Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Rachat du journal le Monde : les bidonneurs aux premiers postes

Rachat du journal le Monde : les bidonneurs aux premiers postes

Voici deux événements qu’il est intéressant de mettre en lumière car ils apportent des éclairages sur les liens entre sphère politique, sphère médiatique et sphère industrielle. Je veux parler de la volonté affichée du patron d’Iliad-Free, Xavier Niel, d’entrer dans le capital du Monde, et d’un autre événement passé assez étrangement inaperçu, la suspicion du bidonnage de l’émission E=M6 consacrée aux box internet.

Premier mouvement, donc, le rachat du Monde, avec plusieurs candidats en lice. Xavier Niel, charismatique (et un peu sulfureux) patron de la maison-mère de l’opérateur Free, se met sur les rangs, associé à Pierre Bergé (l’homme d’affaires omniprésent) et Matthieu Pigasse (banque Lazard).

Le trio détonne et l’Elysée a déjà fait savoir que le président Sarkozy n’était pas vraiment motivé à l’idée de faire entrer dans le grand quotidien du soir « l’homme du peep-show ». Mais personne n’est dupe, ce n’est pas la fortune de Niel, issue du Minitel Rose, qui gêne le président, mais bien le risque qu’il représente pour ses proches dont l’opérateur téléphonique Bouygues, mais également Orange dont l’Etat est actionnaire à 26,7%.

Xavier Niel a lutté des années pour obtenir la 4e licence de téléphonie mobile 3G qui va lui permettre d’aller remuer un peu ce bourbier oligopolistique constitué par les opérateurs dits « historiques », maintes fois condamnés pour entente. L’autre raison de la mise en garde présidentielle, c’est la position de Niel contre l’Hadopi, une tactique qui lui a gagné la faveur des internautes.

Mais doit-on pour autant blanchir complètement Xavier Niel ? Pas si sûr, si l’on regarde le 2e évènement, ce reportage bidonné paru dans l’émission E=M6 sur le sujet des « box » internet. Nous y avons vu évoluer, enthousiastes de leur Freebox, une famille « témoin » composée... de l’attachée de presse et du directeur marketing de Free, à savoir Isabelle Audap et Christophe Reunier. ça la fout mal, et c’est encore peu dire. Une « commande » de la sorte de la part d’un groupe dont le patron souhaite reprendre le quotidien de référence en France, c’est franchement osé. Mieux, ce qui semble confirmer ce bidonnage de haut vol est précisé par l’excellent site d’analyse des médias Arrêt sur Images  :

« Le reportage semble bien pourtant faire la part belle aux Freebox. Certes, le nom "Freebox" est flouté. Mais on reconnaît aisément de quel modem il s’agit. De plus, un technicien Free, cette fois-ci présenté comme tel, intervient pour donner des explications de branchement. Le reportage présente enfin des "fonctionnalités exclusives à Free, comme la possibilité de programmer ses enregistrements à distance sur son iPhone avec un logiciel tel que FreeGo," souligne Freenews. »
La vidéo est délicieuse et je vous la recommande chaudement.

La communication de Free, dans des temps troublés (récemment détrôné par SFR comme opérateur internet alternatif de référence) ne doit pas s’abaisser à cela au vu des risques que cela fait courir au groupe. Et j’ai envie de dire, bye-bye pour les ambitions de maître du "Monde".

Fantasfibre


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 10 juin 2010 14:49

    Pas tout compris, pas tout suivi....

    Une analyse intéressante aujourd’hui sur Médiapart (extrait) :

    "....Le Monde arrive au terme d’un processus qu’il faut faire remonter bien avant le début de la crise actuelle. Ses journalistes n’ont que très rarement exercé les prérogatives dont ils se prévalent aujourd’hui. Ils n’ont ainsi pu élire que deux fois le directeur, en 1994 et en 2001 ; c’était Jean-Marie Colombani et ils l’ont eux-mêmes fait tomber en 2007. En revanche, depuis 1978, la Société des rédacteurs du Monde est cogestionnaire de l’entreprise sans avoir ni la lecture comptable ni la main sur la stratégie de long terme. Elle ne se prononce que par à-coups, à chaque fois pour entériner des réformes qu’elle n’a pas décidées ou les rejeter tout aussi brutalement et plonger le journal dans la crise.

    Quand on est journaliste au Monde, on est collectivement actionnaire, individuellement salarié et déontologue par fonction. Ça ne peut pas marcher. L’actionnaire décide de geler les salaires, d’organiser des plans de licenciements ; le salarié souhaite évidemment le contraire et le déontologue empêche l’actionnaire d’aller chercher l’argent où il est.

    La majorité dont disposent les journalistes leur permet quand même de peser sur les décisions...

    C’est un vieux fantasme des journalistes : ils seraient indépendants parce qu’ils sont dans le capital. En réalité, Hubert Beuve-Méry (1902-1989) a toujours été un patron de droit divin, nommé par le pouvoir et nommant ses successeurs !..." (P.Eveno)

    etc...


    • ZEN ZEN 10 juin 2010 15:38

      La fin du Monde a déjà eu lieu, depuis que Colombani....


      • morice morice 10 juin 2010 17:31

        Le gag, c’est de croire qu’un ancien patron de peep-show et de Minitel Rose puisse être partisan de la dérégulation totale... les hadopistes sont d’un candide, c’est inimaginable !


        • sonearlia sonearlia 10 juin 2010 20:20

          Qu’es que vous appeler dérégulation totale ?


        • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 13 janvier 2011 11:24

          Mise en garde contre les abonnements dits « à durée libre » via Internet au Monde.fr :

          Très simple de souscrire l’abonnement par Internet ; mais vous ne pourrez pas résilier par le même moyen Internet (contrairement au Figaro) ; le Monde interactif exige une lettre recommandée avec accusé de réception pour toute résiliation.


          • findumonde 26 mai 2011 23:49

            la fin du monde en 2012 a deja eu lieu

            il est très simple de souscrire l’abonnement par Internet ; mais vous ne pourrez pas résilier par le même moyen Internet (contrairement au Figaro) ; le Monde interactif exige une lettre recommandée avec accusé de réception pour toute résiliation.

            Le gag, c’est de croire qu’un ancien patron de peep-show et de Minitel Rose puisse être partisan de la dérégulation totale... les hadopistes sont d’un candide, c’est inimaginable

            bisousss

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès