Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Un journaliste territorial contre la « chasse aux sorcières (...)

Un journaliste territorial contre la « chasse aux sorcières »

Journaliste à Châtellerault (86) depuis août 2001, Francis Martin attaque son employeur, l’agglomération, présidée par Jean-Pierre Abelin (Nouveau centre) devant le tribunal administratif. Cette affaire illustre l’ambiguïté du statut des nombreux contractuels qui travaillent dans les services de communication, dans les villes ou agglomérations et leur précarité entre deux élections.

 
 
Le journaliste avait été embauché en 2001 pour créer le journal municipal de Châtellerault. Ancien journaliste de la PQR, diplômé du Celsa, Francis Martin avait créé un journal qui se voulait pluraliste, donnant la parole dans ses colonnes aux acteurs de la vie civile. Depuis 2007, l’employeur du journaliste n’était plus la ville de Châtellerault, mais la communauté d’agglomération de la ville, ceci pour répondre à l’évolution de l’intercommunalité, issue de la loi Chevênement.
 
En mars 2008, la municipalité de Châtellerault et sa communauté d’agglomération change de bord et Jean-Pierre Abelin en devient le maire. Les conditions du travail du journaliste commencent alors à se détériorer. En septembre dernier, Jean-Pierre Abelin lui signifie le non renouvellement de son contrat, et ceci sans motif ni entretien.
 
Or, entre temps, la loi du 26 juillet 2005 est passée par là. Elle stipule notamment que les CDD dans la fonction publique ne peuvent excéder 6 ans. Elle indique également que les personnels qui atteignent 50 ans avant la fin de leur contrat deviennent de fait employés en CDI.
 
Francis Martin a donc décidé d’attaquer son employeur devant le tribunal administratif. Pour se défendre, l’agglomération de Châtellerault joue sur les dates de contrat et le fait que l’employeur du journaliste a été transféré de la ville à l’agglomération en 2007, d’où l’absence de la durée de 6 ans. Cependant, la rare jurisprudence à propos de la loi de juillet 2005 a toujours considéré que ce qui importait n’était pas les transferts d’employeur éventuels, mais la nature de la fonction du contractuel. Or, Francis Martin a été rédacteur en chef des publications de la ville et de son agglomération sur toute la période de huit ans.
 
Le 31 décembre dernier, le juge du Tribunal administratif a rejeté la requête de F. Martin, mais en se gardant bien de se prononcer sur le fond. Il a également rejeté la demande du président de l’agglomération du pays châtelleraudais qui demandait le paiement des frais de procès. En conséquence, l’affaire reste totalement ouverte et va être poursuivie jusqu’à son aboutissement. Elle soulève deux questions de fond : d’une part, l’application de la loi du 26 juillet 2005 concernant les nombreux contractuels dans les collectivités territoriales, d’autre part, le rôle des personnels de communication au service des collectivités, notamment des journalistes. La presse locale, quant à elle, évoque à propos de cette affaire une « chasse aux sorcières » qui sévit à Châtellerault depuis l’avènement de la nouvelle municipalité.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Charles Martel Charles Martel 7 janvier 2010 14:40

    querelle de barons locaux supposée nous intéresser ? Pourquoi cet article n’est pas dans la catégorie actualité locale ?


    • Le Hérisson Le Hérisson 7 janvier 2010 15:14

      Cela intéresse tout le monde, la liberté de la presse...


      • zelectron zelectron 7 janvier 2010 15:26

        Journaliste et innocent : on aura tout vu !
        Huit ans de bons et loyaux services...sans esprit partisan : vous vous jugez vous-même ?
        veillant soigneusement à donner la parole de façon équilibrée aux gens des 2 principaux mouvements politiques français. Payé par une mairie de gauche puis une communauté de gauche qui aurait accepté de donner la parole aux gens de droite : mais c’est un conte de la comtesse de Ségur ça !


        • LeChatelleraudais 7 janvier 2010 17:54

          Oui, on peut être journaliste territorial et être d’abord au service d’une population, donner la parole à tous, ainsi qu’aux différents acteurs de la vie civile. En tout cas, c’est ce que j’ai essayé de faire.
          Par exemple, dans le journal que j’ai créé, j’avais proposé au maire de l’époque que l’opposition puisse rédiger des articles, bien avant que la loi ne l’oblige, ce qu’il avait accepté.

          Je n’ai jamais eu de carte politique et l’on ne m’avait pas engagé pour cela. Et je sais distinguer la « propagande » du journalisme. Il y a des maires de droite dont la ville a un journal non propagandiste, de même que des villes de gauche. Il ne s’agit pas d’une question d’étiquette, mais de principe démocratique. C’est le contribuable qui paie ce type de publication.
          Bien cordialement.


        • Michel DROUET Michel DROUET 7 janvier 2010 15:54

          La bonne question est la suivante : pourquoi les élus ont-ils besoin de journaliste ?
          Réponse : pour glorifier leurs mérites, valoriser leur gestion et s’en servir pour se faire réélire la prochaine fois.

          Tout est dit. On dépense l’argent des contribuables locaux pour faire la promo des élus. Je ne pense pas que l’on puisse parler de presse libre et de journalisme, en l’espèce. 

          Quant à la procédure administrative engagée, elle est légitime et je souhaite qu’elle aboutisse favorablement pour vous.


          • Le Hérisson Le Hérisson 7 janvier 2010 18:15

            « Tout est dit. On dépense l’argent des contribuables locaux pour faire la promo des élus. Je ne pense pas que l’on puisse parler de presse libre et de journalisme, en l’espèce. »

            Non, on peut être journaliste local sans pour autant faire « la promo » des élus. Le métier a changé. D’autre part, la presse quotidienne locale, par exemple, peut être suspectée, elle aussi, de faire la promo des élus.


            • Michel DROUET Michel DROUET 7 janvier 2010 20:37

              Si la PQR veut faire la promo des élus, c’est son problème, ça arrive, mais ce n’est pas une règle générale, fort heureusement, maintenant les journalistes recrutés par des collectivités locales ne le sont pas en général pour promouvoir les élus de l’opposition 


            • morice morice 8 janvier 2010 08:27

              l’intérêt de vos souvenirs ici ? ZERO. Finalement, on sait pourquoi vous venez ici, le Furtif ; par égoïsme pur et simple. Vous ne vous intéressez qu’à votre personne et de ce qui la touche et êtes incapable de généraliser. Incapable.


            • snoopy86 7 janvier 2010 23:11

              @ l’auteur

              Vos collègues de la NR ont l’air sceptiques quant à votre impartialité et évoquent votre allégeance à l’ancienne majorité

              http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=86&num=1497714

              Mais peut-être ne sont-ils pas impartiaux .....


              @ Furtif

              J’ai bien connu le père Abelin, un de mes anciens beaux-pères étant un notable du coin...
              Loin d’être con, grand avocat d’affaires ...

              Plus de gueule que le fiston, et autre chose que Raffarin ou Cresson


              • bob 8 janvier 2010 11:29

                Hem, pas très honnête de la part de l’auteur de vouloir sauver son gagne pain par une propagande qui servira ses intérêts. Le passage à l’état d’adulte n’est-il pas une capacité à se rendre en charge ? Quel article nous concocterez vous la prochaine fois : pourquoi l’amant de ma femme est un vilain ?


                • LeChatelleraudais 8 janvier 2010 13:29

                  Oui, cher Bob... Quant à vous, est-ce très honnête de ne pas avoir de profil et d’écrire de manière anonyme ? Vous penserez sans doute que oui... On appelle cela une « projection ».
                  Au delà de mon « gagne pain » comme vous dites, il s’agit également de se battre afin que la loi du 26 juillet 2005 soit mieux reconnue, ce qui apportera une plus grande sécurité à de nombreux contractuels. Il ne s’agit pas de « propagande », mais des faits.

                  Par ailleurs, ma première démarche, quand j’ai appris le non renouvellement de mon contrat, fut de demander une négociation, qui n’a pas eu de réponse. Pourtant, n’importe quel juriste sait « qu’un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès ».
                  Dès lors, il était logique que la partie adverse ne puisse ignorer qu’il y aurait médiatisation.

                  Enfin, où verrait-on, dans le privé, des CDD successifs pendant huit ans ?


                • bob 8 janvier 2010 23:06

                  @ Lechatelleraudais

                  Tout d’abord je ne suis pas votre « cher », vous imaginez une relation de proximité entre nous qui n’a jamais existé.

                  De plus vous écrivez vous aussi sous un pseudo et vous avez été démasqué par l’un des internautes. Dans le prolongement de ce que je disais plus haut, je trouve malhonnète de vous dissimuler derrière un pseudo afin de vous promouvoir ou de vous attacher un moyen de pression. Un individu correct n’aurait pas utilisé ce genre de procédé.

                  Sur la notion de projection, puisque vous semblez utiliser des termes que vous ne connaissez pas laissez-moi vous éclairer : processus psychologique consistant à attribuer à autrui une ou des pulsions ce que l’on méconnait ou l’on refuse en soi. Il s’agit d’un terme psychologique qui ne se SUBSTITUT PAS AU SEMPITERNEL MAIS NEANMOINS INFANTILE « toi-même » que la plupart des gens abandonnent dès leur départ de la maternelle.

                  Au vu de votre situation, je ne saurai nier qu’il y a un abus de la part de votre employeur ( Le nouveau centre étant particulièrement méprisable pour son opportunisme politique mais cela sort du sujet), il reste néanmoins qu’un simple texte envoyé anonymement sur le net ne saurait rendre compte de la situation. Je pense même qu’il pourrait vous porter préjudice. Néanmoins bon courage pour le reste.


                • bob 8 janvier 2010 11:31

                  Et bravo pour votre inscription à Agoravox pour ne faire que cet article. La plupart des autres intervenants s’inscrivent pour l’intérêt qu’ils portent à ce site et non pas pour leur promotion personnelle.


                  • LeChatelleraudais 8 janvier 2010 13:36

                    « Vos collègues de la NR ont l’air sceptiques quant à votre impartialité et évoquent votre allégeance à l’ancienne majorité »

                    Je n’ai pas été recruté sur une carte politique, car je n’en ai jamais eue, mais sur ma formation et mon expérience, ayant travaillé pour de nombreuses collectivités, de toutes tendances (sauf FN). D’ailleurs, ironie du sort, quand je cherchais du travail, en l’an 2000, j’avais envoyé mon CV à plusieurs collectivités et élus, dont l’ancien maire de Châtellerault, mais également au député de l’époque, maire actuel (qui me renvoie)... Mais petit problème, le secrétariat de ce dernier m’a convoqué pour un rendez-vous trois mois après. Entre temps, j’avais déjà été embauché à Châtellerault.

                    Enfin, alors que j’étais journaliste sous le mandat de l’ancien maire, j’ai conseillé à ce dernier d’ouvrir les colonnes du journal à l’opposition, avant même que la loi ne l’y oblige, ce qu’il a accepté.


                    • goldorak 8 janvier 2010 16:14

                      A l’auteur,

                      Je suis d’accord avec vous, avec votre combat. Il est en effet incroyable qu’une ville puisse se permettre ainsi de « virer » un journaliste, après huit ans de contrats les uns à la suite... Comme cela se fait-il ? dans le privé, on ne peut pas avoir de CDD indéfiniment ?

                      Je ne connais pas Châtellerault, juste entendu parler à propos d’Edith cresson, qui n’a pas fait des merveilles, puis d’une usine que les ouvriers voulaient faire sauter. Votre maire, Abelin a l’air aussi d’un illustre inconnu. En tout cas, il a fait preuve d’un manque élémentaire de correction. Il a agit comme un petit garçon qui n’assume pas le fait qu’il n’aime pas un journaliste.
                      Bon courage !!!


                      • LeChatelleraudais 8 janvier 2010 17:22

                        Oui, la législation dans la fonction publique sur les CDD est bien plus « laxiste » que dans le privé. Cela dit, une loi du 26 juillet 2005 fixe à un maximum de 6 ans la durée des CDD successifs. Mais la jurisprudence concernant cette loi récente reste encore imparfaite.

                        Par exemple, une circulaire du ministère de l’éducation nationale a éclarici les points « flous » de cette loi. Reste à savoir si cette circulaire peut s’appliquer aux diverses fonctions publiques.

                        Au delà de cela, ma situation illustre assez bien celle de tous les « communiquants » dans les collectivités qui sont soumis aux aléas politiques.

                        Ce sont ces deux raisons qui me poussent à utiliser tous les moyens nécessaires pour faire valoir mes droits. J’en ajouterai une troisième : la forme incorrecte, d’un point de vue humain, de mon renvoi.
                        Merci pour votre message.



                      • psy86100 8 janvier 2010 20:47

                        A l’auteur,

                         Je connais la famille Abelin, enfin de réputation.
                        Le père fut un grand ministre, et un grand homme pour Châtellerault. Le fils, semble t’il, a voulu prendre une revanche sur son père, reprenant le flambeau. Je crois qu’il y a été poussé par JP Raffarin, car il ne voulait pas de la mairie, d’après ce que j’avais lu dans la presse à l’époque des élections. Il a profité d’une division à gauche. Il a été élu par défaut. Défaut de lui-même ? Défaut de son père décédé alors qu’il était encore jeune, il me semble ?
                        Son épouse est une psychiatre de bonne réputation, même si elle préfère les médicaments à d’autres techniques comme la psychologie dynamique. Je pense, que dans votre histoire, M. Abelin a dû être mal conseillé, en tout cas, à la vue de ce que j’en ai lu dans la presse.
                        Je suis aussi assez étonnée qu’il ait choisi pour le seconder sa propre fille. Le fils qui entend succéder à son père et qui choisit sa fille... On se moque parfois de l’Afrique et de son népotisme, mais on n’en est pas loin.
                        Je ne suis pas surprise qu’un tel homme ait pu vous ignorer à ce point. Evidemment, c’est triste pour vous. J’espère que vous gagnerez, car 8 ans de contrat en étant renvoyé ensuite comme ça, cela me paraît inadmissible.
                        Je vous souhaite bon courage.


                        • LeChatelleraudais 8 janvier 2010 21:28

                          « On se moque parfois de l’Afrique et de son népotisme, mais on n’en est pas loin. »

                          Je crois que ce que vous appelez le « népotisme » existe dans toutes les familles politiques.

                          Est-ce pour autant autant choquant ? Je n’en suis pas sûr, si la personne, membre de la famille d’un élu, montre sa compétence.
                          Pour citer un exemple célèbre, celui de Claude Chirac, et comme j’ai quelques connaissances en communication, je trouve qu’elle fut très compétente, concernant la communication de l’ancien président de la République. Evidemment, le fait qu’elle soit « fille de son père » a probablement ajouté à son efficacité, car à la confiance indispensable dont à besoin un élu vis à vis de celui qui communique directement pour lui.
                          Claude Chirac a, admirablement dominé la communication de son président de père. Je ne crois pas que le simple fait qu’elle soit sa fille aurait dû lui interdire cette mission.
                          Merci pour vos encouragements.


                          • LeChatelleraudais 9 janvier 2010 01:34

                            Je crois que" Bob, je l’’ai reconnu, ou plutôt reconnue... Je n’ai pas à être démasqué, contrairement à vous : je m’appelle francis martin, ancien journaliste de Chatellerault, et j’assume l’ensemble de mes prises de positions. Notamment le fait qu’un journaliste municipal doit être au service des contribuables, plutôt qu’au service de la propagande d’un maire, d’autant plus qu’il est insignifiant. De mon point de vue.

                            Faites en de même.
                            Francis Martin


                            • bob 9 janvier 2010 11:30

                              @ l’auteur,

                              Monsieur, je ne suis pas venu sur internet pour donner mon CV et même si je le fit jadis avec tous les problèmes inhérents à ce type de comportement que j’imaginais honnète. Je pense que donner son avis sur un article d’Agoravox ne nécessite pas de donner ses papiers d’identités. Vous avez été perçé à jour malgré un stratagème qui ne vous honore pas. De plus, donner votre nom s’avérait totalement inutile puisque toute personne qui lira votre article ainsi que les commentaires y afférants en prendront connaissance.

                              J’ajoute que les notions de défis ( le désormais « fais-le si t’es un homme » ou son corolaire « si tu as des couilles ») de la part d’un adulte me laisse de marbre. Une fois de plus, la très grosse partie des citoyens ont laissé ce type d’infantilisme à l’école maternelle et je vous encourage à faire de même. Savoir ou se termine le courage pour se transformer en insolence semble ètre une lacune dans votre métier et cela peut vous jouer des tours.
                              Vous parlez d’assumer quelque chose mais vous présentez masqué pour donner le cas d’un autre. De journaliste, vous passez à manipulateur avéré et cela n’aide pas à vous identifier comme quelqu’un d’honnète.

                              J’ose croire que votre vécu a quelque peu atténué votre esprit d’analyse et votre moralité si tel n’était pas le cas, je pourrais comprendre que vous soyez renvoyé : votre subjectivisme ainsi que votre tendance à cacher les évènements ne plaident pas en votre faveur.

                              Enfin, je ne gravite ni dans votre commune, ni dans votre entourage ( ennemi comme ami),mes commentaires n’engagent que moi et se sont fait sans l’induction de qui que ce soit par conséquent vous continuerez donc votre parano sans moi.

                              PS : Peaufinez donc votre dossier plutot que de perdre votre temps sur le net.


                            • goldorak 9 janvier 2010 13:46

                              Euh, Bob avec tes commentaires tourneboulés, tu vas finir par me donner mal au crâne... Je ne vois pas en quoi l’auteur se présente « masqué ? Toi oui. Il est possible qu’il lui faille  »peaufiner son dossier", mais d’autres ont besoin de vacances.


                              • bob 9 janvier 2010 16:03

                                Tiens, tiens,

                                Trois nouveaux pseudo qui n’apparaissent que pour parler de ce sujet, cela sent vraiment l’intox.

                                Y-a-t-il encore un nouveau pseudo qui va réclamer justice ou va-t-on s’arréter là ?


                                • LeChatelleraudais 9 janvier 2010 16:38

                                  « J’ose croire que votre vécu a quelque peu atténué votre esprit d’analyse et votre moralité si tel n’était pas le cas, je pourrais comprendre que vous soyez renvoyé : votre subjectivisme ainsi que votre tendance à cacher les évènements ne plaident pas en votre faveur. »

                                  D’une part, votre phrase ne veut rien dire ou bien est à contre sens et je ne pense pas avoir de leçon de morale à recevoir. J’espère que mon « vécu » comme vous dite, et y compris cette histoire que je n’avais pas souhaité au départ, conforte, au contraire mon esprit d’analyse.

                                  Je ne vois pas où je cacherais quelque événement. Mieux même, je pourrais m’étendre bien davantage sur les circonstances du non renouvellement de mon contrat, par exemple, sur le fait que mon avocat a demandé une conciliation, restée sans réponse. Ou encore sur le malaise général des agents de la ville pour laquelle je travaillais.

                                  Si vous trouvez normal qu’un contractuel de la fonction publique soit renvoyé au bout de huit ans, sans indemnité, alors que cela serait impossible dans le privé, vous feriez mieux d’argumenter votre position.

                                  Enfin, concernant vos appréciations « psychologiques » sur la maternelle ou la projection, il faudrait que vous sachiez qu’effectivement, bien des réflexes de type infantile perdurent longtemps, y compris à l’âge adulte. Certains nous aident à vivre et à s’accomplir, du reste.


                                  • Diogene 3 juin 2012 15:14


                                    lehérisson, lechatelleraudais, goldorak, ... : et combien d’autres pseudos, pour ce journaliste-pseudo-psychanalyste ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès