Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Rester debout ou se coucher

Rester debout ou se coucher

La presse va mal en France,

Certains journalistes commencent à avoir peur, et les poches de résistance se réduisent comme peau de chagrin.

A tel point qu’il aura fallu attendre près de 2 ans pour apprendre ce qui s’est passé à France Télévision le 30 juin 2008.

 Ce jour là, tout aurait pu basculer lors d’une visite programmée du chef de l’état.

C’est un journaliste, Emmanuel Berretta, (Le Hold-up de Sarkozy/ chez Fayard) qui nous en raconte de bien bonnes sur les rapports entre Sarkozy et les médias. lien

Ce jour là, Sarkozy a rendez vous avec le patron de France télévision, et doit répondre à une interview. lien

L’arrivée du président commence très mal : dans le couloir qu’il traverse pour se rendre dans le studio, il croise trois syndicalistes portant un tee-shirt « plus belle la vie sans Sarkozy ».

Rage du président qui menace de partir, et passe un savon à Patrick de Carolis.

La discussion est houleuse entre les deux hommes, et des démissions sont proposées.

De Carolis obtient que les tee-shirts insolents soient retirés, et le président consent à maintenir l’interview prévue. lien

Mal lui en prend : alors qu’il répond aux questions d’Audrey Pulvar, de Gérard Leclerc et de Véronique Auger, d’autres syndicalistes tentent d’occuper le plateau.

Ils sont repoussés par les vigiles, lesquels bloquent la porte comme ils peuvent.

Les syndicalistes ne s’en laissent pas compter, et à l’aide d’un bélier tentent d’enfoncer la porte.

On imagine l’ambiance dans le studio, où le jeu des questions réponses est quelque peu troublé par les coups de boutoir dans la porte.

Voici une partie de la vidéo de cette émission.

On peut écouter l’interview de Beretta dans l’émissions de Jean Marie Colombani, sur « public sénat » lien

Si l’on fait un flash back de quelques années, on constate que les rapports entre les médias et Sarkozy n’ont jamais été apaisés.

Déjà en 2005, le 25 aout, Alain Genestar, perdait sa place de directeur de Paris Match pour avoir osé montrer Cécilia au bras de son amant, Richard Attias, à New York. lien

Ceux qui se sont montré dérangeants, voire insolents, envers le chef de l’état l’ont payé cher.

Personne n’a oublié le commentaire de PPDA, au sujet de Sarkozy, qu’il comparait à « un petit garçon en train de rentrer dans la cour des grands ». La plaisanterie lui a couté son « 20 h » sur TF1.  lien

Mais pour mieux connaître les rapports de Sarkozy avec les médias, il faut aller en Suisse.

Une émission réputée, « temps présents » en a fait un documentaire.

Sous le titre « Sarkozy, vampire des médias », tout est raconté avec des détails. lien

Sarkozy y traite un journaliste de « crétin » et de « honte de sa profession ».

Ce dernier, pas fier pour un rond, est encore heureux d’avoir échappé à la sanction ultime, la perte d’accréditation.

On y voit une meute de journalistes entassés comme du bétail dans une charrette, tirée par un tracteur, pour pouvoir filmer Sarkozy à cheval déguisé en gardian …

On y apprend que pour éviter les problèmes, les conférences de presse sont organisées en dehors des grands centres urbains de préférence dans des endroits isolés plus facilement sous contrôle.

Tout est fait pour éviter le moindre débordement, et il arrive qu’il soit impossible de poser la moindre question.

On y apprend « les mises à pied, la censure, les menaces et même les insultes » proférées par le petit président contre la presse.

On y entend Jean François Julliard secrétaire général de « reporters sans frontière » évoquer :

« La France détient aujourd’hui le triste record en Europe du nombre de perquisitions dans les rédactions et du nombre de journalistes mis en examen pou placés en garde à vue.

La France fait moins bien aujourd’hui que les nouveaux entrants dans l’union européenne des pays comme la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, ou il y a encore pas longtemps des journalistes pouvaient se faire casser la gueule au coin d’une rue parce qu’ils avaient enquêté sur une affaire sensible ». Vidéo

Car ce qui gêne le plus Sarkozy, c’est que les journalistes soient trop bavards.

Il a menacé de retirer leur accréditation à ceux qui iraient trop loin. lien

Ce qui est sûr, c’est que la plupart des journalistes en ont une peur bleue, dixit Peter Rothenbüler ancien rédacteur en chef du journal suisse « le Matin  » tout surpris d’avoir été le seul à annoncer le départ de Cécilia). Vidéo (curseur à 13 minutes).

 Au point que l’informateur, continue de se cacher aujourd’hui sous un pseudo, de crainte de représailles. vidéo

Sarkozy, non content d’avoir pour ami Arnaud Lagardère et Martin Bouygues, est même parfois consulté par certains pour faire le bon choix.

Le « Canard Enchainé » avait révélé en février 2006 que Jean Pierre Elkabbach avait demandé conseil à Nicolas Sarkozy au sujet du recrutement d’un journaliste politique. lien

Lagardère est soupçonné d’avoir bloqué un article du « journal du dimanche » révélant que l’ex épouse de Sarkozy n’était pas allé voter au deuxième tour de l’élection présidentielle. lien

On a commencé à découvrir les basses manœuvres pour se débarrasser de la presse gênante.

La tentative de couler « Marianne », en faisant pression sur un financier qui soutenait le journal a provisoirement échoué. lien (régler le curseur à 1minute)...jusqu’à quand ?

Tout le tort du journal était d’avoir sorti un « Marianne, spécial Sarkozy » en avril 2007. lien

Mais il y a mieux.

Le Président voulait à tout prix mettre l’un de ses protégés au poste de patron de l’AFP, poste clef s’il en est.

L’information donnée était qu’Emmanuel Hoog, (le choix de l’Elysée) avait été élu dès le premier tour au début de ce mois d’avril.

La réalité est ailleurs : Au premier tour, Philippe Micouleau présenté par Le Figaro était écarté, puis au 2ème tour c’était au tour de Louis Dreyfuss de tomber devant Hoog par 7 voix contre 8. lien

Les témoignages des pressions faites à la presse se multiplient. lien

Dans l’émission « n’ayons pas peur de mots » on a pu entendre ceci :

« On se sent très clairement mis en danger par certaines de ses pratiques (…) il menace, il passe (lui ou son équipe) son temps à montrer du doigt certains journalistes : on ne vous oubliera pas, on s’occupera de vous après l’élection, on va virer cette rédaction » lien

L’ambiance conflictuelle avec la presse est permanente, comme on peut le constater sur cette courte vidéo, ou Sarkozy traité de monarque par Laurent Joffrin fait tout pour ridiculiser celui-ci devant ses confrères.

La question posée par Joffrin était pourtant tout à fait recevable : la monarchie est un système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par une seule personne.

Or Sarkozy lui a répondu en persiflant : pour lui une monarchie ne peut être qu’héréditaire, et pas élective, et il se trompe.

Heureusement, lorsque des journalistes se couchent, il y a au moins des humoristes qui résistent, tel Stéphane Guillon, inventant une interview présidentielle bidonnée. vidéo

En attendant, le ménage continue, et Guillon, avec d’autres semble bel et bien menacé pour la rentrée prochaine. lien

Comme l’explique très bien Daniel Schneidermann, l’éviction de Guillon sera précédée par celle de jean Paul Cluzel, président de radio France

Vidéo (Curseur à 1 minute)

Certains journalistes se demandent maintenant si Sarkozy est fou ? lien

En tout cas, depuis son élection, Sarkozy est trois fois plus présent dans les médias que ne l’étaient ses prédécesseurs.

Certains pensent que toute la presse lui appartient, alors, pourquoi se gênerait-il ? lien

Alors bien sur, il reste Internet, maintes fois menacé, mais jusqu’à quand ?

A part quelques journaux libres, parce que sans actionnaires, combien sont encore capables aujourd’hui de parler librement ?

Ils ne doivent pas être très nombreux.

Ces jours-ci, on sent comme une « entrée en résistance ».

Dans « le Progrès », Francis Brochet raille « Nicolas Sarkozy, l’austère qui se cache, qui « ne baisse pas les impôts, mais supprime les baisses d’impôts » lien

François Martin, dans le « Midi Libre », « Sarkozy a sorti son habit de funambule, glissant sur le fil tendu entre promesses et attentes ». lien

Dans Libération, François Sergent dénonce « la France et son gouvernement qui joue avec les mots, alors que la rigueur et l’austérité pour tous est au programme européen ».

Et pour enfoncer le clou, Olivier Picard, dans « les dernières nouvelles d’Alsace » dénonce : « les déplacements en avion privé à 116 000 euros le voyage, les gaspillages des campagnes de vaccination ». lien

Car comme disait mon vieil ami africain :

« Quand le chat n’a pas faim, il dit que le derrière de la souris pue ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • pissefroid pissefroid 14 mai 2010 10:26

    Excellente synthèse du professionnalisme de la majorité de notre presse encartée et pas respectueuse.


    • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 10:43

      Pissefroid,
      merci de votre commentaire,
      je pense que l’on a du souci à se faire, si ces journalistes continuent pour la plupart à courber l’échine devant ce pouvoir absurde.


    • Clouz0 Clouz0 14 mai 2010 19:02

      Les journalistes sont menacés, mais sur Agoravox des rédacteurs sont expulsés.


      Comme ça, un jour, sans explication.
      Et pas grand monde ne s’en émeut.

      Ils faisaient chier tout le monde avec leur façon de ne pas accepter toutes les idioties déversées quotidiennement. Ils s’étaient faits tout un tas de petits ennemis bien contents de ne plus avoir de contradicteurs sérieux et qui se foutent de la notion de liberté d’expression, quand elle est contre leur expression.

    • olivier cabanel olivier cabanel 15 mai 2010 08:47

      Gustavef
      vous devriez tenter de mieux les défendre,
      quels sont vos arguments ?
      maintenant que je sais de qui il s’agit, je dois vous avouer que les interventions de ces trois là sur mes articles (et peut être sur d’autres ?) n’ont jamais été très constructifs,
      disons que c’était du trollage basique,
      çà ne m’a pas vraiment dérangé,
      çà met un peu de fantaisie,
      mais bon,
      une fois de plus, c’était pas vraiment constructif.
      disons que çà ne permettait pas un vrai dialogue.
      voire même un dialogue tout court.
      et c’est dommage.


    • Clouz0 Clouz0 15 mai 2010 11:38

      Bonjour Olivier,

      Alors comme ça vous qui êtes présent depuis 2006 vous ne savez rien de ce qui se passe sur Avox ailleurs que sur vos articles ?
      Léon, Philippe Renève et le Furtif, cela n’évoque que des noms de trolls pour vous ?
      Pourtant ils ont passé autant de temps que vous ici, ils ont produit des articles intéressants, ils ont exprimé des accords ou des désaccords sur beaucoup de sujets en les argumentant le plus souvent.
      Il va être difficile de vous donner des exemples car voyez-vous la direction d’Avox, en même temps que leur éviction brutale, a supprimé tous leurs écrits.
      Articles, comme commentaires.
      Cherchez les sur vos fils vous ne les y verrez plus.
      Drôles de méthodes, non ?

      Rien de plus à en dire, vraiment ?

    • Alpo47 Alpo47 14 mai 2010 10:34

      Même si la majorité d’entre nous, n’avaient pas le détail des débordements de notre président, on peut maintenant penser que tout le monde a maintenant remarqué que l’arrogance, l’inculture,la grossièreté, l’intolérance, la bétise... étaient au sommet de l’Etat.

      Les hommes disent parfois d’une jolie femme : « Waoouuhhh ... rien à jeter ».... Ici, c’est plutôt : « Beuuurrk... rien à garder ».


      • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 10:45

        Alpo47,
        je retiens la formule,
        « Beuuuurrk...rien à garder »,
        le pire, c’est le coté « toujours au bord de la folie », qui devrait nous inquièter le plus,
        et cette envie qui transpire chez le petit président, d’être adulé comme une star.
        de se prendre pour une star.


      • jako jako 14 mai 2010 10:46

        Merci Olivier.
        « Certains journalistes se demandent maintenant si Sarkozy est fou  »
        D’autres plus nombreux en sont certains maintenant


      • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 11:10

        Jako,
        oui, c’est un sentiment que je partage aussi,
        certains pensent que ces mouvement d’épaule convulsif seraient consécutifs à la prise de produits défendus ?
        va savoir ?
        faudrait faire des analyses.
         smiley


      • Alpo47 Alpo47 14 mai 2010 12:51

        Non, ce n’est pas de la « folie ». Juste un immense narcissisme, mâtiné d’une dose de paranoïa...
        Finalement , Sarkozy a également le respect de l’autorité, mais seulement celle que confère le pouvoir de l’argent, la reconnaissance médiatique, les titres ...
        Lorsque jouait De Funes, on appelait cela, « la Folie des Grandeurs ».


      • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 10:40

        Bonjour
        Je ne pense en aucun cas que les Genestar et les PPDA soient des dissidents,des anticonformistes mais les plus fiers représentants d’un système qu’ils ont largement contribuer à façonner et entretenir durant des décennies,de simples courtisans du pouvoir politique qui sont allé pour une fois « un peu trop loin ».
        Les groupes de presse sont entre les mains de détenteurs d’empires économiques constitués en oligopoles, des marchands de canons qui n’ont surement pas investi dans les médias pour que ces derniers nuisent à leur image ou celle de leur entourage politique,il y depuis longtemps une véritable endogamie entre pouvoir politique et médias.
        Il n’y a pas de censure véritable mais une auto censure,que Sarkozy ai un peu plus vampirisé les médias c’est un fait mais à qui la faute ? à tous ces pseudo représentants de l’élite médiatique à fuseau mental unique,l’information est morte depuis longtemps comme dirait feu Bourdieu ne reste plus que l’extra ordinaire,le sensationnalisme,la vulgaire désinformation vendue pour de l’info véritable.
        Le pôle audiovisuel extérieur de la France a été nettoyé par Alain de Pouzilhac et madame Ockrent Kouchner, passons sur le conflit d’intérêts,tous les journalistes s’écartant de la ligne atlanto sioniste ont été débarqué c’est ainsi qu’un homme aussi brillant que Richard Labévières nous prive de ses analyses et se connaissances sur les questions du proche orient, l’orwélisation des médias est en phase terminale.
        Le va et vient des journalistes entre public et privé forge une mentalité,la seule ambition tolérée c’est celle de se couler dans le moule,les dissidents paient leurs choix au prix fort,il n’y a pas de place pour la contestation.
        Quant à ceux qui font partie intégrante du système et qui se sont recyclés dans la « web dissidence » type Marianne ou l’inénarrable Edwy Plenel ce ne rien d’autre qu’une version de la mer.. sur papier que nous subissons encore.
        Les indépendants n’ont pas voix au chapitre,la véritable information se fait hors de ce système à formater les consciences, simple outil de validation de choix politico économiques les plus iniques qui soient,d’où cette tentative de diabolisation permanente des médias alternatifs de l’internet.


        • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 10:41

          Un peu trop loin,j’ajouterais ,après une carrière d’une servilité exemplaire.


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 10:51

          Free Palestine,
          à l’évidence, PPDA et Genestar ne sont peut être pas un exemple de ce que l’on puisse attendre d’un journaliste,
          il n’en reste pas moins qu’ils sont de cette corporation, et que personne n’a le droit, comme le fait sarkozy de radier, ou encenser, tel ou tel journaliste,
          c’est de la liberté de presse qu’il s’agit.
          je ne crois pas comme vous qu’il faille jeter le bébé avec l’eau du bain,
          ce qu’on attend d’un journaliste, c’est qu’il ne se courbe pas devant le pouvoir, quel qu’il soit, de gauche ou de droite, et qu’il ne se conduise pas servilement devant celui ci.
          l’information avant tout.
          et le courage de dit ce qui ne va pas, en prenant le risque de reposer la question cent fois s’il le faut, comme le fait Nicolas Demorand, lorsqu’il n’obtient pas une réponse.


        • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 11:07

          http://www.leplanb.org/La-laisse-d-or-Nicolas-Demorand.html

          "On dit de lui que c’est le nouveau Serge July, le passé militant en moins. Autant dire que les dents de Nicolas Demorand labourent depuis longtemps les couloirs de la Maison ronde de Radio France. Non sans profit (pour lui) : la direction de France Inter, qui entend simultanément reléguer Daniel Mermet à une heure de moindre écoute, vient de promouvoir Demorand à l’animation du « 7-9 ». Lors du référendum européen, Paoli avait défendu le « oui ». Sur France Culture, Demorand aussi. En donnant la parole à Adler, puis à Olivier Duhamel, puis à Slama. Tous partisans du « oui ». Racontant sa bérézina référendaire, Duhamel a salué « l’exceptionnel soutien de Sciences-Po, étudiants, appariteurs et direction confondus » mais surtout le « fabuleux soutien des amitiés nées dans cette aventure, Nicolas Demorand, Marc Kravetz, Géraldine Mulhmann ».

          Demorand, c’est l’autre Nicolas, version Inrockuptibles. Aussi opportuniste et fat que Sarkozy, il se pique en revanche de culture et de colloques à la sauce CFDT. Mais quand il évoque « la philosophie explosive de Gilles Deleuze », c’est pour exalter « les surfeurs qui ont trouvé dans Deleuze un penseur branché pour les jours de tempête ». En mars 2004, Laure Adler renvoie de France Culture Miguel Benasayag, « trop militant, trop engagé ». Miguel se souvient : « Le jour où je me suis fait virer, Nicolas Demorand, comme un petit Judas de sous-préfecture, m’a fait la bise et m’a dit : “Va à ton rendez-vous avec Laure. Il n’y a aucun problème ma poule, nous restons groupés.” [...] Après, il a eu cette charmante attitude que j’ai bien connue en Argentine qui consiste à regarder ailleurs pendant que les gens disparaissent. » Pierre Marcelle, qui pourtant connaît bien Serge July, a été stupéfié par la bassesse de son héritier spirituel. Il y a deux ans, il qualifiait Demorand de « caniche » et pronostiquait : « D’avoir ainsi fait salement son sale petit boulot de vigile de la pensée, son employeur lui saura gré. » Nicolas, tu as ta récompense sur France Inter, mais Le Plan B t’offre une laisse en sus. Oui, tu peux gratter : c’est de l’or !"


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 11:17

          Free Palestine,
          Demorand n’a peut etre pas toutes les qualités, mais j’aime son ton narquois, et sa pugnacité a ne pas « lacher le morceau »,
          il y a aussi Ali Badou, et pas mal d’autres moins connus,
          sur une vidéo proposée, il y a une journaliste au ton très libre, dont le nom m’échappe,
          c’est vrai que le taux de confiance en la parole journalistique n’est pas très élevé,
          il n’en reste pas moins que nous devrions, par principe, se battre pour que leur liberté de ton, et de parole soit préservé,
          et tant pis si ils sont nombreux à ne pas le mériter.
          c’est de notre liberté qu’il s’agit.


        • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 10:47

          François Ruffin « les petits soldats du journalisme »
           l’excellent Serge Halimi « les nouveaux chiens de garde »
          http://www.acrimed.org/article935.html


          • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 10:54

            Free Palestine
            il y a beaucoup de colère et de révolte, vraisemblablement justifiées dans ce livre d’Halimi,
            mais une fois de plus, il est question plus d’objectivité que de défendre une opinion.
            c’est surement la part la plus difficile dans ce métier.
            faire de l’information la plus complète possible, et ne pas devenir forcément un « porteur d’opinion ».


          • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 11:21

            @Olivier
            Parce que vous pensez que les individus qui plastronnent dans les salles de rédactions ne sont pas de simples porteurs de valises des classes dominantes,de simples courroies de transmission de l’idéologie dominante,il faut être un brin naïf !
            Si la presse et les médias dominants se prétendent si indépendants, pluralistes,comment se fait il que nous n’entendions toujours qu’un seul son de cloche ,des simulacres de débats dans lesquels quelques chiffonniers de la pensée nous jouent l’éternel couplet de l’opposition factice et fictive,ils sont toujours d’accord sur tout ou presque à quelques détails !
            l’indépendance des médias et des journalistes n’est qu’une vaste farce tout comme ces prétendues étiquettes politiques,il y les dominants,leurs courtisans, leurs domestiques (médias les intellectuels de cour) et la plèbe.


          • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 11:25

            Free Palestine,
            peut être effectivement suis-je trop naïf ?
            bien sur tout le monde remarque que sur les centaines d’informations qui arrivent chaque jour, ce sont souvent les mêmes qui font la une,
            et que certains sujets sont poliment écartés,
            je travaille souvent avec des journalistes, et j’en ai faché quelques uns, qui longtemps après m’en tiennent rigueur,
            d’autres ont été plus courageux, et en ont perdu leur place,
            c’est pour ces raisons que je continue de penser qu’il est un peu réducteur de tous les mettre dans une même sac.


          • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 11:36

            @Olivier
            Je ne parle pas des seconds couteaux bien sur qui n’ont aucun droit de regard sur la publication et qui le cas échéant peuvent faire leur travail consciencieusement,mais des directions simplement inféodées aux puissances de l’argent et au pouvoir politique.


          • Furax Furax 14 mai 2010 12:10

            Bravo Free Palestine. Je partage entièrement votre pessimisme. Le référendum sur la Constitution Européenne a été un formidable révélateur ! 


          • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 12:26

            @Furax
            Salut
            C’est simplement une question de bon sens, d’observation ,la critique du paysage médiatique est non seulement fondée mais plus que nécessaire,je pense que ceux qui s’illusionnent encore sur l’indépendance de la presse,des médias, sur l’anticonformisme de certains journalistes pleinement intégrés à ce système n’analysent ce phénomène que sous ses aspects les plus grossiers,l’information se fait désormais hors du champ conventionnel ,des tas d’individus tel Chomsky ont largement traité de l’illusion démocratique.
            « La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature »
            Chomsky


          • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 16:31

            Free Palestine,
            c’est bien ce que j’avais compris, et je partage votre analyse,
            à+


          • Gabriel Gabriel 14 mai 2010 10:52

            Bonjour Olivier,

            La presse a son serment d’hypocrite. Ce quatrième pouvoir, à l’origine, était un des piliers de notre démocratie. La majorité de ses représentants ne méritent plus le nom de journaliste, ils ne sont que de vulgaires laquais à la solde d’un pouvoir corrompu. Il reste cependant quelques médias libres (Marianne, le canard etc…) Ceci dit, si ces pseudo journaleux sont lus ou écoutés, que faire ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 10:57

              Gabriel,
              je crois malgré tout qu’il faut les défendre,
              même si parfois, ils manquent cruellement de répartie,
              combien laissent passer des mensonges venant de leurs interlocuteurs ?
              faute peut-être de ne pas avoir suffisamment potassé le sujet.
              il serait bien qu’ils se rebiffent, qu’ils viennent avec des dossiers préparés, et tiennent tête lorsqu’un menteur professionnel fait son boulot de communicant.
              mais bon, ce n’est qu’une opinion.


            • L'enfoiré L’enfoiré 14 mai 2010 10:54

              Olivier,
               Et ça t’as oublié ?
               J’en ai parlé ici.


              • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 10:59

                Guy,
                tu as tout à fait raison,
                j’avais envisagé de publier effectivement des pistes grâçe à quelques publications de journalistes belges, mais je m’en suis tenu à ce reportage suisse, que je trouve quand même très pertinent.
                merci de rappeler ton article.
                 smiley


              • Immyr Immyr 14 mai 2010 11:13

                 En atlantiste confirmé qu’il est, notre président a compris le poids que pouvait donner les médias dans une élection, FOX aux US, les chaînes de Berlusconi en Italie. Je pense qu’il n’a pas de personnalité propre (pas dans le sens de manque de personnalité) mais dans le sens qu’il n’a point de ligne conductrice. Il est le produit de synthèse de divers courants : capitalisme libérale, conservatisme, clientélisme ancien etc... imbibé d’une couche de médiatisation à la Berlusconi, un manque de culture classique à la Bush fils... Il est le reflet de notre époque qui se cherche et par manque de réponse adéquate et de courage politique utilise les vieilles ficelles du métier en les vernissant d’une couche de pseudo-modernité.


                 Pff... quand je m’entends dire qu’il est le reflet de notre époque, ça me fait quand même un peu peur smiley

                • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 11:20

                  Immyr,
                  pourtant certains pensent que sa stratégie n’est pas payante,
                  même s’ils sont peu nombreux à se rebiffer, ils n’en pensent pas moins,
                  et la volonté sarkozyste de mettre la mains sur tous les médias pourrait bien se retourner contre lui,
                  obligé pour donner le change de mettre en, place des personnalités jugées à gauche,
                  mais la mayonnaise ne prend pas, et le vernis craque,
                  alors le petit président s’énerve.
                  même s’il s’applique à parler d’une voix doucereuse et suave, personne n’est vraiment dupe.


                • Furax Furax 14 mai 2010 12:14

                  Immyr,
                  Et vous avez raison d’avoir peur !
                  Hors sujet : suite à un débat récent, je tiens à vous dire toute ma sympathie. J’ai rencontré un athée intelligent !


                • Immyr Immyr 14 mai 2010 12:28

                  @ Furax


                   je vous en remercie cordialement. Habitant aux portes de vendée, qui reste un berceau de catholicisme, je n’ai presque que des croyants dans ma clientèle, qui pour une bonne part, connaissent mes positions idéologiques. J’appelle les soeurs du couvent voisin qui sont mes patientes :« mes soeurs », pas pour ironiser, mais pour garder la politesse due à leur choix. Une des meilleures blagues que je connais, c’est un curé qui me l’a racontée, quand je lui faisais remarquer du poids qu’il avait pris après les fêtes de Noël, en le taquinant sur le pêché de la gourmandise... Il m’a rétorqué de but en blanc, que la gourmandise était de manger ce qui nous plaisait pas, et que lui ne mangeait que ce qui lui faisait plaisir smiley

                   Je ne suis pas contre les croyances. Je suis contre tout ce qui oblige les hommes à se courber. Que ce soit dieu, que ce soit le capitalisme libéral, que ce soit le dernier chanteur prépubère à la mode. Ni dieu ni maître m’a toujours paru être une bonne devise.

                   Amicalement.

                • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 12:53

                  @Immyr
                  Bonjour
                  Vous devriez lire qu’est ce que la théologie de la libération « Leonardo Boff »
                  Cordialement

                  Leonardo Boff

                  [ Né en 1938 ] 20e siècle

                  Leonardo Boff, né en 1938 à Concórdia (Brésil), franciscain, ordonné prêtre en 1964, a enseigné la théologie au Brésil où il est apparu comme l’un des principaux théologiens de la libération. Il a écrit de nombreux livres et fut conseiller de la Conférence épiscopale du Brésil. Interdit de prédication, il quitte le sacerdoce et les Franciscains pour s’engager à Petropolis dans le Service d’organisation populaire d’aide aux mères et aux enfants des rues.


                • Immyr Immyr 14 mai 2010 13:12

                  @Free Palestine


                   merci de me faire connaître ce théologien que je ne connaissais point.
                   Moine franciscain de base, avec une idéologie faisant de la terre « réelle » un terrain de combat contre les injustices (Marx sors de ce corps que crierait le pape pour l’exorciser smiley)
                   Très intéressant. Tant que nous ne sommes pas dans la cité de dieu de St Augustin, et qu’on ne veut troquer notre corps terrestre pour un corps glorieux paulinien, et que le combat contre les injustices se fait ici et maintenant... M Boff peut croire en qui il veut mais son idéologie reste proche de la mienne smiley

                   merci encore.

                • Free Palestine Free Palestine 14 mai 2010 13:29

                  @Immyr
                  à chacun sa voie pour son propre salut, dans le respect de la différence.
                  cordialement.


                • patroc 14 mai 2010 11:39

                  Entre l’ultra rigueur et la faillite de l’euro qui s’annoncent, il va y avoir du sport !.. Les journalistes ont la trouille de Sarko0, ils ont peur de perdre leur petite place à gros train de vie et, comme les membres du gouvernement, rabâchent les directives à suivre sans comprendre, souvent.. Voir les infos ou c dans l’air est un grand moment de propagande et de lèche-bottes pour être poli.. Et ne parlons pas des journaux institutionnalisés qui reçoivent les subventions (nos impôts) avant d’avoir tiré un numéro.. Si c’est du libéralisme, çà, c’est assez proche de la dictature communiste !.. Ha, le courage manque dans la profession et bientôt il n’existera plus : Le quatrième pouvoir aux lèches-culs !!.. Merci AgoraVox


                  • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 16:01

                    Patroc,
                    merci à toi aussi pour cette vision réaliste de ce qui nous attend,
                    je me demande si le « petit »peuple va se laisser marcher encore longtemps sur les pieds ?
                    je crois qu’un certain rois Louis, conseillé par je ne sais plus quel ministre (les lecteurs viendront surement à mon aide) disait, « majesté il vaut mieux prendre un peu a tous les pauvres parce qu’ils sont plus nombreux » (ou quelque chose d’approchant)
                    mais le conseil à mal tourné pour Louis XVI qui en a perdu la tête.
                    à méditer pour notre n’impérial président.


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 mai 2010 12:12

                    Bonjour Olivier,

                    Deux cent journalistes, des centaines de photos et d’heures de films pour une petite phrase qu’il faut aller chercher en Suisse ( ou en Belgique ) pour la visionner...Quelle comédie ! S’il est effectivement très fort en répartie et en comédie, son véritable métier est bien carriériste, non, pas celui qui se fait suer pour fabriquer une longue rampe pour monter de douze mètres un mètre cube de sable qui arrivé en haut du tapis roulant bascule bêtement dans le vide pour retomber une seconde plus tard sur le sol...non, mais celui qui en fait des tonnes et que les deux cent journalistes, quand ils ont développé et analysé tous les contenus, en sortent une phrase...quel manège infernal pour rien qu’une funeste comédie...

                    En tout cas, j’apprécie ton ton zen qui prouve ton indépendance, bien loin des réalités du millefeuille blanches médiatique. a+ L.S.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 14 mai 2010 16:05

                      Lisa,
                      plus on y pense, plus on se rend compte que ce qui mène sarkozy, c’est l’envie d’être une star,
                      il est dans le show biz, et pas ailleurs,
                      il n’a pas de compétences politiques à proprement parler, il est seulement entouré de conseillers, plus ou moins pertinent,
                      ce qui provoque cette gestion d’état en dent de scie, sans queue, ni sans tête,
                      je vois tout çà assez mal finir.
                       smiley
                      et merci de ton commentaire.


                    • cathy30 cathy30 14 mai 2010 13:11

                      bonjour Olivier
                      Article qui tient vraiment bien la route, et bien documenté avec les liens. Cela fait vraiment plaisir de savoir qu’il y a des journalistes qui resistent. J’aime beaucoup également l’humour des tee shirts ’plus belle la vie sans sarkosy’ j’en mettrais bien un.
                      Bonne journée à toi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès