Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Si la balle est dans le camp du Conseil Constitutionnel (1)

Si la balle est dans le camp du Conseil Constitutionnel (1)

En politique, des sophistes Grecs qui officiaient sur l’agora aux techniques sophistiquées des agences de communication, l’offre reste la même. Dispenser des conseils dans l’art de l’emporter, quoiqu’il en soit des motivations profondes de ceux qui briguent le pouvoir. Pourquoi se présenter devant les électeurs et pourquoi faire ?

Que signifie arriver aux responsabilités ? 

Dans l’exercice de leurs fonctions il est un soupçon qui n’épargne aucun élu : celui de briguer les suffrages des citoyens pour asseoir sa propre carrière et en tirer les bénéfices qu’il peut, fusse au détriment de l’intérêt général. Il est donc entendu que les vrais démocrates sont ceux qui savent se garder de la passion du pouvoir, de la tentation de le garder à tout prix et qui savent s’en s’en tenir aux limites qu’ imposent les textes constitutionnels.

Soixante sénateurs viennent de saisir le Conseil Constitutionnel.

Ils en appellent à son arbitrage et lui demandent d’étudier et de se prononcer sur la conformité des textes de loi qui doivent réformer l’audio-visuel public. Peu importe de quel bord politique vient cette initiative car l’importance de l’affaire ne devrait échapper à personne. Argumenter à l’infini sur l’opportunité d’une augmentation ridicule de la taxe audiovisuelle ou alléguer des pratiques antérieures de lobbying et de pression politique qui ne vaudraient pas mieux et à laquelle on ne pourrait échapper sont des tentatives de banalisation qui ne doitvent pas occulter les conséquences que vont avoir les décisions prises sur l’avenir de notre démocratie. 

Les citoyens ont droit à une information objective et de qualité.

Quel autre moyen ont-ils pour pouvoir juger en toute objectivité de ce qui passe dans leur pays, des décisions qui sont prises par ceux qui ont brigué leur confiance. Cela suppose ipso facto que les journalistes qui sont chargés de la délivrer aient les compétences pour le faire et que libres et protégés de toute pression politique que ce soit, ils n’obéissent qu’à la déontologie en vigueur dans leur métier. La démocratie est à ce prix là.

Pourtant, on ne remet plus en question cette façon qu’ont les politiques de créer l’événement pour forcer la fréquence d’apparition sur les scènes médiatiques comme les artistes ou les lobbies en chambre de tout poil qui en tire profit. Les médias sont devenus des usines à gaz fabriquant des artéfacts et le fait d’accéder au pouvoir et de gouverner en profitant de connivences de toutes sorte est de moins en moins dénoncé.

Quels que soient les lieux, leurs supports et leurs modes d’expression (écrites ou audio-visuelles) les scènes médiatiques sont des agoras modernes qui mélangent si bien les genres que les citoyens ne savent plus dans quel ordre de réalité ils se trouvent ni quelle grille de lecture est la bonne.

Education, culture, information objective d’un côté et propagande politique et publicité de l’autre ? 

S’il est une des fonctions essentielle du vrai journalisme, c’est bien le décryptage et la mise en accusation des pratiques qui consistent à circonvenir l’opinion publique à coup de sondages manipulés par leurs commanditaires et à mettre en scène des acteurs politiques ciblés par des actions de lobbying politiques, religieux ou marchands. La mise en scène de telles pratiques n’ont rien à voir avec le véritable journalisme qu’il faut protéger de ces manipulations vulgaires qui constituent le menu de toute propagande politique ou religieuse et des spots publicitaires que leurs lobbies financent. Elles sont servies par une équipe qui n’a de « journalistique » que le nom tant leur docilité s’applique à éluder les questions qui fâcheraient l’interlocuteur dont hiérarchiquement ou matériellement ils dépendent. Ce sont ni des méthodes de gouvernement ni des techniques qui respectent la liberté d’expression.

 

Manipulation de l’opinion et Enfumages médiatiques de plus en plus patents ?

Ces exercices auxquels se livrent de pseudos journalistes n’ont rien à voir, ni avec l’information ni avec la démocratie ; tout au plus avec de l’amusement de plus ou moins bonne qualité. L’esprit de sérieux lasse. Mais rien ne dit que les contenus culturels ou éducatifs ne doivent pas être attractifs. Il importe donc qu’ils soient financés par de l’argent public, ce qui permet aux officines de se libérer de la tyrannie de l’audimat et produire sans qu’un pragmatisme mercantile les oblige à un mélange des genres.

On voit là tout de suite où se situe la frontière entre ce qui relève d’un service public digne de ce nom et les motivations profondes et autres que philanthropiques de ceux qui achètent et vendent des médias. Naturellement la question de la perte des recettes publicitaires des chaînes de télévision publiques se pose. Il est juste que cette manne à laquelle elles doivent renoncer soit compensée par une taxe prélevée sur les recettes publicitaires des médias privés qui, comme toutes les autres entreprises, doivent être imposées sur le business qu’elles font et les bénéfices qu’elles en retirent.

Les gouvernements changent le service de l’audio-visuel public reste.

 Il ne sied pas, dans une démocratie, que les hommes politiques en charge de gouverner le pays profitent des fonctions qu’ils occupent pour asseoir et pérenniser leur propre pouvoir. Il n’est pas pensable que le conseil constitutionnel n’ait pas à l’esprit que mettre l’audio-visuel sous la coupe de la majorité politique qui détient momentanément le pouvoir serait une atteinte sans précédent à l’esprit républicain français et à l’alternance que suppose toute démocratie. Il doit rester clair ici que nous plaidons en faveur d’un service audio visuel public libre des pressions de la propagande politique ou mercantile dont le management et la hiérarchie ressortirait d’une évaluation et d’une nomination laissées à des collèges de pairs strictement indépendants.



Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Yena-Marre Yena-Marre 12 février 2009 11:16

    Bonjour ,
     smiley Vous nous décrivez un monde parfait , avec des hommes politiques plus soucieux de notre bien-être , des journalistes objectifs et un service publique audiovisuel de qualité .....Quel beau rêve .


    • civis1 civis1 12 février 2009 13:07

      @ yena-marre

      Un monde parfait ? c’est tout à fait çà !!!  smiley
      Un rappel bien modeste de l’esprit qui doit animer nos lois et quelques questions sur la façon dont certains médias font tout et n’importe quoi pour ne pas en respecter la lettre. 


    • Yena-Marre Yena-Marre 12 février 2009 22:57

       smileyBen oui, domage  ! Mais on se comprend


    • gimo 13 février 2009 00:55

       voila l’effet de la crise des pauvres politiques..... !
       

      ros. Sarkozy budget Elysée 9.2 millions euros €. L’Elysée s’accorde une discrète augmentation de fin d’année : +9,2 millions d’euros - LMOUS

      +9,2 millions d’euros. L’Elysée s’offre une petite gâterie pour les fêtes de fin d’année. Ce montant sera retranché du budget de la Défense et de la Sécurité. Au final, le budget prévisionnel de l’Elysée pour 2008 est ainsi majoré de 9,1%, selon le député René Dosière.


    • civis1 civis1 13 février 2009 10:24

      On se comprend soit !
      Mais espérons quand même que nous serons aussi compris par rares journalistes de l’audiovisuel qui soient encore capable de le comprendre et de la revendiquer que le lobbying des sociétés de productions privées qui vivent de notre redevance craignent aussi de voir, avec la chute des recettes publicitaires une partie de leurs contrats s’envoler.
      Leurs intérêts et ceux des citoyens télespectateurs ne sont pas les mêmes que cette industrie là.
      Même si c’est aussi un des moyens de faire vivre l’art, l’éducation et la culture gageons que leur niveau d’inspiration en sera grandement amélioré


    • lecoureur 12 février 2009 15:43

      Peut être faudrait-il rappeler ce qu’est le Conseil Constitutionnel en France et comment il fonctionne exactement ; voir aussi du côté de Montesquieu ( L’ esprit des Lois )


      • civis1 civis1 13 février 2009 10:49

        @ lecoureur
        Merci de me fournir l’occasion de préciser les enjeux de cette affaire concernant le projet de réforme de l’audio-visuel en cours.
        Le Conseil Contitutionnel est le garant de l’esprit des lois. On doit faire appel à lui lorsqu’il y a un doute concernant une proposition de loi en cours qui semble ne pas respecter les principes fondamentaux énoncés dans la constitution. C’est la grantie que l’incohérence ne vienne pas s’installer au coeur même de nos institutions. 
        Par exemple le principe de la liberté d’expression s’accorde pas avec le fait que l’information tombe sous la coupe du pouvoir politique en place sous prétexte qu’il s’agit d’un service audiovisuel public ni que sa mise en oeuvre et sa conservation dépendent des marchands de redbull par exemple. Il doit assurer au citoyen français une production audio-visuelle publique de qualité et n’accepter de valider que les lois qui vont dans ce sens


      • harkhenn belle-île 12 février 2009 17:20

        En espérant que les journalistes de la presse professionnelle liront cet article ..


        • civis1 civis1 13 février 2009 10:09

          @Belle-île
          Notre espoir ici est d’attirer l’attention des officiants du service public de l’audio-visuel en particulier puisque le propos de l’article c’est de mettre en cohérence cette revendication d’une liberté d’expression celle de s’oposer à ce que la direction de l’audiovisuel tombe sous la coupe du pouvoir politique et en place et de sa propagande avec celle d’une soumission de ses moyens de survie à la mesure d’un audimat assurant ses recettes publicitaires . 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès