Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Suppression de la publicité à France Télévisions : un exemple de ce qui (...)

Suppression de la publicité à France Télévisions : un exemple de ce qui nous attend ?

 A l’heure où est débattue la loi sur l’audiovisuel public à l’Assemblée Nationale, un Conseil d’Administration de France Télévisions s’est réuni.

C’est à cette occasion qu’une résolution a été adoptée, sur proposition de Patrick de Carolis, afin de supprimer la publicité sur les chaines du groupe à partir du 5 janvier de 20h à 6h.

Dans le même temps, ce Conseil d’Administration était informé que l’année 2008 se terminerait pour le groupe par un déficit de 116 millions d’euros et que l’année 2009 verrait la situation empirer avec une prévision de déficit de 135 millions d’euros.

Comment dans cette situation, le Conseil d’Administration de France Télévision a-t-il pu voter en son âme et conscience, la suppression d’une de ses principales ressources financières ? Dans quelles conditions et par quelles manœuvres, le Président de France Télévisons, Patrick de Carolis a-t-il proposé cette résolution ?

La loi sur l’audiovisuel public propose de faire nommer le Président de France Télévisions et de Radio France par le Président de la République. Selon C. Albanel, ministre de la culture et de la communication, cette mesure ne remet aucunement en cause, l’indépendance de la télévision publique.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Alors même que Patrick de Carolis, a été nommé par le CSA (dont on connaît sa relative indépendance), on peut déjà constater qu’il n’est pas totalement libre de ses décisions : c’est, en effet, après « sollicitation » du gouvernement, qu’il soumet au vote cette proposition. On peut dès lors légitimement se demander ce qu’il en sera demain lorsque le président de FT sera nommé directement par le Président de la République.

Que fera le futur Président de FT lorsque le Président de la République le « sollicitera » pour organiser une émission politique sur les thèmes qu’il aura au préalable choisi ? Ou lorsqu’il le « sollicitera » pour diffuser un spot sur la « nécessaire » réforme de l’éducation nationale ?

Si réforme de l’audiovisuel public il devait y avoir, c’est le renforcement de son indépendance qui devrait y être défendu. C’est la pérennisation de son financement qui devrait y figurer. Comment peux-t-on défendre la création audiovisuelle française et en même temps suspendre son financement à chaque discussion budgétaire annuelle ?

En imposant la prise de décision de la suppression de la publicité au niveau du Conseil d’administration de France Télévisons et de son PDG, Christine Albanel veut s’éviter l’impasse d’un décret qui pourrait la mettre en difficulté. De cette manière, elle s’évite la responsabilité d’une telle mesure, et court-circuite les débats parlementaires. C’est de toute évidence un jeu pervers auquel se livre le gouvernement.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 17 décembre 2008 12:34

    bientot la messe a midi tous les jours sur tele sarkozy
    bien sur, notre chanoine dirigera cette messe


    • miwari miwari 17 décembre 2008 19:56

      Crise ou pas en 2009 la redevance fera un bond foi de miwari si j’ai tout faux je communiquerai mon adresse perso et vous pourrez tous m’envoyer vos tatanes sur la tronche smiley


      • JL JL 17 décembre 2008 20:48

        Mme Albanel était l’invitée de France Inter lundi 15 décembre. Ce que j’ai compris de son intervention se résume en trois lignes :

        "Si Mr de Carolis ne se soumet pas, il n’y aura ni pub, ni chèque. Pas de pub, parce que les annonceurs ne vont pas revenir, pas de chèque puisque la fin de la pub ne sera pas actée. Et ce sera de la faute de Mr de Carolis lui-même puisqu’il a prévu le fonctionnement de France Télévision en 2009 dans un système sans publicité".

        Voilà, c’est aussi simple que cela, selon la ministre de la culture. Il n’y a qu’une expression qui convienne : c’est du terrorisme.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 décembre 2008 09:04

          On s’en fout de ces quelques millions de déficit, du moment qu’on a enfin une télé non régie par des impératifs d’au-to-dimat et de propa-ne-gande.

          Il ne devrait pas être difficile aux professionnels de ce métier de devenir économes. En effet, si par le passé il était courant d’envoyer toute une équipe filmer la neige qui tombe à Courchevel afin de faire un sujet de trois minutes sur le JT, il reste 98 % des images stockées et vierges non parues. Demain il sera simple d’exploiter la banque numérique de France 2 et ces images à moindre coût.

          Ensuite, les millions de français qui en ont marre de la propa-cité des chaines commerciales creuses en culture, mais riches en télé-achat-ciné-gna-gna, qui formatise leurs enfants dès le matin, qui poussent l’endormi à acheter de nouveaux produits en plastique made in tiers monde, qui sont scotchés tous les jours à la même heure devant la comédie du strass, des gros seins provoquants, des jeux qui faut que dix millions de frustrés appelent tous les soirs pour un euro pour que l’un d’eux en gagne dix milles...

          Une nouvelle télé bien plus profonde et moins vénale va changer les soirées, et attirer les sages, bien plus attachés à la formidable émission dont Patrick de Carolis est à l’origine, je veux parler d’Envoyé Spécial. C’est le moment idéal pour que les parents d’enfants difficiles, leur imposent des programmes puisés dans les archives de l’INA et leur ouvrant l’esprit sur autre chose que des films de fictions insensés et des pubs mensongères.

          Par contre, Cette loi a raté le coche de peu, en repoussant l’absence de pub jusqu’à huit heures du matin, elle répondait à une logique pure et saine de ne pas en diffuser quand les magasins sont fermés, et foutait la paix à tous ceux qui viennent juste de partir au travail.

          Toute les autres chaines bla-bla-tilt, déjà condamnées par le transfert important vers l’internet interactif seront devenues obsolètes et caducques quand les chiffres révèleront que l’audience monte sur France 2 quand toutes les autres sont en chute libre.

          Libéré d’impératifs purement commerciaux, virtuels, et fictifs, le message ne peut qu’être vrai !


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 décembre 2008 13:56

            DEUX SOLUTIONS,

            Ou Nicolas Sarkozy est " l’Envoyé Spécial " de Moscou pour mettre la main sur notre outil d’intoxication publique...

            Ou notre télé publique est le dernier maillon indépendant non aligné sur l’ensemble des médias mafieux qui foisonnent sur l’ensemble des canaux satellites...


          • Quentin GUILLEMAIN guillemain 19 décembre 2008 13:39
            MANIFESTATION DE DROITE
             
            "Nos parents le regrettaient, l’UMP l’a fait !"
             
            31 Décembre 1974 - 20 décembre 2008
             
            34 ans après... venez fêtez le retour de l’ORTF 
            et la fin de l’indépendance du service public de l’information ! 
             
            Rassemblement de droite devant le siège de France Télévisions
            pour fêter le retour du JT de l’ORTF
             
            Esplanade Henri de France, tramway Pont du Garigliano - Paris 15ème
             
            SAMEDI 20 DECEMBRE à 13h précises
            (parce que la ponctualité est la politesse des rois...)
             
            Tenue XVIème arrondissement exigée
            (jupes plissées, costumes/cravates et chapelet)
             
            Rendez-vous à 12h45 au métro Balard
             
            ****
             
            Mobilisation organisée par le collectif Libre-Ecran
             
             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès