Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Un univers de trolls

Un univers de trolls

Je suis en train de lire The Cult of the Amateur, un essai qui critique la génération participation à la mode web 2.0. Les interrogations d’Andrew Keen répondent à certaines de mes craintes du moment. Après l’enthousiasme, il est parfois bon de prendre du recul.

Aujourd’hui, sur le web, tout le monde peut tout dire, tout montrer, tout voir... spectateur et auteur fusionnent dans cet âge du peer-to-peer.

"Amateur hour has harrived, and the audience is now running the show", écrit Keen.

Pour moi, il y a une différence fondamentale entre la possibilité de tout dire et le fait de dire n’importe quoi. Malheureusement, le web 2.0 nous pousse souvent vers le n’importe quoi. Comme nous avons les moyens de nous exprimer, nous nous exprimons coûte que coûte même si nous n’avons rien à dire.

Nous entrons dans l’âge de la médiocrité.

Nous ne vérifions plus les informations que nous diffusons.

Nous ne remontons plus aux sources.

Nous devenons des maîtres du copier-coller, pour ne pas dire du remix.

Nous commentons un article après l’avoir lu en diagonale, sans même chercher à connaître la pensée de l’auteur, nous nous faisons des opinions à l’emporte-pièce.

Le prix du ticket d’entrée est si bas que tout le monde entre. Par le passé, si un auteur nous déplaisait, nous prenions notre temps avant de lui écrire. Nous le lisions avec attention, nous nous renseignions sur lui... en deux mots, nous travaillions avant de lâcher la cavalerie.

Maintenant nous ne prenons plus le temps de la réflexion, nous nous moquons de paraître stupide, nous nous en moquons puisque notre commentaire sera noyé dans des centaines d’autres tout aussi médiocres et passera sous les yeux de lecteurs tout aussi superficiels que nous. Nous devenons des spammeurs. Le web 2.0 est un univers de trolls. Je parle bien sûr en termes statistiques car il existe des îlots de quiétude.

La médiocrité n’est pas nouvelle. Déjà Flaubert se plaignait dans sa correspondance des œuvres insanes dont se gaussaient ses contemporains. Il serait atterré de voir où nous en sommes.

Quand j’ai commencé à écrire, j’ai envoyé mes manuscrits à des éditeurs qui les ont refusés. Ces livres sont restés sur mon disque dur, j’en ai écrits d’autres encore refusés. Si comme aujourd’hui j’avais pu publier sur lulu.com, j’aurais sans doute cessé d’écrire. Mes livres étant illisibles, personne ne les aurait lus, j’aurais décrété que je m’étais engagé dans une mauvaise direction, j’aurais cessé d’écrire.

Cette mésaventure est arrivée à un de mes meilleurs amis dont le premier roman a été publié sans même qu’il s’en rende compte en 1988, presque aussi simplement que sur internet aujourd’hui. Cette facilité et le manque de réaction des lecteurs l’ont dissuadé d’écrire alors qu’il a un immense talent. J’ai peur que le web 2.0 n’ait le même effet avec beaucoup d’auteurs.

Je ne dis pas qu’il faut souffrir pour réussir, je crois juste que Rome ne s’est pas fait en un jour et qu’il en va de même pour les auteurs. Certaines plantes poussent en un jour, d’autres, les plus nombreuses, prospèrent lentement. Notre univers 2.0 ne leur est pas favorable.

La réussite passe souvent par le dépassement de barrières en apparence insurmontables. Le web 2.0 nous fait à tort croire qu’il n’y a plus de barrière. L’amateur aurait autant de chances de réussir que le professionnel.

Je suis le premier à applaudir la disparition des frontières entre les citoyens et les élites. Pour moi, chacun a le droit d’exercer ses talents dans tous les domaines, mais il doit le faire avec zèle. L’amateurisme n’exclut pas la compétence. Toutes les portes sont ouvertes sur le web 2.0, mais il faut que la qualité soit récompensée. Nous devons inventer le moyen d’arracher l’ivraie du brouhaha.

Ce bouillon de culture régnant sur le net est fantastique, mais il fait souvent penser à un bruit de fond aléatoire. On dirait qu’une armée de singes est en train de taper à la machine à écrire dans l’espoir de réinventer Proust. L’éternité n’y suffira pas malheureusement. Il faut que des hommes travaillent pour produire des œuvres. Et pour qu’il existe des œuvres collectives originales, il faut encore plus de travail, il faut que ce travail ne soit pas étouffé par des riens, il faut que nous apprenions à prendre notre temps, sinon nous finirons par n’apprécier que les séries TV.

Pour échapper à ce piège, les prochains services 2.0 devront rétablir la confiance, favoriser la qualité, la véracité, les travaux profonds au profit du tout-venant.

Rassurez-vous, je ne prône pas le retour des bureaux de censures, tels ceux des éditeurs ou des singes s’estimant capables de juger des auteurs. Ce n’est pas parce que quelqu’un sélectionne que c’est mieux. Personne ne dispose de la compétence de juger les autres, au mieux le temps et, à travers lui, l’évolution, s’en charge plus ou moins bien.

Au présent, je crois que le cinquième pouvoir peut sélectionner, peut filtrer, mais il faut s’appuyer sur son intelligence plutôt que sur ses comportements de masse comme nous y habitue Google.

Ce n’est pas parce que tout le monde lit une news que cette news est intéressante. Tout le monde la lit parce qu’elle a été mise en avant et que tout le monde l’a cliquée faisant en sorte qu’elle reste en avant. Un livre n’est pas bon seulement parce qu’il se vend bien. Si nous ne voulons pas d’un web populiste, nous devons l’amener vers la qualité.

C’est un défi.

Une fois les bureaux de censure bannis, il nous faut réinventer une forme d’évolution en accéléré, trouver un test de postérité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • JL JL 12 juillet 2007 11:33

    Très bonne réflexion sur ce sujet qui dépasse malgré le titre de l’article, le problème posé par les trolls.

    Pour ce qui nous concerne ici sur Avox, je dois dire que c’est un espace de liberté où se côtoient « petits » et « grand », experts et amateurs, informés et ignorants, les uns et les autres étant interchangeables en fonction des sujets. L’on apprend beaucoup, motivés par la possibilité d’intervenir dans les débats. Mais comme le dit l’auteur, c’est si facile d’intervenir que l’on veut s’exprimer avant même d’avoir compris.

    J’aimerais pour ma part souligner que dans les commentaires, le deuxième degré est à manier avec une extrême prudence. Par exemple, poser une question au sujet d’une affirmation inepte dans le but d’en souligner la contradiction manifeste est une forme de second degré rarement perçue par l’interpellé qui se gonfle d’importance du fait qu’il s’imagine narcissiquement que l’on sollicite son avis. C’est une prime à la bêtise. Mais comment ne pas laisser dire n’importe quoi sans s’y perdre ? Voila il me semble, le principal défaut de ce type de forum.


    • La mouche du coche La mouche du coche 12 juillet 2007 13:38

      @ l’auteur ;

      Vous prêtez un pouvoir de discernement aux éditeurs qu’ils n’ont pas. N’oubliez jamais que Marcel Proust lui-même a du commencer sans éditeur.

      Les éditeurs ne cherchent pas la littérature, cela se saurait. Ils cherchent à vendre des livres : cela n’a aucun rapport. smiley


    • JL JL 12 juillet 2007 15:26

      Beaucoup de post vont dans le sens développé par IP:xxx.x52.105.53 (qui devrait indiquer un pseudo, c’est plus facile), il cite (copicolle) et dit :

      «  »Quand on répond à un article on ne peut pas ignorer qu’il y a un auteur derrière. L’article ne représente qu’une infime partie de ce qu’il pense. Répondre à l’article sans connaître l’auteur c’est taper presque toujours à côté." Non c’est trop facile ! Ce qui m’intéresse c’est le contenu du message«  ».

      Mais avez-vous réfléchi à la contradiction que contient cette phrase ? Le contenu du message dénoncé ici est précisément : « Quand on répond à un article …etc. ». Et vous, sans chercher à comprendre, vous dites non ! En l’occurrence, on peut penser que l’auteur avoue qu’il ne maîtrise pas bien ce sujet, et pour cause, parce qu’il parle sous notre couvert à tous ! Il nous dit peut-être que derrière ces idées qu’il lance, il est comme nous, et qu’on doit réfléchir ensemble.

      Ne nous jetons pas sur nos claviers comme des frustrés que nous sommes, par toutes ces années d’ « infos » diffusées à sens unique, matin, midi et soir par le parti des médias et de l’argent.


    • JL JL 12 juillet 2007 15:26

      mal placé, tant pis.


    • faxtronic faxtronic 12 juillet 2007 12:12

      Un univers de troll. Certes, j’en suis un. Et avec plaisir, car il y en a marre des sempiternels debats sur la meme chose. Perso je ne lis pas les journaux ni ne regarde la tele. Et la plupart du temps quand je lis un journal, je jette le journal de rage ou je le dechire tellement je trouve les journalistes betes, biases, partisans. Sur internet, seul espace de liberte (jusqu’a quand, retirez la liberte absolue sur internet et el s eteindra de lui meme) on peut encore exprimer ses sesmtiments, que ce soit de l amour, de l amitie ou de la haine. Dans la vie reelle, tout est police, judiciarise. Je me suis retire du monde reel, il peut y avoir une guerre nucleaire que je m’en bat les coucougnettes. Car il n y a pas de liberte dans le monde reel. Elle a ete supprimee par les bigots, les bourgeois apeures, les bien pensants angelique, enfin toutes cette engeance de moralisateurs qui brime la liberte au non de la morale.

      Vive la liberte absolue, vive internet.


      • Krokodilo Krokodilo 12 juillet 2007 12:32

        Votre article est mesuré mais vous tombez un peu dans le « c’était mieux avant », « déjà Flaubert disait... ». Mais c’est oublier qu’avant le réseau, on ne lisait pas tout (si encore on lisait), la plupart d’entre nous se contentait de lire un magazine correspondant à ses opinions, à sa façon de voir le monde : le lecteur du Figaro lisait rarement Le Nouvel obs, et réciproquement, hormis de grands lecteurs ou des éditorialistes par obligation professionnelle.

        Et la liberté de commentaire est grande sur le web, voire féroce et excessive : le filtre des courriers des lecteurs a disparu.

        D’autre part, vous n’évoquez pas la liberté donnée par le réseau et AVox d’aborder des sujets totalement boycottés par les médias traditionnels, comme l’espéranto. L’espace de liberté nouveau est incontestable : quelles que soient les opinions, le débat est rendu possible sur un vrai forum citoyen, avec ses limites et ses excès, mais de ce point de vue, c’est une réussite. C’est sûr qu’en contrepartie, chaque lobby, chaque groupe est libre d’y faire de la propagande à répétition, mais les lecteurs le remarquent vite, et font la disctinction entre militantisme raisonnable avec un débat argumenté, sincère, informatif, et une propagande lassante.


        • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 12 juillet 2007 12:52

          Désolé de me servir de votre commentaire comme exemple... vous me dites que je ne parle pas de la liberté que nous donne le net... oui dans cet article mais je ne fais que ça habituellement, j’ai écrit deux livres pour faire l’éloge de cette liberté, je ne cesse de le faire sur mon blog. Cet article est volontairement critique, pour pondérer.

          Votre commentaire s’inscrit typiquement dans la logique que je dénonce. Vous avez réagi au tac au tac. C’est très bien, je ne veux surtout pas vous censurer, mais ça ne nous fait pas bcp avancer du coup. C’est ça que je regrette.

          Quand on répond à un article on ne peut pas ignorer qu’il y a un auteur derrière. L’article ne représente qu’une infime partie de ce qu’il pense. Répondre à l’article sans connaître l’auteur c’est taper presque toujours à côté.


        • faxtronic faxtronic 12 juillet 2007 13:09

          Vous savez, vous ressemblez beaucoup a Bernard Menez. Ca par exemple c’est du commentaire intelligent. Si le media internet ne vous convient pas (trop direct, trop rapide, trop libre, trop jungle, trop bordelique, trop parasité), je vous conseille de l’abandonner. Le courrier des lecteurs existe toujours, et la presse grouille (le mot grouiller est le mot juste) de magazines et de journeaux de toute sortes. C’est surement la que vous trouverez votre bonheur.


        • masuyer masuyer 12 juillet 2007 13:18

          « Quand on répond à un article on ne peut pas ignorer qu’il y a un auteur derrière. L’article ne représente qu’une infime partie de ce qu’il pense. Répondre à l’article sans connaître l’auteur c’est taper presque toujours à côté. »

          D’où la nécessité pour l’auteur de se présenter le plus complètement possible, ce qui n’est pas toujours le cas.

          Cordialement


        • Krokodilo Krokodilo 12 juillet 2007 16:09

          Pas de problème, j’accepte la critique, et va pour le tac au tac ! Je vais me défendre. Vous dites finalement beaucoup de banalités, le réseau c’est bien, mais y a des trucs pas bien, ça pourrait être mieux avec des comités de filtrage, attention, si on fait pas gaffe, ça sera pas bien.

          Et pour la deuxième fois aujourd’hui, je suis d’accord avec Faxtronic (!), si vous n’acceptez pas quelques inconvénients, vous tuerez peut-être la spontanéité du forum et la liberté de ton. D’ailleurs, les organisateurs d’AV et les commentateurs ne vous ont pas attendu pour y réfléchir, puisqu’il y a eu plusieurs articles et débats pour chercher des idées permettant de limiter en douceur le phénomène troll, d’ailleurs difficile à définir et à juger.

          Donc, ma question : qu’apporte réellement votre article à une réflexion qui a déjà eu lieu ici même ?(Et paf !)

          Et votre phrase sur Flaubert ? « Il serait atterré de voir où nous en sommes. »

          Déjà, il serait baba qu’on soit allés sur la lune, que de nombreux foyers aient un ordinateur -de toute façon, faudrait lui apprendre ce que c’est- et par exemple, Wikipedia, ça lui en boucherait un coin : malgré ses défauts et imperfections, c’est le travail collectif qui est en train de réaliser le rêve des encyclopédistes de rapporter l’ensemble du savoir humain (hormis pour l’instant la pointe, la grande spécialisation)


        • Max Pintcy 12 juillet 2007 22:53

          A Masuyer

          Connaître un auteur à travers le web, c’est impossible. Je connais sur ce site-ci justement un type qui se fait passer pour plusieurs femmes, dont une avec sa photo et son blog.

          Etonnant ?

          Pour la motivation, oui, car il faut être vraiment tordu pour ça. Mais pour la mise en oeuvre technique, c’est à la portée de tout le monde.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2007 00:11

          @ L’Auteur. Je pense qu’on risque un narcissisme ou tout le monde ecrira ses memoires et plus personne ne lira rien d’autre, mais n’est-ce pas un risque a courir. Plutot que de censurer ou de restreindre, pourquoi ne pas laisser le lecteur faire ses choix et porter ses jugements ? Il y a sans doute un metier qui va naitre de « guides litteraires » qui liront vite et presque tout - en se partageant la tache - puis donneront leur avis que les lecteurs qui leur font confiance suivront pour sortir le bon grain de l’ivraie.

          http://www.nouvellesociete.org/124.html

          Pierre JC Allard


        • La Taverne des Poètes 12 juillet 2007 13:34

          on supprimera les écrits au nom des commentaires puis on supprimera les commentaires

          dit Armand Robin en 1945. Le « premier poète du web » avait-il anticipé Agoravox ?

          Ce dénonciateur, avant tout le monde, de la « fausse parole » des médias, pour mieux débusquer les faussetés de la propagande, écoutait les radios du monde jour et nuit et comprenait 20 langues.

          Dans son poème (connu) que j’ai reproduit sous mon article, il prophétisait sur le « pire tout pire »...

          Voir mon article du jour qui parle d’Armand Robin http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=26686


          • Barbathoustra Barbathoustra 12 juillet 2007 14:10

            « trop direct, trop rapide, trop libre, trop jungle, trop bordelique, trop parasité »

            Je rejoint l’avis de faxtronic ci dessus. Refuser d’admettre qu’internet soit ceci, c’est tout simplement refuser la liberté sur internet. C’est prêcher pour un internet fermé et élitiste. C’est au mieux refuser les réactions épidermiques, au pire finir par refuser toute polémique ou les internautes qui maitrisent mal le français ...

            D’ailleurs, je pensais que les trolls anti-trolls ayant finit par se bouffer entre eux, ce terme avait disparu du langage usenet ...


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 12 juillet 2007 14:31

              BONJOUR Thierry CROUZET

              Vous avez raison et il n’est que de lire les fils qui défilent sur AVOX depuis des mois pour avoir la confirmation de ce que vous dites .

              On trouve tout et n’importe quoi ,cela va des réflexions remarquables de quelqu’un qui connait le sujet personnellement sans passer par son média préféré à la vox populi faite de copiés collés tout prêts envoyés directement par le parti .

              Ce sont deux extrêmes mais on y trouve le plus souvent de la rélêxion approximative qui ne mange pas de pain .

              Par contre j’apprécie la possibilité de lire des commentaires et des articles écrits par des gens qui ne pensent pas comme moi ou qui pensent comme moi mais qui viennent d’ailleurs . Cela est unique . A moins de rencontrer régulièrement des gens de tous milieux et toutes opinions ce qui est impossible car en général on discute avec ses semblables il est impossible de faire ailleurs les rencontres que l’on peut faire sur AGORAVOX ou des forums du même genre . j’ai rencontré plus d’opinions en un an de participation que pendant toute une vie .

              On se fait des amis , on discute avec des adversaires on se fait aussi des ennemis le tout virtuel mais quand même .

              Pour conclure , voila ce que j’y ai trouvé mais je ne suis pas venu chercher l’inforamtion libre et rare que certains disent ne plus trouver ailleurs , je suis simplement venu chercher la confrontation d’idées et un complément d’information .

              Salut et fraternité.


              • masuyer masuyer 12 juillet 2007 14:36

                Cambronne je souscris entièrement à votre commentaire.

                Alors, vive la République quand même smiley


              • Lilian Lilian 12 juillet 2007 15:21

                Cambronne, je suis tout à fait d’accord avec vous !

                Moi aussi, je suis venue sur agoravox partager des avis. Il y a plein de choses sur lesquelles je n’ai pas d’opinion et lire les commentaires est souvent très constructif pour moi. Je suis regulièrement bluffée par la culture de certains agoravoxiens et je suis contente de voir des messages de gens de droite comme de gauche sur des sujets que je ne maîtrise pas. La mauvaise foi de certains agoravoxiens fait parti du jeu (souvent, c’est plutôt drôle d’ailleurs). Et quand il y a une erreur sur les chiffres ou les arguments, il y a toujours quelqu’un pour le remarquer.

                Il faut etre tolérant. De nombreux agoravoxiens sont des jeunes qui viennent « prendre la temperature » des differents courants de pensée et il y a peu d’endroit où on peut en trouver autant et aussi librement. Ces agoravoxiens ne sont pas ceux qui postent le plus souvent évidement. Je n’ai pas les connaissances de la plus part des posteurs et je peux me tromper sur ce que je dis. Je suis là pour apprendre et m’interesser.

                Mais c’est vrai aussi que parfois, je me retrouve à répondre à des gens très agressifs (et parfois je ne comprends même pas pour quelle raison on m’apopstrophe). On pose des questions et on nous dédaigne comme si on ne valait pas la peine d’une reponse ou pire encore, on nous accuse de comploter contre eux. Ou bien, parfois, on ne tolère pas l’absence de connaissance. Il y en a même qui donne des moins ou des plus simplement en fonction du commentateur et non du commentaire.Je me dis que ce n’est pas grave mais c’est dur quand même.

                Voilà, j’aime les commentateurs mais parfois, il faudraient qu’ils soient moins sur le qui-vive. smiley


              • CAMBRONNE CAMBRONNE 12 juillet 2007 16:16

                VIVE LA REPUBLIQUE MASUYER

                UNE ET INDIVISIBLE


              • CAMBRONNE CAMBRONNE 12 juillet 2007 16:20

                BONJOUR LILIAN

                Merci pour votre sympathie .Ne vous en faites pas si vous tombez sur des mauvais , ce n’est que virtuel quand même .

                Bien à vous .


              • clairette 12 juillet 2007 21:04

                @ Cambronne,

                Tout à fait d’accord avec vous ! (et pourtant, bien que partageant certaines valeurs, nous ne sommes peut-être pas du même bord)..


              • CAMBRONNE CAMBRONNE 13 juillet 2007 09:47

                BONJOUR CLAIRETTE

                Le bord ne compte pas , le principal c’est le milieu.

                Bien à vous .


              • haddock 13 juillet 2007 10:00

                @ Cambronne ,

                Vous avez oublié « salut et fraternité »


              • CAMBRONNE 14 juillet 2007 14:45

                SALUT ET FRATERNITE MILLE SABORDS


              • 12 juillet 2007 14:51

                Bonjour

                « Quand on répond à un article on ne peut pas ignorer qu’il y a un auteur derrière. L’article ne représente qu’une infime partie de ce qu’il pense. Répondre à l’article sans connaître l’auteur c’est taper presque toujours à côté. »

                Non c’est trop facile ! Ce qui m’intéresse c’est le contenu du message et pas le porteur du message ; et son auteur de l’assumer sans se retrancher derrière du « oui mais c’est plus compliqué... Ce n’est pas tout à fait ce que je pense ou bien c’est pas tout a fait ce que j’ai voulu dire etc. » Plutôt se taire !

                C’est vrai le net est un formidable forum ou tout le monde et n’importe qui peut s’exprimer et c’est tant mieux ..les contemporains de Guthenberg ont dû avoir les mêmes craintes que nous avons avec l’internet.

                Selon moi, le danger de cette grande liberté d’échange proposée par le net est moins du côté de l’auteur ou de ce lui qui poste. Il est davantage du coté du lecteur ou du commentateur qui, encouragé par la même paresse qui anime le zapping télévisuel, pourrait devenir la victime consentante d’une sorte d’enfermement intellectuel altérant son jugement. Par exemple en refusant de confronter son point de vue ou ses connaissances par la fréquentation assidue des mêmes sites amis et acquis à sa pensée ou bien en empêchant le recul nécessaire au sens critique par une specialisation toute virtuelle .

                Car bien entendu, c’est nous lecteurs qui avons, au delà des partis pris, des phénomènes de mode et tout autre audimat, et en toute première instance, le devoir de juger et de faire le tri (comme agora vox essaie de nous encourager à le faire).

                Certes ce n’est qu’une opinion personnelle et je ne suis pas certain que me connaitre davantage servirait à mieux comprendre mon propos si du moins je me suis exprimé assez clairement. Bonne journée à tous et restons vigilants.


                • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 12 juillet 2007 15:03

                  Vous avez raison. Un article doit se suffire à lui-même. Dans ce cas, les commentateurs devraient commenter l’article et pas en tirer des conclusions sur l’auteur, ce qui est très fréquent.

                  Par exemple, de mon article on peut pas conclure que je suis contre la liberté il me semble. J’essaie juste en ce moment de trouver des pistes qualitatives plutôt que quantitatives à travers le web 2.0, notamment en réfléchissant à un nouveau service.


                • veloce 12 juillet 2007 16:10

                  Bonjour,

                  Vous dites : « Ce qui m’intéresse c’est le contenu du message et pas le porteur du message ».

                  Justement ! Qu’est ce que le contenu du message sinon la pensée de l’auteur ? Lorsque vous lisez le message, vous soumettez cette pensée à votre interprétation. Et pour interpréter correctement ce message, il est souvent utile de connaître un tant soit peu son auteur.

                  Une manipulation qu’on observe malheureusement trop fréquemment consiste à tronquer le discours d’une personne pour suggérer une interprétation toute faite. On peut alors faire dire n’importe quoi à n’importe qui. Le meilleur moyen de ne pas tomber dans le panneau est de savoir de qui on parle.

                  Je ne cherche pas à défendre M. Crouzet, mais son article est intéressant. Certes, le web est un formidable espace de liberté, mais il n’est pas parfait et il est toujours bon de se soumettre à la critique pour essayer de s’améliorer.

                  Beaucoup de personnes disent rechercher ici un espace de débats pour confronter leurs opinions et s’ouvrir à d’autres. Comment peut-on améliorer un débat ? D’abord en évitant des débats stériles. Nous ne sommes pas encore des individus immatériels et éternels aussi, de par nos activités respectives (même si nous n’en avons pas d’ailleurs !), nous ne pouvons consacrer qu’un temps limité sur cet espace. Autant qu’il soit le plus constructif possible ! Un débat stérile est très souvent un débat entre 2 personnes qui pensent la même chose mais qui n’interprètent pas correctement le discours de l’autre. (je ne parlerai pas des débats stériles faits de discours partisans et plaqués sans argumentation ni prise en compte des idées de l’autre...) Il faut alors un certain temps pour s’en rendre compte !

                  Le point essentiel de la communication est bien l’interprétation. La première chose à faire en général est de s’assurer qu’on a bien compris l’idée de son interlocuteur. Je suis un très jeune utilisateur d’AV mais j’ai remarqué que cette étape est presque tout le temps négligée. On lit, on interprète et sans plus attendre on passe à la critique. Le problème, c’est que malgré la dynamique de ces forums, il subsiste un côté figé qui peut empêcher une communication saine. Et puis, comme je l’ai souligné plus haut, on n’a pas toujours que ça à faire.

                  Un autre point qui me semble important, c’est qu’effectivement il faut trouver un autre moyen de classer la pertinence des informations que par la fréquentation, qui entraîne trop souvent les rédacteurs (je ne parle pas spécialement d’AV) à publier le plus vite possible, au détriment de la qualité.

                  Voilà quelques éléments de réflexion. Je n’ai pas tellement de solutions à apporter, je crois plutôt que ce qui compte c’est avant tout que les utilisateurs soient conscients de tout ce qu’implique une telle liberté. Quant au tri des informations et au choix des sources, l’être humain a tendance a plutôt bien s’accommoder d’habitudes, et ça on ne peut pas y faire grand chose. De toute façon on ne peut pas tout fouiller et tout trier tout seul, ce serait bien trop long. Alors on trouve d’autres personnes qui le font à notre place et avec qui on a tendance à être souvent d’accord, de même qu’on choisissait avant le Figaro ou le Nouvel Obs. L’intérêt étant quand même qu’avec Internet, pouvoir farfouiller par soi-même est à la portée de tous.

                  Sinon je suis quand même d’accord avec voix libre, la vie est pleine d’imperfections, c’est cela qui la rend si intéressante !

                  Bonne journée


                • Lilian Lilian 12 juillet 2007 16:23

                  @ veloce, oui oui oui , je suis out à fait d’accord smiley , je crois qu’on arrive aux mêmes conclusions.


                • faxtronic faxtronic 12 juillet 2007 16:56

                  non, vous n’ etes pas contre la liberte, vous voulez juste que cette liberte soit gentille et reflechi, et qu’en gros, que seul celui qui a quelque chose de mesure et argumente puisse le dire. Les reactions epidermiques sont aussi des reactions. Cela fait partie de la vie, et c’ est meme beaucoup plus important que l’ action reflechie. Les passions humaines sont souvent peu policee, mais c’est ainsi. Et le Web est, pour l’instant ici. Quel interet de discuter avec une personne si je n’ai pas le droit de dire ceci ou cela, de mesurer mes paroles pour ne pas blesser, comme dans le monde libre, deja quadrille par la police des bonne moeurs et de la parole courtoise et de la pensee juste et bonne. Eh quoi, on a un espace de liberte, c’ est rare dans l’ histoire de l’humanite, ilfaut en proofietr, pour connaitre la vraie face des humains. Tu seras jamais surpris sur le web, les gens sont vraiment eux-meme, avec leur qualites et leur defaut. Le monde reel est faux, il est irreel.

                  Moi meme j’ai ecrit un article sur les trolls, sur ce site. Mais voila apres un an et demi d’AV, toujours les meme debats debiles, toujours la meme chose, c’ est un peu comme dans le film (c’est quoi le titre deja, un type que se reveillait toujours le meme jour, la fete des marmottes, enfin bon). C’est toujours le meme type d’ article sur AV,, des articles de pietre qualite, avec un auteur tout gentil qui pense apporter un debat ou une idee originale. A part deux trois de temps en temps vraiment sortant des sentiers battus, et des threads avec des personnes dispose, rien de nouveau sur AV


                • Lilian Lilian 12 juillet 2007 17:03

                  « un jour sans fin » avec Bill Murray. Excellent film par ailleurs smiley, j’ai lu votre article, il est moins « elitiste » que celui-ci. Mais c’est dur de ne pas nourrir les trolls. smiley


                • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 12 juillet 2007 14:58

                  J’ai pas dis que j’étais contre les commentaires, au contraire, c’est souvent fabuleux comme vous le soulignez...

                  Personnellement, je commente en général les articles des gens que je lis souvent, dont je connais un peu l’état d’esprit... Si j’ai envie d’exister sur le web, c’est une envie très forte smiley, alors je publie des articles en mon nom, sur mon blog ou sur Agoravox.

                  Je n’ai pas écrit cet article contre les commentateurs d’Agoravox en particulier mais contre la médiocrité qui risque de submerger le 2.0.


                  • ARTEMIS voix libre 12 juillet 2007 15:19

                    bonjour je suis un troll féminin et je sais que sur agoravox il n’y en a pas beaucoup

                    je viens de lire votre article et il me fait penser à la petite phrase qui rassure ,inscrite sur certains T.SHIRTS « je suis assis à coté d’un con »

                    et bien vous vous êtes assis à coté de milliers de singes qui tapent à la machine pour réinventer Proust.( je cite vos mots)

                    dans votre article vous fustigez les avis à l’emporte pièce et moi le misérable petit singe je pense que tout votre article est à l’emporte pièce.

                    la liberté donne la diversité la diversité crée la richesse le web est un outil fabuleux qui rend possible les débats d’idées, les coups de gueule ,les réactions à chaud etc... il n’y a nulle médiocrité dans tout cela mais un bouillon de vie

                    et la vie dans toute sa complexité c’est cela qui est interessant, passionnant aimez vous la vie cher Monsieur ????? ou etes vous un cul serré ????


                    • clairette 12 juillet 2007 21:20

                      @ Mako :

                      C’est vrai que je vous trouve particulièrement agaçante (je vous préfèrerais franchement horripilante, ça aurait plus de classe) et je vous le dis franchement (je l’avoue, juste une seule fois...je vous ai « moinssé »).

                      Mais je pense que j’adorerais vous rencontrer pour de vrai (pas sur le pré au petit matin, rassurez-vous...) mais devant un petit verre de (? ben là je ne sais pas ce que vous préférez, on verra sur place)... et je pourrai essayer de voir où est votre problème face à l’éducation nationale (dont je ne fais pas partie) et le reste du genre humain ?

                      Cela fait plusieurs fois que je vous interpelle très gentiment et personnellement, mais vous n’avez jamais daigné me faire une ’tite réponse !

                      Alors on se voit quand ?


                    • clairette 12 juillet 2007 21:45

                      @ l’auteur,

                      Je trouve votre article très intéressant et il me donne à réfléchir sur la teneur de mes propres commentaires, bien modestes, mais toujours polis (c’est toujours ça !).

                      A partir de l’âge quinze ans, j’ai « dévoré » Emile Zola, puis Victor Hugo, Balzac, et je suis passée à Colette... via Flaubert et Maupassant etc... en adorant en vrac et sans rien connaître de la vie de ces auteurs !

                      Cinquante ans après, il est vrai que lorsque je déteste ou que j’adore un roman, surtout contemporain, je désire connaître la vie et l’oeuvre de l’auteur... pour essayer de mieux comprendre les raisons de ma détestation ou de mon engouement... lorsque le jugement a été défavorable, il peut être revu parfois d’un oeil plus tolérant, ou plus sévère...

                      Pour les articles d’agoraVox, j’avoue que je me contente du contenu de l’article qui ne peut être que le reflet sincère des sentiments de son auteur, ou le compte-rendu de ses recherches personnelles sur un sujet qu’il connaît particulièrement, ou un coup de coeur ou un coup de gueule qu’il veut nous faire partager ! Cela suffit à connaître une partie de lui-même sans avoir besoin de son CV et de son autobiographie ... me semble-t-il...


                    • clairette 13 juillet 2007 11:53

                      @ Mako : ravie de vous lire ! et pardon d’avoir cru que vous étiez une dame ! mais il n’y a pas de honte à cela, n’est-ce pas ?

                      Si je comprends bien, on ne vit pas sous les mêmes cieux ! Et j’imagine votre horreur si je vous précise que je vis dans le département 79 !!! Et en plus, de gauche (pas à cause de Ségolène, si ça peut vous rassurer, ça date d’il y a très longtemps !!! )

                      Nous ne partagerons donc pas le délicieux Duhomard (l’apéritif local à la quinine) ni le tourteau fromager ou le chabichou !

                      Tant pis, je vous souhaite quand même de bonnes vacances et plein de lectures aussi, mais osez, osez donc quelque chose de plus divertissant que celles que vous pratiquez pendant l’année ; peut-être que vous y gagnerez en convivialité et en gaîté !

                      Alors, rendez-vous à la rentrée !


                    • mcm 12 juillet 2007 15:55

                      Un sytème très simple d’anti-trollage serait un système comme celui des anti-spams.

                      Imaginez Agoravox ou on pourrait filter les posts pour en exclure ceux de certains pseudo, tout le monde pourrait lire via son filtre les seuls posts des pseudos dont il aime la pensée.

                      Idem pour les abus, imaginez que les abus ne soient que des posts repliés et indépliables, et qu’il faille au moins 2 ou trois plaintes avant de rendre un post indépliable. La lisibilité en serait avantagée !

                      Mais bon ses solutions sont beaucoup trop simples pour être adoptée !

                      Agoravox, comme tant d’autres, préfère les modérateurs et les plaignants anonymes, les posts injurieux supprimés avec les posts non injurieux qui leurs répondent.

                      Sans doute pour se rapprocher de l’équité et de la transparence !


                      • mcm 12 juillet 2007 17:35

                        @Faxtronic,

                        Vous m’avez bien mal compris, je ne souhaite m’épargner ni les contradicteurs, mais juste ceux dont intelligence trop médiocre ne peut aboutir à un débat constructif.

                        Comme vous, par exemple qui sous prétexte de tolérance avez tôt fait de me cataloguer en xénophobe borné sans même débattre de la solution que je propose !


                      • Gasty Gasty 12 juillet 2007 20:34

                        Imaginer Agoravox sans « mcm ». smiley


                      • faxtronic faxtronic 12 juillet 2007 20:38

                        A mcm,

                        Jamais de la vie, je ne t’ai pas catalogué en xenopobe borné !!!!!! J’ai dis simplement que si l’on ne veut voir que les interlocuteurs qui nous plaisent et qui pensent comme nous, on risque de s’ennuyer ferme !


                      • haddock 12 juillet 2007 21:58

                        Sinon , on pourrait tout simplement écrire soi-même ce qu’ on aimerait lire , en se notant . Plus de problèmes .


                      • zelectron zelectron 12 juillet 2007 15:56

                        « Le prix du ticket d’entrée est si bas que tout le monde entre »

                        C’est vrai aussi pour d’autres métiers, en particulier technologiques et scientifiques...la différence s’exerce dans le monde réel (brick and mortar ?) le docteur, l’ingénieur, les vrais, disposent d’un outil qui fait la différence : leur culture propre. Mais je reconnais que c’est agaçant de se voir contredire par des « touristes » de la technologie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès