Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Rue89 lance un site bilingue espéranto-anglais : le titre en espéranto, le (...)

Rue89 lance un site bilingue espéranto-anglais : le titre en espéranto, le reste en anglais !

Rue89 vient d’annoncer il y a peu la naissance d’un site qu’ils ont aidé à réaliser, dirigé par Jennifer Schenker, ancienne correspondante de Business Week en Europe, qui a décidé de « se lancer dans l’aventure du journalisme en ligne. »


Présentation par Rue89

Ce site a été baptisé Informilo...

Or, informilo est un mot espéranto, composé de la racine inform- et du suffixe -il désignant un outil, un instrument, avec la finale -o des substantifs. L’ensemble signifiant "bulletin d’information".
En outre, La Informilo est également le titre d’un bulletin régional d’information sur l’actualité espérantiste, édité par Espéranto France-Est, association regroupant les départements Meurthe et Moselle, Meuse, Moselle, Bas et Haut-Rhin et Vosges.

Reconnaissons que le choix de ce mot est particulièrement judicieux, car il est très évocateur, euphonique, doux à l’oreille, compréhensible dans de nombreuses langues, latines et germaniques. De plus, il nous change agréablement des innombrables dérivés des « news », tous ceux qu’on aurait pu trouver en se creusant un peu les méninges : News-demain, Futuronews, A-la-pointe-des-news, Supernews, Soir-News, Matin-news, l’Eclate-news, sans oublier toutes les variantes genre teknik-news, car ce magazine anglophone sera consacré à l’actualité des nouvelles technologies.

Reste qu’on s’interroge : pourquoi le titre n’est-il pas en anglais ?

Les charmes de l’anglais seraient-ils épuisés, souffrirait-il d’une certaine désaffection ? On n’ose imaginer qu’il s’agisse de pauvreté lexicale ! Serait-il devenu d’un banal, presque... has been ? La page de lancement ne l’explique pas.

Quoi qu’il en soit, grâce à cet audacieux emprunt à l’espéranto, le site part sur de bonnes bases : originalité et humanisme. Bravo !

Soyons honnêtes : si les langues sont en perpétuelle lutte territoriale, elles ne sont nullement propriétaires de leur vocabulaire, et c’est de bonne grâce que l’espéranto s’offre aux autres.
Pourtant, pourtant, il nous semble que le légendaire « fair play » anglo-saxon aurait pu se manifester à cette occasion par un encadré présentant l’espéranto, ainsi que la problématique de la communication européenne et internationale, un peu comme on présenterait un oncle apprécié ou un parrain.

Rue89, contacté, n’a pour l’instant pas répondu. Malgré cette ingratitude navrante, je crois pouvoir parler au nom de l’espéranto et souhaiter bonne chance à ce nouveau média en ligne « bilingue » !

La modestie de l’espéranto dût-elle en souffrir, il faut reconnaître que, si les médias ignorent régulièrement l’espéranto, ils n’hésitent pas à lui emprunter des mots, de même que le monde du business.

Le Canard enchaîné a une rubrique « Le coin des piqueurs » qui égratigne leurs confrères lorsqu’ils ont « oublié » de mentionner d’où leur venait l’info... Peut-être faudra-t-il bientôt qu’un site espérantiste tienne une rubrique similaire ? En fait, c’est déjà fait ! Un espérantiste a eu la bonne idée d’inciter les sympathisants à collecter autour d’eux des exemples d’emprunts volontaires, ainsi que des effets comiques involontaires comme il s’en produit avec toutes les langues.

Le site se nomme « La Venko » (la victoire), et s’interroge, sur le mode ironique : « Ĉu vi scias, ke Esperanto jam venkis ? » - « Savez-vous que l’espéranto a déjà vaincu ? »

Et sa galerie photo illustrant ces mêmes exemples.

Un exemple d’effet comique : une banque hollandaise qui s’appelle Rabobank, ce qui en Eo voudrait dire "la banque du vol" ! Ça rappelle un peu la marque Hom qui a naguère dû modifier ses publicités en Chine en raison d’un sous-entendu sexuel en mandarin.

SUNO ("soleil" en Eo) est l’acronyme de Southern University of new-Orleans.

Ces homonymies bilingues amusantes, dues au seul hasard, se rencontrent dans toutes les langues.
 
Mais il s’agit parfois de vrais emprunts, comme pour ce portail consacré au commerce, sans aucun lien à ma connaissance avec les mouvements ou association espérantophones, qui a choisi comme adresse Internet : Komerco (prononcer komertso).

"Gusto", un café-restaurant de Moscou. Bien vu !

Esperanto, un grand restaurant de Stockholm, sans lien avec les associations espérantistes, si l’on en croit la surprenante explication sur leur inspiration :
« The name Esperanto was adopted from the book "The Alchemist" by Paulo Coelho, wherein the language Esperanto is described as the language of universe. »

Un autre restau Esperanto, à New-York.

Tento (tentation), un papier-toilette slovaque, ainsi commenté par celui qui l’a remarqué :
« Kiu povas rezisti la tenton de ĉi necesejpapero ? » (Qui peut résister à la tentation de ce papier-toilette ?)

Au vu de ces appellations aux sonorités espérantophones (Suno, Rimarko, Bazaro), on peut se demander si les publicitaires n’étaient pas en manque d’inspiration... Non, en fait, c’est tout simplement la preuve du charme indéniable de l’espéranto et de ses sonorités, de la simplicité de son vocabulaire qui puise aux racines les plus fréquentes de langues très répandues.

Un bon point pour ceux qui mentionnent l’origine du mot :
la société Domegos.com, « The company name originates from the Esperanto word of “domego”, meaning “house”. » (grande maison, avec le suffixe -eg augmentatif)

Ainsi que Konduki, qui explique l’origine du nom, et l’accompagne d’un commentaire pas vraiment agréable, mais l’intention y est :
« konduki is the word for “guide” in esperanto, a language that has enjoyed brief periods of hope from groups of esperanto advocates as an alternative to English as a global, unifying language (never happened !). »

Rendons ainsi à César ce qui est à César, et à l’espéranto ce qui est à l’espéranto... Et merci à tous les samideanoj (partisans de la même idée) qui ont signalé ces emprunts à la langue de l’espoir. (Dankon al ĉiuj samideanoj, kiuj raportis pri tiuj esperant-inklinaj nomoj.)

Ajoutons en guise de conclusion que, contrairement à cet agréable breuvage « Esperanto vin » (illustration au tiers de la page, à droite), l’espéranto est à utiliser sans modération !

Moyenne des avis sur cet article :  2.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 11 avril 2009 18:09

    ATTENTION CE LIEN EST UN PIÈGE ! KROKODILO, NE CLIQUE PAS !

    Or, informilo est un mot espéranto, composé de la racine inform- et du suffixe -il désignant un outil, un instrument, avec la finale -o des substantifs. L’ensemble signifiant « bulletin d’information ».

    C’est cool, ta vie.

    En outre, La Informilo est également le titre d’un bulletin régional d’information sur l’actualité espérantiste, édité par Espéranto France-Est, association regroupant les départements Meurthe et Moselle, Meuse, Moselle, Bas et Haut-Rhin et Vosges.

    En supposant que vous connaissez l’espéranto, et que vous ne vous trompez pas sur la signification de ce mot, c’est un titre tout à fait logique, pour ne pas dire, peu original.

    Reconnaissons que le choix de ce mot est particulièrement judicieux, car il est très évocateur,

    Non. Et je ne justifierai pas plus que vous cette affirmation.

    euphonique, doux à l’oreille,compréhensible dans de nombreuses langues, latines et germaniques.

    Non plus, ne serait-ce que parce que l’espéranto est une langue slave.

    De plus, il nous change agréablement des innombrables dérivés des « news », tous ceux qu’on aurait pu trouver en se creusant un peu les méninges : News-demain, Futuronews, A-la-pointe-des-news, Supernews, Soir-News, Matin-news, l’Eclate-news, sans oublier toutes les variantes genre teknik-news, car ce magazine anglophone sera consacré à l’actualité des nouvelles technologies.

    Bon, c’est sur que, en espéranto, c’est moins banal. Pour ne pas dire rare...

    Reste qu’on s’interroge : pourquoi le titre n’est-il pas en anglais  ?

    Parce que c’est un site anglophone, lequel est donc adressé à des anglophones, pour qui le charme exotique et dépaysant de l’anglais n’est plus tout à fait le même que pour un monolingue non anglophone.

    Les charmes de l’anglais seraient-ils épuisés, souffrirait-il d’une certaine désaffection  ?

    ...Dit-il lorsqu’un site lance un bulletin d’information en anglais.

    On n’ose imaginer qu’il s’agisse de pauvreté lexicale  !

    LULZ...

    Serait-il devenu d’un banal, presque... has been  ?

    L’anglais, banal sur un bulletin anglophone ? Quelle surprise.

    La page de lancement ne l’explique pas.

    Parce que tout le monde s’en fout ?

    Quoi qu’il en soit, grâce à cet audacieux emprunt à l’espéranto,

    Quelle audace ! Ils auraient pu lui donner un nom dans une langue vieille comme l’humanité, et exotique, mais ils ont préféré une construction sans âme ni identité.

    le site part sur de bonnes bases : originalité et humanisme.

    C’est noté. Je compte ouvrir bientôt un site intitulé « Nazisme et Espéranto ». Je ne doute pas que vous ferez la preuve de mon humanisme...

    Comme vous ne saisissez jamais l’ironie, voici un sous-titre : NON, L’ESPERANTO NE REND PAS LES TRUCS HUMANISTES ET QU’UNE TELLE IDEE PUISSE ÊTRE AVANCEE SERIEUSEMENT EST UNE PREUVE DE LA NATURE DELIRANTE DE VOS PROPOS.

    Soyons honnêtes : si les langues sont en perpétuelle lutte territoriale, elles ne sont nullement propriétaires de leur vocabulaire, et c’est de bonne grâce que l’espéranto s’offre aux autres.
    Pourtant, pourtant, il nous semble que le légendaire « fair play » anglo-saxon aurait pu se manifester à cette occasion par un encadré présentant l’espéranto
    ,

    Pourquoi faire ? Ce n’est pas comme si quelqu’un pouvait ignorer l’existence de cette langue.

    ainsi que la problématique de la communication européenne et internationale, un peu comme on présenterait un oncle apprécié ou un parrain.

    Peut-etre qu’ils n’ont rien à foutre de l’espéranto, et que tout ce qui les intéresse, c’est l’originalité à peu de frais.

    Rue89, contacté, n’a pour l’instant pas répondu. Malgré cette ingratitude navrante, je crois pouvoir parler au nom de l’espéranto et souhaiter bonne chance à ce nouveau média en ligne « bilingue » !

    Il va être anglophone, votre machin, pas bilingue. Et c’est dit plusieurs fois.

    La modestie de l’espéranto dût-elle en souffrir, il faut reconnaître que, si les médias ignorent régulièrement l’espéranto,

    Les media (sans s ni accent) n’accordent pas de choses plus d’importance qu’elle n’en ont à l’instant T. Si vous vous suicidez en mangeant votre clavier et en laissant une note « mi l’avoir fakta por l’esperantoj », nul doute que vous passerez au vingt heure, et qu’on expliquera brièvement ce qu’est cette langue.

    ils n’hésitent pas à lui emprunter des mots, de même que le monde du business.

    LOL WUT ?

    Le Canard enchaîné a une rubrique « Le coin des piqueurs » qui égratigne leurs confrères lorsqu’ils ont « oublié » de mentionner d’où leur venait l’info... Peut-être faudra-t-il bientôt qu’un site espérantiste tienne une rubrique similaire ? En fait, c’est déjà fait  !

    On savait que vous étiez capable de vous livrer à des manifestation de militantisme tout à fait ridicules. Ça me rappelle un peu les copocléphiles...

    Un espérantiste a eu la bonne idée d’inciter les sympathisants à collecter autour d’eux des exemples d’emprunts volontaires, ainsi que des effets comiques involontaires comme il s’en produit avec toutes les langues.

    COOL STORY BRO...

    Le site se nomme « La Venko » (la victoire), et s’interroge, sur le mode ironique : « Ĉu vi scias, ke Esperanto jam venkis ? »
    - « Savez-vous que l’espéranto a déjà vaincu ? 
     »

    C’est vrai ça, d’ailleurs, tout le monde est en train de l’apprendre pour « communiquer vraiment », c’est la nouvelle langue mondiale, CNN diffuse des « informes îlots » et vous avez fait un beau rêve.

    Un exemple d’effet comique : une banque hollandaise qui s’appelle Rabobank, ce qui en Eo voudrait dire « la banque du vol »  !

    Et en portugais, ça veut dire « la banque de la queue ». Mais je doute que cela soit volontaire.

    « The name Esperanto was adopted from the book « The Alchemist » by Paulo Coelho, wherein the language Esperanto is described as the language of universe.  »

    L’espéranto, langue universelle fictive... ça correspond assez à ce que j’en sais.

    Tento (tentation), un papier-toilette slovaque, ainsi commenté par celui qui l’a remarqué :
    « Kiu povas rezisti la tenton de ĉi necesejpapero ? » (Qui peut résister à la tentation de ce papier-toilette ?
    )

    AHAHAH

    Au vu de ces appellations aux sonorités espérantophones (Suno, Rimarko, Bazaro), on peut se demander si les publicitaires n’étaient pas en manque d’inspiration...

    Les « créatifs », dénués d’originalité ? Allons donc. Je rappelle ici que la publicité est une nuisance, et que les publicitaires se droguent pour oublier à quel point ils sont la lie de l’humanité.

    Non, en fait, c’est tout simplement la preuve du charme indéniable de l’espéranto et de ses sonorités,

    Une langue parlée par 0,003 % de la population planétaire est exotique pour les 99,997 qui restent, c’est mathématique.

    Ainsi que Konduki, qui explique l’origine du nom, et l’accompagne d’un commentaire pas vraiment agréable, mais l’intention y est :
    « konduki is the word for “guide” in esperanto, a language that has enjoyed brief periods of hope from groups of esperanto advocates as an alternative to English as a global, unifying language (never happened !). 
     »

    C’est peut-être pas agréable, mais c’est tout à fait vrai, et un très bon résumé. C’est tout ce qu’il’y a à savoir sur l’e-o. ça rappelle aussi, involontairement, le conducator...

    Rendons ainsi à César ce qui est à César, et à l’espéranto ce qui est à l’espéranto... Et merci à tous les samideanoj (partisans de la même idée) qui ont signalé ces emprunts à la langue de l’espoir
    .

    La langue de l’espoir... Etymologiquement, ça se tient peut-être, m’enfin, vous seriez plus désesperants que des esperants.

    Ajoutons en guise de conclusion que, contrairement à cet agréable breuvage « Esperanto vin » (illustration au tiers de la page, à droite), l’espéranto est à utiliser sans modération  !

    Et quand on mélange plusieurs vins de provenance différentes, on obtient une affreuse piquette sans âme comme l’espéranto.

    Typhon, Kissu ; ♥ 


     ▲

    ▲ ▲



    • Krokodilo Krokodilo 11 avril 2009 19:11

      Je vois que les publicitaires ne sont pas la seule nuisance !
      Comment vous expliquer les choses simplement ? J’avais compris que ce site serait exclusivement anglophone, ce titre était un clin d’oeil, comme l’indiquait le point d’exclamation (dont le rôle est expliqué dans tous les bons dictionnaires).
      Il n’en reste pas moins que certains professionnels ont indiqué que leur nom venait de l’espéranto, d’autres, et non des moindres, non... Fair play, où es-tu passé ?


    • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 11 avril 2009 20:04

      Bon, je me répèterai donc :

      Ne tentez pas de faire de l’humour ou du second degré. Jamais, sous aucun prétexte.
      Parce que vous êtes incapable d’être drôle. Incapable. Et je ne dis pas ça parce que je ne vous aime pas, ou parce que je veut médire de vous, même si je reconnais que cet aspect de la chose a une part de responsabilité dans le fait que je le répète. Je dis ça parce que c’est vrai.

      Et comme vous n’êtes pas drôle, tout ce que vous pourrez dire sera pris au premier degré et retenu contre vous.

      Typhon


    • Jovitourtiste Jovitourtiste 11 avril 2009 20:09

      C’est noté. Je compte ouvrir bientôt un site intitulé « Nazisme et Espéranto ».

      Loi de Godwin appliquée avec succès.


    • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 11 avril 2009 20:13

      C’est ce qui s’appelle backstabber un thread.
      Soit on fait comme si on n’avait pas vu, soit on nourri un troll, jusqu’à ce que gavé jusqu’à la gueule, il explose en projetant des spores.

      Sans ça, j’ ♥ les couscous le jeudi.

      Typhon


    • Jovitourtiste Jovitourtiste 11 avril 2009 20:24

      Que désigne le mot troll ? La personne qui argumente ou la discussion elle-même ? Je crois que la personne qui argumente est plutôt un flame warrior, mais je suis sûr que beaucoup ne font pas la distinction.


    • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 11 avril 2009 20:28

      Un troll, c’est quelqu’un qui cherche à créer une polémique sans fin.

      L’Ad Hominem, quant à lui, est une attaque visant la source de propos plutot que les propos en eux-mêmes. Un bon moyen de faire un ad hominem, c’est d’utiliser des labels :

      « troll » « communiste » « espérantiste » « newfag ».

      Typhon ♥ th5s thread


    • Jovitourtiste Jovitourtiste 11 avril 2009 20:43

      Lorsque toutes les ressources de l’argumentation sont épuisées, reste l’inane flame. Petite cause, grands effets. Mais c’est moins efficace sur un forum modéré.


    • Romain Desbois 11 avril 2009 23:48

      Bah oui c’était trop beau pour être vrai. J’ai cru à un poisson de Pâques. ;o)

      Il y a des années déjà , il me semble que Deawoo avait sortir une ou deux voitures avec des noms espéranto (espero peut-être, l’autre je ne sais plus).

      Mais que dire de l’anglais qui a piqué le oui espéranto jes ! ;o)


    • Krokodilo Krokodilo 12 avril 2009 00:19

      « Yes », elle est bonne celle-là !



    • Marsupilami Marsupilami 11 avril 2009 18:47

      @ Krohodilo

      Skandalo !

      • Krokodilo Krokodilo 11 avril 2009 19:13

        Je n’irais pas jusque là ! Disons manque de courtoisie. On fait comme si l’Eo n’existait pas mais on utilise son vocabulaire...


      • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 11 avril 2009 19:51

        Utiliser une langue morte pour en imposer, c’est une pratique qui a commencé avec le latin. La différence étant que ce dernier, même mort est, d’une part plus pratiqué que l’espéranto, et d’autre part, même un non-latiniste est capable de discerner du latin, alors que personne ne reconnait l’espéranto sans être espérantiste soi-même.

        Typhon


      • Dwuth 11 avril 2009 19:51

        Krokodilo, je m’incline.

        C’est simple, quand j’ai lu qu’on avait emprunté de l’espéranto sans même demander -et probablement sans en avoir conscience-, j’ai été profondément outré, et je vous demande pardon pour tous les outrages que j’ai pu vous faire subir .

        Ce n’est pas comme si tous les jours on utilisait des mots d’autres langues sans savoir d’où ils viennent, c’est vrai. Qui a jamais entendu le moindre mot venu de l’anglais, ou de l’espagnol, dans notre beau français.

        Mais bon, ce week-end, j’ai eu du mal à trouver une place de parking alors ça m’a un peu donné le blues, vous comprenez ?

        Dwuth


        • Krokodilo Krokodilo 11 avril 2009 20:43

          C’est vrai qu’on ne compte plus les médias francophones qui s’appellent diario informativo !


        • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 11 avril 2009 20:56

          ça veut dire diarrhée informe hative ?

          Typhon


        • Jovitourtiste Jovitourtiste 11 avril 2009 19:57

          Krokodilo, lorsque j’ai dit que je m’intéresserais à l’espéranto, j’espère que vous avez compris que mes propos étaient en relation avec la date à laquelle je les ai formulés.


          • ulysse 11 avril 2009 22:45

            Par curiosité et désœuvrement,j’ai poser la question suivante à Google :
            Quel était le nom du chien de Pavlov ?

            Je n’ai eu ,aucune, réponse ?????????

            Si,en son temps ,Zamenhof,avait pût imaginer qu’il déclencherait le même réflexe conditionnel avec le mot espéranto, il lui aurait donner le nom de « novelo lingvo angla », pour que l’on puisse baver dessus.

            A propos..., je connais le nom du fidel compagon de Zamenhof. 
            Ŝ..ĝ.... NnnoON....... !!!!!! je ne peut le révéler.

            De l’utilité des caractères accentués.

            En ce moment il y en un qui me fait baver, Ŝarketozi ,notre bien-aimé Comandatore.
             Ŝ et  ET , tout est dit !!! Quelle belle invention il a faite !
            En partie hors sujet,mais cela fait du bien.
            C’est un pur mouvement d’humeur reflex inconditionnel.


            • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 11 avril 2009 23:25

              Ecrit en français intelligible ou tais toi. Sois clair.

              Typhon


            • Krokodilo Krokodilo 12 avril 2009 02:16

              Excellent ! Je n’y aurais pas pensé. Et je ne traduis pas, rien que pour embêter Winkiesman.... qui devra apprendre un peu d’Eo s’il veut comprendre le jeu de mot bilingue. De toute façon, il parasite depuis si longtemps tous les articles sur les langues qu’il commence à s’y connaître.


            • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 12 avril 2009 12:13

              Vu sa manière d’écrire le français, il me faudrait le présenter à un grammairien ou à un psychiatre, c’est dur à dire.

              Et ça n’est pas de l’ad hominem, dans la mesure, ou si tant est qu’il y ait quelque chose à comprendre, c’est tellement mal écrit et confus que je ne le comprend pas.

              Pour ce qui est des jeux de mots, ce ne sont jamais que des « pets de l’esprit », dixit Desproges, et, comme la plupart des espérantistes semblent s’être fait extraire le sens de l’humour au scalpel, je doute fort que celui-ci plane plus haut que mon « des espérants » qui n’avait rien d’un sommet de l’humour.

              Par contre, je vous ferai observer que traiter de malpoli quiconque se risque à glisser une phrase en anglais tout en menant des conversation en e-o sur un forum francophone, c’est quelque peu incohérent, pour ne pas dire contradictoire.

              Typhon


            • ulysse 12 avril 2009 09:00

              Dans la mare des langues,infestée de,Vilaines !...Méchantes    Bébêtes !... de tout genres,peu recommandables,heureusement que vous avez le cuir épais.

              Une suggestion pour les bébêtes.
              Essayez-vous à la richesse combinatoire de l’espéranto pour vous faire les canines,cela peut être amusant !

              Toute motivation peut être bonne si elle nous sort des sentiers habituels.

              Pour le passant curieux qui voudrais savoir comment c’est-y-qu’c’est ????????
              http://users.swing.be/esperanto/cours/versionweb/coursAD.htm

              Pour savoir si l’eau est fraiche,il faut la goûter,et non écouter ce que l’on vous en dit.

              C’est ben vrrai çà !!!


              • ARMINIUS ARMINIUS 12 avril 2009 09:09

                En ces temps de licenciements par wagons,la demande de nombreux cadres pour une remise à niveau en allemand témoigne (enfin) de la prise de conscience de remettre au programme la langue commerciale la plus demandée en Europe. Pouvoir la mentionner sur son CV est un atout pour décrocher un emploi. L’Espagnol, choisi par facilité ne peut être utile que pour bosser aux amériques (aux US aussi, vu le nombre croissant de « latinos »). On est pas près de voir « Espéranto souhaité »sur une offre d’emploi, CQFD...


                • Krokodilo Krokodilo 12 avril 2009 12:12

                  Vous avez raison pour les offres d’emploi, naturellement, mais c’est ce regain d’intérêt pour les langues d egrande diffusion qui devrait en parallèle faire revivre le débat sur la barrière des langues et la communication, que ce soit au sein de l’UE ou dans le monde. Il est anachronique qu’à l’époque de la mondialisation tous les hommes ne dispsoent pas d’un moyen relativement simple de se comprendre. le constat est simple : la plupart des Européens ne peuvent pas discuter entre eux.


                • ulysse 12 avril 2009 11:41

                  Je vous donne entièrement raison.Chaque profession nécessite la connaissance d’une langue adapté à sa clientèle.

                  Qu’est-ce qui est utile ,qu’est-ce qui est nécessaire .
                  Savoir lire,écrire, compter,se lever à l’heure pour aller travailler.
                  Le dessin d’art,Les Lettres,la poésie,la gym,l’espéranto...c’est du temps perdu.

                  Si selon la formule sacrée « Le temps c’est de l’argent »
                  gagnons du temps avec l’espéranto qui est un faciliteur d’apprentissage des langues.

                  Vous citer l’allemand,l’espéranto s’adapte parfaitement à l’ordre particulier des mots de cette langue :
                  LA SYNTAXE
                  La place des mots dans la phrase est entièrement libre : Elle ne dépend que de la personne qui parle.
                  Néanmoins, un minimum de logique doit être respecté afin de ne pas nuire à la compréhension.......etc
                  Les personnes dont la langue maternelle impose des inversions ou des rejets - comme en allemand ou en néerlandais - peuvent donc continuer à le faire en Espéranto où une inversion sujet/verbe n’aura jamais valeur d’interrogation.
                  ex. : Demain, je chanterai = Morgaù, mi kantos ou Morgaù, kantos mi.

                  Le fait de pouvoir conserver en Espéranto les réflexes acquis dans sa langue maternelle procure un indéniable confort.
                  http://users.swing.be/esperanto/documents/lecours.htm

                  Que l’espéranto ne soit pas aujourd’hui demander dans le monde du travail est vrai ; quoi que :
                  http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/ouverture-d-un-musee-de-l-53213#forum2046042

                  Des personnes de tout âge témoignent de la facilité qu’elles ont eu à assimiler l’espéranto et surtout à le parler.

                  Que diriez-vous d’un jardinier qui ne préparerait pas sa terre à cause des hivers rigoureux ?

                  Faites faire, à ceux qui comptent pour vous ,un petit détour par l’espéranto,c’est un raccourci qui vous fera progresser ensemble, rapidement, avec les langues.
                  http://claudepiron.free.fr/articlesenfrancais/joyaueducatif.htm


                  • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 12 avril 2009 12:22

                    C’est moi ou il est encore plus incompréhensible qu’hermès ?

                    ça n’a ni queue ni tête, ça part dans tout les sens, sans aucune structure et un mépris des règles du français qui fait frémir. Et après, vous faites l’éloge d’une langue qui, selon vous, facilite l’apprentissage d’autres langues. Visiblement pas celui du français.

                    Typhon


                  • Cobalt-59 13 avril 2009 14:01

                    Je ne comprends pas, quel est l’intérêt de ce billet ?
                    Quelle information apporte-t-il ?


                    • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 13 avril 2009 14:16

                      Bonne question

                      Typhon


                    • Krokodilo Krokodilo 13 avril 2009 21:33

                      Il apporte deux infos inédites, certes minuscules au regard de l’actualité dramatique, mais c’est davantage qu’un certain nombre d’articles d’AV qui reprennent ou commentent l’actu des journaux.
                      1. Le titre de ce nouveau média est en espéranto.
                      2. Rue89 ainsi que ce nouveau site ne sont guère fair play en « oubliant » de citer l’origine du nom choisi, ce qui est en soi une info (sauf omission de ma part, et on me le signalera bien un jour, le cas échéant)
                      Et je ne peux même pas me vanter parce qu’on m’a filé le tuyau, à charge pour moi de me jeter dans la fosse aux trolls...


                    • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 13 avril 2009 21:49

                      Le point #1 n’a aucun intérêt, mais c’est votre droit de faire des articles sans intérêt.

                      Pour ce qui est de #2, vous pourriez toujours, à supposer que vous souhaitez sincèrement débattre, répondre à Lymb, qui vous fait une critique très intelligente.

                      Typhon


                    • lymb lymb 13 avril 2009 15:45

                      Sachant que l’Eo pioche son vocabulaire un peu partout, je trouve la critique un peu facile...


                      • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 13 avril 2009 16:49

                        Lymb, coment ose tu accuser Kro dêtre incohérent. Mon dieu, c’est vraiment à cent lieues de ce que je sais de lui.

                        Typhon


                      • Hermes Hermes 15 avril 2009 11:00

                        Lymb vous avez tout à fait raison.

                        Ho, mais que vois-je : « son vocabulaire qui puise aux racines les plus fréquentes de langues très répandues. » dans l’article même de notre kroko.

                        Donc kroko a encore plus raison que vous car il le dit lui même ET EN PREMIER


                      • Hermes Hermes 13 avril 2009 20:25

                        Et bien que de commentaires.

                        Pour ma part , article sympathique mélangeant information, humour et ironie.

                        Bon bien sur ceux qui ne saisisent pas le second degré....


                        • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 13 avril 2009 20:58

                          Vaut mieux prendre aux sérieux l’humour pas drôle de Krokodilo. C’est même beaucoup plus drôle de le prendre au premier degré que de le considérer pour ce que c’est, parce c’est vraiment, mais d’un pas drôle !

                          Alors que prendre tout ce que dit KKK au premier degré peut avoir toute sorte de conséquences amusante, notamment à cause d’un certain illettré qui a des problème avec l’ironie.

                          Typhon


                        • Hermes Hermes 13 avril 2009 21:23

                          Nous n’avons pas les mêmes valeurs !!!!!!!!!!!!


                        • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 13 avril 2009 21:30

                          Bien vrai ça. Par exemple, une de mes valeurs, c’est que les gens qui font des guirlandes de points d’exclamations méritent l’internement en camp de réducation et l’interdiction d’utiliser Internet. Ou alors, juste un retour forcé sur les bancs du CM1.

                          Mais cette deuxième solution est peut-être encore plus traumatisante.

                          Typhon


                        • Krokodilo Krokodilo 13 avril 2009 21:46

                          Et les gens qui mettent un message qui ne contient que des figures géométriques ? Voir plus haut, puisque la modération l’a laissé.


                        • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 13 avril 2009 21:56

                          C’est juste une provocation. Le triangle n’est pas un signe de ponctuation, et c’est juste histoire de faire bisquer les gens qui ne peuvent pas triforce. En revanche, le point d’exclamation à valeur de ponctuation, pas de décoration.
                           ▲
                          ▼ ▼
                          ▲ ▲
                           ▼
                          Enfin, ce n’est pas parce qu’untel a commis telle chose, que vous devez vous croire autorisé à faire de même.

                          Typhon


                        • Dwuth 13 avril 2009 23:44

                          Ce n’est pas qu’on ne saisit pas, c’est juste que l’auteur n’a AUCUN talent pour le second degré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès