Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Salim Lamrani : « De puissants intérêts se cachent derrière la (...)

Salim Lamrani : « De puissants intérêts se cachent derrière la cyberdissidence de Yoani Sánchez »

Salim Lamrani vient de publier Cuba, ce que les médias ne vous diront jamais, dans lequel il aborde tous les thèmes utilisés par la propagande étasunienne pour justifier les sanctions économiques unilatérales contre Cuba, indépendamment de l’alternance entre démocrates et républicains. Avec un prologue de Nelson Mandela, ce livre à l’analyse exhaustive et aux arguments précis en font un ouvrage de référence.
 
Guillermo Nova
 
Vous venez de publier un nouveau livre sur le traitement médiatique sur cuba. Que cachent les médias à propos de la réalité cubaine ?
 
Les médias manipulent complètement la réalité de ce petit pays et le présentent comme étant l’antichambre de l’enfer en se basant surtout sur des préjugés et sur la rhétorique. Ils n’effectuent jamais d’études comparatives ni ne donnent la parole à ceux qui disposent d’une opinion différente sur ce thème. Prenons l’exemple par excellence : les droits de l’homme. Les médias dénoncent très souvent la situation des droits de l’homme à Cuba. En revanche, ils n’effectuent jamais d’analyses comparatives, alors qu’il suffit de prendre les rapports annuels d’Amnesty International et de les comparer. C’est ce que je fais dans le livre et le résultat est édifiant : De tout le continent américain, du Canada jusqu’à l’Argentine, le pays qui viole le moins les droits de l’homme est Cuba selon Amnesty International. Cela ne veut pas dire que Cuba est le paradis. Il existe certaines violations des droits de l’homme sur l’île.
 
Par ailleurs, les médias occultent minutieusement le contexte géopolitique dans lequel se trouve Cuba et ne disent pas un mot sur la constante agression politique, économique, diplomatique et médiatique de Washington contre Cuba. C’est la raison pour laquelle les médias commettent une grave violation de la déontologie journalistique lorsqu’ils traitent de la réalité cubaine.
 
Il faut sortir de la vision manichéenne : Cuba n’est ni « Alice au pays des merveilles » ni « l’enfer de Dante » et c’est ce que j’essaye de faire dans le livre.
 
Pourquoi Cuba est-elle tant stigmatisée dans les médias ?
 
Pour la seule et unique raison que Cuba a rejeté le capitalisme d’entreprise privée et a décidé de placer l’être humain au centre de son projet de société et non le profit. C’est un pêché impardonnable pour les grands groupes économiques et financiers qui contrôlent l’immense majorité des médias privés. Comme vous pouvez le constater, cela n’a rien à voir avec la démocratie et les droits de l’homme.
 
Les Etats-Unis ont-ils besoin de cette couverture médiatique pour maintenir les sanctions économiques ?
 
Pendant 30 ans, la rhétorique diplomatique des Etats-Unis, pour justifier l’état de siège économique contre Cuba a présenté l’alliance avec le monstre soviétique comme étant le principal obstacle à la normalisation des relations avec La Havane. Bien évidemment, cette affirmation est dénuée de fondement historique car l’hostilité à l’égard du gouvernement révolutionnaire a débuté avant le renouement des liens avec l’URSS en mai 1960. Par ailleurs, après l’effondrement du bloc soviétique et la disparition de la menace rouge en 1991, au lieu de normaliser les relations, les Etats-Unis ont augmenté les sanctions avec la loi Torricelli en 1992, la Helms-Burton en 1996, le Premier Plan de Bush en 2004 et le Second Plan en 2006. Seule la rhétorique a changé. Désormais ce n’est plus la menace soviétique qui empêche un modus vivendi mais « l’inacceptable situation des droits de l’homme ».
 
Comme si les Etats-Unis et l’Union européenne disposaient d’autorité morale pour donner des leçons sur les droits de l’homme aux Cubains.
 
L’ouvrage contient un prologue de Nelson Mandela
 
Nelson Mandela, grand ami de Fidel Castro, même si les médias ne veulent pas que cela se sache, m’a fait l’immense honneur d’intégrer dans mon livre une réflexion sur le rôle fondamental de Cuba dans la libération des peuples d’Afrique. Il explique également pourquoi le premier pays qu’il a visité après sa libération a été Cuba et non un voisin africain, les Etats-Unis ou l’Europe. Je lui fais part d’ici de mon immense dette de gratitude.
 
Vous avez l’habitude de publier des articles, des livres, de participer à des Débats publics, mais vous n’apparaissez quasiment jamais à la télévision. Pourquoi ?
 
Tout d’abord, parce que l’on m’invite très rarement et quand c’est le cas, on m’impose des conditions inacceptables, comme par exemple débattre contre plusieurs contradicteurs à la fois. Ensuite, parce que la télévision est un moyen de communication particulier et peu propice au débat profond pour une raison simple : le temps de télévision est un temps très court, très bref, uniquement adapté aux pensées conventionnelles. Par exemple, si je dis à la télévision que Cuba est une dictature, c’est un message qui passe sans aucun problème, aucune explication n’est nécessaire. C’est comme si je disais que la terre était ronde. En revanche, si j’affirme que le fait de considérer Cuba comme une dictature est caricatural, il est indispensable que j’explique mon point de vue et il faut du temps pour cela. Mais la télévision ne dispose pas de ce temps.
 
Comment voyez-vous le phénomène des bloggeurs opposants ?
 
Tout d’abord, de mon point de vue personnel, rien ni personne ne devrait empêcher les bloggeurs cubains d’exprimer leurs idées et leurs opinions sans crainte de représailles, car ils ont le droit de critiquer sévèrement les autorités de La Havane. Maintenant, il est évident que de puissants intérêts opposés au processus révolutionnaire cubain se cachent derrière ce rideau de fumée que l’on nomme la « cyberdissidence cubaine », symbolisée par Yoani Sánchez.
En un mot, si l’on me demandait de signer une pétition défendant le droit de Yoani à critiquer le gouvernement cubain, je la signerais sans aucun problème. En revanche, si l’on me sollicitait pour signer un document affirmant que Yoani est une simple bloggeuse dont l’objectif est de dénoncer les aberrations et les contradictions d’un système, je ne le ferais pas car ce n’est pas le cas.
 
La contradiction qui existe entre les médias et le pouvoir est de plus en plus grande mais en revanche, il est indéniable qu’il existe une absence de critique à leur égard dans les pays occidentaux.
 
Le problème fondamental des médias et qu’ils ne disposent pas d’un contre-pouvoir puissant, même si la presse alternative sur Internet joue un rôle extraordinaire pour dénoncer les dérives des transnationales de l’information.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.34/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • LOKERINO LOKERINO 26 février 2010 10:20

    relais de propagande habituel, on connaît bien l’auteur non pas au service des cubains mais du régime cubain...

    Pas besoin des media américains pour savoir quel est le véritable quotidien de Cuba, suffit d’avoir de la famille sur place et c’est mon cas

    La situation continue a se dégrader et il y a aucun progrès sur la liberté d’expression a part quelque faux semblant de circonstance blog toléré juste pour faire croire ...

    Le soucis , c’est qu’une très grande majorité de la population n’a connu que ce regime et les cubains sont terriblement demunis lorsqu’il s’agit d’immaginer un futur autrement .
    Cela reste un peuple attachant debrouillard, les pays a encore quelque atouts qui ne doivent rien aux amis de Lamrani

    «  »la propagande étasunienne «  »de toute façon, des que l’on voit le terme « étasuniens » on a vite compris votre parti pris ce que ne fait même pas celui don vous reproduisez l’interview

    Respecter au moins les pays , les américains ne reconnaissent et n’utilisent pas le terme « étasuniens » , je ne vois pas ce qui vous autorise a employer ce barbarisme d’autant plus ridicule qu’il existe aussi d’autre « états unis » en Amérique que les states

    pour les lecteurs , ne soyez pas impressionné par l’auteur qui se mets en scène et parle de lui a la troisième personne dans sa présentation et dans le début de l’article mais comme moi effaré que pareil dogmatique complétèrent endoctriné soit enseignant auprès de jeunes étudiants...


    • marc 26 février 2010 19:33

      ....selon le Programme Alimentaire Mondial (PMA) des Nations Unies le seul pays du continent américain (y compris les Etats-Unis) sans dénutrition est Cuba.

      de Gennaro Carotenuto traduit de l’italien par karl&rosa

      Selon Madame Myrta Kaulard, la représentante de ce programme qui fournit des aliments dans cinq provinces de l’île, 2% à peine des mineurs cubains a des déficits alimentaires. Mais de tels déficits, selon le PMA, sont attribués à de mauvaises habitudes familiales et pas à des carences structurelles.

      Non seulement Cuba est le seul pays sans dénutrition enfantine, mais selon les données des Nations Unies, à partir de 1996 il s’est transformé en pays donateur à des pays comme la République Dominicaine, la Jamaïque, le Honduras, Haïti et d’autres qui reçoivent des milliers de tonnes d’aides alimentaires cubaines.

      La situation dans le reste du continent est bien différente. Elle est catastrophique en Bolivie, au Guatemala et en Haïti. En Bolivie, selon la PMA, les nécessités alimentaires de 83% des enfants ne sont pas pleinement satisfaites et la mortalité enfantine est 15 fois celle de Cuba. Selon l’ONU, la dénutrition chronique des zones rurales dépasse 50%. Site Bellaciao


      Peut-on rajouter que contrairement à ce qui se passe dans le reste de l« Amérique ( latine ou pas) ou même en France, TOUS les enfants cubains sont scolarisés gratuitement jusqu »à la fin de leurs études y compris universitaires ; que la médecine est entièrement gratuite, ce qui est un rêve aux USA comme en France , et de très haute qualité ; que la mortalité infantile est inférieure à celle des US et la durée de vie comparable ( sauf qu’aux USA il s’agit d’une moyenne entre les riches qui vivent vieux et les pauvres qui meurent jeunes ; qu’il y a infiniment plus d’exécutions capitales et de morts en prison aux US qu’à Cuba ; qu’il y a plus de prisonniers politiques aux US qu’à Cuba ( Pelletier est un des plus anciens prisonniers politiques du monde et Muma Abu Jamal est depuis 25 ans dans le couloir de la mort, 5 prisonniers cubains arrêtés de façon arbitraire sont toujours en prison ; le terroriste responsable de l’explosion d’un avion cubain et de 76 morts, y compris des enfants est protégé par les USA... et je pourrais continuer longtemps)

      Rappelons la honte que représente pour les USA l’expédition de Michael Moore ( voir Sicko) pour amener des survivants du 11 septembre 2001, incapables de se payer les soins médicaux nécessaires à leurs maladies dues aux substances toxiques inhalées ce jour là , à Cuba se faire soigner gratuitement.

      La presse a été muette à ce sujet, mais les équipes cubaines lors de la dernière catastrophe en Haïti resteront dans les mémoires HaÏtiennes, ( En revanche, qu’est-ce qu’on a vu l"équipe Israelienne, absente par contre de Gaza !!!) comme dans celles des victimes du Tsunami. Ce sont des médecins cubains qui soignent gratuitement dans les favelas d’Amérique Latine, les médecins ocaux refusant de soigner les pauvres.

      La haine envers Cuba de gens qui n’ont rien à dire du coup d’état made in USA au Honduras, rien à dire sur les millions de morts en Amérique Latine, dues à la rapacité des compagnies Nord Américaines depuis deux siècles , rien à dire de l’ignorance, de la maladie qui tuent encore la-bas sauf à Cuba, rien à dire sur les dictatures fascistes made in USA qui ont fait des centaines de milliers de morts du Chili au Mexique , rien à dire des escadrons de la mort policiers qui tuaient les enfants à la rue au Brésil , rien à dire sur l’acculturation, l’exploitation et le massacre des indiens dans tous ces pays etc.... m’écoeure positivement. Je me demande quels intérêts ces gens là servent ; pas ceux des peuples de ce continent en tout cas. 

      Mais c’est normal, ces gens là , parlez leur de vie, de culture, de santé, ils sortent leurs bottes et leurs revolvers. Messieurs, vous voudriez refaire de Cuba le bordel de l’Amérique, cogéré par les USA et la mafia, vous continuerez à être déçus, tant mieux.



    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 10:37

      La réalité Internet à Cuba, c’est la surveillance omniprésente du ministère de l’Information, un seul fournisseur d’accès à Internet, ETEC, qui alimente l’un des réseaux les plus restreints au monde où les cybercafés sont quasi introuvables. L’Internet cubain est divisé en deux réseaux. Le “national” permet seulement l’accès aux sites gouvernementaux, totalement contrôlé par la dictature afin qu’aucun “message subversif” ne circule. Le réseau international est pratiquement réservé aux étrangers présents sur le territoire, qui peuvent y accéder depuis les hôtels dans lesquels les Cubains sont interdits d’accès, mais il reste aussi difficile d’accès, et toujours contrôlé par la censure. Les moteurs de recherche Yahoo ! et Google y sont par exemple inaccessibles. Seuls les membres de la nomenklatura peuvent se connecter gratuitement au réseau international au moyen de codes d’accès. Les autres doivent payer entre 6 et 12 dollars de l’heure, une fortune pour un citoyen cubain.

      Ce n’est que depuis février 2008, que posséder un ordinateur portable personnel n’est plus un délit. Mais les prix pratiqués sur le marché sont dissuasifs, souvant une année de salaire. Les internautes cubains risquent jusqu’à vingt ans de prison s’ils postent un article jugé “contre- révolutionnaire” par la dictature et cinq s’ils se connectent au réseau international de manière illégale. En 2007, le journaliste Oscar Sánchez Madan, correspondant du site Cubanet dans la province de Matanzas, a été condamné à quatre ans de prison pour “dangerosité sociale prédélictueuse”. Selon cette disposition du code pénal cubain, tout citoyen, même s’il n’a encore commis aucun délit, est passible d’incarcération au nom de la menace qu’il pourrait représenter pour la société. La blogueuse Yoani Sanchez ne peut pas quitter Cuba car elle ne peut pas obtenir de passeport. Son blog est l’une des rares brèches dans le contrôle de l’information voulu par le régime castriste, ce qui lui vaut une accusation d’“activités illégales”.

      A Cuba, n’importe qui peut naviguer sur Internet... sauf s’il est cubain !


      • Julius Julius 26 février 2010 10:46

        Pendant les pires années du stalinisme et du maoïsme, de nombreux occidentaux « intellectuels » ont admiré la Russie et la Chine pour leur esprit révolutionnaire et la résistance à l ’ « impérialisme américain ». Aujourd’hui, ils adorent Cuba. Ils n’ont jamais considéré la souffrance des populations vivant dans ces régimes. Rien n’a changé. Seulement que leur héros d’aujourd’hui est un peu plus petite que celle d’hier.


        • Julius Julius 26 février 2010 10:56

          En fait, ces « intellectuels » ne sont pas innocents. Ces « intellectuels » contribuent à justifier l’oppression. Ils sont objectivement les complices de ces régimes criminels Ils aident à prolonger la vie de ces dictatures.


        • Freebird 26 février 2010 11:56

          Tout à fait. Personnellement, les articles de Lamrani et les commentaires de son copain Maugis me rappellent cette fameuse scène du film « Les Invasions Barbares », où les deux amis font le bilan de tous les « ismes » qu’ils ont pratiqué dans leur vie (communisme, maoisme, trotskisme, etc.) pour s’apercevoir qu’ils ont même, un jour, pratiqué le crétinisme en ventant les mérites de la révolution culturelle à une jeune chinoise qui y avait laissé toute sa famille.


          « J’adore votre révolution culturelle » !

          PS : c’est, si je ne m’abuse, le troisième article où Lamrani vient nous vendre son bouquin ; je croyais que le publi-reportage était interdit sur AgoraVox, non ?

        • LOKERINO LOKERINO 26 février 2010 11:23

          Ils sont objectivement les complices de ces régimes criminels Ils aident à prolonger la vie de ces dictatures.

          totalement vrai !!!!


          • italiasempre 26 février 2010 11:55

            SL ne déçoit jamais.

            Quand on pense qu’il a touché le fond avec ses publi-reportages à la con, hop, il t’en remet une couche.
            Cuba, ce que les médias ne vous diront jamais (et pour cause) a été présenté dans les locaux de l’ambassade de Cuba en France, l’ annonce faite par Communiqué Officiel de la même ambassade.
            Alors pour ce qui concerne l’impartialité, l’objectivité et le sérieux des infos, on repassera. 

            • le-Joker le-Joker 26 février 2010 12:54

              Dire que l’auteur n’aurait pas internet si il écrivait de là-bas.

              Cuba a du bon !

              • Pie 3,14 26 février 2010 13:17

                « Il est évident que de puissants intérêts opposés au processus révolutionnaire cubain se cachent derrière ce rideau de fumée que l’on nomme la »cyberdissidence cubaine«  ».

                Quelle merveilleuse langue de bois !

                Les dirigeants soviétiques et ceux des « démocraties populaires » ne disaient pas autre chose quand ils parlaient de leurs dissidents.


                • ELCHETORIX 26 février 2010 16:50

                  @ L ’ auteur
                  je vous remercie pour votre article sur le livre que vous venez de publier
                  Votre deuxième paragraphe résume l bien la propagande des médias en Europe et en particulier ici en France .
                  Je pense aller visiter ce petit pays , CUBA pour connaitre ce peuple et découvrir les réalités du moment ainsi que de voir les sites de son histoire contemporaine .
                  Cordialement .
                  RA .


                  • Jean-paul 27 février 2010 02:34

                    @ELCHETORIX
                    Dites que vous etes marxiste ,communiste pro Castro,que vous voulez faire un reportage sur Cuba et Raul Castro va vous envoyer un billet d’avion gratuit et hotel a Varadero .


                  • ELCHETORIX 27 février 2010 12:24

                    juan paolo , je t’emmerde si moi je suis pro-castrite , ce que je suis en effet , toi tu es un proche du fascisme économique  !
                    Hasta la victoria siempre
                    RA .


                  • Emile Red Emile Red 26 février 2010 17:42

                    Qui est le plus totalitaire sur l’ile de Cuba ? L’état Cubain ou l’état Américain ?

                    Y-aurait-il deux Guantanamo sur le même bout de terre, avec le même respect des droits de l’homme, les mêmes tortures, les mêmes barbelés et les mêmes costumes oranges ?

                    La liberté se réduit-elle à la liberté d’expression ou la liberté d’expression n’est-elle pas la seule liberté paravent de nos pays totalitaires ?

                    Autrefois on mesurait le niveau démocratique à la qualité de l’éducation, de l’instruction et de la santé.... Aujourd’hui l’échelle de valeur serait elle les cours du marché ?


                    • Pie 3,14 26 février 2010 20:16

                      Vous confondez démocratie politique et démocratisation.

                      La démocratie politique n’existe pas à Cuba. C’est une dictature familiale, sans pluralisme ni liberté d’expression.
                      Le régime est policier et pratique une surveillance étroite de la société.

                      L’éducation est ouverte au plus grand nombre ainsi que la santé, le logement, les transports. Mais Cuba forme une population alphabétisée sans travail ( c’est pourquoi on retrouve des ingénieurs « maître-nageurs » dans les resorts touristiques où ils gagnent 10 fois ce que leur rapporterait de toute façon leur véritable formation), les hôpitaux n’ont rien pour soigner ( sauf pour la nomenclatura), les cubains s’entassent dans des logements insalubres, les transports sont limités et dans un état lamentable.

                      Guantanamo est une base militaire américaine qui est devenue la honte de ce pays après 2001. Mais justement parce que les USA ne sont pas un état totalitaire, le nouveau gouvernement élu démocratiquement a décidé d’y fermer sa prison à terroristes supposés qui subissaient de mauvais traitements.

                      C’est toute la différence, Monsieur Red entre une dictature totalitaire et un état démocratique.


                    • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 26 février 2010 20:39

                      Monsieur Pie3,14 si l’on pouvez diviser le 14 de votre pseudo par 2 à coup sûr on obtiendrait une Pie 7. Désormais, je vous appellerai Monsieur de la Pissette Oblique (//). Ce surnom vous ira très bien. Pourquoi oblique ? Parce que vous raisonnez de travers tout comme vous pissez de biais pour arroser les godasses des autres tout en gardant votre air d’être une Sainte Ni-Touche. C’est votre allure....


                    • Pie 3,14 26 février 2010 21:56

                      Monsieur le -King-de-La-Chaise-Vide, avec vous pas besoin de diviser puisque l’on part de zéro.
                      Plutôt que faire de l’humour de couche-culotte, vous seriez bien inspiré de vous servir de vos quelques neurones afin d’aligner un ou deux arguments un peu plus consistants que les déchets de bidet auquels vous nous avez habitués.

                      Quant à PieVII, la place est déjà prise par Francesco Saverio Maria Felice Castiglioni (1761/1830).



                    • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 26 février 2010 23:21

                      mais la sienne n’était pas oblique


                    • yvesduc 26 février 2010 20:55

                      Merci à l’auteur de faire contrepoids à la vision manichéenne des médias.


                      • LOKERINO LOKERINO 27 février 2010 00:57

                        yves duc

                        vous cautionnez un non démocrate qui ne participe jamais à aucun débat ici mais se sert juste de ce support pour diffuser sa propagande anti cubaine et pro castro

                        un relais de totalitarisme, soutient de dictateur, tout juste prof d’espagnol à Paris IV


                        rien d’autre


                        • marc 27 février 2010 23:44

                          Lokerino

                          Vaut mieux être un relais du castrisme ( je ne sais pas trop ce que c’est mais enfin...) que comme vous un relais de la CIA ( ça , je sais ce que c’est , une organisation criminelle qui utilise une baie volée à Cuba pour torturer ses prisonniers sans jugement pendant des annéees
                          Accuser les cubains d’atteinte aux droits de l’homme sans dire un mot de Guantanamo,il faut n’avoir aucune décence pour le faire !


                        • Bleu Montréal 27 février 2010 02:34

                          Merci pour cet article, très intéressant.

                          A lire les commentaires (lokerino, julius), la propagande anti-cubaine fonctionne super bien, et trouve ses laquets pour relayer la désinformation. 


                          • LOKERINO LOKERINO 27 février 2010 13:02

                            Vous confondez « anti cuba » et « anticastriste » l’un étant l’exact inverse de l’autre !!

                            Vous et Maugis, Lamrani, faites partis des premiers

                            moi je m’honore de faire parti des seconds


                          • Jean-paul 27 février 2010 02:39

                            yvesduc
                            Vous soutenez la dictature de Cuba .
                            Vous avez de la chance vous vivez en France dans un pays democratique ou tout le monde peut s’exprimer .
                            Allez sur le blog de generacion Y .


                            • marc 27 février 2010 18:21

                              De tout le continent américain, du Canada jusqu’à l’Argentine, le pays qui viole le moins les droits de l’homme est Cuba selon Amnesty International.


                            • LOKERINO LOKERINO 27 février 2010 19:00

                              plus c’est gros plus ca passe !!

                               affirmation completement fausse

                              apprennez l’anglais ou faites jouer le traducteur


                            • marc 27 février 2010 23:46

                              Vous avez raison, plus c’est gros plus ça passe, ça explique vos posts.


                            • marc 28 février 2010 00:04

                              J« avais juste repris la phrase de SL pour vous demander si vous accusiez Amnesty de mensonge, de parti-pris ou si vous pouviez prouver que la phrase étati mensongère. J’ai cliqué trop vite, seule la phrase est partie.
                              En tout cas, vous ne répondez que par une affirmation qui prouve seulement que vous ne tenez aucun compte de rien de ce qu’on vous dit. Vous avez une idée fixe et vous n’en démordez pas ; Répondez donc au sujet de Guantanamo. Ce n’est pas l’Etat cubain qui y torture des centaines de personnes depuis des années, ce sont vos amis »Américains", et qui ont le toupet de le faire dans un pays qu’ils accusent d’atteintes aux droits de l’homme. !! Ce n’est pas se foutre du monde, ça ?


                            • LOKERINO LOKERINO 28 février 2010 08:31

                              j’avais oublié de vous mettre le lien : http://www.amnesty.org/es/region/cuba

                              qui vous dit que les americains sont mes amis ( il y a de l’espoir vous n’employez pas "etasuiniens...), ce n’est pas le probleme, je parle de ce qui nous( ma famille et moi ) concerne 
                              ce que font le americains n’escuse en rien le regime cubain

                               


                            • marc 28 février 2010 10:21

                              Lokerino

                              Vous confondez l« anglais et l »espagnol. Je lis l« anglais, pas l »espagnol.J« ai tout de même compris que c »était une liste concernant Cuba. Ca n« a aucun sens si vous ne joignez pas les listes de méfaits recensés dans les autres pays pour comparer. Je n »ai jamais dit que Cuba étati le paradis. Il faut comparer avec les autres. Ce n« est pas Cuba qui a commis plus d »une centaine de tentatives d« assassinats contre un président étranger, ce sont les Etats Unis , qui ont essayé l »invasion directe ( baie des cochons) , qui ont essayé de ruiner l« île par des maladies transmises ( par des »dissidents« bien sûr pas payés par la CIA ...) au bétail, aux cultures, qui asphixient Cuba depuis 50 ans par un embargo etc...
                              Vuous n »amenez aucun élément contredisant SL.
                              Je ne peux juger du cas de votre famille, bien entendu, elle ne devrait donc pas rentrer en ligne de compte dans un débat.


                            • Michel Maugis Michel Maugis 27 février 2010 05:51

                               Merci pour votre article M. Salim Lamrani !

                              Cela fait du bien de lire vos articles dont la particularité est la pertinence et l´exactitude de des analyses et  opinions.

                              Elles sont toutes confirmées par l´incapacité intellectuelle de la meute de contradicteurs pour les réfuter, voire les critiquer avec des arguments. Ils ne font que rabâcher leur clichés qui s´appuient les uns sur les autres, de vous attaquer personnellement de façon tautologique, tellement ils sont incapable de bâtir un raisonnement à partir des propres mérites de vos réflexions. Jamais leurs commentaires  se rapportent aux contenus de vos articles. Ils sont dépités, hélas le ridicule ne tue pas.

                               

                              Ces contradicteurs sont sans aucun doute intelligents et non ignorant de l´histoire de Cuba. Seulement, leur égoïsme et haine de la justice sociale, pour leur bénéfice à eux, les conduits à utiliser les méthodes des imbéciles et des ignares ; les mensonges et demi vérités hors contexte. Ils n´expriment que  la perversité des crapules. Nous ne les verrons jamais avec tant de hargne pour fustiger les actes criminels et quotidiens de nos grands démocrates comme Uribe et Obama pour ne citer que les deux qui sévissent actuellement en Amérique.

                              Je vais me permettre de répondre à celui qui a obtenu, jusqu´à ce moment, le plus de votes comme « réaction la plus appréciée ».

                              Je veux parler du très grand humaniste et européen LOKERINO .

                              Nous allons faire ressortir le côté « Humaniste » de ce grand penseur. Ne dit il pas dans sa description que « la première des libertés (est) celle de penser et d´exprimer sa pensée ? »

                               Et il le fait ce grand penseur. Même les imbéciles pensent, surtout si ce sont des égocentriques, imbus de leur personne, comme il le montre si bien dès sa première « pensée » au sujet de votre article.

                              « relais de propagande habituel, on connaît bien l’auteur non pas au service des cubains mais du régime cubain... »

                              Ce grand penseur nous donne de suite son opinion globale qu´il déduit, non du texte, mais de l´auteur qu´il dénigre en disant qu´il le connaît comme étant au service du « régime cubain ». Cela est de la diffamation dans la bouche de notre penseur. La phrase est celle d´un imbécile, car il rejette l´article sur la base d´un principe : Le « régime » de Cuba est mauvais, l´article est d´un auteur au service du « régime », dont l´article est de la propagande, donc un tissu de mensonges.

                              Ce qui démontre que c´ est bien un  imbécile car incapable de révéler un seul mensonge dans le texte. Et la meute tout aussi imbécile qui le plus. Il se prend pour une sommité pour donner en pâture à la meute sa première pensée.

                              Dans la deuxième phrase, notre penseur énonce un argument de poids pour essayer de réfuter un point de l´article, le plus faible pour lui, sans doute. Les imbéciles s´en prennent toujours à l´argument le plus faible et laisse tomber les autres.

                              « Pas besoin des media américains pour savoir quel est le véritable quotidien de Cuba, suffit d’avoir de la famille sur place et c’est mon cas »

                              Incroyable de connerie ! Voilà que pour le commun des mortels, il suffit d´avoir de la famille sur place, pour connaître le véritable quotidien de Cuba ! Et notre penseur en a ! Voilà l´argument d´autorité par excellence. Sa propre personne, il est vrai que c´est un grand penseur, reconnu par la communauté humaniste européenne, et peut donc servir d´argument d´autorité.

                              Voilà qui défini notre grand penseur. Un Homme, un Vrai de vrai. Ms. et Mmes, cessez de lire les médias étatsuniens ou financés par eux, il y a beaucoup plus simple pour connaître Cuba SE MARIER avec une cubain(e) et ainsi avoir de la famille sur place. Il suffit.

                              Mais notre grand penseur a aussi de très sérieuses révélations sur Cuba.

                              « la situation continue à se dégrader »

                               

                              Cela fait plus de 50 ans que la situation continue de se dégrader, et ce malgré l´aide des USA à travers le Blocus économique, financier, commercial et médiatique. Et en l´époque actuelle, en pleine crise mondiale, notre penseur avait pensé que la situation a Cuba aurait pu s´améliorer. Quel penseur de génie‼ merci pour le scoop.

                              « il y a aucun progrès sur la liberté d’expression a part quelque faux semblant de circonstance blog toléré juste pour faire croire ... »

                              Cela est nouveau !. Cuba ne fait qu´améliorer la liberté d´expression, puisque c´est le pays le plus lettré du continent. Car pour pouvoir exprimer sa pensée, encore faut il savoir lire et écrire. Cuba est le premier pays des Amériques à avoir été déclaré libre d´analphabétisme par l´UNESCO dans les années 60 !. Il est vrai aussi que les Usaniens ont beaucoup aidé Cuba dans cette tâche, en bombardant les brigades de jeunes alphabétiseurs envoyées dans les campagnes.

                              On comprend que pour ce grand penseur humaniste, la liberté d´expression soit le premier des soucis à Cuba. On ne compte d´ailleurs plus depuis 51 ans et 2 mois le nombre de journalistes indépendants ou non assassinés ou disparus à Cuba. Le Monde et libération ont soudainement arrêté de les compter à partir du 1er janvier 1959. Ce n´est pas comme en Colombie, chez le grand humaniste démocrate Uribe, ou en Honduras, ou enfin la démocratie a été réinstallée après avoir viré ce dictateur Zelaya qui voulait poser une question au peuple. Mais Cuba n´est plus le seul pays d´AL libre d´analphabétisme : il y a aussi le Venezuela, la Bolivie, L´Équateur et je crois que très bientôt aussi l´Argentine et le Brésil qui viennent d´adopter la méthode dictatoriale et Castriste ( pléonasme) de Cuba « YO SI PUEDO » et qui permit en un tant record d´éradiquer l´analphabétisme dans les pays que je viens de nommer.

                              « c’est qu’une très grande majorité de la population n’a connu que ce régime et les cubains sont terriblement démunis lorsqu’il s’agit d’imaginer un futur autrement . »

                              Incroyable. Vous voulez donc dire que la majorité de la population n´imagine pas un autre futur ? Incroyable de stupidité. Notre penseur reconnaît qu´il n´y a pas de véritable opposition à Cuba, faute de ne pouvoir imaginer un autre système politico social

                              El la minorité qui a connu se qui se passait avant ? Que pense t elle ?


                              Au fait, quel rapport avec l´article ?

                               

                               « de toute façon, des que l’on voit le terme »étasuniens « on a vite compris votre parti pris »

                              Quelle pensée extraordinaire !!. Très originale. Peut importe pour notre penseur si ce terme « États Uniens » est plus exacte qu´« américains ». Ce qui compte c´est d´utiliser le terme le plus généralement employer, même s´il sait qu´il est incorrect.

                              Heureusement que notre humaniste européen déclare qu´il « regrette les conformismes et conservatismes de beaucoup de français.. »

                              Bon, c´est vrai, il le dit dans sa description, il n´est pas français, il est européen.

                              On se perd, devant tant de sagesse. Ce qui compte bien c´est d´attaquer l´auteur sur tout et rien. Ce penseur aime la liberté d´expression, mais il ne faut pas lire les gens qui parle des habitants des États-Unis d´Amérique comme des étatsuniens, car automatiquement cela indique qu´ils ont un parti pris. Notre penseur ne lit pas ceux qui ont un parti pris spécifique, celui de dire la vérité. Il faut mentir, si c´est la norme, et appeler américains les habitants des EUA.  Il adore le parti pris du mensonge, contre tout ce qui peut représenter la lutte pour la justice sociale et le vrai démocratisme, celui du pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple.

                              Attention ! Notre penseur libre a une argumentation sur ce point.

                              Il faut « respecter au moins les pays ». Et l´auteur ne le fait pas en appelant étatsuniens un citoyen des EUA. Car selon ce penseur, les habitants de ce pays « ne reconnaissent et n´utilisent le terme étatsuniens ».  

                              Disons que ces habitants ne reconnaissent pas l´existence d´autres américains qu´eux-mêmes. Les cubains, par exemple, sont aussi des américains. Mais pour notre penseur, respecter les gens c´est les enfoncer dans leurs égocentrismes et les appeler comme ils s´appellent eux mêmes, des américains.

                              Mais notre penseur ne voit pas ce « qui autorise a employer ce barbarisme ».  Voilà que pour notre grand penseur, étatsuniens est un barbarisme Peut être voulait il dire que les étatsuniens sont des barbares ? Qui sait ?

                              Notre grand intellectuel, du niveau du BHV, pardon de BHL, pense que c´est « un barbarisme d´autant plus ridicule qu´il existe aussi d´autres »états unis« en Amérique que les states.. »

                              Décidemment, la pensée de notre humaniste est incommensurable. Voilà maintenant, lui qui trouve que le terme étatsuniens est un barbarisme, argumente en utilisant un vrai barbarisme « state » pour ne pas dire États Unis d´Amérique.

                              On le comprend, notre super penseur est aussi ultra malhonnête. Pouvait il vraiment dire « je ne vois pas ce qui vous autorise a employer ce barbarisme, »étatsuniens« , d´autant plus ridicule qu´il existe aussi d´autre »États Unis" en Amérique que les États Unis d´Amérique. Non il ne pouvait pas, sa stupidité aurait été manifestement démontrée.

                              Ce penseur est vraiment ridicule et d´une imbécillité patente. Quel est donc ce nouveau pays qui s´appellerait aussi « États-Unis d´Amérique » ? Il n´a pas voulu le dire pour éclairer sa pensée. 

                              Notre penseur se reconnaît donc ridicule pour appeler américains les habitants des seuls EUA d´autant plus que tous les habitants des Amériques du Nord au Sud en passant par les Caraibes sont aussi des américains.

                               Michel Maugis


                              • Le péripate Le péripate 27 février 2010 07:40

                                J’ai plussé ce message, qui me semble représenter le sommet de votre pensée.


                              • LOKERINO LOKERINO 27 février 2010 07:53

                                j’ai également apprécié et voté pour l’intervention de 5:51, de loin la meilleur de Maugis depuis bien longtemps !


                              • Michel Maugis Michel Maugis 27 février 2010 05:57

                                 Merci pour votre article M. Salim Lamrani !

                                Cela fait du bien de lire vos articles dont la particularité est la pertinence et l´exactitude de des analyses et opinions.

                                Elles sont toutes confirmées par l´incapacité intellectuelle de la meute de contradicteurs pour les réfuter, voire les critiquer avec des arguments. Ils ne font que rabâcher leur clichés qui s´appuient les uns sur les autres, de vous attaquer personnellement de façon tautologique, tellement ils sont incapable de bâtir un raisonnement à partir des propres mérites de vos réflexions. Jamais leurs commentaires se rapportent aux contenus de vos articles. Ils sont dépités, hélas le ridicule ne tue pas.

                                 

                                Ces contradicteurs sont sans aucun doute intelligents et non ignorant de l´histoire de Cuba. Seulement, leur égoïsme et haine de la justice sociale, pour leur bénéfice à eux, les conduits à utiliser les méthodes des imbéciles et des ignares ; les mensonges et demi vérités hors contexte. Ils n´expriment que la perversité des crapules. Nous ne les verrons jamais avec tant de hargne pour fustiger les actes criminels et quotidiens de nos grands démocrates comme Uribe et Obama pour ne citer que les deux qui sévissent actuellement en Amérique.

                                Je vais me permettre de répondre à celui qui a obtenu, jusqu´à ce moment, le plus de votes comme « réaction la plus appréciée ».

                                Je veux parler du très grand humaniste et européen LOKERINO .

                                Nous allons faire ressortir le côté « Humaniste » de ce grand penseur. Ne dit il pas dans sa description que « la première des libertés (est) celle de penser et d´exprimer sa pensée ? »

                                 Et il le fait ce grand penseur. Même les imbéciles pensent, surtout si ce sont des égocentriques, imbus de leur personne, comme il le montre si bien dès sa première « pensée » au sujet de votre article.

                                « relais de propagande habituel, on connaît bien l’auteur non pas au service des cubains mais du régime cubain... »

                                Ce grand penseur nous donne de suite son opinion globale qu´il déduit, non du texte, mais de l´auteur qu´il dénigre en disant qu´il le connaît comme étant au service du « régime cubain ». Cela est de la diffamation dans la bouche de notre penseur. La phrase est celle d´un imbécile, car il rejette l´article sur la base d´un principe : Le « régime » de Cuba est mauvais, l´article est d´un auteur au service du « régime », dont l´article est de la propagande, donc un tissu de mensonges.

                                Ce qui démontre que c´ est bien un imbécile car incapable de révéler un seul mensonge dans le texte. Et la meute tout aussi imbécile qui le plus. Il se prend pour une sommité pour donner en pâture à la meute sa première pensée.

                                Dans la deuxième phrase, notre penseur énonce un argument de poids pour essayer de réfuter un point de l´article, le plus faible pour lui, sans doute. Les imbéciles s´en prennent toujours à l´argument le plus faible et laisse tomber les autres.

                                « Pas besoin des media américains pour savoir quel est le véritable quotidien de Cuba, suffit d’avoir de la famille sur place et c’est mon cas »

                                Incroyable de connerie ! Voilà que pour le commun des mortels, il suffit d´avoir de la famille sur place, pour connaître le véritable quotidien de Cuba ! Et notre penseur en a ! Voilà l´argument d´autorité par excellence. Sa propre personne, il est vrai que c´est un grand penseur, reconnu par la communauté humaniste européenne, et peut donc servir d´argument d´autorité.

                                Voilà qui défini notre grand penseur. Un Homme, un Vrai de vrai. Ms. et Mmes, cessez de lire les médias étatsuniens ou financés par eux, il y a beaucoup plus simple pour connaître Cuba SE MARIER avec une cubain(e) et ainsi avoir de la famille sur place. Il suffit.

                                Mais notre grand penseur a aussi de très sérieuses révélations sur Cuba.

                                « la situation continue à se dégrader »

                                 

                                Cela fait plus de 50 ans que la situation continue de se dégrader, et ce malgré l´aide des USA à travers le Blocus économique, financier, commercial et médiatique. Et en l´époque actuelle, en pleine crise mondiale, notre penseur avait pensé que la situation a Cuba aurait pu s´améliorer. Quel penseur de génie‼ merci pour le scoop.

                                « il y a aucun progrès sur la liberté d’expression a part quelque faux semblant de circonstance blog toléré juste pour faire croire ... »

                                Cela est nouveau !. Cuba ne fait qu´améliorer la liberté d´expression, puisque c´est le pays le plus lettré du continent. Car pour pouvoir exprimer sa pensée, encore faut il savoir lire et écrire. Cuba est le premier pays des Amériques à avoir été déclaré libre d´analphabétisme par l´UNESCO dans les années 60 !. Il est vrai aussi que les Usaniens ont beaucoup aidé Cuba dans cette tâche, en bombardant les brigades de jeunes alphabétiseurs envoyées dans les campagnes.

                                On comprend que pour ce grand penseur humaniste, la liberté d´expression soit le premier des soucis à Cuba. On ne compte d´ailleurs plus depuis 51 ans et 2 mois le nombre de journalistes indépendants ou non assassinés ou disparus à Cuba. Le Monde et libération ont soudainement arrêté de les compter à partir du 1er janvier 1959. Ce n´est pas comme en Colombie, chez le grand humaniste démocrate Uribe, ou en Honduras, ou enfin la démocratie a été réinstallée après avoir viré ce dictateur Zelaya qui voulait poser une question au peuple. Mais Cuba n´est plus le seul pays d´AL libre d´analphabétisme : il y a aussi le Venezuela, la Bolivie, L´Équateur et je crois que très bientôt aussi l´Argentine et le Brésil qui viennent d´adopter la méthode dictatoriale et Castriste ( pléonasme) de Cuba « YO SI PUEDO » et qui permit en un tant record d´éradiquer l´analphabétisme dans les pays que je viens de nommer.

                                « c’est qu’une très grande majorité de la population n’a connu que ce régime et les cubains sont terriblement démunis lorsqu’il s’agit d’imaginer un futur autrement . »

                                Incroyable. Vous voulez donc dire que la majorité de la population n´imagine pas un autre futur ? Incroyable de stupidité. Notre penseur reconnaît qu´il n´y a pas de véritable opposition à Cuba, faute de ne pouvoir imaginer un autre système politico social‼

                                El la minorité qui a connu se qui se passait avant ? Que pense t elle ?


                                Au fait, quel rapport avec l´article ?

                                 

                                 « de toute façon, des que l’on voit le terme »étasuniens « on a vite compris votre parti pris »

                                Quelle pensée extraordinaire !!. Très originale. Peut importe pour notre penseur si ce terme « États Uniens » est plus exacte qu´« américains ». Ce qui compte c´est d´utiliser le terme le plus généralement employer, même s´il sait qu´il est incorrect.

                                Heureusement que notre humaniste européen déclare qu´il «  regrette les conformismes et conservatismes de beaucoup de français.. »

                                Bon, c´est vrai, il le dit dans sa description, il n´est pas français, il est européen.

                                On se perd, devant tant de sagesse. Ce qui compte bien c´est d´attaquer l´auteur sur tout et rien. Ce penseur aime la liberté d´expression, mais il ne faut pas lire les gens qui parle des habitants des États-Unis d´Amérique comme des étatsuniens, car automatiquement cela indique qu´ils ont un parti pris. Notre penseur ne lit pas ceux qui ont un parti pris spécifique, celui de dire la vérité. Il faut mentir, si c´est la norme, et appeler américains les habitants des EUA. Il adore le parti pris du mensonge, contre tout ce qui peut représenter la lutte pour la justice sociale et le vrai démocratisme, celui du pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple.

                                Attention ! Notre penseur libre a une argumentation sur ce point.

                                Il faut « respecter au moins les pays ».

                                Et l´auteur ne le fait pas en appelant étatsuniens un citoyen des EUA. Car selon ce penseur, les habitants de ce pays «  ne reconnaissent et n´utilisent le terme étatsuniens ». 

                                Disons que ces habitants ne reconnaissent pas l´existence d´autres américains qu´eux-mêmes. Les cubains, par exemple, sont aussi des américains. Mais pour notre penseur, respecter les gens c´est les enfoncer dans leurs égocentrismes et les appeler comme ils s´appellent eux mêmes, des américains.

                                Mais notre penseur ne voit pas ce « qui autorise a employer ce barbarisme ». Voilà que pour notre grand penseur, étatsuniens est un barbarisme‼ Peut être voulait il dire que les étatsuniens sont des barbares ? Qui sait ?

                                Notre grand intellectuel, du niveau du BHV, pardon de BHL, pense que c´est « un barbarisme d´autant plus ridicule qu´il existe aussi d´autres »états unis« en Amérique que les states.. »

                                Décidemment, la pensée de notre humaniste est incommensurable. Voilà maintenant, lui qui trouve que le terme étatsuniens est un barbarisme, argumente en utilisant un vrai barbarisme « state » pour ne pas dire États Unis d´Amérique.

                                On le comprend, notre super penseur est aussi ultra malhonnête. Pouvait il vraiment dire « je ne vois pas ce qui vous autorise a employer ce barbarisme, »étatsuniens« , d´autant plus ridicule qu´il existe aussi d´autre »États Unis" en Amérique que les États Unis d´Amérique

                                . Non il ne pouvait pas, sa stupidité aurait été manifestement démontrée.

                                Ce penseur est vraiment ridicule et d´une imbécillité patente. Quel est donc ce nouveau pays qui s´appellerait aussi « États-Unis d´Amérique » ? Il n´a pas voulu le dire pour éclairer sa pensée. 

                                Notre penseur se reconnaît donc ridicule pour appeler américains les habitants des seuls EUA d´autant plus que tous les habitants des Amériques du Nord au Sud en passant par les Caraibes sont aussi des américains.

                                 Michel Maugis


                                • LOKERINO LOKERINO 27 février 2010 08:24

                                  alors là , je suis très fier et tout émoustillé !

                                  tout emoustillé d’etre élevé au rang de grand penseur de grand humanisme par le grand democrate Maugis

                                  très fier d’avoir fait sortir de ses gonds l’archéomarxiste Maugis  !

                                  Mais comme mon bichon (après tout ces compliments nous sommes forcement devenus intimes) ne sait pas très bien lire, je suis heureux de lui faire partager une once de mon incommensurable savoir .

                                  Je n’ai pas écris qu’il y avait un autre « états unis d’amerique » mais qu’il y avait en Amérique d’autre « états unis »

                                  Par exemple le mexique dont l’appellation officielle est « états unis du Mexique » (34 etats de mémoire ,mon bichonné Maugis fera la vérification )

                                  que La Havane , Lima, Mexico ou Montreal soient en Amérique n’empêche pas que le terme « américain » est généralement employé par les cubains, péruviens ,canadiens pour designer les habitants des « états unis d’amerique »( ou en amerique du sud gringos voir -pejoratif Yankee )
                                  C’est comme ça  !
                                  Par contre , le terme « étasuniens » et systématiquement employé par ceux dont le dénigrement des « américains » et le passe temps favori.....(suivez mon regard !)

                                  Si vous suivez un peu les JO à Vancouver , vous entendrz bien les canadiens parler d’américains et de canadiens ce qui est pour eux deux choses différentes


                                  • Pie 3,14 27 février 2010 09:46

                                    Vous avez de la chance, il ne vous a traité que 7 fois d’imbécile et au moins 50 de « grand penseur ».


                                  • Le péripate Le péripate 27 février 2010 08:54

                                    Décidément certaines excellentes nouvelles en provenance de Cuba sont cachés au public par la presse qui ment : en 2009 la production de sucre de Cuba a égalé la production de 1902.

                                    Ce qui en bouchera un coin à ceux qui prétendent que Cuba régresse. Non, c’est de la décroissance, réussir à ne pas progresser alors qu’en 2009 existent les engrais, les tracteurs et même les camions qui partout ailleurs ont fait la Révolution Verte.

                                    Sauf à Cuba, pays béni de Marx.


                                    • marc 27 février 2010 18:22

                                      ou comment les cubains ont réussit, malgré l’embargo illégal des USA et la perte de leur premier approvisioneur en énergie, en engrais et pesticides, à développer une agriculture compétitive et biologique. http://www.globalpublicmedia.com/articles/657


                                    • LOKERINO LOKERINO 28 février 2010 08:43

                                      la pénurie et la débrouille élevés au rang de projet planifié écologique !

                                      on croit rêver !!

                                      transformer la débrouillardise d’un peuple qui manque de tout en solution d’avenir !!

                                      Allez sur place , vivez dans les quartiers avec les familles au lieu de croire ces rapports bidons 

                                      cette propagande est du même niveau que lorsque les Bolcheviques filmaient les files d’attentes devant Fauchon à Noël pour faire croire que l’occident était tombé dans une pénurie pire que celle résultant de l’administration socialiste planifiée !!

                                      décidément , il y en a qui n’ont rien appris et qui sont toujours prêt a croire naïvement que leurs rêves marxistes a un idéal dans les caraïbes ....

                                      peu leur importe les souffrances du peuple cubains et comment ce regime les transforme !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès