Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Une certaine idée de la compensation

Une certaine idée de la compensation

La télévision publique sans la pub est un casse-tête compensatoire pour la nouvelle commission chargée de mettre en oeuvre la dernière idée du président Sarkozy. Et au passage, on oublie Radio France.

Décidément, Nicolas Sarkozy possède un sens des mots hors du commun. Le chef de l’Etat vient d’installer une nouvelle commission, chargée de réfléchir à la mise en place d’une nouvelle forme d’entreprise audiovisuelle publique, débarrassée de ses recettes publicitaires. Cette commission télé est conduite par Jean-François Copé, qui cumule quelques recettes personnelles, avec ses fonctions de député, maire de Meaux et avocat. Histoire de compenser son pouvoir d’achat, sans doute. Mais revenons au sujet : la télé sans pub.

Nicolas Sarkozy veut deux choses :

1. une télé publique populaire débarrassée de la course à l’audience ;

2. la disparition du budget tiré de la pub sera compensée à l’euro près.

En ce qui concerne le point 1, on ne voit pas bien en quoi l’absence de publicité met fin a priori à la double ambition légitime (sinon à quoi sert d’être professionnel ?) de réaliser des programmes populaires (qui s’adressent donc au plus grand nombre) et de gagner de l’audience (c’est-à-dire de capter effectivement l’attention du plus grand nombre).

Sur le point 2, il y a une légère erreur de calcul. France Télévisions, c’est plus de 800 millions d’euros de recettes publicitaires (plus d’un milliard selon certains, mais n’exagérons pas). La pub à la télé publique, c’est 4 heures par jour en moyenne de temps de programme. Si on compense à l’euro près, il manque donc de quoi fabriquer 4 heures de programmes ! Mais peut-être que la « compensation », dans le jargon sarkozien, ce n’est pas de la comptabilité.

La télé sans pub, chers amis, avec l’inflation, la baisse du pouvoir d’achat et les caisses vides de l’Etat (ou bien j’ai mal compris), c’est un casse-tête. Le nouveau boulot de M. Copé n’a rien d’évident. D’autant qu’il s’agit avant tout que cette réforme ne se voit pas dans le porte-monnaie du contribuable. Pas question d’augmenter la redevance (116 €, la plus faible d’Europe actuellement). Les opérateurs de téléphonie et d’internet, et les vendeurs de matériel audiovisuel sont dans la ligne de mire. Autrement dit, les consommateurs pourraient supporter le coût de la fameuse compensation.

Ah ! Une dernière chose. Un détail. Dans l’histoire de cette compensation révolutionnaire et populaire, il y a un oubli de taille : la radio. Car « l’audiovisuel public », ce n’est pas seulement la télé, c’est aussi Radio France (France Inter, France Info, France Bleu, France Culture, France Musique, Le Mouv’, deux orchestres et quelques services annexes).

Sans la pub, 8 % du budget disparaissent. Ici, pour l’instant, aucune compensation prévue. D’ailleurs, Jean-François Copé, ce mercredi 20 février interrogé sur France Inter, était bien embêté par la question. « Ce n’est pas parce qu’il n’y a rien maintenant que cela empêche qu’on y réfléchisse », a-t-il dit. Soit !

Dans son dernier communiqué maison, le Syndicat national des journalistes (SNJ), constate que la radio est tenue à l’écart des réflexions présidentielles sur les compensations budgétaires. Le SNJ précise que 45 millions d’euros (le revenu de la pub pour Radio France), cela représente dix radios locales (le quart des antennes régionales actuelles). Les personnels de Radio France ne sont pas favorables à voir la pub galoper sur les antennes. Mais il y a un juste milieu. C’est probablement une autre histoire de compensation...

Laurent Watrin


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 20 février 2008 10:45

    Voila une idée socialiste à la base,qui à l’époque était vendue par des intellectuels.

    Aujourd’hui ces mêmes intellectuels sont contre !

    Regardons de plus près la réalité

    FRANCE2 n’est qu’un donneur d’ordre qui sous-traite à des sociétés d’animateurs producteurs

    En quoi,demain,devrions nous payer pour remplir les poches de ces animateurs producteurs ?

    Le mieux serait de privatiser et de faire jouer la vrai concurrence entre les animateurs producteurs

     


    • zOoO zOoO 20 février 2008 16:18


    • Laurent Watrin Laurent Watrin 20 février 2008 20:41

       

      Les animateurs-producteurs qui travaillent à France 2 ne réalisent pas 100% de l’antenne et la télévision publique ne se résumé pas à France 2. Mais la privatisation de cette chaîne est une piste intéressante. En tout cas, si Sarkozy l’avait proposé, on aurait compris la cohérence des propos.


    • wesson wesson 20 février 2008 23:56

      Lerma, force est de constater que vous maniez la réthorique politique avec un certain brio,

       

      Vous partez du constat d’un vrai problème.

      "FRANCE2 n’est qu’un donneur d’ordre qui sous-traite à des sociétés d’animateurs producteurs"

       

      Pour énoncer ensuite une futur généralement intolérable

      "En quoi,demain,devrions nous payer pour remplir les poches de ces animateurs producteurs ?"

       

      Et le sophisme (la connerie quoi) en guise de conclusion, en apothéose !

      "Le mieux serait de privatiser et de faire jouer la vrai concurrence entre les animateurs producteurs"

       

      On devrait vous enseigner en cours de propagande.


    • arturh 20 février 2008 11:28

      Comme d’habitude, au final, se seront les producteurs et les auteurs américains les gagnants.

      Aujourd’hui, le seul producteur américain indépendant en France, c’est Jerry Bruckheimer, producteur de Les Experts (C.S.I. Crime Scene Investigation), Portés Disparus (W.A.T. Without A Trace) et Cold Case (Même pas fatigué de trouver un titre en français)"

       


      • arturh 20 février 2008 12:16

        Si on peut avoir au moins une certitude, en France, et s’en est presque rassurant, c’est que quoiqu’on fasse, il y a encore plus urgent à faire....


      • TSS 20 février 2008 13:33

        il ne serait plus question que de supprimer la "pub" après 20 H !

        mais le veritable projet c’est de transformer les chaines publiques en "voix de son maitre" sans possibilité d’echappatoire !!!


        • arturh 20 février 2008 14:50

          Comme du temps des socialistes en 81 ? Non !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès