Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Radioactivité en Lorraine : un cas d’école

Radioactivité en Lorraine : un cas d’école

Lundi 19 de ce mois, les lecteurs du Républicain lorrain apprenaient qu’une mesure de la radioactivité, effectuée par une station au-dessus de la Faculté des sciences de Nancy avait relevé avait révélé un taux quatre fois supérieur à la normale.

Une dépêche de l’AFP mentionnant les faits évoquait trois pistes possibles, dont deux mettaient en cause les mesures elles-mêmes (erreur au niveau des instruments ou acte de malveillance à leur encontre).

Deux jours plus tard, une information circulant de téléphone mobile à téléphone mobile faisait état d’une répétition de ces pics de radioactivité sur Metz et en particulier à l’Hôpital Legouest. Des malades prévenaient leurs proches (ce qui a été mon cas), des militaires avertissaient leur famille, des membres du personnel de l’hôpital en faisaient autant.

C’est ainsi que, par précaution, un certain nombre d’établissements scolaires ont mis en place des mesures de confinement (analogues à celles qui étaient alors pratiquées à l’hôpital Legouest à l’encontre des malades : fenêtres et portes fermées, sorties interdites).

Par la suite, le jour même, aux informations de midi, les journaux télévisés régionaux et nationaux désamorçaient la crise, notamment en rapportant les paroles du préfet de la région Lorraine (Pierre-René Lemas) qui déclarait :
« Il s’agit d’un cas d’école de diffusion de la rumeur, résultat de l’addition d’initiatives individuelles de gens de bonne foi, plutôt que d’un acte de malveillance ou un canular ».

Cas d’école ? C’est effectivement le cas et les leçons à tirer de cette situation type sont nombreuses.

Ainsi l’on a pu voir à l’oeuvre, dans les établissements ayant mis en place des mesures de confinement, des actions mesurées et responsables, sans panique (à moins de 50 km d’une centrale nucléaire de grande taille). Actions servies par les facilités de communication à distance, puisqu’avant la mise en oeuvre de ces mesures, les personnes concernées se sont la plupart du temps informées pour vérifier les communications qui leur avait été faites, à la source de celles-ci ainsi qu’auprès de leurs autorités de tutelle (cas des établissements scolaires).

Preuve qu’une information sensible peut circuler sans que la panique ne s’empare de ceux qu’elle « contamine »* .

Malheureusement d’autres constatations moins réjouissantes sont également à relever.

Notamment la manière tendancieuse dont les médias ont rendu compte de l’information, cherchant visiblement à calmer une panique qui n’existait pas.
En effet, tous les titres de la presse traitant de ce sujet évoquaient « la fausse rumeur ». La désinformation réside ici dans le fait que, à partir d’une double information objective, à savoir les taux anormaux de radioactivité à Nancy, puis à Metz deux jours plus tard, les médias ont insisté sur une des thèses circulant dans le public, et qui mettait en cause la centrale nucléaire de Cattenom.

Ainsi, seul un quotidien Luxembourgeois a donné, à ce jour, l’information précise concernant la seconde mesure (celle de Metz). Et ceci, dans un article intitulé « Alerte radioactive hier à Metz, juste une rumeur » qui évoque une « panique » qui n’était en fait que la crainte légitime de personnes ayant reçu une information sensible (j’ai pu le constater dans divers établissements scolaires de Metz et des environs ainsi qu’à l’Hôpital Legouest où je me trouvais en fin d’après-midi, après avoir reçu divers appels) :

«  L’exercice de contamination à l’Hôpital militaire Legouest hier matin a relevé des taux de radioactivité supérieurs à la normale. L’établissement a donc décidé de fermer les fenêtres. Des personnes internes (surtout des parents) se sont inquiétées et ont fait courir des informations alarmistes. Une personne se présentant comme travaillant à l’Hôpital militaire aurait donc, prise de panique, téléphoné à plusieurs écoles de Metz en affirmant qu’à la suite de forts niveaux de radioactivité, il fallait prendre des mesures de confinement des élèves. »

En conclusion, si l’attitude des nombreux a été plutôt calme et responsable, celle des « autorités compétentes » est demeurée telle qu’au lendemain de l’accident ukrainien.

Les responsables ont nié partiellement les faits pour la mesure de Nancy, puis ont détourné l’attention vers une des multiples hypothèses émergeant de l’inquiétude légitime des personnes mises au courant des faits. Cette manoeuvre leur permettait de ne plus évoquer les mesures, pourtant réelles (à ce jour) relevées à Metz.

La suite du traitement de ces faits aura assurément une importance déterminante tant du point de vue de la sécurité effective des citoyens (concernant les faits eux-mêmes) que de celui de leur confiance vis-à-vis des informations qui leur sont communiquées en cas de crise.

________________________________________

*(terme utilisé ici dans l’acception donnée par la toute nouvelle science de la duplication des mèmes - gènes de la pensée - qu’est la « mémétique »)


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • NicoM (---.---.125.212) 23 juin 2006 14:12

    On attend d’avoir la suite des événements ! Mais je doute qu’on parle encore de cette affaire. La radioactivité est lié au nucléaire donc au secret défenses ... Tiens nous au courant ! A+


    • Atomard (---.---.118.56) 23 juin 2006 14:33

      C’est le nuage de Tchernobyl qui atteint - enfin - la France.


      • aurelien (---.---.165.218) 23 juin 2006 15:19

        Depuis quand fermer les portes et les fenêtres protège de la radioactivité ?


        • (---.---.132.220) 23 juin 2006 22:43

          depuis que cela permet de se protéger des particules de « poussières » radioactives et d’éviter ainsi de les inhaler.


        • Aurélien 24 juin 2006 12:21

          D’où proviennent ces particules de « poussières » radioactives ?

          Qu’est-ce qui a été détecté à plusieurs reprises ?


        • Le bateleur Le bateleur 24 juin 2006 13:28

          Position intéressante car curieuse des amis de la terre « PANIQUE RADIOACTIVE SUR LA LORRAINE » « Suite à une élévation significative de la radioactivité sur la Lorraine, une folle rumeur d’accident nucléaire à la centrale de Cattenom a provoqué un affolement et une panique générale sur les agglomérations de Metz et de Nancy. Ces faits ont démontré l’inqiétude des populations face à une industrie considérée comme dangereuse et la crainte d’une désinformation comme celle que nous avons connue en 1986 lors de l’accident nucléaire de Tchernobyl. »

          Tout ce qui est criticable dans la relation des faits par les médias se retrouve en pire dans ce communiqué qui force le trait et insiste sur l’affolement et la panique alors qu’il n’y a rien eu de tel.

          Les réactions auxquelles j’ai pu assité ont montré des réactions calmes et responsables.

          On voit ici à quel point les anti nucléaires eux même jouent contre l’information du public donnant à croire que la panique et l’affolement sont la rêgle dès qu’il y a le moindre écart dans les mesures de radioactivité.

          Par ailleurs, la même association joue un jeu étrange en donnant une explication naturelle qui n’est à ce jour qu’une des hypothèses, comme « l’explication »

          autre extrait : « Ce phénomène est très certainement naturel lié aux conditions météorologiques de ces derniers jours. Après de fortes chaleurs et des pressions atmosphériques très lourds, l’arrivée d’orages crée une dépression et libère du sol un gaz radioactif naturel : le radon. »

          Même les officiels n’ont pas osé présenter cette hypothèse comme « très certainement » la bonne.

          Préférant mettre en doute les mesures elles-mêmes

          Ici on voit comme il n’est pas facile de décoder la réaction des divers camps en présence.

          La plus censées (constatée à ce jour) étant paradoxalement celle des Nombreux.

          Luc Comeau-Montasse


        • Le bateleur Le bateleur 24 juin 2006 13:31

          Les « amis de la terre » ont une Position intéressante car tout à fait curieuse

          « PANIQUE RADIOACTIVE SUR LA LORRAINE » « Suite à une élévation significative de la radioactivité sur la Lorraine, une folle rumeur d’accident nucléaire à la centrale de Cattenom a provoqué un affolement et une panique générale sur les agglomérations de Metz et de Nancy. Ces faits ont démontré l’inqiétude des populations face à une industrie considérée comme dangereuse et la crainte d’une désinformation comme celle que nous avons connue en 1986 lors de l’accident nucléaire de Tchernobyl. »

          Tout ce qui est criticable dans la relation des faits par les médias se retrouve en pire dans ce communiqué qui force le trait et insiste sur l’affolement et la panique alors qu’il n’y a rien eu de tel.

          Les réactions auxquelles j’ai pu assité ont montré des réactions calmes et responsables.

          On voit ici à quel point les anti nucléaires eux même jouent contre l’information du public donnant à croire que la panique et l’affolement sont la rêgle dès qu’il y a le moindre écart dans les mesures de radioactivité.

          Par ailleurs, la même association joue un jeu étrange en donnant une explication naturelle qui n’est à ce jour qu’une des hypothèses, comme « l’explication »

          autre extrait : « Ce phénomène est très certainement naturel lié aux conditions météorologiques de ces derniers jours. Après de fortes chaleurs et des pressions atmosphériques très lourds, l’arrivée d’orages crée une dépression et libère du sol un gaz radioactif naturel : le radon. »

          Même les officiels n’ont pas osé présenter cette hypothèse comme « très certainement » la bonne.

          Préférant mettre en doute les mesures elles-mêmes

          Ici on voit comme il n’est pas facile de décoder la réaction des divers camps en présence.

          La plus censées (constatée à ce jour) étant paradoxalement celle des Nombreux.

          Luc Comeau-Montasse


        • Adam Pesoa (---.---.9.118) 30 juin 2006 15:56

          Il n’y a pas eu de poussière mise en évidence

          Mais je suppose que les mesures ont été prises à titre préventif. Rien d’excessif là dedans.


        • aurelien 1er juillet 2006 17:36

          Bonjour,

          Oui, mais cela ne répond pas vraiment à la question :

          Les capteurs ne détectent pas de la poussière mais un taux de radioactivité :

          Ces mesures sont-elles destinées à faire croire à la population qu’elle est protégée des radiations ? Si c’est le cas c’est un mensonge : jamais des portes ou des fenêtres fermées n’ont protégé de radiations !

          De plus, des chercheurs de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) ont démontré que de faibles expositions chroniques à la radioactivité ont des conséquences sur les organismes vivants :

          Une nouvelle approche sur l’impact de la radioactivité

          Il est apparent qu’il y a effort manifeste de la part des autorités de cacher des informations concernant la santé publique des citoyens.

          J’ai écrit aux députés à ce sujet et je n’ai jamais eu de réponses !

          Le nucléaire est-il sûr ?

          Sommes-nous en démocratie ?

          Aurélien


        • Le bateleur Le bateleur 1er juillet 2006 19:57

          Toutes les technologies qui sont à l’échelle du mega sont par essence antidémocratique

          (elles développent des financements colossaux en même temps que des zones d’ombres propices ... à tout !) lorsqu’elles ne le sont pas initialement très vite elles le deviennent

          Le nucléaire est l’une d’elles.

          Luc Comeau-Montasse

          du fagot des Nombreux


        • José W (---.---.25.142) 23 juin 2006 23:42

          Nouveau signal ce soir pendant 3 heures (source France info)...


          • Le bateleur Le bateleur 24 juin 2006 00:11

            Merci de l’information ici c’est le calme plat j’attends des informations de l’Hopital Legouest mais je suppose qu’il y a du y avoir une remontée de bretelle (c’est un hopital militaire) on y entend d’ailleurs à peu près tout « il y a juste eu une alerte prévue » (personne n’était au courant, pas même ceux qui savent tout d’habitude - source proche ) « il y a eu une mesure anormale lors de l’alerte prévue » (idem) « pas d’alerte prévue, mais une mesure qui a provoqué l’alerte » (il y a eu un ballet de camion de pompiers à Metz ce jour là !)

            On voit que la doctrine en matière d’information du public est encore à définir.

            Actuellement, le meilleur moyen d’enterrer l’affaire est de gonfler la fausse rumeur (effective, mais sans rapport réel et minoritaire dans les réactions) de manière à créer un flux d’informations écran de fumée.

            Luc Comeau-Montasse


          • Yesod (---.---.247.238) 24 juin 2006 12:17

            C’est à dire ? Ca veut dire quoi « nouveau signal » ? En tout cas ce qui est sur, c’est l’absence globale d’information sur ces évènements ... Il me semble que TF1 a du dire quelquechose dans l’esprit (entre deux reportages sur le foot) « A Nancy et à Metz des écoles ont fermés croyant à une alerte nucléaire. » (pas d’explication, on s’en fout y’a le foot c’est plus intéressant ...)


            • jadi (---.---.207.47) 24 juin 2006 14:31

              « un taux quatre fois supérieur à la normale. »

              Mais qu’est-ce que la normale ?


              • Le bateleur Le bateleur 24 juin 2006 14:45

                Les « amis de la terre » ont une Position intéressante car tout à fait curieuse

                « PANIQUE RADIOACTIVE SUR LA LORRAINE » « Suite à une élévation significative de la radioactivité sur la Lorraine, une folle rumeur d’accident nucléaire à la centrale de Cattenom a provoqué un affolement et une panique générale sur les agglomérations de Metz et de Nancy. Ces faits ont démontré l’inqiétude des populations face à une industrie considérée comme dangereuse et la crainte d’une désinformation comme celle que nous avons connue en 1986 lors de l’accident nucléaire de Tchernobyl. »

                Tout ce qui est criticable dans la relation des faits par les médias se retrouve en pire dans ce communiqué qui force le trait et insiste sur l’affolement et la panique alors qu’il n’y a rien eu de tel.

                Les réactions auxquelles j’ai pu assité ont montré des réactions calmes et responsables.

                On voit ici à quel point les anti nucléaires eux même jouent contre l’information du public donnant à croire que la panique et l’affolement sont la rêgle dès qu’il y a le moindre écart dans les mesures de radioactivité.

                Par ailleurs, la même association joue un jeu étrange en donnant une explication naturelle qui n’est à ce jour qu’une des hypothèses, comme « l’explication »

                autre extrait : « Ce phénomène est très certainement naturel lié aux conditions météorologiques de ces derniers jours. Après de fortes chaleurs et des pressions atmosphériques très lourds, l’arrivée d’orages crée une dépression et libère du sol un gaz radioactif naturel : le radon. »

                Même les officiels n’ont pas osé présenter cette hypothèse comme « très certainement » la bonne.

                Préférant mettre en doute les mesures elles-mêmes

                Ici on voit comme il n’est pas facile de décoder la réaction des divers camps en présence.

                La plus censées (constatée à ce jour) étant paradoxalement celle des Nombreux.

                Luc Comeau-Montasse


                • kerty (---.---.242.130) 24 juin 2006 15:23

                  Les « amis » de la Terre.

                  Voilà des gens qu’il vaut mieux ne pas avoir comme amis ...


                • (---.---.233.253) 26 juin 2006 15:50

                  « une folle rumeur d’accident nucléaire à la centrale de Cattenom a provoqué un affolement et une panique générale sur les agglomérations de Metz et de Nancy. »

                  cette affirmation est fausse, personne n’a paniqué. je suis depuis peu en lorraine, et le comportement des gens a été exemplaire. c’est vrai qu’on a cru à de la désinformation, étant donné le nombre d’infos différentes qui circulaient. mais dès que la nouvelle a circulé (lundi 19), la première réaction dans mon entreprise, ainsi que dans les autres institutions de la région, , a été d’appeler les mairies et les préfectures de la région, ainsi que la centrale nucléaire de cattenom,pour ne pas propager de fausses rumeurs sur un sujet aussi sensible. donc, chapeau pour les lorrains... et carton rouge pour ceux qui sont normalement chargés de nous informer (médias et JT en tète).


                  • Le bateleur Le bateleur 26 juin 2006 18:28

                    Oui, les gens ont eu une attitude digne et responsable et il est d’autant plus choquant que la presse et les pouvoirs publique tentent d’insinuer le contraire.

                    Dimanche encore j’ai pu voir dans un quasi gratuit nouveau de la presse du secteur (Thionville Metz) la Semaine un article intitulé « pourquoi nous avons eu peur » l’image accompagnant le titre était celle d’un homme revétu d’un masque protecteur.

                    Pire (?) en page intérieure se trouvait une photographie censée représenter le moment de la simulation d’alerte à l’Hôpital Legouest on y voit une tente de l’armée, des hommes en tenue de protection complête, un manequin sur une civière SUR la photographie l’indication « Mardi 10h » !

                    Aucune des personnes de ma connaissance, présentes ce jour là n’a vu cette tente !

                    Je demande d’ailleurs des précisions au journal à propos de ce cliché.

                    Visiblement, la sécurité, l’information, l’alerte, est un travail de professionnels rémunérés ... le vulgum pecus n’a pas à s’en mêler (?) et tout est fait pour le discréditer.

                    Détail, la qualification de rumeur a été si bien faite qu’un grand nombre de personnes pensent que celle-ci concerne également l’alerte de Nancy (incontestable celle-ci)

                    Luc Comeau-Montasse

                    du fagot des Nombreux

                    PS : je ne comprends pas pourquoi ceux qui interviennent pour dire que cet article n’a pas d’intérêt, ne viennent pas s’en expliquer en commentaire, ils sont les bien venus. Je suis prêt à recevoir la bonne parole.

                    Par contre cette attitude en sous-main n’est pas d’une clarté exemplaire. Que faut-il discréditer ? Un article qui tente de faire la synthèse objective des informations disponibles à propos d’un fait qui nous concerne tous ?

                    messieurs les censeurs ... exprimez vous.


                  • Le bateleur Le bateleur 30 juin 2006 13:36

                    Un journal local à mi-chemin de la presse gratuite a donné des photos et un titre particulièrement révélateur de ce que véhiculent les médias sur cette affaire page 1 gros titre « Pourquoi avons nous eu peur » accompagné de la photo d’une tête humaine recouverte d’un masque antiradiation en page intérieure, une photographie troublante qui aurait été prise à l’hôpital Legouest (source déclarée de la rumeur) et qui montre une tente, des panneaux d’information, des gens en combinaisons anti-radiation, un manequin sur une civière. Toutes choses dont personne n’a constaté la présence aux heures mentionnées en légende SUR la photo.

                    Désinformation ?

                    Par ailleurs un grand nombre de mes amis messins interrogés récemment, ignoraient tout de la fameuse rumeur panique et le peu qui en avaient été averti récemment croyaient que la rumeur concernait également le pic de Nancy (en fait il y en a eu deux)

                    La désinformation a parfaitement fonctionnée.

                    Luc Comeau-Montasse

                    du fagot des Nombreux


                    • Le bateleur Le bateleur 2 juillet 2006 23:43

                      J’ai omis de donner les phtographies en question

                      ici Radioactivité en Lorraine - photographie suspecte

                      Luc Comeau-Montasse

                      du fagot des Nombreux


                      • Léon (---.---.49.102) 4 juillet 2006 18:40

                        Voici ci-dessous un mail que j’ai reçu le le 21 juin, réexpédié par une amie. Ce communiqué a été partiellement cité dans le quotidien local L’Est Républicain du 21 juin 2006. Quand des personnes font circuler de telle rumeurs, ils me semble pas aberrant que des journaliste parlent de « panique ».

                        « Réseau « Sortir du nucléaire »

                        Communiqué du mardi 20 juin 2006

                        Nuage radioactif sur Nancy : La cause est-elle un accident de transport de matières nucléaires ?

                        20 ans après Tchernobyl, les mêmes mensonges mis en oeuvre ? Le Réseau « Sortir du nucléaire » exige que la vérité soit immédiatement établie

                        Selon les informations qu’il a pu recueillir, le Réseau "Sortir du nucléaire" estime que le nuage radioactif qui a touché dimanche la ville de Nancy pourrait provenir d’un accident sur un transport de matières nucléaires entre Metz et Thionville, et peut-être en direction (ou en provenance) de la Centrale nucléaire de Cattenom (Moselle).

                        Des familles auraient été maintenues en confinement à proximité du lieu de l’accident, sans qu’aucune explication ne leurs soient données. Si ces informations sont confirmées, cela signifierait que la vérité a une nouvelle fois été cachée à la population. En effet, actuellement, il n’est officiellement question que d’une faible élévation de la radioactivité à Nancy, d’une cause inconnue.

                        Le Réseau « Sortir du nucléaire » exige de la part des autorités que toute la lumière soit immédiatement faite sur cette affaire : il n’est pas possible que la radioactivité soit apparue « spontanément », il y a forcément une source, une cause. »


                        • Le bateleur Le bateleur 4 juillet 2006 22:14

                          La panique est un fait objectif

                          Les manipulations du réseau « sortir du nucléaire » n’ont pas eu d’influence sur le comportement des citoyens et des personnes en responsabilité qui ont agi ce jour là avec calme et dicernement (c’est ce qui semble géner les autorités compétentes que cette prise en charge qui n’a pas eu besoin d’eux) Il n’y a pas eu de panique à Metz (je rencontre encore des amis qui n’en ont rien su)

                          Alors pourquoi ces gros titres ?

                          A propos, le quotidien que j’évoquais, interrogé à propos de son cliché (voir Radioactivité en Lorraine - photographie suspecte ) m’a fait cette réponse, alors que je l’interrogeais à propos de la légende de la photo.

                          bonjour, si, si, aucune erreur de légende... Cette série de tentes se trouvait bien déployée dans l’enceinte de l’hôpital legouest, où nous avions été conviés par les autorités militaires à constater la réalité de cette exercice NBC quelques heures après la rumeur.

                          Les clichés ont été pris sur place par notre photographe et j’étais également présent. cordialement,

                          matthieu villeroy.

                          Seul problème sur la photo, la légende que je mets en question est « Metz Vers 10h » or d’après MV il s’est rendu sur les lieux, conviés par les autorités militaires à constater la réalité de cette exercice NBC quelques heures après la rumeur.

                          10h étant précisémment l’heure de la rumeur qui s’est développée vers 11h et à vu les autorités compétentes réagir plus tard encore !(?)

                          Cette non-concordance des temps tendrait bien à prouver que le cliché a été anti-daté ?

                          Pour quelle raison ?

                          Note : ceci en plus du fait qu’à l’heure en question « après cette regrettable rumeur » il est peu probable que la mobilisation soit demeurée aussi sérieuse et lentement appliquée sur « l’Alerte prévue de longue date » (mais dont personne à Legouest - et c’est une première - n’avait été averti ... pas même certains personnels au courant de tout)

                          Sur cette affaire, je suis d’autant plus serein et désireux de comprendre ces agissements que je suis persuadé par ailleurs que la partie réelle des alertes (a minima les deux de Nancy ... qui avec tout cela sont passées à la trappe) n’a aucun caractère dangereux.

                          Que pourrait-il se passer si c’était le cas !!! ?

                          Luc Comeau-Montasse

                          du fagot des Nombreux


                          • Le bateleur Le bateleur 8 juillet 2006 00:22

                            Confirmation à la suite des échanges avec le journaliste de LA SEMAINE (nouveau courrier reçu il y a deux jours) l’équipe de journaliste est bien arrivée sur place dans l’après midi.

                            La légende de la photographie est bien de la désinformation celui-ci n’a pu être pris le matin à dix heures comme indiqué.

                            Mais apparemment la démocratie s’habitue au mensonge de ses dirigeants comme de ses médias.

                            On comprend pourquoi l’information est devenue quasiment gratuite ... comme l’est la publicité.

                            Luc Comeau-Montasse

                            du fagot des Nombreux

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès