grave », citant l’exemple d’une publicité d’un fournisseur d’accès à internet qui, au moment des fêtes de Noël, proposait : « Offrez-vous un homme ».
Or, ce phénomène apparaît particulièrement difficile à contrôler, d’autant qu’il n’est pas toujours évident, s’agissant d’images diffusées sur internet, d’établir une distinction entre les publicités proprement dites et les images émises par les sites.

Selon Publicis Consultants, la publicité proprement dite serait une « oasis de décence » par rapport à d’autres formes d’expression non publicitaires, notamment sur internet.

Le culte de la minceur excessive : un problème de santé publique ?
« A plusieurs reprises au cours des auditions de la délégation, a été évoqué le problème posé par la survalorisation d’une apparence physique de la femme privilégiant la minceur qui tend à dévaloriser celles, très nombreuses, dont le physique ne correspond pas à ces "canons de beauté".

Ce phénomène s’illustre tout particulièrement par la dérive vers une minceur extrême des mannequins. L’image de la femme ainsi diffusée lors de certains défilés de mode, perçue comme un "modèle", peut avoir pour conséquence une banalisation des comportements anorexiques des jeunes filles et poser un problème de santé publique.

En France, on estime qu’1,5 % des adolescents sont touchés par l’anorexie, qui concerne des jeunes filles dans neuf cas sur dix ; au bout de dix ans, 10 % des malades trouvent la mort. Selon les médecins, les facteurs d’explication de cette maladie sont complexes, notamment psychologiques, mais le culte excessif de la minceur véhiculé par des mannequins de plus en plus maigres, voire squelettiques, peut aussi avoir une influence sur les comportements, tout en menaçant la santé des intéressées elles-mêmes.
anorexia.jpg
Dans le prolongement de ces réflexions, la délégation recommande que soit établie une "Charte du mannequinat" prévoyant notamment l’interdiction de la participation aux défilés de mode pour les mannequins dont l’indice de masse corporelle est inférieur à un certain seuil, défini par des experts médicaux. »


Voici pour cette longue première partie.
Comme La Meute et la Délégation du Sénat, qui partage les mêmes avis que l’association, êtes-vous également choqués par ces publicités ? Pensez-vous que la dignité de la femme est remise en cause et trouvez-vous également que certaines publicités soient un appel à la violence envers les femmes ? Enfin, pour lutter contre cette grave maladie qu’est l’anorexie, pensez-vous qu’établir une Charte du mannequinat soit une solution pertinente ?
anti_bug_fck

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • Bouli Bouli 26 septembre 2007 12:02

    UN GRAND MERCI !!!! Merci pour cet article avec chiffres et exemples à l’appui. Merci de relayer la parole de la Meute.

    Oui, la publicité donne une image dégradante de la femme, et nouvelle tendance : ça s’applique de plus en plus à l’homme avec de gros stéréotypes. J’avais écrit un article dessus et je m’étais fait rembarrée : ça ne dérangeait aucunement ces messieurs !! smiley

    Mais la place du BVP et son rôle sont quand même discutables. La Meute avait écrit au BVP pour dénoncer une publicité Nissan (je crois) vraiment choquante. Un homme mettait dans sa voiture des mannequins en plastique féminins et plus il roulait, plus on voyait les tétons de ces mannequins se dresser sous leur chemisier. Et le BVP avait répondu sans rire que non il ça n’avair rien à voir avec la femme-objet puisque dans le spot il n’y avait pas de femmes vivantes mais juste des objets !


    • Selda Prey Selda Prey 26 septembre 2007 13:59

      Je pensais qu’il était intéressant d’avoir les avis de La Meute.

      Mais... Je ne partage pas forcément son avis. D’où l’intérêt d’obtenir diverses réactions et de comprendre pourquoi certaines s’offusquent et d’autres pas.


    • Bouli Bouli 26 septembre 2007 14:07

      Tout à fait, je vais régulièrement sur leur site pour voir ce que les gens dénoncent comme publicité et il arrive que je ne sois pas d’accord avec certaines réactions que je trouve démesurée. Mais jusqu’à présent il me semble bien que ce soit le seul référent français en matière de lutte contre la publicité sexiste.

      En tout cas, je vous souhaite déjà bon courage pour les commentaires que vous allez avoir sur votre article. Le mien reçoit déjà des votes négatifs !! Allez savoir pourquoi !


    • La mouche du coche La mouche du coche 26 septembre 2007 21:31

      Cet article est complètement débile. smiley

      Nous allons le prouver en quelques mots : Il suffit de feuilleter un magazine FEMININ pour y trouver en pleines pages toutes les publicités que vous dénoncez. C’est bien la preuve qu’elles n’ont rien d’insultant pour la femme, sinon elles n’y seraient pas, car ces journaux suivent leur lectorat. smiley L’auteure a un problème avec son corps et rêve de brider toutes les femmes par sa frustation, mais nous ne sommes pas d’accord car nous aimons les femmes, TOUTES les femmes . smiley


    • Selda Prey Selda Prey 26 septembre 2007 22:00

      Rooo la la !! Y en a qui ont vraiment du mal...

      Est-il possible de lire et ne pas se contenter du thème général ??? L’auteure, moi en l’occurrence, n’a absolument aucun problème et ne fait que rapporter les propos de la délégation du Sénat !

      C’est bien pour cela que je pose toutes ces questions à la fin !!

      Ce n’est pas une tribune libre ! Parfois, il peut aussi être intéressant de lire les commentaires, on y apprend des choses aussi...

      Faut pas vous sentir agresser les gars !! smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 27 septembre 2007 05:37

      Oh, on ne se sent pas agressés ! on s’amuse et on regrette surtout que certaines femmes en soient encore là. smiley Pas grave, nous, on lit la presse féminine ! Tout va bien smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 27 septembre 2007 06:15

      Plus sérieusement las femmes ont érigé tellement de barrières dans notre société pour brider la sexualité et favoriser la procréation qu’elles se retrouvent maintenant seules dans leur château qu’elles ont construit elles-même, alors elles en veulent évidemment aux suivantes qui arrivent toutes jeunes sans tous leurs préjugés et ne voient pas en l’homme un ennemi. Dommage pour les vieilles grenouilles devenues chastes sur le tard mais place aux vivantes ! smiley


    • tvargentine.com lerma 26 septembre 2007 13:19

      Il n’y a pas de notion de « place reservée » pour telle ou telle catégorie en France dans la politique.

      La politique ce sont dabord des idées à défendre et des idées pour faire avancer la société.

      Le marketing,qui cherche des marché pour faire du pognon a vendu à certains politiciens cette notion de « femme »,de « black »,de « beurre »....... pour mieux segementer et fabriquer des produits correspondant à des nouvelles clientèles de type commautaristes

      Pour avoir vu la poupée barbie dans l’émission « droit de savoir » du mardi 25 septembre 2007 sur Marseille,je me dis que franchement,à pars ses nibarres et « viens me voir » on a l’expérimentation sur pélicule de la mise en pratique de votre notion « Quelle place pour les femmes dans les médias »

      ...sans parler des présentatrices de journal TV qui sont ménages avec des politiciens !!!!

      Mais ou sont les idées ???????????????????????????


      • Selda Prey Selda Prey 26 septembre 2007 13:38

        J’adore ! smiley En fait, vous anticipez vachement... Nullement question de politique ici, et en ce qui concerne le journal télévisé et des responsabilités de chacune, ce sera pour la deuxième partie smiley

        Là il est uniquement question de publicité, suite au rapport de la Délégation du Sénat. Et vos avis à tous m’intéressent grandement car nous n’avons pas la même approche et ne recevons pas le message de la même manière.

        Il n’est pas uniquement question de genre, on pourrait penser que les femmes s’offusquent et que les hommes rigolent... Mais parfois la tendance s’inverse et se mélange...

        Même si totalement hors sujet, votre réponse a quand même un certain intérêt smiley


      • non666 non666 26 septembre 2007 13:38

        Je pense qu’une société ou les hommes seraient castrés supporteraient mieux les contraintes morales et les tabous que vous prétendez imposer.

        Un certain nombre de femmes, grâce a une campagne de lobbying intensif ont réussit a se bombarder « gardienne de l’image de la femme ».

        Bien entendu, cela n’aurait pas fonctionné sans cette bonne vielle diabolisation, sans quelques idiots utiles qui ont voté les lois justifiant vos combats d’aujourd’hui.

        Mon dieu, les hommes bandent, pensent au sexe 10 fois par minute ! C’est insupportable !

        Que cela vous plaise ou pas, tous les sexologues sont d’accord, nous sommes comme ça !.

        Alors les ideologies totalitaires ont toutes envisagées de recréer l’espèce.

        Pour les marxistes, l’homme socialiste, desintérressé, préoccupé uniquement par le bien commun etait l’avenir, le but a atteindre.

        Pour les nationaux socialistes, l’aryen, l’homme supérieur etait la cible. Guerrier et producteur, predateur et geniteur de la race des seigneurs il sauverait le Reich millenaire...

        Vous militez vous aussi pour une humanité theorique utopique qui n’a rien a voir avec la réalité. L’homme féministe, qui ne voit pas les femmes comme des femelles, qui ne pense qu’a l’égalité des sexes n’existe pas. Pourtant vous en rêvez, vous prétendez en imposer la création par l’éducation, par la loi, par le tabou ou la culpabilisation.

        Mefiez vous de ne pas perdre, par vos combats utopiques, les mâles actuels au profit de ceux qui emmergent dans les pays du sud. Entre la Burka et l’homme castré , il y a nous. Nous sommes un excellent compromis.


        • Bouli Bouli 26 septembre 2007 13:52

          Détrompez-vous, je connais des hommes féministes qui luttent pour l’égalité de sexes et qui sont choqués de voir des publicités sexistes tous les jours. On ne prétend pas imposer des tabous, non, nous demandons seulement et que l’homme et la femme soient traités comme ce qu’ils sont : des êtres humains égaux en droit qui méritent tous deux d’être traités avec dignité.


        • Selda Prey Selda Prey 26 septembre 2007 13:56

           smiley

          « Vous militez vous aussi pour une humanité theorique utopique qui n’a rien a voir avec la réalité. L’homme féministe, qui ne voit pas les femmes comme des femelles, qui ne pense qu’a l’égalité des sexes n’existe pas. Pourtant vous en rêvez, vous prétendez en imposer la création par l’éducation, par la loi, par le tabou ou la culpabilisation. »

          C’est qui « vous » ??

          Ah la la !! Entre le messager et le message il y a tout un monde smiley

          Je présente le rapport, et je demande ce que vous en pensez, si vous êtes tout autant choqué par les publicités... et tout ça ! Bref votre avis.

          Je savais rencontrer plusieurs types de réactions, dont deux que j’ai eu en moins de temps pour le dire. La féministe en puissance où tout est mal, sal*** de mecs ! Et le mec blasé qui emm*** ces bonnes femmes qui l’ouvrent !

          Deux clichés en si peu de temps... allons... ça va trop vite !

          PS : un regard sur ce que j’ai écrit avant et... oh ? ça ne pense qu’au sexe un mec ?? Nous les femmes on ne rêve que du prince charmant platonique... smiley


        • non666 non666 26 septembre 2007 14:06

          Sauf que vous mettez le mot « dignité » sur des références de femmes nues, ce que vous ne jugez pas acceptables.

          Les mannequins qui posent vivent de cette image, elle ne sont pas esclaves et font ce qu’ELLES veulent de LEURS corps. Vous pretendez parler au noms de toutes les femmes de ces images la.

          Nous autres couilloux, nous sommes, il est vrai, assez fasciné par les formes féminines et rien n’attirent plus notre regard que ce que vous faites semblant de nous dissimuler tout en l’exhibant ...

          Mais arretez cette hypocrisie !

          Les magazines féminins eux-mêmes, que je feuillète a chaque fois que je vais chez le médecin, sont des odes a vos corps. plus de la moitié de ces magazines ne sont que des pubs, des photos de mise en valeur du corps féminin que vous achetez pour copier...

          Alors quoi, cela devalorise les moches ?..c’est vrai !

          « L’image de la femme » est detruite ?

          A qui appartient t’elle cette image pour que vous parliez en son nom ?

          A celles qui s’exhibent et vivent de cela, librement, de leur propre volonté ?

          Aux feministes qui veulent façonner « l’homme feministe ? » et tentent de nier notre fonctionnement intime en revant d’un homme qui ne serait que le clone psychologique d’une femme simplement doté d’un appareil genitif masculin ?

          Vous échouerez, parce que ce n’est pas comme ça que fonctionne l’humain.

          Vous tentez de créer des tabous, des interdits , comme de modernes reacs qui ont comme seule originalité de n’être pas catho-tradi...


        • Bouli Bouli 26 septembre 2007 14:13

          Et bien justement, il est très facile de se retrancher derrière les « mais elles font ce qu’elles veulent de leur corps ». On doit bien se poser la question : pourquoi des femmes acceptent plus ou moins librement de ranger leur dignité au placard et de s’afficher sans complexe comme des objets sexuels ? N’est-ce pas parce qu’elles sont éduquées dans un monde où c’est cette image de la femme qui s’affiche partout ? Pensant être des femmes libres et sans complexe, elles se font elle-même esclaves des hommes, esclaves de cette société qui cherche à simplifier les rôles et les genres.

          En témoignent le grand phénomène des Britney et autres Pussycat Dolls qui affirment bien haut leur liberté alors qu’elles ne sont que des objets sexuels par exemple. Le droit à disposer de son coprs n’omet pas le droit à la dignité humaine et au respect.


        • COLRE COLRE 26 septembre 2007 14:41

          @Selda Prey,

          Où elle est la « féministe en puissance où tout est mal, sal*** de mecs ! » ? ce n’est tout de même pas @Bouli ??? Parce que si c’est @Lerma... On peut rire. D’ailleurs, je n’ai rien compris à ce qu’il a dit.

          Je m’étonne de votre réponse...


        • Bouli Bouli 26 septembre 2007 14:47

          Non c’est pas moi !!! smiley


        • Selda Prey Selda Prey 26 septembre 2007 15:10

           smiley

          Rectifions, c’étaient les deux types de réaction stéréotypées auxquelles je m’attends, mais je suis allée trop vite (à faire plusieurs choses en même temps...).

          Respirez Bouli, même si on ne partage pas entièrement le même avis, je ne vous ai pas classée dans la catégorie « féministe au combat contre les sal*** de mecs » smiley


        • Bouli Bouli 26 septembre 2007 15:22

          @ selda

          Ouf !!!! Me voilà rassurée ! smiley


        • Anto 26 septembre 2007 14:23

          Moi c’est la publicite sur le nounours et la Barbie qui m’a interpelle pour deux raisons.

          Je trouve un peu capilotracte de la qualifie de sexiste sous pretexte que seule la barbie est sexuellement identifiable tandis que l’ourson est asexue. D’ailleurs le reste de la critique sur l’hypocrisie tient plus du discours puritain que du combat pour l’egalite des sexes. Quelquechose m’a sans doute echappe.

          Par ailleurs, cette pub s’adresse avant tout a des adultes qui savent faire preuve d’humour. C’est pour cela que je trouve plutot mal placee, la critique qui consiste a dire qu’il est des symboles qu’on ne peut tourner en derision.

          Si j’insiste sur cette pub, c’est qu’elle fait figure d’intrus pour moi,au milieu des autres et que les explications ne me suffisent pas. Ppar contre, c’est vrai que je regarde les pubs d’une maniere relativement passive d’une maniere generale. J’ai de l’espace de cerveau disponible a revendre mais je me soigne.


          • Selda Prey Selda Prey 26 septembre 2007 15:31

            Je serais plutôt du même avis, nous entrons plus dans le puritanisme et la morale que l’égalité des sexes et la dignité humaine. Mais cela est notre perception de la chose qui n’est pas forcément partagée. Tout n’est cependant pas à rejeter !

            La publicité Dolce & Gabbana me questionne et m’interpelle encore...


          • COLRE COLRE 26 septembre 2007 16:18

            @Anto,

            Moi non, je ne suis pas forcément de votre avis. Pourquoi ? eh bien parce que dans n’importe quel combat, y a des scories, pas parfaites, pas idéales, ok, normal. Ce qui compte, c’est l’ensemble, pas le détail. Sinon on s’arrête à cela et l’on oublie l’essentiel. Que se serait-il passé, pendant les guerres, si, avant de marcher derrière les tambours, on avait discutaillé sur ceux qui jouaient faux ?

            Peut-être que cet exemple de l’ours et de Barbie est un peu limite, mais voyez-vous, tout de suite, vous évoquez l’humour ! Or, le soi-disant « manque d’humour » des féministes, c’est la grosse arnaque habituelle ! Une autre tarte à la crème, c’est le puritanisme. On peut craindre que le discours contre la discrimination féminine soit toujours détournée, par petites touches, ou au canon macho comme Soral, Zemmour ou ici non666. Moi, je pense qu’il faut se méfier des rhétoriques, l’adversaire de la cause féministe est malin...


          • nephilim 26 septembre 2007 15:09

            Je savais rencontrer plusieurs types de réactions, dont deux que j’ai eu en moins de temps pour le dire. La féministe en puissance où tout est mal, sal*** de mecs ! Et le mec blasé qui emm*** ces bonnes femmes qui l’ouvrent !

            c’est tres vrai ; votre remarque m’a beaucoup amusé^^ je pourrais relativiser et dire que l’on montre aussi des hommes denudés ; Y a t-il aussi un comité pour s’en plaindre ? Devons nous avoir honte de notre corp ? souhaitons nous revenir à une tradition puritaine ? Il y a une chose qui m’a vraiment derangé ;la pub de dolce&gabana.et pour info Avida me semble t-il representait un homme et non une femme^^


            • nephilim 26 septembre 2007 15:29

              oups petite erreure : avida represente en effet une femme^^ mais c’est un homme qui a été pris en photo


            • Selda Prey Selda Prey 26 septembre 2007 15:49

              C’est vrai ? smiley

              Très intéressant ! C’était dans le rapport du BVP en tant que publicité (pour un film) choquante, mais pas d’explication juste mis en exemple.

              Quant aux hommes comme « homme-objet » c’est également dénoncé. En dehors des exemples publicitaires repris par la délégation avec moins de détails, il s’agit essentiellement des arguments de la Délégation du Sénat. Il est en effet fait état d’une utilisation grandissante de l’homme en tant qu’homme-objet.

              Est-ce que les hommes s’en offusquent ? Est-ce que voir une publicité avec une femme en cuir tenant des hommes en laisse, vous choque ?? (c’est peut-être un fantasme smiley )

              Je plaisante...


            • nephilim 26 septembre 2007 16:22

              hi hi hi ^^ je vais reflechir a la question :p


              • Selda Prey Selda Prey 27 septembre 2007 10:33

                C’est fou !

                J’avais fait un article sur la sexualité, que du texte, et les commentateurs se sont plutôt exprimés avec « décence », quelques écarts mais rien de méchant.

                Ici, on voit des femmes très dévêtues, agréables à regarder (sauf peut-être la dernière) et cela éveille en vous des instincts « barbares » ??

                Zut alors...

                J’ai entraperçu cette fameuse image tant décriée, d’après la description de Bouli.

                Bon, je crois qu’il ne faut pas non plus exagérer !! On va tous se calmer ou je mets le superbe tableau de Gustave Courbet, L’origine du monde. smiley


                • Bouli Bouli 27 septembre 2007 11:26

                  Pour reprendre l’article.

                  J’ai appris ce matin que la campagne No-Lita ne sera pas diffusée en France car le BVP juge, entre autres, qu’elle porte atteinte à la dignité humaine. N’est-ce pas un comble quand on voit les publicités sexistes qu’il laisse passer ? L’anorexie est-elle encore si tabou en France ?


                  • nephilim 27 septembre 2007 18:29

                    c’est encore l’effet bouli la censure des derniers posts ?? En quoi mes ecrits meritaient ils d’etre effacés ? Ago prefere le langage des xenophobes qui hantent ce forum ? Minable Minable Minable Minable Minable


                    • Selda Prey Selda Prey 27 septembre 2007 19:03

                       smiley smiley

                      Alors franchement, je n’ai jamais vu cela !! C’est quoi ce DELIRE ???

                      Alors, j’aimerai assez lorsque des posts sont censurés que l’on explique pourquoi et que l’on motive ce choix ! Pour ma part, c’est de la censure pure et dure ! Et c’est tout bonnement INTOLERABLE !

                      S’il s’agit de propos offusquant les donzelles qu’elles aillent lire ailleurs ! Si ce sont des propos déplacés juste pour taper sur du Demian parce que c’est le sport favori sur Agoravox, à tort ou à raison ce n’est même pas le propos !! ça ne vaut pas tripette que de tout virer !

                      Alors, que les effarouchés s’expliquent avant de crier victoire ! Deux mots à leur dire ! Que l’on m’explique également ce que les propos de Romain avaient d’insidieux, a oups pardon, ça n’allait peut-être pas dans le bon sens ??

                      Là ça me fout en rogne ! Rien à faire qu’on me traite de frustrée à tort ou à raison ( smiley) et de tous les maux de la terre, mais j’ai HORREUR de la censure déplacée ! Et même placée tout court !!

                      Alors j’invite ceux qui ont demandé cet acte à aller sur mon blog et de regarder la jolie image que j’ai mise... Moi elle me fait rire, et bien vous pouvez sans aucun problème vous identifier à la personne de droite !

                      INADMISSIBLE INTOLÉRABLE !!! smiley

                      Des explications... je sens que je vais pondre un article bien placé et ce ne sera pas des propos rapportés ! Messieurs les censeurs vous n’avez aucun courage, les initiateurs de la censure vous êtes pitoyables ! Voilà c’est dit ! smiley


                      • Marsupilami Marsupilami 27 septembre 2007 19:09

                        @ Selda Prey

                        Je comprends ta colère. Il s’est passé cet après-midi le même phénomène de censure massive et irrationnelle sur le fil de l’article sur l’islamophobie. Il doit y avoir un malade mental à la « modération » (mort de rire) d’Agoravox. C’est absolument scandaleux (en passant je suis un mec un vrai et un vrai féministe qui a trouvé intéressant ton article).


                      • Selda Prey Selda Prey 27 septembre 2007 19:17

                        Merci Marsupilami smiley

                        En ce cas, on peut s’attendre à voir ces deux (trois avec celui-ci) censurés d’ici peu...

                        On ne s’improvise pas nouveau média ou plateforme ouverte sans courage. Mais ce n’est pas toujours facile d’assumer et de tolérer qu’une autre personne puisse penser différemment.

                        Si c’est pour faire du bon sentiment, il y a plein d’endroit pour cela ! smiley

                        Grrrr que ça m’énerve smiley


                      • Romain de Pescara 27 septembre 2007 23:16

                        @Marsupilami

                        J’abonde dans ton sens, surtout que ton intervention sur le fil dont tu parles était exemplaire !!!!

                        Bien à toi.

                        Romain


                      • snoopy86 27 septembre 2007 23:22

                        Comment celà ? censurerait-on ici aussi

                        Le thème déplairait à Tariq le copain de Carlo ?


                      • Romain de Pescara 27 septembre 2007 23:09

                        Tiens Selda la surprise du chef smiley smiley

                        Je les connais les censeurs à Panzer Benoit dit le 16ème, alors j’ai toujours une tite copie sur moi smiley

                        Et à cette heure les censeurs ça dort ????

                        Chère Selda

                        J’ai bien mis une nuit à me débarrasser de mon éducation, c’est tout un programme smiley

                        Tout d’abord ton article est complet, bien documenté, du travail pro quoi !

                        Sur le fond, je dégage deux choses

                        - l’utilisation de l’image des femmes que tu considères abusives

                        - Le rapport d’égalité homme-femme.

                        Sur le premier point, j’ai du mal à faire la part des choses entre le regard qui est porté sur les femmes et la véritable utilisation abusive qui en est faîte. Ces pubs seraient-elles aussi condamnables si notre regard changeait ? Si au lieu d’y voir une soumission quelconque nous retrouvions la part des choses et un regard plus innocent, auraient-elles la même image ? Je crois que c’est encore une fois les mentalités qui souffrent d’un problème même si l’utilisation abusive qui est faite des femmes n’arrange rien.

                        L’utilisation de la femme nue dans des tas de circonstances est un excès anormal, quand il s’agit de vendre de la lessive par exemple. Entre nous il n’y a que ceux qui ont une .... à la place du cerveau qui se laissent abuser par ce genre de déviation, certes ils sont légions je te l’accorde. Et puis c’est aussi le degré de respect qui modifie le regard que nous portons. Cela n’exclut pas que dans certaines publicités notamment Dolce et Gabanna ils jouent sur les travers de notre société, en donnant une image servile de la femme soumise aux hommes, entre nous c’est assez minable. Maintenant il serait mensonger de ma part de dire que lorsque je vois une femme en dessous féminin je ne trouve pas cela joli, encore une fois je pense la vulgarité me semble être dans la tête de celui qui regarde dans la plupart des cas. Même si je considère que certaines publicités ou images de la femme sont le reflet de cette vulgarité et qu’elles sont condamnables à ce titre.

                        Une femme nue c’est beau, en tout cas rien ne m’a donné plus envie de peindre ou de sculpter, ce regard là pour autant ne me semble pas dévier et souffre rarement de contestations y compris des femmes.

                        Sur le rapport d’égalité homme-femme dans la société, même si tout n’est pas encore parfait, nul doute que des progrès ont été accomplis, d’ailleurs de plus en plus d’hommes se joignent à ce combat et comprennent qu’il était temps de s’y mettre. J’espère en faire partie. Cependant je crains qu’à force de vouloir être à pied d’égalité avec les hommes, les femmes en oublient quelques notions essentielles qui les distinguent des hommes. Egalité, ne veut pas dire masculinisation de la femme, ore je trouve que de plus en plus de femmes perdent leur féminité dans ce combat. Peut-être tout simplement parce qu’il ne s’agit pas d’être égaux mais que chacun homme et femme conserve son identité propre et que les droits soient les mêmes pour tous. La femme a une place particulière dans le monde que nous vivons. Elle reste, à mes yeux, le regard de la raison quand les hommes perdent la tête et génèrent par exemple des conflits meurtriers.

                        Pour tout t’avouer il y a quelques jours je voulais écrire un texte qui aurait pour titre : J’en appelle aux femmes !

                        Ce texte que je n’ai pas encore écrit (je cogite) voulait être un appel aux femmes pour qu’elles fassent entendre plus que jamais leurs voix, car j’ai le sentiment que le monde perd la raison. Donc Mesdames je compte sur vous pour que nous ne laissions mourir de faim des enfants, pour que nous ne laissions plus des enfants sous les bombes, et d’ailleurs peuvent s’y joindre tous ceux qui le souhaitent ardemment. Je ne vois que les femmes qui puissent être le garant d’un message fort aux hommes dans ce sens.

                        Bien à toi ma chère Selda !

                        PS le sujet est vaste, je n’ai pas tout délivré.

                        PS2 il n’avait pas tort Julien Clerc quand il chantait « femmes je vous aime » smiley

                        Tu noteras chère Selda les pointillés qui éviteront peut-être la censure, les censeurs n’ayant pas l’imagination de remplacer les pointillés, ce qui en dit long sur ce qu’il y a entre les oreilles d’un censeur smiley


                        • Romain de Pescara 27 septembre 2007 23:12

                          Selda le tu (que tu considères abusives)était une erreur mais je l’ai laissé quand même smiley

                          J’aime bien quand tu râles smiley smiley


                        • Selda Prey Selda Prey 27 septembre 2007 23:18

                           smiley

                          Oui mais là ce n’est plus pareil... En plus, tu étais pardonné ! smiley


                        • Marie Pierre 27 septembre 2007 23:09

                          (Re)bonjour,

                          J’ai mis 2 commentaires aujourd’hui, ils ne sont toujours pas affichés. J’aimerais savoir pourquoi... Ils avaient un rapport entre l’image de la femme et le mercantilisme, totalement différent de l’art....

                          Merci à vous Selda.


                          • Selda Prey Selda Prey 27 septembre 2007 23:16

                            Bonjour Marie-Pierre,

                            C’est une très bonne question !

                            Malheureusement, je ne suis pas maître de la diffusion des commentaires... Comme je l’indique un peu plus haut, dans accès de colère, nous avons purement et simplement été censurés smiley


                          • Marie Pierre 27 septembre 2007 23:16

                            @ Selda,

                            Je suis désolée d’intevenir sur votre article, mais il se passe des choses étranges sur AgoraVox : j’ai mis 1 commentaire sur l’article Islamophobie, rien n’apparaît, ce soir, je tente de remettre un commentaire, impossible, acun accès aux commentaires.....

                            Bien à vous

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès