Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Un livre atypique par un journaliste atypique

Un livre atypique par un journaliste atypique

Les Irlandais ont dit non. Dont acte. Mais il faut continuer, comme y invitent les europhiles impénitents, parmi lesquels Daniel Riot, bien escorté est une figure de proue.

L’Europe cette emmerdeuse. Daniel Riot avec Sandrine Kauffer. City Editions.

Sous ce titre ambigu et provocateur, on pourrait attendre un pamphlet ou une lamentation d’un grincheux désabusé. Ce n’est pas ça du tout, mais alors pas du tout. L’Europe est en effet une belle emmerdeuse quand elle se love dans les boyaux tourmentés d’un « fou d’ Europe » que tour à tour elle laisse enchanté parce que provisoirement soulagé, puis en plein désarroi, toujours impatient comme dans un désir amoureux jamais pleinement assouvi et même accru quand l’objet semble se dérober.

Journaliste-baroudeur, épris d’Europa.

Le livre de Daniel Riot est littéralement atypique : ni récit-mémoires d’une prestigieuse carrière de journaliste, grand reporter, éditorialiste, essayiste, écrivain, pas davantage un essai de plus à visées pédagogiques, ni un réquisitoire contre ceux-ci ou un plaidoyer pour ceux-là... Mais c’est tout cela à la fois avec une touche encore particulière qui tient à la personnalité tout aussi peu commune de l’auteur. L’habileté remarquable de Sandrine Kauffer, l’intervieweuse qui connaît bien le fonctionnement et l’œuvre de son « sujet » (articles, reportages, éditoriaux, conférences, livres...) consiste à canaliser le flux luxuriant et débordant d’un Européen passionné, exigeant, intraitable parfois féroce. Elle le fait avec grâce et efficacité. Après une double préface d’André Glucksmann et de Bernard-Henri Lévy, assez convenue, mais de bon aloi, le livre s’ouvre sur une lettre au président de la République, comme une sorte d’introduction et conclusion à la fois, sous-titrée par une invitation, une injonction même : « Réconciliez Monnet et de Gaulle ». Un programme, rien de moins. Plaise au ciel que le président la lise avec application ! Et la balade commence avec le journaliste européen qui aime à se définir plutôt comme Européen, journaliste, spécialisé dans les affaires européennes. Il se livre avec une ardeur communicative, sur tous les aspects imaginables de son sujet de prédilection, son obsession, nourrie par une quête infatigable d’informations factuelles, mais aussi théoriques ou livresques. Mais jamais il ne perd le goût des mots en les mâchouillant en sémioticien, amateur peut-être, mais inspiré.

L’aide de fines plumes europhiles. Au-delà de son expertise incontestable sur les questions européennes, Daniel Riot fait montre d’une réflexion approfondie, abondamment étayée par des citations (comme des cautions) d’auteurs les plus prestigieux de l’antiquité à nos jours, sans vergogne ni modération avec des préférences éloquentes tout de même pour Victor Hugo ou Valéry, d’autres plus présents étant récurrents. Cet homme là a tout lu et donnerait des complexes au rat de bibliothèque le plus repu. C’en est même trop ! Le journaliste se mue en universitaire scrupuleux soucieux en permanence de donner ses références. On découvre ainsi ou on suppute certains aspects insoupçonnés de la pensée de tel philosophe, sociologue, historien, économiste, romancier, poète. Une grande partie des « plumes universelles » s‘y trouve. On appréciera que la profondeur de la réflexion ait produit la notion d’Eurosphère pour de pas réduire l’espace européen à celui de l’Euroland, de l’Union européenne (27) ou même du Conseil de l’Europe (47) et l’étendre dans un souci non seulement géopolitique, mais surtout « géophilosophique » à un espace culturel ou civilisationnel en somme. Edgar Morin souvent sollicité est relayé dans cette idée par « le labyrinthe de la complexité » de Castoriadis.

Tout un programme. Enfin, en quelques mots ce livre est une anamorphose de notre continent où, comme il se doit, tout est vrai bien que déformé selon la vision particulière que requièrent les différents thèmes. Une citation de plus, cette fois de Daniel Riot lui-même : « l’Europe n’est plus une affaire étrangère, mais une affaire intérieure » placée en exergue d’une annexe qui propose « Quelques idées simples pour une Europe citoyenne ». A lire absolument.

Antoine Spohr


Moyenne des avis sur cet article :  1.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 24 juin 2008 10:27

    Encore et encore de la publicité caché derrière "le journalisme citoyen" en cherchant à nous "vendre" encore un bouquin

    Il aurait été préférable que "le comité de rédaction" ne valide pas ce type de publicité ,à moins que cela ne fasse parti d’un plan marketing ou média publicitaire

    Pour l’Europe ,un simple lien suffit : http://ec.europa.eu/environment/climat/campaign/index_fr.htm

     


    • ASINUS 24 juin 2008 10:31

       

       

      "l europe n est plus une affaire étrangere, mais une affaire intérieure"

      yep ben moi cette europe la : je la prefererais

      "etrangere à mes affaires interieures"

       

       

      une preface de glucksmann et bhl vache que du lourd , je crois que je vais m economiser

      un bouquin moi

      signé

      un des gros nul beauf et con qui as voté non


      • wesson wesson 24 juin 2008 21:40

        a ranger dans la catégorie publi-rédactionnel.

        Merci d’avoir évoqué ce livre, sur un malentendu j’aurai pu l’acheter. Maintenant, aucun risque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès