Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Rue89 ou Rue1984 ?

Rue89 ou Rue1984 ?

Rue89 est actuellement en grève suite à la main mise de plus en plus grande du NouvelObs et de son actionnaire principal Perdriel. Il faut dire que le modèle économique choisi, celui de "l'indépendance par la publicité en ligne" a bien montré son inefficacité en n'empêchant pas la captation du site dans le giron d'un grand groupe capitaliste.

JPEGLa différence est donc grande avec les modèles économiques alternatifs tentés (pour l'instant avec succès) par un Médiapart, ou encore un Arrêt sur Image.

Médiapart propose un abonnement à 90€/an, aucune publicité, mais l'intégralité des articles est en accès payant. 75000 abonnés en 2013, avec un équilibre financier atteint à 95% par les abonnés, complété par une subvention d'Etat.

Arrêt sur image (@si pour les intimes) propose de son côté un abonnement à 40€/an, aucune publicité, et reprend ce qui a fait sont succès à l'époque de son existence télévisuelle : l'analyse critique du traitement l'actualité par les autres médias. Plusieurs articles sont publiés chaque jour, certains en accès gratuit pour les non-abonnés. La chronique quotidienne de Daniel Schneidermann est d'ailleurs reprise chaque matin sur Rue89. Enfin quand elle n'est pas enfouie sous quelques articles parfois de la veille. Etrange comme classement... Enorme avantage aussi sur @si : l'émission existe toujours (les émissions en fait) ! Et le format web permet des fantaisies impossibles à la télévision, comme laisser parler son interlocuteur, organiser un vrai débat contradictoire, sans coupures pub, sans heure de fin pré-programmée ; il faut voir ainsi Frédéric Lordon, Jacques Sapir, ou encore Jean-Luc Mélenchon dérouler leurs argumentaires, un régal.

Et Rue89 dans tout ça ?

Maintenant quand je me connecte, j'y vois surtout ça :

11 trackers bloqués par Ghostery :

  • AppNexus (adverstising)
  • ATInternet (analytics)
  • Cedexis radar (analytics)
  • ChartBeat (analytics)
  • Coremetrics (analytics)
  • Ezalus (advertising)
  • Facebook Connect (widgets)
  • Facebook Social Plugins (widgets)
  • Google Adsense (advertising)
  • Google Analytics (analytics)
  • Ligatus (advertising)

Domaines bloqués par NoScript :

  • ezakus.net
  • asq.ezakus.net
  • easyvoyage.com
  • cdn.easyvoyage.com
  • teads.tv
  • cdn.teads.tv
  • coremetric.com
  • tmscdn.de.coremetrics.com
  • libs.de.coremetrics.com
  • facebook.net
  • google-analytics.com
  • chartbeat.com
  • cedexis.com
  • widgets.outbrain.com
  • platform.twitter.com

Bloqués par AdBlockPlus :

  • a.ligatus.com
  • cdn.easyvoyage.com
  • cdn.teads.tv
  • cshoppingbox.partner.leguide.com
  • partner.googleadservices.com
  • facebook.com
  • ajax.googleapis.com
  • cdn.easyvoyage.com
  • connect.facebook.net
  • uniprix.nouvelobs.com
  • easyvols.org
  • ticketac.com

Rien de tout ça sur les deux médias cités précédemment.

Et depuis quelques jours, l'entête du site est carrément devenu "NouvelObs", tout comme l'adresse web, passée de rue89.com à rue89.nouvelobs.com. Tout un programme pour ce qui devient une machine à clic aux titres de plus en plus racoleurs et souvent bien biaisés... Les commentaires ne manquent pas de le souligner. Sûrement prévisible comme évolution, n'empêche que ça fait toujours mal au coeur, et la rédaction du site le vit bien comme tel.

Cher Rue89, tu m'as accompagné pendant longtemps dans mes lectures, mais tout comme j'évite désormais les Joffrin, Barbier et tous ces Nouveaux Chiens de Garde, je crois qu'il est temps de te laisser.

N'oubliez pas que quand un produit est gratuit, c'est que c'est Vous le produit ! Ciao Rue89.


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 10 décembre 2013 09:55

    Entièrement d’accord avec vous.


    Rue89 s’est vendu au diable de l’argent et il vient de perdre son âme.

    Philippe 

    • appoline appoline 10 décembre 2013 19:40

      Rue 89, Huftington, j’étais inscrite sur les deux et sincèrement je n’y allais que rarement, le Huff, Sinclair censure à tout va


    • Ouallonsnous ? 10 décembre 2013 21:59

      A Tonimarus, idem pour moi, dèsinscrit du site suite à des « frittages » avec le sieur Hasky, champion de la mauvaise fois et de la dérobade en plus d’être "pensionné de la NED, vitrine de la CIA !


    • Kelimp 10 décembre 2013 11:57

      Dans l’ensemble, je partage ce point de vue. Bémol, il démontre l’absence de choix du lecteur pour bénéficier d’une information crédible : soit subir la pub (encore qu’avec les outils précités, cela reste à peu prés supportable), soit payer pour y accéder. Avec les 2 seuls exemples que vous citez, cela fait 130€/an, ce qui n’est pas négligeable pour beaucoup.
      Il faut donc choisir : réduire ses sources d’informations et ne plus avoir une vision étendue des opinions, ou accepter la présence de publicités.
      Il y a la 3ème voie, celle choisie, pour l’instant, par Basta ou AgoraVox : le don. Mais compte tenu de l’aléa de cette formule, combien de temps cela peut-il durer ?


      • pingveno 10 décembre 2013 14:47

        soit subir la pub (encore qu’avec les outils précités, cela reste à peu prés supportable), soit payer pour y accéder. Avec les 2 seuls exemples que vous citez, cela fait 130€/an, ce qui n’est pas négligeable pour beaucoup.

        Tu m’étonnes que ça fait beaucoup, comme d’habitude on oublie la troisième voie : le paiement à l’acte, c’est à dire la possibilité, après avoir vu le début d’un article, de payer par exemple 50 centimes pour voir cet article et pas les autres, sans être obligé de prendre l’abonnement entier.

        Récemment, j’ai manqué dans mon quotidien local un article dont j’attendais la sortie (à l’occasion de la venue d’un artiste), hélas paru un jour plus tôt que ce à quoi je m’attendais. Sur le site du journal j’ai pu voir que l’article existait effectivement mais impossible de le lire sans prendre un abonnement d’un an qui ne m’intéresse absolument pas.

        Récemment de nombreux événements sportifs sont passés de la télévision gratuite à payante. Sur le principe je ne trouve pas illégitime de payer. Mais pourquoi devrais-je prendre un abonnement à une chaîne dont la réputation du service technique n’est plus à faire (il faut payer pour se faire dépanner même s’ils sont responsables de la panne...) tout ça pour la regarder une dizaine de fois dans l’année ?

        Mais ça, ni la presse écrite ni la télévision n’en veulent, parce que ça oblige à maintenir de la qualité tout au long de l’année, pas seulement juste avant les fêtes où des abonnements constituent un cadeau de choix. Mais c’est tellement plus facile d’accuser les vilains pirates que de se demander si le paiement à l’acte n’est pas tout simplement le seul mode de commercialisation qui met tous les consommateurs d’accord ?


      • jpp92 10 décembre 2013 13:54

         Bonne nouvelle , les socialos bobos se bouffent entre eux !!!!


        • wawa wawa 10 décembre 2013 14:59

          Interessant. c’est vrai que je suis un afficionados d’avox (une pagination et un mode de fonctionnement qui me convient sans doute) dont je regrette surtout une place trop grande faite aux idées d’extrème-droite, j’aimais bien quand les mélanchonistes équilibrait les débats.


          une question toute bête : ces logiciels bloqueurs, çà bloque quoi ?

          (je suis un peu niais question informatique)

          • ahtupic ahtupic 10 décembre 2013 19:12

            Moi, je ne peux plus faire défiler les articles de tête, ni de AVTV. Et je n’ai plus le droit de voter.
            En revanche, un max de pub qui débarque sans crier gare. Je ne sais pas d’où ca vient. Donc, une seule solution, ne plus fréquenter AV.


          • Constant danslayreur 10 décembre 2013 19:16

            « N’oubliez pas que quand un produit est gratuit, c’est que c’est Vous le produit ! »

            Mouais,

            Ghostery, NoScript, AdBlockPlus étant également gratuits, de même que votre navigateur préféré, votre moteur de recherche, votre lecteur de Pdf, vos briques logicielles Java ou autre, votre site météo, votre webradio préférée ainsi probablement que votre anti-virus lui-même, que faut-il in fine retenir de votre … avertissement ?

            Que payer un abonnement suffit à votre bonheur ?

            Sinon, la nature ayant horreur du vide, les intervenants de Rue89 vont vite trouver preneur. D’ailleurs, AV devrait leur faire de l’œil (aux valables seulement hein, les atrophiés du Bulbe on en a déjà à revendre), naaaan j’déconne smiley


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 décembre 2013 19:24

              Ah oui ,qu’lis viennent sur Ago ,un bon reportage sur la fistinière bretonne élevera le niveau !
              Tu verras Constant ,tu seras pas déçu ... smiley


            • Constant danslayreur 10 décembre 2013 19:53

              Aita, je ne connaissais même pas le sens du mot alors j’ai googlé tu penses bien et alors quelle horreur...  smiley

              Je propose qu’on se cotise pour financer Rue, juste histoire qu’ils restent in-situ.
              Ou alors il faut aller là-bas poster que de source scientifique, fréquenter AV donne des boutons aux boutonneux c’est dire... 


            • Constant danslayreur 10 décembre 2013 19:56

              pustulovox que ça s’appelle, faut surtout pas venir les gars et les garces, merci.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 décembre 2013 20:03

              Poing dréssé chantons (ou couinons les 1eres fois ) :
              C’est la lust finaaaaleeee
              Aujoud’hui et demain....
              L’interrectaaaaleee seras le genre humain !!!!
               smiley Z’en étaient là chez rue 89 ...


            • Constant danslayreur 10 décembre 2013 20:23

              Je vois ça d’ici, un gus genre Ventura : tu veux mon poing sur ta gueule de cave de merde ?

              Pas sur la gueule mais à la cave je veux bien, voyou, hou, hou !

              Brrrrr

              Des coups à se faire moine, chanoine ou macédoine ou alors rien que pour exorciser hein, nulle arrière-pensée n’est-ce pas, à aller faire une fouille au corps à Miss France sur le fil de Sampi, histoire de s’assurer qu’elle a bien ses papiers sur elle... c’te graine de sans-pap sans-pape


            • Constant danslayreur 10 décembre 2013 20:45

              Je signale à mes moinsseurs abonnés qu’ils ont des obligations à remplir... là, juste au dessus... j’attends... smiley


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 décembre 2013 20:47

               smiley  smiley Aux miens aussi !


            • vesjem vesjem 10 décembre 2013 21:23

              @sampiero
              pas à l’extrême droite ; à tous les courants qui revendiquent l’idée NATION ;
              l’extrême (ou non) gauche , si elle revendique l’universalisme tout de suite , ne sera pas crédible ;
              Or , l’amalgame universalisme/mondialisme est le problème des partis dits « de gauche », ce que semble ne pas comprendre leurs responsables .


            • wawa wawa 11 décembre 2013 06:01

              Ne pavoisons pas, nous nous avons georges Yang. c’est nab s’était essayé au scato aussi.


            • vesjem vesjem 11 décembre 2013 22:08

              @sampiero
              il me serait sincèrement triste que tu t’éclipses d’AV ; je ne te ressemble pas mais je me reconnais en tes valeurs , qui sont de mon modeste point de vue , authentiques ;
              salutations


            • patdu49 patdu49 10 décembre 2013 19:35

              Perso j’ai laissé tombé ce site, depuis belle lurette.

              Ils m’avaient viré, sans un mot d’explication, ne répondaient à aucune demande.

              Et surtout ne supportaient pas la moindre démonstration de leurs incompétences, erreurs, mensonges, etc quand on leur apportait les preuves sous le nez, en commentaires.

              Bref trop superficiels pour moi, pas assez « fouille-merde » ... trop « convenus », à passer même parfois de la pommade dans le dos à certaines personnalités politiques etc .. pas de questions trop dérangeantes etc ...


              • La mouche du coche La mouche du coche 10 décembre 2013 19:54

                Tout pareil. Bon débarras à ce site qui ne faisait que dire de manière plus sympathique la même chose que les autres. smiley


              • Vipère Vipère 10 décembre 2013 19:55

                A tous


                Depuis, le temps que ça sentait le sapin ! c’est pour quand l’enterrement de rue89 ?



                • Vipère Vipère 10 décembre 2013 20:28

                  D’ailleurs, autant le dire « Marianne » ne va pas bien non plus ! 


                   à force de radoter les mêmes choses comme les petits vieux, elle a fait fuir le chaland, ne restent que quelques irréductibles.

                  Cela fait énormément de peine à Jean Francois KHAN qui serait prêt à pardonner à quiconque voulant trousser lejupon de sa Marianne, comme il a pardonné naguère à son ami Dominique STAUSS-KHANN, le troussage de jupon de Madame Nafisatou DIALO qui comme chacun sait n’est pas une femme de plume, mais de chambre. 





                  • Arnaud69 Arnaud69 10 décembre 2013 20:33

                    J’ai acheté et lu Marianne des années mais le tournant sionite et propagande toute faisant Marianne est de plus en plus puante et barré de la caisse. (papier qualité moindre et mise en page nouvelle formule dégueulasse)

                    Désormais je préfère donner mon fric à n’importe qui dans la rue.


                    • rocla+ rocla+ 10 décembre 2013 21:07

                      Le meilleur journal pour l’ actualité parlant des choses communes 

                      avec pour priorité les idées de reportage concernant les faits qui se sont passés 
                      récemment et dont l’ ordre du jour traite  de ce qui se passe de plus important 
                       dans le monde  avec  l’ objectif premier de relater  ce qui fait un peu
                       l’ extraordinaire des événements vécus ici et là par les diverses populations 
                      occupant le cinq continents parmi lesquels  se trouvent beaucoup de personnes 
                      migrant vers des horizons nouveaux espérant réaliser quelques rêves utopiques
                      dont un des premiers est de se sortir de sa condition de pauvre vu que dans certains endroits ils sont pas riches .

                      Le meilleur journal c’ est Tintin . 

                      Avec les histoires du Général Alcazar et le faux lanceur de couteaux Ramon . 

                      Sa femme l’ appelle souvent , disant : viens Ramon .

                      • rocla+ rocla+ 10 décembre 2013 21:08

                        lire le fameux lanceur de couteaux Ramon . 


                        • Constant danslayreur 11 décembre 2013 07:20

                          Rapport sur les immigrations bretonnes dans la ville de Nantes

                          Monsieur le maire,

                          Dans son rapport du 11 janvier dernier, la commission pour l’assainissement des logements insalubres vous signalait ce fait : que l’insalubrité des logements, dont la raison principale était la mal propreté, avait souvent pour cause première des habitudes de malpropreté invétérées chez les personnes.

                          Elle vous disait que cette malpropreté personnelle est, de plus, un agent incessant d’affaissement moral et de démoralisation qu’il importe de combattre activement ; et parmi les mesures les plus efficaces, elle vous indiquait la propagation des bains et lavoirs publics, qui ont obtenu un succès si remarquable à Londres et qui paraissent devoir réussir à Rouen de la même manière.

                          Nous avons la conviction qu’il est possible, avec une ferme volonté et beaucoup de persévérance, de faire pénétrer les améliorations nécessaires dans les classes malheureuses de notre cité ; mais, nous devons le reconnaître, nos espérances se décourageraient, si les quartiers misérables, dont nous poursuivons l’assainissement, devaient être régulièrement infectés, le mot n’est pas trop fort, par ces invasions de mendiants qui nous viennent des campagnes de la Bretagne.

                          Ces populations, étrangères à notre département, chez lesquelles la malpropreté la plus repoussante est une seconde nature, et dont la dégradation morale est descendue à un niveau effrayant, viennent périodiquement encombrer nos quartiers les plus pauvres et les plus insalubres. Elles recherchent et n’obtiennent qu’à des prix élevés, en raison de leur insolvabilité même, des logements où le devoir de l’administration ne lui permet pas de tolérer la présence d’êtres humains.

                          Ce sont généralement des réduits ou hangars, n’ayant d’autre ouverture qu’une porte pour donner accès à l’air et à la lumière ; dont le sol est une boue permanente, entretenue par l’humidité qui suinte des murs et du toit ; sol sur lequel repose l’unique couchette des habitants, un amas de paille recouvert de quelques guenilles fétides. Aussi, une bonne partie des interdictions que nous vous avons demandé de prononcer s’appliquent-elles aux logements de cette catégorie d’habitants.

                          Lorsqu’ils parviennent à occuper des habitations qui ne sont pas, par elles-mêmes, dans des conditions d’insalubrité, leurs habitudes d’une malpropreté hideuse, sur la personne, les vêtements, dans toutes les fonctions usuelles de la vie, ne tardent pas à y créer une insalubrité grave.

                          Ajoutons que la plupart de ces malheureux ne comprennent que le bas-breton, et qu’il est presque impossible aux agents de l’autorité de s’en faire comprendre.

                          Nous ne saurions trop insister sur ce point, monsieur le Maire ; chacun de leurs séjours est une véritable infection des habitations, qui doit paralyser tous nos efforts et les vôtres, si on n’apporte un remède énergique à ce fléau. Car c’est un véritable fléau, une plaie déplorable que la présence, parmi nos populations, de ces pauvres gens, dont la dégradation morale égale la dégradation physique.

                          Parmi les nombreux faits qui ont affecté profondément la commission, quelques-uns suffiraient pour justifier une pareille appréciation.

                          Ainsi, un hangar sans fenêtre, dont le sol et les murs étaient pour ainsi dire putréfiés, était occupé par deux jeunes filles, deux sœurs, toutes deux mères, ne comprenant pas un mot de français et n’ayant d’autres moyens d’existence, pour elles deux et trois enfants, que la plus abjecte et la plus misérable prostitution.

                          Dans d’autres taudis non moins hideux, nous trouvons père, mère, enfants, ne comprenant également que le bas-breton, sans autre mobilier qu’un monceau de paille, sans autre ressource que la mendicité. Puis, quand ils ont obtenu quelques monnaies de la charité privée, le père et souvent la mère se hâtent de se plonger dans une affreuse ivresse d’eau-de-vie et scandalisent ensuite le voisinage par des luttes féroces et des actes d’immoralité révoltante.

                          Les archives judiciaires révéleraient qu’ils entrent pour les trois quarts dans la population qui alimente les bancs des tribunaux de police.

                          En général, ces ménages sont encombrés d’enfants dont l’aspect est navrant.

                          Nous croyons fermement, monsieur le Maire, que l’administration doit se préoccuper sérieusement d’un pareil état de choses. Les mesures tendant à arrêter l’envahissement du mal seraient non moins dans l’intérêt de la population de notre ville que dans le véritable intérêt de ces infortunés.

                          L’intérêt de la commune est évident. Ces hordes nomades, à raison des conditions hygiéniques où elles vivent, sont une charge pesante pour ses hôpitaux.

                          Elles entretiennent dans nos murs le fléau de la mendicité et rendent stériles les efforts et les sacrifices de l’administration pour le faire disparaître ; ou bien, elles font une concurrence désastreuse à notre population ouvrière dans la recherche du travail.

                          Enfin, elles démoralisent cette même population par l’incessant spectacle de la dégradation la plus infâme.

                          Si la présence de ces malheureux, dans nos murs, apportait une amélioration à leur sort, nous n’aurions pas le courage de demander qu’ils en soient écartés ; bien des considérations peuvent se taire devant un soulagement réel de pareilles misères. Ils ont, comme tous les citoyens, droit à la liberté de choisir leur résidence sur le sol du pays. Mais si cette liberté souffre des restrictions nécessaires, dans l’intérêt de la société, ce principe de restriction peut être d’autant mieux invoqué, quand il se trouve d’accord avec l’intérêt sainement compris de ceux contre qui l’application en est demandée.

                          Or, il n’est pas douteux que ce ne soit ici le cas. C’est la misère qu’ils fuient en abandonnant leurs campagnes pour se jeter dans nos villes ; mais ils ne font que changer de misère et aggraver leur triste condition.

                          La plupart ne comprennent ou ne parlent que leur patois breton : ils sont donc dans l’impossibilité de pouvoir s’employer utilement, sauf le cas exceptionnel de grands travaux de terrassement. La charité publique ne leur est pas accessible, parce qu’elle n’est acquise qu’à certaine condition de domicile ; leur seule ressource est la charité privée, c’est-à-dire son exploitation par la mendicité.

                          Logés comme nous l’avons fait connaître, ils sont victimes de nombreuses causes d’insalubrité qui sévissent tout autrement dans les réduits malsains de nos mauvais quartiers que dans les huttes des campagnes. Enfin, ils ont, outre la tentation, toute facilité, dans une grande ville, de s’abandonner à tous les vices auxquels les laisse en pâture l’absence du sens moral, à peu près étouffé chez eux, si jamais il y a été développé.

                          Nous pensons qu’à tous égards, il importe que cette facilité de quitter les campagnes pour venir croupir dans la misère d’une grande cité comme la nôtre, soit refusée à ces populations.

                          L’administration doit les retenir dans les campagnes ; c’est là qu’elle doit s’occuper de venir en aide à leur misère. Elles y seront toujours plus à la portée d’un travail utile, qui leur fait, d’ailleurs, complètement défaut dans les villes. Elles y seront aussi, près du pasteur de leurs paroisses, à la portée des enseignements de la religion et de la morale, dont elles n’ont pas moins besoin que de pain.

                          Que le gouvernement, pour arriver à ce but, agisse sur leurs communes. Il le peut, il le doit ; car en les laissant venir ainsi s’engloutir dans cette fange qu’ils entretiennent dans nos cités, le gouvernement est coupable contre la société, coupable contre ces malheureux. Ce n’est point d’ailleurs au travail industriel qu’il faut demander des ressources contre ces misères, c’est au travail agricole.

                          Le premier est limité, le second peut être illimité devant le vaste champ du développement de la consommation. Celui-ci est, de plus, par lui-même, un agent de moralisation. Or, quand il s’agit de développer, de féconder le travail agricole, nous sommes de ceux qui croyons que vouloir, c’est pouvoir. Le tout est de savoir vouloir.

                          Ces considérations, Monsieur le maire, sont sans doute d’une compétence plus élevée que la nôtre ; mais nous avons dû les indiquer à la justification de la mesure que nous provoquons.

                          Nous pensons, monsieur le Maire, que l’intérêt de la population que vous administrez exige que vous concertiez à cet égard avec M. le préfet, et dans le cas où ce magistrat n’aurait pas les moyens d’action suffisants, que vous les réclamiez d’accord près du gouvernement. Car il est urgent de porter le fer dans une plaie dont nous étions loin de soupçonner la gravité et l’étendue avant qu’elles ne se fussent révélées à nous, dans la visite minutieuse que nous faisons de tous les logements pauvres de la ville de Nantes.

                          Nantes, 25 avril 1851.
                          Le vice-président de la commission, A. CHÉROT

                          http://www.persee.fr/articleAsPDF/genes_1155-3219_1996_num_24_1_1406/article_genes_1155-3219_1996_num_24_1_1406.pdf


                        • Vipère Vipère 10 décembre 2013 21:29

                          Personne n’est parfait, Arnaud69, nous étions nombreux à avoir acheté et lu Marianne des années, durant. Un jour, il y a eu Nicolas BEDOS, le fils de... qui vous savez. Et c’est là que les choses ont commencé à se gâter. 


                          Lire chaque semaine la prose du chroniqueur au style pompeux et ampoulé du petit Nicolas dont le fond était d’une vacuité sidérante m’a fait prendre conscience du degré de médiocrité et de décadence du brûlot. Son fondateur s’est démasqué dans une méprisable affaire de viol, impliquant son ami DSK, par des propos méprisants, irrespectueux, à l’égard d’une femme, noire, de condition modeste. 

                          .

                          • Denzo75018 11 décembre 2013 08:26

                            MédiaPart et Rue89 des médias indépendants !? Vous rigolez ...Indépendants des pouvoirs financiers, mais complétement inféodés à de vielles lunes Marxistes/Léniniste ou Maoistes, ce qui n’est pas mieux ! Alors qu’un média non engagé se doit d’analyser l’information à charge et à décharge ! Comment croient-ils un instant leurrer les lecteurs, mis à part ceux qui sont inconditionnellement attachés à leur cause politique inavouée ...


                            • vesjem vesjem 11 décembre 2013 08:50

                              inféodés à plus ,...si affinité


                            • legrind legrind 16 décembre 2013 07:20

                              Que Rue89 crève 


                              • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 2014 18:16

                                Rue 89 ? j’ai changé 4 fois de pseudo car je me faisait bannir dès que j’égratignais le pouvoir en place (PS), finalement j’ai laissé tombé ce site de bien pensant ou il faut caresser dans le sens du poil socialobobo, j’espère qu’il feront grève pour une décennie au minimum .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès