Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > René Vautier : 40 ans de censure

René Vautier : 40 ans de censure

René Vautier a réalisé 180 films, dont la plupart sont interdits. A l’âge de 80 ans, il voit son film « Afrique 50 » enfin diffusé à la télévision française après quarante années de censure.

Avoir 15 ans dans le maquis est une expérience qu’a connue René Vautier, décoré de la Croix de guerre à 16 ans et cité à l’Ordre de la nation en 1944 par le général Charles de Gaulle pour faits de Résistance. Il a continué le combat après la Libération avec une caméra cette fois.

Son documentaire Afrique 50 a connu quarante années d’interdiction en France alors qu’il fut diffusé dans plus de cinquante pays étrangers. De quoi s’agit-il ? En 1950, il réalise ce premier film qui était à l’origine une commande officielle pour vanter les bienfaits du colonialisme. Mais arrivé sur le lieu du tournage, au Mali, il décide de témoigner d’une réalité qu’il ne peut pas passer sous silence, celle d’un colonialisme meurtrier. Ce film, censuré pendant quarante ans en raison d’un sujet encore aujourd’hui tabou, vaudra treize inculpations et une condamnation à la prison à René Vautier pour avoir violé le décret de Pierre Laval de 1934, en filmant sans autorisation du gouverneur et en dehors de la présence d’un représentant de l’autorité (avant d’être le serviteur zélé de la France collaboratrice, Pierre Laval avait été ministre des Colonies).

"Le documentaire, ça consiste à filmer ce qu’on voit et à faire partager ce que ça vous inspire. Alors là, j’ai filmé ce que je voyais, et ce que je voyais n’était pas vraiment à la gloire de la mission civilisatrice de la France. Au bout d’une dizaine de jours, le gouverneur français de la colonie m’a appelé pour me dire que je ne filmais pas ce qui devait être filmé. On a discuté, on s’est disputé, il m’a insulté, je l’ai giflé. Premier incident diplomatique". Le film montre l’exploitation des populations locales, la répression arbitraire menée par l’armée française ou encore la mainmise des « vautours », dirigeants des grandes compagnies financières et commerciales. "Je suis rentré à l’endroit où j’étais logé, et j’ai trouvé un monsieur qui fouillait mes bagages. Alors on s’est un petit peu battu, je l’ai balancé par la fenêtre, il s’est cassé le bras et j’ai su après que c’était l’inspecteur de police. Second incident diplomatique".

René Vautier, ce Breton très persévérant est né le 15 janvier 1928 à Camaret dans le Finistère. Il a fait ses études secondaires au lycée de Quimper avant de sortir diplômé de l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) en 1948, section réalisation.

Son brûlot anticolonialiste a enfin été diffusé le 20 février 2008 sur Cinécinéma Classic ainsi que son documentaire réquisitoire de 1972 sur la guerre d’Algérie Avoir 20 ans dans les Aurès. Afrique noire reste encore aujourd’hui privé de visa d’exploitation. Le négatif appartient à TF1 qui empêche toute distribution.

Le cas du cinéaste René Vautier doit interroger le citoyen français sur l’ampleur de l’oubli de faits graves de notre histoire et sur le poids de la censure y compris quand celle-ci prend la forme de propagande mémorielle en se concentrant sur un fait unique, la Shoah, afin de faire diversion sur d’autres pages sombres dont les livres d’école ne parlent pas et pour lesquels la moindre évocation est marquée du sceau de la "repentance". La guerre d’Algérie est absente des livres d’histoire. Les massacres de Sétif et Guelma sont aussi particulièrement méconnus (lien Wikipedia). Ces répressions sanglantes d’une manifestation pacifiste, par les Français en mai 1945, firent des milliers de victimes innocentes. A propos de ces tueries dignes des nazis, un journaliste américain écrira : "It was an open season", pour dire la chasse à volonté. Les milices exécutaient par paquets les victimes à qui elles demandaient auparavant de creuser leurs propres tombes. On vit des corps arrosés d’essence et brûlés sur la place publique ou dans les fours à chaux, des groupes entiers de prisonniers écrasés sous les chars et des nourrissons pris par les pieds pour être projetés contre les rochers !

La diffusion d’Afrique 50 vaut hommage à René Vautier qui a consacré toute sa vie à la résistance contre la barbarie et sa meilleure alliée, la censure. Il sera parvenu à apporter des témoignages sur la torture en Algérie, témoignages qui aideront à défendre en justice Le Canard enchaîné et Libération en procès contre Jean-Marie Le Pen qui avait attaqué ces journaux pour diffamation. René Vautier a également lutté pour sa Bretagne et contre les crimes du capitalisme : Un homme est mort est un film qu’il a consacré à la mort de l’ouvrier Edouard Mazé, lors des manifestations et des grèves de Brest (mars-avril 1950). Un homme est mort a été récemment transposé en bande dessinée.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 25 février 2008 20:20

    La Taverne

    Voilà un sujet qui ne porte pas à polémique. La critique est facile, l’art est difficile. Merci pour cette lecture passionnante sur ce portrait d’un artisan du cinéma que ses pairs ont reconnu trop tardivement.

    Pierre R Chantelois

    Montréal (Québec)

     

     


    • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 25 février 2008 20:21

      Merci pour cet article tout à fait passionnant. Je n’ai pas eu l’opportunité de voir ce documentaire de Vautier, mais vous m’avez donné envie de commander son film "Avoir 20 ans dans les Aurès" et de lire ses mémoires "Caméra citoyenne" mais le livre est hélas épuisé !


      • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 25 février 2008 20:24

        Je suis ébahi : 40 ans de black out… Pourquoi René Vautier ne fait-il pas publier tous ses films en DVD au Canada où existe très peu de censure ?

        En tout cas j’aimerais voir ses films. CinéCinéma CLassic, c’est de la chaîne payante, son film n’a pas dû être vu par beaucoup de monde. Mais la censure reste et demeure une atteinte aux droits de l’homme et à la liberté d’expression.

        le mal fait par la colonisation, il y en a pour des générations à réparer… Si tant que cela soit possible.


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 25 février 2008 20:52

          Mério de St-Cyr

          J’image que si un comité de soutien de René Vautier prenait possession de l’ensemble de son oeuvre et cherchait une terre d’accueil pour l’éditer, cela serait possible. Je m’interroge sur l’inaction de la Cinémathèque qui, par le passé, a restitué de belles copies de films classiques, Je serais parmi les premiers curieux à commander un tel DVD.

          Pierre R. Chantelois

          Montréal (Québec)

           


          • borneo 25 février 2008 21:35

            OK, il y a censure

            mais quand il existe Bitorrent, la situation n’est en rien comparable aux années 50.

            aux militants de faire le boulot.

             


            • Philou017 Philou017 25 février 2008 22:55

              La censure ne date pas d’aujourd’hui. Mais elle est toujours présente, de façon plus subtile, mais efficace. Vautier :

              « Très peu de temps après [la grève de la faim et l’instauration des critères de censure], on s’est aperçu de la prédominance de la télévision sur tout ce qui se faisait sur le plan du cinéma.
              Et maintenant, il est vrai que la censure cinéma fonctionne très rarement ; mais par exemple l’année dernière [2002], sur 150 films réalisés en France, il n’y en a pas 3 qui se sont faits sans l’accord préalable d’une chaîne de télévision. Autrement dit, aujourd’hui pour faire un film il faut avoir l’accord de diffusion d’une chaîne de télévision et leurs responsables ne sont absolument pas tenus de dire pourquoi ils sont d’accord ou pas ». De plus, « l’idée de censure a tellement gagné, qu’aujourd’hui on n’a même pas besoin de censeurs. C’est l’autocensure. Les gens savent que leur sort dépend de l’absence de vagues dans ce qu’ils font ».

              www.lanouvellerepublique.com/actualite/lire.php

              On comprend pourquoi il n’y a plus le moindre film d’importance sur le fonctionnement de notre société. Marion Cotillard vient d’obtenir un oscar pour son interprétation d’Edith Piaf, tout un symbole sur la futilité de ce cinéma. On est pas pres de voir des films sur les agissements des multinationales ou sur le 11 Septembre. Des tragi-comedies, des biographies, des films de violence ou des policiers qui se vautrent dans le voyeurisme des méchants.

              Le plus beau, c’est tous ceux qui se gobergent sur notre société libre et démocratique. heureusement qu’il y a internet.


              • La Taverne des Poètes 25 février 2008 23:16

                Erratum : Dans l’avant-dernier paragraphe, "Ces répressions sanglantes d’une manifestation pacifiste". Il fallait lire "pacifique".

                 


                • Alphaba 25 février 2008 23:18

                  Oui, merci à La Taverne des Poètes de nous rappeler l’existence de ce courageux et lumineux empêcheur de ronronner notre histoire contemporaine en rond.

                  Pour la petite histoire, le travail, largement inconnu pour cause de censures, de René Vautier au Mali n’a pas fait grincer des dents que les politiques et hauts fonctionnaires de "la coloniale". Il a en effet filmé des preuves de la mise en scène que Marcel Griaule, alors mandarin de l’ethnologie africaniste, avait négocié avec les Dogons : à son arrivée et durant toute la durée de son séjour, ceux-ci devaient faire disparaître tout élément "occidental" (vêtements, ustensiles de cuisine, outils, etc.) Ces images des "caves à Griaule", où les Dogons entreposaient temporairement tout ce que le Grand Ethnologue ne voulait voir (et filmer), n’ont jamais été montrées au grand public et bien rares ceux qui les ont vues.

                   

                  Pour revenir sur l’article, mon plaisir a été un peu gâché par, comment dire, l’élan dénonciateur de l’auteur ? Ainsi, écrire que la "guerre d’Algérie est absente des livres d’histoire" est incorrect (voir par exemple cet article paru en 2005 dans L’Humanité, journal peu suspect de complaisance sur ce thème). Mais cela ne m’a pas empêché de voter pour .


                  • La Taverne des Poètes 25 février 2008 23:28

                    Merci pour le lien. J’avais ces informations-là :

                    La France n’a reconnu qu’en 1999 le fait qu’il y eut une “guerre” en Algérie. Pourtant, la guerre d’Algérie a commencé à Sétif en 1945 :

                    http://www.monde-diplomatique.fr/2005/05/HARBI/12191 (mai 2005)

                    La guerre d’Algérie n’est pas expressément mentionnée dans le programme de 3e, ou dans cette partie du programme, elle-même réduite à la portion congrue, qui permet de l’aborder : « De la guerre froide au monde d’aujourd’hui.

                    Source : Le Monde diplomatique février 2001 : http://www.monde-diplomatique.fr/2001/02/MASCHINO/14870
                    (lire les premières lignes pour comprendre à quel point cela n’est pas prêt de changer..)


                  • La Taverne des Poètes 25 février 2008 23:31

                    Vautier pour cet article et je vous renverrai la censure. Allez bonne nuit !

                     


                  • marc_paris 26 février 2008 00:03

                    le documentaire Afrique 50 est disponible sur Google Video

                    http://video.google.com/videoplay?docid=-3806278593208343765&hl=en-CA

                    A quand une diffusion sur Antenne 2 en remplacement des heures de pub ?


                    • La Taverne des Poètes 26 février 2008 10:38

                      Merci pour le lien. Il me permettra de regarder le documentaire car je ne suis pas abonné à la chaîne qui l’a diffusé.


                    • maxim maxim 26 février 2008 10:07

                      bonjour la Taverne ....

                      vous vous êtes quand même pas mal inspiré de Wikipédia pour votre texte ...

                      faut il tout de même rappeler ici que René Vautier a rejoint les rangs du FLN ,soutenu la désertion ,a fait tout son possible pour démoraliser la troupe au moment des évène ments d’AFN ....

                      à l’époque dèjà tous les soirs ,en Algérie ,il y avait des émissions radios ,contenant la lecture des lettres des militaires à leurs petites amies,femmes ou familles ,avec le ton geignard qui sied à ce genre d’emission ;pour donner l’impression que de malheureux jeunes gens vivaient l’enfer permanent ,alors que le courrier était en réalité intercepté et lu en majeure partie par les services de sécurité militaire et par la censure ......

                      certes ,certains planqués souvent affectés aux tâches administratives ,n’ayant pas eu l’expérience du terrain ni des opérations ,ni du combat ,pouvaient effectivement abonder dans le sens de la désinformation et du matraquage .....

                      les objecteurs de conscience étaient issus bien souvent de ces sphères où l’on ne risquait pas sa peau ....

                      étant moi même en unité combattante ,je n’ai pas vu qui que ce soit ,ne pas hausser les épaules en écoutant cette propagande ,lorsque nous étions au repos et que nous avions le loisir d’écouter un peu les transistors ,et on se marrait bien en écoutant ces tissus de mensonges .

                      n’oublions pas que Vautier était communiste ,et soutenait le FLN avec ses amis du milieu artistique et médiatique ...

                      nous étions en guerre faut il le rappeler .....

                      toutes les actions visant à déstabiliser ,aider l’ennemi ,la subversion ,la désertion etc ,étaient punies conformément aux lois en vigueur ......

                      en ce qui concerne le contenu de films pouvant déclancher des mouvement succeptibles de propager à nouveau des haines ,des mouvements dans les banlieues sensibles ,le tout soigneusement exploité par certaines fractions politiques ,qui vivent de ces troubles pour mieux les dénoncer ensuite .....

                      je pense qu’il faut encore faire preuve de sagesse et de retenue ,la guerre d’Algérie étant encore présente dans les esprits ,et facilement exploitable pour certaines fractions extrêmistes qui prônent la destruction de l’Occident .


                      • Traroth Traroth 26 février 2008 12:10

                        Ca n’explique pas pourquoi la censure se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Rappellons que les tortionnaires, les putschistes d’Alger et les membres de l’OAS, eux, ont été amnisités et souvent réhabilités depuis bien longtemps.


                      • Dalziel 26 février 2008 11:48

                        Ce Vautier - stalinien en son temps, ne l’omettons pas ; communiste, c’est un peu court pour le situer pleinement - n’est qu’un ethnomasochiste comme les médias en véhiculent des pleins charters.

                        Le matin, en sortant de chez moi, si je balance un coup de latte dans le réverbère, à côté de ma porte, des René Vautier, il en tombe une bonne douzaine !

                        En ce qui me concerne, il y a longtemps que j’ai expliqué à mes gosses - qui n’en sont plus - que ces histoires (Sétif, Guelma, Madagascar, colonisation, esclavage, etc.), ça se passait comme ça à l’époque, et que désormais ça se passe autrement. Point barre !

                        P.S. – Je me demande si je dois m’étonner de voir un sympathisant MoDem ressortir ces vieilleries, qui font la joie de l’anti-France, ou si, tout au contraire, il n’y a là rien d’étonnant…
                         


                        • La Taverne des Poètes 26 février 2008 12:07

                          L’anti France, c’est peut-être aussi les gens qui acceptent la censure et la pensée officielle et veulent garder une chappe de plomb sur toute vérité qui les gêne. Ce papier n’est pas le panégyrique d’un "rouge" (il est évident que je ne partage pas ses opinions politiqes) mais un rappel de ce qu’est la censure qui empêche la formation de la conscience du citoyen sur des évènements graves et dramatiques appelées à se renouveler.

                          Des questions annexes sont aussi posées par cet article : est-il normal qu’un société privée de télévision empêche la diffusion de vérités historiques qui intéressent tout citoyen ? Le devoir de mémoire doit-il se limiter à des coups de pub, de propagande élyséens, et à une communauté particulière ou faut-il regarder tout notre passé en face pour garantir la paix future ?


                        • La Taverne des Poètes 26 février 2008 12:09

                          En fait, la démarche de cet article est plus de poser des questions que de donner des réponses toutes faites comme "c’était comme ça. Point barre. Et maintenant on n’en parle plus". qui est la réponse toute faite que vous apportez à vos enfants.


                        • Traroth Traroth 26 février 2008 12:11

                          Reste à démontrer que ça se passe vraiment autrement de nos jours. Dites ça aux membres des forces spéciales qui tiennent le régime d’Idriss Deby au Tchad à bout de bras depuis 20 ans !


                        • Dalziel 26 février 2008 12:40

                          Le devoir de mémoire doit-il se limiter à des coups de pub, de propagande élyséens, et à une communauté particulière ou faut-il regarder tout notre passé en face pour garantir la paix future ?

                          Garantir la paix future ? En la préservant de quelle guerre ?!?!?! Opposant qui à qui ?

                          Il faut arrêter les imbécilités ! Africa50 est un film délirant, dont le commentaire, si on le suit au deuxième degré, est à mourir de rire. Le ton, tantôt larmoyant, tantôt indigné du récitant, fait réunion didactique de cellule du Parti smiley
                           
                          On reproche aux Blancs d’employer des indigènes, plutôt que des machines, pour faire des boulots élémentaires, mais en oubliant que ce travail rapporte 50 francs par jour à ceux qui l’exécutent, et qui n’en foutraient pas une rame - et ne gagneraient rien du tout -, si des machines étaient utilisées ! Le reste est à l’avenant…

                          Par ailleurs, j’ajoute que je fais partie de ces gens à qui il ne suffit pas de montrer un bout de mur en disant : « Ici, un enfant de sept mois, a été tué par deux balles françaises  » pour que je prenne ça comme argent comptant. C’est peut-être vrai, ça peut tout aussi bien être faux !

                          Je pense donc que la censure est une bonne chose, dans la mesure où les médias ne fourniront pas, aux consommateurs d’informations, les éléments permettant d’aborder ce genre de propagande, avec un œil extrêmement critique. Et distancié, parce qu’au premier degré, ce film, c’est du bourrage de crâne communiste et du pire !

                           


                          • M0w@X 26 février 2008 13:56

                            @ Daziel.

                            Décidement nous ne vivons pas dans le même monde.. Heureusement pour mon Univers !

                            Connaissez vous l’Afrique ? ...Cela m’étonnerait, vous ne vous permettriez pas de parler ainsi si c’était le cas !

                            Connaissez-vous l’histoire de ce documentaire ?...Non plus il me semble...

                            Eh oh !! La guerre froide c’est finit ! Vivez avec votre époque !!


                          • Dalziel 26 février 2008 14:42

                            Connaissez vous l’Afrique ? ...

                            Oh la la ! Et les Africains aussi !

                            Et aussi le bourrage de crâne à la mode bolcho, des années 50 !

                            Connaissez-vous l’histoire de ce documentaire ?

                            Ce documenteur, vous vouliez dire, je pense...

                            Eh oh !! La guerre froide c’est finit !

                            Je ne vous le fais pas dire.

                             Vivez avec votre époque !!

                            Celle de la repentance ? Carrez-la vous où je pense !

                            P.S. - A part ça, j’aimerais assez vous entendre sur les critiques, illustrées d’exemples, que j’ai formulées contre ce navrant navet...


                          • M0w@X 26 février 2008 15:22

                            Soit, je veux bien commenter vos critiques, mais de grâce, ne soyez pas insultant s’il vous plaît !!

                            Le commentaire peu vous apparaître délirant pris au second degré...Mais tout pris au second degré peut être délirant...non ?

                            Ce documentaire était une commande de l’Etat Français afin de montrer les "bienfaits du colionalisme". On lui avait d’ailleurs donné 50 bobines de film pour qu’il fasse son reportage. De retour en France la "bienfaisante censure" comme il vous plaît de l’appeler lui a restitué 17 bobines seulement, elles-mêmes amputées de toutes les images qui gênaient le Pouvoir (cadavres humains, noirs se faisant taper dessus pour bosser plus, conditions de vie déplorables dans les "camps de travailleurs", etc...). Ceci pour vous expliquer pourquoi vous ne voyez pas dans ce documentaire d’enfant avec le crâne explosé par des balles française... Mais même avec ces images, vous ne l’auriez sûrement pas cru, criant au mensonge et à la manipulation gaucho comme vous l’appelez.

                            Vous parlez des 50 Francs de l’époque contre une journée de dur labeur, mais avez-vous écouté ensuite ? Ces sous étaient récupérés sous la forme d’un impôt obligatoire (!) par les administrés du Gouverneur. C’est certain qu’il aurait été difficile de demander cet argent à une machine...

                            Enfin, vous voyez la propagande où vous le souhaitez, devant votre porte si cela vous chante. Mais les abus et exactions commises il y a près de 60 ans continuent, en Afrique, en Europe et dans le Monde également sous une forme légèrement différente. On peut parfaitement rapprocher les conditions de travail et de traitement de ces personnes avec la pression que mettent tous les industriels (les mêmes qu’à l’époque !) sur les travailleurs du Monde entier.

                            Travailler plus pour faire gagner plus....les industriels !! Voilà une des vérités qui sort de ce documentaire et qui est d’une actualité saisissante malgré tout ce temps passé...

                            Il n’est nullement besoin d’être Communiste ou gaucho ou extrémiste d’un quelconque bord pour s’en apercevoir...


                          • ChristianB 28 février 2008 10:33

                            Nous sommes tous sous la coupe des marchands. Pour faire passer la pilulle peut être suffit-il de savoir que la planète entière est dominée par ces individus. Pourquoi censurer un homme qui dit la vérité et attire l’attention sur des problèmes. Ce cinéaste en filmant des conduites plus que répréhensibles a fait l’objet d’une censure répétée. Censuré non pas pour dire que les choses sont plus qu’anormales, mais pour le "désordre" que cela aurait provoqué dans les finances de ces gens qui oeuvrent sans arrêt dans l’ombre. Le seul but étant de faire des profits, et plus le temps passe ces profits augmentent. C’est tout de même étrange que des textes datant de l’état français..., mais bon.

                            Il semblerait que notre pays soit parmi les mieux "placé" des pays démocratiques, pour ce genre de chose.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès