Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Réforme de France Télévision, Sarkozy fait-il du Berlusconisme (...)

Réforme de France Télévision, Sarkozy fait-il du Berlusconisme ?

Interview de Pierre Musso, auteur du « sarkoberlusconisme », éditions de l’Aube, 2008.

Questions à Pierre Musso, auteur du « sarkoberlusconisme », éditions de l’Aube, 2008.

Dans quelle situation de dépendance se trouve le service public audiovisuel italien par rapport au pouvoir politique ?

En Italie, la RAI a toujours été dominée par les partis politiques : jusqu’en 1975, c’était comme en France, le parti politique au pouvoir qui contrôlait la télévision publique, en l’occurrence la Démocratie-Chrétienne (DC). Après 1975, les partis se sont partagés les 3 chaînes –c’est ce que l’on a appelé la « lotizzazzione » (lotissement) - entre la RAI 1 confiée aux proches de la DC, la RAI 2 aux socialistes et aux laïcs, et la RAI 3 au Parti communiste.

Depuis la loi Gasparri sur l’audiovisuel du 3 mai 2004, votée sous le gouvernement Berlusconi II, c’est la commission parlementaire d’orientation et de vigilance des services de radio-télévision qui désigne pour trois ans, sept des neuf membres du conseil d’administration de la RAI. Le ministre du Trésor, en tant qu’actionnaire principal de la RAI, en désigne deux parmi lesquels devra être choisi le Président. L’actuelle Conseil est composé de cinq membres désignés par la majorité de centre droit et de quatre classés au centre-gauche.

Le conseil d’administration élit en son sein le Président de la RAI, parmi les deux membres désignés par le gouvernement : ce choix doit être ensuite validé par les deux tiers des membres de la Commission parlementaire. Conclusion : le Président doit faire consensus et ne peut être élu qu’avec l’accord de l’opposition. Ainsi l’actuel Président de la RAI, Claudio Petruccioli, un professionnel, ancien communiste, proche du parti de centre gauche de Veltroni, a été désigné sur proposition du gouvernement Berlusconi II.

Silvio Berlusconi exerce t-il un contrôle politique (direct ou indirect) sur la RAI ?

Compte tenu de la procédure que je viens de décrite, la réponse est non. Il faut un accord entre le gouvernement qui certes a l’initiative et un pouvoir important en tant qu’actionnaire de la RAI. Mais rien ne peut se faire sans l’accord de l’opposition. Il ne faut pas oublier que l’Italie a un régime parlementaire et non un régime semi-présidentialiste comme en France, donc le pouvoir du Président du Conseil est dépendant de sa majorité et des alliances réalisées dans les deux Chambres.

Nicolas Sarkozy s’inspire t-il du mode de fonctionnement italien pour l’avenir de France Télévision ?

Non, pas en matière de télévision publique. Le seul élément commun est la référence à l’Etat entendu comme actionnaire, une sorte « d’Etat-patron » de la TV publique. En revanche, on peut considérer que Nicolas Sarkozy, en nommant le Président de France Télévision, souhaite faire comme Berlusconi avec ses télévisions commerciales privées qui sont sa propriété familiale. Sarkozy souhaite réaliser par la politique ce que Berlusconi a fait par une démarche d’entrepreneur sur le marché.

Va t-on vers une re-création, sous une forme moderne, de l’Ortf ?

Le retour à l’ORTF est un serpent de mer constamment évoqué. Mais la TV d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle des années 1960. A l’époque il y avait une, puis deux chaînes (en 1964), et en noir et blanc jusqu’en 1967. Elles n’émettaient que quelques heures par jour. La publicité que Nicolas Sarkozy veut enlever au service public a été introduite par décret du Général de Gaulle à partir de 1968. Le seul point commun entre l’ORTF (qui n’a vécu que dix ans de 1964 à 1974) et la future France Télévisions c’est la main-mise du pouvoir politique sur la nomination des dirigeants. Dans une monarchie républicaine avec un Etat centralisé, c’est la pente naturelle du pouvoir. Le seul moyen de l’éviter est de créer à l’instar de la BBC, un board indépendant de la télévision publique et de l’inscrire dans la Constitution, pour éviter toutes les tentations du pouvoir...

Propos reccueillis par Olivier Bailly.


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Yvance77 28 juin 2008 10:41
    Réforme de France Télévision, Sarkozy fait-il du Berlusconisme ?

     

    - Bien sur que NON c’est une evidence ? Le dernier exemple d’un PPDA qui prend la lourde sans qu’on en formule clairement le nom, est le dernier avatar de la soumission médiatique à Pipole 1er.

    - Avoir presque tous ses amis qui controle le 4 eme pouvoir est forcément un gage de pluralisme.

    - La pression collective pour s’auto-censure n’est qu’une vue de l’esprit

    - Cela n’a rien à voir avec l’Ortf, juste un poil mais en couleur. Je me souviens très bien qu’en ce temps beni tout le monde ne pouvaient pas passer à la télé. Il a fallu attendre 1981 et la liberalisation de la télé et des chaines de radio FM. Tout n’était pas non plus parfait, et la gauche de ce cé n’a pas non plus de leçons à donner, mais un pas avait été fait. Un Renaud pouvait enfin chanter un pamphlet Vianesque sur la Une. A c jour j’attends toujours qu’une chanson de Trust Sarkoland passe sur TF1 !

    ... etc

     

    Je préfère dire stop là, et c’est ce qui m’a conduit à ne plus avoir de télé depuis des années maintenant, et je m’en porte que mieux.

    Prochaine grande emission à venir un grand coup de brosse à reluire pour l’albumeuh de Carla par l’irrévérencieux Drucker. "Mais bon sang ou est ce que j’ai mis mon flingue" chantait Renaud ... avant Hadopi. Coluche est mort deux fois depuis !

     

    A peluche

     

     

     

     


    • Allain Jules Allain Jules 28 juin 2008 11:03

      Ce qui est encore plus hallucinant dans cette dérive, c’est ce laisser faire palpable, ces non-dits insipides, la pseudo protestation qui vient du monde du journalisme. Alors, on crie et puis on ne fait rien ? C’est pitoyable.

      Sarkozy est l’archetype même du pizzaïolo qui découpe sdans vergogne la France, dans tous les secteurs d’activité, pour donner des parts à ses amis. C’est très grave : népotisme, favoritisme etc. Personne ne voit venir le danger ????

      La France est dans de beaux draps ! Putain 4 ans ? En un an à peine, l’homme a déjà tout flingué.


      • Adama Adama 28 juin 2008 18:55

        Mais non Jules encore 9 ans, hihihi.

        Bienvenue a Hihihi, on s’ennuyait sans lui.


        • jeanclaude 28 juin 2008 19:00

          Une inscription dans la Constitution serait plus utile que celle des langues régionales. On ne peut que remercier le sénat de sa prise de position, même si çà ne mène pas loin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès